Structures conformes asymptotiquement plates

Guillaume Vassal
20 février 2021
Résumé

Dans la première partie de cet article, nous présentons la théorie des structures de Weyl et des spineurs à poids sur une variété conforme. Dans la seconde partie, nous introduisons la notion de structure de Weyl asymptotiquement plate, la masse associée et nous démontrons le théorème de la masse positive dans le cadre de la géométrie spinorielle conforme.

MSC 2000 : 53A30, 53C27, 46E35.

mots clés : Structure de Weyl, spineur à poids, variété asymptotiquement plate, théorème de la masse positive.

Introduction

Une variété riemannienne est asymptotiquement plate s’il existe un compact tel que les composantes connexes de sont difféomorphes à l’espace privé d’une boule, et si dans ces ouverts, la métrique est asymptotique à la métrique plate de . Sous certaines conditions, un invariant géométrique calculé à l’infini leur est associée : c’est la masse de la variété asymptotiquement plate. Dans un cadre spinoriel, E. Witten [14] démontre que cette masse est positive si la courbure scalaire de la variété est positive et que ces variétés possèdent une certaine rigidité puisque la masse est nulle si et seulement si la variété est isométrique à l’espace euclidien. Rendue rigoureuse par T. Parker et C. H. Taubes [11], la méthode repose sur la formule de Lichnerowicz. Une fois intégrée, cette formule fournit un terme de bord qui, sous les bonnes hypothèses, converge vers la masse de la variété riemannienne asymptotiquement plate. Cette formule permet alors de montrer le résultat de positivité de la masse, ainsi que le cas d’égalité.

P. T. Chruściel et M. Herzlich [2] ont défini une masse pour des variétés asymptotiquement hyperboliques et ont démontré un théorème de masse positive dans ce cadre. Dans [3], Xianzhe Dai généralise le théorème de masse positive au cas où la variété est asymptotique au produit , où est une variété compacte simplement connexe de Calabi-Yau ou une variété hyper-Kählerienne. Récemment, V. Minerbe [9], en s’appuyant sur la méthode de E. Witten, a établi le théorème de masse positive pour des variétés complètes non compactes asymptotiques à une fibration en cercles sur une base euclidienne, dont les fibres sont asymptotiquement de longueur constante.

Dans cet article, nous allons nous intéresser au cas d’une variété munie d’une classe conforme . Nous allons alors généraliser la notion de platitude asymptotique aux structures de Weyl sur . Nous dirons que est une structure de Weyl asymptotiquement plate lorsque est une connexion de Weyl sur et s’il existe une métrique dans la classe conforme telles que la variété riemannienne est asymptotiquement plate et que la -forme de Lee de relative à possède un bon comportement asymptotique à l’infini. Nous définirons alors une notion de masse associée à cette structure généralisant la masse d’une variété asymptotiquement plate. Nous verrons que cette masse est invariante pour certaines sous-classes de métriques de la classe conforme et nous étudierons la façon dont elle évolue par passage d’une classe à l’autre.

Dans le cadre de la théorie des spineurs à poids, P. Gauduchon [6] et A. Moroianu [10] ont établi la formule de Lichnerowicz conforme pour les structures de Weyl sur les fibrés de spineurs à poids. La masse des structures de Weyl asymptotiquement plates apparaît naturellement dans l’intégrale du terme de bord de cette formule. Ce calcul nous permet de montrer sa positivité dans le cas où la courbure scalaire de la connexion de Weyl est positive.

Nous commencerons par des rappels de géométrie conforme sur les structures de Weyl, et les spineurs à poids. Nous démontrerons la formule de Lichnerowicz conforme et donnerons l’expression de son terme de bord. Après de brefs rappels dans le cadre riemannien, nous définirons ensuite avec précision la notion de structure conforme asymptotiquement plate et de la masse associée en donnant ses propriétés d’invariance. Enfin, nous établirons sur le modèle de la démonstration de E. Witten un théorème de masse positive pour les structures de Weyl asymptotiquement plates sur des variétés spinorielles.

