Université Paris 6 – Pierre et Marie Curie

et

Service de Physique Théorique, Commissariat à l’Énergie Atomique


THÈSE DE DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ PARIS 6


Spécialité: Physique théorique


présentée par Nicolas ORANTIN


pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris 6


Du développement topologique des modèles de matrices à la théorie des cordes topologiques: combinatoire de surfaces par la géométrie algébrique.


Soutenue le 13 Septembre 2007 devant le jury composé de

M. AKEMANN Gernot, rapporteur

M. BRÉZIN Édouard, président

M. EYNARD Bertrand, directeur

M. KONTSEVICH Maxim

M. KOSTOV Ivan

M. NEKRASOV Nikita, rapporteur

Résumé.

Le modèle à deux matrices a été introduit pour étudier le modèle d’Ising sur surface aléatoire. Depuis, le lien entre les modèles de matrices et la combinatoire de surfaces discrétisées s’est beaucoup développé. Cette thèse a pour propos d’approfondir ces liens et de les étendre au delà des modèles de matrices en suivant l’évolution de mes travaux de recherche. Tout d’abord, je m’attache à définir rigoureusement le modèle à deux matrices hermitiennes formel donnant accès aux fonctions génératrices de surfaces discrétisées portant une structure de spin. Je montre alors comment calculer, par des méthodes de géométrie algébrique, tous les termes du développement topologique des observables comme formes différentielles définies sur une courbe algébrique associée au modèle: la courbe spectrale. Dans un second temps, je montre comment, imitant la construction du modèle à deux matrices, on peut définir de telles formes différentielles sur n’importe quelle courbe algébrique possédant de nombreuses propriétés d’invariance sous les déformations de la courbe algébrique considérée. En particulier, on peut montrer que si cette courbe est la courbe spectrale d’un modèle de matrices, ces invariants reconstituent les termes des développements topologiques des observables du modèle. Finalement, je montre que pour un choix particulier des paramètres, ces objets peuvent être rendus invariants modulaires et sont solutions des équations d’anomalie holomorphe de la théorie de Kodaira-Spencer donnant un nouvel élément vers la preuve de la conjecture de Dijkgraaf-Vafa.

Mots clés: matrices aléatoires, combinatoire, théorie des cordes, espaces des modules, intégrabilité, géométrie algébrique

Summary

The 2-matrix model has been introduced to study Ising model on random surfaces. Since then, the link between matrix models and combinatorics of discrete surfaces has strongly tightened. This manuscript aims to investigate these deep links and extend them beyond the matrix models, following my work’s evolution. First, I take care to define properly the hermitian 2 matrix model which gives rise to generating functions of discrete surfaces equipped with a spin structure. Then, I show how to compute all the terms in the topological expansion of any observable by using algebraic geometry tools. They are obtained as differential forms on an algebraic curve associated to the model: the spectral curve. In a second part, I show how to define such differentials on any algebraic curve even if it does not come from a matrix model. I then study their numerous symmetry properties under deformations of the algebraic curve. In particular, I show that these objects coincide with the topological expansion of the observable of a matrix model if the algebraic curve is the spectral curve of this model. Finally, I show that fine tuning the parameters ensure that these objects can be promoted to modular invariants and satisfy the holomorphic anomaly equation of the Kodaira-Spencer theory. This gives a new hint that the Dijkgraaf-Vafa conjecture is correct.

Key words: random matrices, combinatorics, string theory, moduli space, integrability, algebraic geometry

Remerciements

Je tiens avant toutes choses à remercier mon directeur de thèse Bertrand Eynard. Il a passé énormément de temps à me transmettre une partie de ses connaissances sur ce très vaste domaine que représentent les matrices aléatoires tout au long de l’évolution de mes travaux. J’ai également pu profiter de sa large connaissance du sujet, de son impressionnante intuition et de sa vision globale des applications possibles à travers les sujets qu’il m’a proposés: tous très riches, passionnants et pleins de perspectives. Je tiens aussi à le remercier pour sa disponibilité, sa gentillesse et sa patience. Je suis également très reconnaissant envers Kirone Mallick pour ses nombreux conseils depuis que j’ai eu le plaisir de travailler avec lui il y a maintenant 4 ans. Il a toujours été là pour me guider lorsque j’ai eu des choix à faire.

Je remercie Édouard Brézin et Maxim Kontsevich d’avoir accepté de faire partie de mon jury et tout particulièrement Nikita Nekrasov et Gernot Akemann qui ont accepté la lourde tâche de rapporter mon manuscript ainsi que Ivan Kostov avec qui j’ai eu la chance de pouvoir interagir très fréquemment.

Merci également à Michel Bergère, Philippe Di Francesco et Aleix Prats-Ferrer d’avoir accepté de relire des versions préliminaires de ma thèse. J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à discuter régulièrement avec eux et les nombreuses questions de Michel m’ont souvent permis de clarifier mes idées. Je voudrais également remercier mes collaborateurs Leonid Chekhov et Marcos Mariño qui m’ont aussi beaucoup appris dans leurs sujets respectifs et se sont toujours montrés disponibles pour répondre à mes questions.

Merci enfin au SPhT, qui m’a permis d’effectuer cette thèse dans un cadre toujours agréable et stimulant sans avoir à me préoccuper d’autre chose que mes travaux de recherche, ainsi qu’à tous ses membres et plus particulièrement à Jérémie Bouttier, François David, Vincent Pasquier, Pierre Vanhove et Jean-Bernard Zuber que j’ai régulièrement dérangés par mes questions ainsi qu’au Niels Bohr Institute qui m’a hébergé pendant deux mois durant lesquels j’ai eu le plaisir de pouvoir apprendre auprès de Charlotte Kristjansen.

Avant propos et plan.

Les modèles de matrices aléatoires, depuis leur apparition dans le monde de la physique en 1951, n’ont eu de cesse de trouver des applications dans des domaines très variés des sciences parmi lesquels on peut citer quelques éxemples en vrac: la physique nucléaire, la physique statistique, l’étude des systèmes chaotiques, la théorie des cordes, les théories conformes, la combinatoire, la théorie des nombres, la théorie des noeuds, l’intégrabilité, l’étude des problèmes de Riemann Hilbert …

La richesse et la variété des domaines liés au matrices aléatoires en font un objet d’étude passionnant et enrichissant, particulièrement pour un étudiant, tant les perspectives de recherche sont nombreuses. Au cours de ma thèse j’ai ainsi pû toucher à des problèmes très différents les uns de autres et cotoyer des gens d’horizons très divers. Ce mémoire n’a pas pour but de cataloguer l’état de l’art dans l’ensemble des domaines où les modèles de matrices ont apporté une contribution, le volume nécessaire à un tel exposé étant bien trop grand et mes connaissances trop limitées.

