arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Critères d’irréductibilité pour les représentations
des courbes elliptiques

Nicolas Billerey
Résumé

Let be an elliptic curve defined over a number field . We say that a prime number is exceptional for if admits a -isogeny defined over . The so-called exceptional set of all such prime numbers is finite if and only if does not have complex multiplication over . In this paper, we prove that the exceptional set is included in the set of prime divisors of an explicit list of integers (depending on and ), whose infinitely many of them are non-zero. It provides an efficient algorithm for computing it in the finite case. Other less general but rather useful criteria are given, as well as several numerical examples.

Introduction

Soient la clôture algébrique de dans et un corps de nombres contenu dans . Étant donnés une courbe elliptique définie sur et un nombre premier , on note le groupe des points de -torsion de la courbe . C’est un espace vectoriel de dimension  sur le corps muni d’une action du groupe de Galois . Cela fournit un homomorphisme

Serre a démontré ([Ser72]) que si est sans multiplication complexe sur , il existe une constante telle que pour tout nombre premier , la représentation est surjective. Il a également posé la question (toujours ouverte, y compris pour ) de savoir si peut être choisie indépendamment de ([Ser79]).

Dans ce travail, on s’int resse l’ensemble, not , des nombres premiers  pour lesquels la repr sentation ci-dessus est r ductible. On dit alors que est exceptionnel pour le couple . L’ensemble est g n ralement fini. Plus pr cis ment, est fini si et seulement n’a pas de multiplication complexe sur , i.e. (prop. 2.2). On s’int resse ici la question suivante.

Question 1. Le corps et la courbe étant donnés, comment d terminer explicitement l’ensemble lorsqu’il est fini?

Lorsque est sans multiplication complexe, Pellarin ([Pel01]), à la suite de Masser et Wüstholz, a obtenu, comme corollaire de ses travaux, une majoration explicite des nombres premiers exceptionnels. Cependant, en raison des constantes qui y apparaîssent, ce résultat ne se pr te malheureusement pas une d termination explicite de l’ensemble des nombres premiers exceptionnels. En utilisant des arguments de th orie du corps de classes, on obtient un crit re (théorème 2) portant sur la r duction de en chaque place finie de offrant une réponse satisfaisante à la question . De plus, dans le cas où est de degré impair sur , on dispose d’un autre résultat (théorème 1) particulièrement simple à mettre en application.

Ces théorèmes sont illustr s num riquement dans le §5 o l’on d termine explicitement l’ensemble des nombres premiers exceptionnels de plusieurs courbes elliptiques.

On s’int resse galement dans ce travail la question suivante.

Question 2. Soient un corps de nombres et un ensemble infini de courbes elliptiques définies sur tels que pour toute courbe de l’ensemble , soit fini. Peut-on trouver une constante uniforme telle que pour toute courbe elliptique appartenant à , la représentation soit irréductible dès que ?

Dans le cas où est l’ensemble de toutes les courbes elliptiques sans multiplication complexe définies sur , cette question est une étape (importante) vers la résolution de la question uniforme de Serre (voir [BP08] pour plus de détails et de nouvelles avancées). Lorsque et est l’ensemble de toutes les courbes elliptiques définies sur , Mazur a montré ([Maz78]) que tel est le cas avec . Dans le cas où est l’ensemble des courbes semi-stables, Kraus a obtenu des résultats uniformes et effectifs pour différentes familles corps de nombres, notamment les corps quadratiques et cubiques ([Kra96, Kra07]). Dans ce travail, on généralise aux corps de nombres plusieurs r sultats connus sur  (prop. 1.1 et 1.2). On obtient ainsi quelques réponses dans la direction de la question  pour des ensembles de courbes elliptiques ayant mauvaise r duction additive en une place finie de et un «  d faut de semi-stabilit   » particulier. Ces r sultats sont particuli rement utiles d’un point de vue num rique et sont illustr s au §5.

