Applications de la bi-quantification à la théorie de Lie

Charles Torossian Université Paris 7, CNRS-Institut Mathématiques de Jussieu, Équipe de Théorie des Groupes, Case 7012, 2 place Jussieu, 75251 Paris Cedex 05 FRANCE,

AMS Classification: 17B, 17B25, 22E, 53C35.

Abstract : This article in French, with a large English introduction, is a survey about applications of bi-quantization theory in Lie theory. We focus on a conjecture of M. Duflo. Most of the applications are coming from our article with Alberto Cattaneo [13] and some extensions are relating discussions with my student [9]. The end of the article is completely new. We prove that the conjecture implies the Kashiwara-Vergne conjecture. Our deformation is non geometric but uses a polynomial deformation of the coefficients.

Thanks : I thank the organizers of the conference “Higher Structures in Geometry and Physics” which held at IHP, January 2007 and where our results have been announced. This article is dedicated to Murray Gerstenhaber and Jim Stasheff.

1 English Introduction

1.1 Invariant differential operators on line bundle

Let be a real Lie group, connected and simply connected. Let the associated Lie algebra, the universal enveloping algebra and the symmetric algebra. In this introduction is a homogeneous space with a connected Lie sub-group. As usual denotes the Lie algebra of . Fix a character of , it’s a group homomorphism from into . If there are no danger of confusion, we will denote by the same letter the differential of the character. So is a character of , ie. we have .

Let’s be the line bundle defined by . Sections of this bundle, denoted by , are smooth functions on such that . Obviously acts on the left on .

Let be the algebra of invariant differential operators on .

After Koornwinder [24] we know is isomorphic to

(1)

where . Here are some explanations. For , is the left invariant vectors field on associated to . For , let be the associated differential operator on defined by

. Then in a left invariant differential operator. It’s not difficult to verify that we have described all of them111Consider the local expression around the origin..

Suppose real. The algebra is not commutative in general. A conjecture of M. Duflo [15] describes the center of this algebra. I write the algebra of -invariant polynomial functions on . We get

(2)

This space admits a natural Poisson structure coming from the classical Poisson structure on . Put the character for the half densities.

Duflo’s conjecture [15] : The center of is isomorphic to the Poisson center of .

This conjecture is far to be solved222Consider the following example ; is reductive the unipotent radical of a Borel. Let’s note a Cartan subalgebra. Then you get . These algebras are commutative. The space is quasi-affine.. Moreover one should probably ask for generic character.

In case is a nilpotent group, appreciable advances have been achieved in last few years by Corwin-Greenleaf [14], Fujiwara-Lion-Magneron-Mehdi [18], Baklouti-Fujiwara [7] and Baklouti-Ludwig [8] and Lipsman [27, 28, 29]. More precisely in the nilpotent case one can prove the following.

Théorème 1 ([18])

Let nilpotent (connected, simply connected) and the unitary character of defined by .

(3)

Under these conditions is a subalgebra of , the algebra of -invariant fractions on .

In case where and are reductive groups F. Knop [22] gives a satisfying and remarkable answer to the conjecture. In case is compact and is a semiproduct of with a Heisenberg group , L. Rybnikov [33] makes use of Knop’s result to prove the Duflo’s conjecture. The case of symmetric spaces has been previously studied by myself in [44, 45] and the group case is solved by Duflo [16].

This survey analyses the Duflo conjecture and other standard problems in Lie theory with the help of Kontsevich’s quantization. Main results are some generalizations of [13]. Some others comes from discussion with my PhD student P. Batakidis [9], the end of the article is new.

One hopes to convince people of the interest of our methods. In some sense they are a replacement for the orbit method.

1.2 Duflo’s conjecture : a review of difficulties

Let’s try to list some technical difficulties in Duflo’s conjecture. We will see that most of them disappear with Kontsevich’s quantization techniques developed in [13].

