arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Sur la -dimension des corps

Ofer Gabber CNRS et IHÉS
Le Bois-Marie
35, route de Chartres
91440 Bures-sur-Yvette
France
G
   Fabrice Orgogozo CNRS et Centre de mathématiques Laurent Schwartz
École polytechnique
91128 Palaiseau
France
Fabrice.O
\PrerenderUnicode

éèêôÔŌōàâïî \urladdrhttp://www.math.polytechnique.fr/ orgogozo/

Sur la -dimension des corps.

Ofer Gabber & Fabrice Orgogozo

2007-5-7

1 Introduction

Soient un corps et un nombre premier. Rappelons la définition de la -dimension de ([Ser94], [Kat82]).

Si , on appelle -dimension de , la -dimension cohomologique du groupe profini , où est une clôture séparable de (cf. [Ser94]). C’est le plus petit entier (où l’infini si un tel entier n’existe pas) tel que pour tout -module discret de -torsion et tout , les groupes soient nuls.

Si , la définition fait intervenir des invariants différentiels. Pour tout schéma et tout entier , notons le -module des -formes différentielles absolues et le sous-faisceau étale abélien des formes différentielles logarithmiques, c’est-à-dire localement engendré par les sections de la forme , pour . On pose alors ; c’est un analogue de en caractéristique différente de . (Voir 2.2.1 pour une définition équivalente.) Enfin, rappelons que le rang du -module est égal au -rang de , c’est-à-dire au cardinal d’une -base (absolue) de (cf. [ÉGA iv chap. 0 §21.1]) ; s’il est fini c’est également l’entier pour lequel .

Définition 1.1 (Kazuya Katô, [Kat82], §0).

La -dimension d’un corps de caractéristique est le plus petit entier (où l’infini si un tel entier n’existe pas) tel que et pour toute extension finie .

L’objet de cet article est de démontrer le résultat suivant, conjecturé par K. Katô :

Théorème 1.2.

Soit un anneau local hensélien excellent, intègre de dimension . Soient son corps résiduel, de caractéristique , et son corps des fractions. Alors, on a l’égalité

Dans op. cit., ce théorème est démontré par K. Katô dans le cas particulier essentiel où est un anneau de valuation discrète complet (cf. 2.3.1). Son théorème est une généralisation d’un théorème de S. Lang ([Ser94], chap. II, §3.3 et §4.3) au cas d’un corps résiduel non algébriquement clos. La nécessité de prendre en compte le -rang dans le cas d’un corps résiduel non nécessairement parfait avait été conjecturée par M. Artin dans [ x 2.2]. La démonstration de K. Katô utilise la -théorie de Milnor, qui permet en caractéristique mixte, par l’intermédiaire des symboles cohomologiques, différentiels, et du théorème de Bass-Tate ([BT73], I 4.3), de faire le pont entre la cohomologie galoisienne du corps des fractions et les formes différentielles absolue sur le corps résiduel.

Le cas de la dimension deux est également établi par K. Katô, en caractéristique mixte (et dans le cas d’un corps résiduel algébriquement clos), dans [Sai86], §5. Sa démonstration, -théorique, repose sur le théorème de Merkurjev-Suslin ainsi que sur la résolution des singularités des surfaces.

Notons que si A est un anneau strictement local excellent, intègre, de corps des fractions , et un nombre premier inversible dans , on a

comme conjecturé par M. Artin dans [ X 3.1]. On a en effet ([ X 2.4]) ; par ailleurs, le premier auteur a récemment démontré que pour tout , on a ([Gab05b], §8) et donc par passage à la limite.

