UNIVERSITE MOHAMMED V

FACULTE DES SCIENCES DE RABAT

Thèse

Présentée pour obtenir la grade de

DOCTEUR ES SCIENCES MATHEMATIQUES

PAR

ROCHDI ABDELLATIF

Algèbres non associatives normées de division.

Classification des algèbres réelles de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension

Soutenue le 05 Octobre 1994 devant le jury:

 KERKOUR Ahmed                                                                            Président

Professeur, Président de l’Université AL-AKHAWAYN

 BENSLIMANE Mohamed                                                                Examinateur

Professeur à la Faculté des Sciences de Tétouan

 BOURASS Abdelhamid                                                                    Examinateur

Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat

 CHIDAMI Mohammed                                                                      Examinateur

Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat

 CUENCA MIRA José Antonio                                                          Rapporteur

Professeur à la Faculté des Sciences de Málaga

 ESSANNOUNI Hassane                                                                     Rapporteur

Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat

 KAIDE El-Amin                                                                       Directeur de recherche

Professeur à la Faculté des Sciences de Rabat

.

A la mémoire de mon père.

A ma mère.

A ma femme et mes deux filles Fadwa et Salma.

A mes frères et soeurs, beaux frères et belles soeurs.

A mes cousines.

A ma belle famille.

A tous les miens.

Remerciements

Je voudrais remercier le Professeur El Amin KAIDI pour avoir dirigé mes recherches. Sa compétence, grande expérience et disponibilité à mon égard, sans compter ses qualités humaines, m’ont permis de mener à bien ce travail. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude et mon grand respect.

Ce travail a été réalisé, en majorité, à la Faculté des Sciences de Málaga, dans le cadre de la coopération qui existe entre le groupe inter-universitaire (marocain) d’Algèbre et Théorie des Nombres, et le groupe d’Algèbre de la Faculté des Sciences de Málaga. A ce propos, je remercie respectueusement le Professeur José Antonio CUENCA MIRA, mon co-directeur de recherche, pour l’hospitalité qu’il m’a offerte ainsi que les moyens de travail qu’il a mis à ma disposition. Sa collaboration scientifique m’a permis de réaliser ce mémoire.

Je remercie également le Professeur Ricardo DE LOS SANTOS VILLODRES pour sa collaboration scientifique qui a été très fructueuse, et pour les moments amicaux que nous avons eu lors de ses visites à la Faculté des Sciences de Málaga.

Je tiens à exprimer ma reconnaissance au Professeur KERKOUR Ahmed, Président de l’Université Al-AKHAWAYN, d’avoir bien voulu présider le jury de cette thèse.

Je remercie vivement les Professeurs BENSLIMANE Mohamed, BOURASS Abdelhamid, CHIDAMI Mohammed et ESSANNOUNI Hassane pour l’honneur qu’ils me font en acceptant de participer au jury.

Je voudrais exprimer ma gratitude au Professeur Antonio FERNANDEZ LOPEZ, Directeur du Département d’Algèbre, Géométrie et Topologie de la Faculté des Sciences de Málaga, pour sa collaboration, son soutien, ses encouragements et les facilités qu’il m’a offertes, et également les Professeurs Mercedes SILES MOLINA, Eulalia GARCIA RUS, Esperanza SANCHEZ CAMPOS, Alberto CASTELLON SERRANO, Cándido MARTIN GONZALEZ, Antonio SANCHEZ SANCHEZ et Aniceto MUTILLO MÁS, pour leur collaboration. L’attention et la délicatesse qu’ils m’ont prouvées, m’ont énormement touché.

Je remercie chaleureusement le Professeur Angel RODRÍGUEZ PALACIOS pour l’intérêt particulier qu’il a toujours porté à mon travail, et également les Professeurs Juan MARTINEZ MORENO et Miguel CABRERA GARCÍA.

Mes remerciements vont également à Mademoiselle Elisa JAIME JIMENEZ, secrétaire du département cité, pour son efficacité et sa gentillesse.

J’adresse aussi un remerciement spécial à notre cher bibliothécaire Abdelkrim KOUBIDA.

Je ne saurais remercier assez ma grande et, soutout, petite famille, qui a souffert de mes absences répétées, et a supporté des moments difficiles sans me le faire sentir. Elle a sans doute contribué indirectement à ce que je viens d’accomplir.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction.

Chapitre 1. Généralités et prérequis.

§1. Algèbres non associatives                                                                   …..    13

§2. Inversibilité dans les algèbres non associatives                             …..    20

§3. Algèbres quadratiques                                                                        …..    24

Chapitre 2. Algèbres non associatives normées de division.

§1. Algèbres normées non associatives                                                  …..    30

§2. Diviseurs topologiques de zéro dans une algèbre normée         …..    34

§3. Algèbres complexes normées de division linéaire                        …..    39

§4. Algèbres réelles normées de division linéaire                               …..    44

Chapitre 3. Procédé de Cayley-Dickson Généralisé.

