arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

L’Algèbre tropicale comme algèbre de la caractéristique 1:
Polynômes rationnels et fonctions polynomiales

Dominique Castella
Laboratoire de Mathématiques
Université de la Réunion
29/08/2008
Résumé

We continue, in this second article, the study, initied in [Cas], of the algebraic tools which play a role in tropical algebra. We especially examine here the polynomial algebras over idempotent semi-fields. This work is motivated by the development of tropical geometry which appears to be the algebraic geometry of tropical algebra. In fact, the most interesting object is the image of a polynomial algebra in its semi-field of fractions. We can thus obtain, over good semi-fields, the analog of classical correspondences between polynomials, polynomial functions and varieties of zeros… For example, we show that the algebras of polynomial functions over a tropical curve associated to a polynomial P, is, as in classical algebraic geometry, the quotient of the polynomial algebra by the ideal generated by P.

Université de La Réunion

Août 2008

Keywords : Polynomial algebra, tropical algebra, idempotent semi-fields, tropical geometry.


1 Introduction

Nous avons définis dans ([Cas]) un cadre formel pour l’étude des algèbres de types Max-Plus, Min-Plus et plus généralement des algèbres sur les semi-corps commutatif idempotent qui sont en fait les ”corps” de caractéristique 1.
Nous développons maintenant la parentée entre les courbes tropicales et les courbes algébriques habituelles (il s’agit dans les deux cas de l’ensemble des ”zéros” d’un polynôme à deux variables) et obtenons de nouveaux outils algébriques pour l’étude de ces courbes.
Ce travail est motivé par l’essort de la géométrie tropicale qui apparaît comme la géométrie algébrique de l’algèbre tropicale.
Les points de non différentiabilité des polynômes à plusieurs variables peuvent en effet être vus comme une généralisation des zéros des polynômes.
Les semi-anneaux de polynômes étant intègres mais non simplifiables, ils admettent bien un semi-corps des fractions mais ne s’y injectent pas… L’objet algébrique adéquat pour l’étude des fonctions polynomiales est alors le polynôme rationnel qui est l’ image d’un polynôme dans le semi-corps des fractions rationnelles, ou de façon équivalente la classe des polynômes ayant même image.
Nous obtenons pour ces polynômes un théorème de correspondance avec les fonctions polynomiales, valable sur les bons semi-corps idempotents, en particulier sur le semi-corps des réels max-plus. Nous obtenons de plus une bonne correspondance entre les variétés de zéros et l’arithmétique de ces polynômes.

Rappelons pour commencer quelques définitions introduites et quelques propriétés montrées dans l’article précédent :

1.1 Quasi-corps

Rappelons qu’un monoïde est un ensemble muni d’une loi interne associative, admettant un élément neutre.

On dira qu’un élément d’un monoïde est quasi-inversible s’il existe un élément de tel que et . On dira alors que et sont quasi-inverses l’un de l’autre.

Dans le cas commutatif est alors unique et est appelé le quasi-symétrique de (on le notera ).

Deux éléments et d’un monoïde sont orthogonaux (notation : ) si et implique , où désigne l’élément neutre de . On dira que est une décomposition orthogonale de si et . Dans le cas commutatif on notera pour indiquer que est une décomposition orthogonale de .

Un quasi-anneau est un semi-anneau unitaire dont l’élément unité admet un quasi-symétrique.

Dans la suite on notera l’élément neutre de l’addition d’un quasi-anneau , et le quasi-inverse de . On aura donc, pour tout , .

Si est un quasi-anneau, l’ensemble des polynômes à coefficients dans est aussi un quasi-anneau.
Un quasi-anneau est simplifiable à droite si , .

Un quasi-corps est un quasi-anneau tel que soit un groupe (où .

1.2 Caractéristique d’un semi-anneau

Rappelons qu’un semi-anneau se définit comme un anneau, en affaiblissant la condition est un groupe commutatif en est un monoïde commutatif.

Soit un semi-anneau ; on définit comme l’ensemble des entiers tels que .

Proposition 1

Il existe un unique tel que . Cet entier est appelé caractéristique de (notation ).

- Remarque 1

Les semi-anneaux de caractéristique 1 sont les semi-anneaux idempotents (i.e. tels que pour tout ).