Je me restreindrai donc à un domaine que j’ai plus particulièrement étudié et sur lequel ont porté mes travaux au cours de cette thèse: le lien entre les modèles de matrices hermitiennes et la combinatoire de surfaces. J’essaierai de montrer que ces deux problèmes sont profondément reliés et combien la structure sous-jacente est riche, mélangeant géométrie algébrique et inégrabilité. J’ai essayé de rendre ce mémoire aussi accessible que possible, quel que soit le domaine d’expertise du lecteur, qu’il soit mathématicien ou physicien, et j’espère avoir réussi à faire un exposé ne nécessitant que des connaissances élémentaires de physique et mathématiques. Je suis en effet très heureux que ce domaine puisse donner naissance à des discussions entre mathématiciens et physiciens et j’espère donc que ce mémoire puisse être lisible par les différentes communautés liées, de près ou de loin, à ce vaste sujet.

Les résultats que j’ai obtenu au cours de ma thèse ont tous été le fruit de travaux avec mon directeur de thèse, B. Eynard. Ils découlent pour la plupart d’un résultat qu’il a obtenu dans le cadre du modèle à une matrice hermitienne au moment où j’ai entamé ma thèse sous sa direction: il a montré dans [42], comment calculer tout le développement topologique des fonctions de corrélations de ce modèle grâce à des outils de géométrie algébrique et à une représentation diagrammatique élégante du résultat. Mes travaux ont essentiellement consisté en l’exploration de certaines des nombreuses perspectives ouvertes par cette construction.

Cette thése suit l’évolution de mes travaux au cours de ces trois dernières années:

  • Le chapitre 1 consiste en une courte introduction sur les modèles de matrices présentant un historique et quelques applications motivant les travaux présentés dans la suite;

  • Le chapitre 2 est entièrement consacré au sujet principal de ma thèse: le modèle à deux matrices hermitiennes. Après avoir défini sans ambiguité le modèle et les observables étudiées, je montre comment, en généralisant la méthode de [42], on peut calculer le développement topologique complet de toutes les observables en termes de la courbe spectrale classique. Ce chapitre est basé sur mes travaux avec Chekhov et Eynard [II][III][I][51] .

  • Le chapitre 3 montre comment cette même méthode permet de résoudre le modèle à une matrice ainsi que le modèle à une matrice en champ extérieur. La dérivation des résultats du modèle de matrice en champ extérieur est basé sur mon travail avec Eynard [IV].

  • Dans le chapitre 4, je présente une généralisation de cette construction au dela des modèles de matrices. Je montre comment, partant d’une courbe algébrique quelconque, on peut construire une famille infinie de formes différentielles imitant les résultats obtenus dans les deux chapitres précédents. Lorsque la courbe considérée est la courbe spectrale d’un modèle de matrices, ces formes différentielles coincident avec les termes du développement topologique des observables de ce modèle. J’étudie également le comportement de ces formes différentielles sous les défor- mations de la courbe ainsi que les propriétés de symétrie induites et comment ces propriétés permettent de comparer différents modèles et de retrouver facilement des résultats classiques dans l’étude d’intégrales matricielles. Ces résultats ont été obtenus avec Eynard dans [IV][VI].

  • Après une très brève introduction entre le lien entre modèles de matrices et théorie des cordes, je montre que les objets introduits dans le chapitre précédent satisfont les équations d’anomalie holomorphe pour les cordes fermées de BCOV [15] et je propose des équations pour les cordes ouvertes satisfaites par les fonctions de corrélation définies précédemment. Ces résultats viennent d’une collaboration avec Eynard et Mariño [V].

  • Le chapitre 6 est une conclusion où je résume les principaux résultats présentés dans cette thèse et certaines perspectives ouvertes par ces travaux.

Ces chapitres correspondant au coeur de la thèse sont suivis d’un chapitre comportant quelques appendices techniques et d’une partie où j’ai regroupé mes articles. Ces deux derniers chapitres permettent, entre autres choses, de regrouper toutes les démonstrations nécessaires aux résultats présentés ici. Ainsi, j’ai présenté les réultats sans démonstration dans le corps du texte. Lorsque celà peut aider à une meilleure compréhension du résultat, j’ai cependant parfois présenté une idée des démonstrations.

Liste d’articles utilisés pour ce mémoire.

[I]B.Eynard, N.Orantin, “Mixed correlation functions in the 2-matrix model, and the Bethe Ansatz”, JHEP 0508 028 (2005), math-ph/0504058.

[II]B.Eynard, N.Orantin, “Topological expansion of the 2-matrix model correlation functions: diagrammatic rules for a residue formula”, J. High Energy Phys. JHEP12(2005)034, math-ph/0504058.

[III]L.Chekhov, B.Eynard and N.Orantin, “Free energy topological expansion for the 2-matrix model”, J. High Energy Phys. JHEP12 (2006) 053, math-ph/0603003.

[IV]B.Eynard, N.Orantin, “Invariants of algebraic curves and topological expansion”, à paraitre dans Communication in Number Theory and Physics, volume 1, n 2, math-ph/0702045.

[V]B.Eynard, M.Mariño, N.Orantin, “Holomorphic anomaly and matrix models”, J. High Energy Phys. JHEP06 (2007) 058, hep-th/0702110.

[VI]B.Eynard, N.Orantin, “Topological expansion of mixed correlations in the hermitian 2 Matrix Model and x-y symmetry of the invariants”, soumis à JHEP, arXiv:0705.0958 .

[VII]B.Eynard, N.Orantin, “Weil-Petersson volume of moduli space, Mirzakhani’s recursion and matrix models”, arXiv:0705.3600.

Table des matières

Chapitre 1 Introduction.

Avant toute intrusion dans le monde des matrices aléatoires, il semble indispensable de rappeler leur surprenante apparition dans le monde de la physique ainsi que leurs si nombreuses et non moins surprenantes applications par la suite. La première partie de ce chapitre a donc pour but de rappeler l’origine des modèles de matrices aléatoires en général et des objets étudiés dans la suite plus particulièrement. Dans la seconde partie de ce chapitre, nous présenterons divers problèmes mathématiques et théories physiques liés aux modèles de matrices, que ce soit des applications directes ou bien simplement des problèmes comportant une structure similaire. Nous nous attacherons particulièrement à montrer les points communs à ces différentes théories.

