arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Finitude homotopique et isotopique
des structures de contact tendues

Vincent Colin, Emmanuel Giroux et Ko Honda
Résumé.

Soit une variété close de dimension . Dans cet article, on montre que les classes d’homotopie de champs de plans sur  qui contiennent des structures de contact tendues sont en nombre fini et que, si est atoroïdale, les classes d’isotopie des structures de contact tendues sur sont elles aussi en nombre fini.

Mots clés : structure de contact tendue, champ de plans, homotopie, isotopie, conjugaison, triangulation, surface branchée.

Codes AMS : 57M50, 53C15.


Le but de cet article est de démontrer les deux théorèmes suivants ainsi que quelques uns de leurs avatars :

Théorème 0.1.

Sur toute variété close de dimension , les classes d’homotopie de champs de plans qui contiennent des structures de contact tendues sont en nombre fini.

Théorème 0.2.

Sur toute variété close et atoroïdale de dimension , les classes d’isotopie des structures de contact tendues sont en nombre fini.

Ces résultats s’inscrivent dans un contexte qu’on rappelle brièvement. D’abord, les structures de contact tendues sont officiellement nées dans [El2] où Y. Eliashberg établit à leur sujet le théorème de finitude homologique suivant : sur toute variété close  de dimension , seul un nombre fini de classes de cohomologie entières de degré sont réalisables comme les classes d’Euler de structures de contact tendues (orientées). Dans ce même article, le théorème de finitude homotopique 0.1 apparaît aussi explicitement – Theorem 2.2.2 – mais l’argument proposé pour sa démonstration est incomplet. Dans [KM], par l’étude des monopoles de Seiberg-Witten, P. Kronheimer et T. Mrowka obtiennent l’analogue du théorème 0.1 pour les structures de contact remplissables (au sens le plus faible qui soit). D’après un théorème de M. Gromov [Gr] et Y. Eliashberg [El3], toute structure de contact remplissable est tendue mais bien des structures de contact tendues ne sont, en revanche, pas remplissables [EH2, LS], de sorte que le théorème 0.1 ne découle pas des résultats de [KM].

Un autre théorème de [El2] prouve que la sphère porte une seule structure de contact tendue à isotopie (et changement d’orientation) près. Ceci suggère que les classes d’isotopie des structures de contact tendues pourraient être en nombre fini sur toute variété close de dimension  [El2, conjecture 8.6.1] mais les résultats de [Gi3, Ka] réfutent cette hypothèse. Ils montrent en effet qu’une modification de Lutz répétée sur un tore incompressible peut produire une infinité de structures de contact tendues deux à deux non conjuguées, d’où la conjecture suivante de [Gi4] : les structures de contact tendues sur une variété close de dimension  forment un nombre fini de classes d’isotopie si et seulement si la variété est atoroïdale, i.e. ne contient aucun tore plongé incompressible. Cette conjecture est à présent avérée grâce au théorème 0.2 ci-dessus et au résultat suivant démontré indépendamment dans [Co3] et dans [HKM] (travail commun avec W. Kazez et G. Matić) :

Théorème 0.3.

Sur toute variété de dimension  close, orientée, toroïdale et irréductible111Sans cette hypothèse, il se peut que la variété ne porte aucune structure de contact tendue (voir [EH1]., les structures de contact tendues forment une infinité de classes de conjugaison.

Les méthodes développées dans le présent article permettent par ailleurs de préciser ce résultat en tenant compte de la torsion, invariant des structures de contact introduit dans [Gi4] et défini comme suit :

Définition 0.4.

On appelle torsion d’une structure de contact  sur une variété close de dimension  la borne supérieure des entiers pour lesquels on peut plonger dans le produit muni de la structure de contact d’équation , où .

En vertu du théorème de Y. Eliashberg qui les classifie, les structures de contact non tendues – aussi dites vrillées – ont une torsion infinie. En outre, sur une variété atoroïdale et irréductible, les structures de contact tendues ont une torsion nulle. Pour ce qui concerne les variétés toroïdales, les démonstrations du théorème ci-dessus établissent en fait que, lorsqu’elles sont irréductibles, elles admettent des structures de contact tendues de torsion finie arbitrairement grande. Cela dit, la réponse à la question suivante reste inconnue :

Question 0.5.

Les structures de contact tendues ont-elles toutes une torsion finie ?

Le théorème qu’on obtient ici est le suivant :

Théorème 0.6.

Sur toute variété close de dimension , les structures de contact tendues et de torsion égale à un entier fixé ne forment qu’un nombre fini d’orbites sous l’action du groupe engendré par les difféomorphismes isotopes à l’identité et les twists de Dehn le long de tores.

Ce théorème entraîne le théorème 0.2 puisque, sur une variété  atoroïdale, tout twist de Dehn le long d’un tore est isotope à l’identité. Sur une variété toroïdale en revanche, les structures de contact tendues de torsion (finie) fixée peuvent très bien former une infinité de classes d’isotopie, comme le montre l’exemple des fibrés en cercles au-dessus des surfaces [Gi5, Ho2].

La clé des théorèmes 0.1, 0.2 et 0.6 est le résultat suivant qui montre que les structures de contact tendues sur une variété close sont engendrées, à partir d’un nombre fini d’entre elles, par des modifications de Lutz (voir la partie 1.4 pour la définition de cette opération) :

Théorème 0.7.

Sur toute variété close  de dimension , il existe un nombre fini de structures de contact et, pour chaque entier , un nombre fini de tores transversaux à tels que toute structure de contact tendue sur , à isotopie près, s’obtienne à partir d’une des structures  par une modification de Lutz de coefficients le long des tores , .

Un point crucial néanmoins – qui empêche de déduire formellement le théorème 0.6 du théorème 0.7 – est ici que les tores fournis par ce dernier ne sont a priori pas disjoints – même pour  fixé. Du coup, l’ordre dans lequel on effectue les modifications de Lutz a une incidence.

Tous ces résultats fournissent une classification géométrique grossière des structures de contact tendues en dimension . Il serait intéressant de la préciser en donnant par exemple des estimations effectives pour les nombres dont on se borne ici à prouver qu’ils sont finis.

Les preuves qu’on donne dans ce texte s’étendent au cas des variétés compactes à bord, pour peu qu’on impose un germe de structure de contact le long du bord. Par exemple, le théorème 0.6 devient :

Théorème 0.8.

Soit une variété compacte à bord de dimension  et un germe de structure de contact le long de . Les structures de contact tendues égales à près de et de torsion égale à un entier fixé ne forment qu’un nombre fini d’orbites sous l’action du groupe engendré par les difféomorphismes isotopes à l’identité relativement au bord et les twists de Dehn le long de tores inclus dans .