1 - The algebra is filtered by the order of differential operators. But it’s not obvious to describe the associated graded space. In general we have a injection from into . Let’s remark that the character has disappeared. It’s the first difficulty: the symbol of a differential operator on a line bundle is just a function on the cotangent space of the underlying space. Except tentative [25] there are no way to keep the character. The next example illustrates the phenomena : consider with and .

If the algebra is Poisson commutative.

If then is a Weyl algebra then non commutative while the associated graded is Poisson commutative. There are no link between and the Poisson algebra . The quantization procedure developed by Cattaneo-Felder [10, 11] for co-isotropic space takes care of the character.

2 - In general the homogeneous space doesn’t admit a -invariant measure. One has to consider half-densities, essentially to deal with Hilbert spaces. So you have to define the following character of , and is replaced by the shifted character . This shift is problematic if you want to construct irreducible representations by induction from a polarization . Usually you have to ask for compatibility conditions among [27, 44]. Our theories don’t use this shift; they are well normalized.

3 - In case admits a -invariant complement (for the adjoint action), the pair is called a reductive pair (but is not supposed to be reductive !). If is a reductive pair, then an easy consequence of the Poincaré-Birkhoff-Witt’s theorem indicates is isomorphic as a vector space to . It is not know whether this holds in general, that means if is a deformation of . Actually there are no obvious map from into or .

If is a reductive pair then you get the extra equality

(4)

In general you get just a injection from LHS to RHS, as illustrates the following example. Consider with standard basis and take . You get but is isomorphic to . Our constructions depend of the choice for a complement to . In [13] we gave several examples where there are different choices for a complement, the most important is the Iwasawa decomposition and the Cartan decomposition for symmetric pairs. Dependance of our constructions with the complement leads to interesting applications : Harish-Chandra homomorphism for example. At the end of this article, we will explain the group case333This is the double ., which leads to the Kashiwara-Vergne conjecture. Invariant complements simplify the calculations but we are able to describe our model even in the general case.

4 - The algebras and should be simultaneously commutative. Even this fundamental question is not solved in general, except for nilpotent case or for symmetric pairs. If and are algebraic and the generic -orbits in are lagrangian then is commutative, consequently is Poisson commutative. Of course could be commutative, without the lagrangian hypothesis. For example consider with a Heisenberg Lie algebra and and . Take . Then , but -orbits in are not lagrangian because is not commutative.

5 - Fix a complement of in and consider the Exponential map defined by . This is a local diffeomorphism and you can write for in exponential coordinates. Before our work [13] no formulas were known. If you restrict these operators to invariant distributions, you should get interesting simplifications. This is exactly what happens for symmetric pairs [34, 35, 36], especially for the double . The study of this restriction gives rise to Kashiwara-Vergne’s conjecture [21, 3, 5, 46].

6 - Suppose is the differential of a unitary character of and commutative. How can we associate to a rational function, or a polynomial function on ? The orbit method gives a kind of answer : construct an irreducible representation of which admits -semi-invariant distribution vectors for . Most of them are related with orbits with . If we are lucky, these -semi invariant distribution vectors are commun eigenvectors for all . The eigenvalue is a character for and should depend on as a rational function. Usually an irreducible representation is constructed by induction from a polarization at (if such a polarization exists !). As we see, there are several analytic difficulties : definition of the distribution vector, convergence, real structure. All these problems are in some sense far from our starting algebraic problem. We will explain how the bi-quantization gives us a systematic procedure, under the lagrangian hypothesis, to construct this character in a more algebraic (or geometric) way. Of course, if you deal with the spectral decomposition of , all these problems are to be considered.

7 - Let’s do a fundamental remark now : from the point of view of the theory of representations, one should study the algebra where is a two-sided ideal included in and maximal. This algebra should be smaller than and behaves in a much better matter. Indeed Schur’s lemma proves that the action of any element is scalar on irreducible representations which admit -semi-invariant distribution vectors. It is not difficult to extend Duflo’s arguments [16] in this context. The rational function you should have built by the orbit method (if it exists!) is then a polynomial function.

