arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Sur la linéarisation des tissus

\firstnameLuc \lastnamePirio IRMAR, UMR 6625 du CNRS
Université Rennes 1
Campus de Beaulieu
35000 Rennes.
E-mail:
Résumé.

Nous donnons un critère analytique simple qui caractérise les tissus en hypersurfaces linéarisables. On en donne une interprétation géométrique invariante en terme de connexion projective. Nous expliquons que notre approche permet de traiter le problème de la linéarisation d’objets plus généraux que les tissus de codimension 1. Quelques exemples particuliers sont étudiés ensuite en guise d’illustration. Nous concluons finalement par des remarques historiques sur la question abordée ici.

Key words and phrases:
tissu, linéarisation, connexion projective, courbure
1991 Mathematics Subject Classification:
53A60, 53B10.
\alttitle

On the linearizability of webs \altkeywordsweb, linearization, projective connection, curvature

{altabstract}

We give a simple analytic criterion which characterizes linearizable 1-codimensional webs. Then we give an invariant geometrical interpretation of it, in term of projective connection. We explain then how our approach allows to study linearization of more general objects than 1-codimensional webs. By way of illustration, we treat some explicit interesting examples. We finish by historic remarks on the question approached here.

1. Introduction

On peut faire remonter la question de la linéarisation des tissus au problème de l’anamorphose en nomographie. Cette problématique date donc de plus d’un siècle. La géométrie des tissus s’est constituée comme discipline autonome à Hambourg vers la fin des années 1920: Blaschke et ses collaborateurs ont alors établi un nombre important de résultats, qui ont constitué un cadre solide sur lequel s’est bâtie la théorie par la suite. Le problème de savoir si un tissu donné est linéarisable ou pas a bien sûr retenu l’attention de ces géomètres qui en ont donné une solution satisfaisante en dimension 2. Cette question a été reprise récemment dans ce même cadre par différents auteurs, de façon indépendante semble-t-il. À notre connaissance, il n’y a pas de résultat général concernant la linéarisation des tissus qui ne sont pas plans.111Nous renvoyons le lecteur à la Section 6 pour une discussion sur ce point.

Dans cet article, nous donnons une solution complète au problème de caractériser les -tissus de codimension 1 linéarisables en dimension arbitraire, lorsque est plus grand que . Il nous semble que l’approche développée ici peut se généraliser sans véritable difficulté à la caractérisation des tissus en toute dimension et/ou codimension. La difficulté qu’il y a à savoir si un tissu est linéarisable ou pas provient du fait qu’un tel objet est la donnée d’un ensemble discret de feuilletages, alors que les méthodes classiques permettant d’étudier l’équivalence analytique (locale) d’objets géométriques sont du ressort de la géométrie différentielle et traitent donc des structures géométriques continues. Il se trouve que cette difficulté disparaît si l’on “interpole” tous les feuilletages d’un tissu donné par un même système différentiel d’ordre 2, puisqu’il est immédiat qu’

un tissu est linéarisable si et seulement si les feuilles des différents feuilletages qui le constituent sont des variétés intégrales d’un même système différentiel du second ordre (avec )

(1)

linéarisable, c’est-à-dire équivalent au système «  plat  »

(2)

via un changement de coordonnées ponctuelles .

C’est sur ce principe particulièrement simple que repose notre approche. En effet, la caractérisation des systèmes du second ordre (1) équivalents par changement de coordonnées ponctuelles au système plat (2) est classique et bien comprise. Elle peut se formaliser en terme de connexion projective. L’utilisation alors de la notion d’espace généralisé introduite par É. Cartan permet d’obtenir facilement un critère caractérisant les connexions projectives intégrables, c’est-à-dire (localement) équivalentes à la connexion projective plate.

La question de linéariser un -tissu se ramène alors à celle de trouver une connexion projective (i.e. un système de la forme (1) sous une certaine forme normale) interpolant tous les feuilletages de . Ce problème est en fait très simple puisqu’équivalent à la résolution d’un système d’équations linéaires, système qui se trouve être surdéterminé lorsque est suffisamment grand.