1 Énoncés des résultats

1.1 Une loi utile

On note le sous-ensemble de constitu des polyn mes unitaires ne s’annulant pas en . L’application

o d signe le r sultant par rapport la variable , d finit une loi de mono de commutatif sur  d’ l ment neutre (lemme 3.1). De plus, les racines complexes de sont exactement les produits d’une racine de par une racine de , compt es avec multiplicit s (loc. cit.). Concr tement, si

alors, on a .

Étant donnés et , on convient de noter

Par ailleurs, soient et . Il existe alors un unique polyn me tel que

o (lemme 3.2). Les racines complexes de sont exactement les puissances -i mes des racines complexes de compt es avec multiplicit s. Autrement dit, si

Enfin, l’application est un morphisme de mono des pour la loi .

1.2 R sultats

On énonce deux résultats dans la direction de la question  et deux dans la direction de la question  que l’on illustre dans le §5 sur des exemples concrets.

On fixe un corps de nombres contenu dans et une courbe elliptique définie sur . On note le degr de sur , son discriminant, son anneau d’entiers, son nombre de classes et la norme de l’extension .

Soit un idéal premier de en lequel a bonne réduction. On pose

est le cardinal du corps résiduel et

avec le nombre de points sur le corps de la réduction de en .

Soit un nombre premier et

la d composition de en produit d’id aux premiers de . On suppose que a bonne r duction en chaque id al premier au-dessus de . Par abus de langage, on dit alors que a bonne réduction en . Dans ce cas, on associe (on rappelle que et sont fix s) un polyn me coefficients entiers dont certaines valeurs sp ciales vont permettre de d terminer essentiellement l’ensemble . Pr cis ment, on pose :

(1)

o , d’une part le produit , pris au sens de la d finition du §1.1, porte sur tous les id aux premiers de divisant  et, d’autre part les exposants renvoient la notation adopt e galement au § pr c dent. Ce polyn me ne d pend que de la famille de triplets d’entiers o . Ses racines complexes sont de module  (lemme 3.4). On consid re alors l’entier (essentiel dans la suite) :

o d signe la partie enti re de .

Dans la direction de la question  de l’Introduction, on montre le crit re suivant.

Th or me 1

Soit un nombre premier exceptionnel pour . Alors, on est dans l’une des situations suivantes :

  1. divise ;

  2. il existe un id al premier de  divisant  en lequel a mauvaise r duction additive avec potentiellement bonne r duction supersinguli re.

  3. pour tout nombre premier de bonne r duction, le nombre premier divise l’entier (si , on suppose ).

Supposons que soit donn e par une quation de Weierstrass coefficients dans l’anneau de discriminant . On d duit du th or me 1 le corollaire suivant.

Corollaire 1.1

Soit un nombre premier exceptionnel pour . Alors, on est dans l’une des situations suivantes :

  1. divise ;

  2. pour tout nombre premier de bonne r duction, le nombre premier divise l’entier (si , on suppose ).

Les racines complexes de tant de module  (lemme 3.4), on a en particulier :

On d duit alors du th or me 1 le corollaire suivant.

Corollaire 1.2 (cas du degr impair)

On suppose que l’extension est de degr impair. Alors, l’ensemble des nombres premiers exceptionnels pour est fini. De plus, si un nombre premier exceptionnel pour , alors, pour tout nombre premier de bonne r duction, le nombre premier divise l’entier non nul

Remarque. Plus g n ralement, on d montre partir de la proposition 2.2 et de r sultats classiques de la th orie de la multiplication complexe que les propri t s suivantes sont quivalentes :

  1. le corps ne contient pas le corps de classes de Hilbert d’un corps quadratique imaginaire;

  2. pour toute courbe elliptique d finie sur , l’ensemble est fini.

La situation est plus compliqu e dans le cas des extensions de degr pair. Bien que le critère du théorème 1 ci-dessus s’applique toujours (cf. §5.3), on n’a plus la garantie, pour une courbe ayant un ensemble exceptionnel fini, qu’il existe un nombre premier de bonne réduction pour lequel l’entier soit non nul (comme le montre l’exemple 5.8). L’énoncé plus général ci-dessous permet de contourner cette difficulté et constitue notre résultat principal en direction de la question .