On dira qu’un semi-anneau est de caractéristique pure p, s’il est de caractéristique et que, pour tout , implique que divise .

Proposition 2

a) Tout semi-corps admet une caractéristique pure.
b) Les semi-corps de caractéristique non nulle sont des quasi-corps.
c) Les quasi-corps ayant une caractéristique différente de sont des corps. Les quasi-corps de caractéristique sont les semi-corps idempotents.

- Remarque 2

Même si est un quasi-corps, l’anneau de polynôme n’est pas simplifiable : si est de caractéristique 1, .
En particulier, il ne peut donc pas se plonger dans un quasi-corps des fractions.

- Exemple 3

Nous utiliserons plus particulièrement dans la suite les deux quasi-corps suivants :

Le semi-corps à deux éléments, , muni de l’addition telle que soit élément neutre et , et de la multiplication habituelle, est un quasi-corps de caractéristique 1, isomorphe à l’ensemble des parties d’un singleton, muni de la réunion et de l’intersection. Il est facile de vérifier que c’est le seul quasi-corps fini de caractéristique 1…

Le semi-corps des réels max-plus, , sous la version utilisée dans la plupart des applications, muni de la loi max comme addition et de la loi comme multiplication, ou dans sa version, plus pratique pour conserver des notations algébriques générales (et plus facile à suivre par des non-spécialistes) muni de la loi max comme addition et de la multiplication usuelle…

Plus généralement, on a la :

Proposition 3

Si est un quasi-anneau de caractéristique 1, simplifiable, pour tout couple tel que , et tout entier , on a :

Un quasi-anneau de caractéristique 1 est ordonné par la relation : si .
Un cas particulier très important est celui des quasi-corps dont l’ordre associé est total. C’est en effet le cas de tous les quasi-corps introduits en algèbre et géométrie tropicale. On parlera alors de quasi-corps totalement ordonnés.
Réciproquement, tout groupe totalement ordonné apparaît comme le groupe multiplicatif d’un quasi-corps, l’addition étant donnée par . Il suffit en fait que le groupe ait une structure de treillis.

Un module à gauche sur un quasi-anneau est un triplet est un quasi-groupe, et une loi externe de dans , vérifiant les propriétés suivantes :
, , , , , , et .

Si est un module libre de base , et appartenant à sont orthogonaux si et seulement s’ils ont des supports (relativement à ) disjoints.

1.3 Points singuliers, *singuliers et zéros

Si est un morphisme d’un quasi-anneau dans un quasi-groupe , on peut définir deux notions duales de point singulier :

On dira que appartenant à est un point singulier de , ou que est singulier en , s’il existe une décomposition orthogonale de dans , , telle que .

On dira que appartenant à est un zéro, ou un point *singulier de , ou que est *singulier en , s’il existe une décomposition orthogonale de dans , , telle que .

On dira de même que est un zéro d’un polynôme , sur un quasi-anneau commutatif , si est un zéro (i.e. un point *singulier) pour le morphisme d’évaluation en , (i.e. si l’on peut écrire , avec ).

Cette définition s’étend sans difficulté à un point de , où est une extension commutative de , ou encore à un point d’une extension (non nécessairement commutative) dans le cas à une variable.
En particulier est un zéro de si et seulement si le terme constant de est nul.

Les zéros d’un polynôme à une variable , seront encore appelés racines de ce polynôme .

Si est un point singulier de l’application polynomiale , est une racine de , mais la réciproque est fausse, deux applications polynomiales et correspondant à 2 polynômes orthogonaux, n’étant pas, en général, orthogonales.
Cependant, sur le corps des réels (max,+), on peut voir facilement que ces deux notions coïncident :
il suffit de voir que l’inf de deux applications définies par des monômes distincts est l’application nulle ; pour cela, on peut remarquer, si , que pour tout implique , en faisant tendre vers ou suivant les cas…

2 Quotients et localisations

A tout morphisme de quasi-anneaux de dans , est associée de la manière habituelle une relation d’équivalence compatible avec les lois du quasi-anneau, et donc une structure quotient. Ces relations ne sont par contre pas toutes obtenues à partir d’un idéal du quasi-anneau (il faut considérer des sous-quasi-modules convenables de ). Par contre on peut encore, à partir d’un idéal d’un quasi-anneau commutatif construire un anneau quotient, et ce cas particulier va nous permettre de généraliser la notion de corps des racines d’un polynôme et d’extension algébrique.
Plus généralement, on peut définir le quotient d’un quasi-module par un sous-quasi-module.
Dans cette section nous supposerons pour alléger le texte que tous les quasi-anneaux considérés sont commutatifs.