Donnons brièvement quelques indications sur la méthode utilisée ici, qui suit de près la technique d’algébrisation introduite par le premier auteur dans [Gab05a] et op. cit. (voir également [Mat02], théorème 2.2). Utilisant le théorème d’approximation de Popescu, on se ramène au cas d’un anneau local complet noethérien. En égale caractéristique, on utilise alors le théorème de Cohen-Gabber ([Gab05a], 8.1), dont la démonstration est rappelée en appendice (cf. 7.1), qui précise le théorème de structure de Cohen et permet, grâce au théorème d’algébrisation d’Elkik, de faire de cet anneau le complété d’un anneau local hensélien essentiellement de type fini et de dimension relative un sur un anneau local complet de dimension un de moins. Les prémices d’une telle idée se trouvent déjà dans l’exposé de M. Artin [ xix §1 & §6]. En caractéristique mixte, dans le cas où est ramifié dans , on utilise le théorème de Epp, ainsi que le théorème 1.2 en égale caractéristique, pour pouvoir algébriser nos données. Dans les deux cas, on procède par récurrence sur la dimension de l’anneau, en utilisant le théorème de Katô (dimension un) et, en caractéristique mixte, un théorème de comparaison hensélien/formel dû à K. Fujiwara et au premier auteur.

Le plan de l’article est le suivant : après quelques rappels et compléments sur la -dimension (§2), on commence par minorer la -dimension du corps des fractions (§3). La démonstration est très semblable à celle de K. Katô en dimension deux. Majorer la -dimension est plus difficile. On commence par le cas d’égale caractéristique (§4), qui nous permet de traiter ensuite le cas d’inégale caractéristique (§5). En inégale caractéristique, le théorème principal est généralisé (§6) au cas d’un ouvert affine de . Enfin, dans un appendice (§7), on rappelle la démonstration du théorème de Cohen-Gabber mentionné ci-dessus.


Le second auteur souhaite remercier Luc Illusie pour d’utiles commentaires sur les versions précédentes de ce texte, ainsi que Takeshi Saitô et l’université de Tôkyô pour leur chaleureux accueil durant le premier semestre 2006-2007.

2 -dimension : rappels et compléments

Dans cette section on réunit divers lemmes (dont certains ne sont mis que pour mémoire) qui seront utiles aux cours des dévissages qui vont suivre (réduction au cas normal, resp. complet) ainsi que l’énoncé du théorème de Katô et d’un corollaire important.

2.1 -rang

Lemme 2.1.1.

Soit une extension finie de corps de caractéristique . Alors, le -rang de est égal au -rang de .

Démonstration.

On se ramène immédiatement aux cas où est étale ou radicielle de degré . Dans le premier cas, le morphisme canonique est un isomorphisme et le résultat s’obtient alors en considérant le rang de ces modules. Dans le second cas, considérons tel que et posons . L’élément n’appartient pas à et l’on peut donc le compléter en une -base de . De l’égalité , on déduit que l’ensemble forme une -base de . ∎

Lemme 2.1.2.

Soit un corps discrètement valué de caractéristique , de complété . Si est fini, on a l’inégalité :

Démonstration.

Soit une -base de , de sorte qu’en particulier . Le sous-corps de contient donc et, étant fini sur , est fermé dans . L’égalité , et la conclusion, en découlent. ∎

Remarques 2.1.3.

a) Il se peut que le -rang de soit dénombrable et celui de indénombrable (cf. [Bas78], §3). b) Le lemme est valable sans restriction sur la valuation : d’après [Bourbaki, A.C. chap. 6, §8, N°2  Prop. 2], le carré commutatif

induit une surjection . L’inégalité désirée en résulte immédiatement.

Réciproquement :

Lemme 2.1.4.

Soit un anneau local hensélien excellent intègre de caractéristique , de corps des fractions . Soient le complété de et son corps des fractions. Alors,

De plus, si est fini, c’est une égalité.

Rappelons que est intègre ([ÉGA  18.9.2]).

{démo}

L’extension est séparable de sorte que le morphisme canonique est une injection ([ÉGA  20.6.3]). Vérifions la seconde assertion. Sous les hypothèses faites, la normalisation de dans est finie sur , de sorte que est fini et que le morphisme est un isomorphisme (cf. p. ex. [ÉGA  7.3.3] ; rappelons à cette occasion qu’un anneau excellent est noethérien). On en tire immédiatement que est un isomorphisme. (Cela résulte du fait que et de même pour .)

Lemme 2.1.5.

Soit un anneau de caractéristique possédant une -base finie . Pour tout entier , l’ensemble constitue une -base de l’anneau .

{démo}

Il suffit de traiter le cas où . Pour , posons . La conclusion résulte des décompositions :

et de la finitude de l’ensemble .