1 Petit historique des modèles de matrices.

1.1 Matrices aléatoires et physique nucléaire.

Les matrices aléatoires sont arrivées en physique presque par hasard. En effet, au cours des années 50, les physiciens nucléaires tentent d’étudier des noyaux de plus en plus gros, c’est-à-dire de déterminer le spectre de l’Hamiltonien caractérisant chaque noyau. La complexité du problème et la taille de l’opérateur à diagonaliser croissant avec la taille du noyau, ils se sont finalement trouvés face à un problème qu’ils ne pouvaient pas résoudre ni même décrire théoriquement. Ils étaient cependant capables d’avoir accès à ce spectre expérimentalement en étudiant la diffusion de neutrons lancés sur ce noyau. Ainsi l’expérience donnait accès à la répartition des niveaux d’énergie, la manière dont ils sont corrélés entre eux, leur densité (i.e. le nombre moyen de niveaux dans un intervalle d’énergie)…

L’étude de ces résultats expérimentaux a fait apparaître une structure très robuste et universelle de la répartition statistique des niveaux d’énergie ne dépendant pas directement du noyau étudié ni de la région du spectre observée (voir [84] et les nombreuses références à l’intérieur). En effet, si les niveaux avaient été décorrélés, on se serait par exemple attendu à trouver une distribution de Poisson qui ne fut pas du tout observée. Au contraire, la distribution observée a été retrouvée par Wigner en partant d’une statistique bien différente. Puisque l’Hamiltonien d’un noyau lourd est trop complexe pour être décrit explicitement, Wigner a proposé de le modéliser par une matrice de taille dont les coefficients sont des variables aléatoires décorélées suivant chacune une loi gaussienne adoptant ainsi une approche statistique. Lorsque la taille de la matrice tend vers l’infini, il a observé que le spectre devient (quasi-)continu sur un intervalle et que la densité d’énergie suit la célèbre loi du ”demi-cercle” de Wigner [105]:

(1-1)

Or, les corrélations issues de cette densité correspondent exactement aux observations expérimentales obtenues par diffusion de neutrons lents. L’existence d’une approche statistique de ce problème n’est pas due au hasard mais bien aux propriétés particulières de ce type de diffusion. En effet, les neutrons bombardant le noyau à étudier apportent ici chacun une faible énergie. Il faut alors en accumuler beaucoup pour pouvoir arracher un neutron au noyau. L’énergie individuelle des neutrons incidents est donc totalement absorbée par le noyau au cours de cette réaction avant d’être restituée à travers un neutron diffusé. L’étude des neutrons diffusés ne doit donc plus caractériser les comportements individuels des neutrons incidents mais leur comportement collectif impliquant un caractère statistique.

Cette approche statistique peut s’appliquer à d’autres problèmes physiques liés à un Hamiltonien trop compliqué pour être décrit exactement. On a alors pu observer que les caractéristiques générales du spectre ne dépendent pas des détails du problème étudié mais simplement de ses symétries, chaque cas correspondant à l’intégration sur un ensemble de matrices particulier ([84] est une nouvelle fois une source formidable d’informations sur ce point). En effet, l’étude des matrices aléatoires elles-mêmes a permis d’observer des propriétés d’universalités: lorsque la taille des matrices tend vers l’infini, on peut trouver certaines caractéristques du spectre (par exemple l’espacement entre deux valeurs propres successives) qui ne dépendent absolument pas des détails de la mesure d’intégration mais seulement de l’ensemble des matrices sur lequel on intégre.

Il peut donc être intéressant d’étudier les matrices aléatoires en posant une mesure sur l’ensemble de matrices présentant des caractéristiques communes plutôt que de les voir comme un ensemble de coefficients aléatoires réels corrélés. C’est cette approche que nous considérerons dans cette thèse en considérant une mesure d’intégration sur l’ensemble des matrices hermitiennes.

1.2 Modèles de matrices et combinatoire.

Pour bien comprendre comment le modèle qui nous intéresse a vu le jour, il est nécessaire de rappeler comment un résultat de Chromodynamique Quantique (QCD) s’est avéré être fondamental dans le cadre des matrices aléatoires. Cette théorie est une théorie des champs où les particules sont des quarks portant une charge de couleur qui est un objet tridimensionnel. Ils interagissent donc à travers des matrices de jauge de taille , les gluons, présentant une symétrie . La résolution de cette théorie est un problème extrèmement complexe et si l’on peut obtenir des résultats perturbatifs aux petites échelles où la constante de couplage est faible, l’étude aux grandes échelles ne peut être décrite de la même façon. En 74, ’t Hooft [100] a proposé d’aborder le problème différemment en le généralisant: au lieu de considérer seulement trois couleurs, on peut étudier le même problème avec un nombre de couleurs arbitraire . On peut alors faire tendre ce nombre et exprimer les observables du modèle à travers leur développement en pour obtenir finalement des informations sur la valeur . ’t Hooft a alors découvert que les graphes de Feynman contribuant à un ordre donné dans ce développement ont une topologie fixée.

Le type de modèles que nous allons étudier dans ce mémoire a été introduit bien plus tard. Partant des techniques classiques de théorie des champs, Brézin, Itzykson, Parisi et Zuber [22] ont interprété les intégrales matricielles issues de la théorie des matrices aléatoires comme des fonctions génératrices de graphes épais lorsque la taille des matrices tend vers l’infini. Pour cela, ils ont développé les intégrales considérées autour d’un col pour se ramener au calcul de valeurs moyennes d’opérateurs par rapport à une mesure gaussienne. L’application du théorème de Wick (voir l’appendice 1) permet alors de représenter le résulat comme une somme sur un ensemble de graphes où les vertex sont orientés. Nous reviendrons plus précisément sur cette construction dans le début du chapitre 2 puisqu’elle est la base des objets étudiés ici.

L’étude des modèles de matrices a connu un regain d’interêt quelques années plus tard grâce à une simple observation. Plusieurs domaines très différents de la physique, tels que la théorie des cordes, la gravitation quantique ou bien l’étude de membranes, nécessitent de pouvoir caractériser des surfaces et, plus particulièrement, de pouvoir mettre une mesure sur cet ensemble. En 1985, plusieurs chercheurs étudiant de telles surfaces ont observé que l’interprétation introduite par [22] permet d’approcher ce type de problème à partir des intégrales de matrices [9, 30, 65]. En effet, considérant un graphe épais, il existe une procédure très simple permettant de remplacer tout vertex à pattes par un polygône à côtés. A un graphe consistant en un recollement de vertex, on fait donc correspondre une surface formée de polygônes collés entre eux par leurs arêtes. La théorie des matrices aléatoires permet ainsi de calculer des objets de la forme:

(1-2)

est une surface discrétisée construite comme un recollement de polygônes et est un poids associé à toute surface de ce type. Pour passer à de ”vraies” surfaces, c’est-à-dire continues, il faut alors faire tendre le nombre de polygônes vers l’infini et réduisant leur taille de manière à garder l’aire de la surface considéré finie.

Dans ce cadre, la propriété découverte par ’t Hooft en QCD signifie que, lorsque la taille des matrices tend vers l’infini, le développement en permet de sélectionner le genre des surfaces générées. Ainsi, on peut écrire

(1-3)
(1-4)

où l’on somme maintenant sur l’ensemble des surfaces de genre donné pour obtenir chaque terme de ce développement topologique. Cette propriété s’est avérée fondamentale dans l’étude des matrices aléatoires et a permis de faire de grands progrès.

