arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Cohomologie de Chevalley des graphes ascendants

Walid Aloulou, Didier Arnal et Ridha Chatbouri Département de Mathématiques, Institut Préparatoire aux Etudes d’Ingénieurs de Sfax, Route Menzel Chaker Km 0.5, Sfax, 3018, Tunisie Walid.A Institut de Mathématiques de Bourgogne
UMR CNRS 5584
Université de Bourgogne
U.F.R. Sciences et Techniques B.P. 47870
F-21078 Dijon Cedex
France
Didier.A Département de Mathématiques
Unité de Recherche Physique Mathématique
Faculté des Sciences de Monastir
Avenue de l’environnement
5019 Monastir
Tunisie
Ridha.C
Abstract.

The space of all tensor fields on , equipped with the Schouten bracket is a Lie algebra. The subspace of ascending tensors is a Lie subalgebra of .

In this paper, we compute the cohomology of the adjoint representations of this algebra (in itself and ), when we restrict ourselves to cochains defined by aerial Kontsevitch’s graphs like in our previous work (Pacific J of Math, vol 229, no 2, (2007) 257-292). As in the vectorial graphs case, the cohomology is freely generated by all the products of odd wheels.

Key words and phrases:
Graphes de Kontsevich, Cohomologie de Chevalley
2000 Mathematics Subject Classification:
17B56, 53D50, 05C90
Ce travail a été effectué dans le cadre des accords CMCU (programmes Hubert Curien Utique) 06/S 1502 et 09/G 1502.
D. Arnal remercie la Faculté des Sciences de Monastir, W. Aloulou et R. Chatbouri remercient l’Institut de Mathématiques de Bourgogne pour leurs chaleureuses hospitalités.

Résumé.  L’espace des tenseurs ascendants est une sous algèbre de Lie de l’algèbre de Lie (graduée) des champs de tenseurs sur muni du crochet de Schouten.

Dans cet article, on calcule la cohomologie des représentations adjointes de cette sous algèbre de Lie, en se restreignant à des cochaînes définies par des graphes de Kontsevich aériens comme dans [AAC1] et [AAC2]. On retrouve un résultat analogue à celui de la cohomologie des graphes vectoriels et lin aires: elle est librement engendr e par des produits de roues de longueurs impaires.


1. Introduction

Notons l’espace des tenseurs contravariants complètement antisymétriques sur . Cet espace, muni du crochet de Schouten et de la graduation , si est un -tenseur, est une algèbre de Lie graduée.

Un probl me naturel est le calcul de la cohomologie de Chevalley de l’action adjointe de cette alg bre de Lie.

Pour aborder cette question, on se restreint des cochaînes définies à partir des graphes de Kontsevich aériens . En effet, il semble probable qu’on d finisse ainsi la partie la plus fondamentale de la cohomologie cherch e.

Même ainsi pos e, la question reste tr s difficile. En particulier, la cohomologie de l’action adjointe de la sous alg bre des tenseurs homog nes, de la forme

o les fonctions sont des polynômes homogènes de degré sur , est non triviale.

D’un autre côt , nous avons dans [AAC1] et [AAC2] calcul la cohomologie des alg bres de Lie des champs de vecteurs et des tenseurs lin aires.

Cet article est un premier pas vers la localisation de la cohomologie de sa restriction aux tenseurs homog nes.

Pour celà, on d finit une sous-algèbre de Lie intéressante de , c’est celle des tenseurs ascendants: un -tenseur est dit ascendant ou de type , avec si:

o toute fonction est un polynôme homogène de degré sur tel que

Muni du crochet de Schouten, l’espace des tenseurs ascendants sur not est une sous algèbre de Lie graduée de qui contient .

Comme dans [AAC1] et [AAC2], on veut déterminer la cohomologie de Chevalley de l’action adjointe de cette sous algèbre dans , en se restreignant à des cochaînes définies à partir des graphes de Kontsevich aériens . La restriction aux tenseurs ascendants correspond à l’utilisation de graphes pour lesquels chaque sommet est de type not , c’est dire, tel qu’exactement fl ches sortent de et fl ches aboutissent sur avec

On appellera de tels graphes des graphes ascendants. La cohomologie se traduit, alors, par un opérateur de cobord défini directement sur l’espace des graphes aériens ascendants. On calcule ici la cohomologie de cet opérateur .

