arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Les théorèmes de Leray et de Fujita-Kato pour le système de Boussinesq partiellement visqueux.
The Leray and Fujita-Kato theorems for the Boussinesq system with partial viscosity

R. Danchin et M. Paicu

Abstract

We are concerned with the so-called Boussinesq equations with partial viscosity. These equations consist of the ordinary incompressible Navier-Stokes equations with a forcing term which is transported with no dissipation by the velocity field. Such equations are simplified models for geophysics (in which case the forcing term is proportional either to the temperature, or to the salinity or to the density).

In the present paper, we show that the standard theorems for incompressible Navier-Stokes equations may be extended to Boussinesq system despite the fact that there is no dissipation or decay at large time for the forcing term.

More precisely, we state the global existence of finite energy weak solutions in any dimension, and global well-posedness in dimension for small data. In the two-dimensional case, the finite energy global solutions are shown to be unique for any data in

Résumé

Dans cet article, on étudie le système de Boussinesq décrivant le phénomène de convection dans un fluide incompressible et visqueux. Ce système est composé des équations de Navier-Stokes incompressibles avec un terme de force verticale dont l’amplitude est transportée sans dissipation par le flot du champ de vitesses.

On montre que les résultats classiques pour le système de Navier-Stokes standard demeurent vrais pour le système de Boussinesq bien qu’il n’y ait pas d’amortissement sur le terme de force.

Plus précisément, on établit l’existence de solutions faibles globales d’énergie finie en n’importe quelle dimension et l’existence de solutions fortes uniques globales en dimension pour de petites données initiales. Dans le cas particulier de la dimension deux, les solutions d’énergie finie sont uniques pour n’importe quelle donnée initiale dans

MSC: 35Q35, 76N10, 35B65, 76D99

Keywords: Boussinesq system, weak solutions, losing estimates, critical regularity.

Mots-clefs: Système de Boussinesq, solutions faibles, estimations à pertes, régularité critique.

Introduction

Dans cet article, on étudie l’évolution d’un fluide incompressible visqueux soumis à une force verticale. On suppose que l’amplitude de cette force est transportée par le flot du champ de vitesses du fluide. Le système de Boussinesq régissant l’évolution de s’écrit donc :

(1)

Les inconnues et dépendent du temps et de la variable d’espace Pour s’abstraire des difficultés dues aux conditions aux limites, on suppose que le fluide remplit tout l’espace (donc décrit tout entier).

Le système (1) est un modèle simplifié courant pour l’évolution de fluides géophysiques (voir par exemple [26] ou [28]). Le champ de vecteurs et le scalaire désignent alors respectivement la vitesse et la pression du fluide considéré et une quantité scalaire111que nous appellerons température pour fixer les idées mais qui physiquement pourrait parfaitement être proportionnelle à la densité ou à la salinité transportée par le fluide.

Pour avoir un modèle plus réaliste, il conviendrait de rajouter des termes de forces extérieures aux deux équations. Nous les supposerons nuls pour simplifier la présentation. Notons au passage que dans le cas particulier où on retrouve le système de Navier-Stokes “classique”.

Les prémices de l’étude mathématique du système de Boussinesq sont relativement récentes et ne traduisent pas uniquement une préoccupation d’ordre physique. En réalité, l’engouement des mathématiciens pour ce modèle se limite essentiellement au cas de la dimension deux du fait d’une ressemblance formelle (dans le cas ) avec le système d’Euler incompressible axisymétrique avec swirl. On peut montrer que l’apparition de singularités au temps est liée à l’explosion simultanée de et du tourbillon dans (voir [15]). Malheureusement, déterminer si ces quantités explosent effectivement semble au moins aussi difficile que répondre au problème similaire pour le système d’Euler incompressible en dimension

Dans le cas en revanche, les résultats obtenus sont nettement plus complets. Divers auteurs ont établi l’existence globale dans le cas lorsque l’équation sur comporte en plus un terme de diffusion (voir [29] et les références qui s’y trouvent).

L’existence globale en dimension deux sans condition de petitesse demeure valable dans la situation qui nous intéresse où est transporté sans diffusion. Le cas de données régulières dans des espaces de Sobolev a été résolu (indépendamment) par T. Hou et C. Li dans [19], et par D. Chae dans [4]. Très récemment, H. Abidi et T. Hmidi ont établi dans [1] l’existence globale et unicité sans condition de petitesse pour des données initiales appartenant à un très gros sous-espace de Comme on peut par ailleurs construire des solutions faibles globales à la Leray pour des données initiales et dans (voir par exemple [18]), il est raisonnable de penser que ces solutions “faibles” sont uniques.

Dans cet article, nous souhaitons montrer que trois des résultats mathématiques les plus célèbres pour le système de Navier-Stokes incompressible sont encore valables pour le système de Boussinesq (1), à savoir :

  • l’existence de solutions faibles globales d’énergie finie en n’importe quelle dimension (théorème de Leray, voir [22]),

  • l’unicité des solutions d’énergie finie en dimension deux (résultat figurant implicitement dans un autre article de J. Leray, voir [23], et démontré par J.-L. Lions et G. Prodi dans [24]),

  • l’existence de solutions globales uniques pour des données petites en dimension (théorème de Fujita-Kato [16]).

Nous verrons plus loin que la démonstration de l’existence globale de solutions faibles se fait en suivant la démarche originale de J. Leray : la présence de la température nécessite un peu d’attention mais n’introduit pas de difficulté majeure.

En revanche, pour démontrer l’unicité en dimension deux, l’approche naïve consistant à écrire le système vérifié par la différence de deux solutions semble vouée à l’échec. En effet, du fait de la présence d’une équation de transport dans le système, les estimations de stabilité ne peuvent être établies qu’avec perte d’au moins une dérivée donc dans un espace à régularité strictement négative. Or, pour contrôler ce type de régularité, l’hypothèse que le champ de vitesses soit au moins lipschitzien semble inévitable. Mais le champ de vitesses construit n’est a priori que dans

Enfin, pour établir l’existence de solutions fortes globales en dimension une application directe de l’approche de Fujita-Kato associant point fixe contractant et utilisation du semi-groupe de la chaleur ne saurait convenir. En effet, la méthode de Fujita-Kato exige non seulement une donnée initiale petite mais aussi un terme de force qui soit intégrable en temps sur entier, et d’intégrale petite. À moins que ne soit identiquement nulle, cette dernière condition n’est pas vérifiée par le terme de force puisque est transportée sans amortissement donc est constante le long des caractéristiques.

Nous avons adopté le plan suivant. La première section est consacrée à la présentation de nos résultats principaux. Dans la partie suivante, nous démontrons l’analogue du théorème de Leray pour le système de Boussinesq à l’aide d’arguments élémentaires d’analyse fonctionnelle. Dans la troisième section, nous présentons l’artillerie technique nécessaire pour venir à bout du reste de notre programme : espaces de Lorentz et de Besov, décomposition de Littlewood-Paley et calcul paradifférentiel. La quatrième partie regroupe diverses estimations a priori – dont certaines avec perte de régularité – pour l’équation de la chaleur ou de Stokes, l’équation de transport et le système de Navier-Stokes. Les résultats liés aux solutions fortes sont alors démontrés dans la cinquième partie, et l’unicité des solutions faibles d’énergie finie en dimension deux, dans la sixième partie. Nous avons regroupé en dernière section quelques résultats supplémentaires. Un lemme technique figure en appendice.

1 Résultats principaux

Avant d’énoncer notre résultat d’existence globale de solutions faibles, présentons brièvement les égalités d’énergie formelles associées au système.

Soit donc une solution régulière et décroissante à l’infini du système de Boussinesq avec données Tout d’abord, sachant que le champ de vitesses est à divergence nulle, on a

(2)

Par ailleurs, en prenant le produit scalaire de l’équation de la vitesse avec puis en intégrant en temps, on obtient

(3)

Il est clair que l’intégrale du terme de droite peut être absorbée par le membre de gauche pourvu que l’on dispose d’un contrôle sur la norme de Ce contrôle est donné par (2) dès que s’injecte continûment dans Si (resp. ), cette condition est vérifiée si et seulement si (resp. ).

Comme de coutume, l’obtention des solutions faibles globales se fera en passant à la limite dans une suite de solutions approchées vérifiant (2) et (3). Le passage à la limite dans le terme exige que l’injection de dans soit localement compacte, donc que

Ces considérations sommaires mènent à l’énoncé suivant :

Théorème 1.1

Soit avec , et un champ de vitesses à divergence nulle et coefficients dans Alors le système de Boussinesq avec donnée initiale admet une solution faible globale

telle que pour tout on ait

pour une constante ne dépendant que de et de et

Dans le cas il est bien connu que les solutions faibles globales en dimension deux sont uniques (voir par exemple [24]). Il est donc légitime de chercher à démontrer que cette propriété persiste pour le système de Boussinesq avec des données quelconques dans À notre connaissance, le résultat le plus proche allant dans ce sens a été établi par H. Abidi et T. Hmidi dans [1] (voir aussi [18]) : si appartient à l’espace de Besov homogène222voir la définition 3.3 et est dans alors il y a unicité de la solution globale construite.

Nous démontrons ici qu’il y a encore unicité des solutions faibles d’énergie finie en dimension deux sous la seule hypothèse que les données sont dans

Cette propriété remarquable découle du fait que le champ de vitesses construit appartient aussi à l’espace (défini plus loin en (18)) qui est à peine plus gros que De ce fait, le champ de vitesses est presque localement intégrable en temps à valeurs quasi-lipschitziennes et l’on peut faire appel à des estimations avec perte de régularité dans l’esprit de celles qui ont été établies dans [2] ou, plus récemment, dans [12].

Théorème 1.2

Supposons Soit avec à divergence nulle. Alors le système a une unique solution globale telle que

De plus la norme de est conservée au cours de l’évolution, l’égalité est satisfaite et appartient à l’espace défini au-dessus de la remarque 3.12.

La dernière partie de notre programme consiste à établir un résultat d’existence globale de solutions fortes à données petites en dimension dans l’esprit de celui de Fujita-Kato pour le système de Navier-Stokes incompressible (voir [16]).

Rappelons que le théorème de Fujita-Kato se démontre en récrivant le système de Navier-Stokes en termes de problème de point fixe pour une fonctionnelle construite à l’aide du semi-groupe de Stokes. Sous des hypothèses de petitesse adéquates, le théorème du point fixe de Picard permet alors d’obtenir une solution globale unique. Cette approche s’avère particulièrement performante si l’espace fonctionnel utilisé est critique, i.e. respecte l’invariance par changement d’échelle (ou scaling en anglais) du système de Navier-Stokes. Cela amène à choisir pour un espace de distributions sur à norme invariante pour tout par la transformation

et donc à choisir une vitesse initiale dans un espace fonctionnel à norme invariante par la transformation H. Fujita et T. Kato démontrent ainsi que le système de Navier-Stokes est globalement bien posé pour des données initiales petites par rapport à la viscosité dans l’espace de Sobolev homogène (voir [16] et [5]). Le résultat de Fujita-Kato se généralise à un grand nombre d’espaces critiques (voir e.g. [21] ou [25]).

Un calcul facile montre que le système de Boussinesq est invariant par la transformation

Autrement dit, les espaces critiques pour la vitesse sont les mêmes que pour le système de Navier-Stokes et il faut en quelque sorte exiger deux dérivées de moins sur la température.

En l’absence de dissipation sur la température, il ne semble pas possible de démontrer que le système de Boussinesq est bien posé même localement pour des données aussi peu régulières. On peut cependant établir l’existence locale pour des données initiales dans l’espace de Besov homogène (gros sous-espace de ) qui est critique pour la vitesse seulement :

Théorème 1.3

Supposons Soit et un champ de vecteurs à divergence nulle et coefficients dans Alors le système de Boussinesq admet une unique solution locale dans l’espace

Si de plus et alors la solution peut être prolongée au-delà de

Si la construction de solutions à temps petit peut se faire par des arguments standard, montrer l’existence de solutions fortes globales est nettement plus délicat. En effet, comme expliqué dans l’introduction, l’absence d’amortissement pour la température interdit l’approche classique associant estimations pour le semi-groupe de la chaleur et point fixe de Picard, et le scaling de la température semble bien trop bas pour pouvoir travailler directement dans des espaces invariants par changement d’échelle.