§1. Les sous-algèbres de dimension dans une lR-algèbre de Jordan
.             
non commutative de division linéaire de dimension                …..    47

§2. Procédé de Cayley-Dickson Généralisé                                         …..    53

Chapitre 4. Classification des lR-algèbres de Jordan n.c.
.                     de division linéaire de dimension

§1. Isotopie vectorielle                                                                              …..    61

§2. Problèmes d’isomorphisme                                                               …..    64

§3. Théorème de classification                                                                …..    68

Chapitre 5. lR-algèbres de Jordan n.c. de division linéaire
.               de dimension ayant un automorphisme non trivial.

§1. Etude des lR-algèbres de Jordan n.c. de division linéaire de
.             
dimension qui possèdent une dérivation non triviale               …..    84

§2. Caractérisation des lR-algèbres de Jordan n.c. de division
.             
linéaire de dimension ayant un automorphisme non trivial    …..    99

Index                                                                                                            ………    111

Références                                                                                               ………    113

Introduction

Dans une algèbre non nécessairement associative et non nécessairement unitaire sur un corps commutatif un élément est linéairement inversible si les opérateurs linéaires de multiplication

sont inversibles dans l’algèbre    des opérateurs linéaires de L’algèbre est dite de division linéaire si tout élément non nul de est linéairement inversible. Elle est dite de division linéaire à gauche si pour tout élément non nul de est inversible dans Si ou l’algèbre est dite normée si l’espace vectoriel est muni d’une norme    sous-multiplicative i.e.    pour tous

L’étude des algèbres normées de division linéaire a connu son premier succés en 1941 grâce à Mazur et Gelfand qui prouvèrent que le corps  lC des nombres complexes est l’unique, à isomorphisme près, lC-algèbre associative normée de division [BD 73], [Ri 60]. Ce résultat a été étendu aux algèbres non nécessairement associatives par Kaidi ([Kai 77] Teorema 1.6) qui prouva en 1977 que les  lC-algèbres normées complètes de division linéaire à gauche sont à isomorphisme près Cependant, le problème de la détermination des  lC-algèbres normées (non nécessairement complètes) de division linéaire, est encore ouvert. Nous avons apporté une contribution modeste, à ce problème, en assurant la validité de ce dernier résultat dans des situations apparemment plus générales que celles du cas complet. Nous avons montré que les  lC-algèbres normées sans diviseurs topologiques linéaires de zéro à gauche (d.t.l.z.g.) et qui contiennent des éléments linéairement inversibles à gauche, sont isomorphes à  lC (Théorème 2.51). Nous avons montré également que les  lC-algèbres normées de division linéaire à gauche dans lesquelles l’ensemble des d.t.l.z.g. est une partie complète, sont isomorphes à  lC (Théorème 2.54).

Le problème de la détermination des lR-algèbres normées (complètes) de division linéaire est résolu au cas des algèbres alternatives et de Jordan [Kai 77]. Frobenius prouva en 1877 que les  lR-algèbres associatives algébriques de division sont isomorphes à lC ou lH (le corps réel des quaternions de Hamilton) [E-R 91]. Kaplansky [Kap 49] acheva ce premier travail et donna également une extension, pour les algèbres normées sans diviseurs topologiques de zéro (d.t.z.), en montrant en 1949 que les  lR-algèbres associatives normées sans d.t.z. non nuls sont isomorphes à   lC ou Albert [A 49] prouva en 1949 que les  lR-algèbres alternatives algébriques de division sont isomorphes à   lH ou  lO (l’algèbre réelle des octonions de Cayley-Dickson). Il s’est intéressé également à l’étude des  lR-algèbres absolument valuées [A 47, 49]. Cette dernière étude fut achevée par Urbanik et Wright qui prouvèrent, en 1960, que les  lR-algèbres absolument valuées unitaires sont isomorphes à   lH ou  lO [UW 60]. Récemment Cabrera et Rodriguez [CR] ont donné une nouvelle démonstration, simple, du Théorème de Kaplansky, et à l’aide de celui d’Albert, ils prouvèrent que les  lR-algèbres alternatives normées sans d.t.z. non nuls sont isomorphes à   lH ou