1.3 Matrices aléatoires et surfaces continues.

Revenons maintenant à une éventuelle procédure permettant d’atteindre des surfaces continues à partir des modèles de matrices. Une telle limite est atteinte en faisant tendre le nombre moyen de polygônes constitutifs des surfaces vers l’infini. Ceci est en général obtenu en approchant un point critique dans l’espace des paramètres du modèle. En effet, on peut montrer [47] que le nombre moyen de polygônes est donné par une relation de la forme

(1-6)

est un paramètre du modèle de matrices et la fonction génératrice de surfaces discrétisées issue de ce modèle. Il faut donc atteindre une singularité de comme fonction de pour faire diverger cette quantité. On détermine ainsi un point critique tel que pour tout terme du développement topologique défini dans Eq. (1-3), il existe un exposant critique tel que

(1-7)

On peut alors définir une constante cosmologique liant l’aire moyenne des polygônes et la distance au point critique:

(1-8)

La fonction génératrice totale est alors donnée par le comportement

(1-9)

au voisinage de la singularité . Il a été montré [23, 39, 55] que l’exposant critique est linéaire en le genre : il existe un exposant tel que

(1-10)

Les exposants de et sont donc comparables et ceci permet de définir une variable combinant les deux permettant d’exprimer:

(1-11)

et ainsi de mélanger les contributions des surfaces de genres différents à travers une double limite d’échelle obtenue par et en gardant fini. Cette double limite d’échelle est intéressante puisqu’elle permet d’avoir accès aux surfaces continues depuis les modèles de matrices et de mélanger les surfaces de genres différents ce qui est un élément fondamental de la théorie des cordes où ces dernières intéragissent en se séparant et se recollant créent des surfaces de genre plus élevé. Nous reviendrons sur ce point dans la partie suivante dédiée aux applications des matrices aléatoires.

2 Applications des modèles de matrices aléatoires.

Les matrices aléatoires sont un outil formidable tant ses applications sont nombreuses aussi bien en physique qu’en mathématiques. Dans cette partie nous présentons seulement une petite partie de celles-ci plus particulièrement reliées aux résultats présentés dans ce mémoire.

2.1 Volume symplectique de l’espace des modules de surfaces de Riemann.

En mathématiques, on peut être intéressé par décrire et compter des surfaces partageant une même topologie. Lorsque ces surfaces sont discrétisées, ceci se ramène à de la pure combinatoire mais lorsque les surfaces sont continues, on ne peut plus aborder le problème de la même manière. Il faut définir un certain nombre de paramètres, appelés modules, dont la valeur permet de caractériser chaque surface ou type de surface. L’ensemble des surfaces est donc mis en bijection avec l’espace de toutes les valeurs possibles de ces paramètres: l’espace des modules [31]. Un premier ensemble de modules peut être identifié comme le genre et le nombre de bords d’une surface. On peut alors découper l’ensemble des surfaces en des sous-ensembles contenant toutes les surfaces de genre donné et ayant bords. A chacun de ces ensembles on peut associer un ensemble de modules tels que la longueur de chaque bord par exemple dont les différentes valeurs forment un espace . Alors que dans le cas des surfaces discrétisées, on les compte en associant à chaque assemblage de polygônes un poids et en effectuant la somme de ces poids, l’équivalent continu consiste à munir l’espace des modules d’une mesure et à calculer le volume de ce dernier par rapport à cette mesure. En effet, chaque point de l’espace des modules correspond à une surface et imposer une mesure sur cet espace consiste à associer un poids à chaque surface, l’intégration remplaçant alors la somme discrète.

Dans l’étude de ces espaces, Riemann lui-même a été le premier à étudier l’espace de toutes les structures complexes sur une surface orientée de genre modulo l’ensemble des difféormorphismes préservant l’orientation. Il a ainsi pu montrer que l’espace a pour dimension réelle . Beaucoup plus récemment, démontrant ainsi une conjecture précédement établie par Witten [108], Kontsevich [72]a montré que l’on pouvait calculer le volume de tels espaces par le calcul d’intégrales de matrices du type

(2-1)

est une matrice de champ extérieur en utilisant la propriété disant que les volumes satisfont les équations de Korteweg-de Vries (KdV).

Le fait que cette hierachie intégrable d’équations apparaisse dans l’étude des matrices aléatoires est connu depuis longtemps et beaucoup de travaux ont montré que de telles hierarchies intégrables sont fondamentalement liées à différents modèles de matrices aléatoires [23, 55, 39, 13]. Au contraire, l’émergence de telles contraintes dans le cadre de l’étude de l’espace des modules de surfaces continues etait plus surpenante et n’est toujours pas comprise et fait l’objet de nombreux travaux. Très récemment, Mirzakhani [87, 88] a proposé une relation de récurrence permettant de retrouver la valeur de ces volumes avec une approche mélangeant géométrie algébrique et géométrie hyperbolique. Ces relations semblent être un premier pas vers une meilleure compréhension de ce lien entre hierarchies intégrables et espaces de modules.

2.2 Théorie de la gravitation quantique bidimensionnelle.

La gravitation est sûrement la force fondamentale la plus facilement observable à l’échelle macroscopique puisqu’elle a toujours été ressentie par tout le monde et a été formalisée très tôt à travers les lois de Newton. Cependant son comportement à petites échelles est plus problématique. Il paraîtrait en effet naturel de vouloir quantifier cette intéraction fondamentale comme l’électromagnétisme et les autres forces, mais les techniques de théorie des champs utilisées ne peuvent s’appliquer dans ce cas là puisque la gravitation est une théorie non renormalisable.

Comment quantifier cette théorie en pratique? On peut tenter d’imiter ce qui se fait déjà dans les autres théories en utilisant les intégrales de chemins, c’est-à-dire sommer sur tous les chemins d’états possibles entre un état initial et un état final donné. On sait depuis Einstein que le champ gravitationnel est un champ courbant l’espace temps. Pour le caractériser il faut donc se donner une variété de dimension 4, des coordonnées sur celle-ci et une métrique donnée par une matrice . Son action est alors donnée par la courbure de :

(2-2)

est la courbure scalaire de la métrique et un nombre appelé constante gravitationnelle. Une intégrale de chemin sera alors de la forme:

(2-3)

où la somme porte sur toutes les variétés satisfaisant les conditions initiale et finale. Le calcul d’une telle somme est extrèmement compliqué et un tel problème n’a pas encore pu être résolu, en particulier parce qu’on ne sait pas bien décrire les différentes topologies de intervenant dans cette somme.

