Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

Éléments de distorsion du groupe des difféomorphismes isotopes à l’identité d’une variété compacte

E. Militon
23 janvier 2021
Résumé

Dans cet article, on montre que, dans le groupe des difféomorphismes isotopes à l’identité d’une variété compacte , tout élément récurrent est de distorsion. Pour ce faire, on généralise une méthode de démonstration utilisée par Avila pour le cas de . La méthode nous permet de retrouver un résultat de Calegari et Freedman selon lequel tout homéomorphisme de la sphère isotope à l’identité est un élément de distorsion.

1 Énoncé des résultats

L’étude des éléments de distorsion des groupes de difféomorphismes ou d’homéomorphismes non-conservatifs d’une variété trouve son origine dans une question de Franks et Handel (voir [6] et [5]) : une rotation du cercle est-elle distordue dans le groupe des homéomorphismes du cercle ou des difféomorphismes du cercle ? Qu’en est-il si l’on remplace le cercle par la sphère de dimension 2 ?

La réponse à ces questions est fournie par Calegari et Freedman dans [4] : une rotation du cercle est distordue dans le groupe des difféomorphismes de classe du cercle. Cependant, les auteurs précisent ne pas savoir s’il en est de même en régularité . Dans le même article, ils prouvent qu’une rotation de la sphère est distordue dans le groupe des difféomorphismes de classe de la sphère. Enfin, en ce qui concerne la régularité , Calegari et Freedman ont prouvé un résultat très général : en toute dimension , un homéomorphisme de la sphère est distordu.

Dans un article ultérieur, Avila a montré que, dans le groupe des difféomorphismes du cercle de classe , tout élément récurrent est distordu. Nous généralisons dans cet article le résultat d’Avila à toute variété.

2 Résultats

Avant toute chose, commençons par introduire des définitions et des notations qui nous seront utiles par la suite.

Définition 1

Soit un groupe. Pour une partie finie de , si un élément de est dans le groupe engendré par , on note :

Un élément de est dit distordu (ou de distorsion) s’il existe une partie finie de telle que appartient au groupe engendré par et :

On remarque que, comme la suite est sous-additive, il suffit de montrer que :

pour obtenir que l’élément est distordu.

Etant donnée une variété différentiable , on note :

  • l’ensemble des homéomorphismes à support compact dans isotopes à l’identité par une isotopie à support compact;

  • pour un élément de , l’ensemble des difféomorphismes de de classe isotopes à l’identité par une isotopie à support compact (en particulier, ).

Le support d’un homéomorphisme de est ici défini par :


Si et sont deux éléments de , on note une distance qui définit la topologie de .

Définition 2

On dit qu’un difféomorphisme de est récurrent si et seulement si :

L’objet de la présente note est de démontrer les théorèmes suivants. Ce premier théorème généralise le résultat d’Avila pour les difféomorphismes du cercle (voir [1]).

Théorème 1

Si est une variété compacte, tout élément récurrent de
est distordu.

Comme dans [1], la méthode employée permet de démontrer que toute suite d’éléments récurrents de est simultanément distordue, au sens où l’on peut trouver un ensemble fini tel que :

La méthode employée par [1] permet de donner une nouvelle démonstration du résultat de Calegari et Freedman (voir [4]).

Théorème 2

(Calegari-Freedman) Tout élément de est distordu.

Là encore, on pourrait montrer que toute suite d’éléments de est simultanément distordue.

3 Démonstration des théorèmes

La démonstration des théorèmes 1 et 2 repose sur une généralisation des résultats de [1] à toute variété. La démarche et les notations sont similaires à celles présentées dans [1] mais la généralisation de la méthode aux dimensions supérieures nécessite de manière cruciale des résultats de perfection locale qui proviennent de [8]. On ne démontrera le théorème 1 que dans le cas d’une variété de dimension supérieure ou égale à 2. Le cas de la dimension 1 est traité dans [1].
Les théorèmes vont découler des lemmes suivants.

Lemme 1

Soit une variété compacte de dimension supérieure ou égale à .
Il existe des suites et de réels strictement positifs telles que, toute suite d’éléments de telle que :

vérifie la propriété suivante : il existe un ensemble fini tel que, pour tout entier ,

  • le difféomorphisme appartient au sous-groupe engendré par .