Wright avait conjecturé [Wr 53] que les  lR-algèbres normées de division linéaire sont de dimension finie. Cette conjecture s’est averée extrêmement difficile dans sa généralité et on est actuellement loin d’une réponse affirmative, cependant on a des résultats partiels. Récemment, Cuenca [Cu 92] a donné des exemples d’une classe d’algèbres réelles normées complètes de dimension infinie de division linéaire à gauche, et Rodriguez [Rod 92] les a complètement décrites. Antérieurement, on a confirmé la validité de la conjecture de Wright pour les algèbres alternatives et de Jordan, et dans le cas Jordan non commutatif, on a montré que l’algèbre est quadratique (cayleyenne) [Kai 77]. L’existence des algèbres de Jordan non commutatives quadratiques de division linéaire de dimension infinie est actuellement un problème ouvert. D’après le Théorème de Hopf [H 40], Kervaire [Ke 58] et Milnor-Bott [BM 58], qui affirme que sont les seules possibilités pour la dimension d’une  lR-algèbre de division linéaire de dimension finie, on est amené d’une manière naturelle à étudier ces algèbres en dimension finie. Osborn [Os 62] a initié la théorie des algèbres quadratiques et a déterminé toutes les  lR-algèbres quadratiques de division linéaire de dimension et une classe particulière de  lR-algèbres quadratiques (non alternatives) de division linéaire de dimension Kaidi [Kai 77] prouva que les  lR-algèbres normées de Jordan non commutatives de division linéaire qui satisfont à l’identité    sont quadratiques, alternatives et isomorphes à   lH ou En particulier, les  lR-algèbres de Jordan normées de division linéaire sont isomorphes à  lR ou Les  lR-algèbres normées de Jordan non commutatives de division linéaire dans lesquelles deux éléments qui n’appartiennent pas à la même sous-algèbre de dimension engendrent une sous-algèbre de dimension sont de dimension finie et isomorphes à   ou (les mutations de   lH et lO) [Kai 77], [Roc 87]. Benkart, Britten et Osborn [BBO 82] réduisèrent, en 1982, la détermination des  lR-algèbres flexibles de division linéaire de dimension finie à celle des algèbres de Jordan non commutatives

Motivés par les résultats précédents, nous nous sommes intéressé au problème de la détermination des algèbres réelles de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension Nous avons suivi deux approches. La première consiste à construire ces dernières algèbres, à partir d’une algèbre de dimension par ”duplication”, et la seconde, à faire une déformation appropriée du produit de l’algèbre des octonions de Cayley-Dickson.

Dans la première approche, un résultat important a été établi dans [CDKR] assurant l’existence d’une sous-algèbre de dimension dans une lR-algèbre de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension (Théorème 3.7). Pour le doublage, nous avons généralisé le procédé de Cayley-Dickson [KR 92]. Soient une -algèbre cayleyenne (car(K)=0) et avec alors le produit

munit l’espace vectoriel    d’une structure de -algèbre cayleyenne, qu’on appelle extension cayleyenne généralisée de d’indice et qu’on note   Nous avons étudié ces algèbres et donné une condition nécessaire et suffisante pour qu’elles soient de Jordan non commutatives (Proposition 3.17), puis des conditions nécessaires et suffisantes, lorsque et de dimension pour qu’elles soient de division linéaire (Corollaire 4.14). Ceci nous a permi l’obtention d’une nouvelle famille d’algèbres réelles de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension

Malheureusement (Note 5.26), ce premier procédé s’est avéré insuffisant pour la détermination de toutes les  lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension [Roc], [Roc] cependant, il nous a permis, comme on le verra ultérieurement, l’étude des algèbres qui possèdent une dérivation non triviale et de répondre affirmativement à une question posée par Benkart et Osborn en 1981 dans [BO 81].

Pour la deuxième approche, on a donné une méthode de construction de lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension à partir de la donnée de l’une d’elles [CDKR]. Soient une lR-algèbre anti-commutative de dimension finie une forme bilinéaire symétrique définie négative sur et un automorphisme de l’espace vectoriel On pose:      où  ( étant l’automorphisme adjoint de ) et on désigne par   et respectivement, les algèbres cayleyennes construites à partir des algèbres anti-commutatives et et de la forme bilinéaire symétrique On a établi le résultat important suivant (Proposition 4.1):

Proposition [CDKR]. est flexible de division linéaire si et seulement si est flexible de division linéaire.

L’algèbre est dite obtenue à partir de et par isotopie vectorielle, et est notée (4.2 1)). A l’aide de ce dernier procédé et des résultats précédents, nous avons pu déterminer toutes les  lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension puis nous avons résolu le problème d’isomorphisme (Corollaire 4.10). Nous avons établi le Théorème de classification suivant (Théorème 4.17):

Théorème [CDKR]. Les algèbres réelles de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension s’obtiennent à partir de l’algèbre réelle   de Cayley-Dickson par isotopie vectorielle et sont à isomorphisme près   est un automorphisme symétrique de l’espace euclidien défini positif. De plus    ( étant deux automorphismes symétriques de l’espace euclidien définis positifs) si et seulement si il existe (le groupe des automorphismes de l’algèbre lO) tel que    ( étant le prolongement naturel de à  ).

