arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

UNIVERSITÉ PARIS-SUD XI


THÈSE

Spécialité: PHYSIQUE THÉORIQUE

Présentée

pour obtenir le grade de
Docteur de l’Université Paris XI


par


Chloé Papineau


Sujet:

Conséquences cosmologiques et phénoménologiques des théories des cordes


Soutenue le 13 juillet 2007 devant la commission d’examen:




UNIVERSITÉ PARIS-SUD XI

THÈSE

Spécialité: PHYSIQUE THÉORIQUE

Présentée

pour obtenir le grade de

Docteur de l’Université Paris XI

par

Chloé Papineau

Sujet:


Conséquences cosmologiques et phénoménologiques des théories des cordes


Soutenue le 13 juillet 2007 devant la commission d’examen:



Dans l’ordre chronologique … ou presque

La primeur en la matière revient à mes parents sans lesquels, et c’est peu dire, je ne serais certainement pas là. Par leur amour inconditionnel, même lorsqu’ils ne comprenaient pas mes choix, ils m’ont montré la voie du bonheur et de la réussite. Je remercie aussi le reste de ma famille, Camille, Fabien, et Séverine, pour leur soutien et leurs encouragements. Je vous dois tant, à tous…

Ma gratitude va également à Asmâa Abada, Corinne Augier, Pierre Binétruy, Christos Charmousis, Ulrich Ellwanger, ainsi qu’aux autres professeurs rencontrés lors de mes études, qui ont su m’aiguiller et répondre à mes nombreuses questions, particulièrement l’année du DEA. C’est en partie grâce à leurs conseils avisés et leur appui que cette thèse a vu le jour.

Je remercie chaleureusement Dominique Schiff et Hendrik Hilhorst qui m’ont accueillie au sein du LPT, se sont montrés attentifs et attentionnés, et m’ont permis de communiquer sur mes travaux, ici et ailleurs. J’exprime mes remerciements à Patrick Mora qui m’a offert un cadre de thèse exceptionnel au sein du CPHT à l’École Polytechnique. Merci également à tout le personnel administratif des deux laboratoires pour leur patience face à mon incapacité à gérer la “paperasse”.

Au coeur de ces pages, au coeur de cette thèse et au coeur de mon infinie gratitude, je ne sais trouver les mots pour remercier Emilian Dudas pour son soutien indéfectible, sa patience, sa gentillesse et sa disponibilité. Ça a été un honneur et un plaisir d’apprendre de lui pendant trois ans. Au delà des leçons de physique, pour lesquelles je ne dirai jamais assez merci, je retiens aussi les leçons de vie : l’humilité et la capacité à se remettre constamment en question comptent parmi les qualités que j’espère avoir acquises, au moins un peu…

Je tiens également à remercier les membres du groupe de Théorie des Cordes du CPHT, Ignatios Antoniadis, Elias Kiritsis, Hervé Partouche et Marios Petropoulos, coordinateur du groupe, ainsi que les membres du groupe de Cosmologie du LPT, Martin Bucher, Christos Charmousis, Renaud Parentani et Bartjan Van Tent, et du groupe de Physique au-delà du Modèle Standard, Asmâa Abada, Abdelhak Djouadi, Ulrich Ellwanger, Yann Mambrini, et Grégory Moreau.

Pour tous ces petits moments de la vie de tous les jours, les discussions, les cafés, les fous-rires, les débats voire les disputes, un grand merci à mes camarades thésards et post-docs : Benjamin Basso, Nicolás Bernal, Florian Bonnet, Charles Bouchart, Luca Carlevalo, Pablo Camara, Roberto Casero, Emmanuel Chang, Cédric Delaunay, Florian Domingo, Pascal Grange, Razvan Gurau, Umut Gursoy, Benjamin Haas, Irene Hidalgo, Liguori Jego, François-Xavier Josse-Michaux, Euihun Joung, Balazs Kozma, Xavier Lacroze, Vincenzo Laporta, Alexey Lokhov, Jean Macher, Tristan Maillard, Axel Marcillaud de Goursac, Liuba Mazzanti, Yacine Mehtar-Tani, Vassilis Niarchos, Francesco Nitti, Domenico Orlando, Angel Paredes, Mathieu Remazeilles, Alberto Romagnoni, Mathieu Segond, Emmanuel Sérié, Shweta Sharma, Adrian Tanasa, Ana Teixeira, Maria-Cristina Timirgaziu, Sudhir Vempati, Fabien Vignes-Tourneret, et Robin Zegers.

Merci à mes amis, Kamal Bouhouch, Antonin Bourgeois, Matthias Delescluse, Aurore Franco, Pierre Hosteins, François Kiyak, Stéphane Pruvot, Astrid Quillien, et tous ceux que j’oublie….

Je me dois d’exprimer ma reconnaissance à Christophe Grojean, Stéphane Lavignac et Géraldine Servant qui m’ont accueillie à certaines des nombreuses conférences ou écoles auxquelles j’ai eu la chance de participer. Je ne saurais énumérer tout ce que m’ont appris ces expériences.

Je remercie également mes collaborateurs Valéry A. Rubakov et Stefan Pokorski.

Ce manuscrit doit beaucoup à l’aide et la relecture de Charles Bouchart, Pablo Camara, Christos Charmousis, Yann Mambrini, Grégory Moreau, et Alberto Romagnoni.

