arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Holomorphie des opérateurs d’entrelacement normalisés à l’aide des paramètres d’Arthur

C. Mœglin
CNRS, Institut de Mathématiques de Jussieu

Introduction

Le but de cet article est de prouver que les opérateurs d’entrelacement qui interviennent dans les séries d’Eisenstein construites avec des formes automorphes de carré intégrable et des paraboliques maximaux sont holomorphes au voisinage de l’axe réel positif. Ici on ne travaille que localement donc on réexprime le résultat différemment; on renvoie le lecteur à [18] pour les rapports locaux/globaux. On fixe donc un gros groupe classique est un parabolique maximal de ce groupe donc de la forme est un groupe classique de même type que ; c’est qui intervient dans cet article. On fixe une représentation irréductible de ; on suppose qu’elle est composante locale d’une forme automorphe de carré intégrable; on oublie le fait que la conjecture de Ramanujan n’est pas connue pour les groupes , cela n’a pas d’importance sérieuse pour nos problèmes d’holomorphie et on suppose donc que est dans un paquet d’Arthur; on rappelle les définitions et constructions ci-dessous. On fixe une représentation de Steinberg de , noté ici et on définit une fonction méromorphe qui dépend de et de (ceci est fait en 3.1) mais on peut dire simplement que est le facteur de normalisation défini au moins théoriquement par Langlands et Shahidi pour l’entrelacement est une des représentations du paquet de Langlands inclus dans le paquet d’Arthur défini par . Donc en général la fonction n’est pas le facteur de normalisation de Langlands-Shahidi pour l’entrelacement précédent quand on remplace par sauf si est tempéré c’est-à-dire trivial sur la 2e copie de ; c’est le seul cas où paquet de Langlands et paquet d’Arthur coïncident. On note l’opérateur d’entrelacement standard associé comme précédemment à l’induite et on pose et on montre dans cet article que est holomorphe au voisinage de l’axe réel positif.

L’article commence par un rappel des constructions des représentations dans un paquet d’Arthur; on simplifie la construction dans le cas d’un morphisme général en 2.8 ci-dessous; cette simplification a son intérêt en soi. L’idée est toujours la même on sait définir avec une grande précision les représentations dans un paquet d’Arthur associé à un morphisme si la restriction de à est plongé diagonalement dans le produit est sans multiplicité. Le point est d’obtenir le cas général à partir de ce cas particulier en utilisant des modules de Jacquet. Dans la définition orginale on avait rigidifié les choix de façon à avoir une paramétrisation la plus canonique possible; en fait cette paramétrisation est surtout beaucoup trop rigide et peu compatible aux procédures standard d’induction restriction. On s’affranchit donc de toute rigidité, on perd encore plus de renseignements sur la paramétrisation mais on peut alors faire des choix dans chaque situation et les rendre compatibles à l’induction ou la restriction que l’on considère. Dans cette introduction, on ne peut pas expliquer toutes les notations; mais il est certainement assez clair que peut être vu comme une représentation de dans un groupe d’automorphismes d’une forme bilinéaire d’un type donné (éventuellement ne respectant la forme bilinéaire qu’à un scalaire près). On dit que a bonne parité si toutes les sous-représentations irréductibles incluses dans sont aussi à valeurs dans un groupe d’automorphismes d’une forme de même type. On avait montré en [17] repris en [19] que par une induction qui préserve l’irréductibilité on se ramène à décrire les paquets de représentations associés à un général au cas des ayant bonne parité. Ensuite on construit les paquets associés à un morphisme ayant bonne parité en construisant un morphisme “dominant” et tel que soit de restriction discrète à la diagonale et en trouvant les représentations associées à par module de Jacquet à partir de celles associées à (cf. ci-dessous 2.8); c’est la notion de “dominant” que l’on a simplifiée. On dit que domine s’il existe un ordre total sur l’ensemble des sous-représentations irréductibles incluses dans et sur l’ensemble des sous-représentations irréductibles incluses dans (il y a une ambiguité si a de la multiplicité) et une bijection respectant les ordres, du premier ensemble sur le second compatible à l’action de ; de façon explicite en identifiant une représentation irréductible de à sa dimension, on voit les sous-représentations irréductibles incluses dans comme un triplet et la bijection envoie un tel triplet sur un triplet tel que , et . Remarquons que l’on ne peut pas trouver de morphisme dominant et de restriction discrète à la diagonale si n’a pas bonne parité.