Benkart et Osborn [BO 81] ont donné toutes les possibilités pour l’algèbre de Lie des dérivations d’une lR-algèbre, de division linéaire de dimension

  1. compacte,

  2. est une algèbre abélienne de dimension

  3. une algèbre abélienne de dimension

Ils ont obtenu ensuite dans [BO 81] une classification complète pour les algèbres réelles de division linéaire de dimension dont l’algèbre de Lie des dérivations est compacte, ou Ils ont donné également des exemples d’algèbres réelles de division linéaire pour chacun des autres cas de l’algèbre de Lie des dérivations puis ils ont posé, parmi d’autres, le problème de l’existence d’une algèbre réelle de division linéaire dont l’algèbre de Lie des dérivations est et dont la décomposition en -modules irréductibles est de la forme:

Ces travaux nous ont permi d’appliquer avec succès les résultats obtenus sur la duplication et d’apporter des éclaircissements sur l’étude des  lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension ayant une dérivation non triviale. Nous avons montré que ces algèbres ne peuvent pas avoir comme algèbre de Lie des dérivations (Remarque 5.10), et prouvé, pour les algèbres de Lie compacte et les deux résultats suivants (Théorèmes 5.12, 5.13):

Théorème [Roc]. Soit une lR-algèbre de Jordan non commutative de division linéaire de dimension Alors compacte si et seulement si

Théorème [Roc]. Soit une  lR-algèbre de Jordan non commutative de division linéaire de dimension Alors compacte si et seulement si avec et

Nous avons donné ensuite (Remarque 5.14) une réponse affirmative à la question précédente à l’aide d’une algèbre de Jordan non commutative, obtenue par le procédé de Cayley-Dickson généralisé:   et

Nous nous sommes intéressés ensuite au groupe des automorphismes d’une algèbre réelle de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension Nous avons donné un exemple d’une telle algèbre dont le groupe des automorphismes est trivial (Note 5.26), puis nous avons caractérisé les algèbres ayant un automorphisme non trivial (Théorème 5.25):

Théorème [Roc]. Soient l’algèbre réelle de Cayley-Dickson et un automorphisme symétrique de l’espace euclidien défini positif. Alors les deux propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. n’est pas trivial.

  2. laisse stable une sous-algèbre de lO de dimension

Ceci met en évidence l’immensité de la classe des lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension [Roc], [Roc].

Nous avons divisé ce mémoire en cinq chapitres. Le premier est consacré aux généralités sur les algèbres non associatives. Il contient également quelques résultats faisant partie de notre travail (Lemmes 1.3, 1.29, Corollaire 1.30). Dans le deuxième chapitre, nous exposons d’abord quelques résultats utiles de la théorie de base des algèbres normées complètes non associatives, puis étudions les  lC-algèbres normées de division linéaire (à gauche). Nous exposons enfin, les résultats connus ou parus récemment sur les  lR-algèbres normées (complètes) de division linéaire. Dans le troisième chapitre nous démontrons, en premier lieu, le résultat concernant l’existence d’une sous-algèbre de dimension dans une  lR-algèbre de Jordan non commutative de division linéaire de dimension puis nous étudions des propriétés particulières satisfaites par ces sous-algèbres (Proposition 3.14). Nous introduisons ensuite le procédé de Cayley-Dickson ”Généralisé” suivi par l’exposition de ses propriétés fondamentales. Dans le quatrième chapitre nous introduisons le procédé ”d’isotopie vectorielle”, puis nous traitons le problème d’isomorphisme. Nous démontrons ensuite le Théorème de classification des  lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension Enfin, dans le dernier chapitre, nous étudions les  lR-algèbres de Jordan non commutatives de division linéaire de dimension dont l’algèbre de Lie des dérivations n’est pas triviale, et caractérisons le cas, plus général, où le groupe des automorphismes n’est pas trivial.

Málaga, fin Mars 1994.

1 Généralités et prérequis

Dans ce chapitre désignera un corps commutatif de caractéristique nulle.

1.1 Algèbres non associatives

Définitions et notations 1.1

.

  1. On appelle -algèbre tout -espace vectoriel muni d’une application -bilinéaire    appelèe produit de L’algèbre est dite associative (resp. commutative, anti-commutative) si son produit est associatif (resp. commutatif, anti-commutatif). Les définitions d’élément unité (à gauche), sous-algèbre, idéal, isomorphisme, automorphisme, sont les mêmes que dans le cas associatif. L’algèbre est dite simple si elle ne possède pas d’idéaux bilatères non nuls propres. On note   lH et respectivement, les  lR-algèbres des nombres réels, des nombres complexes, des quaternions de Hamilton et des octonions de Cayley-Dickson.

  2. Soit une -algèbre et soient on note   le commutateur de et  et   l’associateur de et Les sous-ensembles de suivants:

    sont des sous-algèbres associatives de de plus est commutative. On les appelle, respectivement, le noyau et le centre de Si est unitaire, son élément unité est noté Elle est dite centrale si   Si on note   les opérateurs linéaires de multiplication par

    qu’on appelle opérateurs de multiplication par à gauche et à droite. On note    la -algèbre associative et unitaire des opérateurs linéaires de Si on appelle mutation de et on note l’algèbre ayant pour espace vectoriel sous-jacent et pour produit   Si on a   L’algèbre   est commutative, notée simplement on l’appelle symétrisation de

Définition 1.2

Soit une -algèbre, on dit qu’une partie non vide de engendre linéairement si est une partie génératrice de l’espace vectoriel On note la sous-algèbre de engendrée par La sous-algèbre engendrée par un élément est notée Si est unitaire et si sont des éléments de alors la sous-algèbre de engendrée par la partie   est notée La dimension de l’algèbre est la dimension de l’espace vectoriel Si est une base de l’algèbre c’est à dire base de l’espace vectoriel alors pour tous on a

(1.1)

où les sont des éléments de nuls, sauf pour un nombre fini d’indices Les relations (1.1) s’appelent la table de multiplication de relativement à la base Réciproquement, si est une base d’un -espace vectoriel étant donnée une famille   telle que, pour tous fixés, les sont nuls, sauf pour un nombre fini, il existe alors sur une seule structure de -algèbre pour laquelle les relations (1.1) sont satisfaites ([Bou 70] A III p. 10).

Lemme 1.3

([Roc] p. 2). Soit une -algèbre et soit une partie non vide de Alors pour tout la sous-algèbre de engendrée par coincide avec la mutation de la sous-algèbre de engendrée par  

Algèbre à puissances associatives 1.4

Les puissances à gauche d’un élément d’une -algèbre sont définis par    et   pour tout L’algèbre est dite à puissances associatives si la sous-algèbre est associative pour tout ce qui est équivalent à dire que pour tous et pour tout L’algèbre réelle   de Mc Clay [A], ayant pour espace vectoriel sous-jacent lC et pour produit   étant le conjugué de est commutative et n’est pas à puissances associatives.

Note 1.5

Dans ([A 48] p. 554) Albert découvrit un ensemble minimal d’identités assurant l’associativité des puissances et prouva qu’une -algèbre est à puissances associatives si et seulement si elle satisfait aux deux identités   pour tout Notons que ces deux identités entraînent   pour tout

Soit une -algèbre et soient Pour motif de simplification, nous aurons l’occasion d’utiliser, les notations suivantes:

Proposition 1.6

Soit une -algèbre qui satisfait à l’identité pour tout Alors les trois propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. est à puissances associatives.

  2. satisfait à l’identité

    pour tous

  3. satisfait à l’identité

    pour tous

Preuve. 1) 2) est établie dans ([Sc 66] p. 129). Pour 2) 1) on fait et on utilise la Note 1.5. Enfin 1) 3) s’obtient de la même façon.

Corollaire 1.7

Soit une -algèbre à puissances associatives, alors pour tout entier et pour tout   et appartiennent à la sous-algèbre de engendrée par et et on a:

Preuve. Les deux identités 1) et 2) s’obtiennent des identités 2) et 3) de la Proposition 1.6 précédente en faisant La première proposition s’obtient alors des identités 1) et 2) par récurrence sur

On montre dans ([Sc 66] Lemma 5.3) le résultat intéressant suivant:

Lemme 1.8

Soit une -algèbre à puissances associatives et sans diviseurs de zéro. Si contient un idempotent non nul alors est unitaire d’unité

Définition 1.9

(Algèbre algébrique). Soit une -algèbre à puissances associatives unitaire et soit l’algèbre des polynômes à une indéterminée à coefficients dans Un élément est dit algébrique s’il existe un polynôme tel que   ce qui est équivalent à dire que la dimension de la -algèbre est finie. L’algèbre est dite algébrique si tous ces éléments sont algébriques.

Algèbre flexible 1.10

Une -algèbre est dite flexible si elle satisfait à l’une des deux identités équivalentes suivantes:

  1. pour tous

  2. pour tout

Il est clair qu’une -algèbre associative ou commutative est flexible.

Proposition 1.11

Dans une -algèbre les deux opérateurs linéaires

coincident. On les note

Preuve. La proposition s’obtient par une linéarisation de l’identité et en tenant compte de la flexibilité de

Algèbre alternative 1.12

Une -algèbre est dite alternative si elle satisfait aux deux identités suivantes   pour tous

Il est bien connu, selon un Théorème d’Artin, qu’une -algèbre est alternative si et seulement si deux élément quelconques de engendrent une sous-algèbre associative ([Sc 66] p. 29). De plus satisfait aux trois identités de Moufang suivantes ([Sc 66] p. 28):

  1.     (à gauche).

  2.     (à droite).

  3.     (moyenne).