C’est en essayant d’interpréter avec un formalisme plus moderne le chapitre 27 du livre de référence [2] que nous avons compris que la bonne notion pour étudier la question de la linéarisabilité des tissus était la notion de connexion projective. Nous avons ensuite réalisé que l’approche de [2] se généralisait sans véritable difficulté au cas des tissus de codimension 1. Nous avons écrit cet article sans prétendre à une grande originalité mais en espérant faire un exposé clair sur une question naturelle en géométrie des tissus.

Indiquons maintenant comment est organisée la suite de cet article.

Dans la Section 2, on commence par énoncer le THÉORÈME 2.1 que nous présentons comme notre résultat principal: il s’agit d’un critère caractérisant de façon invariante les -tissus de codimension 1 linéarisables. On énonce aussi le COROLLAIRE 2.1 qui est une adaptation immédiate du résultat précédent au cas des -tissus lorsque . On introduit ensuite en §2.2 les notions et notations qui seront utilisées dans la suite.

L’outil essentiel dans cet article est la notion de connexion projective: on la présente sous différents aspects dans la Section 3 et l’on donne les ingrédients utilisés pour caractériser les connexions projectives intégrables par l’annulation de leur courbure. Cette section ne comporte pas de résultat qui ne soit déjà connu et le spécialiste n’y apprendra rien de nouveau. Par contre, elle sera peut-être utile au lecteur peu familier avec les connexions projectives, qui y trouvera une présentation que l’on espère assez complète et bien référencée. Dans tous les cas, cette section peut être sautée en première lecture.

Dans la Section 4, nous montrons que les feuilles d’un -tissu de codimension 1 sont totalement géodésiques pour une certaine connexion projective uniquement déterminée qui se trouve donc être canoniquement associée à . Combiné avec les résultats de la section précédente, on en déduit assez simplement une preuve de notre résultat principal.

Le point de vue adopté dans cet article permet d’obtenir dans certains cas des critères de linéarisabilité pour des objets plus généraux que les tissus de codimension 1. C’est ce thème qui est discuté dans la Section 5. En guise d’illustration, nous traitons plusieurs exemples différents.

Enfin, nous présentons dans la Section 6 quelques remarques historiques sur différents travaux antérieurs au présent article qui avaient abordé la question de la linéarisabilité des tissus.

2. Énoncé du résultat principal et notations

Dans tout l’article, on se place dans un cadre holomorphe. Tous les objets considérés seront donc analytiques complexes. Nos résultats sont cependant valides dans un cadre réel, sous des hypothèses de régularité pour . Nous laissons le soin au lecteur intéressé d’adapter et/ou de modifier les énoncés/preuves de cet article à d’autres situations.

2.1. Énoncés du résultat principal et d’un corollaire

Nous dirons qu’une connexion projective et un tissu sont compatibles si les feuilles de sont toutes totalement géodésiques pour . Cette définition posée, notre résultat principal se formule de la façon suivante: {thm} Étant donné un -tissu de codimension 1 sur un domaine , il existe une unique connexion projective qui lui est compatible. De plus, les assertions suivantes sont équivalentes:

  • est linéarisable;

  • est plate;

  • la courbure de est identiquement nulle.

Ce théorème se démontre très simplement: on commence par établir l’existence et l’unicité de la connexion projective compatible avec un -tissu donné. C’est la PROPOSITION 4.1 dont la preuve repose essentiellement sur de l’algèbre linéaire. Le critère de linéarisation énoncé dans le THÉORÈME 2.1 provient alors du critère (classique) caractérisant les connexions projectives plates que l’on aura rappelé auparavant dans la Section 3 (cf. le THÉORÈME 3.3.1 ainsi que le COROLLAIRE 28).

Du théorème précédent, on déduit immédiatement le {coro} Soit . Un -tissu en hypersurfaces sur un domaine de est linéarisable si et seulement si toutes les connexions projectives de ses -sous-tissus coïncident et sont plates.

Dans la Section 4, nous donnons différentes formulations invariantes des conditions de linéarisation qui apparaissent dans le THÉORÈME 2.1 et le COROLLAIRE 2.1.

