Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

Principe local-global pour les zéro-cycles sur certaines fibrations au-dessus de l’espace projectif

Yongqi LIANG Yongqi LIANG
Département de Mathématiques, Bâtiment 425, Université Paris-sud 11, F-91405 Orsay, France
11 octobre 2020
Mots clés : zéro-cycle de degré , principe de Hasse, approximation faible, obstruction de Brauer-Manin, fibré en variétés de Severi-Brauer
Classification AMS : 14G25 (11G35, 14D10)

Résumé. On étudie le principe local-global pour les zéro-cycles de degré sur certaines variétés définies sur les corps de nombres et fibrées au-dessus de l’espace projectif.

Parmi d’autres applications, on complète la preuve de l’assertion: l’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse et à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré sur les fibrés au-dessus de l’espace projectif en variétés de Severi-Brauer ou en surfaces de Châtelet.

LOCAL-GLOBAL PRINCIPLE FOR ZERO-CYCLES ON CERTAIN FIBRATIONS OVER THE PROJECTIVE SPACE

Abstract. We study the local-global principle for zero-cycles of degree on certain varieties defined over number fields and fibered over the projective space.

Among other applications, we complete the proof of the statement: the Brauer-Manin obstruction is the only obstruction to the Hasse principle and weak approximation for zero-cycles of degree on Severi-Brauer variety bundles or Châtelet-surface bundles over the projective space.

Introduction

Soit une variété projective lisse géométriquement intègre sur un corps de nombres Le principe de Hasse et l’approximation faible pour les points rationnels sur une telle variété ont été considérés depuis longtemps. L’obstruction de Brauer-Manin au principe de Hasse (resp. à l’approximation faible) pour les points rationnels a été introduite par Yu. I. Manin dans son exposé Manin (resp. par Colliot-Thélène/Sansuc dans CTSansuc77-3 ). Parallèlement, pour les zéro-cycles, l’obstruction de Brauer-Manin est également définie dans l’article de Colliot-Thélène CT95 . On se demande si l’obstruction de Brauer-Manin est la seule obstruction au principe de Hasse (resp. à l’approximation faible) pour les zéro-cycles de degré voir CT99HP0-cyc pour quelques conjectures explicites par Colliot-Thélène. Mentionnons deux aspects des résultats directement liés à ce travail.

  • Des résultats sur l’obstruction de Brauer-Manin pour les zéro-cycles ont été obtenus par Colliot-Thélène, Eriksson, Saito, et Scharaschkin, dans Saito , CT99HP0-cyc , Eriksson , pour une courbe; et par Colliot-Thélène, Frossard, Salberger, Skorobogatov, Swinnerton-Dyer, van Hamel, Wittenberg, et l’auteur, dans Salberger , CT-SD , CT-Sk-SD , CT99 , Frossard , vanHamel , Wittenberg , Liang1 , pour certaines fibrations au-dessus d’une courbe, voir l’introduction de Liang1 pour plus d’informations.

  • D’autre part, autour du problème parallèle de l’obstruction de Brauer-Manin pour les points rationnels sur une fibration à fibres géométriquement intègres au-dessus de les meilleurs résultats généraux sont dus à Harari dans sa série d’articles Harari , Harari2 , et Harari3 . Il impose une hypothèse arithmétique moins forte sur les fibres, à savoir que l’obstruction de Brauer-Manin est la seule sur les fibres d’un sous-ensemble hilbertien. Dans WittenbergLNM , la même question pour les fibrations en variétés de Severi-Brauer au-dessus de où des fibres géométriquement non intègres sont permises, est discutée par Wittenberg en admettant l’hypothèse de Schinzel.

Le but de ce travail est d’établir l’assertion que «  l’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse/à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré   » pour certaines fibrations au-dessus de Les résultats principaux sont les suivants, où est la fibre générique géométrique.

Théorème A (Théorèmes 2.5, 3.1).

Soit un corps de nombres. Soit un -morphisme dominant à fibre générique géométriquement intègre tel que soit fini et soit sans torsion.