2 La quantification de Kontsevich

Pour simplifier la compréhension de cet article on rappelle brièvement les constructions de Kontsevich [23] et les extensions dans le cas co-isotrope dûes à Cattaneo-Felder [10, 11]

2.1 Théorème de Formalité

En 1997, M. Kontsevich a montré que tout variété de Poisson admet une quantification formelle. C’est une conséquence du théorème de formalité qui affirme qu’il existe un quasi-isomorphisme entre l’algèbre de Lie des polychamps de vecteurs munie du crochet de Schouten et l’algèbre de Lie des opérateurs polydifférentiels munie du crochet de Gerstenhaber [19] et de la différentielle de Hochschild.

Théorème 2 ([23])

Il existe un -quasi isomorphisme entre les algèbres différentielles graduées et . En particulier induit une bijection entre les solutions formelles de Maurer-Cartan modulo les groupes de jauge.

La preuve du théorème utilise une construction explicite en terme de diagrammes, pour décrire les coefficients de Taylor de . En particulier si est un bi-vecteur de Poisson vérifiant pour le crochet de Schouten, alors

(5)

est une structure associative formelle sur . Pour des fonctions de on obtient un produit formel associatif

(6)

On explique rapidement la signification de chaque termes de cette formule.

Graphes

Ici désigne l’ensemble des graphes étiquetés444Par graphe étiqueté on entend un graphe muni d’un ordre total sur l’ensemble de ses arêtes, compatible avec l’ordre des sommets. et orientés (les arêtes sont orientées) ayant sommets de première espèce numérotés et deux sommets de deuxième espèce , tels que :

i- Les arêtes partent des sommets de première espèce. De chaque sommet de première espèce partent exactement deux arêtes.

ii- Le but d’une arête est différent de sa source (il n’y a pas de boucle).

iii- Il n’y a pas d’arête multiple.

Remarque importante : Dans le cas linéaire qui nous intéresse, les graphes qui interviennent de manière non triviale (on dira essentiels), sont tels que les sommets de première espèce ne peuvent recevoir qu’au plus une arête. Il en résulte que tout graphe essentiel est superposition de graphes simples de type Lie (graphe ayant une seule racine comme dans Fig. 1) ou de type roue (cf. Fig. 2 pour un exemple). Cela implique que toutes les formules sont des exponentielles.

Variétés de configurations

On note l’espace des configurations de points distincts dans le demi-plan de Poincaré (points de première espèce ou points aériens ) et points distincts sur la droite réelle (ce sont les points de seconde espèce ou points terrestres ), modulo l’action du groupe (pour ). Dans son article [23] Kontsevich construit des compactifications de ces variétés notées . Ce sont des variétés à coins de dimension . Ces variétés ne sont pas connexes pour . On notera par la composante qui contient les configurations où les points terrestres sont ordonnés dans l’ordre croissant (ie. on a ).

Fonctions d’angle et coefficients

On définit la fonction d’angle hyperbolique dans le demi-plan de Poincaré par

(7)

C’est une fonction d’angle de dans qui s’étend en une fonction régulière à la compactification . Si est un graphe dans , alors toute arête définit par restriction une fonction d’angle notée sur la variété . On note l’ensemble des arêtes du graphe . Le produit ordonné

(8)

est donc une -forme sur variété compacte de dimension . Le poids associé à un graphe est par définition

(9)

Opérateurs bi-différentiels

Enfin l’opérateur est un opérateur bidifférentiel construit à partir de , dont on ne détaille pas la construction. Disons que chaque arête correspond à une dérivée, chaque sommet de première espèce est attaché au bi-vecteur de Poisson et chaque sommet de deuxième espèce est attaché à des fonctions (cf. [23, 12]).

2.2 Formule de Baker-Campbell-Hausdorff

On applique ce théorème pour et Prenons maintenant et . L’équation ci-dessus donne alors une expression nouvelle pour la formule de Baker-Campbell-Hausdorff ; elle utilise tous les crochets possibles 555La formule de Dynkin n’utilise que des crochets itérés. [20]

(10)

Le terme est le mot de type Lie que l’on peut fabriquer avec , c’est essentiellement le symbole de l’opérateur .