2.2. Notations

La liste ci-dessous présente certaines des notations utilisées dans l’article: entier plus grand que 2; indices variant entre et ; indices variant entre et ; variete complexe connexe de dimension ; domaine (i.e ouvert connexe et simplement connexe) de identifie a un domaine de ; fibre tangent de ; -ieme puissance exterieure du fibre cotangent de ; systeme de coordonnees holomorphes sur ; connexion affine sur ; symboles de Christofell de dans les coordonnees ; classe d’equivalence projective de ; connexion projective sur ; coefficients de Thomas de dans les coordonnees ; groupe des germes de biholomorphismes holomorphes en ; groupe de Lie complexe; sous-groupe de Lie ferme de ; algebres de Lie de et (respectivement); application de passage au quotient ; -fibre principal a droite sur ; -connexion de Cartan sur ; courbure de ; torsion de ; jauge pour le fibre ; forme de soudure associee a ; feuilletage ; tissu; nombre de feuilletages formant ; -tissu.

Quelques commentaires et précisions s’imposent: l’ouvert désignera le plus souvent un voisinage ouvert connexe et simplement connexe de l’origine dans et on aura souvent . L’expression système de coordonnées sur fera référence aux composantes d’un biholomorphisme . Comme l’on s’intéresse au problème de caractériser les tissus linéarisables par un biholomorphisme local, l’on se permettra de restreindre autour de l’origine aussi souvent qu’il sera nécessaire de le faire.

Si est un fibré vectoriel sur , on commettra l’abus d’écrire au lieu de : par exemple, la formule (28) doit se comprendre comme .

Des sous-espaces vectoriels d’un -espace vectoriel complexe de dimension sont dits en position générale si pour toute partie on a , ainsi que . À chaque sous-espace de codimension est associée une normale qui est unique (modulo multiplication par une constante non-nulle): il suffit de prendre , où désigne une base arbitraire de . La donnée de (modulo multiplication) est équivalente à celle de puisque . Si , l’hypothèse de position générale correspond à une décomposition en somme directe , ce qui équivaut à .

Soient des feuilletages holomorphes réguliers sur , de codimensions respectives . Chacun d’eux est défini par une normale qui est unique modulo multiplication par une section partout non-nulle d’un fibré en droites sur . Par définition, le -uplet est un -tissu (ordonné) sur si les espaces tangents (pour ) sont en position générale dans , cela quel que soit le point . Un tissu est dit mixte si les codimensions de ses feuilletages ne sont pas toutes égales. Si , on parlera simplement de -tissu de codimension . Lorsque et , on parlera aussi de tissus en hypersurfaces et de tissus en courbes (respectivement). Enfin, lorsque divise la dimension de l’espace ambiant (i.e lorsque pour un entier ), l’hypothèse de position générale se traduit par

quels que soient tels que .

Un tissu sur est linéaire si les feuilles de ses feuilletages sont des (morceaux de) sous-espaces affines de . Un tissu défini sur est linéarisable s’il existe un germe de biholomorphisme tel que soit un germe de tissu linéaire. C’est une notion qui a tendance à se globaliser222Cela signifie ceci: si le germe d’un tissu en un point est linéarisable, alors il l’est également en tout point de . mais que l’on ne regardera ici que d’un point de vue local.

3. Connexions projectives

La notion de connexion projective est assez ancienne. Plusieurs auteurs voient sa naissance en 1921 dans le papier de Weyl [40] qui a induit quasiment immédiatement un grand nombre d’articles sur le sujet. Deux courants d’études ont alors émergé. L’un se trouve souvent désigné comme l’«  École de Princeton   » (constituée de Berwald, Eisenhart, Thomas, Veblen, Weyl, Whitehead parmi les plus connus), l’autre est principalement le fait d’Élie Cartan. Le point de vue de Cartan sur les connexions projectives est plus abstrait et conceptuel que celui de l’École de Princeton. C’est un cas particulier des notions d’«  espace généralisé  » et de «  connexion de Cartan  » introduites par Cartan. L’approche de l’École de Princeton à cet avantage d’être plus élémentaire et plus immédiate pour calculer en coordonnées locales. Le lecteur intéressé pourra consulter [6] pour une comparaison des approches de l’école de Princeton et de celle de Cartan.