2.1 Quotient d’un module par un sous-module

Soit un module à droite sur un quasi-anneau et un sous-module de .
On notera l’idéal . Pour , on pose .
On définit une relation sur par , si et , .
s’appelle la congruence modulo N (notation pour ).

Proposition 4

est une relation d’équivalence compatible avec les lois de . On notera l’ensemble quotient qui est donc muni d’une structure de module à droite.

D’abord, est bien une relation d’équivalence :
La reflexivité et la symétrie étant évidentes, il suffit de vérifier la transitivité et plus précisemment que si et , pour , alors :
Soient donc , , , dans tels que et ; on a d’où le résultat puisque est stable par .

Maintenant soient , , et dans tels que et . Il est encore clair que , et il suffit donc de montrer que , pour tout :
Si appartient à , , puis appartiennent aussi à , par hypothèse.
Ceci montre bien la compatibilité avec l’addition. Pour la loi externe, c’est immédiat.

- Remarque 4

Dans le cas des modules la relation est la relation habituelle, la première condition impliquant la seconde.

2.2 Quotient d’un quasi-anneau commutatif par un idéal

Proposition 5

Dans le cas d’un quasi-anneau commutatif , le quotient par un idéal est muni d’une structure de quasi-anneau appelé quasi-anneau quotient de par .
Si est propre ce quotient n’est pas trivial.

Pour le premier point il suffit de voir que la relation est compatible avec la multiplication, ce qui est encore immédiat.
De plus si est congru à modulo , il existe un tel que appartienne à , et la deuxième condition implique alors .

- Exemple 5

Soit un quasi-corps et une extension de . On supposera ici de caractéristique 1 et totalement ordonné (par la relation si ). Si , , l’ensemble des polynômes ayant comme racine, est un idéal et le quasi-anneau quotient est isomorphe au sous-quasi-anneau de .
De même si et , l’ensemble des polynômes dont est un zéro, est un idéal, , et si est la relation définie par cet idéal on a si et seulement si .
Supposons que et appartiennent à et soit , des décompositions orthogonales de et telles que et .
Dans le cas d’un quasi-corps totalement ordonné, on peut supposer que et sont des monômes et on peut supposer , sinon le résultat est immédiat. et sont alors orthogonaux et a bien un zéro en .
Si il est facile de voir que, pour tout , le polynôme a un zéro en .

On dira qu’un idéal d’un quasi-anneau commutatif est fermé si pour tout ,
.
On dira qu’il est dense si, pour tout , .

Si est un idéal d’un quasi-anneau , il est facile de vérifier que est un idéal fermé, la clôture de .
De même il est facile de vérifier que le cœur de , est un idéal de .
Il est clair que est fermé si et seulement si .

Proposition 6

Soit un quasi-anneau commutatif et un idéal de . La classe de modulo est égale au cœur de et est un idéal fermé de .
En particulier si est fermé, la classe de modulo est .

Soit : on a par définition si et si pour tout , , c’est à dire exactement si .
Comme la congruence modulo est compatible avec la structure d’anneau, si et on a nécessairement ce qui montre que la classe de est bien fermée.
Si I est fermé, il est clair que .

- Remarque 6

Si est un anneau, tout idéal est fermé.
Si est un quasi-anneau de polynômes sur un quasi-corps commutatif de caractéristique 1, l’idéal des multiples d’un polynôme non nul est dense si et seulement si ; si il est fermé.

2.3 Idéaux premiers, fortement premiers

Soit un idéal d’un quasi-anneau commutatif ; est premier si le quasi-anneau quotient est intègre ; il est fortement premier si le quasi-anneau quotient est simplifiable.

Proposition 7

Tout idéal maximal d’un quasi-anneau commutatif est soit fermé soit dense.

Si est maximal, soit et est fermé, soit et est dense…

Proposition 8

Un idéal fermé d’un quasi-anneau commutatif est premier si et seulement si
.
Un idéal est premier si et seulement si son cœur l’est.