On peut cependant essayer de simplifier le problème pour tenter de le résoudre en diminuant la dimension de l’espace temps: on peut considérer l’espace temps comme une variété de dimension 2: une dimension d’espace et une dimension de temps. On va également faire une rotation de Wick , faisant passer dans l’espace des temps complexes et rendant la métrique Euclidienne. Dans ce cas là, le problème se rapproche d’un problème de calcul de volume d’espace de modules de surfaces continues décrit plus haut. On doit en effet calculer des intégrales de chemin de la forme:

(2-4)

où la somme porte sur toutes les surfaces satisfaisant les conditions aux limites et est la constante cosmologique. En fait, le symbole de somme est ici un peu abusif puisqu’il sous entend une somme discrète alors que l’espace des surface n’est pas à priori discret. En fait, il faudrait plutôt réécrire comme une intégrale sur l’espace des modules des surfaces de Riemann .

C’est justement sur ce point que les intégrales de matrices s’avèrent efficaces à condition de donner un sens précis à cette somme discrète. Une idée naturelle pour décrire une surface, fréquemment utilisée par exemple en mécanique dans les méthodes de modélisation en éléments finis, consiste à discrétiser cette dernière en la remplaçant par une surface ”proche” composée uniquement de polygônes collés entre eux par leurs arêtes. La somme consiste alors à sommer sur de telles surfaces discrétisées en donnant un poids particulier à chacun des polygônes les composant ainsi qu’à l’opération de recollement d’arêtes: on peut donc voir comme une fonction génératrice de telles surfaces. Or comme nous le verrons, c’est exactement le type de fonctions génératrices que l’on peut obtenir à partir des intégrales de matrices. Notons qu’il faut alors faire très attention à cette discrétisation des surfaces et pouvoir caractériser son impact sur les observables du modèle.

Pour la suite, remarquons que l’on peut également introduire des champs de ”matière” scalaires couplés à la gravité, par exemple à travers l’action modifiée:

(2-5)

2.3 Théories des cordes.

Une autre théorie peut se mettre sous une forme similaire et se ramener au même problème consistant en une intégrale sur l’espace des modules des surfaces de Riemann: la théorie des cordes [54]. Celle-ci est une généralisation des théories des champs habituelles où les particules ne sont plus des points de l’espace temps mais des objets à une dimension, i.e. des cordes paramétrées par des coordonnées est une abscisse curviligne sur la corde. Pour définir une intégrale de chemin il faut alors intégrer sur tous les états entre une corde initiale et une corde finale . Or, lorsqu’une corde évolue dans le temps, elle dessine une surface (bidimensionnelle) dans l’espace temps. L’intégrale de chemin correspond donc comme dans le paragraphe précédent à sommer sur toutes les surfaces entre les états initiaux et finaux:

(2-6)

Plusieurs actions peuvent alors être choisies et plusieurs mesures pour la sommation. Nous n’alllons pas nous attarder sur toutes les actions possibles. Notons que parmi toutes celles-ci, Polyakov [94] a proposé une action invariante sous les changements de coordonnées de la surface:

(2-7)

est la métrique de Minkowski sur l’espace-temps et la métrique induite sur la feuille d’univers (i.e. la surface dessinée par l’évolution de la corde dans le temps). Notons que l’on reconnait ici exactement la même somme sur les surfaces que celle introduite dans le paragraphe précédent dans le cadre de la gravitation quantique bidimensionnelle dans Eq. (2-5).

Cependant, cette théorie des cordes présente de nombreux défauts. Non seulement, elle ne peut être vérifiée expérimentalement mais au niveau théorique, les symétries nécessaires impliquent de fortes contraintes. En effet, on ne peut pas construire une telle théorie dans un espace temps de dimension 4 mais 26! Il faut donc éliminer 22 dimensions. Une partie du chemin a déjà été fait par Ramond [95] et Neveu et Schwarz [92] en introduisant la supersymétrie: ils ont ramené le problème à une théorie à dix dimensions. Il reste donc 6 dimensions à éliminer pour revenir aux 4 dimensions de l’espace temps réel. Ceci peut être fait en réduisant la taille des 6 directions supplémentaires, en les compactifiant. Les nombreux travaux dans ce domaine font apparaître une très riche structure intéressante au moins au niveau mathématique si ce n’est pour retrouver les propriétés physiques du monde réel.

Remarque 2.1

Nous n’avons évoqué ici qu’un exemple parmi bien d’autres de modèle de théorie des cordes lié aux modèles de matrices aléatoires. Nous verrons un autre exemple dans le chapitre 5 qui lui est totalement dédié: les théories des cordes topologiques. Ce cas correspond à une théorie des cordes où seule la topologie de la feuille d’univers (i.e. la surface générée par l’évolution temporelle de la corde) entre en compte dans le calcul de la fonction de partition. Si deux types de théories des cordes apparaissent dans ce cadre, tous deux sont fortement reliés aux modèles de matrices [81]: que ce soit par les propriétés de variation de la fonction de partition du type A sous les déformation de la feuille d’univers ou par la conjecture de Dijkgraaf et Vafa [36] identifiant directement un modèle de matrice équivalent au type B, les points communs entre modèles de matrices et théories des cordes topologiques sont frappants.

2.4 Théories conformes et modèles minimaux.

Explicitons un peu plus comment ces dimensions critiques pour l’espace temps sont obtenues. Au niveau local, l’action de Polyakov a une symétrie sous le changement de la métrique:

(2-8)

la symétrie conforme. Cependant cette symétrie est brisée par la quantification: la sommation sur les surfaces introduit une anomalie. On peut caractériser cette anomalie par un unique scalaire: la charge centrale . Celle-ci s’annule lorsque la théorie quantique est invariante conforme. Pour la définir, il est nécessaire d’étudier plus précisément les transformations conformes de la métrique. Ce sont les transformations qui changent la métrique par un facteur scalaire et donc laissent invariante l’action de la théorie [62]: elles sont données par

(2-9)

est une fonction analytique de la variable complexe avec et des coordonnées sur la surface considérée. Elles sont donc générées par les opérateurs . En fait, comme souvent, pour obtenir les bons générateurs des transformations conformes, on doit introduire un ordre normal pour préciser l’ordre dans lequel les différents opérateurs agissent. On obtient ainsi les générateurs qui satisfont les relations de commutation:

(2-10)

c’est-à-dire qu’ils forment une extension de l’algèbre de Virasoro avec une charge centrale .

On peut construire une représentation de cette algèbre en partant d’un opérateur primaire :

(2-11)

considéré comme le vide de la représentation. L’ensemble des états engendrés par les autres opérateurs :

(2-12)

engendrent alors, en général, une représentation de dimension infinie irréductible de l’algèbre de Virasoro. Cependant ceci n’est plus vrai dans certains cas particuliers où la représentation engendrée est réductible puisque les états engendrés ne sont pas linéairement indépendants. En effet, pour les valeurs de particulières:

(2-13)

et sont entiers, on obtient de telles représentations réductibles.

Remarque 2.2

Certains modèles ne font intervenir qu’un nombre fini de représentations réductibles de ce type et sont ainsi entièrement solubles: les modèles minimaux indexés par deux entiers et premiers entre eux. Dans ce cas, la charge centrale est de la forme:

(2-14)

et les dimension des champs primaires sont données par la table de Kac [62]:

(2-15)

et sont deux entiers strictement positifs et strictement inférieurs respectivement à et à .