Figure 1: Graphe simple de type Lie et de symbole .
Figure 2: Graphe de type roue et de symbole

3 La quantification de Cattaneo–Felder

Soit une algèbre de Lie de dimension finie sur . L’espace dual est alors muni d’une structure de Poisson linéaire. On note le bi-vecteur de Poisson associé à la moitié du crochet de Lie. Supposons donnés sous-algèbre de et un caractère réel de , c’est à dire une forme linéaire telle que . L’orthogonal de même que sont des sous-variétés coisotropes de .

3.1 Construction par transformée de Fourier impaire [11]

La construction de [10, 11] concerne le cas des variétés co-isotropes en général, mais nous ne nous intéressons ici qu’au cas des sous-algèbres d’une algèbre de Lie. Les constructions sont locales et dépendent donc d’un choix d’un supplémentaire de dans . Notons un tel supplémentaire. On peut alors identifier avec . On aura une décomposition (affine)

La variété qui intervient dans cette construction est une super-variété intrinsèque :

(11)

désigne le foncteur de changement de parité. L’algèbre des fonctions polynomiales666Comme on ne considère que des structures de Poisson linéaires, on peut restreindre les constructions aux algèbres de fonctions polynomiales. est donc canoniquement

Considérons alors le bi-vecteur de Poisson linéaire de et appliquons la transformée de Fourier impaire [11] dans la direction normale . On obtient un polyvecteur sur , solution de l’équation de Maurer-Cartan

On applique le théorème de formalité pour la super-variété (voir [11] pour une description complète du théorème de Formalité dans le cas gradué), on obtient alors une solution de Maurer-Cartan dans ; c’est un opérateur polydifférentiel formel homogène de degré un si l’on tient compte des degrés impairs.

En d’autres termes, comme la graduation tient compte du degré dans les variables impaires, la structure obtenue est en fait une -structure, définie par Stasheff [41], sur l’espace avec premier terme non nul a priori (c’est l’anomalie), c’est à dire une structure

(12)

vérifiant777On note le crochet de Gerstenhaber. et des opérateurs -polydifférentiels.

Dans le cas linéaire, l’anomalie est nulle, par conséquent est une différentielle et un produit associatif modulo des termes contenant et . Le terme de plus bas degré de correspond au crochet de Poisson. Ainsi on construit un vrai produit associatif sur l’espace de cohomologie défini par .

Définition 1

On notera l’algèbre de cohomologie (graduée) munie de sa loi associative . On s’intéressera à la sous-algèbre en degré que l’on appellera algèbre de réduction et que l’on notera . Le produit se restreint en un star-produit noté .

3.2 Construction en termes de diagrammes de Feynman [10]

La formule proposée est semblable à celle de Kontsevich [23] dans . Chaque , opérateur -polydifférentiel s’exprime sous la forme888Il n’y a pas de terme pour sauf pour où on trouve la multiplication .

(13)

où les arêtes des graphes portent deux couleurs999Chaque couleur indiquera si la variable de dérivation est dans ou et précisera la fonction d’angle.. Chaque est un opérateur -polydifférentiel sur . Il faut donc élargir la notion de graphes admissibles et considérer des graphes avec arêtes colorées par issus des points terrestres. Si le bi-vecteur de Poisson n’est pas linéaire, ces graphes peuvent admettre des arêtes doubles si elles ne portent pas la même couleur. On ne conservera que arêtes (la dimension de la variété ) les arêtes restantes seront colorées par (on dira que ces arêtes vont à l’infini), elles ne contribuent pas dans le calcul du coefficient , mais les arêtes qui partent à l’infini contribuent dans la définition de l’opérateur (cf. Fig. 3).

Figure 3: Graphe type intervenant dans le calcul de pour un bivecteur non linéaire.

Concernant le coefficient , il est obtenu de manière similaire par intégration sur la variété de la forme modifiée par la couleur selon les règles suivantes :

- si la couleur est dans (variable tangente) la fonction d’angle associée est la même que dans le cas classique

(14)

- si la couleur est dans (variable normale101010 On a besoin ici de faire un choix d’un supplémentaire de , pour identifier à un sous-espace de .) alors la fonction d’angle sera notée (en pointillé dans les diagrammes).

(15)

3.3 Description de la différentielle et exemples d’algèbres de réduction

Dans [13] on décrit en termes de diagrammes ce que vaut la différentielle sur les fonctions polynomiales111111On renvoie à [13] pour l’action sur les éléments de sur .

Figure 4: Graphe de type Bernoulli
Figure 5: Graphe de type roue attaché à un Bernoulli
Figure 6: Graphe de type roue pure
Proposition 1 ([10, 13])

La différentielle est l’action de tous les graphes de types suivant :

-i- les graphes de type Bernoulli avec la dernière arête partant à l’infini (cf. Fig. 4)

-ii- les graphes de type roues avec des rayons attachés directement à l’axe réel sauf pour l’un d’entre eux qui est attaché à un graphe de type Bernoulli dont la dernière arête part à l’infini (cf. Fig. 5)

-iii- les graphes de type roues avec des rayons attachés directement à l’axe réel sauf pour l’un d’entre eux qui part à l’infini (cf. Fig. 6).

En particulier on a toujours avec la différentielle de Cartan-Eilenberg.

Donnons quatre exemples d’algèbres de réduction (voir [13] §2 pour les détails).

– Soit . Alors l’algèbre de réduction est muni du produit de Kontsevich. En effet il n’y a pas d’arêtes sortantes, donc pas de condition.

– Supposons que admette un supplémentaire stable alors on montre que . Dans ce cas, on en déduit que l’algèbre de réduction s’identifie à . En effet, les graphes avec plus de deux sommets ont tous deux arêtes d’une même couleur qui se suivent (cf. Fig. 4). Le coefficient associé est alors .

– Soit et soit une polarisation en , c’est à dire une sous-algèbre subordonnée et lagrangienne pour . On prend comme espace affine , alors l’algèbre de réduction vaut .

– Soit une décomposition d’Iwasawa d’une algèbre réductive réelle. On note le centralisateur de dans et on prend comme sous-algèbre , alors l’algèbre de réduction vaut .

Parité :

On montre [13] §2.2 pour , que dans la différentielle seuls interviennent les diagrammes avec un nombre impair de sommets de première espèce. En tenant compte du degré de , on en déduit que l’algèbre de réduction est graduée. Toute fonction homogène de degré total dans l’algèbre de réduction s’écrit

avec de degré . On a c’est l’analogue du symbole. Toutefois on ne peut en déduire que l’algèbre de réduction est une quantification de car l’application limite classique est injective mais pas forcément surjective. Dans le cas général on peut étendre la construction ci-dessus [9]. On déduit classiquement le corollaire suivant.

Corollaire 1

Si l’algèbre de réduction est commutative, alors son image par l’application LC est Poisson commutative.

3.4 Bi-quantification de Cattaneo-Felder

On suppose données deux sous-algèbres et de . On peut évidemment généraliser la construction en considérant des caractères. La quantification de Cattaneo-Felder définit donc deux algèbres de cohomologie et . Dans [10, 11] Cattaneo-Felder définissent une structure de bi-module sur une troisième algèbre de cohomologie.

La construction procède de la façon suivante.

On fixe une décomposition de compatible avec et , c’est à dire que les variables porteront couleurs notées ici . Le premier signe (resp. le second) vaut si la variable est tangente et vaut si la variable est normale à (resp. à ).

On définit alors la fonction d’angle à couleurs dans le premier quadrant par la formule

(16)

La fonction d’angle vérifie la propriété suivante :

– lorsque se concentrent sur l’axe horizontal les fonctions d’angles tendent vers la -forme d’angle

(17)

– lorsque se concentrent sur l’axe vertical les fonctions d’angles tendent vers la -forme d’angle

(18)

On dessine dans le premier quadrant tous les diagrammes de Kontsevich colorés par les couleurs ci-dessus en plaçant les sommets de première espèce dans le quadrant strict et les sommets de deuxième espèce sur les axes.

