Degrés d’homogénéité de l’ensemble des intersections complètes singulières

Olivier BENOIST

1 Introduction

On travaille sur un corps de base , qui sera souvent sous-entendu. Par exemple, .

Une formule classique de Boole montre que, si est de caractéristique , l’ensemble des hypersurfaces singulières de degré dans est un diviseur de degré dans l’espace projectif de toutes les hypersurfaces. On obtient ici des formules analogues pour des intersections complètes de codimension et de degrés quelconques dans , en toute caractéristique.

1.1 Énoncé du théorème principal

On fixe et des entiers. On notera . On va s’intéresser aux intersections complètes de codimension dans , solutions d’équations homogènes de degrés : on notera leur dimension.

Pour cela, on considère . Les éléments de sont la donnée de polynômes homogènes de degrés en variables . Soit le fermé de constitué des tels que ne soit pas lisse de codimension dans . On le munit de sa structure réduite. Par le lemme 3.2, la variété est irréductible. Notons une de ses équations (par convention, si ). On appellera le lieu discriminant et le discriminant.

Remarque 1.1.

Les lemmes 4.4 et 4.6, au vu du corollaire 3.3, montreront que exactement quand et .

Le discriminant est visiblement homogène en les coefficients de chacune des équations . Le but de ce texte est de calculer ces degrés d’homogénéité partiels. Soyons plus précis.

Plusieurs transformations de laissent invariant. C’est le cas des actions et de et de décrites ci-dessous :

(1)

Les actions duales induites sur préservent la droite . Ces actions sur se font via un caractère du groupe. Il existe donc des entiers , et tels que

(2)

Par exemple, est le degré total du polynôme homogène . Les autres nombres s’interprètent comme des degrés d’homogénéité partiels. Les identités et montrent qu’ils sont liés par les relations :

(3)
(4)

Le résultat principal de ce texte est le suivant :

Théorème 1.2.

On a les égalités suivantes :

(5)
(6)

si n’est pas de caractéristique ou si est impair, et si est de caractéristique et est pair.

Remarque 1.3.

Il faut interpréter cet énoncé, comme tous les énoncés similaires de ce texte, de la manière suivante : le terme de gauche est une fonction polynômiale en les dont le polynôme est donné par le terme de droite. Que le terme de droite soit un polynôme en les est conséquence du lemme 3.6 .

Remarque 1.4.

Dans l’égalité (5), il faut interpréter comme une notation pour le polynôme .

Remarque 1.5.

Par (3), on peut également calculer . Cependant, on ne peut simplifier avantageusement l’expression obtenue. Même pour , l’exemple 1.10 montre que la formule pour est nettement moins élégante que celles pour , et .

On déduira de ce théorème le résultat qui suit :

Théorème 1.6.

Soit , de sorte qu’on peut considérer le discriminant comme un polynôme irréductible à coefficients entiers. Soit un nombre premier. Alors la réduction modulo de est irréductible si ou si est impair. C’est le carré d’un polynôme irréductible si et est pair.

1.2 Quelques exemples

On commence par illustrer le théorème 1.2. On suppose pour simplifier que . Par exemple, on peut prendre de caractéristique différente de .

Exemple 1.7.

Quand , est l’ensemble des équations d’hypersurfaces singulières de degré dans : est donc le discriminant usuel. Les formules (5) et (6) montrent qu’on a alors :

On retrouve la formule classique de Boole, qu’on pourra par exemple trouver dans [3] Chap.1, 4.15 et Chap.9, 2.10a.

Exemple 1.8.

Quand , est l’ensemble des -uplets d’équations homogènes admettant une solution commune dans : est donc le résultant usuel.

Pour évaluer la formule (5) dans ce cas, on peut remarquer que la quantité est un polynôme de degré en les , c’est-à-dire une constante. Pour la calculer, on peut faire par exemple , de sorte que . L’expression obtenue s’évalue facilement à l’aide de la formule du binôme. Tous calculs faits, cette constante vaut , et on obtient :

Là encore, ces formules sont classiques. On peut les trouver dans [3] Chap.13, 1.1.

Exemple 1.9.

Quand , est l’ensemble des systèmes linéaires de degré et de dimension dont le lieu de base est singulier.