3.1. Définition «  à la Princeton  » via les connexions affines

3.1.1. Rappels sur les connexions affines

Dans tout ce qui suit, l’on désigne par une connexion affine (holomorphe) sur , c’est à dire un morphisme de fibrés vectoriels vérifiant l’identité de Leibniz pour tout germe de fonction holomorphe et tout germe de champ de vecteurs sur . Un système de coordonnées étant fixé sur , est complètement définie par la donnée de ses symboles de Christoffel définis par les relations pour . Les symboles de Christoffel de relativement à un autre système de coordonnées sont reliés aux par les formules classiques (pour ):

(3)

La torsion de est le tenseur deux fois contravariant tel que quels que soient les champs de vecteurs et . On vérifie que est à torsion nulle si et seulement si elle est symétrique, c’est-à-dire si dans un (et donc dans tous) système(s) de coordonnées ses coefficients de Christoffel sont symétriques par rapport aux deux indices inférieurs.

{defi}

Une paramétrisation géodésique (ou plus simplement, une “géodésique”) pour la connexion est une application holomorphe définie sur un ouvert de à valeurs dans , telle que

(4)

Si paramétrise une courbe et s’écrit dans des coordonnées , la relation (4) équivaut au système d’équations différentielles ordinaires du second ordre

(5)

On déduit facilement de la forme du système d’équations (5) que, étant donné un vecteur tangent en un point , il existe un unique germe de paramétrisation géodésique tel que .

{defi}

Une courbe géodésique pour est une courbe qui admet (localement) une paramétrisation géodésique.

{prop}

Soit une courbe. Les conditions suivantes sont équivalentes:

  1. est une courbe géodésique pour la connexion ;

  2. il existe une paramétrisation de qui satisfait les équations différentielles

    (6)

    quels que soient ;

  3. toute paramétrisation de satisfait les équations différentielles (6).

De ci-dessus, on déduit que, étant donnée une direction tangente en , il existe une unique courbe géodésique passant par telle que . Nous dirons que est la courbe géodésique issue de .

3.1.2. Connexions affines projectivement équivalentes

{defi}

Deux connexions affines et sur sont projectivement équivalentes si elles ont les mêmes courbes géodésiques.

{prop}

[[17, 40]] Deux connexions affines et sur sont projectivement équivalentes si et seulement si il existe des quantités telles que les symboles de Christoffel et de et (par rapport au même système de coordonnées) vérifient

(7)

quels que soient . On vérifie immédiatement que l’équivalence projective définit bien une relation d’équivalence sur l’espace des connexions affines. On peut donc poser la {defi} Une connexion projective sur est la donnée d’une classe d’équivalence projective de connexions affines sur . On note si est un représentant de . On vient de définir la notion de connexion projective sur une variété complexe isomorphe à un domaine de . La notion générale de connexion projective s’en déduit par recollement. {defi} Une connexion projective sur est la donnée d’une classe d’équivalence333La notion d’équivalence dont il est question ici est claire vu le contexte. Nous laissons le soins au lecteur de l’expliciter. d’atlas sur tels que

  1. est un recouvrement de par des ouverts isomorphes à des domaines de ;

  2. pour tout , est une connexion projective sur (au sens de la DÉFINITION 7);

  3. on a sur toute intersection non-vide.

{rema}

La définition ci-dessus s’étend bien sûr au réel mais est alors maladroite puisque la DÉFINITION 7 suffit dans ce cadre. En effet, si désigne une connexion projective réelle sur une variété réelle arbitraire (seulement supposée paracompacte pour assurer l’existence de partitions de l’unité), il existe toujours une connexion affine réelle sur telle qu’on puisse écrire globalement . Dans le cadre holomorphe, cela est vrai si et seulement si le 1-cocycle (3.2) de [29] est nul dans le groupe de cohomologie , ce qui est vérifié si et seulement si le fibré canonique de peut être muni d’une connexion affine holomorphe (comme il ressort de la lecture des pages 96-97 de [23]).444L’auteur remercie Sorin Dumitrescu pour avoir attiré son attention sur ce point.

{prop}

Une connexion affine étant donnée, il existe une unique connexion symétrique admettant les mêmes paramétrisations géodésiques. C’est la connexion définie par les symboles de Christofell

{coro}

Une connexion affine étant donnée, il existe une connexion symétrique qui lui est projectivement équivalente

{defi}

Une connexion affine est de trace nulle relativement à un système de coordonnées si dans celui-ci, les coefficients de Christoffel de vérifient (pour )

(8)

On prendra garde à ce que la notion introduite dans la définition ci-dessus n’est pas invariante mais dépend du système de coordonnées.