Nous verrons comment résoudre ces modèles grâce aux modèles de matrice dans le chapitre 4 de cette thèse.

On peut montrer que l’on peut associer une telle charge centrale à chaque champ suivant sa statistique: à un boson, on associe une charge 1 tandis qu’à un fermion on associe une charge . On peut également montrer que le champ de jauge a une dimension négative égale à due, entre autres choses, à l’introduction de fantômes de Fadeev-Popov. La charge totale d’une théorie des cordes dimensionnelle avec l’action de Polyakov est donc égale à:

(2-16)

puisqu’il y a champs bosoniques dans cette théorie. On voit ainsi qu’il est nécessaire d’avoir une théorie avec un espace temps de dimension pour que la symétrie conforme soit préservée au niveau quantique. Pour réduire la dimension critique, on peut introduire la supersymétrie et donc fermions. Ceci induit de plus de nouveaux fantômes de Fadeev-Popov avec une charge . On a alors la charge centrale

(2-17)

ce qui donne une dimension critique comme annoncé plus haut.

En fait, les modèles de matrices permettent non seulement d’avoir accès aux théories des cordes critiques mais égalements à celles qui ont une dimension non critique et donc une charge centrale non nulle. En particulier, les modèles minimaux correspondent à une charge centrale .

Dans tous les cas, pour comparer les résultats des théories conformes introduites ici et des modèles de matrices vus comme fonctions génératrices de surfaces discrétisées, il faut pouvoir trouver un language commun. Dans les deux cas on peut se ramnener à une unité de comparaison possible: l’aire des surfaces générées. On peut se demander comment se comportent les observables de ces différents modèles en termes de l’aire des surfaces considérées. Plus particulièrement comment divergent ces observables quand . En général, pour les théories conformes, on peut montrer que pour un genre et une aire fixée pour les surfaces , on a un comportement du type [71]:

(2-18)

où l’exposant est linéaire en le genre et donné par111On peut noter la similitude entre cette équation et Eq. (1-10).:

(2-19)

Le coefficient , appelé susceptibilité de corde dépend de la théorie considérée. Par exemple, pour un modèle minimal de type , on peut montrer q’il vaut:

(2-20)

On peut calculer un tel exposant critique pour n’importe quelle autre observable du modèle et ainsi le comparer avec les résultats de modèles de matrices.

Nous verrons ainsi que la comparaison de ces exposants, à condition de bien normaliser les observables et variables, permet de montrer que les modèles de matrices donnent accès aux théories conformes (en particulier en prenant certaines limites où les surfaces discrétisées deviennent continues).

2.5 De l’émergence de la géométrie algébrique et des systèmes intégrables.

Si les applications présentées jusqu’ici ont toutes un lien avec la combinatoire de surfaces discrétisées ou continues, les modèles de matrices sont liés à de nombreux autres problèmes qui ne seront pas ou très peu abordés dans cette thèse. Si elle ne semble pas aussi directement reliée à notre problème, l’une des propriétés des modèles de matrices qui semble fondamentale dans toutes les construction introduites ici est son intégrabilité. En effet, cette propriété, que l’on retrouve sous différentes formes suivant l’aspect des modèles de matrices étudiés, assure que le problème est soluble: cela signifie que l’on est en principe capable de calculer toutes les observables du modèle considéré (ce qui ne signifie pas que l’on puisse le faire facilement en pratique).

Il a été observé que les observables des modèles de matrices sont, en général, solutions d’équations différentielles appartenant à des hierarchies intégrables telles que les hierarchies KP, la hierarchie de Toda 2 dimensionnelle, celle de Whitham … En fait, lorsque l’on intègre sur une matrice de taille finie , on trouve un système intégrable quantique caractérisé par . On s’attend donc à retrouver un système intégrable classique lorsque la taille et ainsi tous les ingrédients le caractérisant comme une courbe algébrique appelée courbe spectrale ou la fonction satisfaisant des relations bilinéaires.

Nous verrons que nous retrouvons effectivement tous ces ingrédients dans le cadre des intégrales formelles qui sont liées à la limite des intégrales de matrices convergentes lorsque la taille des matrices tend vers l’infini. On ira même plus loin puisque nous montrerons que ces éléments classiques permettent de calculer toutes les corrections en , i.e. toutes les corrections semi-classiques222Nous verrons que ceci n’est pas exact puisque le modèle étudié n’est pas exactement l’intégrale de matrice dont on s’attend à ce qu’elle soit la fonction tau d’un système intégrable quantique. Il reste dons une dernière étape à franchir pour pouvoir reconstruire le système quantique lui-même par resommation des termes semi-classiques..

Si le lien entre intégrabilité et modèles de matrices semble bien compris à présent, le lien direct entre combinatoire de surfaces et intégrabilité restait jusqu’à récemment assez obscur. Pourtant cet outil semble fondamental dans l’étude de l’espace des modules de surfaces de Riemann. En effet, si l’approche de Kontsevich a été de réinterpréter ce problème en termes d’intégrales matricielles, ceci est principalement dû au fait que les volumes d’espaces de modules sont solutions d’équations différentielles de la hierarchie KdV et donc à l’intégrabilité. Si des travaux récents [93, 79, 91] ont permis de comprendre un peu mieux ce lien à la lumière de l’étude de partitions aléatoires et leur lien avec les fonctions tau de systèmes intégrables, j’espère que cette thèse permettra de donner de premiers éléments de compréhension utilisant le formalisme des matrices aléatoires.

Chapitre 2 Modèle à deux matrices hermitiennes.

Dans ce chapitre, nous présentons une méthode de résolution du modèle à deux matrices hermitiennes formel. Ce modèle est souvent décrit comme la limite d’une intégrale matricielle convergente où la taille des matrices tend vers puisqu’il correspond à un développement perturbatif de cette intégrale par rapport à un paramètre qui est de l’ordre de l’inverse de la taille des matrices considérées. Nous allons donc montrer comment calculer tous les termes du développement de toutes les observables de ce modèle par rapport à ce paramètre. Cette méthode, basée sur les travaux de Eynard pour le modèle à une matrice [42] et ses méthodes générales de résolution des équations de boucles, montrera toute sa puissance dans les chapitres suivants où nous la généraliserons au delà des modèle de matrices aléatoires.

Le modèle à deux matrices hermitiennes a fait l’objet de différentes approches dans la littérature. En effet, les nombreux domaines où ce problème, qui consiste essentiellement à évaluer des intégrales matricielles, semble apparaître ont permis à différentes spécialités de se retrouver sur un même terrain. Ainsi chacun a pu utiliser ses méthodes favorites et l’on peut facilement imaginer que les contributions de physiciens, probabilistes ou combinatoriciens vont apporter des points de vue bien différents. Le modèle étudié ici a été introduit en premier par Kazakov comme un modèle de physique statistique [66]: il a été utilisé pour modéliser le modèle d’Ising sur surface aléatoire, i.e. décrire un système de spins en intéractions vivant sur un réseau triangulaire aléatoire.