Ce texte constitue une partie de ma thèse dirigée par Paul Gauduchon et de Andrei Moroianu. Je les remercie vivement pour leurs idées et pour tout le temps qu’ils m’accordent.

1 Poids conformes et spineurs

Sauf mention contraire, les variétés, les métriques et les sections des différents fibrés considérés seront .

1.1 Structures de Weyl

Soit une variété orientée de dimension , munie d’une structure conforme définie positive . Rappelons quelques faits de géométrie conforme afin de pouvoir définir la notion de structure de Weyl, introduite par Hermann Weyl dans [13]. Nous noterons et respectivement les fibrés tangent et cotangent de , () le fibré des repères (orientés) de et le sous-fibré de des repères -orthonormés. Le fibré que nous appelons fibré des repères conformes est un fibré principal sur dont le groupe structural est le groupe conforme , où est l’ensemble des réels positifs non nuls. Sur toute variété différentiable de dimension , nous pouvons définir une famille , pour , de fibrés en droites réelles sur par :

Nous dirons que est le fibré des scalaires de poids . Notons les scalaires de poids . Pour , est la puissance tensorielle -ième de . Ces fibrés sont naturellement orientables, donc triviaux. De plus, lorsque la variété est munie d’une structure conforme, nous avons une réduction au fibré des repère conformes :

Si est une représentation du groupe sur un espace vectoriel , la restriction de au sous-groupe des réels strictement positifs est de la forme :

pour et où est l’identité de . Nous dirons que le réel est le poids conforme de la représentation . Soit () le groupe des isomorphismes (orientés) de . Les fibrés vectoriels sur associés à et obtenus par une représentation de possèdent un poids conforme naturel qui est le poids de la restriction de cette représentation au sous-groupe conforme . Avec cette convention, les fibrés tangent, cotangent et des -formes sur sont respectivement de poids naturels , et . Le réel du fibré est le poids de l’action de . Il est facile de voir que le poids naturel d’un produit tensoriel est la somme des poids des facteurs constituant ce produit. Par exemple, le poids conforme naturel de est .

Le complémentaire de la section nulle du fibré possède deux composantes connexes qui sont données par :

Nous utiliserons aussi le fibré complexifié du fibré des scalaires à poids .

Définition 1.1.1.

Une structure de Weyl sur une variété conforme est une connexion linéaire sans torsion sur induite par une connexion -équivariante sur .

Le théorème fondamental de la géométrie conforme de H. Weyl [7] est le suivant (cf. aussi [13] et [4]) :

Théorème 1.1.2.

L’application qui, à toute connexion linéaire sur associe la connexion induite sur détermine, par restriction, un isomorphisme affine de l’espace des structures de Weyl sur sur l’espace des connections linéaires sur .

Soient une structure de Weyl sur et sa connexion linéaire associée sur . Nous avons la formule de Koszul généralisée suivante :

Cette formule démontre l’existence et l’unicité de étant donné .

Soit une autre structure de Weyl sur , avec sa connexion linéaire sur associée. La différence est une -forme sur . L’isomorphisme entre les structures de Weyl et les connexions linéaires sur nous donne la relation suivante :

(1)

L’endomorphisme antisymétrique de est défini par :

est une métrique quelconque dans la classe conforme, et où est le dual riemannien de relativement à . En particulier, nous pouvons associer à une métrique riemannienne dans la classe conforme sa -forme de Lee, notée , définie par , où est la connexion linéaire sur induite par la connexion de Levi-Civita de . Notons que la connexion de Levi-Civita d’une métrique dans , notée , est une structure de Weyl sur .

Définition 1.1.3.

Une structure de Weyl est fermée (respectivement exacte) si sa connexion linéaire associée sur le fibré est plate (respectivement si admet une section globale -parallèle). De manière équivalente, une structure de Weyl est fermée (respectivement exacte) si est localement (respectivement globalement) la connexion de Levi-Civita d’une métrique dans la classe conforme.