La preuve de l’holomorphie des opérateurs d’entrelacement se fait de la façon la plus standard qui soit: on s’arrange pour inclure dans une induite sera encore dans un paquet d’Arthur et on décompose l’opérateur d’entrelacement standard en le produit des 3 opérateurs d’entrelacements standard évidents et on montre que ce produit n’a pas de pôle en utilisant une hypothèse de récurrence pour . On explique en détail les choix en 3.2; le point de départ est pour , le résultat d’Harish-Chandra qui montre que si est une série discrète, alors l’opérateur d’entrelacement standard est holomorphe pour (cf. par exemple [28]); en , c’est uniquement le fait que l’opérateur d’entrelacement normalisé est autodual et les applications sont pour .

Table des matières

1 Quelques notations générales

Dans tout le travail est un corps -adique. On considère ici un groupe classique; le prototype sont les groupes orthgonaux symplectiques ou unitaires mais grâce à une remarque d’Arthur ([5]) on peut leur adjoindre les groupes et les groupes non connexes et pour les mêmes raisons on peut obtenir les groupes est une extension quadratique de . Chacun de ces groupes (hormi le cas des groupes unitaires) a un groupe dual de la forme est le groupe de Weyl de et où est un groupe classique. Si est un groupe unitaire, sera plutôt un groupe linéaire, ceci est largement écrit dans la littérature. On considère la représentation naturelle de dans un groupe (cela définit ); si est un groupe ou il faut prendre comme expliqué par exemple dans [5]. On note l’automorphisme (ou ) de (ou ) et on note l’automorphisme ”dual” et on impose à de respecter un épinglage.

On considérera des morphismes de dans continus-algébriques, bornés et semi-simples; en composant avec la représentation naturelle cela donne une représentation de . On note génériquement un tel morphisme et on note l’ensemble des sous-représentations irréductibles incluses dans ; toute représentation irréductible de est uniquement déterminée par sa dimension et on identifie donc à un ensemble de triplets est une représentation irréductible de et sont des entiers. On tient compte des multiplicités de dans . On appelle caractère du centralisateur de une application, , de dans et on appelle restriction de au centre de , le signe où les multiplicités de sont prises en compte. Et on dit que la restriction de au centre de est déterminée par le type de si exactement quand est déterminé par une forme bilinéaire dont l’invariant de Hasse est . C’est une version combinatoire des notions usuelles.

Grâce aux travaux de Zelevinsky on sait donc associer une représentation irréductible de notée . Cette représentation est stable par l’action de l’automorphisme extérieur de , noté ci-dessus et on prolonge cette représentation au produit semi-direct de ; ici il n’est pas important de fixer le prolongement. On appelle -trace la trace de cette représentation limitée à la composante non connexe de ce produit semi-direct; on identifie une telle trace à une fonction sur invariante par -conjugaison.

On utilisera aussi la notation suivante bien commode: soit une représentation de et une représentation cuspidale unitaire d’un groupe linéaire , ce qui définit . On suppose qu’il existe un groupe de même type que et de rang plus petit tel que soit un sous-groupe de Levi de . On note un réel et ou simplement (quand est fixé) l’élément du groupe de Grothendieck de , encore vu comme une représentation semi-simple de tel que le module de Jacquet de relativement à un parabolique de Levi soit de la forme , égalité dans le groupe de Grothendieck. Soit une représentation de ; on définit de façon analogue comme représentation semi-simple de telle que le module de Jacquet de relativement à un parabolique de Levi soit, dans le groupe de Grothendieck, de la forme parcourt l’ensemble des couples de représentations irréductibles de sauf le couple .

L’induction pour les représentations est notée par ; soit une représentation cuspidale d’un groupe linéaire et soit un segment croissant ou décroissant. Grâce aux travaux de Bernstein et de Zelevinsky, on sait que l’induite a un unique sous-module irréductible. Ce sous-module est noté, soit soit de façon plus traditionnelle . Grâce aux travaux de Zelevinsky, on peut généraliser cette construction a un ensemble de multisegments dans les cas suivants; considérons une matrice, , (non nécessairement rectangulaire), dont les lignes et les colonnes sont des segments de croissance différentes

où pour tout , est un segment lié au sens de Zelevinsky à celui qui le précède et à celui qui le suit, soit croissant avec alors et soit décroissant avec . Dans l’écriture, l’élément en dessous de est , donc n’est pas nécessairement décalé par rapport à . Dans ce cas l’induite, pour le convenable a un unique sous-module irréductible que l’on note . Le type même de représentations qui interviennent dès que l’on étudie les paquets d’Arthur sont les représentations pour des entiers qui, dans cette écriture sont les représentations associées à la matrice rectangulaire ci-dessous et aussi à la transposée de cette matrice.

Une convention importante

On s’intéresse aux opérateurs d’entrelacement associés à l’élémént du groupe de Weyl de longueur maximale, pour des induites de la forme est une représentation de Steinberg (unitaire) et . En géérale l’image est à valeurs dans une induite de la forme est la contragrédiente de parfois tordu par un caractère dépendant de (cas des groupes de similitudes); pour simplifier la notation on suppose que . C’est le seul cas important.

2 Rappel sur les paquets d’Arthur

2.1 Définition des paramètres

On fixe comme dans 1. A un tel morphisme Arthur associe un ensemble fini de représentations irréductibles de , ensemble noté uniquement déterminé par le fait qu’une combinaison linéaire convenable à coefficient tous non nuls des traces des éléments de se transfère en la -trace de .

Le seul cas particulier de ce résultat dont nous avons besoin est celui beaucoup plus simple des paquets de séries discrètes; on suppose que est trivial sur la 2e copie de et que la représentation définie par n’a pas de multiplicité. Dans ce cas est formée de séries discrètes de ; leur nombre est exactement est la longueur de en tant que représentation de . Avec cela on a déduit l’existence d’une classification des représentations cuspidales de sous la forme suivante (les définitions de sans trou et alterné sont après l’énoncé):

Proposition 2.1.1

Il existe une bijection entre l’ensemble des classes d’isomorphie de représentations cuspidales irréductibles de et l’ensemble des couples est un morphisme discret et sans trou et est un caractère altérné du centralisateur de de restriction au centre de imposée par .

On dit que est discret si la représentation de est sans multiplicité; on dit que est sans trou si quand contient avec , il contient aussi . Le caractère du centralisateur de est dit alterné si, vu comme application de dans il prend des valeurs différentes sur et en prenant la valeur sur tout couple de la forme .

L’application qui à une représentation cuspidale associe le morphisme est uniquement déterminée par la propriété suivante: soit une représentation cuspidale de autoduale. On sait alors d’après Silberger qu’il existe un unique réel tel que l’induite soit réductible. On pose . Alors .

La seule démonstration que je connais de ce résultat utilise l’existence de dans le cas particulier des morphismes triviaux sur la 2e copie de et ceci est dû à Arthur et nécessite le lemme fondamental ordinaire et tordu, ainsi que le transfert pour toutes les fonctions localement constantes à support compact.

Avec cela on peut utiliser [14], [20] pour construire toutes les séries discrètes de , ou on peut utiliser les résultats d’Arthur pour cette même construction; on a déjà montré que les constructions coïncident. On ne fait alors plus d’hypothèses sur et on construit un paquet de représentations en [16] repris en [19]. Et la construction est faite de telle sorte que la propriété de transfert pour les discrets donne la propriété de transfert pour les généraux. Ici on n’a pas besoin de savoir de quelle combinaison linéaire il s’agit. Les paquets que nous avons construits sont donc les paquets qu’Arthur trouvent (une fois tous les lemmes fondamentaux démontrés) par son étude des formules des traces. Arthur annonce que la somme des séries discrètes dans un paquet avec de restriction triviale à la 2e copie de est la (à un scalaire près) combinaison linéaire stable dans le paquet. On a alors montré en [16] quelle est la combinaison linéaire stable dans le paquet ; les coefficients sont des signes explicites. Ici on a besoin d’une description/construction des éléments de pour un général que l’on va rappeler et que l’on simplifiera un peu ci-dessous. Dans cet article, on va utiliser le calcul des coefficients mais on pourrait très bien garder des coefficients non calculés, cela ne changerait rien.

Fixons ; on note la restriction de à est plongé diagonalement dans .

Pour construire les éléments de on commence par le faire dans des cas où est sans multiplicité; on appelle ce cas le cas où est de restriction discrète à la diagonale. Ceci a été traité en détail dans [16] avec les résultats de [22].

Sous cette hypothèse est en bijection avec les couples d’applications définies sur où pour tout , et avec si ; de plus à un tel couple on associe (cf. ci-dessous) un caractère du centralisateur de , pour nous une application, de dans et ce caractère à sa restriction au centre de déterminée par la forme de , c’est-à-dire pour nous est l’invariant de Hasse intervenant dans la définition de la forme bilinéaire que respecte (éventuellement à un scalaire près). Par définition:

On note ou plus simplement la représentation correspondant à . On pose aussi et on a a alors montré en loc.cite que est une distribution stable qui a le bon transfert pour un bon choix d’action de qui ne nous importe pas ici puisque cela ne change la combinaison linéaire que par un signe dépendant uniquement de et de l’action de fixée. Ce qui est important pour ce travail est d’avoir une description en termes de représentations des . On rappelle cette description telle qu’elle a été faite en loc.cite; elle se fait par récurrence sur .