Supposons que

- toutes les fibres sont géométriquement intègres,

- pour tout point fermé dans un certain ouvert non vide de l’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse/à l’approximation faible pour les points rationnels (ou pour les zéro-cycles de degré ) sur la fibre

Alors, l’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse/à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré sur

Théorème B (Théorèmes 2.6, 3.3).

Soit un corps de nombres. Soit un -morphisme dominant à fibre générique géométriquement intègre tel que soit fini et soit sans torsion.

Supposons que

- la fibre générique admet un zéro-cycle de degré

- pour tout point fermé dans un certain ouvert non vide de l’obstruction de Brauer-Manin est la seule à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré sur la fibre

Alors, l’obstruction de Brauer-Manin est la seule à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré sur

Théorème C (Théorème 3.5).

Soit un corps de nombres. Soit un -morphisme dominant à fibre générique géométriquement intègre tel que soit fini et soit sans torsion.

Supposons que les conditions suivantes soient satisfaites:

- (Abélienne-Scindée) pour tout point de codimension il existe une composante irréductible de la fibre de multiplicité telle que la fermeture algébrique de dans le corps de fonctions de est une extension abélienne de

- pour tout point fermé dans un certain ouvert non vide de la fibre satisfait le principe de Hasse/l’approximation faible pour les points rationnels (ou pour les zéro-cycles de degré ).

Alors, l’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse/à l’approximation faible pour les zéro-cycles de degré sur

L’hypothèse “ est fini et est sans torsion” est équivalente à l’hypothèse “ pour et est sans torsion”, qui est vérifiée si est supposée rationnellement connexe (Lemme 1.4).

Corollaire D (Corollaires 4.1, 4.2).

L’obstruction de Brauer-Manin est la seule au principe de Hasse/à l’approximation forte pour les zéro-cycles de degré sur les fibrés au-dessus de l’espace projectif en variétés de Severi-Brauer ou en surfaces de Châtelet.

Le théorème A (resp. B) est la version pour les zéro-cycles des résultats de Harari: (Harari, , Théorème 4.2.1) et (Harari3, , Théorème 1) (resp. (Harari, , Théorème 4.3.1)). Le théorème C est la version pour les zéro-cycles du théorème 3.5 de Wittenberg WittenbergLNM . Il a remarqué la validité du théorème sans en donner une preuve détaillée, ce travail confirme sa remarque. On renvoie les lecteurs au texte ci-dessous pour les assertions plus précises. Cet article comporte une discussion détaillée autour l’arithmétique des zéro-cycles sur une fibration au-dessus de La méthode pour les questions sur les points rationnels ne s’étend pas directement pour résoudre les questions sur les zéro-cycles, même si l’idée principale est similaire. Le théorème A (avec ) est aussi le point de départ des résultats qui relient l’arithmétique des points rationnels et l’arithmétiques des zéro-cycles sur les variétés rationnellement connexes, ceci sera expliqué dans l’article de l’auteur Liang2short .

Après quelques rappels dans §1, on énonce et démontre les théorèmes A et B pour le cas dans §2; ensuite on énonce les théorèmes ci-dessus sous forme plus détaillée et on les démontre dans §3; enfin on discute quelques applications dans §4.

1. Notations et rappels

Dans tout ce travail, est toujours un corps de nombres. On note l’ensemble des places de Pour chaque place on note le corps local associé. L’expression «  presque tout  » signifie toujours «  tout à l’exception d’un nombre fini  ».

Soit une variété projective lisse et géométriquement intègre sur un corps le composé de la corestriction et de l’application d’évaluation définit un accouplement

qui se factorise à travers l’équivalence rationnelle, où est le groupe de Brauer cohomologique. Lorsque est un corps de nombres, on définit l’accouplement de Brauer-Manin pour les zéro-cycles:

est l’invariant local en On peut définir, pour les zéro-cycles de degré , l’obstruction de Brauer-Manin au principe de Hasse, ou à l’approximation faible en un certain sens, cf. §1.1 ci-dessous et CT99HP0-cyc pour plus d’informations.