Grâce au travail de Y. Eliashberg et W. Thurston [Et] qui procure, en dimension , une méthode générale pour déformer un feuilletage par surfaces en une structure de contact, le résultat suivant de D. Gabai [Ga] se déduit du théorème 0.1 :

Corollaire 0.9.

Sur toute variété de dimension  close et orientable, les classes d’homotopie de champs de plans qui contiennent un feuilletage sans composantes de Reeb sont en nombre fini.

Avant D. Gabai, P. Kronheimer et T. Mrowka ont démontré ce théorème dans [KM] pour une classe plus restreinte de feuilletages – les feuilletages tendus – comme une conséquence de leur travail sur les structures de contact remplissables. En fait, un des résultats principaux de [Et] dit que tout feuilletage tendu sur une variété close orientable peut être déformé en une structure de contact remplissable. Par suite, la finitude homotopique des structures de contact remplissables implique celle des feuilletages tendus. Le corollaire 0.9 découle pareillement du théorème 0.1 et d’un résultat de [Co4] qui montre que, toujours sur une variété close et orientable, tout feuilletage sans composantes de Reeb se laisse déformer en une structure de contact tendue.

Dans [Ga], D. Gabai démontre le corollaire 0.9 par une méthode géométrique fondée sur les idées classiques de H. Kneser [Kn], W. Haken [Ha] et F. Waldhausen [Wa] mais utilisant de plus un processus infini de mise sous forme normale dû à M. Brittenham [Br]. Cette méthode lui permet d’atteindre aussi un analogue du théorème 0.2 qui, pour le coup, semble loin d’en être un corollaire.

Enfin, la version relative 0.8 du théorème 0.6 donne une classification grossière des nœuds legendriens dans la sphère munie de sa structure de contact standard :

Théorème 0.10.

Dans la sphère de contact standard de dimension , les nœuds legendriens ayant une classe d’isotopie lisse et un invariant de Thurston-Bennequin imposés – arbitrairement – forment un nombre fini de classes d’isotopie legendrienne.

Pour démontrer les résultats énoncés ci-dessus, la méthode qu’on adopte consiste à mettre chaque structure de contact tendue sur , par isotopie, en position (( adaptée )) et (( minimale )) par rapport à une triangulation fixe de  (sections 2.1 et 2.2.). Ensuite, grâce à la classification des structures de contact tendues sur la boule [El2] et à des manipulations de surfaces convexes [Gi1], on observe que chaque structure de contact tendue obtenue est entièrement décrite par une donnée combinatoire : le découpage des faces de . Il s’agit, sur chaque -simplexe , d’une collection finie d’arcs simples, propres, disjoints et évitant les sommets, leur union n’étant bien définie qu’à une isotopie près de  relative aux sommets. Ces arcs (à cause des propriétés de la triangulation et des structures de contact), s’organisent en familles d’arcs parallèles, elles-mêmes contenues dans un nombre fini de (( domaines fibrés )) (sections 2.3 et 2.4). En dehors de ces domaines, les structures sont sous contrôle (théorème 2.1). On établit alors une correspondance entre les structures de contact tendues (( ajustées )) à un même domaine fibré et les surfaces (( portées )) par . C’est là qu’apparaissent les tores générateurs du théorème 0.7 (section 3). Pour démontrer la finitude isotopique, il faut encore simplifier le domaine pour le faire ressembler à un fibré en cercles au-dessus d’une surface (section 4). On applique alors un théorème classifiant les structures tendues portées par un fibré en cercles [Gi4, Gi5, Ho2] pour conclure. Enfin, on donne la preuve du théorème 0.10 dans la section 5. La section 1 est consacrée à la présentation des outils nécéssaires à la réalisation de ce programme.

Remerciements.

Le travail présenté ici est, pour l’essentiel, le fruit de discussions entamées à l’American Institute of Mathematics – Palo Alto, USA – à l’automne 2000 et poursuivies à l’Institut des Hautes Études Scientifiques – Bures-sur-Yvette, France – au printemps 2001. Les auteurs remercient vivement ces deux organismes pour leur accueil et leur aide matérielle. Ils remercient également le CNRS, la NSF, la Fondation Alfred Sloan et l’Institut Universitaire de France pour avoir en partie financé leurs recherches. Ils tiennent enfin à adresser un grand merci à François Laudenbach pour sa relecture attentive d’une ébauche du texte.

1 Outils de géométrie de contact et de topologie

On présente ici succintement les outils de géométrie de contact et de topologie qui serviront pour démontrer les théorèmes annoncés dans l’introduction.

1.1 Structures de contact tendues / vrillées

Dans ce texte, désigne toujours une variété compacte et orientée de dimension  et chaque structure de contact  qu’on considère sur  est directe et (co-) orientée. En d’autres termes, il existe sur  une -forme – unique à multiplication près par une fonction positive – dont est le noyau coorienté et dont le produit avec est partout un élément de volume positif relativement à l’orientation de .

Sur une variété close, les structures de contact forment au plus une infinité dénombrable de classes d’isotopie. Cela découle du théorème de Gray qui montre qu’elles sont stables dans la topologie  : si , , est un chemin de structures de contact sur une variété close , il existe une isotopie de partant de l’identité () et vérifiant pour tout – en dimension , on dispose même d’un résultat beaucoup plus fort de stabilité  [Co2]. Un autre fait important est qu’une variété de contact close possède un grand nombre d’isotopies de contact. Plus explicitement, la projection met en bijection les champs de vecteurs sur  qui préservent  et les sections du fibré quotient . Autrement dit, si est le noyau d’une forme de contact , toute fonction lisse détermine un unique champ de vecteurs qui conserve  et sur lequel vaut . Le problème du prolongement des isotopies – ou des champs de vecteurs – de contact se ramène en particulier à un problème de prolongement de fonctions.

Un disque vrillé  dans une variété de contact est un disque plongé dans  et dont le plan tangent , en chaque point  du bord , coïncide avec le plan de contact . La structure de contact est dite vrillée ou tendue selon qu’un disque vrillé existe ou non à l’intérieur de . Cette dichotomie a deux raisons d’être majeures. En premier lieu, un théorème de Y. Eliashberg [El1] établit la classification isotopique des structures de contact vrillées sur toute variété close : chaque classe d’homotopie de champs de plans tangents contient une et une seule classe d’isotopie de structures de contact vrillées. D’autre part, les disques vrillés s’interprètent comme des cycles évanescents. Plus précisément, Y. Eliashberg et W. Thurston ont proposé dans [Et] la définition suivante : un cycle évanescent pour un champ de plans quelconque est un disque plongé  qui est partout tangent à  le long de son bord mais n’est pas isotope à un disque intégral de  relativement à . Avec ce langage, une structure de contact (resp. un feuilletage) sans cycles évanescents est une structure de contact tendue (resp. un feuilletage sans composantes de Reeb : théorème de Novikov).