En considérant les compactifications des configurations de points du premier quadrant modulo l’action du groupe des dilatations, on définit alors des variétés à coins compactes sur lesquelles on pourra intégrer les formes associées121212A chaque arêtes colorés est associée la différentielle d’une des fonctions d’angle ci-dessus..

Chaque graphe coloré va définir un opérateur polydifférentiel, une fois que l’on aura placé aux sommets de deuxième espèce (placés sur les axes) des fonctions131313J’entends des fonctions avec composantes impaires.. Le résultat est alors restreint à . Les arêtes colorées qui arrivent sur l’axe horizontal définissent des formes d’angles triviales, on peut donc placer sur l’axe horizontal une fonction de . De manière analogue on placera des fonctions de sur l’axe vertical. Enfin on place à l’origine une fonction de

Cette algèbre est munie d’une différentielle correspondant aux contributions de tous les graphes colorés avec une arête sortant à l’infini colorée par , et un seul sommet de deuxième espèce placé à l’origine.

En utilisant la formule de Stokes et en faisant l’inventaire des toutes les contributions, on montre le théorème de compatibilité suivant

Théorème 3 ([10, 13])

L’espace agit par la gauche sur . L’espace agit par la droite. On note l’action à droite (axe horizontal) et l’action à gauche (axe vertical).

4 Applications en théorie de Lie

On décrit maintenant les applications en théorie de Lie de la bi-quantification et du théorème de compatibilité.

4.1 Description de l’algèbre de réduction

On fixe un supplémentaire de . On a donc une décomposition de l’algèbre enveloppante

désigne la symétrisation. On notera l’application déduite de dans .

On considère la bi-quantification Cattaneo-Felder pour le couple de variétés co-isotropes mis en position horizontale et mis en position verticale. L’espace de réduction associé à l’origine est tout simplement . Comme dans [23] on considère pour le bi-vecteur de Poisson, la moitié du crochet de Lie.

Figure 7: Contributions des roues pures sur les axes

Pour dans l’espace de réduction vertical, et est un opérateur donné par diagrammes de Kontsevich à -couleurs. Cet opérateur est compliqué et n’est pas à coefficients constants car les diagrammes avec arêtes doubles colorées par et ne sont pas nuls a priori.

Lorsque alors l’opérateur est plus simple et correspond à l’exponentielle des contributions des roues pures sur l’axe vertical. On notera de même l’exponentielle des contributions des roues sur l’axe horizontal. On note et les symboles associés, c’est à dire pour , et .

Je note pour ,

(19)
Théorème 4

L’application définit un isomorphisme d’algèbres de l’algèbre de réduction muni du produit sur l’algèbre .

Ce théorème est démontré dans le cas des paires symétriques dans [13] et est étendu au cas général dans la thèse de mon étudiant P. Batakidis [9]. La formule de Stokes est encore l’argument essentiel. Lorsque est invariant par action adjointe de alors est une fonction -invariante. Dans le cas des paires symétriques on montre [13] §4.1 que vaut . Dans le cas des paires symétriques on retrouve le produit de Rouvière [34, 35, 36, 38].

On dispose donc d’une description complète via la symétrisation des éléments de .

4.2 Cas des paires symétriques

Supposons dans cette section que est une paire symétrique, c’est à dire que est une involution de Lie. On a donc une décomposition avec et . On s’intéresse à l’algèbre . Le produit prend alors une forme remarquable. En effet pour on a

(20)

est l’exponentielle des contributions des graphes de types roues141414C’est à dire des roues colorées, attachées à des graphes de type Lie.. Le produit de se résume sur , les éléments -invariants, en un opérateur bidifférentiel à coefficient constant de symbole .

On peut déduire de l’analyse de la fonction des propriétés non triviales de . En voici quelques unes (cf. [13] §3) :

Symétrie :

Pour , on a . On déduit la commutativité de l’algèbre .