Soit une variété intègre sur un corps un sous-ensemble de points fermés est un sous-ensemble hilbertien généralisé s’il existe un morphisme étale fini avec un ouvert non vide de et intègre tel que Hil soit l’ensemble des points fermés de pour lesquels est connexe. Soit () un sous-ensemble hilbertien généralisé, on peut trouver un sous-ensemble hilbertien généralisé cf. (Liang1, , §1.2). On remarque un sous-ensemble hilbertien généralisé Hil est toujours non vide si est un corps de nombres. En fait, en restreignant on trouve un morphisme étale fini est un ouvert non vide de avec Son composé avec définit un sous-ensemble hilbertien généralisé de Le théorème d’irréductibilité de Hilbert dit que qui implique immédiatement que

On fixe une clôture algébrique de Étant donné un point fermé de on fixe un -plongement le point est vu comme un point -rationnel de On dit qu’un point fermé de est suffisamment proche de (par rapport à un voisinage de dans l’espace topologique ), si a corps résiduel et si l’on peut choisir un -plongement tel que vu comme un -point rationnel de soit contenu dans En étendant -linéairement, cela a un sens de dire que est suffisamment proche de (par rapport à un système de voisinages des points qui apparaissent dans le support de ). D’après la continuité de l’accouplement de Brauer-Manin, cf. (B-Demarche, , Lemma 6.2), pour un sous-ensemble fini on a pour tout si suffisamment proche de (par rapport à ).

1.1. Approximation pour les zéro-cycles

Soit une variété projective lisse et géométriquement intègre de dimension sur un corps de nombres Pour une place on pose On considère, pour un entier positif non nul, la flèche

On dit que l’obstruction de Brauer-Manin est la seule à l’approximation faible (resp. forte) (au niveau du groupe de Chow) pour les zéro-cycles de degré sur si pour tout entier positif non nul pour tout ensemble fini (resp. pour ), et pour toute famille de zéro-cycles locaux de degré orthogonale au groupe de Brauer il existe un zéro-cycle global sur de degré tel que et aient la même image dans pour toute Dans ce travail on omet la phrase «  au niveau du groupe de Chow   » quand on parle d’approximation faible pour les zéro-cycles.

1.2. Lemmes de déplacement

On dit qu’un zéro-cycle est séparable s’il est écrit comme une combination finie -linéaire de points fermés sans multiplicité. On va appliquer plusieurs fois les lemmes de déplacement suivants.

Lemme 1.1.

Soient une variété intègre régulière sur un corps parfait infini et un ouvert non vide de Alors tout zéro-cycle de est rationnellement équivalent, sur à un zéro-cycle à support dans

Démonstration.

On trouve une démonstration détaillée dans CT05 §3. ∎

Lemme 1.2.

Soit un morphisme non constant au-dessus de la droite projective sur ou sur un corps -adique, avec une variété lisse intègre. Soient un ensemble fini de points fermés de un ouvert de Zariski non vide de

Alors, pour tout zéro-cycle à support dans il existe un zéro-cycle séparable à support dans tel que soit suffisamment proche de et tel que soit séparable à support en dehors de Les zéro-cycles et sont rationnellement équivalents.

Démonstration.

Essentiellement, ce résultat se déduit du théorème des fonctions implicites. On trouve les arguments à la page 19 de CT-Sk-SD et 89 de CT-SD . Les zéro-cycles et sont automatiquement rationnellement équivalents sur car ils ont le même degré. ∎

1.3. Lemme d’irréductibilité de Hilbert pour les zéro-cycles

Le lemme suivant est une version plus fine du lemme 3.4 de Liang1 appliqué à Il est en un certain sens une version effective du théorème d’irréductibilité de Hilbert pour les zéro-cycles, c’est aussi la version pour les zéro-cycles du théorème 1.3 de Ekedahl Ekedahl .