La classification des structures de contact tendues n’est connue que sur peu de variétés, essentiellement celles que des découpages successifs le long de tores et d’anneaux ramènent à des boules. Sur la boule, un théorème de Y. Eliashberg [El2] affirme qu’il n’y a essentiellement qu’une structure tendue.

Théorème 1.1.

Des structures de contact tendues sur la boule qui impriment sur le bord le même champ de droites singulier (ou, autrement dit, le même feuilletage caractéristique : voir plus loin) sont isotopes relativement au bord.

Dans la suite, une variété close et orientée de dimension  étant donnée, désigne l’espace de ses structures de contact tendues et on dit qu’un sous-ensemble de est complet s’il représente toutes les classes d’isotopie, c’est-à-dire s’il possède (au moins) un point dans chaque composante connexe de .

1.2 Surfaces convexes

La théorie des surfaces convexes [Gi1] fournit, pour les variétés de contact, des techniques de découpage et de collage le long de surfaces. On peut brièvement la résumer ainsi : au voisinage d’une surface générique, la géométrie d’une structure de contact est entièrement inscrite dans une multi-courbe tracée sur la surface.

Toute surface plongée dans une variété de contact hérite d’un feuilletage caractéristique noté et engendré par le champ singulier de droites . Ce feuilletage détermine totalement le germe de le long de , à isotopie de préservant et près. Lorsque et  sont orientées, l’est aussi. Concrètement, si est le noyau de  et si est une forme d’aire sur , le feuilletage  est constitué des courbes intégrales orientées du champ de vecteurs  dont le produit intérieur avec  est égal à la -forme induite par sur . Une singularité de est un point de tangence entre et  et a donc un signe : elle est positive ou négative selon que les orientations de et  coïncident ou non. Ce signe est également celui de la divergence de . Les singularités de sont aussi appelées points complexes de . Un point complexe est dit elliptique (resp. hyperbolique) si c’est une singularité isolée de qui est de type foyer (resp. selle), c’est-à-dire d’indice  (resp. ).

Soit une surface compacte, orientée, plongée dans et à bord vide ou legendrien – une courbe legendrienne est une courbe partout tangente à . On dit que est -convexe si elle a un épaississement

dans lequel l’action de  par translations (action engendrée par le champ de vecteurs , ) préserve . Un tel épaississement est dit homogène.

Une surface -convexe possède non seulement un épaississement homogène mais tout un (( système fondamental )) de tels voisinages. En d’autres termes, tout voisinage de contient un voisinage homogène de . En effet, si est la section de associée au champ de vecteurs dans un épaississement homogène , le fait que soit legendrien assure que le champ de vecteurs de contact associé à toute section du type , où est une fonction qui ne dépend que de , reste tangent à . En effet, pour et , si on cherche le champ de contact (défini dans la section 1.1) sous la forme , avec , cela résulte de la formule

La -convexité est ainsi une propriété locale qui, pour peu que ne touche pas , se lit directement sur le feuilletage caractéristique comme expliqué ci-dessous.

On considère sur  un feuilletage singulier  – famille des courbes intégrales orientées d’un champ de vecteurs – et une multi-courbe  – union finie de courbes fermées, simples et disjointes. On dit que est une courbe de découpage de (où découpe ) si est transversal à  et est porté par un champ de vecteurs qui, sur chaque composante de , ou bien dilate l’aire et sort le long de , ou bien contracte l’aire et rentre le long de . Une telle courbe, si elle existe et si est tangent à , est unique à isotopie près parmi les courbes de découpage.

Le lemme qui suit est établi dans [Gi1] pour les surfaces closes mais sa démonstration s’étend au cas des surfaces à bord legendrien :

Lemme 1.2.

Soit une structure de contact sur et une surface compacte, orientée et à bord legendrien. Pour que soit -convexe, il faut et il suffit que son feuilletage caractéristique soit découpé par une multi-courbe. De plus, cette condition est remplie dès que les propriétés suivantes sont satisfaites :

  1. chaque demi-orbite de a pour ensemble limite une singularité ou une orbite fermée ;

  2. les orbites fermées de sont toutes hyperboliques ;

  3. aucune orbite (orientée) de ne va d’une singularité négative à une singularité positive.

Remarque 1.3.

La dernière des trois propriétés ci-dessus mérite un commentaire : une orbite de qui va d’une singularité négative à une singularité positive est un arc legendrien sur le long duquel effectue globalement autour de un demi-tour dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

Soit une surface compacte orientée plongée dans . Compte tenu du théorème de M. Peixoto qui affirme qu’un feuilletage singulier de  est génériquement de type Morse-Smale (et donc possède les propriétés 1, 2 et 3), le lemme 1.2 ci-dessus montre [Gi1] que, si est close, on peut la rendre -convexe en la perturbant par une isotopie arbitrairement -petite. De même, si est à bord legendrien et si aucune orbite de sur ne va d’une singularité négative vers une singularité positive (i.e. si, entre deux singularités consécutives de signes contraires sur , le demi-tour que fait autour de  s’effectue globalement dans le sens des aiguilles d’une montre), on peut aussi la rendre -convexe en la déplaçant par une isotopie relative au bord et arbitrairement -petite.

Soit maintenant une courbe legendrienne tracée sur . On appelle nombre de Thurston-Bennequin de relatif à  le nombre d’enroulement de autour de le long de  (si est fermée, ), qui décompte algébriquement les points complexes de le long de . On vérifie facilement que, quand est -convexe et que les points extrêmes de sont complexes – si n’est pas fermée –,

est une multi-courbe qui découpe . En particulier, chaque composante de a un invariant de Thurston-Bennequin négatif ou nul. Inversement, si est une surface compacte à bord legendrien et si chaque composante de a un nombre de Thurston-Bennequin négatif ou nul, une isotopie arbitrairement -petite, relative au bord et à support dans un voisinage aussi petit qu’on veut de , permet de perturber  en une surface dont aucune orbite du feuilletage caractéristique sur le bord ne lie une singularité négative à une singularité positive. Une isotopie arbitrairement -petite suffit ensuite pour obtenir une surface -convexe. La condition portant sur le signe des nombres de Thurston-Bennequin des composantes de est en outre aisée à satisfaire au moyen d’une isotopie, dite de stabilisation : pour toute courbe legendrienne tracée sur , pour tout point , pour tout voisinage de dans et pour tout , il existe une isotopie de à support dans telle que soit une courbe legendrienne et .