Étant donné une connexion projective sur , soit une connexion affine symétrique qui la représente. Soient ses coefficients de Christoffel relativement à des coordonnées fixées. Posons alors

(9)

pour tout . Les coefficients définissent une connexion affine sans torsion de trace nulle dans les coordonnées qui est (vu (9) et d’après la PROPOSITION 3.1.2) projectivement équivalente à . Par ailleurs, on montre facilement que, le système de coordonnées étant toujours fixé, il existe une unique connexion affine symétrique de trace nulle dans la classe d’équivalence projective de . {defi} Les quantités (pour sont les coefficients de Thomas de la connexion projective relativement au système de coordonnées .

Soient alors () les coefficients de Thomas de relativement à un autre système de coordonnées sur . On déduit sans difficulté des formules (3) que pour tout , on a

(10)

désigne le déterminant jacobien du changement de paramétrisation .

Puisqu’une connexion projective est localement définie pas ses coefficients de Thomas, on en déduit la {prop} La donnée d’une connexion projective sur est équivalente à la donnée, pour chaque système de coordonnées sur , de coefficients vérifiant et pour tout indice compris entre 1 et et satisfaisant aux lois de transformations (10).

{rema}

La proposition ci-dessus permet de donner une définition plus formelle de ce qu’est une connexion projective. Si est un atlas sur et si l’on note les coefficients de Thomas de dans les cartes , alors les définissent une 0-cochaine sur à valeurs dans . Avec ce formalisme, les formules de transformations (10) signifient que le cobord de est égal au 1-cocycle désigne la «  dérivée de Schwarz  » du changement de coordonnées (voir [23] et [33]). La donnée d’une connexion projective sur est équivalente à la donnée d’une 0-cochaine à valeurs dans satisfaisant cette propriété.

3.2. Interprétation en termes de connexion de Cartan

Il nous semble intéressant d’interpréter en des termes plus conceptuels la notion de connexion projective. Cela pourra se révéler important par exemple lors de l’étude des tissus globaux sur les variétés compactes.

Pour cela, nous nous appuirons sur le concept d’«  espace généralisé  » introduit par Cartan, qui peut être considéré comme un équivalent infinitésimal courbe de la notion de géométrie de Klein. Le récent livre de Sharpe [36] a contribué à populariser ces notions et est une référence assez complète. Pour certains points cependant, nous ferons plutôt référence au livre [26] de Kobayashi.

3.2.1. Espaces généralisés et connexions de Cartan

Soit un sous-groupe de Lie fermé d’un groupe de Lie complexe tel que l’espace homogène soit de dimension . Une géométrie de Klein modelée sur la paire sur une variété de dimension est la donnée d’un atlas sur , les étant à valeurs dans et vérifiant

(11)

sur les intersections non-vides , pour certains constants.

Pour tout , notons le -fibré principal sur obtenu en tirant en arrière par le fibré principal tautologique . Les relations (11) impliquent que les se recollent pour former un -fibré principal à droite sur . Soit la forme de Maurer-Cartan de . Les “tirés-en-arrière” se recollent eux aussi pour former une 1-forme différentielle qui vérifie

  1. est un isomorphisme linéaire quel que soit ;

  2. pour tout , où désigne le champ de vecteurs fondamental associé à (c’est-à-dire le générateur infinitésimal du (germe de) flot complexe );

  3. pour tout , où désigne la multiplication à droite sur par et dénote l’action adjointe de sur ;

  4. l’équation de Maurer-Cartan .

Une géométrie de Cartan (ou plus précisément une connexion de Cartan) sur modelée sur (ou plus justement sur ) est la donnée d’un -fibré principal à droite et d’une 1-forme différentielle qui vérifient les conditions 1., 2. et 3. ci-dessus, mais pas forcément la condition 4. Les géométries de Klein sont donc des cas particuliers de géométries de Cartan, que l’on dira plates. Une géométrie de Cartan localement isomorphe (en un sens naturel) à une géométrie de Klein est dite intégrable. En toute généralité, on définit la courbure de Cartan de la géométrie de Cartan considérée comme étant la 2-forme différentielle . Celle-ci mesure le défaut de platitude de la géométrie de Cartan donnée, comme on le verra Section 3.3.1.