Lemme 1.3.

Soit un corps de nombres. On fixe un -point et on note Soit Hil un sous-ensemble hilbertien généralisé de Soient un sous-ensemble fini non vide de et une place non-archimédienne hors de

Soit un zéro-cycle effectif séparable de degré supporté dans pour toute

Alors il existe un point fermé de de degré tel que

(1)

(2) soit entier en dehors de

(3) soit suffisamment proche de pour toute

Démonstration.

Pour chaque on peut écrire avec une fonction rationnelle de autrement-dit est un polynôme à coefficients dans unitaire, de degré D’après l’approximation forte pour un corps de nombres, il existe un polynôme à coefficients dans unitaire de degré tel que

(i) soit suffisamment proche de pour tout

(ii) soit à coefficients entiers en dehors de

On écrit grâce au lemme de Krasner le zéro-cycle effectif est suffisamment proche de pour il est alors séparable.

Le polynôme définit un -morphisme fini de degré tel que et Supposons que le sous-ensemble hilbertien généralisé Hil est défini par un morphisme quasi-fini avec une variété intègre. La composition définit un sous-ensemble hilbertien généralisé de En restreignant à un certain ouvert non vide si nécessaire, on peut supposer de plus que une fois qu’on a D’après le théorème d’irréductibilité de Hilbert (de version effective par Ekedahl (Ekedahl, , Theorem 1.3)), il existe un suffisamment proche de pour toute et de plus est entier en dehors de On prend il est suffisamment proche de et alors suffisamment proche de pour toute De plus le point est défini par le polynôme il est alors entier en dehors de

1.4. Variétés rationnellement connexes

On rappelle la notion de connexité rationnelle au sens de Kollár, Miyaoka et Mori (Kollar, , IV.3). Une variété définie sur un corps quelconque de caractéristique nulle, est dite rationnellement connexe, si pour toute paire des points il existe un -morphisme tel que et est un certain corps algébriquement clos non dénombrable et contenant

Le lemme suivant est connu depuis longtemps, on inclut une preuve ici pour le confort du lecteur. Il nous permet de vérifier dans les théorèmes de cet article l’hypothèse que est sans torsion et est fini.

Lemme 1.4.

Soit une variété projective connexe et lisse sur un corps algébriquement clos de caractéristique nulle. Si est rationnellement connexe, alors son groupe de Picard est sans torsion, et son groupe de Brauer est fini.

Démonstration.

La connexité rationnelle implique que et cf. le corollaire 4.18 de Debarre et sa preuve, ceci permet de conclure. On donne une preuve alternative.

Comme est rationnellement connexe, son groupe fondamental est nul, Debarre , Corollaire 4.18(b). Il existe une suite exacte

pour tout entier positif suffisamment divisible, où est le dual de Pontryagin cf. la preuve du corollaire III.4.19(b) de MilneEC . On trouve alors que le groupe de Néron-Severi est sans torsion, et que pour suffisamment divisible, le groupe de Picard est donc sans torsion.

Montrons la finitude de avec une astuce du point générique proposée par Colliot-Thélène. On note le point générique de et le corps des fonctions de on pose On évalue l’image de dans en le point on obtient un élément de qui est exactement l’image de par l’inclusion naturelle D’un autre côté, on évalue en un point on obtient car l’évaluation se factorise à travers Comme est rationnellement connexe, la classe du zéro-cycle est annulée par un certain nombre entier d’après la proposition 11 de CT05 . L’évaluation de en cette classe donne dans donc est annulé par Comme est de type cofini, cf. pages 80-81 de Br , il est alors fini. ∎

Soient un corps de nombres et un -morphisme dominant à fibre générique rationnellement connexe. Pour une place de comme l’application s’identifie à l’application de degré, la proposition suivante est une conséquence immédiate du théorème 5 de Kollár/Szabó Kollar-Szabo . Voir aussi le corollaire 2.2 de Wittenberg pour une généralisation par Wittenberg.