2.4 Corps de fractions d’un quasi-anneau commutatif intègre

La localisation des monoïdes s’applique au monoïde , si est un quasi-anneau intègre, et il est facile de vérifier que comme dans la cas classique, on obtient ainsi un quasi-corps , que nous appellerons quasi-corps des fractions de et un morphisme (non injectif en général) de dans , tels que ne contienne que les produits d’éléments de et de leurs inverses.
Plus précisément, on a si et seulement si il existe tel que .

est donc injectif si et seulement si est simplifiable et est dons toujours un quasi-anneau simplifiable. De plus tout morphisme de dans un quasi-anneau simplifiable se factorise en un morphisme de dans .
On dira donc que est l’enveloppe simplifiable de .

Ceci s’applique en particulier aux quasi-anneaux de polynômes sur un quasi-anneau intègre . Le quasi-corps des fractions sera donc isomorphe à l’enveloppe simplifiable de , où est le quasi-corps des fractions de .
Nous noterons dans la suite l’enveloppe simplifiable du quasi-anneau des polynômes et le quasi-corps des fractions de , que nous appellerons le quasi-corps des fractions rationnelles à coefficients dans le quasi-corps .
Dans le cas des anneaux, nous retrouvons bien entendu les notions usuelles et on peut identifier un anneau commutatif intègre avec son enveloppe simplifiable.

Dans la suite nous appellerons polynômes rationnels les éléments de , puisqu’ils s’identifient aux fractions rationnelles dont le dénominateur est constant…

Proposition 9

Si , où est un quasi-corps commutatif totalement ordonné, admet un zéro et si, pour , il existe dans tel que , est aussi un zéro de .

Supposons d’abord et ; il est facile de voir que, s’il y a exactement k monômes de prenant la valeur , le nombre de monômes de prenant la valeur maximale est au moins , ce qui implique que est singulier en .
Si et , on a bien nécessairement .
Supposons maintenant . Pour , le résultat est immédiat par simplification.
On procède donc par récurrence sur :
quitte à permuter les variables on peut supposer avec ; en écrivant , et , on obtient, si et sont les valuations en de et de , , étant singulier en ; l’hypothèse de récurrence donne bien alors que est singulier en .

Ceci permet donc de définir la notion de racines d’un polynôme rationnel , comme étant les racines d’un des représentant et plus généralement, de zéro d’un polynôme rationnel. On peut aussi clairement parler du degré d’un tel polynôme.
Il est clair qu’un polynôme de degré a au plus racines… En fait il en a au plus comme nous le verrons ci-dessous.

3 Polynômes et fonctions polynomiales

désigne dans la suite un semi-corps idempotent (ou quasi-corps de caractéristique 1) totalement ordonné.

3.1 Extensions de Quasi-corps

Le but de cette section est de construire une extension d’un quasi-corps de caractéristique 1, totalement ordonnée, , contenant une racine d’un polynôme donné de .

Pour ceci nous allons montrer que est un quasi-corps de caractéristique 1, totalement ordonné, contenant une racine n-ième de a, la classe de .

On dira qu’un quasi-corps est algébriquement clos si tout polynôme de , non constant, admet au moins une racine dans .

- Théorème 1

Soit un quasi-corps totalement ordonné de caractéristique 1.
a) L’ensemble des polynômes admettant comme racine est l’idéal .
b) L’ensemble des polynômes rationnels de admettant comme racine est l’idéal de engendré par .

a) Supposons que admet comme racine et soient et deux monômes distincts, , tels que :
on a donc pour tout , et appartient à ; si , on pose et appartient aussi à ; de plus puisque par hypothèse ; si , appartient là encore à et en posant , on a de même . On obtient ainsi que appartient à .
La réciproque est claire.

b) Il en découle aussi que tout multiple de admet comme racine ; réciproquement il suffit de montrer que tous les sont multiple de ; ceci vient de l’égalité

qui implique dans , l’égalité .

En raisonnant par récurrence sur le degré on a immédiatement le :

Corollaire 1

Si est un quasi-corps totalement ordonné de caractéristique 1, et un polynôme de degré , a au plus racines dans .

- Théorème 2

Soit un quasi-corps totalement ordonné et , ;
est un quasi corps totalement ordonné contenant et la classe de dans vérifie .

Considérons l’application linéaire de dans définie par si avec . On note le morphisme canonique de dans .
Comme le degré est indépendant du représentant, est l’ensemble des polynômes rationnels de degré inférieur ou égal à .

Lemme 1

est *singulier pour si et seulement si :

Tout polynôme peut s’écrire de façon unique les étant des polynômes en , et on a alors .
est *singulier pour si et seulement chacun des polynôme est *singulier en , ou encore si est une racine de .
Or, d’après la proposition précédente, admet une racine en si et seulement si , ce qui donne bien le résultat annoncé.

Lemme 2

Si et ont même image par , ils sont congrus modulo :

Il suffit de voir que si alors, pour tout et pour tout , est *singulier pour si et seulement si l’est ; or est *-singulier en si et seulement s’il existe une décomposition orthogonale de , telle que soit *singulier en et .
L’équivalence annoncée provient alors de ce que .

On en déduit immédiatement que dans la classe de est égale à la classe de et que s’injecte dans . De plus est intègre, car le coeur de est réduit à (si , il existe un monôme non nul , tel que et , alors que n’appartient pas à ).
On vérifie de plus bien aisément que s’injecte alors dans le corps des fractions de et l’image de , , y est naturellement une racine n-ième de a.
Pour tout et tout entier , on a et si , et donc ; de même si , on a . En particulier si et si .
Il est donc clair que et sont totalement ordonnés ; pour , est alors égal au monôme dominant évalué en , qui est inversible dans puisque l’est. Ceci montre qu’en fait est un corps et donc égal à .
Soit le morphisme de dans , : est l’ensemble des éléments *singuliers pour et est l’idéal des polynômes rationnels *singuliers pour le morphisme quotient de dans .
On obtient ainsi un morphisme surjectif de dans qui se factorise en un isomorphisme de dans On peut ainsi sans inconvénient identifier ces deux quotients.

Il est clair que ceci permet de construire un quasi-corps contenant et toutes les racines d’un polynôme donné et plus généralement un quasi corps algébriquement clos contenant un quasi-corps totalement ordonné, donné.
Sur ce corps , un polynôme se factorise donc (dans ) en un produit
, où les sont les racines de .

3.2 Polynômes rationnels et fonctions polynomiales sur

On définit, comme dans le cas d’une variable, , l’image de dans son corps des fractions, comme étant le quasi-anneau simplifiable des polynômes rationnels à n variables sur .
Pour un polynôme on notera l’ensemble des zéros de dans . Pour on notera l’ensemble est un zéro de , des polynômes dont est un zéro.

Soit , , où est une partie finie de .
On dira que est convexe si, pour tout tout appartenant à l’enveloppe convexe de , tel que , on a : .
Si est algébriquement clos, on appellera enveloppe convexe de le plus petit polynôme convexe supérieur à .
On notera cette enveloppe convexe.
On dira qu’un monôme de est extrémal si l’enveloppe convexe du polynôme obtenu en supprimant ce monôme strictement inférieure à celle de . Il est clair que l’enveloppe convexe de est égale à l’enveloppe convexe de la somme de ses monômes extrémaux.

Pour un polynôme de , on notera le polynôme rationnel et la fonction polynomiale associés.

On a alors le lemme (bien connu lorsque est le quasi-corps des réels max-plus) :

Lemme 3

a) La fonction polynomiale définie par et celle définie par son enveloppe convexe sont les mêmes.
b) Les fonctions polynomiales et sont égales si et seulement si les enveloppes convexes de et sont égales.

a) Soit , où est une partie finie de .
On dira que le monôme est localement dominant si
est non vide.
Il suffit donc de voir que les monômes localement dominant sont exactement les monômes extrémaux pour obtenir le résultat.
Il est clair qu’un monôme non extrémal ne peut être dominant. Il reste donc à voir que si est extrémal il est localement dominant. On peut distinguer deux cas :
- soit n’est pas dans l’enveloppe convexe des , .
On peut alors trouver une -forme linéaire sur , , telle que pour tous les appartenant à et telle que , pour tous les de . Si , il suffit de choisir , où est suffisamment grand, ce qui est possible car est infini et totalement ordonné et ne peut donc avoir de plus grand élément.
- soit avec , , et ; convient alors.

b) Si les enveloppes convexes sont différentes, ou . Il existe donc un monôme extrémal de , n’apparaissant pas, par exemple, dans . Or ce monôme est localement dominant ; soit pour lequel ce monôme domine, ne peut donc être égal à ce qui prouve bien que .
La réciproque est immédiate.