On suppose désormais que est -convexe. Le choix d’un épaississement homogène détermine sur  une multi-courbe qui découpe  : elle est formée des points de  où le vecteur , , appartient au plan . De plus, toute multi-courbe qui découpe est le découpage associé à un certain épaisssissement homogène. Le lemme ci-dessous [Gi1] montre que la multi-courbe concentre en fait toute la géométrie de contact de  :

Lemme 1.4.

[Lemme de réalisation de feuilletages] Soit une surface -convexe, un épaississement homogène de  et le découpage de associé. Les feuilletages singuliers de tangents à  et découpés par  constituent un espace contractile. De plus, pour tout feuilletage  dans cet espace, il existe un plongement ayant les propriétés suivantes :

  1. coïncide avec l’inclusion sur  ;

  2. est une surface transversale au champ de vecteurs ,  ;

  3. est le feuilletage caractéristique de .

On note que, vu la propriété 2, est un épaississement homogène de et que le découpage associé est l’intersection de avec le cylindre . En outre, est isotope à l’inclusion parmi les plongements satisfaisant les conditions 1) et 2).

Un corollaire direct du lemme ci-dessus est le résultat suivant [Gi1, exemple II.3.7] :

Lemme 1.5.

[Lemme de réalisation legendrienne] Soit une surface -convexe, un de ses épaississements homogènes, la multi-courbe de découpage de associé et une multi-courbe sur  transversale à  et telle que chaque composante de rencontre . Il existe un plongement ayant les propriétés suivantes :

  1. coïncide avec l’inclusion sur  ;

  2. est une surface transversale au champ de vecteurs ,  ;

  3. est legendrienne et son nombre de Thurston-Bennequin vaut .

1.3 Rocades legendriennes

Dans l’exploration d’une variété de contact , les rocades (bypasses[Ho1] servent à pousser l’investigation géométrique au-delà des domaines homogènes et à analyser les changements (chirurgies) élémentaires que subit le découpage d’une surface -convexe quand on déforme celle-ci par une grande isotopie. Elles jouent ainsi, en topologie de contact, un rôle comparable à celui des disques de Whitney en topologie différentielle.

Une rocade (legendrienne) est un demi-disque plongé dans et ayant les propriétés suivantes :

  • le bord de est legendrien et est -convexe – en particulier, les plans et coïncident en chaque coin de  ;

  • l’enroulement de autour de vaut le long d’un des deux arcs de , arc qu’on note , et le long de l’autre, qu’on note – l’invariant de Thurston-Bennequin de est donc égal à  et le découpage de se réduit à un arc dont les deux extrémités se trouvent sur .

Une rocade matérialise ainsi une isotopie entre deux arcs legendriens reliant les mêmes points, et , le second arc étant (( plus court )) que le premier au sens où la valeur absolue de l’enroulement de  y est moindre.

Le lemme ci-dessous est un cas particulier du lemme de réalisation legendrienne 1.5. Il permet de dénicher une rocade à chaque fois qu’une surface -convexe présente, dans son découpage , un arc propre parallèle au bord (on dit aussi -parallèle), c’est-à-dire bordant avec un arc de un demi-disque dont l’intérieur est disjoint de .

Lemme 1.6.

Soit une surface -convexe à bord legendrien lisse, un épaississement homogène de  et le découpage de  associé. On suppose d’une part que, si est un disque, n’est pas connexe et d’autre part que l’adhérence d’une des composantes connexes de est un demi-disque dont un des arcs du bord est dans et l’autre dans . On note un demi-disque voisinage de dans dont un arc du bord est dans et dont l’intersection avec se réduit à l’arc . Il existe alors un plongement ayant les propriétés suivantes :

  1. coïncide avec l’inclusion sur  ;

  2. est une surface transversale au champ de vecteurs ,  ;

  3. est l’intersection de avec le cylindre  ;

  4. est une rocade legendrienne.

On décrit maintenant l’attachement d’une rocade sur une surface -convexe et son effet sur le découpage de celle-ci [Ho1].

Soit une surface -convexe et une rocade attachée à , c’est-à-dire vérifiant les propriétés suivantes :

  • s’appuie transversalement sur le long de et ne touche  nulle part ailleurs ;

  • il existe un découpage de qui passe par les extrémités de (et automatiquement par le milieu de ).

On oriente de façon que soit du côté positif et on note le -voisinage de  privé de ce qui déborde du côté négatif de . Alors, pour assez petit, il existe sur un champ de vecteurs de contact qui est transversal à la surface (lisse par morceaux)

et rentrant dans le quadrant extérieur à [Ho1]. On peut donc lisser cette surface transversalement audit champ de vecteurs pour obtenir une surface -convexe . Il existe clairement une isotopie de à  et, si on l’utilise pour identifier l’une à l’autre ces surfaces, on peut décrire comme suit (à isotopie près) le découpage de en fonction du découpage de et de la base de . On prend sur un carré (les coordonnées étant compatibles avec l’orientation) qui contient et rencontre selon les trois segments . La multi-courbe s’obtient à partir de en retirant les segments

et en les remplaçant par

On nomme cette opération chirurgie de le long de . Dit autrement, si on regarde plutôt le complémentaire du découpage comme un coloriage de la surface en deux couleurs, le passage de à consiste à faire tourner, dans le carré , le coloriage d’un angle sans le changer en dehors.

1.4 Modification de Lutz

La modification de Lutz, définie ci-après, est une opération qui consiste à changer une structure de contact au voisinage d’un tore transversal.

Soit une structure de contact sur  et un tore plongé dans  transversalement à . On note

un voisinage tubulaire compact de dont les fibres sont des arcs legendriens dans et on paramètre  par . Ainsi, la structure de contact admet dans  une équation du type

où la fonction vérifie en tout point.

Pour tout entier , soit la projection d’une fonction (faiblement) croissante qui vaut  près de  et  près de . La structure de contact définie sur par l’équation

coïncide avec près de et avec près de . On peut donc la prolonger par en dehors de  pour obtenir une structure de contact sur  mais celle-ci n’est orientable que si est pair ou si sépare . Par convention, on prend alors sur l’orientation qui épouse celle de  près de . On dit que est obtenue à partir de  par une modification de Lutz de coefficient  le long de .

Des calculs simples montrent que la classe d’isotopie de  ne dépend que de  (et pas du choix de ou de ) tandis que sa classe d’homotopie dans l’espace des champs de plans tangents est seulement fonction de la parité de  et est notamment égale à celle de  quand est pair.

Les deux exemples suivants permettent d’éclairer le rôle joué par les modifications de Lutz.