J’exprime enfin ma reconnaissance à Ignatios Antoniadis et Ulrich Ellwanger qui ont gentiment accepté de lire ce manuscrit et d’écrire un rapport en un temps record. Un grand merci à Pierre Binétruy, Christophe Grojean et Mariano Quirós pour m’avoir fait l’honneur d’être membres du jury de soutenance.





Table des matières

Chapitre 1 De l’importance des symétries

Un point majeur dans la compréhension des lois de la Nature réside dans la notion de symétrie. La conviction que les symétries jouent un rôle essentiel en physique est devenue de plus en plus forte au cours des siècles. En revanche, l’analyse des propriétés d’une symétrie (ou invariance) en termes de groupe, de ses générateurs et de ses représentations est beaucoup plus récente et occupe désormais une place centrale dans l’approche des théoriciens aux lois fondamentales de la physique. En effet, les transformations associées à une symétrie forment un groupe dont les représentations permettent de décrire les objets physiques intéressants vis-à-vis de cette symétrie. Avec le théorème de Noether (1918) vient la correspondance entre symétrie et conservation d’une grandeur. Par exemple, l’invariance par translation et par rotation conserve l’énergie, l’impulsion et le moment angulaire. Le groupe associé à ces transformations est le groupe de Poincaré, dont les représentations sont définies par le spin et la masse (Wigner, 1939).

Parmi les symétries accessibles, on distingue les symétries d’espace-temps, qui agissent sur les coordonnées et dont le groupe de Poincaré fait partie, et les symétries internes, qui sont définies en chaque point de l’espace-temps et agissent sur les objets physiques (les champs). Dans l’ensemble des symétries internes, on retrouve les symétries chirales, le nombre baryonique, le nombre leptonique, ou encore les symétries de saveur et de couleur. Les symétries internes sont classées en deux catégories : les symétries globales et les symétries de jauge. Les premières s’appliquent aux objets indépendamment de leur localisation tandis que pour les symétries de jauge, les paramètres de transformations sont des fonctions dépendant du point où s’applique la transformation. Enfin, la structure du groupe qui décrit une symétrie permet de différencier les symétries continues, pour lesquelles les paramètres des transformations peuvent prendre un nombre continu de valeurs, et les symétries discrètes, pour lesquelles les paramètres appartiennent à un ensemble discret.

Connaissant le groupe d’une symétrie, le lagrangien le plus général préservant cette symétrie est alors clairement déterminé. Tous les champs de la théorie sont dans des représentations du groupe, et tous les termes d’interactions (entre ces champs) invariants sous les transformations du groupe sont présents.

La remarquable confirmation expérimentale des prédictions du Modèle Standard de la Physique des particules, qui a pour groupe de jauge , est une forte indication que cette approche est la bonne. Les sensibilités actuelles vont au delà du pourcent de précision et aucune déviation ferme n’a été observée. Néanmoins, il existe de nombreux signes nous montrant que ce modèle n’est pas la théorie ultime. Les résultats expérimentaux allant dans ce sens sont la preuve que les neutrinos sont massifs puisqu’ils oscillent, la mesure de la constante cosmologique qui est trop faible, la mise en évidence de la matière noire, l’inflation, et la baryogénèse. D’un point de vue théorique, le secteur électrofaible souffre d’un problème de hiérarchie dramatique qui amène à reconsidérer la question de la naturalité, les couplages de jauge ne s’unifient pas, le nombre de générations et les hiérarchies entre les différentes masses des fermions, ou de manière équivalente des couplages de Yukawa, ne sont pas expliquées. Il faut donc considérer le Modèle Standard comme une limite à basse énergie d’une théorie plus fondamentale. Pourtant, une chose est sûre, quelle que soit la nouvelle physique apparaissant au-delà du Modèle Standard, sa limite à des énergies aux alentours de l’échelle électrofaible doit reproduire les données que nous avons. La précision avec laquelle le Modèle Standard a été testé contraint donc de manière drastique le panel de théories pouvant englober le Modèle Standard.

Pour aller au-delà du Modèle Standard et trouver une explication à ces nombreux problèmes, une des démarches adoptées est d’élargir le groupe de symétrie de la théorie. Il faut alors trouver des mécanismes brisant une partie du groupe élargi de sorte que les symétries résiduelles soient exactement celles du Modèle Standard. Diverses voies ont été engagées ces dernières décennies : l’élargissement du groupe de jauge, du groupe de symétries globales ou du groupe de symétries d’espace-temps. Les théories de Grande Unification, dont les plus connues sont et , s’incrivent dans le premier cas. Bien que très élégantes et permettant d’expliquer en partie les saveurs et le nombre de générations, l’échelle d’unification se situe autour de GeV et le problème de hiérarchie n’est pas résolu. La supersymétrie et les dimensions supplémentaires, outils que nous développons dans cette thèse, s’inscrivent dans les deux autres cas.