On peut en déduire qu’il y a une bonne correspondance entre les fonctions polynomiales et les polynômes rationnels :

- Théorème 3

Si est un quasi-corps algébriquement clos infini, l’application naturelle de dans les fonctions polynomiales de dans , est un isomorphisme de quasi-anneaux.

Considérons l’application de dans l’ensemble des fonctions polynomiales sur , , . Si est un polynôme non nul et est tel que , implique . Supposons , avec ; on peut alors écrire est inclus dans l’ensemble des tels que et est tel que .
Choisissons un : en dérivant j fois par rapport à , on obtient et donc bien .
(La dérivée d’un polynôme est le polynôme et est encore une dérivation).

On peut donc bien considérer l’application de dans qui associe à un polynôme rationnel la valeur de l’un de ses représentants en et est clairement un morphisme surjectif de quasi-anneaux.
Il reste donc à montrer l’injectivité de ce morphisme.

Or celle-ci découle de la proposition suivante :

Proposition 10

Soient et deux polynômes sur un quasi-corps idempotent et totalement ordonné, infini et algébriquement clos.
Les propositions suivantes sont équivalentes :
a) et définissent les mêmes polynômes rationnels.
b) et ont même enveloppe convexe.
c) et définissent les mêmes fonctions polynomiales.

On a vu ci-dessus l’équivalence entre les assertions b) et c) et que a) implique c).
Il reste donc à voir que b) impliquent a) ce qui revient en fait à montrer que , c’est à dire que les classes de et de son enveloppe convexe sont les mêmes.
Soit donc , où est une partie finie de .
Soit l’enveloppe convexe de dans et , tel que , et tel que .
On obtient, en développant , et ceci montre que :
puisque est simplifiable ; ceci donne donc l’égalité car l’autre inégalité est évidente.
Le lemme suivant termine alors la démonstration :

Lemme 4

Soient et deux polynômes rationnels. S’il existe tel que , alors .

On peut supposer et non nuls.
On a et donc donne d’où finalement , après simplification.

- Remarque 7

Un polynôme rationnel admet donc deux représentants particuliers, l’un maximal, l’enveloppe convexe commune de ses représentants, l’autre minimal la somme des monômes extémaux de l’un de ses représentants.

On peut maintenant obtenir, du moins sur le corps des réels max-plus, le lien habituel entre "variété des zéros" et divisibilité :

- Théorème 4

Soit le quasi-corps des réels max-plus. Si et appartiennent à , si et seulement si divise une puissance de .

Pour ceci nous considérerons les parties suivantes de associées à un polynôme rationnel :
.
.
, pour .
On peut remarquer que est la réunion des non vides.

Lemme 5

a) V(P) est la réunion des non vides pour les et tels que et soient eux mêmes non vides.
b) Les non vides sont connexes par arcs.
c) Le graphe dont les sommets sont les tels que soit non vide et les arêtes les de codimension 1, est connexe.

a) Ceci découle de ce qu’au voisinage d’un point de est dense dans .
b) Ce sont même des convexes sur le corps des réels max-plus…
c) Si et , le segment a une intersection non vide avec une suite finie de et coupe nécessairement les ; quitte à prendre une succession de segments pour joindre à , on peut supposer que ce chemin ne rencontre que des de codimension 1. Ceci fournit alors bien un chemin dans le graphe entre les sommets et .

Lemme 6

Si , et les graphes associés sont isomorphes.
On peut donc numéroter les monômes extrémaux de et de de sorte que pour tout .

Soient tels que et : si , il existe un chemin continu de à dans et ce chemin rencontre nécessaire , ce qui est contradictoire avec la définition de et l’hypothèse .
On trouve donc pour chaque un tel que et par symétrie, en utilisant le a) du lemme précédent, on obtient bien une bijection entre les sommets du graphe qui respecte les arêtes…

Lemme 7

Soient les fractions rationnelles et .
a) Si est de codimension 1, il existe un rationnel positif tel que .
b) Il existe un entier tel que, pour tout et tout : .