Notre stratégie est la suivante : trouver deux espaces fonctionnels, pour la vitesse initiale et pour la température initiale tels que, en notant le projecteur orthogonal sur les champs à divergence nulle et   le semi-groupe de la chaleur, on ait les estimations suivantes:

avec des constantes et indépendantes du temps (Nous avons supposé que pour simplifier l’heuristique.)

Pour de tels espaces, on obtiendra alors

Supposons que (1) admette une solution locale dans et que de plus avec suffisamment petit. Soit le temps maximal pour lequel Si l’on a choisi de telle sorte que l’inégalité ci-dessus implique que Par des arguments classiques de bootstrap, on conclut alors que

Nous verrons plus loin que l’on peut choisir pour l’espace de Lorentz et pour l’espace de Lebesque (voire si ). Notons au passage que ces espaces sont critiques.

À moins que il n’est pas clair que l’on puisse démontrer l’existence et l’unicité de solutions dans ces espaces sans hypothèse supplémentaire de régularité. Pour y remédier, nous allons devoir exiger plus de régularité sur les données initiales. Cette régularité doit de plus pouvoir être transportée globalement si les données sont petites dans Le caractère global demande un peu d’attention car les estimations habituelles de régularité sur les solutions d’une équation de transport font apparaître un terme qui dépend exponentiellement de la norme lipschitzienne du champ de vitesse. On sait cependant depuis un article de M. Vishik que ces estimations sont “meilleures” dans les espaces de Besov d’indice nul (voir [30] et la proposition 4.8 pour plus de détails).

Ces considérations mènent au résultat suivant d’existence globale à données petites :

Théorème 1.4

Supposons que Soit et pour un Il existe une constante ne dépendant que de telle que si de plus et

(4)

alors le système de Boussinesq admet une unique solution globale

De plus, il existe une constante ne dépendant que de telle que pour tout temps on ait

Remarque 1.5

À partir de la dimension quatre, l’espace peut être remplacé par

Remarque 1.6

Notons que les hypothèses supplémentaires sur la vitesse sont critiques en terme de scaling. Par ailleurs, l’appartenance de à l’espace de Besov homogène (qui est un sous-espace strict de l’espace de Besov non homogène ) est assurée par De même, si l’hypothèse est garantie par (voir le lemme 3.9).

Notation : Dans tout l’article, désigne une “constante” susceptible de changer de ligne en ligne et dont la valeur exacte n’influe pas sur l’exactitude des calculs. On utilise parfois la notation abrégée au lieu de

2 Solutions faibles globales

Cette section est consacrée à la démonstration du théorème 1.1.

Fixons une fonction positive et d’intégrale et notons () l’opérateur de convolution par la fonction Dans un premier temps, nous allons résoudre le système de Boussinesq régularisé suivant :

(5)

avec données initiales et dans

Proposition 2.1

Pour tout couple de données initiales dans tel que le système admet une solution faible globale telle que

et vérifiant l’inégalité d’énergie suivante pour tout :

(6)

Preuve :  Nous allons résoudre le système (5) à l’aide de la méthode de Friedrichs. Pour cela, on définit l’opérateur de troncature spectrale par

et l’on cherche à résoudre le système suivant pour :

(7)

Ce système est une équation différentielle ordinaire sur vérifiant les hypothèses du théorème de Cauchy-Lipschitz. Il admet donc une unique solution maximale pour un

Comme de plus et le couple est aussi solution de (7). Par unicité, on a donc et Cela entraîne que et sont dans et vérifient

(8)

Une méthode d’énergie élémentaire assure alors que pour tout et

(9)

Notons que ces deux égalités impliquent que En effet, si est fini, on montre facilement en majorant le terme de droite de (9) à l’aide de l’inégalité de Cauchy-Schwarz, que est dans et peut donc être prolongée en vertu des théorèmes classiques sur les équations différentielles ordinaires.

Il s’agit maintenant de passer à la limite dans (8). Tout d’abord, il est clair que la suite est bornée dans et que (9) assure que est bornée dans En utilisant le système (8) et en remarquant que la suite est bornée dans tous les espaces on en déduit alors que et sont bornées dans Par des arguments de convergence faible et de compacité classiques, on conclut qu’il existe et à divergence nulle, tels que, à extraction près,

  • tend vers dans pour tout

  • tend faiblement dans vers pour tout (et donc tend fortement vers dans ),

  • tend vers dans pour tout

  • tend faiblement dans vers pour tout

Ces propriétés de convergence permettent de passer à la limite dans le système (8) et de montrer que

Le couple est donc une solution globale de (5) vérifiant (6).  