Radical résoluble :

Si est dans le radical résoluble151515Le plus grand idéal résoluble de , il est -stable. de , alors pour tout . On en déduit que si avec un idéal résoluble.

Paires symétriques d’Alekseev-Meinrenken:

Supposons que soit munie d’une forme bilinéaire non dégénérée161616On dit que est une paire symétrique quadratique. et -anti-invariante, alors on a .

Double quadratique:

Supposons que soit une algèbre de Lie quadratique, c’est à dire munie d’une forme bilinéaire non dégénérée. Considérons la paire symétrique double avec . Alors on a . On conjecture que cette propriété est vraie même si n’est pas quadratique, ce qui a d’intéressantes conséquences (voir la fin de l’article).

4.3 Opérateurs différentiels en coordonnées exponentielles

On reprend dans cette section les notations de l’introduction. On peut raffiner le théorème précédent en donnant l’écriture en coordonnées exponentielles des opérateurs différentiel invariants du fibré . On considère toujours le diagramme de bi-quantification du §4.1. Notons l’application exponentielle de sur . On travaille au voisinage de . Soit , alors est une fonction sur telle que . Notons définie au voisinage de par

Le facteur représente une sorte de jacobien. Pour on note l’opérateur en coordonnées exponentielles défini par

Pour on note et les composantes exponentielles au voisinage de  :

(21)

On peut étendre au cas des sous-algèbres la formule de [13] §4.3. Pour dans l’algèbre de réduction on a :

(22)
Théorème 5 ([13])

Pour , l’opérateur différentiel en coordonnées exponentielles s’exprime par la formule .

Remarquons que l’expression est valable au voisinage de en posant . La convergence des coefficients se démontre comme dans [1, 5]. Cette expression résout de manière satisfaisante un problème ancien de M. Duflo [15].

Remarque : Ce théorème devrait avoir des conséquences intéressantes dans le cas des espaces symétriques hermitiens. En effet on peut utiliser la réalisation d’Harish-Chandra pour écrire les opérateurs différentiels invariants171717Les formules proposées dans [31] ne sont pas correctes. [39, 31].

4.4 Construction de caractères pour l’algèbre

On reprend dans cette section les notations de l’introduction. On cherche des caractères pour l’algèbre . Afin que ceci soit intéressant il faut que cette dernière soit commutative.

L’hypothèse lagrangienne

Plaçons nous dans l’hypothèse lagrangienne que nous avons décrite dans l’introduction. On suppose que pour générique, l’espace (action coadjointe) est lagrangien dans . Rappelons que est toujours un espace symplectique muni de la forme de Kostant-Souriau. Il s’identifie à l’espace symplectique avec et .

Comme on l’a dit l’algèbre de Poisson est alors Poisson commutative, mais aussi l’algèbre des fractions invariantes181818On notera qu’il faut prendre les invariants du corps des fractions et non pas le corps des fractions des invariants. . En fait la commutativité de cette dernière est équivalente à l’hypothèse lagrangienne.

On suppose de plus que les -orbites génériques sont polarisables. C’est à dire que pour générique, il existe une polarisation en (sous-algèbre isotrope et de dimension maximale parmi les sous-espaces isotropes). On a et lagrangien dans . Cette hypothèse est au cœur de la quantification géométrique.

Dans ces conditions on montre facilement que . Cette hypothèse va être cruciale.

Construction d’un caractère

Dans [13] §6, on construit le diagramme de bi-quantification en plaçant sur l’axe horizontal et sur l’axe vertical . Par construction il faut donc choisir une décomposition compatible de . En particulier on fixe un supplémentaire de en position d’intersection normale avec c’est à dire que l’on a

D’après §3.3 on sait que l’algèbre de réduction verticale est réduite à et l’hypothèse implique facilement que l’algèbre de réduction associée à l’origine est aussi . On en déduit une action à droite de sur . On a donc construit un caractère de cette algèbre.

Dans [13] §6 on développe une théorie des diagrammes à -couleurs dans une bande qui nous permet d’interpoler deux situations de bi-quantification et nous permet de calculer le caractère (cf. Fig. 8). On peut déplacer la position de le long du bord horizontal. Les positions limites aux coins donnent les informations recherchées. Notre méthode utilise la formule de Stokes.