Th or me 2

Soit un nombre premier exceptionnel pour . Alors, on est dans l’une des situations suivantes :

  1. divise ;

  2. il existe un id al premier de  divisant  en lequel a mauvaise r duction additive avec potentiellement bonne r duction supersinguli re.

  3. pour tout idéal premier de bonne r duction, le nombre premier divise l’entier

    et est le polynôme minimal de sur  (si , on suppose que ne divise pas ).

De plus, si est sans multiplication complexe sur , alors pour une infinité d’idéaux premiers .


Dans la direction de la question  de l’Introduction, on g n ralise aux corps de nombres plusieurs r sultats connus sur . Soit un id al premier de de caract ristique r siduelle . On a

o est le degr r siduel de . On suppose que a mauvaise r duction additive en  avec potentiellement bonne r duction. Alors, pour tout nombre premier tel que , l’action de , sous-groupe d’inertie en , sur se fait par l’interm diaire d’un certain quotient fini de  ([ST68]) :

On a alors les deux résultats suivants. Ceux-ci sont connus pour et ont été utilisés par Serre dans [Ser72, §5] pour traiter des exemples numériques.

Proposition 1.1

On suppose que le groupe n’est pas cyclique. Alors, la représentation est irréductible pour tout nombre premier .

Proposition 1.2

On suppose que pour tout entier , l’ordre du groupe ne divise pas . Alors, la représentation est irréductible pour tout nombre premier tel que .

Remarque. Si , on peut remplacer l’hypoth se par : l’ordre du groupe ne divise pas .

Comme corollaires des propositions ci-dessus, on obtient les résultats suivants dans le cas où divise ou .

Corollaire 1.3

On suppose que divise et que l’une des conditions suivantes est satisfaite :

  1. le groupe est d’ordre ou ;

  2. le groupe est d’ordre ou et le degré résiduel est impair.

Alors, la représentation est irréductible pour tout nombre premier .

Lorsque divise , l’ tude faite dans [Bil09] permet parfois de calculer l’ordre du groupe  directement partir de la valuation de l’invariant modulaire de  ([Bil09, th. 1]). Si est une extension quadratique de (ou plus g n ralement si le degr sur du compl t de en est ), le th or me [Bil09, th. 2] et [Cal04] fournissent en toute g n ralit l’ordre du groupe  en fonction des coefficients d’une quation de Weierstrass de .

Remarque. La condition de parit dans le corollaire pr c dent est n cessaire. En effet, soient l’extension de engendr e par une racine du polyn me

et la courbe elliptique d finie sur  par l’ quation

Alors, le degr r siduel de en l’unique id al de  divisant , est  et la courbe a un d faut de semi-stabilit d’ordre  en . Pour autant la repr sentation est réductible car correspond au sous-corps de laiss fixe par le stablilisateur dans d’un sous-groupe d’ordre  de ([KO92, p. 273]).

Lorsque divise , on a le corollaire suivant.

Corollaire 1.4

On suppose que divise et que l’une des conditions suivantes est satisfaite :

  1. le groupe est d’ordre ;

  2. le groupe est d’ordre et le degré résiduel est impair.

Alors, la représentation est irréductible pour tout nombre premier .

2 Rappels

Dans toute cette section, on fixe un corps de nombres contenu dans et une courbe elliptique définie sur . Soit un nombre premier exceptionnel. Le groupe poss de alors une droite stable par . Notons le caract re donnant l’action de sur . On l’appelle caract re d’isog nie associ . Dans une base convenable de sur , la repr sentation est repr sentable matriciellement par

o et s’interpr tent comme des caract res de valeurs dans . On a

(2)

o est le caract re donnant l’action de sur les racines -i mes de l’unit (caract re cyclotomique).

La représentation se factorise à travers le groupe de Galois de l’extension , où est le corps engendré sur par les coordonnées des points de -torsion de . On note encore , , et les morphismes passés au quotient.

Soit est un idéal premier de . On note un sous-groupe d’inertie en de . Si a bonne réduction en et ne divise pas , l’extension est non ramifiée en par le critère de Néron-Ogg-Shafarevich. On note une subsitution de Frobenius en de (bien définie à conjugaison près).

Le résultat suivant est bien connu (c.f. [Sil92, Th.2.4]) et intervient de façon cruciale dans la démonstration des théorèmes 1 et 2.

Proposition 2.1 (Hasse – Weil)

Soit est un idéal premier de en lequel a bonne réduction. Les racines complexes de sont de module . En particulier, on a

Si de plus ne divise pas , le polynôme caractéristique de est . En particulier, on a

2.1 L’ensemble

L’objectif de ce § est de d montrer le r sultat suivant.

Proposition 2.2

Les conditions suivantes sont quivalentes :

  1. la courbe n’a pas de multiplication complexe sur (i.e. );

  2. l’ensemble est fini.

Démonstration. L’implication r sulte du th or me de Šafarevič sur la finitude des classes de -isomorphisme de courbes elliptiques -isog nes une courbe donn e ([Sil92, IX §6]). Elle est due Serre et d montr e dans [Ser68, IV-9].

R ciproquement, si a des multiplications complexes sur (i.e. est de rang  comme -module), alors

et contient le corps quadratique imaginaire . Soit un nombre premier d compos dans . On a

o est l’anneau des entiers de . Alors, l’ensemble des points de annul s par les l ments de est d fini sur et d’ordre  ([Lan87, ch.9 §4]). On en d duit que l’ensemble est infini.

2.2 Ramification et caractère d’isogénie

On suppose que est un nombre premier exceptionnel pour . Le résultat suivant se déduit de l’étude de la restriction de aux sous-groupes d’inertie de telle qu’elle est faite, par exemple, dans [Ser68, IV], [Ser72, §§1.11-1.12] et [Kra97] (voir également [Dav08, §1] pour une discussion similaire).

Proposition 2.3

Supposons non ramifi dans .

  1. Le caract re est non ramifi en dehors des id aux premiers de divisant .

  2. Soit un id al de divisant . On suppose que n’a pas mauvaise r duction additive en  avec potentiellement bonne r duction de hauteur  (supersinguli re). Alors, il existe un entier tel que

Remarques.

  1. Dans une base convenable, la repr sentation sur les points de -torsion de la courbe est repr sentable matriciellement par

    Autrement dit, d’apr s l’ galit  (2), on peut toujours, si on le souhaite, remplacer la famille par la famille .

  2. On peut montrer en utilisant la description locale de donn e dans la proposition [Kra97, prop.] que si divise et a mauvaise réduction additive en avec potentiellement bonne réduction supersingulière, alors il existe un entier tel que

  3. Dans sa thèse ([Dav08]), A. David démontre que si ne contient pas le corps de classes de Hilbert d’un corps quadratique imaginaire, il existe alors une constante effective , ne dépendant que de (et donc pas de ) telle que si , on a pour tout idéal premier de divisant  (voir également [Mom95]). Nous n’utiliserons pas ces résultats.

2.3 Théorie du corps de classes et caractère d’isogénie

On reprend les hypothèses et notations précédentes. En particulier, est un nombre premier non ramifi dans et on suppose que pour tout id al premier de  divisant , n’a pas mauvaise r duction additive en  avec potentiellement bonne r duction de hauteur . Étant donn un id al premier de au-dessus de , on d signe par

le morphisme norme. L’objectif de ce paragraphe 2.3 est de d montrer la proposition ci-dessous, cruciale dans la démonstration des th. 1 et 2. Elle figure galement sous une forme l g rement diff rente dans la th se de David ([Dav08, prop. 2.2.1]) ainsi que dans l’article [Mom95, lem. 1] de Momose (sous l’hypothèse que est galoisienne).