La torsion d’une connexion de Cartan est définie comme où l’on a noté le passage au quotient canonique. La connexion de Cartan est sans torsion si est identiquement nulle, c’est-à-dire si sa courbure est à valeurs dans .

L’action adjointe de sur lui-même induit une action de sur et donc sur . On en déduit une action adjointe de sur qui fait de cet espace vectoriel complexe un -module. La fonction courbure de est l’application définie de la façon suivante: si , alors

pour tout (on montre que est bien définie et est un tenseur associé à (cf. [36, Lemma 5.3.23])).

Il est classique de s’intéresser aux géométries de Cartan «  spéciales  », i.e. celles dont la fonction courbure est à valeurs dans un sous--module spécifique que l’on décrète être le «  sous-module normal  » de . On peut donner une idée de l’intérêt de cette notion de la façon suivante: un bon nombre de structures géométriques555Par exemple: les connexions projectives, les structures conformes, les structures quasi-grassmanniennes, etc. Nous renvoyons le lecteur aux articles [34, 10] pour un point de vue rigoureux sur cette question. peuvent être interprétées en termes de géométrie de Cartan (en général après plusieurs prolongations différentielles à des ordres plus grands). Se pose alors le problème d’associer de façon canonique une connexion de Cartan à la structure géométrique initiale. Dans bon nombre de cas, cela se fait de façon satisfaisante en demandant que soit normale (en ayant au préalable choisis et convenablement défini la “bonne” notion de normalité). Dans les cas où cette stratégie s’applique, cela force l’unicité de la connexion de Cartan compatible avec une -structure donnée et permet (par exemple) d’aborder avec un cadre conceptuel bien dégagé les problèmes d’équivalence.

Nous ne discuterons pas davantage la notion de «  connexion de Cartan normale  » en toute généralité. Nous donnerons plus bas une définition précise dans le cas des connexions projectives, qui est le seul cas qui nous intéresse ici.

3.2.2. Jets, fibrés de repères et formes canoniques

Soit un point de . Pour , on note le jet à l’ordre en l’origine de . Si est inversible, on dit que est un repère d’ordre sur en . On note l’ensemble des repères d’ordre sur . On vérifie que de , il hérite d’une structure de variété complexe faisant des applications de projections des submersions holomorphes (pour tout tels que ).

On note l’espace des repères d’ordre en l’origine de : . La composition des (germes de) biholomorphismes induit une structure de groupe de Lie complexe sur . On vérifie alors que l’action

fait de un -fibré principal (à droite).

Supposons que . Chacun des fibrés est muni d’une 1-forme différentielle canonique à valeurs dans l’espace tangent de en le jet à l’ordre de , que l’on note quel que soit . Soit avec . On définit de la façon suivante: soit . Alors le biholomorphisme local induit un germe de biholomorphisme

On vérifie que la différentielle de en ne dépend que de et pas du choix de . On la note

On pose alors

Les formes différentielles canoniques des fibrés de repères satisfont plusieurs propriétés d’invariance et de compatibilité (cf. [27, §3]). Les deux propriétés des qui sont le plus importantes ici nécessitent de faire quelques explications préliminaires. Pour , on note l’algèbre de Lie (complexe) de . L’action à droite de ce groupe de Lie sur induit une application injective de à valeurs dans l’algèbre des champs de vecteurs sur . D’autre part, la différentielle en l’identité de la projection induit un épimorhisme . Enfin, la projection induit une trivialisation , d’où on déduit une injection naturelle de dans . Ces remarques faites, on vérifie alors que pour tout , on a

(12)

Fixons maintenant . On peut lui associer le germe de biholomorphisme

dont on vérifie que la différentielle en ne dépend que de . Notons la . Alors définit l’action adjointe (à droite) de sur . Cette définition étant posée, on vérifie que pour tout , on a

(13)

Le cas est particulièrement important et particulier. En effet, on a des identifications naturelles

(14)

Il apparaît donc que la seconde forme canonique est à valeurs dans une algèbre de Lie. Soient et les bases canoniques de et respectivement. On peut alors décomposer composante par composante dans ces bases en tenant en compte de la somme directe (14). On note

Si est un biholomorphisme, on a au second ordre

avec inversible et où les sont symétriques en les indices et . On en déduit que les forment un système de coordonnées locales sur dans lesquelles la fibration n’est rien d’autre que la projection . On peut alors exprimer (les composantes et de) la seconde forme canonique dans ces coordonnées. En notant l’inverse de , on a (cf. [26, p. 141]):

Un calcul direct permet alors de montrer que, pour tout , la composante de vérifie

(15)

3.2.3. Connexion projective à la Cartan

On note (avec un décalage d’indice) la base canonique de (ainsi , , etc). On a une décomposition en somme directe de l’algèbre de Lie complexe avec

On pose également

C’est l’algèbre de Lie du sous-groupe de Lie de formé des éléments laissant invariante la droite engendrée par . Il en découle que le quotient est l’espace projectif . Celui-ci est donc un espace homogène que l’on munit de la géométrie de Klein associée à la paire . Par définition, une connexion de Cartan projective sur une variété est une connexion de Cartan sur associée à une géométrie de Cartan modelée sur .

Soit une connexion de Cartan projective. En tenant compte de la graduation , on peut écrire matriciellement

où les 1-formes , , et (pour ) vérifient . Alors on a

(16)

Par définition, est sans torsion si la 2-forme à valeurs dans est identiquement nulle. Cela équivaut à ce que quel que soit .

Il découle des propriétés d’invariance d’une connexion projecive définie sur l’espace total d’un -fibré principal au dessus de que celle-ci est complètement déterminée par sa restriction à n’importe quelle sous-variété de dimension transverse à la fibration . Cette remarque justifie l’astuce classique (due à Cartan) consistant à utiliser une jauge, à savoir une section (locale) du fibré principal , pour ramener l’étude de sur à celle de la forme de soudure (associée à ) sur , qui est définie comme étant le tiré-en-arrière . On impose aussi à d’être telle que la 1-forme induise un isomorphisme de sur quel que soit .

Si est une autre jauge, il existe une application telle que . Par hypothèse, on a pour tout (puisque est une connexion de Cartan). On en déduit la relation

(17)

où l’on a noté la forme de Maurer-Cartan de . {prop}Les coordonnées étant fixées, il existe essentiellement un unique choix de jauge (que l’on dira être «  la  » jauge standard relativement aux ) telle que la forme de soudure associée soit de la forme

(18)

Le terme «  essentiellement   » signifie ici que deux jauges standards et sont liées par une relation de la forme désigne un nombre complexe tel que .

Notons les décompositions en composantes scalaires des coefficients de la matrice (18) d’une forme de soudure standard dans les coordonnées . Ils vérifient pour tout . De (16) et (18) il vient que est sans torsion si et seulement si quels que soient .

On suppose désormais sans torsion dans tout ce qui suit.

Si désigne “la” jauge standard relativement à un autre système de coordonnées sur , il existe une application (essentiellement unique) telle que , que l’on peut expliciter (cf. [13, §3.2]). Utilisant (17), on peut alors établir le {coro} Pour , la composante scalaire (dans les coordonnées ) du coefficient de “la” forme de soudure standard s’obtient à partir des composantes scalaires selon les formules de transformations (10).

On déduit des résultats précédents que les composantes scalaires des coefficients d’une forme de soudure standard d’une connexion de Cartan projective sans torsion peuvent être considérées comme des coefficients de Thomas. Vu la PROPOSITION 3.1.2, il en découle qu’à une connexion de Cartan projective sans torsion on peut associer de façon canonique une connexion projective au sens de la DÉFINITION 7.

Tournons nous maintenant vers la question inverse: étant donnée une connexion projective au sens de la DÉFINITION 7, peut-on lui associer une connexion de Cartan projective de façon canonique?

La réponse est oui mais nécessite d’introduire la notion de connexion de Cartan projective normale, ce que nous allons faire maintenant en suivant [36] de près. Soit une connexion de Cartan projective sur un -fibré principal (on suppose toujours que est sans torsion). Alors sa courbure peut être vue comme un tenseur . Le passage au quotient induit un morphisme (de -module)

(19)

La représentation adjointe induit un isomorphisme (cf. [36, Lemma 8.1.7] d’où on déduit un isomorphisme

(20)

On considère alors