Dans ce cas particulier également, les formules générales se simplifient nettement. Comme, par symétrie, tous les sont égaux, il suffit par (4) et (3) de calculer . Dans l’expression (6), est un polynôme homogène de degré en les . Par conséquent, est une constante à calculer. On évalue cette constante en faisant dans le polynôme , en calculant cette quantité à l’aide de la formule du binôme, puis en faisant tendre vers . Tous calculs faits,

Ces formules auraient aussi pu être obtenues à l’aide de résultats de [3], par exemple de Chap.13, 2.5.

Supposons de plus et . Les degrés s’annulent : cela correspond aux cas où est de codimension dans (voir la remarque 1.1).

Supposons enfin et , le polynôme est le déterminant usuel d’une matrice de taille ; on retrouve son degré total .

Exemple 1.10.

Spécialisons maintenant les formules (5) et (6) au cas d’intersections complètes de codimension , c’est-à-dire . Il vient :

Illustrons enfin le théorème 1.6 en explicitant un cas particulier classique :

Exemple 1.11.

Quand et , est le discriminant usuel d’un polynôme en une variable, vu comme un polynôme homogène en deux variables. Sa description classique en fonction des racines de ce polynôme (voir par exemple [7] 1.3.2) montre que ce polynôme est irréductible en caractéristique différente de , et le carré d’un polynôme irréductible en caractéristique . Comme est pair, c’est ce que prédit le théorème 1.6.

Signalons le cas particulier bien connu où . Le discriminant du polynôme est . C’est toujours irréductible, sauf en caractéristique , étant visiblement un carré.

1.3 Stratégie de la démonstration

Dans la preuve du théorème 1.2, on peut, quitte à le remplacer par une clôture algébrique, choisir algébriquement clos. On commence de plus par supposer de caractéristique .

La proposition 3.1 permet d’interpréter comme la variété duale d’une variété torique lisse convenable. Dans leur livre [3], Gelfand, Kapranov et Zelevinsky ont étudié ces variétés ; ils obtiennent notamment une formule combinatoire permettant de calculer le degré de la variété duale d’une variété torique lisse ([3] Chap.9, 2.8).

Dans la deuxième partie de ce texte, on généralise cet énoncé pour obtenir une formule analogue calculant des degrés d’homogénéité partiels : c’est l’objet du théorème 2.3. On utilise de manière cruciale les résultats de [3].

Dans la troisième partie de ce texte, on démontre le théorème 1.2 en caractéristique en évaluant cette formule dans notre cas particulier. Les calculs sont menés dans les propositions 3.9 et 3.10.

Finalement, on explique dans la quatrième partie les modifications à apporter à la preuve du théorème 1.2 pour qu’elle fonctionne en toute caractéristique.

Le seul obstacle que l’on rencontre sont les spécificités de la théorie de la dualité projective en caractéristique finie, qui ont été étudiées tout d’abord par Wallace [8], et au sujet desquelles on pourra consulter le survey [4] de Kleiman. Elles ont pour conséquence que le résultat de [3] que nous utilisons a besoin d’être légèrement modifié pour valoir en caractéristique finie. Cette modification effectuée, la preuve est identique.

Il convient de remarquer que si ces arguments supplémentaires sont indispensables en toute caractéristique finie, le théorème 1.2 ne voit son énoncé modifié qu’en caractéristique .

Enfin, le théorème 1.6 se déduit aisément du théorème 1.2.

2 Duale d’une variété torique

Dans cette partie, est supposé algébriquement clos de caractéristique .

L’objectif est de montrer le théorème 2.3. Étant donnée une variété torique projective lisse, on calcule combinatoirement l’action du tore sur l’équation de sa variété duale.

2.1 Notations

On commence par fixer des notations.

Soit une suite exacte courte de tores, étant de dimension et de dimension . Soit la suite exacte courte de leurs groupes de caractères. On notera : c’est un espace principal homogène sous .

Soit un sous-ensemble fini engendrant comme espace affine. On notera la variété torique affine de tore associée. C’est, par définition, l’adhérence des , . La variété est un cône ; on peut considérer son projectivisé qui est une variété torique projective de tore . Le polytope correspondant est l’enveloppe convexe de dans .

Notons la variété duale de munie de sa structure réduite et son cône affine. On note une équation homogène de (par convention, si est défective, c’est-à-dire si ). Le tore agit sur en préservant . Par conséquent, l’action duale de sur préserve . L’action induite de sur préserve donc la droite ; cette action se fait via un caractère de que l’on notera : . Ainsi, on a :

(7)

En spécialisant cette identité à des sous-groupes à un paramètre convenables, on peut calculer les degrés d’homogénéité partiels de . Par exemple, en spécialisant au sous-groupe à un paramètre correspondant au cocaractère , il vient pour tout , soit

2.2 Équation de la duale

Le théorème [3] Chap. 9, 2.8 dû à Gelfand, Kapranov et Zelevinsky permet de calculer en fonction du polytope si est lisse. Nous allons généraliser cet énoncé en obtenant une formule pour . La démonstration est très proche de celle de [3], et utilise à fond les résultats de ce livre. En particulier, elle repose sur une formule pour que nous rappelons dans ce paragraphe.