Les algèbres alternatives sont proches des associatives, comme le montre le Théorème de Artin suivant ([Sc 66] p 29):

Algèbre de Jordan 1.13

Une -algèbre commutative est dite de Jordan si elle satisfait à l’identité de Jordan suivante  (J) pour tout

Exemples 1.14

.

  1. La symétrisation d’une -algèbre associative est de Jordan.

  2. Soit un -espace vectoriel muni d’une forme bilinéaire symétrique alors l’espace vectoriel    muni du produit

    est une -algèbre de Jordan unitaire, appelée l’algèbre de Jordan associée à la forme bilinéaire symétrique notée  

Algèbre de Jordan non commutative 1.15

Une algèbre flexible est dite de Jordan non commutative si elle satisfait à l’identité (J) de Jordan. Toute algèbre alternative est, d’après le Théorème d’Artin, de Jordan non commutative.

On trouve dans [BKo 66] les deux résultats importants suivants:

Proposition 1.16

Soit une -algèbre flexible, alors est de Jordan non commutative si et seulement si sa symétrisation est de Jordan.

Proposition 1.17

Soit une -algèbre de Jordan non commutative, alors est à puissances associatives. De plus, pour tout entier et pour tout et appartiennent à la sous-algèbre de engendrée par et on a:

Algèbre de Lie des dérivations 1.18

Une -algèbre anti-commutative est dite de Lie si elle satisfait à l’identité de Jacobi suivante:   pour tous Soit maintenant une -algèbre, on appelle dérivation de tout opérateur linéaire de satisfaisant à l’une des trois conditions équicalentes suivantes:

  1. pour tous

  2. pour tout

  3. pour tout

Notes 1.19

Soit une -algèbre.

  1. Si est unitaire, alors

  2. L’ensemble de toutes les dérivations de muni de sa structure naturelle de -espace vactoriel et du produit    est une algèbre de Lie notée et appelée algèbre de Lie des dérivations de [J 62], [Sc 66].

  3. On note le groupe des automorphismes de celui de l’algèbre réelle lO de Cayley-Dickson est noté [GG 73].

  4. Si est associative, les opérateurs linéaires   sont des dérivations de dites intérieures. Si de plus, est unitaire, les opérateurs linéaires   est un élément inversible de sont des automorphismes de dits intérieurs.

Nous avons les deux résultats bien connus suivants:

Théorème de Sckolem-Noether 1.20

Tout automorphisme d’une -algèbre associative simple centrale de dimension finie, est intérieur ([Pi 82] p. 230).

Théorème 1.21

Toute dérivation d’une -algèbre associative simple centrale de dimension finie, est intérieure [J 37].

Nous avons établi le résultat préliminaire utile suivant:

Lemme 1.22

Soit une -algèbre et soit alors:   Si de plus, alors  

Preuve. L’opérateur de multiplication à gauche par un élément dans s’écrit   Si on a

i.e. Si de plus, l’égalité est établie du fait que  

Groupe de Lie et son algèbre de Lie 1.23

Soit une variété de dimension alors les espaces tangents à   parcourt forment une variété différentiable de dimension qui se projette canoniquement sur La projection    associe à tout vecteur son ”point d’application” i.e. un point tel que de sorte que   Les applications différentiables      telles que    i.e.    s’appellent champs de vecteurs sur [Po 85]. Si et sont deux champs de vecteurs sur le ”crochet de Lie” de et est défini par   [War 83]. Un groupe de Lie est un groupe muni d’une structure de variété différentiable et tel que les applications      et      sont différentiables. Soit une fonction différentiable et soit la différentielle de au point est l’application linéaire    définie de la manière suivante. Si alors   et si est une fonction différentiable sur un voisinage de on a   Un champs de vecteurs sur est dit invariant à gauche si pour tout on a   ( étant la translation à gauche) [War 83]. L’espace vectoriel des champs invariants à gauche, noté muni du crochet de Lie, est une algèbre de Lie appelée l’algèbre de Lie du groupe de Lie ([Po 85], [War 83]).

Proposition 1.24

Soit une lR-algèbre de dimension finie, alors son groupe d’automorphismes est un groupe de Lie dont l’algèbre de Lie et l’algèbre coincident:  

Preuve. ([Po 85] p. 202).

1.2 Inversibilité dans les algèbres non associatives

Inversibilité linéaire 1.25

Soit une -algèbre, un élément est dit linéairement inversible (l.i.) si les opérateurs linéaires de multiplication par sont inversibles dans L’ensemble des éléments l.i. de est noté Un élément tel que (resp. ) est inversible dans est dit linéairement inversible à gauche (l.i.g.) (resp. à droite). L’ensemble des éléments l.i.g. (resp. à droite) est noté (resp. ). Si n’est pas réduite à elle est dite de division linéaire à gauche (d.l.g.) (resp. à droite) si (resp. ). est dite de division linéaire (d.l.) si elle l’est à gauche et à droite.

Proposition 1.26

Soit une -algèbre de dimension finie, alors les quatre propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. est de division linéaire.