a) Dans le cas des réels max-plus, , l’adhérence de , est un convexe défini par le système d’inéquations affines (à coefficients entiers), pour tout , , mais aussi par le système d’inéquations, pour tout , .
Chacune des équations et définit un hyperplan contenant l’intersection ; mais cet hyperplan est unique si est de dimension et il en découle dans ce cas que ces deux équations sont proportionnelles, ce qui donne, en notation algébrique, l’existence d’un rationnel tel que . Ce rationnel est nécessairement strictement positif car est inclus dans le demi-plan positif pour les deux équations.
b) Si est vide ou de codimension strictement plus grande que 1, on peut trouver, d’après le lemme précédent, dans le graphe associé à la fois à et à , (en notant le sommet ), un chemin allant du sommet au sommet ; il existe donc d’après le a), pour chaque entier , un rationnel positif tel que .
On vérifie, par récurrence sur la distance , de à dans le graphe , qu’il existe des rationnels positifs et tels que, pour tout :
.
Pour c’est une conséquence immédiate du a).
Si l’on suppose le résultat vrai au rang et que la distance de à est égale à , il existe un sommet tel que soit de codimension 1, et des rationnels positifs et tels que, pour tout , .
On a et ; pour , et .
Si est plus grand que 1, et on obtient immédiatement .
Si est plus petit que 1, il en est de même de d’après le a) ; on a alors , et aussi .

La récurrence est donc vérifiée et il existe donc des rationnels tels que, pour tout , .
On peut alors choisir un entier non nul tel que soit entier et on a alors pour tout , puisque .

Les étant supérieurs à 1 sur , le plus grand des convient.

Lemme 8

Si , il existe un entier non nul tels que divise .

Pour un , considérons le polynôme .
Grâce au lemme précédent, on peut choisir assez grand pour que, pour chaque i, le monôme soit dominant sur .
On obtient alors pour tout :
. Cette égalité est alors vraie par densité pour tout . Le théorème précédent donne donc .
Mais pour les tels que , soit ne divise pas et nécessairement divise , soit divise et la condition prouve que divise . Quitte à changer on peut supposer dans tous les cas que divise .

Soient maintenant et tels que . On a et il existe donc tel que divise , ce qui donne le résultat annoncé.

On obtient alors facilement la :

Proposition 11

Soit le quasi-corps des réels max-plus et soit l’idéal engendré par un polynôme .
a) Les classes de deux polynômes et de . modulo , sont égales si et seulement si pour tous les tels que .
b) Le radical de , , est égal à l’intersection de tous les pour , où est le morphisme d’évaluation en , .

a) En effet, et sont congrus modulo si et seulement si, pour tout couple , . Mais appartient à si et seulement si , c’est à dire si et seulement si, pour chaque , est singulier en ou .
Il est donc facile de voir, que si pour tout , tel que , si et seulement si .
Réciproquement, en considérant les , on voit que la condition est bien nécessaire.
b) Ceci découle directement du théorème précédent.

REFERENCES

[ABG] M. AKIAN, R. BAPAT, S. GAUBERT.Max-plus algebras, Handbook of Linear Algebra (Discrete Mathematics and Its Applications, L.HOGBEN ed.), Chapter 25, vol. 39, Chapman & Hall / CRC, 2006.

[Cas] D. CASTELLA. L’algèbre tropicale comme algèbre de la caractéristique 1 : Algèbre linéaire sur les semi-corps idempotents. Preprint

[IMS] I. ITENBERG, G. MIKHALKIN, E. SHUSTIN. Tropical algebraic geometry. Oberwolfach Seminars, 35, Birkhauser (2007).

[ [Izh1] Z. IZHAKIAN. Tropical arithmetic and algebra of tropical matrices. ArXiv:math. AG/0505458, 2005.

[Izh2] Z. IZHAKIAN. Tropical varieties, ideals and an algebraic nullstensatz. ArXiv:math. AC/0511059, 2005

[Mik2] G. MIKHALKIN. Enumerative tropical algebraic geometry in . J. Amer. Math. Soc. 18 (2005) 313-377.

[RST] J. RICHTER-GEBERT, B. STURMFELS, T. THEOBLAND. First steps in tropical geometry. Contemporary Mathematics, 377, Amer. Math. Soc. (2005), 289-317.

[SI] E. SHUSTIN, Z. IZHAKIAN A tropical nullstensatz. Proc. Amer. Math. Soc. 135 (12), 3815,3821 (2007).

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.