Proposition 1.5.

Soit une fibration au-dessus de la droite projective sur un corps de nombres Si la fibre générique est rationnellement connexe, alors

(H CH0) l’application induite est un isomorphisme pour presque toute place de

Grâce à cette proposition, on se ramène à l’approximation faible quand on considère l’approximation forte pour les zéro-cycles sur une fibration au-dessus de à fibre générique rationnellement connexe.

1.5. Lemme formel

Pour le lemme formel suivant, on trouve la version originale de Harari pour les points rationnels dans (Harari, , Corollaire 2.6.1) et une version pour les zéro-cycles dans (CT-Sk-SD, , Lemma 4.5).

Lemme 1.6.

Soit une variété projective, lisse, et géométriquement intègre sur un corps de nombres Soient un ouvert non vide de et Soit un nombre entier. On note l’intersection dans du sous-groupe et du sous-groupe engendré par les

On suppose que pour chaque il existe un zéro-cycle sur de degré supporté dans tel que la famille est orthogonale à

Alors, pour tout ensemble fini de places de il existe un ensemble fini de places de contenant et pour chaque un zéro-cycle sur de degré tels que

et de plus pour toute

2. Fibrations au-dessus de

Dans cette section, on considère des fibrations où dans tout ce texte le mot «  fibration  » signifie un morphisme dominant à fibre générique géométriquement intègre. L’obstruction de Brauer-Manin pour les points rationnels est discutée dans une série d’articles de Harari Harari , Harari2 , Harari3 , au lieu de supposer que «  beaucoup de  » fibres satisfont le principe de Hasse (resp. l’approximation faible) on suppose seulement que l’obstruction de Brauer-Manin est la seule pour ces fibres. Dans cette section, on développe une version concernant les zéro-cycles de degré parallèle aux théorèmes de Harari. Dans l’article Harari , deux situations ont été considérées. Dans le théorème 4.2.1 de Harari , on suppose que toutes les fibres sont géométriquement intègres (sauf la fibre au-dessus de ), le théorème parallèle 2.5 est montré dans §2.2. Dans le théorème 4.3.1 de Harari , on suppose qu’il existe un -point rationnel sur la fibre générique, pour les zéro-cycles on montre dans §2.3 le théorème parallèle 2.6, où on suppose qu’il existe un zéro-cycle de degré sur la fibre générique. D’abord, avant les théorèmes principaux de cette section, on donne des résultats sur la spécialisation du groupe de Picard et du groupe de Brauer.

2.1. Flèches de spécialisation

On considère une fibration avec et des variétés propres lisses et géométriquement intègres, on note le corps des fonctions, et le point générique de et en plus Il existe un ouvert dense de tel que pour tout point la fibre soit lisse et géométriquement intègre. Il existe des flèches de spécialisation et Si l’on suppose de plus que est fini et est sans torsion, quitte à restreindre ces deux flèches sont des isomorphismes pour tout cf. (Harari, , Proposition 3.4.2) et (Harari2, , Proposition 2.1.1). Alors est fini et est sans torsion pour tout

Afin de comparer les groupes de Brauer sur le corps de base, la notion d’un sous-ensemble hilbertien généralisé intervient. On considère une fibration Pour un élément de il existe un ouvert non vide de tel que Pour presque tout point de la fibre est géométriquement intègre et son point générique est dans la spécialisation de au point est alors un élément de Lorsque est un groupe fini, ceci définit la flèche de spécialisation:

pour presque tout point de cf. (Harari, , §3.3) pour plus d’informations.

Proposition 2.1 (Harari).

Soit une fibration sur un corps de nombres On suppose que est fini et que est sans torsion.

Alors, il existe un sous-ensemble hilbertien généralisé Hil de tel que pour tout la flèche de spécialisation

est un isomorphisme de groupes abéliens finis.

Démonstration.