  • on a l’inégalité : .

Lemme 2

Soit un entier naturel.
Il existe une suite de réels positifs telle que, pour toute suite d’éléments de , il existe un ensemble fini tel que, pour tout entier n :

  • l’homéomorphisme appartient au groupe engendré par .

  • on a l’inégalité : .

Admettons pour l’instant ces lemmes, qui seront démontrés dans la section suivante, et démontrons les théorèmes.

Démonstration des théorèmes. Soit un élément récurrent de . Considérons une application strictement croissante telle que :

où les suites et sont données par le lemme 1. Ce même lemme appliqué à la suite nous donne l’existence d’un ensemble fini qui montre que est distordu. Le théorème 2 se montre de la même manière, en utilisant le lemme 2.   

4 Démonstration des lemmes 1 et 2

Pour mener à bien la démonstration de ces lemmes, nous aurons besoin des lemmes suivants, qui seront démontrés dans la section suivante et portent sur les difféomorphismes de . Les lemmes 3 et 4 sont des analogues des lemmes 1 et 2 dans le cas des commutateurs de difféomorphismes de . Notons la boule ouverte de centre et de rayon . Si et sont des difféomorphismes de , on note le difféomorphisme .

Lemme 3

Soient un entier naturel et un élément de .
Il existe des suites et de réels strictement positifs vérifiant la propriété suivante. Soient et des suites d’éléments de à support inclus dans la boule telles que :

Alors il existe un ensemble fini inclus dans tel que pour tout entier , le difféomorphisme appartient au groupe engendré par et .

Dans le cas particulier où , on a un lemme un peu plus fort.

Lemme 4

Il existe une suite de réels strictement positifs telle que, pour toute suite d’éléments de à support dans , il existe un ensemble fini inclus dans tel que, pour tout entier , l’homéomorphisme appartient au groupe engendré par et .


Démonstration du lemme 1. On note la dimension de (). On considère un recouvrement ouvert de constitué d’ouverts difféomorphes à dont l’adhérence est incluse dans un ouvert de carte de . Pour tout entier entre et , on choisit une carte de définie sur un voisinage de l’adhérence de qui vérifie :

Notons une bijection de sur .

On va maintenant construire la suite recherchée à l’aide de la suite donnée par le lemme 3 dans le cas .
D’après le lemme de perfection lisse (voir appendice), pour tout entier naturel , on peut choisir suffisamment petit de sorte que, si un difféomorphisme de vérifie , alors il existe deux familles et d’éléments de , où et sont supportés dans l’ouvert telles que :

Donnons-nous une suite d’éléments de qui vérifie :

La définition des nous donne deux familles et associées à . On pose alors :

et on applique le lemme 3 aux suites et obtenues, ce qui achève la démonstration du lemme 1 en posant :

 


Démonstration du lemme 2. On utilise le lemme suivant qui découle d’un résultat très profond dû à Kirby, Siebenmann et Quinn pour le cas de la dimension supérieure ou égale à (voir [4] lemme 6.10, [10] et [11]) :

Lemme 5

On considère deux disques fermés inclus dans dont les intérieurs recouvrent . Alors tout homéomorphisme isotope à l’identité s’écrit comme produit de six éléments de qui sont chacun à support inclus dans l’un de ces disques.

En utilisant ce résultat, la même méthode que précédemment, conjuguée au lemme 4, donne le lemme 2.   

5 Démonstration des lemmes 3 et 4

Là encore, elle suit la même méthode que celle présentée dans [1].


Démonstration du lemme 3.. On note un élément de qui vérifie :

avec .
Soit un élément de à support inclus dans qui vérifie :

appartient à et est de norme strictement inférieure à .
Soit un élément de à support inclus dans qui vérifie :

  • la suite est constituée d’éléments deux à deux distincts.

  • la suite converge vers .

Considérons une suite d’entiers croissant suffisamment vite pour que :

  • .

  • le diamètre de converge vers 0.

On note , et .
On considère pour chaque entier un ouvert qui vérifie :

  • .

  • .