La méthode développée ici consiste à résoudre un ensemble d’équations satisfaites par les observables du système. Ces équations sont connues sous le nom d’équations de boucles [86, 99, 34, 8, 43] dans le milieu des matrices aléatoires mais elles se retrouvent en fait dans diverses spécialités de physique ou de mathématiques sous des noms aussi divers que contraintes de Virasoro, identités de Ward, équations de Schwinger Dyson, équations de Tutte [102, 103] ou même équations de Baxter [11]. Si des méthodes ont été proposées pour les résoudre dans des cas particuliers [5, 4, 3] ou même totalement [8] dans le cas du modèle à une matrice, l’approche de Eynard [42, 27] a pour avantage la simplicité et la généralité. En effet, en utilisant un langage approprié, celui de la géométrie algébrique, on peut résoudre ces équations de manière intrinsèque de façon à ne plus faire apparaître les specificités de tel ou tel modèle en se ramenant à l’étude d’une courbe algébrique associée au modèle [67].

Cependant, ces équations sont très générales et admettent des solutions présentant des structures bien différentes les unes des autres. Il existe ainsi plusieurs définitions non équivalentes de ce qui est usuellement dénommé ”intégrale matricielle” dans la littérature. Toutes satisfont les équations de boucles mais elles ne coincïdent pas de manière générale. Cette imprécision dans la définition, récurrente dans la littérature, a mené à des contradictions flagrantes particulièrement mises en avant par [5] et [63, 32, 21] et expliquées plus tard par [18].

Nous débuterons donc ce chapitre en précisant ce que nous entendons par ”intégrale de matrice”. Ceci nous permettra ensuite d’interpréter ces intégrales comme fonctions génératrices de surfaces constituées de polygones de couleurs différentes. Enfin, je présenterai le principal résultat de cette partie: comment, en utilisant des concepts de géométrie algébrique, on peut calculer de manière explicite toutes ces ”intégrales de matrices formelles” en termes d’objets fondamentaux définis sur une courbe algébrique appelée courbe spectrale.

1 Définition du modèle.

Considérons deux potentiels polynômiaux111Toute la méthode présentée ici peut s’étendre au cas de potentiels dont la dérivée est une fonction rationnelle. Cependant, les quelques subtilités techniques induites par cette généralisation n’apportent rien de nouveau à la compréhension du problème et entrent dans le cadre du chapite 4. Le lecteur intéressé pourra aisément adapter la description faite du modèle à une matrice avec potentiel rationnel ou bien se reporter à la démonstration de [IV].:

(1-1)

et définissons l’intégrale

(1-2)

et sont deux matrices hermitiennes de taille , et sont les produits des mesures de Lebesgues des composantes réelles de et

(1-3)

et est un paramètre de dévelopement perturbatif. Une telle intégrale ne semble a priori pas souffrir de défaut de définition. Cependant, suivant la spécialité dans laquelle elle est étudiée ou bien même le régime d’étude, le signe intégrale a plusieurs significations différentes dans la littérature. Il est donc important de préciser quel objet se cache vraiment sous cette dénomination.

1.1 Intégrale sur l’ensemble des matrices hermitiennes.

La définition la plus naturelle consiste à diagonaliser les matrices et pour ensuite intégrer sur les valeurs propres réelles,

(1-4)

d’une part et le groupe unitaire, , d’autre part. Dés lors l’intégrale 1-2 s’écrit

(1-5)

où le déterminant de Vandermonde

(1-6)

vient du Jacobien du changement de variable:

(1-7)

avec et est la mesure de Haar sur le groupe .

Sous cette forme, un seul terme contient encore un couplage entre les valeurs propres et les matrices unitaires de changement de base par l’intermédiaire de la combinaison . Cette contribution peut être totalement explicitée en utilisant la

Théorème 1.1

Formule d’Harish Chandra-Itzykson-Zuber (HCIZ) [56, 59]:

(1-8)

où la matrice , de taille , est définie par:

(1-9)

On peut ainsi réexprimer la fonction de partition comme:

(1-11)
(1-12)

Cette expression permet, entre autres choses, d’identifier des critères de convergence de cette intégrale: il faut que les potentiels et soient pairs et que leur termes de plus haut degrés et aient une partie réelle strictement positive si ou . Plus généralement, il faut que la partie réelle de la fonction soit bornée inférieurement sur .

Le calcul d’une telle intégrale peut être ramené à l’étude de deux familles de polynômes moniques

(1-14)

biorthogonaux par rapport à la mesure:

(1-15)

Cette méthode de résolution a été beaucoup étudiée dans la littérature [85, 20] et a permis de faire le lien avec certains problèmes de Riemann-Hilbert (voir [50] pour une revue sur le sujet). Cependant, je voudrais encore rappeler que cette définition de l’intégrale de matrices ne coincide pas avec l’objet d’étude de cette thèse et les résultats obtenus dans ce contexte ne peuvent s’appliquer aux problèmes de combinatoire de cartes.

Remarque 1.1

Cette intégrale n’a pas forcément de développement en !

Remarque 1.2

Un résultat récent permet de calculer une grande classe d’observables de ce modèle grâce à une formule de type HCIZ. Cette formule, dont une première extension a été mise en avant par Morozov [89] suivant Shatashvili [97], a été fortement généralisée par [48]:

Théorème 1.2

Formule de Eynard-Prats Ferrer: pour toute fonction composée d’un produit de traces contenant chacune un produit de deux matrices:

(1-16)

est l’ensemble des matrices complexes triangulaires supérieures strictes muni de la mesure du produit des mesures de Lebesgues des parties réelles et imaginaires de tous les éléments de la matrice, est l’ensemble des permutations de taille et

(1-17)

pour toute permutation .

Cette généralisation donne accès à toute les intégrales matricielles du type:

(1-18)

est contraint par les propriétés de la formule de Eynard-Prats Ferrer.