Enfin, signalons le lemme suivant :

Lemme 2.1.6.

Soit un anneau intègre ayant une -base . Alors, les éléments forment une base de .

{démo}

C’est immédiat en chassant les dénominateurs par une puissance -ième.

2.2 Les groupes

Proposition 2.2.1.

Soient un corps et un entier. Le groupe est isomorphe au conoyau du morphisme

est la projection canonique et l’isomorphisme de Cartier inverse. Le morphisme est caractérisé par la formule :

Démonstration.

Rappelons que l’on a une suite exacte (de faisceaux étales abéliens sur )

est l’opérateur de Cartier sur les formes fermées (cf. [Ill79] chap. , §2.4 et [Tsu96], 6.1.1.). (Pour , l’exactitude à gauche est la caractérisation classique due à P. Cartier des -formes logarithmiques.) On déduit immédiatement de l’isomorphisme de Cartier que le noyau de s’identifie naturellement au noyau de . Il suffit alors de considérer la suite exacte longue de cohomologie associée et l’acyclicité des faisceaux cohérents pour conclure. (Voir aussi [Kat89], §1.3.) ∎

2.2.2 Exemples

Pour tout corps de caractéristique , on a , où est le morphisme d’Artin-Schreier usuel. En particulier, il est trivial pour un corps séparablement clos. Si est parfait (de façon équivalente : de -rang nul), — qui est en général un quotient de  — est nul. On peut montrer plus précisément que s’identifie au sous-groupe de formé des éléments annulés par , par l’intermédiaire de l’application envoyant une forme différentielle (, ), sur l’algèbre centrale simple de rang définie par des générateurs liés par les relations , et (cf. [Ser94], chap. ii, §2.2 et [Ser68], chap. xiv, §5).

2.2.3 Trace

Remarquons maintenant que l’on peut définir une trace dans le présent contexte. La fonctorialité contravariante en le corps est quant à elle élémentaire.

Si est une extension finie étale de corps de caractéristique , la trace (déduite du morphisme grâce à l’isomorphisme ) envoie dans et induit un morphisme, noté , de dans .

Si est finie non nécessairement étale, de caractéristique , une telle trace est construite par K. Katô à partir de la norme en -théorie de Milnor (cf. [BK86], p. 126 ; voir également [Fuk01], §2). Cette trace est caractérisée par les propriétés suivantes :

  1. pour , c’est la trace usuelle,

  2. le diagramme suivant est commutatif :

  3. on a compatibilité avec : (pour ),

  4. elle satisfait une formule de projection : si et ,

  5. elle est compatible aux extensions de corps : .

Si , où , est une extension radicielle de degré , il résulte de la commutativité du diagramme ci-dessus que l’on a , et de la formule de projection que l’on a, pour tout entier :

où les appartiennent à et les à .

On déduit de cette formule que la trace commute au morphisme iiiDans le cas radiciel de degré , on se ramène aisément au fait que pour chaque et tous , , on a , où l’on pose . Dans le cas étale, cela résulte de ce que . de sorte qu’elle induit par passage au quotient un morphisme trace sur les . De plus, on constate que le morphisme induit est une surjection pour égal au -rang de .

Le lemme immédiat suivant rend plus explicite la structure de , où est le -rang d’un corps comme quotient de . (Voir aussi 2.2.7 pour une démonstration du lemme 2.2.5 qui n’en fait pas usage.)

Lemme 2.2.4.

Soit un corps de caractéristique et une -base. Pour toute fonction , posons et notons le sous--espace vectoriel de . L’isomorphisme , défini par induit par passage au quotient un isomorphisme de -espaces vectoriels

{démo}

Calculons l’image . Pour chaque , considérons l’élément

de . Ces formes engendrent comme -espace vectoriel. On a

Ainsi, faisant varier , on en déduit que

Le quotient s’identifie donc à par l’application , et le morphisme à . Ainsi, est isomorphe à

Voici maintenant un analogue du lemme 2.1.1.

Lemme 2.2.5.

Soit un corps discrètement valué de caractéristique , de -rang . L’application canonique

est une surjection. En particulier, si est nul, il en est de même de .