Les théories de type Kaluza-Klein incorporent des dimensions supplémentaires en supposant que celles-ci sont compactes. Le rayon de compactification, qui représente la taille de ces dimensions, doit être suffisamment petit pour expliquer que nous n’y soyons pas sensibles. Le contenu en particule est en effet élargi, et les particules supplémentaires que nous percevons à quatre dimensions ont une masse proportionnelle à l’inverse du rayon. Donc si le rayon est trop grand, la masse est accessible à LEP, par exemple. On peut également supposer que les dimensions supplémentaires sont de rayon très large, voire infini (dimensions plates), mais que la matière ordinaire à quatre dimensions est en quelque sorte piégée dans une sous-variété, la brane, d’un espace-temps plus large. Ces deux approches peuvent être combinées : c’est le cas dans des modèles “warped extra-dimensions” qui constituent un moyen de résoudre le problème de hiérarchie.

La supersymétrie, par ailleurs, élargit le groupe de symétries internes grâce à des générateurs qui anti-commutent entre eux et commutent avec les générateurs du groupe de Poincaré. Les fermions et les bosons sont alors des composantes de multiplets supersymétriques. L’argument majeur en faveur de la supersymétrie est qu’elle résout naturellement le problème de hiérarchie. Elle garantit également l’unification des couplages de jauge, et peut fournir des candidats à la matière noire. Mais la supersymétrie n’est pas réalisée dans la Nature à des échelles d’énergie observables, et il faut la briser. Une brisure spontanée de cette symétrie globale entraîne la présence d’une particule de Goldstone non-massive dans le spectre, ce qui est exclu. Nous jaugeons la supersymétrie en rendant le paramètre des transformations local. Fait remarquable, ce processus force la théorie à inclure la gravitation. À basse énergie, une brisure spontanée de supersymétrie dans une théorie de supergravité fait apparaître des termes non-supersymétriques dans le lagrangien. Néanmoins, ces termes ne rajoutent pas de divergences quadratiques et donc le problème de hiérarchie reste résolu. C’eût été trop beau : les théories de supergravité contiennent des termes non-renormalisables qui nous poussent inévitablement à aller encore au-delà.

La supergravité est naturellement présente dans les théories de cordes. Ces théories postulent que les objets fondamentaux ne sont plus ponctuels mais ont une extension spatiale. Les particules élémentaires sont vues comme des excitations de la corde. Celle-ci vit donc dans deux dimensions (le temps et la dimension de la corde) plongées dans un espace-temps à dix dimensions, ce nombre étant une condition d’auto-cohérence de la théorie. Les théories de cordes sont à l’heure actuelle les meilleures candidates à l’unification des quatre interactions fondamentales. En outre, elles comportent un seul paramètre : la tension de la corde. Leur action effective à basse énergie s’écrit comme une théorie des champs. Les théories de cordes contiennent donc tous les ingrédients que nous avons évoqués pour aller au-delà du Modèle Standard : groupe de jauge élargi, dimensions suplémentaires compactes, branes, supergravités (une ou plusieurs selon les théories). La réduction de dix à quatre dimensions d’espace-temps donne lieu à une phénoménologie très riche. Selon le mode de compactification employé, on obtient des théories très diverses. Un défi majeur dans ce sens est non seulement de retrouver le groupe de jauge et le contenu en champs du Modèle Standard, mais aussi de vérifier les contraintes cosmologiques comme l’inflation et la constante cosmologique.

Le sujet central de cette thèse est l’étude des mécanismes de brisure d’une symétrie. Ce manuscrit s’organise comme suit :

  • Le deuxième chapitre introduit les dimensions supplémentaires et présente un modèle à deux dimensions supplémentaires intéressant dans le cadre du problème de hiérarchie.

  • Le troisième chapitre est une introduction à la supersymétrie et la supergravité.

  • Le quatrième chapitre présente deux mécanismes de brisure dynamique de symétrie par des phénomènes non-perturbatifs : les modèles de Nambu-Jona-Lasinio (NJL) et les modèles avec condensation de jauginos. Le modèle à deux dimensions supplémentaires est repris et l’on montre sa dualité avec des modèles de NJL à quatre dimensions.

  • Le cinquième chapitre traite des dualités de Seiberg dans les théories de Chromodynamique Quantique (QCD) supersymétrique, et détaille un modèle de brisure dynamique de supersymétrie.

  • Après avoir expliqué ce que sont les champs de modules issus de la réduction dimensionnelle des théories de cordes, le sixième chapitre présente un modèle permettant leur stabilisation. Nous proposons également une alternative combinant la stabilisation des modules avec les phénomènes non-perturbatifs brisant dynamiquement la supersymétrie.

Chapitre 2 Dimensions supplémentaires

Une manière d’étendre le Modèle Standard est de considérer que l’espace-temps fondamental contient plus de quatre dimensions. Cette idée est renforcée par le fait que les supercordes vivent naturellement dans un espace-temps dix-dimensionnel (c’est en fait une condition de consistance de la théorie).

La façon dont les dimensions supplémentaires se manifestent à nous doit être contrainte puisque nous n’avons jusqu’à présent détecté aucun signal que nous aurions pu interpréter comme la preuve que d’autres dimensions existent. À ce jour, deux grandes classes de modèles se dégagent pour expliquer comment les dimensions supplémentaires sont cachées [1].