Si est une face de , on considèrera le cône sur de sommet dans , et leurs intérieurs relatifs, et les sous-espaces affines réels et complexes de et engendrés par , ainsi que et les sous-espaces vectoriels réels et complexes de et engendrés par . L’espace affine est muni du réseau naturel ; on notera la mesure de Lebesgue sur normalisée de sorte à ce que le simplexe unité soit de mesure .

On note le semi-groupe de engendré par . Si , on note la plus petite face de contenant . Si , on notera (resp. ) l’ensemble des (resp. des ) tels que . Gardons en mémoire que :

(8)

En effet c’est la traduction combinatoire de la surjectivité de l’application de restriction , elle-même conséquence du théorème d’annulation de Serre.

On pose :

Si , on définit des applications liéaires

de sorte que soit un complexe. Soit de plus la donnée de bases de chacun des .

Théorème 2.1 ([3] Chap.9, 2.7).

On suppose lisse. Alors, si , on a

où chacun des deux termes est bien défini à une constante multiplicative non nulle près.

Pour la définition du déterminant d’un complexe exact muni de bases, on renvoie à [3] App.A. On rappelle seulement ci-dessous la proposition facile [3] App.A 9, car nous en aurons besoin pour la suite, et que les signes sont malheureusement faux dans [3].

Proposition 2.2.

Soit un complexe exact, et , deux jeux de bases.

Soient les matrices de transition : . Alors,

2.3 Action du tore

Énonçons enfin la formule pour et démontrons-la.

Théorème 2.3.
.

Soit . On introduit les applications linéaires :

(9)

On a un diagramme commutatif :

de sorte que est un morphisme de complexes. Par la proposition 2.2, notant , on obtient :

Par le théorème 2.1, ceci se réécrit :

La définition (7) de montre alors que :

Utilisant la définition (9) de , on calcule alors :

ce qui se réécrit :

On change alors l’ordre de sommation en regroupant les suivant la plus grande face de à laquelle ils appartiennent. En prenant de plus (8) en compte, on obtient :

Appliquant alors les lemmes 2.5 et 2.4, il vient :

Le lemme ci-dessous est connu et est par exemple conséquence de [1] 4.5. Cependant, en l’absence de référence où il apparaît sous une forme directement utilisable, j’en donne une preuve rapide utilisant la polynômialité de la fonction d’Ehrhart (voir par exemple [5] 12.2).

Lemme 2.4.

Soit une face de . Alors, pour , la fonction

est polynômiale de terme dominant .

.

Montrons d’abord qu’il s’agit d’un polynôme de degré pour . En raisonnant par récurrence sur la dimension de et en appliquant une formule d’inclusion-exclusion pour les faces de incluses dans , on voit qu’il suffit de montrer cette propriété pour la fonction .

Il faut montrer que pour toute forme linéaire entière sur , l’application est polynômiale pour . Si , cette fonction est , soit fois la fonction d’Erhart de , et est donc polynômiale en de degré .

Autrement, quitte à ajouter à un multiple de , on peut supposer positive sur . La fonction est alors la fonction d’Ehrhart du polytope auxilliaire , et est donc polynômiale en de degré .

Il reste à calculer le coefficient dominant. C’est :

où l’on a identifié dans la dernière égalité une intégrale et une limite de sommes de Riemann en prenant en compte la normalisation que nous avons avons choisie : la mesure du cube unité est . ∎

Le lemme suivant est facile et classique :

Lemme 2.5.

Soit et un polynôme de degré et de coefficient dominant . Alors

.

Soit l’endomorphisme de l’anneau des polynômes. Par la formule du binôme, . C’est alors un calcul immédiat de vérifier que fait baisser le degré d’un polynôme de et multiplie son coefficient dominant par l’opposé de son degré. ∎

3 Degrés d’homogénéité du discriminant

Dans toute cette partie, est encore supposé algébriquement clos de caractéristique . On applique le théorème 2.3 pour démontrer le théorème principal 1.2 sous cette hypothèse.