Les preuves du théorème 3.5.1 de Harari et du théorème 2.3.1 de Harari2 fonctionnent bien pour un point fermé au lieu d’un point -rationnel. Dans le théorème 3.5.1 de Harari , on suppose que est nul, tandis que dans l’article Harari2 , le théorème concerné est renforcé avec l’hypothèse que est fini. ∎

Remarque 2.2.

Si le groupe n’est pas fini, la cohomologie est non nulle, cf. (Br, , II. Cor.3.4). À cause de ceci, on ne peut pas comparer (via le résultat de Grothendieck sur les faisceaux inversibles) les groupes de Picard de la fibre générique géométrique et des fibres spéciales géométriques. Par conséquent, on ne peut pas contrôler la partie algébrique des groupes de Brauer, même si la partie invariante par l’action galoisienne de est finie.

Par exemple, si la fibre générique est une surface K3, même si le groupe est fini (SkorobogatovZarhinK3, , Theorem 1.2), on ne sait pas si la flèche est surjective pour un certain

2.2. Cas où les fibres sont géométriquement intègres

On suppose que toutes les fibres de la fibration considérée contiennent une composante irréductible de multiplicité un qui est géométriquement intègre.

On suit la stratégie de la preuve du théorème 2 de Harari Harari3 . D’abord, on montre la proposition cruciale suivante qui est parallèle à la proposition 1 de Harari3 . Ensuite, on déduit le théorème 2.5.

Proposition 2.3.

Soit une fibration. On suppose que toute fibre contient une composante irréductible de multiplicité un qui est géométriquement intègre. On suppose que est un ouvert non vide de et un sous-ensemble fini d’éléments de On fixe un -point de tel que la fibre soit lisse et géométriquement intègre, on note et

Alors, pour un entier positif fixé, il existe un ensemble fini un ensemble infini et un ensemble fini d’éléments de tels que si est un ensemble fini de places de il existe un nombre fini de places hors de avec et zéro-cycles effectifs de degré ayant la propriété suivante:

si est un point fermé de de degré suffisamment proche de chaque comme zéro-cycles locaux, entier en dehors de et de plus si la fibre possède des -points lisses pour toute vérifiant pour alors possède des -points lisses pour vérifiant

Remarque 2.4.

Dans cette proposition, les mêmes et fonctionnent pour tout entier positif même si l’on va fixer un entier positif avant l’application de cette proposition dans la preuve du théorème 2.5.

Démonstration.

On note où les composantes irréductibles du fermé dominent tandis que est contenu dans la réunion d’un ensemble fini de fibres et on peut supposer que En restreignant si nécessaire, on peut supposer que pour tout différent de chaque la fibre est lisse et géométriquement intègre. On sait alors que le point est différent de chaque on écrit Pour on note le polynôme irréductible unitaire définissant le point fermé et le corps résiduel de La fibre a une composante irréductible de multiplicité un qui est géométriquement intègre, on fixe une telle composante et on note son corps des fonctions. Le corps est alors algébriquement fermé dans Pour on note son image par l’application de résidu Les éléments engendrent un sous-groupe fini abélien de la forme est une extension finie abélienne de On note la fermeture intégrale de dans On dispose du sous-groupe de On note également le corps des fonctions de la fibre et

Étape 1: Construction de l’ensemble et

On considère la suite exacte de Faddeev (cf. (GilleSzamuely, , Corollary 6.4.6))

est l’ensemble des points fermés de Pour on définit un sous-groupe

Le groupe est alors fini, on prend un ensemble fini de représentants, et on note Son image dans est contenue dans

D’après le théorème de Tsen, le groupe est nul, il existe donc une extension finie de telle que les restrictions des éléments de dans soient nulles. On définit comme l’ensemble des places non-archimédiennes de qui sont totalement décomposées dans c’est un ensemble infini d’après le théorème de Čebotarev.

Étape 2: Extension aux modèles entiers.

On peut trouver un modèle entier (resp. et ) de (resp. et ) sur avec l’ensemble fini contenant toutes les places archimédiennes et toutes les places ramifiées dans les extensions On peut trouver pour chaque un ouvert lisse de disjoint de tel que les éléments de soient dans On trouve aussi un ouvert non vide de disjoint de tel que les résidus des éléments dans soient dans On note (resp. ) l’adhérence schématique de (resp. ) dans quitte à augmenter ces fermés et l’ouvert forment une partition de On peut supposer également, quitte à augmenter que

  • et sont lisses sur

  • et sont plats sur

  • et toutes les composantes irréductibles de (resp. ) sont plates sur (resp. ),

  • toutes les fibres de de et de sont géométriquement intègres,

  • les réductions modulo des fibres et sont deux à deux disjointes, avec en plus et

  • les éléments de s’étendent en des élément de

  • le polynôme est à coefficients dans et que sa réduction modulo est un polynôme séparable.

On peut aussi supposer qu’il existe un revêtement étale fini galoisien (connexe) de de groupe qui se factorise par un revêtement étale fini galoisien de groupe La fibre générique de est une variété géométriquement intègre sur

Le théorème de Čebotarev géométrique (Ekedahl, , Lemma 1.2) dit que, pour tout élément et pour presque toute place de le schéma possède des -point tels que le Frobenius en soit on peut supposer que ceci vaut pour toute

Étape 3: Construction de l’ensemble

Comme toute fibre contient une composante irréductible de multiplicité un qui est géométriquement intègre, l’estimation de Lang-Weil (cf. Lang-Weil , (Liang1, , Lemme 3.3)) appliquée à une famille plate dit qu’il existe un ensemble fini de places de (et on pose ) contenant toutes les places archimédiennes tel que

  • si est un point fermé et si est un entier en une place alors (la réduction modulo de ) possède un -point hors de

  • si et si alors (la réduction modulo de ) possède un -point.

  • si alors (la réduction modulo de ) possède un -point.

Maintenant, soit un ensemble fini contenant

Étape 4: Construction des et

D’après le théorème de Čebotarev, on choisit des places deux à deux distinctes, hors de et totalement décomposées dans Le polynôme a alors une racine simple dans se relevant en un élément de vérifiant On fixe un point fermé de de degré différent de (sur un corps -adique, il existe un nombre infini de polynômes irréductibles de degré fixé, cf. SerreCorpsLoc , Proposition 17 et son corollaire). On définit un zéro-cycle local de degré

De plus on prend distincte des ci-dessus. Enfin, on choisit tel que et construit de degré comme précédemment.

Dans le reste de la preuve, on vérifiera que les données qu’on a construites satisfont l’assertion.

Soit un point fermé de degré on suppose qu’il est entier en dehors de et qu’il est suffisamment proche de chaque comme zéro-cycles locaux.

Étape 5: Classification des places de

Le point fermé est suffisamment proche de par définition il existe donc une place de au-dessus de telle que les extensions et soient triviales et l’image de dans soit suffisamment proche de Donc a fortiori car les coefficient de sont -entiers. Le point est alors un -entier pour Comme le point est alors -entier. De même, il existe une place de au-dessus de tel que

On considère la réduction de modulo une place il y a trois possibilités:

  • elle est dans si (a fortiori ), on note l’ensemble de ces places;

  • elle est dans l’un (unique) des si (a fortiori ), on note l’ensemble de ces places, en particulier

  • elle est dans si , on note l’ensemble de ces places, de plus on a car est un -entier.

Les ensemble forment une partition de L’ensemble est fini pour

Étape 6: Existence des points locaux de

On se donne pour chaque un -point de avec l’égalité

pour

D’après la construction de dans les trois cas (a), (b), (c), le schéma possède un -point qui se relève par le lemme de Hensel en un -point de pour toute

En général, la famille n’est pas orthogonale à Dans la suite, on va modifier certains pour obtenir l’orthogonalité.

Étape 7: Calculs des

On veut évaluer pour et Par construction, le point est dans et sa réduction est dans l’un (unique) des () selon

D’après (Harari, , Corollaire 2.4.3), on trouve

  • si