  2. est de division linéaire à gauche.

  3. est de division linéaire à droite.

  4. est sans diviseurs de zéro.

Nous avons le résultat, bien connu, suivant:

Théorème 1.27

Soit un corps algébriquement clos et soit une -algèbre unitaire sans diviseurs de zéro de dimension finie. Alors

Note 1.28

Dans ([Sc 66] p. 134) on montre qu’une -algèbre à puissances associatives sans diviseurs de zéro de dimension finie, contient un élément unité.

Il est facile de voir qu’une -algèbre associative de division linéaire est unitaire. Nous allons montrer que ce résultat reste valable notament pour les algèbres de Jordan non commutatives.

Lemme 1.29

Soit une -algèbre de Jordan non commutative telle que Alors contient un idempotent non nul.

Preuve. Soit il existe tel que et on a   Donc car est injectif. D’après la relation 1) de la Proposition 1.17, on a

Donc car est injectif. Si c’est fini. Sinon on pose et on a

Donc est un idempotent non nul de

Corollaire 1.30

Soit une -algèbre de Jordan non commutative sans diviseurs de zéro et telle que Alors contient un élément unité.

Preuve. contient un idempotent non nul. La Proposition 1.17 et le Lemme 1.8 achèvent la démonstration.

Remarque 1.31

Ce dernier résultat ne persiste pas en général pour les algèbres non associatives. En effet, l’algèbre de Mc Clay est de division linéaire (commutative ayant un idempotent non nul) non unitaire.

J-Inversibilité 1.32

Soit une -algèbre de Jordan non commutative unitaire. Un élément est dit inversible au sens de Jacobson, ou -inversible, s’il existe dit inverse de tel que

  1. et

  2. [Mc 65].

Si est alternative, les relations 1) et 2) de 1.32 se réduisent à 1). Les propriétés fondamentales sont données par les deux résultats suivants:

Théorème 1.33

(Jacobson) Soit une -algèbre de Jordan unitaire et soit un élément de Alors les propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. est -inversible dans

  2. L’opérateur est inversible dans

Dans ces conditions, l’inverse est unique et on a   [J 68].

Théorème 1.34

(Mc Crimmon) Soit une -algèbre de Jordan non commutative unitaire. Alors un élément est -inversible et possède pour inverse si et seulement si est l’inverse de dans l’algèbre de Jordan [Mc 65].

Remarque 1.35

Le Théorème 1.34 montre que l’inversibilité au sens de Jacobson dans une algèbre de Jordan non commutative unitaire est la même que dans l’algèbre de Jordan On notera l’inverse de par et l’ensemble des éléments -inversibles de par

Définition 1.36

Soit une -algèbre de Jordan non commutative unitaire. L’algèbre est dite de -division si Une telle algèbre est simple et il en est de même pour l’algèbre de Jordan

Théorème 1.37

(Théorème de Artin avec inverses) Dans une -algèbre alternative unitaire, deux éléments quelconques et leur inverse, s’il existe, engendrent une sous-algèbre associative ([Kai 77] p. 39).

Proposition 1.38

Soit une -algèbre de Jordan non commutative unitaire, alors tout élément linéairement inversible à gauche (resp. à droite) est -inversible, d’inverse linéairement inversible à droite (resp. à gauche) et on a    (resp. ) ([Kai 77] p. 31).

Corollaire 1.39

Soit une -algèbre alternative unitaire et soit Alors les deux propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. est -inversible.

  2. est linéairement inversible.

Preuve. L’implication 2) 1) découle de la Proposition 1.38. Soit maintenant et soit D’après le Théorème 1.37, i.e. De même Ceci montre l’implication 1) 2).

L’inversibilité linéaire à gauche coincide avec l’inversibilité au sens de Jacobson pour les algèbres alternatives (unitaires) 1.39 et entraîne cette dernière pour les algèbres de Jordan non commutatives (unitaires) 1.38. Cependant ces deux notions d’inversibilité ne sont pas équivalen tes pour les algèbres de Jordan non commutatives, et les contre-exemples existent en abondance ([Kai] p. 19), [Pete 81].

Définition 1.40

Soit une -algèbre de Jordan n.c. unitaire. Une sous-algèbre de qui contient l’élément unité de est dite pleine si  

Proposition 1.41

Tout élément d’une -algèbre de Jordan n.c. unitaire, est contenu dans une sous-algèbre associative, commutative et pleine ([Kai 77] p. 33).

Note 1.42

La plus petite sous-algèbre pleine de qui contient notée est appelée la sous-algèbre pleine engendrée par Evidemment contient

1.3 Algèbres quadratiques

Définitions et notations 1.43

.