3.1 Interprétation torique du lieu discriminant

On commence par expliquer pourquoi notre problème s’inscrit dans le cadre général décrit ci-dessus des variétés duales de variétés toriques.

Considérons le groupe abélien libre de rang engendré par et . On note et les applications coordonnées suivant et . Soit le sous-réseau de rang défini par l’équation . On note , son noyau qui est un groupe abélien libre de rang , et . On a par dualité les morphismes de tores suivants :

(10)

On introduit l’ensemble de , qui l’engendre comme espace affine. L’espace vectoriel s’identifie naturellement à .

Proposition 3.1.

On a l’égalité suivante entre fermés de :

.

Soit l’hyperplan de d’équation .

(11)
dérivées partielles vérifient une relation linéaire à coefficients non nuls. (12)

Notons le sous-ensemble de constitué de ces hyperplans. Par (11) et la définition de la variété duale, son adhérence est . Par (12) et le critère jacobien, . Mieux : (12) et le lemme 3.2 et montrent que est dense dans .

Par conséquent,

Lemme 3.2.

La variété est irréductible. De plus, si est un point général de , les propriétés suivantes sont vérifiées :

  1. La variété possède un point singulier à coordonnées toutes non nulles.

  2. Si , la variété est lisse de codimension .

.

Soit le fermé constitué des tels que la variété ait un espace tangent de dimension en . On notera et les deux projections. Comme , pour montrer que est irréductible, il suffit de montrer que l’est. Pour cela, il suffit de montrer que pour tout , est irréductible. Utilisant l’homogénéité sous , il suffit de montrer que est irréductible. En écrivant le critère jacobien en coordonnées, on voit que c’est conséquence du fait classique que l’ensemble des matrices de rang est irréductible.

Montrons . L’ouvert des points à coordonnées toutes non nulles est dense. Son image réciproque par le morphisme dominant est donc dense dans , et est dense dans , ce qu’on voulait.

Montrons . Par Bertini, on choisit des tels que soit lisse de codimension dans , et on pose si . Ceci montre qu’il existe tel que soit lisse de codimension . Comme est irréductible, un point général de vérifie cette propriété.

On déduit immédiatement de la proposition 3.1 le corollaire suivant :

Corollaire 3.3.

On a si et seulement si est défective.

On peut de plus relier les degrés d’homogénéité qu’on cherche à calculer au caractère .

Corollaire 3.4.

On a les relations suivantes :

  1. .

  2. .

  3. .

.

Montrons , qui est la seule relation que nous utiliserons. Les autres se prouvent de manière analogue. On écrit, pour :

par (2)
par (7).

Finalement, il vient , ce qu’on voulait.

3.2 Le polytope

Dans ce paragraphe, et dans ce paragraphe seulement, on prend temporairement des conventions légèrement plus générales : on autorise les à être des nombres réels strictement positifs. On définit toujours comme l’espace affine d’équations et dans . On pose le polytope d’inéquations et dans . Il est de dimension .

Si et sont des parties non vides, le sous-ensemble de défini par les équations et est une face de isomorphe à . De plus, toutes les faces de sont de cette forme.

En particulier, quand les sont entiers, les sommets de sont des éléments de . Comme de plus , on voit que . On en déduit le résultat suivant :

Proposition 3.5.

La variété torique est lisse.

.

La description explicite des faces de obtenue ci-dessus permet de vérifier facilement le critère de lissité [6] 2.22 . ∎

Nous allons effectuer quelques calculs d’intégrales qui seront utiles par la suite. Pour les mener, nous aurons plusieurs fois besoin de la seconde partie du lemme ci-dessous :

Lemme 3.6.

Soit . On introduit :

  1. .

  2. Si est de degré en , .

.

On introduit . Multipliant par , puis spécialisant en , on obtient . Par conséquent, .

En faisant , on montre que .

Si de plus est de degré en , est un polynôme de degré en les , et est donc nul. En faisant , cela implique . ∎

Calculons tout d’abord le volume du polytope . On rappelle notre convention d’attribuer une mesure au simplexe unité.

Proposition 3.7.
.

On procède par récurrence sur . Pour , c’est la formule du volume du simplexe de côté . Si , on applique Fubini en remarquant que l’image de par l’application

est . Entre les espaces affines qui nous intéressent cette application est de déterminant . On peut alors appliquer l’hypothèse de récurrence. Il vient :

Enfin, nous utiliserons dans le paragraphe suivant le calcul de l’intégrale ci-dessous :

Proposition 3.8.