Nous pouvons maintenant passer à la démonstration du théorème 1.1. Nous supposons donc que la température initiale appartient à avec et que avec Il est clair que pour tout La proposition précédente appliquée avec assure donc l’existence d’une solution globale vérifiant (6) pour le système approché

(10)

On constate que est solution d’une équation de transport par le champ de vecteurs régulier à divergence nulle Cela assure que et que

(11)

Ensuite, en vertu de (6) et de l’inégalité de Hölder, on a

(12)

Comme , on dispose de l’inégalité de Gagliardo-Nirenberg suivante :

En injectant cette inégalité dans (12) et en utilisant (11) et l’inégalité de Young, on trouve

d’où, après une nouvelle utilisation de l’inégalité de Young,

(13)

Il reste à justifier le passage à la limite dans (10). Tout d’abord (11) et (13) assurent que est bornée dans et que est bornée dans En utilisant (7), on peut alors montrer que et sont bornées dans Par des arguments de compacité classiques et en notant que pour on en déduit, quitte à extraire, que :

  • tend vers une fonction dans pour tout

  • tend vers un champ à divergence nulle dans pour tout

Ces propriétés de convergence permettent de justifier que tend vers au sens des distributions pourvu que condition qui est équivalente à Le passage à la limite dans le terme se fait exactement comme pour le système de Navier-Stokes incompressible “classique”.

3 Espaces fonctionnels et outils d’analyse harmonique

Commençons par rappeler la définition des espaces de type faible.

Définition 3.1

Pour on définit l’espace faible (noté par la suite) comme l’ensemble des fonctions mesurables de dans telles que

Remarque 3.2

Dans le cas l’espace coïncide avec l’espace de Lorentz défini par l’interpolation réelle En d’autres termes, est dans si et seulement si, pour tout , on peut écrire avec et et la “meilleure constante” est une norme équivalente à la quantité de la définition ci-dessus (voir par exemple [21]).

Plus généralement, pour l’espace de Lorentz peut être défini par interpolation réelle en posant :

Dans la suite de cette partie, nous rappelons brièvement la définition de la décomposition de Littlewood-Paley (selon [6]) ainsi que celle des espaces de Besov.

La décomposition de Littlewood-Paley se définit à l’aide d’une décomposition dyadique de l’unité : soit une fonction positive radiale de classe supportée dans la boule valant sur et telle que soit décroissante. On pose de telle sorte que

(14)

On définit ensuite les opérateurs de localisation en fréquences et de par:

Notons que pour une distribution tempérée , les fonctions et sont analytiques à croissance lente. Si de plus il existe un réel tel que alors et appartiennent à l’espace

Par ailleurs, on établit à l’aide de (14) que dans et dans modulo un polynôme (voir par exemple [21]).

Enfin, nous utiliserons souvent la propriété de presque orthogonalité suivante :

(15)

Nous pouvons maintenant définir les espaces de Besov homogènes comme suit :

Définition 3.3

Soient et On note

On définit l’espace de Besov homogène par

  • lorsque ou et .

  • si ou et pour un

Remarque 3.4

On prendra garde au fait que est un espace de Banach si et seulement si ou et

Rappelons également la définition des espaces de Besov non homogènes :

Définition 3.5

Soient et On note

L’espace de Besov non homogène est l’ensemble des distributions tempérées telles que soit fini.

Remarque 3.6

Les espaces de Besov et coïncident respectivement avec les espaces de Sobolev et Si les espaces de Besov et coïncident respectivement avec les espaces de Hölder et Par abus, nous noterons et pour tout

Les inégalités suivantes, dites de Bernstein et démontrées par exemple dans [6] seront d’un usage constant.

Lemme 3.7

Soit et Alors on a

Comme conséquence de l’inégalité de Bernstein et de la définition de on a la proposition suivante :

Proposition 3.8

(i) Il existe une constante strictement positive telle que