On considère aussi une suite d’entiers de sorte que :

et on note .

Donnons-nous des suites et d’éléments de à support dans et choisissons la suite tendant suffisamment vite vers de sorte que, si et pour tout entier , alors les applications définies par :

sont de classe en (et ce sont alors des -difféomorphismes de à support inclus dans isotopes à l’identité).

Remarquons que

est à support dans , vaut sur et sur . On peut faire une remarque analogue pour les applications et . On a alors :

Ainsi :

En prenant , on obtient le résultat escompté.   


Démonstration du lemme 4. Remarquons que, dans la démonstration précédente, l’apparition de la suite est liée à un défaut de régularité de et de . En régularité , ce problème n’apparait pas, ce qui démontre le lemme 4 dans le cas où la suite est constituée de commutateurs. Il suffit ensuite de démontrer le lemme suivant.   


Lemme 6

Tout homéomorphisme de à support compact isotope à l’identité s’écrit comme un commutateur dans .

Démonstration (tirée de [3], démonstration du théorème 1.1.3). On note un homéomorphisme de de restriction à définie par :

Pour tout entier naturel , on note :

Soit , un élément de . Comme tout élément de est conjugué à un élément à support inclus dans l’intérieur de , on peut supposer à support inclus dans l’intérieur de . On définit alors par :

  • en dehors de .

  • pour tout entier naturel , .

  • .

Alors :

 

Annexe A Appendice : perfection locale de

L’objet de cet appendice est de démontrer le résultat suivant qui a été utilisé au cours de la démonstration du lemme 1 :

Théorème 3

Soit , une variété compacte connexe de dimension . Fixons un recouvrement ouvert de constitué d’ouverts d’adhérences difféomorphes à la boule unité de . Alors, pour tout voisinage de l’identité dans , il existe un voisinage de l’identité dans tel que, pour tout difféomorphisme de , il existe des familles de difféomorphismes et dans tels que :

et les difféomorphismes et sont à support dans .

Cette démonstration est une réalisation élémentaire de l’idée de Stefan Haller et Josef Teichmann de décomposer un difféomorphisme en produit de difféomorphismes préservant certains feuilletages (voir [8]). Elle repose de manière essentielle sur le théorème KAM d’Herman sur les difféomorphismes du cercle. On remarque que cette propriété démontre la perfection de et donc la simplicité de ce groupe. C’est donc une alternative à la preuve de Thurston et Mather (voir [3] ou [2]). La démonstration donne aussi la perfection locale (et donc la perfection) de pour supérieur ou égal à 2 mais ne permet pas de conclure dans le cas .

D’après le lemme de fragmentation (voir [8] proposition 1 ou [3] théorème 2.2.1 pour une démonstration), pour tout réel , il existe tel que, pour tout élément de , si , alors il existe une famille d’éléments de telle que :

Il reste à effectuer la construction suivante. On se donne , , deux ouverts de , où est un cube d’adhérence incluse dans , et un voisinage de l’identité dans . Nous allons montrer l’existence d’un voisinage de l’identité dans tel que, pour tout difféomorphisme de , il existe des difféomorphismes dans tels que :

Pour montrer cette dernière propriété, la stratégie sera la suivante : on va commencer par décomposer un difféomorphisme proche de l’identité en tant que produit de difféomorphismes qui préservent chacun les feuilles d’un feuilletage en droites. Chacun de ces feuilletages en droites de va être considéré comme une partie d’un feuilletage en cercles d’un anneau inclus dans . Il suffira ensuite d’appliquer (soigneusement) le théorème d’Herman sur les difféomorphismes du cercle pour conclure que chacun des difféomorphismes apparaissant dans la décomposition de s’écrit comme produit de deux commutateurs constitués d’éléments qui peuvent être choisis aussi proche que l’on veut de l’identité tant que est suffisamment proche de l’identité.