Le modèle originel proposé par les mathématiciens T. Kaluza et O. Klein [2] dans les années 1920 tentait d’unifier les deux forces connues à l’époque, la gravitation et l’électromagnétisme, en ajoutant une dimension d’espace. En supposant que cette cinquième dimension est enroulée sur elle-même en un cercle de rayon très petit, par exemple de l’ordre de la longueur de Planck ( cm), on explique de manière très simple pourquoi notre monde n’y est pas sensible. On peut de la même façon supposer que plusieurs dimensions supplémentaires sont présentes, et qu’elles ont toutes un rayon très petit. Les modèles se basant sur ce principe sont dits de type Kaluza-Klein.

Depuis plus récemment, l’approche des univers branaires connaît un très grand engouement. Dans ces constructions, c’est notre Modèle Standard (ou une partie de ses secteurs) qui est piégé dans un sous-espace à quatre dimensions, appelé “brane”. Les dimensions supplémentaires peuvent alors être larges voire infinies, plates ou courbées (“warped extra dimensions”).

2.1 Modèles de type Kaluza-Klein

Considérons pour commencer une seule dimension supplémentaire, de coordonnée . Dire que cette dimension est compacte et prend la forme d’un cercle de rayon , c’est dire que appartient à l’ensemble et que l’on identifie les deux points extrêmes. Un champ scalaire se propageant dans cet espace-temps se décompose donc en modes de Fourier

(2.1)

avec décrivant nos quatre dimensions. La base des correspond aux fonctions propres de l’impulsion dans la direction compacte, et le champ vérifie donc les conditions de périodicité .

L’action de ce champ respecte l’invariance de Lorentz à cinq dimensions

(2.2)

avec correspond à la dimension supplémentaire111La métrique de Minkowski est ..

Le champ a une dimension de masse . Le facteur dans la décomposition (2.1) assure que les modes de Fourier , appelés modes de Kaluza-Klein (KK), ont une dimension canonique à quatre dimensions.

En injectant la décomposition (2.1) dans l’action (2.2), on trouve

L’intégration sur mène222On utilise . à l’action effective à quatre dimensions

(2.3)

Nous voyons donc qu’un état de Klein-Gordon à cinq dimensions donne lieu à une tour infinie discrète d’états de Klein-Gordon à quatre dimensions avec

(2.4)

L’état , appelé mode zéro, possède la masse .

La procédure se généralise facilement à un nombre de dimensions supplémentaires de rayons , avec . En particulier, l’expression des masses (2.4) devient

Faisons la même construction pour un fermion à quatre composantes . En s’inspirant de (2.1), on le décompose en

(2.5)

Supposons pour plus de simplicité que le champ est libre,

(2.6)

où les matrices de Dirac forment une représentation de l’algèbre de Clifford . En effectuant l’intégration sur comme dans le cas du champ scalaire, on trouve une action

(2.7)

On a donc ici aussi une tour d’états KK de masses333Pour les fermions, seuls les modules au carré des masses ont une sens. mais les termes de masse sont du type Dirac . Par conséquent, tous les modes sont non-chiraux. Ceci constitue un réel problème car notre but est de construire des modèles avec dimensions supplémentaires tels que le Modèle Standard en soit une théorie effective.

2.1.1 Orbifolds

Un moyen de retrouver la chiralité à cinq dimensions est d’imposer une symétrie supplémentaire . Sous cette dernière, le cercle de rayon devient un segment de longueur . Les points et sont des points fixes puisqu’ils sont transformés en eux-mêmes, comme illustré sur la Fig. 2.1.

De manière générale, si les dimensions supplémentaires forment une variété , imposer une symétrie sur donne lieu à un groupe quotient appelé orbifold, qui n’est en général plus une variété ; le processus s’appelle “orbifolding”. L’orbifold contient toujours des points fixes, qui sont les points de invariants sous .

Sous l’orbifolding
Figure 2.1: Sous l’orbifolding , le cercle devient un segment avec deux points fixes à ses extrêmités.

Pour mieux comprendre ce que cela implique, reprenons le champ scalaire . On peut réécrire le développement (2.1) de la façon suivante

(2.8)

avec

La symétrie de l’orbifold autorise les deux parités pour . Si l’on impose , alors les fonctions sont toutes identiquement nulles, et le mode zéro disparaît. Dans le cas où il n’y aurait pas de terme de masse dans l’action (2.2), cela permet d’éviter la présence d’un champ non-massif à quatre dimensions.

En quoi l’orbifold restaure-t’il la chiralité ? Sous la symétrie , le terme cinétique doit être invariant. Or il est clair que le terme , lui, se transforme en . Il faut donc que

soit impair, ce qui implique que l’une des deux chiralités de doit être impaire tandis que l’autre doit être paire. Il s’ensuit, en comparant avec le cas du champ scalaire (2.8), que la chiralité paire se décompose sur la base des , tandis que celle qui est impaire se décompose sur la base et n’a donc pas de mode zéro. On a bien une théorie chirale et il devient possible de construire des théories consistantes grâce aux orbifolds [3].

2.1.2 Compactification à la Scherk-Schwarz

En étudiant l’action (2.2) (respectivement (2.6)), on se rend compte que la décomposition (2.1) (resp. (2.5)) n’est pas la plus générale autorisée par la périodicité de la dimension supplémentaire. En effet, rien ne nous empêche d’imposer plutôt

avec une constante, si ce choix est une symétrie de l’action. De telles conditions, qui se généralisent très facilement au cas de plusieurs dimensions supplémentaires, sont dites twistées et correspondent à une compactification de Scherk-Schwarz [4]. Le champ se décompose selon

(2.9)

En particulier, pour , le champ est anti-périodique .