  • Une modification de Lutz le long d’un tore compressible dont le feuilletage caractéristique est une suspension (ou plus généralement pour lequel le champ de droites tracé par sur est homotope à un champ constant dans la trivialisation habituelle de ) donne toujours une structure de contact vrillée.

  • Soit un tore dont le feuilletage caractéristique est la réunion de deux composantes de Reeb qui pointent dans la même direction (en particulier le champ de ses tangentes n’est pas homotope à un champ de droites constant). Une modification de Lutz de coefficient le long de donne une structure de contact conjuguée à la structure initiale par un twist de Dehn, et donc isotope à quand le tore est compressible. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que faire pivoter les tangentes à d’un angle conduit à un champ de droites dont le feuilletage intégral se déduit de par une isotopie qui déplace les orbites périodiques. Lorsque varie entre et , les positions successives prises par une orbite périodique de forment un feuilletage de .

1.5 Surfaces branchées

Soit les graphes respectifs dans des fonctions définies sur par

On note l’intersection de avec le demi-espace . Un homéomorphisme d’un ouvert de sur un autre est dit lisse si sa restriction à chaque intersection , , est lisse comme application à valeurs dans .

Une surface branchée est un espace topologique  séparé, de type dénombrable et localement modelé sur par des cartes – c’est-à-dire dont chaque point possède un voisinage homéomorphe à un ouvert de  – avec des changements de cartes lisses. On nomme

  • bord de l’ensemble des points que les cartes appliquent dans l’intersection — cet ensemble est un graphe doté d’une tangente en tout point, autrement dit un réseau ferroviaire ;

  • point triple tout point de  que les cartes envoient sur  ;

  • point double tout point de  que les cartes appliquent dans sur un point autre que  ;

  • point régulier tout point de qui n’est ni double ni triple.

Cette définition engendre une notion naturelle d’applications lisses d’une surface branchée dans une autre ou entre une surface branchée et une variété, d’où (par exemple) une notion de courbes immergées dans une surface branchée et de surfaces branchées plongées dans une variété.

Les sous-ensembles , et constitués des points respectivement réguliers, doubles et triples forment une stratification de . L’ensemble , qu’on note aussi , est appelé partie régulière de  et son complémentaire le lieu singulier. Ce lieu est une multi-courbe immergée à points doubles ordinaires (les points triples de ). L’ensemble est de plus naturellement coorienté : par convention, son côté positif est celui où a un seul feuillet. La direction donnée par cette coorientation est nommée direction de branchement. Enfin, les composantes connexes de l’ensemble sont appelées strates régulières ou secteurs de .

1.6 Domaines fibrés

Les surfaces branchées apparaissent souvent, de façon naturelle, comme des quotients de variétés – à bord anguleux – par certains feuilletages de codimension .

A titre de premier exemple, on considère trois copies , et du plan et on met sur leur union la relation d’équivalence engendrée par les règles suivantes :

  • un point est équivalent à un point si et seulement si , et  ;

  • un point est équivalent à un point si et seulement si , et .

Le quotient de par cette relation est une surface branchée difféomorphe à l’union des trois graphes décrits au début de la partie précédente (voir la figure 1).

Surface branchée et domaine fibré.

Figure 1: Surface branchée et domaine fibré.

Soit une variété compacte, orientable, à bord anguleux – en fait, ayant des arêtes lisses mais pas de coins – et munie d’un feuilletage  en intervalles compacts. On dit que est un domaine fibré si est l’union de deux surfaces compactes lisses et satisfaisant aux conditions suivantes :

  • est transversale au feuilletage tandis que est tangente à  ;

  • les surfaces et ont le même bord – qui est la partie anguleuse de  – et chaque composante de a sur son bord des points où est concave (c’est-à-dire modelé non pas sur un quart mais sur trois quarts d’espace) ;

  • chaque feuille de traverse au plus deux fois .

Proposition 1.7.

Le quotient est naturellement une surface branchée sans bord dont le lieu singulier est l’image des composantes de telles que soit concave près de chaque point de .

Démonstration.

Soit la projection . Pour tout point situé hors de , on prend comme carte locale une transversale à . Si est dans l’image d’une seule composante, on a deux cartes locales naturelles qui consistent à prendre des transversales à le long d’une composante du bord ou le long de l’autre. ∎

Lorsque les deux premières conditions sont réalisées, on peut toujours obtenir la troisième, quitte à perturber dans l’intérieur de .

On observe que chaque composante connexe de est feuilletée par des intervalles compacts transversaux au bord et est donc un anneau.

Dès que a des points triples, il n’existe aucun plongement qui soit une section de la projection . On peut cependant trouver des plongements , , transversaux à  qui sont des sections de en dehors du -voisinage du lieu singulier et ont la propriété que converge vers l’identité uniformément quand tend vers . On dit alors souvent, pour petit, que est un (( voisinage fibré )) de .

Une surface est portée par si elle est transversale à . Elle est pleinement portée lorsque de surcroît elle rencontre toutes les fibres de .

2 Structures de contact et triangulations

Le but de cette partie est la démonstration du résultat suivant :

Théorème 2.1.

Soit une variété close et orientée de dimension . Il existe dans  un nombre fini de domaines fibrés flanqués chacun d’une structure de contact  sur tels que toute structure de contact tendue sur , à isotopie près et pour un certain , soit égale à  hors de  et tangente à  dans .

2.1 Triangulations de contact

Soit une variété de dimension . Ce qu’on appelle triangulation de , dans la suite, est une décomposition simpliciale possédant les propriétés de régularité suivantes :

  • chaque simplexe de dimension  (ou moins) est lisse ;

  • chaque simplexe de dimension  a, le long de ses arêtes mais en dehors des sommets, un angle d’ouverture strictement compris entre et .

Si est une triangulation de , on note , , son squelette de dimension . En outre, une isotopie de triangulations est un chemin de triangulations. Une telle isotopie se prolonge en une isotopie ambiante de qui n’est bien sûr pas lisse en général mais se compose d’homéomorphismes dont les restrictions à chaque -simplexe de  sont lisses. On écrira pour dire que est l’image de  par .

Toute triangulation lisse – c’est-à-dire dont chaque simplexe est lisse [Wh] – est évidemment une triangulation au sens ci-dessus mais on aura besoin ici de triangulations qui ne sont pas lisses.

Définition 2.2 ([Gi6]).

Soit une variété de contact de dimension . Une triangulation de contact de est une triangulation de  vérifiant les conditions suivantes (voir la définition 2.3 pour la condition de convexité relative) :

  1. les -simplexes sont des arcs legendriens ;

  2. les -simplexes sont -convexes et relativement -convexes ;

  3. les -simplexes sont contenus dans des cartes de Darboux222Cette condition est automatiquement remplie quand la structure de contact  est tendue puisque, d’après [El2], toute boule munie d’une structure de contact tendue se plonge dans l’espace de contact standard..