  1. Une -algèbre unitaire est dite quadratique si sont linérement dépendants pour tout

  2. Il est bien connu qu’une -algèbre quadratique s’obtient à partir d’une -algèbre anti-commutative et d’une forme bilinéaire sur en munissant    de sa structure naturelle de -espace vectoriel et du produit

    On note, de la même manière, la forme bilinéaire

    qu’on appelle la forme bilinéaire associée à est appelée l’algèbre anti-commutative associée à ses éléments sont appelés vecteurs, ceux de scalaires. On note par

  3. L’algèbre (Exemple 1.14 2) est quadratique.

Remarques 1.44

.

  1. Une -algèbre quadratique et flexible, est de Jordan non commutative.

  2. Si est une -algèbre quadratique, sa symétrisation est de Jordan et quadratique associée à la forme bilinéaire symétrique

    dite symétrisation de

Définition 1.45

Une -algèbre quadratique est dite -simple, si l’algèbre de Jordan est simple. On dira également que est de division, si l’algèbre de Jordan est de division.

Proposition 1.46

(Kaidi). Soit une  lR-algèbre quadratique et soit    la forme quadratique associée à la symétrisation de Alors est de division si et seulement si est définie négative.

Preuve. ([Kai 77] p. 98).

Proposition 1.47

Soit une  lR-algèbre quadratique flexible -simple de dimension finie. Alors est de division linéaire si et seulement si est de division linéaire pour tout

Preuve. [A 48].

Remarque 1.48

L’algèbre réelle lH des quaternions de Hamilton est quadratique flexible -simple et de division. cepandant, sa symérisation n’est pas de division linéaire. Price ([Pr 51] p. 294) a montré que si est une -algèbre associative centrale de dimension finie impaire, alors l’algèbre de Jordan est de division linéaire.

Théorème 1.49

(Osborn). Soit une  -algèbre quadratique, avec la propriété que la sous-algèbre engendrée par un élément quelconque de soit un corps. Alors les propriétés suivantes sont équivalentes:

  1. est sans diviseurs de zéro.

  2. ne possède pas de sous-algèbres de dimension

  3. Pour deux vecteurs de linéairement indépendants, les vecteurs sont linéairement indépendants.

  4. Il n’existe pas de vecteurs de linéairement indépendants tels que   ou

Preuve. [Os 62].

Osborn [Os 62] a donné une classification pour toutes les algèbres quadratiques de division linéaire de dimension sur un corps commutatif de caractéristique en montrant le résultat suivant:

Théorème 1.50

(Osborn). Dans une -algèbre anti-commutative admissible pour la division de dimension il existe une base    telle que

(1.2)

Inversement, si les éléments de la base d’une algèbre anti-commutative satisfont à (1.2), alors est admissible pour la division si et seulement si la forme quadratique    est non dégénérée.

Preuve. [Os 62].

Osborn [Os 62] a distingué une classe importante d’algèbres. Nous donnons, pour cela, la définition suivante:

Définition 1.51

On dit qu’une -algèbre satisfait à la propriété d’Osborn si deux éléments quelconques de qui n’appartiennent pas à la même sous-algèbre de dimension engendrent une sous-algèbre de dimension [Os 62].

Algèbre cayleyenne 1.52

Une -algèbre unitaire est dite cayleyenne si elle est munie d’une involution multiplicative (ou anti-automorphisme involutif)    telle que   ([Bou 70] A III p. 15). L’involution est unique, appelée la conjugaison cayleyenne de On vérifie facilement que est quadratique i.e. et que est définie par    

Définitions 1.53

Soit une -algèbre quadratique munie d’une forme bilinéaire symétrique et soit On dit que

  1. est isométrique, par rapport à si pour tous

  2. est anti-symétrique, par rapport à si pour tous

  3. est une forme trace sur si pour tous

Lemme 1.54

(Osborn). Soit une -algèbre quadratique. Alors

  1. est cayleyenne si et seulement si est symétrique.

  2. est flexible si et seulement si est symétrique et l’une des trois propriétés équivalentes suivantes a lieu:

    1. est une forme trace sur

    2. est une forme trace sur

    3. pour tout

Remarque 1.55

L’algèbre est cayleyenne.

Note 1.56

Si est une -algèbre cayleyenne, on dira que deux éléments sont orthogonaux si   et on notera    le sous-espace vectoriel de orthogonal à une partie de On a évidemment  

Remarques 1.57

Si est une -algèbre cayleyenne, alors

  1. La conjugaison cayleyenne    est isométrique par rapport à la forme bilinéaire symétrique

  2. Pour tous on a   Si, de plus, est flexible, les identité suivantes ont lieu pour tous et pour tout

  3. Pour tout l’application      est un isomorphisme d’algèbres.

Procédé de Cayley-Dickson 1.58

Soit une -algèbre cayleyenne et soit avec On appelle extension cayleyenne de d’indice l’algèbre cayleyenne notée    ayant pour espace vectoriel sous-jacent    muni de produit

et de la conjugaison cayleyenne