En effectuant la compactification à partir de l’action (2.2), on trouve que les masses KK sont

Le compactification à la Scherk-Schwarz est donc un autre moyen d’obtenir un mode zéro massif dans le cas où .

Enfin, il est courant d’effectuer une compactification à la Scherk-Schwarz sur un orbifold. Par exemple,

impliquent, pour générique, que est nul aux points fixes, , ce qui correspond à des conditions de type Dirichlet.

Le choix des conditions aux bords des dimensions compactes et le choix de la transformation (parité) des champs sous l’action de l’orbifold sont soumis à contrainte. De manière un peu plus formelle, si l’action de l’orbifold sur le champ est

et que la compactification à la Scherk-Schwarz impose un twist donné par

alors, en général, les deux transformations ne commutent pas : .

On peut explicitement trouver les conditions de compatibilité entre les deux mécanismes. Concrètement, nous ne nous intéresserons qu’aux cas où les deux actions et commutent. L’association de conditions de Scherk-Schwarz et des orbifolds peut être très intéressante pour engendrer des brisures de symétrie [5]. Nous reviendrons sur ceci dans le paragraphe 2.3.

2.2 Les univers branaires

Une autre classe de modèles avec dimensions supplémentaires existe, dans lesquels l’invariance de Lorentz à dimensions est explicitement brisée par la présence de branes, également appelés “domain walls” dans certaines réalisations de théorie des champs.

Le modèle le plus simple [6] contient un champ scalaire à cinq dimensions, décrit par l’action

avec (2.10)
Le potentiel (
Figure 2.2: Le potentiel (2.10) et la solution classique (2.11) des équations du mouvement. Le soliton décrit un domain wall qui sépare les deux vides et .

L’équation du mouvement admet une solution classique

(2.11)

dépendant de , et qui prend les valeurs asymptotiques . Son profil a été tracé sur la Fig. 2.2. Cette solution brise explicitement l’invariance de Lorentz à cinq dimensions, mais elle préserve celle à quatre dimensions.

Si l’on couple un fermion de Dirac au champ scalaire par une interaction de Yukawa , alors au niveau classique, autour de la solution solitonique , les fermions sont localisés au voisinage de . Leur profil dans la direction décroît exponentiellement quand on s’éloigne de la brane. De plus, le mode zéro de ce fermion est naturellement chiral . Il est également possible de localiser des champs de jauge (et donc tout le Modèle Standard) mais cela est plus difficile à réaliser que dans l’exemple ci-dessus. Nous verrons au chapitre 6 que ces localisations apparaissent naturellement dans des théories issues de théories des cordes.

2.2.1 Grandes dimensions supplémentaires

La possibilité de localiser la matière sur une brane quadri-dimensionnelle explique pourquoi nous ne ressentons pas les dimensions supplémentaires de manière directe. Notamment, celles-ci ne sont plus contraintes à être très petites, ou même plates. Un des enjeux est d’apporter de nouvelles solutions aux problèmes de hiérarchie de jauge, de petitesse de la constante cosmologique, d’unification des couplages de jauge, etc., en utilisant la géométrie des dimensions supplémentaires. De ce fait, nous sommes amenés à inclure la gravitation dans nos modèles, ce qui a des conséquences sur la loi de Newton effective à quatre dimensions. Néanmoins, celle-ci a été testée par des expériences du type Cavendish jusqu’à des distances de l’ordre de cm. La taille des dimensions supplémentaires peut donc être aussi large que cette valeur444En termes d’énergie, cela signifie eV..

Les modèles dits ADD [7] s’appuient sur cette idée et reformulent le problème de hiérarchie en termes de volume de l’espace compact. En effet, la masse de Planck GeV n’est pas l’échelle fondamentale d’une théorie vivant à dimensions. Celle-ci, que l’on notera , intervient dans l’action d’Einstein-Hilbert

(2.12)

et sont la métrique et le scalaire de Ricci de l’espace-temps -dimensionnel. La constante de Newton est donnée par

(2.13)

L’idée des modèles ADD est de localiser le Modèle Standard sur une brane de sorte que seule la gravitation se propage dans les dimensions supplémentaires. Si la gravitation est homogène le long des coordonnées tranverses à la brane, alors on peut effectuer facilement l’intégration sur dans l’action (2.12). On trouve

est le volume des dimensions supplémentaires, en supposant que tous les rayons sont égaux et valent .

La masse de Planck à quatre dimensions est donnée par

(2.14)

On peut donc expliquer le problème de hiérarchie en abaissant jusqu’à l’ordre de grandeur de l’échelle électrofaible : TeV, ce qui implique

Le cas d’une dimension supplémentaire a déjà été exclu expérimentalement. Le cas naturel dans les théories de supercordes impliquerait cm, ce que nous ne pourrons probablement jamais tester. Finalement, le problème de hiérarchie a été transféré en problème de nombre de dimensions, ou de taille “non-naturellement” large des dimensions supplémentaires.