1.2 Intégrale sur un chemin de valeurs propres.

Dans le paragraphe précédent, nous avons imposé aux valeurs propres un critère de réalité contraignant ainsi fortement les potentiels acceptables. On peut retourner le problème en fixant des potentiels arbitraires et contraindre les chemins d’intégration possibles pour les valeurs propres par ces potentiels. L’intégrale

(1-19)

est convergente si les chemins d’intégration pour les couples de valeurs propres sont choisis de manière appropriée, c’est-à-dire tels que est bornée inférieurement sur tout chemin parcouru par le couple . Si les potentiels ne sont pas triviaux ( ou ), cette condition revient à rechercher les chemins et tels que

(1-20)

soient absolument convergentes. Génériquement, il existe (resp. ) chemins homologiquement indépendants (resp. ) allant de l’infini à l’infini satisfaisant cette propriété. On peut donc décomposer n’importe quel chemin acceptable en:

(1-21)

est une matrice à coefficients complexes. Ce qui nous permet de réexprimer la fonction de partition sur le chemin correspondant comme

(1-22)

La méthode de polynômes orthogonaux peut se généraliser directement à ce cadre en changeant simplement le chemin d’intégration dans la condition d’orthogonalité des polynômes:

(1-23)

1.3 Intégrale formelle.

Si les deux définitions données précédemment sont intimement liées, l’objet de notre étude est d’une toute autre nature, inspirée par les techniques de calcul de théorie des champs utilisées par les physiciens. On la définit comme une intégrale de matrice formelle, i.e. une série formelle dont chacun des termes est bien défini et correspond à la fonction génératrice de cartes bicoloriées.

Dans un premier temps, je tâcherai d’expliquer comment des approximations (non rigoureusement justifiées) inspirées de la physique ont naturellement mené à voir les intégrales de matrices comme des objets combinatoires. Je m’appliquerai ensuite à présenter la définition tout à fait rigoureuse de ce que l’on entend par intégrale formelle.

Lien intuitif entre intégrale de matrice et combinatoire.

Naïvement, pour calculer une intégrale de la forme est un polynôme, un physicien est tenté d’utiliser la méthode dite du col. Celle-ci consiste, en gros, à dire que l’intégrale est dominée par la valeur de l’intégrand en son maximum, le reste étant considéré comme une pertubation sous dominante du fait de la décroissance exponentielle de . Plus précisément, on choisit un ”point col” comme solution de:

(1-24)

Le développement de Taylor du potentiel au voisinage de ce col peut alors s’écrire:

(1-25)

ne contient que des termes de degré en et . Le changement de variable donne alors:

(1-26)

Le développement de Taylor de la partie non quadratique implique alors:

(1-27)

qui peut être ramenée à une somme d’intégrales gaussiennes si l’on inverse la sommation et l’intégration:

(1-28)

Si l’on représente chaque intégrale par un vertex à pattes, le théorème de Wick222Voir l’appendice 1 dédié à ce théorème dans le cadre des intégrales de matrices gaussiennes. nous dit que est alors la fonction génératrice de tous les graphes composés de vertex de valence au moins 2 et au plus dont les poids respectifs dépendent des coefficients du potentiel et du point col autour duquel on développe.

Comment s’étend une telle méthode dans le cas qui nous intéresse?

En premier lieu, on doit déterminer les extrema de l’action

(1-29)

Ceux-ci sont donnés par les solutions du système

(1-30)

Sans perte de généralité, on peut considérer que ces matrices sont des matrices diagonales dont les valeurs propres sont solutions du système (1-30) vu comme un sytème numérique. On peut résoudre celui-ci en éliminant grâce à la première équation. On obtient ainsi une équation polynomiale de degré en

(1-31)

Il existe donc de manière générique ”points cols” 333Chaque point col est un couple de nombres complexes. solution de cette équation où est une valeur propre de et la valeur popre de correspondante. Pour construire un point col dans l’espace des couples de matrices hermitiennes , il faut alors distribuer leurs valeurs propres entre ces différents points cols:

(1-32)

et

(1-33)

avec . Ainsi, un point col est caractérisé par des fractions de remplissage qui représentent la proportion de valeurs propres situées au point col : on a choisi la configuration où le comportement de est dominant pour valeurs propres. En fixant une configuration, on a brisé la symétrie de l’intégrale en la symétrie chaque élément du produit se rapportant à la symétrie entre les valeurs propres au voisinage du même point col.

Remarque 1.3

On considère tous les extrema de l’action et non pas seulement ses minima comme on devrait intuitivement le faire.

Remarque 1.4

On peut voir le système d’équations 1-30 comme la condition d’équilibre des valeurs propres de et soumis au potentiels . Le choix de fractions de remplissage consiste à distribuer les valeurs propres dans les différents puits formés par ce potentiel (voir l’exemple 1.1).

Remarque 1.5

Notons que ces fractions de remplissage ont une influence sur le résultat de l’approximation du col. Nous verrons que ce sont effectivement des paramètres qu’il faut se donner pour définir l’intégrale formelle de manière unique. On retrouvera ces paramètres tout au long de ce chapitre et il est important de garder à l’esprit que ce sont des données du problème au même titre que les potentiels et .

Exemple 1.1

Considérons les potentiels

(1-34)

La surface est alors:

(1-35)

et l’on a quatre points cols:

(1-36)
(1-37)

On peut voir que parmi ceux-ci, seul est un vrai minimum alors que et sont des points selle et est un maximum.

Une fois les fractions de remplissage fixées, l’approximation du col consiste à effectuer un développement autour du col correspondant en réécrivant les matrices à intégrer comme une perturbation autour de celui-ci:

(1-39)

puis à considérer que l’intégrale est dominée par la valeur de l’intégrand en ce point. Le développement de Taylor de l’action au voisinage de ce point col permet de mettre à part sa partie quadratique. Si l’on commute les signes d’intégration et de sommation du développement de Taylor, on peut réécrire cette intégrale comme une série dont chacun des terme est une fonction de corrélation par rapport à une mesure gaussienne:

(1-40)

et représentent les parties non quadratiques de et dans le développement de Taylor autour du point col et la valeur moyenne par rapport à une mesure gaussienne. Le théorème de Wick (voir l’appendice 1) et la représentation du résultat sous forme de diagrammes de Feynman impliquent alors que est la fonction génératrice de graphes fermés coloriés portant une structure de spin.

C’est cette approche que nous allons rendre rigoureuse dans le paragraphe suivant pour définir les intégrales de matrices formelles.

Définition de l’intégrale de matrices formelle.

En se basant sur l’intuition fournie par le paragraphe précédent, on définit l’intégrale de matrice formelle par la fonction de partition résultant de la décomposition de l’intégrale convergente en intégrales gaussiennes par développement en série de Taylor au voisinage d’un point col. Pour cela, il est nécéssaire de donner un sens à ce développement de Taylor en précisant l’interaction entre les différentes solutions du système d’équations numériques:

(1-41)
Definition 1.1

Soit un entier et deux potentiels polynômiaux444On pourrait en pratique seulement demander que ces potentiels aient une dérivée rationnelle et tous les résultats resteront valables (voir par exemple [IV]). Cependant, par soucis de simplicité je me restreind ici au cas poynomial. et définis comme précédemment par Eq. (1-1).

Soit une -partition de :

(1-42)

Soient , les solutions du système de deux équations numériques:

(1-43)

On définit les parties non quadratiques des développements autour de ces points cols par

(1-44)

et

(1-45)

Pour tout , on définit le polynôme en :

(1-46)

comme une intégrale gaussienne sur les matrices hermitiennes et de taille .