2.2 Le cas des morphismes élémentaires de restriction discrète à la diagonale

Le premier cas est donc celui des morphismes vérifiant que l’on a appelé morphismes élémentaires; on garde l’hypothèse que la restriction est sans multiplicité. Dans ce cas nécessairement et . On note la restriciton de à fois la diagonale de . On remarque que l’application est une bijection; on sait donc définir une série discrète associée à et au caracètre que l’on note et la représentation est l’image de par une application qui généralise l’involution d’Iwahori-Matsumoto. Mais en [15] on en a donné une description simple qui distingue 3 cas, le 2e et le 3e ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. On fait ici une récurrence sur .

1e cas: est sans trou et est alterné; la représentation associée est alors cuspidale et son existence résulte de la classification des représentations cuspidales

2e cas: le morphisme a un trou; il existe donc avec et ; on inclut ici aussi le cas où et . On note le triplet tel que et et on note le morphisme qui se déduit de en remplaçant par . On identifie naturellement à un morphisme de dans . On sait donc définir et on a montré que l’induite a un unique sous-module irréductible et on a défini comme ce sous-module irréductible.

3e cas: il existe avec et pour tout et n’est pas alterné sur ces éléments mais l’est sur les élément pour tout . On pose si et si . On note le morphisme qui se déduit de en enlevant de les éléments et . On restreint en une application de dans . On sait définir, par récurrence, la représentation . On a montré que la représentation induite

a exactement 2 sous-modules irréductibles. Et la représentation cherchée est l’un de ces sous-modules; on a précisé lequel mais cela n’a pas d’importance ici.

2.3 Le cas général des morphismes de restriction discrète à la diagonale

Ici on suppose que est tel que est une représentation sans multiplicité de et on suppose que . On fixe avec . On note le signe de et on pose si . On fixe encore et satisfaisant aux conditions générales et on décrit suivant les cas.

1e cas: ; on note le morphisme qui se déduit de en changeant uniquement en ; on définit sur en restreignant à et en étendant ensuite par et on définit sur en restreignant à et en étendant par:

On a clairement et

Donc on a bien la relation

De plus on sait définir et on pose tout simplement:

2e cas: ; en particulier . On note le morphisme qui se déduit de en changeant simplement en est uniquement déterminé par le fait que , et ; si , on supprime simplement et on se rappelle qu’alors . On définit en prenant la restriction de et sur et en posant , . On a clairement . On considère le groupe de même type que mais de rang celui de moins ( est la dimension de vue comme représentation de ). Comme , on sait définir avec des propriétés sur les modules de Jacquet que l’on récrira en 2.7. On pose et . On a montré en [16] que l’induite

a un unique sous-module irréductible et est ce sous-module irréductible, par définition. D’où, en revenant aux définitions de

2.4 Cas d’un morphisme de bonne parité

On fixe et ; on dit que a bonne parité si la représentation de définie par ce triplet est à valeurs dans un groupe de même type que . On dit que a bonne parité si tous les éléments de ont bonne parité.

Fixons un ordre total sur ; comme a en général de la multiplicité, on précise que 2 éléments de sont ordonnés même si ; on note cet ordre. On impose toujours à l’ordre mis de vérifier la propriété :

si , , et .

Soit un groupe de même type que mais de rang plus grand et soit un morphisme pour . On suppose que est aussi muni d’un ordre total avec la propriété ci-dessus et on dit que domine si et pour tout , en notant et le ième élément de et respectivement, on a , et .

Si a bonne parité et seulement dans ce cas, il existe des morphismes de restriction discrète à la diagonale et dominant . Pour définir le paquet de représentations associées à l’idée est de l’obtenir par module de Jacquet à partir de est un morphisme dominant et de restriction discrète à la diagonale. L’application de sur est celle qui est expliquée en 2.8 ci-dessous; comme on va le montrer en 2.8 on obtient bien ainsi mais évidemment la paramétrisation à l’intérieur de dépend du choix de ; on a fait une construction qui ne dépend pas du choix tout simplement en imposant à l’ordre mis sur plus de condition que . Précisément, on a demandé que

si et ou et ou en tant qu’ensemble non ordonné et .