Figure 8: Calcul du caractère
Théorème 6

Sous les hypothèses lagrangiennes ci-dessus et l’existence de polarisation, l’application

est le caractère construit par le diagramme de bi-quantification.

Ce théorème est démontré dans le cas des paires symétriques dans [13] §6 et étendu au cas général dans la thèse de mon étudiant P. Batakidis [9]. Remarquons que dans le cas des paires symétriques résolubles, on retrouve directement la formule de Rouvière, car et .

On en déduit facilement en regardant le terme dominant le corollaire suivant

Corollaire 2

Sous les hypothèses lagrangiennes ci-dessus, l’algèbre est commutative.

En particulier dans le cas nilpotent, les orbites sont toujours polarisables191919On peut prendre une polarisation construite par M. Vergne., l’hypothèse lagrangienne est équivalente au fait que la multiplicité de la représentation est finie202020Ici est le caractère de différentielle .. On retrouve alors un théorème de Corwin & Greenleaf [14]. On en déduit dans le cas nilpotent, que si l’algèbre est Poisson commutative alors est commutative. Réciproquement d’après le lemme 1, si est commutative alors la limite classique est Poisson commutative. Bien évidemment si cette dernière algèbre de Poisson est assez grosse212121Une conjecture raisonnable semble que le corps des fractions de la limite classique contient . on pourrait en déduire alors que est aussi Poisson commutative.

Comparaison avec le vecteur de Penney

Sous les hypothèses lagrangiennes ci-dessus, la méthode des orbites fournit dans les bons cas un vecteur distribution semi-invariant (dit vecteur de Penney [44, 45, 18, 27, 28, 29]). Dans les bons cas ce vecteur est aussi un vecteur propre pour , ce qui fournit aussi un caractère de cette algèbre.

Décrivons le vecteur de Penney dans la situation unimodulaire et pour simplifier l’exposé. On note un groupe de Lie connexe d’algèbre de Lie . On suppose que définit bien un caractère222222Ces hypothèses d’intégrabilité compliquent la théorie en général. de . On note et des mesures invariantes 232323En général de telle mesure n’existe pas, il faut alors travailler sur des fibrés en droite, cf. Introduction. sur et .

Le vecteur de Penney est défini par la fonction généralisée

Sous l’hypothèse lagrangienne c’est une section généralisée propre [44] sous l’action des opérateurs différentiels invariants pour . Ceci fournit donc un caractère de cette algèbre noté .

En utilisant le théorème 5 on montre que ce caractère vaut aussi la transformée de Fourier du symbole transverse et coïncide (dans les bons cas) alors avec celui construit par le diagramme de bi-quantification242424Le cas nilpotent sera traité dans la thèse de P. Batakidis [9]..

4.5 Dépendance par rapport au supplémentaire et applications

On étudie maintenant la dépendance du produit par rapport au choix du supplémentaire .

Formule de changement de base

On fixe un supplémentaire de . On choisit une base de adaptée à la décomposition , c’est à dire une base de et une base de . Faisons choix d’un autre supplémentaire dont on fixe une base . Sans perte de généralité on peut supposer que la matrice de passage est de la forme

Notons les colonnes de la matrice et .

On écrit le bi-vecteur dans les deux décompositions et on applique la procédure de transformée de Fourier impaire dans les directions normales. On trouve alors deux poly-vecteurs et sur la variété intrinsèque . La relation entre les deux poly-vecteurs est la suivante (cf. [13] §1.5). Considérons

Alors on aura

où le membre de droite est la transformée de Fourier partielle impaire pour la première décomposition. Par ailleurs le champ de vecteurs sur défini par vérifie252525On note le crochet de Schouten-Nijenhuis. et on a la relation

(23)

L’action du champ sur le bivecteur correspond au changement de supplémentaire.

Contrôle de la déformation: l’élément de jauge

Soit un paramètre réel. Je note