arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

La fonction génératrice de Minc et une “conjecture de Segal” pour certains spectres de Thom

Nguyen Dang Ho Hai, Lionel Schwartz, Tran Ngoc Nam 1
11The authors are partially supported by projet ANR blanc BLAN08-2_338236, HGRT.
Résumé

On construit dans cet article une résolution injective minimale dans la catégorie des modules instables sur l’algèbre de Steenrod modulo , de la cohomologie de certains spectres obtenus à partir de l’espace de Thom du fibré, associé à la représentation régulière réduite du groupe abélien élémentaire , au dessus de l’espace . Les termes de la résolution sont des produits tensoriels de modules de Brown-Gitler et de modules de Steinberg introduits par S. Mitchell et S. Priddy. Ces modules sont injectifs d’après J. Lannes et S. Zarati, de plus ils sont indécomposables. L’existence de cette résolution avait été conjecturée par Jean Lannes et le deuxième auteur. La principale indication soutenant cette conjecture était un résultat combinatoire de G. Andrews : la somme alternée des séries de Poincaré des modules considérées est nulle.

Ce résultat a des conséquences homotopiques et permet de démontrer pour ces spectres un résultat du type de la conjecture de Segal pour les classifiants des -groupes abéliens élémentaires [AGM85].

1 Introduction

Dans une catégorie abélienne il est en général difficile de construire explicitement des résolutions injectives ou projectives minimales. C’est en particulier le cas dans la catégorie des modules instables sur l’algèbre de Steenrod modulo . On sait très bien décrire les objets injectifs de la catégorie [LS89], de plus comme ces modules sont cohomologie modulo de spectres ou d’espaces (contrairement à ce qu’il en est pour les objets projectifs) ceci accroit l’intérêt pour de telles constructions. Cependant en dehors de quelques exemples et d’un résultat de W. H. Lin [Lin92], peu utilisable, très peu de résultats généraux sont connus. On n’a même pas de résultats de finitude approprié général : par exemple si on sait que les modules ayant un nombre fini de générateurs ont des résolutions dont chaque terme est somme directe finie d’injectifs indécomposables, on ne sait pas démontrer l’analogue pour des modules instables dont l’enveloppe injective est elle même somme directe finie d’injectifs indécomposables (ce qui est la condition de finitude raisonnable pour la cohomologie modulo d’un espace de dimension infinie). Ce résultat est équivalent à des conjectures difficiles concernant des catégories de foncteurs entre espaces vectoriels sur le corps ([Dja07]).

Dans cet article on se propose d’étudier un cas suggéré par certaines identités combinatoires, en fait on part d’une formule montrant qu’une somme alternée de séries formelles est nulle. Dans la mesure où à l’exception d’un terme les séries formelles qui apparaissent sont les séries de Poincaré de modules instables injectifs bien connus, que le terme restant est la série de Poincaré de la cohomologie d’un “spectre de Thom” on espère réaliser cette identité algébriquement, c’est ce que nous faisons dans cet article, puis géométriquement, ceci sera fait ailleurs. Mais le résultat algébrique seul permet de déduire des conséquences homotopiques, cela sera expliqué plus bas.

La fonction de partition de Minc est définie comme le nombre de représentations de l’entier en somme d’entiers : avec , quelconque. On note le nombre des solutions pour lesquelles , , donné. On pose . Dans [And81] G. Andrews montre que :

(A)

avec

Soit la catégorie des modules instables sur l’algèbre de Steenrod modulo . Les séries formelles qui apparaissent ci-dessus sont celles du produit tensoriel de modules de Steinberg [MP83] et de Brown-Gitler [GLM92] qui sont des objets injectifs dans . Le module de Steinberg est un facteur direct dans , le module de Brown-Gitler est lui un module fini caractérisé par . La série de Poincaré de est , celle de est .