Rappelons que la classe conforme est une section du fibré telle que, pour tout champ de vecteurs , est une section de . La famille est une base -orthonormée de s’il existe une section positive de telle que . En particulier, la base duale de est donnée par :

Nous pouvons étendre les isomorphismes musicaux dans le cadre conforme : nous définissons d’une part : par :

pour tout vecteur de . D’autre part, : défini par :

pour toute -forme sur . Par conséquent, nous avons l’identification suivante :

Par contraction des formes et des vecteurs, nous obtenons alors une application de dans : c’est la trace conforme des formes bilinéaires symétriques.

Pour tous , et vecteurs de , nous définissons le tenseur de courbure de la structure de Weyl , que nous notons , par :

Nous pouvons voir comme une section du fibré . Nous définissons alors le tenseur de Ricci de la structure de Weyl par :

pour et vecteurs de . Le tenseur de Ricci est une section du fibré . En appliquant la trace conforme sur le tenseur de Ricci, nous obtenons une section de . Cette section, que nous notons , est la courbure scalaire de la structure de Weyl.

Nous avons une correspondance entre les métriques riemanniennes dans et les sections du fibré : une métrique riemannienne et la section du fibré correspondante sont reliées par :

Le choix d’une métrique dans la classe conforme détermine, à un élément du groupe orthogonal près, un repère orthonormé au voisinage de chaque point de . Cependant, une section du fibré est une classe d’équivalence sous l’action de de la forme , où est un repère local de et une fonction sur . Par conséquent, lorsqu’une métrique est fixée dans la classe conforme, les sections des fibrés s’identifient à des fonctions sur la variété. Soit une métrique dans classe conforme ; la structure de Weyl et la connexion de Levi-Civita sont liées via la -forme de Lee par la formule suivante :

(2)

Ainsi, la courbure scalaire de s’identifie, via la trivialisation de par , à une fonction sur par la formule suivante [7] :

(3)

est la courbure scalaire de la connexion de Levi-Civita et la trace relative à la métrique . Pour plus d’information concernant les structures de Weyl, le lecteur intéressé pourra consulter [7].

1.2 Spineurs conformes

Soit une variété spinorielle de dimension [5]. L’algèbre de Clifford réelle associée à l’espace euclidien est l’unique algèbre réelle, à isomorphisme près, vérifiant la propriété universelle suivante : pour toute -algèbre associative unitaire , une application linéaire de dans telle que , pour tout de , s’étend de façon unique en un morphisme d’algèbres de dans . Soient le groupe spinoriel et : le revêtement à deux feuillets du groupe spécial orthogonal . Soit : la représentation spinorielle de sur l’espace des spineurs . La représentation spinorielle est la restriction de la représentation de l’algèbre de Clifford sur l’espace . Cette représentation induit une action de sur (cette action est aussi appelé multiplication de Clifford). En particulier, nous avons une inclusion canonique de dans , donc une action de sur . Nous notons cet action de Clifford, où et . Rappelons qu’il existe un isomorphisme d’espace vectoriel entre et l’algèbre extérieure de donné par :

est une base de . Notons que et sont respectivement le produit extérieur et intérieur par sur . Nous avons pour l’action de Clifford l’identification suivante :

, et . La multiplication de Clifford est un morphisme de -représentations, :

pour , et . Soit une métrique riemannienne sur . Une structure sur étant choisie, notons le -fibré principal au-dessus du fibré des repères -orthonormés directs . Le fibré des spineurs relatif à la métrique est défini par :

Pour plus de détails concernant la géométrie spinorielle dans le cadre riemannien, le lecteur pourra consulter [5].

Nous définissons le groupe spinoriel conforme comme le produit . Pour tout , nous écrirons :

et sont uniquement déterminés. Soit ; nous avons le morphisme de groupes : défini comme le produit de et de l’identité de et où . Soit . La représentation spinorielle conforme de poids , notée , est la représentation linéaire de sur l’espace des spineurs définie par :

pour tout dans . De la même façon que la représentation spinorielle, nous avons une relation de compatibilité entre la multiplication de Clifford et la représentation spinorielle conforme de poids . Pour , et , nous avons :

Le fibré vectoriel des spineurs de poids conforme est défini par:

Nous avons l’identification suivante :

L’action de Clifford de sur l’espace des spineurs à poids est l’application

définie par :

et sont respectivement représentés par et , avec un repère de , et .