Proposition 2.4

Soit premier à  et la décomposition de en produit d’idéaux premiers de . On suppose que pour tout id al premier de divisant , a bonne r duction en . Alors, on a :

est défini à la proposition 2.3.

2.3.1 Un lemme de la th orie du corps de classes.

Soient l’extension de trivialisant le caractère et le groupe de racines -i mes de l’unit dans . D’apr s l’accouplement de Weil, on a . Donc est une sous-extension abélienne de . On note le groupe des idèles de et

le morphisme de réciprocité global donné par la théorie du corps de classes. Il est surjectif et son noyau contient les idèles principales.

Soit une place de . On note le complété de en et on identifie un sous-corps de . On d signe par

la composée de l’injection de dans par le morphisme de réciprocité global.

Si est un idéal premier de de bonne réduction ne divisant pas , on rappelle que l’extension est non ramifiée en . La restriction à d’une substitution de Frobenius en  du groupe (bien définie à conjugaison près) est unique. On la note encore . De même, on note encore (resp. ) la restriction du caractère cyclotomique (resp. d’isogénie) à .

Le lemme suivant regroupe plusieurs r sultats classiques de la th orie du corps de classes qui seront utiles la d monstration de la proposition 2.4. La d monstration du troisi me point est tir e de [Kra07, App. 1 prop. 1].

Lemme 2.1

Soit une place de .

  1. Si est une place infinie de , on a .

  2. Si est une place finie de ne divisant pas , on a , où est le groupe des unités de l’anneau d’entiers du corps . Si de plus, divise , alors , o est une uniformisante de .

  3. Si est une place finie de divisant , alors appartient au sous-groupe d’inertie en  de et on a

Démonstration. Soit une place de . On distingue trois cas.

  1. Supposons que soit une place infinie de . Soit l’extension de trivialisant le caractère ,

    le morphisme de réciprocité global donné par la théorie du corps de classes et

    L’image de l’application est d’ordre . Par ailleurs, l’image par d’un élément de ne dépend que de sa restriction à . D’où :

    puis

    D’o le r sultat.

  2. Supposons que soit une place finie de ne divisant pas . Alors, d’apr s [Neu86], l’image par de est un sous-groupe d’inertie en de l’extension . Or celle-ci est non ramifi e en d’apr s le critère de Néron-Ogg-Šafarevič. D’o l’ galit

    Si de plus divise  alors a bonne r duction en par hypothèse et d’apr s [Neu86], l’image par de est la substitution de Frobenius en de l’extension . Autrement dit, .

  3. Supposons que soit une place finie de divisant . On note une cl ture alg brique de . Comme est non ramifi dans , on identifie l’extension non ramifi e de contenue dans dont le degr sur est le degr r siduel de sur . On note la cl ture ab lienne de dans , la cl ture ab lienne de dans ,

    le morphisme de r ciprocit local en  et

    le morphisme de restriction. D’apr s la compatibilit entre la th orie du corps de classes locale et globale, on a, pour tout ,

    (3)

    Or, d’apr s le corollaire de [Kra07, App. 1 prop. 1], on a

    o est une racine primitive -ième de l’unité dans  et est un entier tel que

    D’o le r sultat voulu, d’apr s l’ galit  (3).

Cela termine la d monstration du lemme 2.1.

2.3.2 D monstration de la proposition 2.4.

L’entier est non nul car premier à . L’image par le morphisme de réciprocité global de l’idèle principale est triviale :

(4)

Si est une place infinie de , alors d’après le lemme 2.1, on a

(5)

Si est une place finie de ne divisant ni , ni , alors . D’après loc. cit. on a donc .

Si est une place finie de divisant . Alors, , où est une uniformisante de et . D’après loc. cit. on a donc , puis

(6)

Si est une place finie de divisant , alors d’après loc. cit., appartient au sous-groupe d’inertie en  de et on a

Or, d’après la proposition 2.3, on a

On en déduit que l’on a

(7)

D’après les égalités (4)–(7) ci-dessus, on a

Cela démontre la proposition 2.4.