On renvoie à [19]. On a alors montré que la paramétrisation de obtenue grâce à celle de est indépendante du choix de dominant pour un ordre vérifiant cette propriété; en [17] on a même montré que la paramétrisation de qui en résulte à l’aide de couples définis sur l’ensemble peut se définir directement sur l’ensemble vu comme ensemble ordinaire avec multiplicité. Ce raffinement ne sert pas pour ce travail et au contraire on préfèrera garder une grande liberté sur le choix de l’ordre mis sur .

2.5 Définition générale de

Il reste encore à enlever l’hypothèse que a bonne parité. De l’algèbre linéaire élémentaire montre alors que est la somme de façon unique de 2 morphismes où a bonne parité et aucun élément de a bonne parité. On écrit alors de telle sorte que les représentations des groupes linéaires associée et se déduisent l’une de l’autre par application de ; ici il n’y a pas unicité mais cela n’a pas d’importance. On a alors montré en [19] 3.2 que pour tout l’induite est irréductible et que cette tensorisation définit une bijection de sur . Cela termine la description des paquets.

2.6 Paquet d’Arthur et induction

On fixe (cf. ci-dessus) et on suppose que a de la multiplicité; on fixe intervenant avec au moins multiplicité 2 et on note le morphisme qui se déduit de en enlevant 2 copies de . L’hypothèse de bonne parité assure que est encore un morphisme pour un groupe de même type que . On note la représentation du groupe linéaire c’est-à-dire le sous-module de Langlands de l’induite .

Proposition 2.6.1

L’ensemble est l’ensemble des sous-modules irréductibles des induites de la forme parcourt .

Cette proposition a été démontrée en [17] sans utiliser le fait que est formé de représentation unitaires. Ici, on en donne une démonstration très rapide qui utilise l’unitarité des éléments de ; on aura cette unitarité dès que la totalité des résultats d’Arthur seront disponibles c’est-à-dire dès que l’on aura tous les lemmes fondamentaux y compris pondérés; sans l’unitarité et avec la démonstration ci-dessous on obtient la proposition en remplaçant sous-modules par sous-quotients. On sait que . Soit la combinaison linéaire stable de représentations de dont la trace se transfère en la -trace de . La -trace de est alors un transfert de la trace de l’induite (définie dans le groupe de Grothendieck de ). Ainsi est formé des sous-quotients irréductibles des induites de la forme ; l’unitarité admise de assure qu’une telle induite est semi-simple d’où le résultat. Remarquons qu’en général une telle induite est réductible; on a montré en [17] qu’elle est sans multiplicité de longueur inférieure ou égale à . Le fait qu’il n’y ait pas de multiplicité se retrouve ici parce que l’on sait que est sans multiplicité (cf. [19]) mais cela utilise toute la force des résultats d’Arthur alors que [17] est élémentaire.

2.7 Propriétés des modules de Jacquet

On fixe d’où et . Soient une représentation cuspidale unitaire irréductible, , des demi-entiers tels que . Le lemme ci-dessous est déjà dans [17] mais on préfère en redonner la démonstration pour pouvoir l’utiliser dans 2.8 et rendre ce travail indépendant de [17].

Lemme 2.7.1

On suppose que et que alors il existe un sous ensemble de de la forme pour avec un entier convenable tel que , et pour tout , .

On démontre le lemme par la récurrence suivante. On fixe ; on a mis un ordre sur , pour définir ; on considère un élément tel que pour tout plus grand que cet élément, on a et pour un 3e élément de , strictement plus grand que , on a ; la notion de est aussi relative aux du l’énoncé. Le plus grand élément de convient toujours; si peut être le plus petit élément de alors est de restriction discrète à la diagonale et tous les blocs de Jordan sauf éventuellement le plus petit sont de la forme avec . Il n’y a aucune difficulté à montrer que dans ce cas sauf éventuellement si pour comme ci-dessus, , , et .

On raisonne donc par récurrence sur la place d’un tel élément dans . On fixe un tel élément dans et on suppose que ce n’est pas le plus petit élément puisque ce cas a déjà été vu; on note le morphisme qui se déduit de en remplaçant par avec grand mais tel que si , on a encore . On peut alors appliquer le lemme par récurrence aux représentations dans le paquet associé à .

On note la représentation irréductible associée aux multi-segments

Par définition, pour toute représentation irréductible du paquet associé à , il existe une représentation irréductible du paquet associé à et une inclusion

On suppose que . On fixe une représentation irréductible et une inclusion

Avec une récurrence facile sur , on peut supposer que cette inclusion se factorise en une inclusion

En remontant, on a une inclusion