Proposition 1.2.1.

Pour tout , et tout , il existe un isomorphisme canonique de dans .

Démonstration.

Une métrique dans la classe conforme définit une réduction du fibré à . Dans ce cas, nous avons :

puisque est le restriction de la représentation au groupe . ∎

Soient et , avec une fonction réelle non nulle sur . La proposition précédente nous donne une famille d’isomorphismes

pour tout . Soit le produit scalaire hermitien sur compatible avec l’action de Clifford. Notons le produit scalaire hermitien -invariant sur induit par . Les isomorphismes ne sont pas des isométries :

Nous définissons une application bilinéaire par :

et sont représentés respectivement par et et où est le projeté de sur .

Proposition 1.2.2.

L’application bilinéaire est bien définie et pour tous , et , nous avons :

Démonstration.

En changeant le repère par , où , nous obtenons

Ce calcul montre que est une section de et donc que est bien définie. Pour , et , le produit scalaire hermitien sur vérifie :

Par définition de la multiplication de Clifford des spineurs à poids, il est clair que vérifie la même relation. ∎

Les sections du fibré sont des densités d’intégration sur . Pour , nous définissons une application sesquilinéaire : par :

désigne l’espace des sections lisses à support compact. Soient et des réels tels que et une métrique dans la classe conforme . Nous avons vu que les fibrés et s’identifient canoniquement au fibré . La multiplication de Clifford définie sur les spineurs à poids s’identifie alors à la multiplication de Clifford (usuelle) sur . D’autre part, l’image de l’application par cette identification est le produit scalaire hermitien défini sur . Ainsi, nous pouvons remarquer que, pour une métrique quelconque dans , nous avons :

est la forme volume associée à la métrique .

Proposition 1.2.3.

Soient et deux structures de Weyl sur reliées par (1). Ces dernières induisent deux connexions linéaires et sur reliées par :

pour tout dans .

Démonstration.

Nous avons vu que les structures de Weyl et sont reliées par , où . Les connexions induites par et sur le fibré vérifient donc la relation suivante :

est la différentielle à l’origine de la représentation linéaire de poids de . Nous obtenons :

Cela donne, pour et , la formule suivante :

De plus, d’après la définition du produit de Clifford des -formes, nous avons :

Nous obtenons alors la formule souhaitée. ∎

Soient une structure de Weyl sur , un réel et la connexion induite par sur . Soit . La connexion de Levi-Civita de est une structure de Weyl sur . La connexion détermine donc une connexion linéaire sur le fibré des spineurs à poids . Nous continuons de noter cette connexion. La proposition précédente nous donne la relation suivante :

(4)

pour tout dans et tout dans .

Soit une autre structure de Weyl. Nous avons et les connexions linéaires sur associées respectivement aux structures de Weyl et . Ces connexions induisent des connexions linéaires sur les fibrés pour , que l’on note toujours et . Nous avons vu qu’il existe une -forme sur telle que . Par conséquent, pour toute section de et tout vecteur de , nous avons :

En particulier, si nous fixons une métrique de la classe conforme, les sections de s’identifient à des fonctions sur . Ainsi, lorsque est la connexion de Levi-Civita de , nous obtenons :

Soit : l’opérateur de Dirac agissant sur le fibré des spineurs relatif à la métrique . L’opérateur est défini comme la composition de la multiplication de Clifford et de la connexion induite par sur . Cet opérateur de Dirac est un opérateur différentiel linéaire d’ordre et elliptique. Pour plus de détails, nous renvoyons de nouveau le lecteur à [5]. La multiplication de Clifford sur les spineurs à poids définit une contraction, notée , sur les spineurs de poids :

Nous considérons la connexion comme un opérateur de dans . Nous définissons alors l’opérateur de Dirac de poids par :

De cette façon, la connexion de Levi-Civita agissant sur les sections de détermine un opérateur de Dirac de poids . Lorsque les spineurs de poids sont identifiés à des spineurs de , via le choix de la métrique , cet opérateur de Dirac à poids s’identifie tautologiquement à l’opérateur de Dirac usuel sur . Les calculs qui suivent sont effectués dans les différents espaces à poids mentionnés. En revanche, si une métrique est fixée, les calculs se ramènent, via les identifications induites par la métrique, au cas riemannien, en identifiant les différents objets à leurs correspondants riemanniens respectifs.