3 Démonstrations des théorèmes 1 et 2

Soient un corps de nombres contenu dans , une courbe elliptique définie sur et un nombre premier exceptionnel pour . On suppose , non ramifi dans  et pour tout id al premier de divisant , n’a pas mauvaise r duction additive en  avec potentiellement bonne r duction de hauteur .

Avant de démontrer les théorèmes 1 et 2, on commence par définir pour tout anneau int gre , une loi de monoïde commutatif  sur un sous-ensemble de et par en étudier les propriétés utiles.

3.1 Loi de mono de

Soit un anneau int gre de corps des fractions et une cl ture alg brique de . On note le sous-ensemble de constitu des polyn mes unitaires ne s’annulant pas en .

Lemme 3.1

L’application

a une image contenue dans . Elle d finit une loi de mono de commutatif sur  d’ l ment neutre . De plus, si , s’ crivent

dans , on a

En particulier,

Démonstration. Il s’agit de v rifier que pour tout , et , on a

  1. ;

  2. ;

  3. ;

  4. .

On suppose que le polyn me s’ crit

Alors,

et (car ). Par d finition du r sultant de deux polyn mes ([Bou81, A IV.71 §6 D f. 1]), on a donc . Par ailleurs, sur , on a

et d’apr s [Bou81, A IV.75 §6 Cor. 1],

Or, , donc

C’est la formule de l’ nonc . On en d duit que l’on a :

  • , donc ;

  • ;

  • ;

De plus, les polyn mes et ont les m mes racines dans compt es avec multiplicit s. Comme ils sont unitaires, ils sont gaux. D’o le lemme.


Lemme 3.2

Soient et . Il existe un unique polyn me tel que

(8)

o . L’application est un morphisme de mono des pour la loi . De plus, si se factorise sur de la fa on suivante

(9)

Démonstration. Soit . L’unicit d’un polyn me  v rifiant la relation (8) est imm diate. Posons

et une racine -i me de l’unit dans . V rifions alors qu’il existe bien un polyn me de satisfaisant l’ galit  (8) :

Or, on a . D’o

Autrement dit,

o l’on a pos

Cela d montre qu’il existe bien un polyn me de satisfaisant l’ galit  (8) et qu’il est donn par la formule (9). Par ailleurs, d’apr s le lemme 3.1, on a et comme est unitaire, on a . On en d duit que l’application est bien d finie.

V rifions enfin qu’il s’agit bien d’un morphisme de mono des. On a . Soient et dans . D’apr s le lemme 3.1 et la formule (9), les polyn mes et ont les m mes racines dans compt es avec multiplicit s. Ils sont donc gaux. D’o le lemme 3.2.


Lemme 3.3

Soient et deux anneaux int gres et un morphisme d’anneaux. L’ensemble

est stable pour la loi . L’application induit un morphisme de mono des (encore not  )

Soient et . Alors, et on a .

Démonstration. D’apr s le lemme 3.1, si , , on a et

D’o

car , et est int gre. Donc est bien un sous-ensemble de stable pour la loi . On a et la relation

r sulte de la d finition du r sultant de deux polyn mes ([Bou81, A IV.72 §6]) en termes de d terminant de Sylvester.

Soient et . Alors, d’apr s le lemme 3.2, on a et

car et est int gre. D’o . De plus, d’apr s la formule (8) et la d finition du r sultant de deux polyn mes ([Bou81, A IV.72 §6]), on a

D’o l’ galit et le lemme 3.3.

Remarque. D’apr s le lemme ci-dessus, l’application de r duction induit un morphisme de mono des

En particulier, pour tout , .

3.2 Démonstration du théorème 1

Soit un nombre premier tel que ait bonne réduction en tout idéal premier de divisant . Il s’agit de montrer que divise .

3.2.1 Le polynôme

Soit la d composition de l’id al en produit d’id aux premiers de . On note le cardinal de l’ensemble . On rappelle que a par hypoth se bonne r duction en tout id al premier de