Une telle triangulation n’est pas lisse car les arêtes issues d’un sommet  quelconque sont toutes tangentes au même plan, à savoir le plan de contact .

On appelle nombre de Thurston-Bennequin d’une triangulation de contact de l’entier

la sommation se faisant sur tous les -simplexes . Comme pour tout  (d’après l’inégalité de Bennequin), l’entier est positif et au moins égal au nombre de -simplexes de .

Une triangulation de contact de sera dite minimale si elle a le plus petit nombre de Thurston-Bennequin parmi les triangulations de contact obtenues en déformant par une isotopie à support compact et relative à un voisinage des sommets.

On explicite maintenant la condition technique de -convexité relative qui, en pratique, est aussi facile à réaliser que la -convexité ordinaire :

Définition 2.3.

Soit une variété de contact et une triangulation de dont le -squelette est legendrien. Soit un -simplexe, deux faces de  et leur arête commune. On oriente comme partie de et comme partie de . On dira que et  sont -indisciplinées le long d’un arc (orienté) si  est tangent à en , à en et n’est un hyperplan d’appui de en aucun point de 333Un tel arc est, en quelque sorte, une orbite de qui va d’une singularité négative à une singularité positive (voir la remarque 1.3).. On dit que les -simplexes de sont relativement -convexes si aucun -simplexe ne possède de faces -indisciplinées le long d’un arc de leur arête commune.

On rappelle (cf. section 1.1) qu’un ensemble de structures de contact tendues sur une variété close et orientée est dit complet s’il représente toutes les classes d’isotopie dans . Le point de départ de cette étude est la proposition suivante, variante d’un résultat de [Gi6] servant à construire des livres ouverts adaptés aux structures de contact :

Proposition 2.4.

Sur toute variété close et orientée de dimension , il existe un ensemble complet  de structures de contact tendues et une triangulation  ayant les propriétés suivantes :

  1. toutes les structures de contact de coïncident – comme champs de plans non orientés – sur un voisinage des sommets de  ;

  2. est une triangulation de contact minimale de pour tout .

De plus, on peut choisir isotope à n’importe quelle triangulation lisse fixée de .

Avant de démontrer cette proposition, on traite le cas d’une seule structure de contact :

Lemme 2.5.

Soit une variété de contact de dimension . Si la structure est tendue, toute triangulation lisse de est isotope à une triangulation de contact de .

Démonstration.

Soit une triangulation lisse de . La possibilité de déformer par isotopie en une triangulation de contact  de tient avant tout au fait qu’on peut déformer chaque arête de en un arc legendrien par une isotopie relative à ses extrémités – et arbitrairement -petite. Il faut toutefois un peu de soin aux sommets pour garantir la différentiabilité du prolongement aux -simplexes.

En chaque sommet , on se donne une projection dont le noyau est transversal aux plans tangents des -simplexes en  et qui envoie les tangentes aux arêtes sur des droites distinctes. Sur un voisinage compact convenable , il existe des coordonnées centrées en  dans lesquelles est la dérivée de la projection et a pour équation . Par ailleurs, pour assez petit, induit un plongement sur le -squelette et sur chaque -simplexe de . On déforme dans  comme suit (voir l’exemple 2.6) :

  • les arêtes de sont les arcs legendriens sur lesquels les arêtes de se projettent ;

  • les faces de sont des graphes au-dessus ou en-dessous de celles de  ;

  • les arêtes et les faces des triangulations intermédiaires , pour tout , sont obtenues en prenant l’isotopie barycentrique verticale au temps entre les arêtes et les faces de  et celles de .

Moyennant quelques petites précautions dans la mise en place des -simplexes de , les angles diédraux de ses -simplexes dans  sont compris strictement entre et  en dehors de  et il en va alors de même pour les angles diédraux des -simplexes de chaque , . On a ainsi fabriqué les triangulations  voulues près des sommets.

On choisit ensuite une isotopie du -squelette de qui prolonge celle construite dans les cartes , est lisse en dehors et aboutit à un graphe legendrien . Dans , cette isotopie s’étend en une isotopie ambiante lisse engendrée par un champ qui, sur le bord latéral de chacun des voisinages , est un multiple du champ . Les images du -squelette ne se recollent pas a priori aux -simplexes bâtis dans mais les arcs qu’ils tracent sur les anneaux sont des graphes au-dessus de ceux tracés par les -simplexes dans (pour la projection ). Une déformation de près des anneaux et laissant fixe le -squelette permet alors de le recoller aux -simplexes de dans . On a ainsi modifié , par l’isotopie , , en une triangulation dont les -simplexes sont des arcs legendriens. De plus, comme est tendue, les -simplexes sont tous inclus dans des cartes de Darboux.

Quitte à décroître le nombre de Thurston-Bennequin du bord des -simplexes de (par stabilisation), on peut, dans la construction précédente, choisir l’isotopie de graphes de sorte que, le long de chaque arête de , l’enroulement de  autour d’une face quelconque soit négatif ou nul. Ceci permet de déformer , par une isotopie ambiante lisse de  relative au -squelette et à un voisinage des sommets, pour que ne fasse aucun demi-tour inversé par rapport à une face le long d’une arête de son bord. Par le même principe, on élimine tous les arcs d’arêtes le long desquels deux faces adjacentes sont -indisciplinées. Les -simplexes sont alors relativement -convexes et on les rend -convexes par une ultime petite perturbation de  – toujours stationnaire sur le -squelette et un voisinage des sommets. On obtient ainsi une triangulation de contact de isotope à . Enfin, puisque les triangulations de contact de qui sont isotopes à relativement à un voisinage des sommets ont un nombre de Thurston-Bennequin minoré, l’une d’elles est minimale. ∎

Exemple 2.6.

Si une face de la triangulation initiale se projette sur le quadrant – ce qui est toujours le cas quitte à prendre d’autres coordonnées de Darboux –, la face correspondante dans la triangulation de contact a une équation du type et son point complexe à l’origine est hyperbolique si et elliptique si . On ne peut donc pas choisir arbitrairement la nature des points complexes que les faces de  présentent en leurs sommets (si deux arêtes de issues de l’origine se projettent par exemple à l’intérieur du quadrant et se trouvent de part et d’autre de , le point complexe de ne peut être hyperbolique) mais on peut faire en sorte qu’ils soient tous elliptiques.

Démonstration de la proposition 2.4.