Notons que le problème de hiérarchie n’est pas la seule motivation pour introduire les dimensions supplémentaires. Dans d’autres classes de modèles [8], ayant par exemple TeV, ou contenant des dimensions supplémentaires longitudinales à la brane, c’est l’unification des couplages et la brisure de supersymétrie (voir le chapitre 3) qui sont étudiés.

2.2.2 Dimensions supplémentaires courbées

Jusqu’ici, nous avons négligé l’effet de la brane sur les dimensions supplémentaires. Puisque celle-ci porte le Modèle Standard, ou du moins une partie des champs de matière, elle génère un champ gravitationnel directement reliée à sa densité d’énergie, ce qui a pour effet de courber les directions transverses.

Considérons le cas d’une seule dimension supplémentaire, et ignorons l’épaisseur de la brane (fonction ). La densité d’énergie par unité de volume de la brane, aussi appelée tension, est notée . L’action gravitationnelle complète est

est la constante cosmologique à cinq dimensions, et la constante de Newton (2.13). On peut montrer que la constante cosmologique effective à quatre dimensions est nulle pour

L’espace-temps fondamental est alors de type anti-de Sitter, et la métrique correspondante a la forme

est l’inverse du rayon de courbure de la dimension supplémentaire ( est appelé “warp factor”). Ces modèles sont parfois dits non-factorisables à cause du facteur de courbure.

On peut exploiter ce résultat en plaçant le Modèle Standard sur une brane de tension négative, , appelée brane infra-rouge (ou brane TeV), et une autre brane de tension positive, appelée brane ultraviolette (ou brane Planck), aux deux points fixes et d’un orbifold [9]. Du fait de la courbure des dimensions, l’échelle induite sur la TeV brane est

et l’échelle fondamentale à cinq dimensions est . Pour obtenir une échelle TeV, on a typiquement besoin de . Ici aussi, on peut expliquer le problème de hiérarchie, mais cette grâce à la courbure des dimensions supplémentaires.

2.3 Brisure dynamique de symétrie en six dimensions

Dans la suite, nous considérons un champ scalaire dans un espace-temps avec dimensions supplémentaires infinies et plates, et nous plaçons une brane555Par brane, nous entendons fonction delta bidimensionnelle . à l’origine . Le modèle que nous étudions est

(2.15)

le second terme étant un potentiel de type Higgs localisé sur la brane. Puisque a une dimension , le paramètre de masse est adimensionné, tandis que .

Cette théorie contient des divergences au niveau classique [10]. Le propagateur de reçoit des corrections venant de l’insertion de masse localisée , comme représenté sur la Fig. 2.3.

Corrections du propagateur
Figure 2.3: Corrections du propagateur de au niveau classique.

En sommant toutes les contributions,

avec le propagateur nu. Cette expression se réécrit plus simplement dans une représentation mixte

est la quadri-impulsion le long de la brane et sont les coordonnées dans l’espace interne à deux dimensions ; est conservée à chacun des vertex des diagrammes de la Fig. 2.3. La dernière égalité correspond à une resommation de la série.

La quantité est particulièrement simple à calculer en coordonnées polaires dans les directions transverses. On trouve

(2.17)

est une échelle de régularisation ultraviolette.

L’expression (2.3) se réécrit alors

Dans cette expression, désigne le couplage renormalisé déduit de (2.3) et (2.17)

(2.18)

est le paramètre de masse intervenant dans l’action (2.15). Le couplage décroît avec , c’est-à-dire qu’il devient fort dans l’infra-rouge.

Nous interprétons cette évolution des couplages de la façon suivante : les divergences qui apparaissent au niveau classique ne sont dûes qu’à l’épaisseur infiniment fine de la brane. En régularisant nos intégrales divergentes grâce au cutoff , nous avons en fait régularisé l’épaisseur de la brane en .

Dans la Publication , nous avons considéré que les dimensions supplémentaires sont compactes en forme de disque666La forme des dimensions supplémentaires ne joue en réalité aucun rôle vis-à-vis de l’évolution classique des couplages. Néanmoins, les calculs sont simplifiés dans le cas du disque. Nous reviendrons au cas d’un tore de rayons et au paragraphe 4.1.3. de rayon . Nous imposons des conditions de Dirichlet au bord du disque :

(2.19)

avec .

L’évolution (2.18) implique que atteint un pôle de Landau en

(2.20)

comme illustré sur la Fig. 2.4.

Évolution du couplage
Figure 2.4: Évolution du couplage avec l’énergie. Lorsque la valeur nue est exactement la valeur (2.21), un mode non-massif existe à quatre dimensions.

Si est suffisamment petit, de telle manière que le couplage est perturbatif à l’échelle de compactification , alors le modèle est de type Kaluza-Klein (section 2.1) et les masses des modes KK de sont d’ordre .

Par contre, si , alors le mode zéro de est très léger à quatre dimensions. En , ce mode est exactement non-massif, tandis que pour sa masse devient tachyonique et engendre un mécanisme de type Higgs.

La valeur nue du couplage correspondant à la transition de phase est donc, d’après (2.20),

(2.21)

est l’épaisseur de la brane.