La situation est donc similaire à celle des graphes vectoriels et lin aires aériens étudiés dans [AAC1] et [AAC2]. Rappelons que pour construire la cochaîne dans le cas des graphes ascendants, on doit ajouter au graphe aérien autant de jambes que de pieds, suivant la méthode de [AGM], et ceci pour n’importe quel nombre de pieds. On obtient ainsi pour chaque graphe aérien ascendant une suite infinie de graphes non aériens.

On calcule la cohomologie par les méthodes de [AAC1] et [AAC2]: après la définition de l’ordre et du symbole d’une combinaison linéaire symétrique de graphes aériens ascendants, on définit une homotopie qui permet de ramener, modulo des cobords, chaque cocycle à un graphe aérien form par des sommets simples, c’est dire des sommets de type avec . Autrement dit, chaque sommet re oit et fait sortir au plus une fl che. La cohomologie de coïncide alors avec celle calculée dans [AAC1] et [AAC2]: elle est librement engendrée par des produits de roues

de longueur impaires et strictement croissantes tels que .

On en déduit que la cohomologie de Chevalley de l’action adjointe des tenseurs ascendants dans est donnée par des cochaînes est une combinaison de roues impaires de longueur strictement plus petite que .

2. Notations et définitions

On considère l’algèbre de Lie graduée des champs de tenseurs contravariants complètement antisymétriques sur . Cette algèbre est graduée par (où , si est un -tenseur) et son crochet est celui de Schouten qui s’écrit:

où les et les sont des champs de vecteurs sur .

Prenons deux tenseurs et , on définit l’opérateur par

Avec cet opérateur, on peut définir le crochet de Schouten en posant simplement

est une algèbre de Lie graduée: le crochet de Schouten est antisymétrique et il est de degré .

Soient , un -tenseur est dit de type si et seulement si

o chaque fonction est un polynôme homogène sur de degré tel que

Un tenseur de type est dit aussi un tenseur ascendant.

Muni du crochet de Schouten, l’espace des tenseurs ascendants est une sous algèbre de Lie graduée de .

Cependant, on peut voir chaque application -linéaire antisymétrique comme une application -linéaire symétrique si on change la graduation. Posons et , le crochet de Schouten se transforme en une op ration qui est -sym trique. Dans ce cas, l’op rateur de cohomologie de Chevalley s’ crit: (voir par exemple [AAC1])

Proposition 2.1.

(Cohomologie symétrisée)

Une application -linéaire -symétrique est une -cochaîne, son cobord est donné par

o est la signature de la permutation gradu e et plus pr cisement, le signe sur la transposition est: .

3. Graphes aériens et cochaînes

Les cochaînes étudiées dans cet article sont construites à partir de graphes comme dans [K] et [AGM]. Pour des tenseurs de type , on considère la classe restreinte des graphes qui sont de type . D finissons la construction dans ce cas.

Un graphe de type est un graphe aérien de Kontsevich, défini par la donnée de sommets numérotés et d’arêtes qui sont des flèches telles que chaque sommet est de type , c’est à dire, exactement flèches sortent de et flèches aboutissent sur avec .

On appelle la collection des arêtes partant d’un sommet , rangées dans un ordre donné ( peut être vide). Le graphe est donc une liste de listes de flèches:

Pour construire la cochaîne, on ajoute des “pieds” (sommets terrestres) et des “jambes” (fl ches aboutissant des pieds) à . Soit , on se donne nouveaux sommets (pieds) notés et nouvelles flèches (jambes) notées . On définit le graphe non aérien compatible avec la numérotation de ses sommets, c’est à dire tel que les premières flèches partent du sommet 1, les suivantes du sommet 2, etc…

Notons des points de . Si la flèche de est à la place dans la liste , on notera l’indice . On notera donc pour et pour .