Soit une structure de contact tendue et une triangulation de contact minimale de (lemme 2.5). Soit un voisinage compact du -squelette de dont chaque composante connexe est une carte de Darboux autour d’un sommet . On prend les domaines assez petits pour que leur intersection avec chaque -simplexe de soit un graphe au-dessus de sa projection sur et évite . Toute structure de contact sur est isotope à une structure  qui coïncide avec  sur . Pour peu que soit tendue, le lemme 2.5 (ou plus exactement sa preuve) montre que possède une triangulation de contact (minimale) isotope à relativement à . Par une isotopie lisse de  stationnaire sur , on déforme en une triangulation qui a le même -squelette que et des -simplexes tous -convexes444On utilise ici le fait que la -convexité est une propriété à la fois dense et ouverte. et relativement -convexes (voir la preuve du lemme 2.5). Comme est tendue, est une triangulation de contact minimale de . Par conséquent, est une triangulaton de contact minimale de , ce qui établit la proposition. ∎

En pratique, les triangulations de contact minimales s’avèrent trop rigides. Il est notamment difficile d’appliquer aux -simplexes les lemmes de réalisation de feuilletages caractéristiques sans créer d’intersections indésirables entre eux près des sommets. Pour cette raison, on introduit maintenant une notion de triangulations de contact (( maniables )) pour laquelle on donne une variante de la proposition 2.4.

Définition 2.7.

Soit une variété de contact de dimension . Une triangulation de contact de est dite maniable si chaque simplexe de dimension écorné de trois triangles aux sommets est un hexagone à bord legendrien et -convexe, et si, pour toute arête , l’enroulement de autour de le long de l’arc , , est strictement négatif. (Noter que cet arc n’est, en général, qu’un morceau d’arête de mais pas une arête entière.) Dans le -squelette de , l’ensemble est un voisinage des sommets qu’on nomme voisinage de sécurité. On dit que est -minimale si elle a le plus petit nombre de Thurston-Bennequin parmi toutes les triangulations de contact maniables de ayant pour voisinage de sécurité. Dit autrement en faisant porter la déformation sur , la triangulation est -minimale si pour toute structure isotope à relativement à et pour laquelle est une triangulation de contact maniable, . On note le triangle de inclus dans la face et contenant le sommet , et la réunion des triangles de contenant .

Proposition 2.8.

Sur toute variété close et orientée de dimension , il existe un ensemble complet  de structures de contact tendues et une triangulation  ayant les propriétés suivantes :

  • toutes les structures de contact de coïncident – comme champs de plans non orientés – sur un voisinage des sommets de  ;

  • est, pour tout , une triangulation de contact maniable de dont le voisinage de sécurité est fixe et contenu dans et qui est -minimale.

Démonstration de la proposition 2.8.

Soit une structure de contact tendue et une triangulation de contact de (le lemme 2.5 montre qu’il en existe). On reprend les notations de la preuve du lemme 2.5. Dans chaque petite boule centrée en un sommet de , on décroît localement, par une isotopie de stabilisation, le nombre de Thurston-Bennequin de chaque arête issue de afin que, dans , celui-ci soit strictement négatif et que imprime dans un point singulier sur toute face adjacente à . Dans cette situation, on peut tracer sur chaque face de sommet un arc inclus dans , tangent à en ses extrémités et délimitant un triangle dans . Par approximation legendrienne, on est alors en mesure d’effectuer une isotopie de à support dans un voisinage de et relative au -squelette de pour que devienne un arc legendrien d’invariant de Thurston-Bennequin relatif à inférieur à . La réunion des arcs découpe les arêtes de en un certain nombre d’arcs legendriens. Quitte à stabiliser chacun de ces arcs, on se ramène au cas où, pour toute face , ils ont tous un nombre de Thurston-Bennequin relatif à inférieur à . Une isotopie à support dans un voisinage du -squelette permet ensuite d’éviter tous les demi-tours inversés le long des arêtes ainsi que des arcs . On rend alors les faces -convexes et relativement -convexes à l’aide d’une isotopie relative à et aux arcs . La triangulation est de contact et maniable pour relativement au voisinage de sécurité .

La proposition 2.4 permet maintenant d’isotoper toute structure sur une structure qui coïncide avec le long de et qui a pour triangulation de contact. Le procédé de stabilisation fournit une isotopie de relative à qui donne aux trois côtés de l’hexagone inclus dans des nombres de Thurston-Bennequin relatifs inférieurs à . On fait même en sorte que les arcs aient un invariant de Thurston-Bennequin relatif à toute face adjacente inférieur à . La triangulation est donc maniable pour et a comme voisinage sûr. Comme dans le lemme 2.5, on peut également la supposer -minimale. L’ensemble est constitué du choix d’une structure -minimale pour dans chaque classe d’isotopie de structures tendues. ∎

Dans toute la suite du texte, on désigne par un système complet de structures de contact tendues sur et par une triangulation de tels que soit une triangulation de contact maniable et -minimale pour toute structure , où est un voisinage de sécurité fixe le long duquel toutes les structures de coïncident.

2.2 Propriétés des triangulations de contact minimales

On commence par une propriété valable pour toutes les triangulations de contact.

Lemme 2.9.

Si est une triangulation de contact pour , pour toute face , aucune composante de la courbe de découpage n’est un cercle.

Démonstration..

Cette absence de courbes fermées vaut en fait pour le découpage de toute surface -convexe autre qu’une sphère et au voisinage de laquelle est tendue. Or chaque -simplexe de est inclus dans une carte de Darboux donc, a fortiori, est tendue au voisinage de . (Si une composante de était un cercle, le lemme de réalisation de feuilletages permettrait de faire apparaître un disque vrillé.) ∎

Soit une variété de contact tendue de dimension munie d’une triangulation de contact maniable et -minimale, où est son voisinage de sécurité. Pour une arête de , on rappelle que et que est l’hexagone .

Soit une face de . On dira qu’une composante de est extrémale si un des deux points de appartient à un arc , où est une arête de , ne peut pas être poussé en dehors de par une isotopie de parmi les courbes transversales à (autrement dit il y a des singularités de entre et les extrémités de ) et est le plus proche d’une des extrémités de parmi les points de qui possèdent ces propriétés. En particulier, pour un certain choix de , un point de est effectivement extrême. La multicourbe contient au plus six composantes extrémales.

Lemme 2.10.

Si est une structure de contact tendue sur et si est une triangulation de contact maniable et -minimale pour , alors toute composante du découpage parallèle à est extrémale.

Démonstration.

On suppose qu’une composante de parallèle à n’est pas extrémale. Ceci signifie en particulier que l’enroulement de le long de relativement à est inférieur à . Le lemme de réalisation 1.6 permet, par une isotopie de relative à un voisinage de et de support inclus dans un petit voisinage homogène de , de déformer en une surface qui contient une rocade s’appuyant sur (c’est-à-dire que et ). La surface , une fois les coins de lissés, est un hexagone à bord legendrien qui est -convexe et isotope à . Par construction, . L’isotopie entre et se prolonge en une isotopie de à support dans un voisinage de et donc stationnaire sur . Le -squelette de est legendrien pour et l’arc possède un nombre de Thurston-Bennequin relatif aux faces adjacentes inférieur ou égal à (et même à relativement à ) et strictement supérieur à celui donné par . Une isotopie de relative au -squelette de et à permet de rendre les faces -convexes et relativement -convexes. Elle fait de une triangulation de contact maniable pour la nouvelle structure . Ce faisant, on a strictement diminué le nombre de Thurston-Bennequin et donc n’était pas -minimale pour . ∎

Si est un -simplexe de , un quadrilatère fibré dans est un quadrilatère dont l’intersection avec est l’union des deux arêtes verticales et , celles-ci se trouvant à l’intérieur de deux arêtes distinctes de . Un arc simple et propre est porté par un quadrilatère fibré s’il est inclus dans et s’il est transversal au champ de vecteurs .

Soit une variété de contact tendue de dimension  et une triangulation de contact de . Pour toute face de , on note le découpage de associé à un épaississement homogène quelconque de . On appelle pièce de  l’adhérence de toute composante connexe de et on dit qu’une pièce est ordinaire ou extraordinaire selon que c’est ou non un quadrilatère fibré. On insiste ici sur le fait qu’on ne fixe pas l’épaississement homogène une fois pour toutes et qu’on s’autorise donc des isotopies de parmi les multi-courbes transversales à .

Corollaire 2.11.

Soit un système complet de structures de contact tendues sur et une triangulation de qui est maniable et -minimale pour tout , avec un voisinage de sécurité fixe le long duquel toutes les structures de coïncident. Il existe tel que, pour tout , toute face de contienne trois quadrilatères fibrés deux à deux disjoints, s’appuyant sur des paires d’arêtes de distinctes et inclus dans (en particulier, pour , les arêtes verticales de sont incluses dans ), avec les propriétés suivantes :

  • chaque est une union de pièces ordinaires ;

  • au plus pièces du découpage de ne sont pas incluses dans .

Démonstration.

Il découle du lemme 2.10 que les pièces ordinaires qui n’intersectent pas forment trois quadrilatères fibrés (( non parallèles )). Vu le lemme 2.9, restent comme pièces au plus six demi-disques extrémaux, une pièce (( centrale )), et des pièces qui rencontrent et dont le nombre est donc borné indépendemment de (voir la figure 2). ∎

Le découpage de
Figure 2: Le découpage de et .

2.3 Prismes fibrés

Soit un triangle ou un quadrilatère. Un prisme fibré est un polyèdre dont on ne retient de la structure produit que la projection sur . Les faces de sont dites verticales ou horizontales selon qu’elles se trouvent dans ou dans .

Soit une triangulation de . Un prisme fibré dans est un plongement d’un prisme fibré dans avec les propriétés suivantes :

  • est contenu dans un -simplexe de et son intersection avec est l’union de ses faces verticales ;

  • chaque face verticale de est un quadrilatère fibré d’une face de .

Un -simplexe donné contient au plus cinq prismes fibrés deux à deux disjoints et non isotopes parmi les prismes fibrés. Il y a, à isotopie près parmi les prismes fibrés, trois telles familles de cinq prismes fibrés : chacune d’elle possède quatre prismes à base triangulaire, situés près des sommets, et un prisme de base quadrilatérale, situé en diagonale.

Une configuration de prismes fibrés dans est la donnée d’une collection de prismes fibrés de qui intersecte chaque -simplexe de en une sous-famille de l’une des trois familles maximales de cinq prismes précédentes et telle que l’intersection entre deux prismes de donne soit un quadrilatère fibré (avec concordance des fibrations données de part et d’autre), soit un arc d’intérieur non vide inclus dans une arête de , soit l’ensemble vide. Dans le premier cas, les prismes et sont contenus dans des -simplexes qui ont une face en commun et dans le deuxième cas, dans des -simplexes qui ont une arête commune.

Lemme 2.12.

Toute variété triangulée possède un nombre fini de configurations de prismes fibrés, à isotopie près parmi les configurations de prismes fibrés.

Une configuration de prismes fibrés est dite admissible pour si les faces verticales des prismes de la famille sont des unions de pièces ordinaires qui ne rencontrent pas . Pour , on note l’ensemble des configurations de prismes fibrés admissibles pour . On munit les classes d’isotopies de prismes fibrés dans d’une relation d’ordre partiel : si représentent des classes d’isotopies et , on dit que s’il existe une isotopie de dans en .

Lemme 2.13.

Pour fixée, les classes d’isotopie de sont en nombre fini.

Démonstration.

Il suffit d’observer qu’un élément de est déterminé, à isotopie près dans , par la classe d’isotopie de ses arêtes horizontales parmi les arcs transversaux aux feuilletages caractéristiques des faces. Or toute arête horizontale incluse dans une face est isotope à une composante de , ce qui donne un nombre fini de classes d’isotopie possibles pour chaque arête horizontale, mais également pour leur collection. ∎

Les sous-sections suivantes sont consacrées à la démonstration du lemme fondamental ci-dessous :

Lemme 2.14.

Soit un ensemble complet de structures de contact tendues sur et une triangulation de qui est maniable et -minimale pour tout , avec un voisinage de sécurité fixe le long duquel toutes les structures de coïncident. Il existe tel que pour tout , et pour tout élément de dont la classe d’isotopie est maximale, au plus pièces des faces de ne sont pas incluses dans .

Remarque 2.15.

Quitte à considérer des sous-familles de prismes des éléments maximaux de et à augmenter la valeur de , on peut également assurer que chaque face verticale des prismes de contient au moins pièces (ordinaires).

2.3.1 Une première normalisation des faces

Pour toute arête de , on note .

Lemme 2.16.

Quitte, pour tout , à effectuer une isotopie de , on peut supposer que, si  :

  1. est une triangulation de contact maniable et -minimale pour  ;

  2. pour toute arête , il existe un germe de feuilletage au voisinage de par des arcs parallèles à , étant une feuille, qui est tangent au germe des faces adjacentes à et qui est legendrien pour tout  ;

  3. pour toute face et pour toute pièce ordinaire incluse dans ,

    si . En particulier, le feuilletage caractéristique de possède une courbe de singularités