Pour vérifier concrètement l’existence d’une transition de phase en , il faut résoudre les équations du mouvement pour le mode zéro de à partir de l’action (2.15) pour les deux régions de l’espace tranverse : l’intérieur de la brane, ; et l’extérieur de la brane . En imposant les conditions aux bords (2.19) et des conditions de correspondance en , on trouve facilement l’expression de la masse quadri-dimensionnelle pour ce mode. On montre en outre que les modes KK sont beaucoup plus lourds que le mode zéro.

Ce modèle très simple est bien entendu motivé par le secteur électrofaible du Modèle Standard. Concrètement, la transition de phase “à la Higgs” peut engendrer la brisure de symétrie électrofaible si on peut expliquer pourquoi , ce qui correspond à une masse tachyonique à quatre dimensions. Un moyen d’expliquer ceci serait de rendre les dimensions supplémentaires dynamiques, c’est-à-dire que le champ scalaire pourrait être couplé à un module (voir le chapitre 6) dont la valeur moyenne dans le vide engendrerait un paramètre de masse dans la bonne gamme de valeurs.

Chapitre 3 Supersymétrie et supergravité

Il existe de nombreuses façons de motiver l’introduction de la supersymétrie comme extension du Modèle Standard. La raison la plus souvent évoquée est le problème de hiérarchie dans le secteur électrofaible [11]. Le boson de Higgs est la seule particule scalaire du Modèle Standard. Il est couplé par des interactions de Yukawa à tous les fermions , et sa masse reçoit des corrections à une boucle

(3.1)

est le cutoff ultraviolet introduit pour régulariser l’intégrale sur le moment interne des fermions dans la boucle111L’expression (3.1) devrait comporter une sommation sur les indices de couleur pour les quarks. Il s’agit ici d’une simple illustration.. La contribution dominante vient du quark top pour lequel . Par ailleurs, pour que le Modèle Standard soit une théorie unitaire, la masse physique ne peut excéder l’ordre du TeV. Sa valeur moyenne dans le vide valant GeV, est plutôt de l’ordre d’une centaine de GeV. Si , qui représente l’échelle ultraviolette de validité du Modèle Standard, est la masse de Planck, cela implique une compensation de plus de ordres de grandeur entre la masse “nue” du potentiel du Higgs et la correction . Inversement, si on suppose que est de l’ordre du TeV de sorte à réduire la compensation non-naturelle, cela signifie que la nouvelle physique est présente à cette échelle.

Le problème de hiérarchie vient du fait que la masse des particules scalaires est très difficile à protéger par des symétries. Les fermions, de leur côté, ont des masses naturellement petites car ils sont protégés par la symétrie chirale que seuls les couplages de Yukawa brisent spontanément. La limite222Cela revient à prendre la limite . augmente donc la symétrie du lagrangien. Les masses ne peuvent alors pas recevoir de corrections quantiques trop fortes. Pour le Higgs, en revanche, la limite n’entraîne pas d’augmentation de symétrie, ce qui le soumet aux corrections (3.1). En associant les scalaires aux fermions dans un même multiplet, on protège automatiquement la masse du boson de Higgs : c’est la supersymétrie.

Pour mieux comprendre ce que cela signifie, supposons qu’un scalaire très lourd soit présent dans la théorie et qu’il soit couplé au Higgs par un terme . Cela engendre une correction

(3.2)

est la masse de . Il est clair que même si est très lourd et découple de la théorie au niveau classique, sa contribution dans les boucles a un effet dominant sur les corrections à la masse du Higgs, et il en est de même pour les particules les plus lourdes auxquelles soit couplé.

La deuxième conséquence de l’équation (3.2), qui n’a plus rien à voir avec , est que le premier terme compense parfaitement la moitié de la contribution fermionique (3.1) si . Donc si chaque fermion du Modèle Standard est apparié à deux scalaires de cette façon, la masse de ne reçoit plus de correction quadratique mais seulement des corrections logarithmiques du type (3.2), et le problème de naturalité est en partie résolu.

3.1 La supersymétrie

3.1.1 Algèbre, superespace et superchamps

Les bosons et les fermions sont associés dans des multiplets supersymétriques. Cela implique que l’algèbre de supersymétrie doit contenir l’algèbre de Poincaré. Effectivement, les théorèmes de Haag-Lopuszanski-Sohnius [12] et Coleman-Mandula [13] établissent que l’algèbre de supersymétrie est la seule algèbre de Lie graduée333Une algèbre de Lie graduée contient des commutateurs et des anti-commutateurs. de symétries possibles de la matrice S.

Concrètement, les hypothèses sont :

  1. que la matrice S repose sur une théorie quantique de champs relativistes à quatre dimensions,

  2. qu’il n’y a qu’un nombre fini de particules différentes qui puissent être associées à un état de masse donnée,

  3. qu’il existe un saut d’énergie entre le vide et les états à une particule.

Le théorème conclut que l’algèbre la plus générale doit contenir le générateur des translations , le générateur des rotations et un certain nombre de générateurs de symétries internes . On montre que ces générateurs sont des spineurs, que nous représenterons par des spineurs de Weyl à deux composantes et avec . Les relations supplémentaires par rapport à l’algèbre de Poincaré sont444Nous utilisons les conventions de Wess et Bagger [14]. En particulier, la métrique plate est .

(3.3)

est le tenseur antisymétrique à deux indices spinoriels, analogue de la métrique plate , et . Les quantités sont les charges centrales, elles sont antisymétriques . Dans la suite, nous considèrerons uniquement le cas pour lequel par antisymétrie.