{démo}

Si le -rang de est strictement inférieur à , est nul et il n’y a rien à démontrer. Supposons le donc égal à . Le morphisme déduit de la fonctorialité contravariante en le corps correspond, d’après le lemme 2.2.4 et sa démonstration, au morphisme canonique

(Les choix de et se font relativement à une -base commune.) Il nous faut suffit donc de montrer que le morphisme composé

est une surjection. On va montrer plus précisément que le morphisme est une surjection. Soit ; considérons tel que . D’après le lemme ci-dessous, il existe tel que . Ainsi, modulo .

Lemme 2.2.6.

Pour tout anneau local , complet de caractéristique , le morphisme , , induit une surjection .

{démo}

Soit ; l’identité entraîne par récurrence l’égalité

pour tout . Pour , la suite converge dans vers un élément ; d’après l’égalité ci-dessus on a alors .

Remarque 2.2.7.

La conclusion du lemme 2.2.5 est vraie pour tous les groupes (et pas seulement pour ). Il suffit pour cela de montrer que est engendré (comme groupe abélien) par et les formes , où (l’idéal maximal de l’anneau des entiers) et les sont dans . Étant donné une forme , , on peut trouver des tels que et . Posons , de sorte que et donc (pour chaque )

L’hypothèse sur les valuations signifie que et appartiennent à .

Cela nous permet de remplacer les par les ; on conclut en approchant comme ci-dessus.

En dimension supérieure on a la réciproque suivante :

Proposition 2.2.8.

Soit un anneau local hensélien excellent intègre de corps des fractions . Soient son complété et le corps des fractions de . Supposons les -rangs de et égaux à un entier . Le morphisme canonique

est une injection.

La démonstration fait usage de la généralisation suivante du théorème d’approximation d’Artin :

Théorème 2.2.9 (Dorin Popescu, [Pop86], théorème 1.3).

Soit un anneau local excellent hensélien. Pour tout système système fini d’équations polynomiales à coefficients dans , l’ensemble des -points est dense, pour la topologie -adique, dans l’ensemble des -points.

{démo}

[Démonstration de la proposition 2.2.8] Soit une -base de ; c’est également une -base de (2.1.4). Quitte à les multiplier par une puissance -ième convenable, on peut supposer les dans . Soient et comme en 2.2.4, relativement à ces bases. Il s’agit de montrer que si un élément appartient à , il appartient également à . Écrivons

où les sont dans , les dans , et parcourt, comme dans loc. cit., l’ensemble des applications . De façon équivalente, l’équation à coefficients dans

a pour solution

parcourt cette fois-ci .

D’après le théorème d’approximation ci-dessus, cette équation a également une solution dans , dont les coordonnées sont non nulles, de sorte que appartient bien à .

Remarque 2.2.10.

Du fait que l’on peut définir un opérateur de Cartier inverse pour tout anneau de caractéristique ([Kat70], 7.2), on peut également déduire le résultat précédent (en tout degré) de l’énoncé 5.2.2.

Corollaire 2.2.11.

Sous les hypothèses de 2.1.4, on a l’inégalité

est la caractéristique du corps .

{démo}

Si , il n’y a rien à démontrer de sorte que l’on peut supposer les -rangs finis, égaux à . Il faut montrer que si pour une extension finie de , il existe une extension finie telle que . D’après la proposition précédente, il suffit de considérer le corps des fractions du complété du normalisé de dans .

(D’après 1.2, cette inégalité est en fait une égalité.)

Terminons par une propriété d’invariance, élémentaire mais cruciale, de la -dimension.

Lemme 2.2.12.

Soient un corps, une extension finie et un nombre premier. Si est fini, on a égalité :

{démo}

Si est inversible sur , c’est [Ser94], chapitre ii, ¶4.1, proposition 10. Si , on sait déjà (2.1.1) que les -rangs sont égaux. Il en résulte que l’on a une inégalité : . Supposons fini. Quitte à remplacer par une extension finie et par une extension composée, on est ramené à montrer que si , on a également . Cela résulte de la surjectivité de la trace (2.2.3).

2.3 Le théorème de Katô

Théorème 2.3.1 (Kazuya Katô, [Kat82]).