Proposition 1.2.4.

Soient une métrique de la classe conforme et une structure de Weyl sur dont la forme de Lee par rapport à est . Les opérateurs de Dirac et agissant sur les sections de sont reliés par la formule suivante :

pour toute section de .

Démonstration.

La proposition 1.2.3 nous donne :

Par conséquent, dans une base -orthonormée, nous avons :

1.3 Formule de Lichnerowicz conforme I

Dans le cas des spineurs associés à une métrique riemannienne, la formule de Lichnerowicz relie le carré de l’opérateur de Dirac, l’opérateur de Laplace-Beltrami et la courbure scalaire de la métrique. Fixons une métrique dans la classe conforme et une structure de Weyl sur . Nous avons la proposition suivante [5] :

Proposition 1.3.1.

Soit une variété riemannienne de dimension , orientée, et spinorielle. Pour dans , nous avons la formule de Lichnerowicz suivante :

est la dérivée covariante seconde et la courbure scalaire de la connexion de Levi-Civita.

Dans le cadre des spineurs à poids, P. Gauduchon [6] et A. Moroianu [10] ont établi une formule de Lichnerowicz conforme. Soit un réel. Etant donnée une structure de Weyl, l’opérateur de Dirac de poids agit sur les sections de spineurs de poids mais celui-ci fournit des sections de spineurs de poids . Par conséquent, nous définissons le carré de l’opérateur de Dirac de poids comme la composition , qui est un opérateur défini sur les sections de et à valeurs dans l’espace des sections de .

Proposition 1.3.2.

Soit un spineur de poids . Le carré de l’opérateur de Dirac à poids associé à une structure de Weyl dont la forme de Lee est est donné par :

Démonstration.

Soient dans et une base -orthonormée de . Dans cette base, nous avons :

Comme pour toute connexion sans torsion, nous définissons la connexion de Weyl seconde de poids par :

et sont des champs de vecteurs de , et . La connexion de Weyl seconde de poids peut être vue comme un opérateur agissant sur les sections de à valeurs dans l’espace des sections de . En appliquant la trace conforme et en rappelant que , nous obtenons l’application : .

Proposition 1.3.3.

Soient un repère local -orthonormé tel que , où , et une section de . Une écriture locale de est donnée par :

Démonstration.

Montrons que l’expression ne dépend pas du choix du repère -orthonormé. Soit une base -orthonormée. Il existe un champ de matrices conformes tel que :

Nous avons , où est une fonction sur . De manière équivalente, nous avons la relation suivante :

Nous obtenons alors :

Par conséquent, nous avons , où . Nous calculons :

Dans tout ce qui suit, nous noterons et respectivement la dérivée covariante et l’opérateur de Dirac induits par la structure de Weyl sur le fibré des spineurs de poids conforme .

Théorème 1.3.4.

Soit une structure de Weyl. Soient et respectivement la dérivée covariante et l’opérateur de Dirac à poids agissant sur le fibré des spineurs à poids . Pour toutes sections de , nous avons la formule de Lichnerowicz conforme I suivante :

Remarque 1.3.5.

Dans le théorème 1.3.4, nous omettons le symbole du produit tensoriel de la section du fibré et de la section de . En rappelant que , nous remarquons que est bien une section de . La formule donnée par ce théorème relie bien des objets de même poids conforme .

Démonstration.

Soient , et dans , et une base de . Fixons une métrique dans . Supposons que la base est parallèle en un point pour la connexion de Levi-Civita . Nous avons en ce point :