Transformations de supersymétrie

La première égalité de l’algèbre traduit non seulement le fait que les générateurs et sont des spineurs de dimension canonique , mais surtout que deux transformations de supersymétrie successives forment une translation. La transformation de supersymétrie de paramètres et pour un champ quelconque s’écrit

(3.4)

ce qui implique que et ont une dimension . Grâce à ces paramètres, l’algèbre de supersymétrie (3.3) se réécrit uniquement en termes de commutateurs

(3.5)

On en déduit que le commutateur de deux transformations de supersymétrie est

(3.6)

L’action de sur un champ de dimension donne un champ de dimension : les bosons et les fermions sont appariés par supersymétrie. Pour un champ scalaire , nous définissons son partenaire fermionique par

(3.7)

Le champ doit lui-même se transformer en un champ de dimension . Le choix le plus général se ramène à

(3.8)

Si nous voulons que l’algèbre (3.6) soit close, la transformation de doit être

(3.9)

Les champs forment donc un supermultiplet puisque leurs transformations ferment l’algèbre de supersymétrie. Il contient le même nombre de degrés de liberté fermioniques et bosoniques : est complexe donc il contient 4 degrés de liberté, en contient 2 et aussi. Ce multiplet est appelé multiplet chiral ou scalaire.

Le superespace

Ces transformations peuvent être vues d’une autre façon en introduisant le superespace. Il contient, en plus des quatre dimensions usuelles, deux types de coordonnées grassmanniennes et vérifiant les mêmes relations d’anticommutation que les paramètres de transformation :

(3.10)

Un point du superespace a des coordonnées .

L’algèbre de supersymétrie (3.3) étant une algèbre de Lie, on définit un élément du groupe par

de sorte que la multiplication de deux éléments donne

En particulier, une transformation de supersymétrie du type (3.4) se déduit de la multiplication

Cette opération induit une “super”-translation dans le superespace

(3.11)

dont une représentation est donnée par les opérateurs différentiels

(3.12)

Le superespace nous permet donc de représenter l’algèbre de supersymétrie (3.5) en termes de translations généralisées.

On peut également définir des dérivées covariantes

(3.13)

qui anticommutent avec les charges (3.12) :

(3.14)

Nous définissons un superchamp comme une fonction du superespace. Ce n’est pas un champ physique, et il doit être considéré uniquement à travers son développement en puissance des coordonnées grassmanniennes

(3.15)

Toute puissance supérieure en et est automatiquement nulle d’après les relations (3.10). Les champs sont bosoniques, ils représentent degrés de liberté, c’est-à-dire autant que les champs fermioniques . Les transformations d’un superchamp se déduisent de celles de ses composantes.

On peut réduire le nombre de composantes des superchamps en imposant des conditions sur . Une condition est (ou =0) ; elle définit le superchamp chiral, ou scalaire, dont nous avons déjà étudié les transformations (3.7), (3.8) et (3.9). La condition définit le superchamp vectoriel. Dans la suite, nous étudions ces deux types de superchamps en détail. Tout lagrangien supersymétrique renormalisable peut être construit en termes de ces deux seuls types de superchamps.

Le superchamp chiral

En imposant la condition à un superchamp (3.15), et en remarquant que pour , on réduit le nombre de composantes à

c’est-à-dire

(3.16)

Le complexe conjugué vérifie

La composante du produit est

(3.17)

est une dérivée totale. Ce terme contient les termes cinétiques des champs physiques et . La composante (3.17) se transforme comme une dérivée totale sous la supersymétrie (voir (3.7), (3.8), (3.9)) : elle mène donc à un lagrangien supersymétrique. Il en résulte que est un champ auxiliaire : il n’a pas de terme cinétique et peut être éliminé par les équations du mouvement.

Par ailleurs, le produit de plusieurs superchamps chiraux entre eux est un superchamp chiral. Leurs composantes nous seront utiles dans la suite :

(3.18)

D’après (3.9), la composante se transforme également en dérivée totale et nous pouvons utiliser un des produits (3.18) comme lagrangien supersymétrique.

Nous arrivons au résultat suivant : le lagrangien renormalisable le plus général que l’on puisse construire uniquement à partir de superchamps chiraux est

(3.19)

Lorsqu’il n’y a qu’une seule “saveur” , ce lagrangien décrit le modèle de Wess-Zumino [15], qui est le plus simple que l’on puisse construire.

Le lagrangien (3.19) peut se réécrire comme une intégrale sur le superespace555Les variables et étant grassmanniennes, l’intégrale équivaut à une dérivée de sorte que . On note et . De cette façon, sélectionne la composante de l’intégrand, et sélectionne la composante .

(3.20)

et sont le potentiel de Kähler et le superpotentiel. Nous reviendrons sur ce point au paragraphe 3.1.5. Dans notre cas,

(3.21)

De manière générale, le superpotentiel est une fonction analytique des champs, tandis que le potentiel de Kähler est une fonction réelle.

En termes de composantes, le lagrangien (3.19) s’écrit

Les champs auxiliaires sont éliminés par les équations du mouvement

(3.23)

qui se réécrivent, à l’aide du lagrangien (3.1.1),