Soit un anneau de valuation discrète hensélien excellent de corps résiduel de caractéristique et de corps des fractions . On a l’égalité

Rappelons que l’hypothèse d’excellence signifie ici que l’extension est séparable.

Le lecteur pourra consulter avec profit l’exposé de J.-L. Colliot-Thélène [CT99] pour une démonstration du théorème ci-dessus.

Voici maintenant un corollaire du théorème précédent, qui est l’analogue du (corollaire au) théorème de Tsen ([Ser94], chapitre ii, §3.3 et §4.2).

Corollaire 2.3.2 (Kazuya Katô et Takako Kuzumaki, [Kk86]).

Soient une extension de degré de transcendance , et un nombre premier. On a l’inégalité

(La démonstration du corollaire se fait par réduction au cas bien connu de la caractéristique nulle.)

Remarque 2.3.3.

Cette même méthode permet de déduire l’invariance de la -dimension par extension finie du théorème de Katô.

Terminons cette section par une variante, élémentaire mais plus explicite, du théorème 2.3.1, qui semble laissée en exercice au lecteur dans la littérature (cf. p. ex. [Kat82]).

Proposition 2.3.4.

Soit un corps de caractéristique et de -rang . Le morphisme

envoyant la classe de sur la classe de est un isomorphisme.

{démo}

Soit une -base du corps ; il résulte de 2.1.5 et 2.1.6 que est une -base de . Considérons et comme en 2.2.4 relativement à ces -bases. (Rappelons que est un sous -espace vectoriel de .) Le morphisme de l’énoncé correspond au morphisme canonique

(où est le morphisme d’Artin-Schreier usuel) déduit de l’inclusion par passage au quotient.

Vérifions que est une surjection. Puisque tout élément de de valuation strictement positive est dans l’image de (cf. lemme 2.2.6 ci-dessus), il suffit de montrer que tout élément est congru modulo à un élément de . On peut supposer . Montrons par récurrence sur que pour chaque , l’élément appartient à . Par construction, pour tout , tout et tout , l’élément appartient à de sorte que le résultat est acquis pour premier à . Considérons maintenant le cas où est un multiple de , . Écrivons et . On peut alors décomposer en :

Le second terme, , appartient à ; le premier terme est égal à . L’entier étant strictement inférieur à , on peut déduire de l’hypothèse de récurrence que appartient à .

Vérifions maintenant que est une injection. Soit tel que et montrons qu’il appartient à . Écrivons , où , (resp. ) est un polynôme en (resp. une série en ) sans terme constant, et . Puisque (resp. ) est également un polynôme en (resp. une série en ) , sans terme constant, et que appartient à , il suffit de vérifier que le terme constant de appartient à . Rappelons à cette fin que l’on a la décomposition :

parcourt l’ensemble des fonctions . La première somme directe ne contribue pas au terme constant donc il suffit de vérifier que le terme constant d’un élément de appartient à ; c’est clair.

3 Minoration de

Dans cette section, on démontre l’inégalité suivante, où , et sont comme dans 1.2 :

(3.a)

3.1

Soit le normalisé de dans son corps des fractions. L’anneau étant excellent (cf. [ÉGA  7.8]), il est également universellement japonais, de sorte que est fini sur . Ce dernier étant hensélien et étant intègre, l’anneau est local. Il est également hensélien et excellent.

Soit le corps résiduel de ; c’est une extension finie de de sorte que d’après 2.2.12, il suffit de démontrer 3.a dans le cas particulier où est normal.

3.2 Le cas d’inégale caractéristique (cf. [Sai86], §5)

Soit comme ci-dessus, de dimension , et un idéal premier de hauteur un. Soit le localisé — de corps des fractions —, son complété, et le corps des fractions de . Puisque toute -algèbre étale est induite par une -algèbre étale ([ x 2.2.1]), le morphisme est une injection. Compte tenu de la décroissance de la dimension cohomologique par passage à un sous-groupe fermé ([Ser94], chapitre I, §3.3, proposition 14), on a donc :

Le corps étant le corps des fractions d’un anneau de valuation discrète complet (donc hensélien, excellent), on a de plus l’inégalité

est le corps résiduel de . Cela résulte du théorème 2.3.1. On achève la démonstration, par récurrence, en remarquant que est le corps des fractions de l’anneau local intègre hensélien excellent , de dimension .