Détaillons maintenant les arguments ci-dessus. Pour un entier entre et , on note le feuilletage constitué de l’ensemble des droites parallèles au k-ième axe de coordonnées. On note l’ensemble des difféomorphismes de à support compact et compactement isotopes à l’identité qui préservent les feuilles du feuilletage . Construisons par récurrence sur une application définie et continue sur un voisinage de l’identité telle que et telle que, pour un difféomorphisme suffisamment proche de l’identité :

désigne la projection sur les premières coordonnées. Supposons construites. Posons, pour un difféomorphisme de proche de l’identité et pour dans :

On définit alors par :

pour suffisamment proche de l’identité, ce qui conclut la récurrence. Les applications ainsi construites sont , valent l’identité en l’identité et vérifient :

Fixons un entier . On considère comme prévu un plongement :

qui envoie sur et le feuilletage constitué des droites parallèles au k-ième axe de coordonnées de sur le feuilletage constitué des droites parallèles au k-ième axe de coordonnées de . Le difféomorphisme est alors identifiable à une famille (à paramètres) de difféomorphismes du cercle. On écrit pour des éléments de :

est une application continue qui vérifie :

lorsque .

Il reste à écrire en tant que produit de commutateurs d’éléments de proches de l’identité qui dépendent de manière de et de , dont les dérivées par rapport à et à sont petites et qui valent l’identité lorsque .

Le lemme suivant est dû à Haller et Teichmann (voir [9], exemple 3) :

Lemme 7

Pour tout voisinage W’ l’identité dans , il existe un voisinage de l’identité dans , des difféomorphismes , et de et des applications

de classe , qui valent l’identité en l’identité, et vérifient, pour tout de :

Remarque.

La démonstration de ce résultat repose sur le théorème d’Hermann pour les difféomorphismes du cercle. De plus, on peut supposer que , , sont des éléments de .

Fin de la démonstration du théorème.

Notons une application à support dans qui vaut sur un voisinage de . On choisit alors un voisinage de l’identité dans de sorte que, pour tout difféomorphisme de , si l’on note l’application définie par :

alors est un difféomorphisme de à support compact et appartient au voisinage de l’identité dans .

Lorsque est suffisamment proche de l’identité, appartient, pour tous et , au voisinage de l’identité donné par le lemme précédent. On obtient alors que, pour :

puis que

En effet, sur , on a , et , et, hors de , les deux membres de l’égalité valent l’identité. Ainsi, le difféomorphisme s’écrit comme produit de 3 commutateurs d’éléments de , lorsque est suffisamment proche de l’identité. Un difféomorphisme proche de l’identité s’écrit alors comme produit de commutateurs d’éléments de , ce qui démontre le théorème.

Références

  • [1] A. Avila. Distortion elements in .
    Disponible sur arXiv:0808.2334.
  • [2] A. Banyaga. The structure of classical diffeomorphism groups. Mathematic and its Applications. Kluwer Academic Publishers Group, Dordrecht (1997).
  • [3] A. Bounemoura. Simplicité des groupes de transformations de surface. Ensaios Matematicos vol. 14 (2008). 1-143.
  • [4] D. Calegari; M.H. Freedman. Distortion in transformation groups. With an appendix by Yves Du Cornulier. Geom. Top. 16 (2006). pp.267-293.
  • [5] J. Franks. Distortion in groups of circle and surface diffeomorphisms. Dynamique des difféomorphismes conservatifs des surfaces : un point de vue topologique. Panor. Synthèses, 21, SMF, Paris, 2006. pp. 35-52.
  • [6] J. Franks; M. Handel. Distortion elements in group actions on surfaces. Duke Math. J. 131 (2006), no 3, pp. 441-468.
  • [7] E. Ghys. Groups acting on the circle. L’Enseignement Mathématique vol.47 (2001). pp. 329-407.
  • [8] S. Haller; J. Teichmann. Smooth perfectness for the group of diffeomorphisms. Disponible sur arXiv:math/0409605.
  • [9] S. Haller; J. Teichmann. Smooth perfectness through decomposition of diffeomorphisms into fiber preserving ones. Ann. Global Anal. Geom. 23(2003), pp. 53-63.
  • [10] R.C. Kirby. Stable homeomorphisms and the annulus conjecture. Ann. of Math., 2nd Ser., 89 (3) (1969), pp.575-582.
  • [11] F. Quinn. Ends of maps III : Dimensions 4 and 5. J. Differential Geom. 17 (1982). pp. 503-521.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].