Le terme de gauche de l’égalité (A) est la série de Poincaré du sous-module . Ici est le produit de toutes les formes linéaires non-nulles, c’est-à-dire la classe d’Euler de la somme de Whitney de tous les fibrés en droites non triviaux sur . C’est la cohomologie d’un spectre de Thom approprié [Tak99] (voir 6.1 ). La série de Poincaré, , de vérifie alors . Pour un espace vectoriel gradué on notera sa série de Poincaré. Le résultat d’Andrews dit que :

Ceci suggère la construction d’une résolution injective pour . Voici le premier résultat:

Théorème 1.1

Pour tout , il existe une résolution injective minimale dans :

On notera pour les morphismes intermédiaires

On a en corollaire :

Théorème 1.2

Soit et soit le sous-ensemble de déterminé par :

On a

Ainsi qu’on l’a dit est cohomologie modulo d’un spectre qui est obtenu comme suit. L’idempotent de Steinberg induit une application sur , le télescope de cette application est (à suspension près) le spectre de cohomogie (voir ci-dessous). On peut aussi appliquer l’idempotent à l’espace de Thom du fibré de base [Tak99] qui est somme de tous les fibrés en droites non triviaux sur . On obtient alors comme télescope de cette application (à suspension près c’est un espace) un spectre de cohomologie . On peut encore appliquer cette procédure au fibré . On obtient alors comme télescope de cette application (à suspension près c’est un espace) un spectre de cohomologie . Cette construction a été introduite par Shin-ishiro Takayasu [Tak99] et sera détaillée en 6.1

Le théorème suivant a lieu pour ce spectre (à -complétion près), c’est un analogue de la conjecture de Segal (forme faible) [AGM85, LZ87]:

Théorème 1.3
  1. Pour , on a

  2. Pour le spectre , on a , (l’anneau des entiers -adique) et si .

En fait il semble clair que ces calculs peuvent être poussés plus loin, mais cela implique le calcul du foncteur division par les modules pour sur l’algèbre de Dickson, ici on a seulement utilisé le cas . Ceci sera étudié ailleurs.

L’article est organisé comme suit. Dans la section 2, on rappelle des résultats concernant le facteur de Steinberg et les modules de Brown-Gitler. Dans la section 3 on démontre le théorème 1.1 modulo une présentation de certains modules de Brown-Gitler, celle ci est le coeur de l’argument et est donnée en section 4. Dans la section 5 on donne des applications pour les groupes d’extensions et on démontre le théorème 1.2. A l’aide de la suite spectrale d’Adams, on démontre le théorème 1.3 dans la section 6.

Les auteurs remercient le PICS Formath Vietnam du CNRS de les avoir soutenus en facilitant leurs rencontres. Ils sont aussi reconnaissants à N. Kuhn pour ses commentaires utiles et pour avoir attiré leur attention vers la tour de Goodwillie de l’identité évaluée en sphères impaires. Ils remercient également G. Powell de ses remarques judicieuses.

2 Modules instables injectifs

Dans cette section on rappele ce qu’il convient sur les modules instables injectifs.

2.1 Les modules de Steinberg

Soit le groupe des matrices inversibles à coefficients dans le corps à deux éléments . Ce groupe opère à gauche sur l’algèbre polynomiale graduée (chaque générateur étant de degré ) par la formule

et . Cette action s’étend évidemment au semi-groupe de toutes les matrices . L’algèbre polynomiale est isomorphe à la cohomologie modulo , , de l’espace . Cette cohomologie est un module instable sur , l’algèbre de Steenrod modulo , et les actions ci-dessus sont -linéaires.

Soit un sous-ensemble du groupe . On note la somme de tous les éléments de . On considère les cas du sous-groupe de Borel des matrices triangulaires supérieures et du sous-groupe des permutations. L’idempotent de Steinberg, , est défini par par la formule

Proposition 2.1 ([Ste56])

On a et le module est projectif et absolument irréductible.

S. Mitchell et S. Priddy définissent le module de Steinberg [MP83] en théorie des modules instables par :

Comme opère de manière naturelle à gauche sur l’espace vectoriel est un sous--module de . D’après le théorème de Carlsson-Miller [Mil84] est injectif dans la catégorie , comme en est un facteur direct il est également injectif.

On notera que dans [MP83] l’action est à droite et que nous travaillons avec une action à gauche. La version de que nous utilisons n’est donc pas invariante par le groupe symétrique mais par le sous-groupe de Borel . La proposition 2.6 de [MP83] montre que quand applique les deux idempotents, et , à un -module (module instable ayant une - action compatible ) on obtient des modules instables isomorphes, les isomorphismes étant donnés par et .

L’algèbre de Dickson est l’algèbre des éléments invariants sous l’action du groupe dans , elle est polynômiale en des générateurs de degré ,…, , …, . Soit l’invariant de Dickson supérieur en degré : c’est le produit de toutes les formes linéaires non-nulles, soit

c’est aussi la classe d’Euler de la somme de tous les fibrés en droites réelles non triviaux sur ).

Proposition 2.2 ([Mp83, Kuh87])

Le module instable est un module sur l’algèbre de Dickson . Le sous-espace vectoriel gradué est un sous module instable. De plus il y a un isomorphisme de -modules :

Cet isomorphisme est rigide.

La décomposition des modules instables correspond à une décomposition dans l’algèbre du semi-groupe des matrices . Les éléments et sont des idempotents primitifs et orthogonaux, est constitué de matrices singulières.

Par définition, est la cohomologie . On en déduit que est la cohomologie réduite . En identifiant à l’idéal de engendré par , on peut vérifier que

Proposition 2.3

Celle-ci sera démontrée en appendice en utilisant la relation qui existe entre les idempotents de Steinberg et l’algèbre de Hecke étudiée par N. Kuhn [Kuh84].

Pour tout , l’inclusion

définit une inclusion canonique . Il est clair que est coassociative. On obtient donc une structure de -coalgèbre sur qui méritera une étude ailleurs.

La série de Poincaré d’un espace vectoriel gradué est définie par , où désigne la partie de degré de . On considère aussi la série de Poincaré de l’espace vectoriel sous-jacent d’un module instable , on la notera aussi par abus. On a :

Proposition 2.4 ([Mp83])

La série de Poincaré de , notée , est donnée par

En fait Mitchell et Priddy montrent qu’en tant qu’espace vectoriel gradué, a une base formée par les éléments

. La copie de que l’on considère a donc pour base les éléments

Théorème 2.5

En tant que -espace vectoriel gradué, le module a une base formée par les éléments

Ici .

Ceci sera démontré en appendice. On notera que lélément est de degré .

2.2 Les modules de Brown-Gitler

Soit le -module de Brown-Gitler (cf. [Sch94, Chapter 2]). En degré , l’espace vectoriel gradué est égal à , engendré par un élément noté . Le module est caractérisé par le fait que la transformation naturelle qui à associe sa restriction en degré , qui est donc dans le dual , est une équivalence naturelle :

En particulier si un -module instable est de dimension en degré , alors il existe un et un seul morphisme -linéaire non nul de degré zéro de dans ; ce morphisme envoie sur l’élément non nul de (la partie de degré de ).

H. Miller a donné dans [Mil84] une description globale des en considérant leur somme directe. Il introduit l’objet bigradué déterminé par . Cet objet est en fait une algèbre bigraduée, dotée d’une structure de module instable pour laquelle la formule de Cartan a lieu. En fait Miller démontre que ([Sch94, Chapter 2]) :

Proposition 2.6

On a

avec de bidegré . La structure de -module instable de est déterminée par

et la formule de Cartan. Le module s’identifie au sous-espace engendré par les monômes de second degré , i.e. par les avec .

Soit maintenant l’ensemble des suites d’entiers telles que

La -ième fonction génératrice de Minc , est donnée par

étant le sous ensemble de constitué par les partitions de somme .

Proposition 2.7 ([Sch94, p. 57])

Soit , on a

Dans la référence ceci est proposé en exercice. La démonstration résulte de 2.6. Partant du monôme , on pose

On vérifie facilement que les sont des entiers, et que la suite est dans . Inversement partant d’une suite , les formules

déterminent un monôme comme ci-dessus, fournissant l’application réciproque. Le résultat suit.

2.3 Le théorème de Lannes-Zarati

Enfin on rappelle que:

Théorème 2.8

Le module instable est injectif dans la catégorie .

C’est un cas particulier du résultat principal de Lannes et Zarati dans [LZ86]. Par ailleurs, il résulte de [LS89] que ce module est indécomposable.

3 Construction des morphismes et exactitude

Dans cette section on construit les morphismes du complexe, puis on démontre l’exactitude, modulo une présentation du module de Brown-Gitler qui sera faite dans la section suivante.

3.1 Construction des morphismes

Rappelons que , étant la cohomologie réduite de , s’identifie à l’idéal . On note l’unique morphisme non trivial qui envoie sur la classe fondamentale de .

Définissons le morphisme comme suit:

Ici est la multiplication, qui est l’unique morphisme non trivial et la comultiplication de la -coalgèbre . Par convention, l’inclusion naturelle se note .

Proposition 3.1

pour .

Démonstration On va se ramener au cas . Grâce à la coassociativité de et à l’associativité de , la composée , pour , se factorise alors comme suit:

A cause du corollaire 3.3 ci-dessous, on a , ici désigne la multiplication . Et donc pour .

On part de la base comme espace vectoriel gradué du facteur constituée par les éléments avec .

Lemme 3.2

Si et , alors l’expression de comme somme de monômes distincts ne contient pas .

Démonstration  Notons que les conditions du lemme impliquent que . On a

Comme et , on voit que et . Posons et avec . On en déduit que le premier terme dans la somme ci-dessus ne peut contenir . D’autre part, le coefficient de dans le deuxième terme est . Supposons que avec et impair. On a alors

car est pair alors que est impair.

Il suit :

Corollaire 3.3

La composée

est nulle pour tout .

Démonstration Le cas vient du lemme précédent. Si , on vérifie que est trivial en degrés inférieurs à .

3.2 Démonstration de l’exactitude

On commence par introduire l’application suivante :

est l’unique application non-triviale. On montrera dans la section suivante que :

Proposition 3.4

L’application est surjective. Le système d’éléments avec est une base de .

Afin d’alléger les notations, on notera l’élément

et l’élément

La proposition suivante est la conséquence de la proposition précédente et de 2.5.

Proposition 3.5

Soit . En tant qu’espace vectoriel gradué, a une base formée par les éléments

avec

Pour , notons l’ensemble des éléments de cette base qui vérifient et , l’ensemble de ceux qui vérifient et .

Pour , notons l’ensemble des avec et , l’ensemble des avec et .

Il est clair qu’en degré , la dimension de est , la somme des cardinaux de et . De plus .

Lemme 3.6

Soit . Alors en degré , .

Démonstration  D’après 7.2, on a

pour certains et . D’où

pour certains et . Comme , il suit facilement de cette formule que les éléments de sont linéairement indépendents.

On démontre l’exactitude de la suite dans le théorème 1.1:

L’exactitude en est facile de vérifier en utilisant 7.2 et la définition de . L’exactitude en , i.e. la surjectivité de , sera montrée dans la section 4. Soit . D’après 3.6, en tout degré , on a

Comme , il suit que cette inégalité est en fait une égalité et donc . Cela prouve l’exactitude en pour . Le résultat suit.

4 Une présentation de

4.1 La présentation de

Dans cette section on donne une description de comme quotient de l’idéal . D’après 2.6 est le sous-module de qui admet pour base les monômes de second degré , c’est-à-dire les monômes tels que .

On désignera par le sous-module , et par le sous-module . On considère donc :

Par 3.3 et le fait que est trivial, le noyau de contient la somme .

Théorème 4.1

L’application est surjective et induit un isomorphisme de modules instables

Démonstration En supposant que est surjectif, la démonstration de l’isomorphisme se fait comme suit. On rappelle que est l’ensemble des suites d’entiers telles que

En tant qu’espace vectoriel gradué le module quotient ci-dessus est engendré par les éléments avec . En effet, soit un élément pour lequel on a . A l’aide de , il peut s’écrire comme somme d’éléments avec et :

Une itération évidente -tenant compte de - donne le résultat.

Utilisant la série de Poincaré 2.7 de , on observe qu’en tout degré la dimension de l’image de est inférieure ou égale à celle de . On obtient alors l’isomorphisme souhaité.

4.2 Surjectivité de

Le reste de la section est consacré à la démonstration de la surjectivité de . On procède comme suit. Soit un espace vectoriel de dimension . On va montrer qu’il y a un morphisme surjectif de vers , puis on montrera que

est un -module cyclique de générateur . La surjectivité de est alors évidente.

Pour la première partie de l’argument on se sert de l’action tordue, introduite par N. Campbell et P. Selick [CS90], de l’algèbre de Steenrod sur l’algèbre polynomiale.

On considère l’algèbre polynomiale , étant de degré . L’action tordue de l’algèbre de Steenrod sur celle-ci est déterminée par :

et la formule de Cartan. Campbell et Selick montrent alors que, en tant que modules instables, les algèbres (avec l’action tordue de ) et (munie de l’action classique de ) sont isomorphes.

On introduit une bigraduation sur en imposant que pour chaque le second degré soit (comme pour plus haut).

Le module instable admet alors une décomposition en somme directe de