3.3 Le cas d’égale caractéristique

Procédant comme ci-dessus, il nous suffit de démontrer l’analogue de pour la -dimension. C’est le contenu du lemme ci-dessous.

Lemme 3.3.1.

Soient un corps discrètement valué de caractéristique et son complété. L’inégalité suivante est satisfaite :

{démo}

Si et n’ont pas le même -rang, il n’y a rien à démontrer (cf. 2.1.1) ; supposons donc qu’ils sont égaux à un entier et qu’il existe une extension finie telle que . Il nous faut alors montrer qu’il existe une extension finie telle que . Soit le corps résiduel de ; c’est une extension finie du corps résiduel des corps discrètement valués et . Il existe donc une extension finie telle que : on se ramène immédiatement au cas où est monogène, qui est bien connu (cf. p. ex. [Ser68], chapitre I, proposition 15 ; voir aussi [ÉGA  10.3.1-2]). En particulier, le complété de est (abstraitement) isomorphe à (tous deux isomorphes au corps des séries de Laurent ). D’après le lemme 2.2.5, pour un tel corps , le morphisme est une surjection. Ainsi, , comme escompté.

4 Majoration de : le cas d’égale caractéristique

Dans cette section, on démontre par récurrence sur la dimension l’inégalité suivante, où , et sont comme dans 1.2, et où l’on suppose de plus de caractéristique :

(4.a)

Il résulte de 3.a et 2.2.11 que l’on peut supposer normal complet. (On utilise également le fait que le complété d’un anneau local excellent normal est normal ([ÉGA iv 7.6.1]).)

Notons la dimension de , son corps résiduel, le -rang de , que l’on peut supposer fini, et le corps des fractions de . Commençons par un lemme élémentaire.

Lemme 4.1.

Sous les hypothèses précédentes, on a :

{démo}

D’après le théorème de structure de Cohen [ÉGA  19.8.8 ii], il existe un sous-anneau de , isomorphe à , tel que le morphisme soit fini de sorte que (2.1.1). D’après 2.1.5, le terme de droite est égal à .

Il nous faut donc montrer que si (c’est-à-dire si pour toute extension finie ), hypothèse que nous allons maintenant supposer satisfaite, on a également pour toute extension finie . Il suffit de montrer que .

4.2

Posons et considérons un élément de , que l’on écrit , où et . D’après le théorème de structure de Cohen-Gabber (7.1), il existe un sous-anneau de , isomorphe à tel que le morphisme soit fini et génériquement étale. Soit la norme de l’élément ([ÉGA ii 6.5]). L’élément divise de sorte que l’on peut supposer, et l’on supposera, que l’élément appartient à . Considérons le fermé de au-dessus duquel le morphisme est ramifié. Il existe un élément non nul tel que soit contenu dans le fermé . Enfin, quitte à remplacer et par , on peut supposer .

Rappelons le théorème de préparation, qui nous permettra de rendre le lieu de ramification fini, par projection, sur un schéma de dimension un de moins.

Théorème 4.3 (Théorème de préparation de Weierstraß, [Bourbaki, A.C. chap. vii, §3, N°7-8 ]).

Soient un anneau local séparé complet d’idéal maximal et un entier.

  1. Soit un entier et () une série entière -régulière relativement à , c’est-à-dire congrue à modulo . Pour tout , il existe un unique couple tel que et .

  2. Soit un entier. Si est -régulière relativement à , il existe un polynôme , où , et une unité tels que .

  3. Soit non nulle modulo . Il existe un entier et un automorphisme -linéaire de , tel que et soit -régulier.

D’après (iii) et (ii), quitte à changer de coordonnées, on peut supposer et égaux à un même polynôme unitaire en , dont les autres coefficients appartiennent à l’idéal maximal de . On notera ce polynôme, qui appartient en particulier à l’anneau , hensélisé de en l’origine.

Lemme 4.4.

Soient un anneau local complet noethérien et un polynôme de la forme , où .

  1. Le complété -adique de s’identifie à .

  2. La paire