Pour tout sommet de , la collection sera la suite des flèches issues de , si est un -tenseur, on notera sa composante:

De même, on note la suite des flèches arrivant sur ( peut être vide). On d finit pour chaque , l’opérateur ( c’est l’opérateur identité si aucune flèche n’arrive sur ).

Chaque graphe non aérien permet de définir une application qui, pour toute famille de tenseurs contravariants totalement antisymétriques et d’ordres respectifs sur , associe un opérateur -différentiel défini par

Exemple:

On prend l’exemple du graphe ci-dessous

Le graphe est orienté par l’ordre suivant:

Alors, pour tous tenseurs et d’ordre respectif et , l’opérateur bidifférentiel s’écrit:

Remarque 3.1.

La définition de l’opérateur dépend du choix de la liste compatible

.

Changer cette liste par une permutation sur l’ordre des flèches faisant passer de la liste à la liste , revient à multiplier par le signe .

La définition de l’opérateur est étendu aux graphes non compatibles en posant

On consid re un graphe a rien de type . Si on ajoute les jambes à la fin de la liste , on obtient alors une liste

On note la signature de la permutation passant de la liste à la liste .

La cochaîne définie par est une série formelle:

avec la convention que si .

Les cochaînes considérées ici sont des combinaisons linéaires à coefficients constants:

de cochaînes associées à des graphes de type . Comme les tenseurs sont antisymétriques, on se restreindra à des combinaisons telles que pour toute permutation sur l’ordre de l’une quelconque des suites .

Comme on ne considére que des cochaînes symétriques (pour ), on se restreint à des cohaînes telles que pour n’importe quelle permutation de deux sommets et de , on a  , si est le graphe ascendant:

Alors, d’après [AGM], on a

Si est une combinaison linéaire symétrique de graphes ascendants et la cochaîne , alors, cette condition garantit que le terme correspondant à dans la série est -symétrique. Grâce au signe , tous les autres termes le sont aussi.

Exemple:

Prenons pour la “roue de longueur 3”:

Alors si sont des tenseurs d’ordre ,

Cette cochaîne n’est pas symétrique, sa symétrisation est:

est le graphe aérien:

est donc la cochaîne associée à la combinaison symétrique de graphes linéaires .

4. L’opérateur de cobord sur les graphes de type

Dans ce paragraphe, nous définissons directement sur les combinaisons linéaires symétriques de graphes de type , un opérateur de cobord noté correspondant à l’opérateur de cobord pour les cochaînes symétriques définies par . Dans [AGM], il est montré qu’un tel opérateur défini sur les graphes existe et vérifie . Dans le cas des graphes ascendants, son expression peut être simplifiée.

Soit un graphe de type ayant sommets .

Chaque sommet de est de type .

On fixe un indice tel que . On renumérote les sommets de en . On garde le graphe avec son orientation, c’est à dire qu’on obtient un graphe qui a les mêmes flèches que mais leur nom a changé conformément au nouveau nom des sommets. L’ordre des flèches est inchangé.

Chaque sommet de est de type si et si .

On fixe un autre indice et une partie de dans ce graphe . On construit les graphes et non compatibles de sommets ainsi:

avec , et est la position de la flèche dans . On impose que soit de type et que soit de type . On a .

De même

avec , et est la position de la flèche dans . On impose que soit de type et que soit de type . On a .

Ces graphes sont définis pour tout et .

Définition 4.1.

(L’éclatement du sommet )

Soit un graphe ayant sommets . On fixe deux indices et tels que . On renumérote les sommets de en . On obtient un graphe défini comme précédemment. L’éclatement du sommet de est la collection des graphes et , pour tout , et .

On dit que le graphe (resp. ) se contracte proprement en à si et seulement si

ou

(resp.

ou

On notera la famille de graphes vérifiant cette propriété:

Proposition 4.2.

(L’opérateur sur les graphes de type )

Soit une combinaison linéaire symétrique de graphes de type ayant sommets . Alors

Pour tout sommet , posons et . Les signes sont:

et

Preuve

La cohomologie de Chevalley est donnée par: