arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

\diagramstyle

[labelstyle=]

THÈSE

pour obtenir le titre de

Docteur en Sciences

de l’Université Montpellier II


Spécialité : MATHÉMATIQUES


présentée par


Guillaume DELTOUR


PROPRIÉTÉS SYMPLECTIQUES ET HAMILTONIENNES DES ORBITES COADJOINTES HOLOMORPHES



Thèse dirigée par Paul-Émile PARADAN

Soutenue le 10 décembre 2010 devant le jury composé de :

Michel BRION Directeur de recherche à l’Université de Grenoble I
Michel DUFLO Professeur émérite à l’Université Paris VII
Gert HECKMAN Professeur à l’Université de Nijmegen, Pays-Bas
Paul-Émile PARADAN Professeur à l’Université Montpellier II
Nicolas RESSAYRE Maître de conférences à l’Université Montpellier II
Michèle VERGNE Membre de l’Académie des Sciences

Au vu des rapports de Michel BRION et Reyer SJAMAAR.

Université Montpellier II


Institut de Mathématiques et de Modélisation de Montpellier

Place Eugène Bataillon, 34095 MONTPELLIER Cedex, France

THÈSE

pour obtenir le titre de

Docteur en Sciences

de l’Université Montpellier II


Spécialité : MATHÉMATIQUES


présentée par


Guillaume DELTOUR


PROPRIÉTÉS SYMPLECTIQUES ET HAMILTONIENNES DES ORBITES COADJOINTES HOLOMORPHES



Thèse dirigée par Paul-Émile PARADAN

Soutenue le 10 décembre 2010 devant le jury composé de :

Michel BRION Directeur de recherche à l’Université de Grenoble I
Michel DUFLO Professeur émérite à l’Université Paris VII
Gert HECKMAN Professeur à l’Université de Nijmegen, Pays-Bas
Paul-Émile PARADAN Professeur à l’Université Montpellier II
Nicolas RESSAYRE Maître de conférences à l’Université Montpellier II
Michèle VERGNE Membre de l’Académie des Sciences

Au vu des rapports de Michel BRION et Reyer SJAMAAR.

Université Montpellier II


Institut de Mathématiques et de Modélisation de Montpellier

Place Eugène Bataillon, 34095 MONTPELLIER Cedex, France

PROPRIÉTÉS SYMPLECTIQUES ET HAMILTONIENNES DES ORBITES COADJOINTES HOLOMORPHES


Guillaume DELTOUR

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier en tout premier lieu mon directeur de thèse P-E. Paradan, qui a accepté d’encadrer cette thèse et m’a initié à la géométrie hamiltonienne. Il a su me laisser une grande liberté dans mon travail tout en restant présent et disponible lorsque j’en avais besoin, et en cela je lui suis très reconnaissant. Merci également à lui pour ses conseils dans la rédaction de ce manuscrit, dont la qualité et la clarté auraient été bien moindres sans ceux-ci.

Je remercie M. Brion et R. Sjamaar d’avoir accepté de rapporter cette thèse et pour l’intérêt qu’ils ont porté à mon travail. Je leur suis très reconnaissant pour leurs commentaires et suggestions qui m’ont permis d’améliorer la qualité de ce manuscrit. Je remercie également les autres membres du jury, M. Duflo, G. Heckman, N. Ressayre et M. Vergne, qui ont accepté d’examiner ce mémoire. Je voudrais remercier en particulier N. Ressayre de m’avoir expliqué ses travaux et suggéré de les utiliser dans ma thèse.

Cette thèse a pu se dérouler dans des conditions favorables grâce à la bonne ambiance régnant au laboratoire I3M, entretenue par les permanents mais également par le personnel administratif. Je remercie I. Badulescu et M. Herzlich de m’avoir fait confiance en me permettant d’enseigner dans la préparation à l’agrégation de Montpellier.

Ces trois années auraient été bien difficiles sans la présence et le soutien des thésards du bâtiment 9. J’ai passé des moments inoubliables avec eux, que ce soit au labo ou à l’extérieur. Je remercie tous les thésards, les anciens comme les nouveaux, pour tous ces excellents moments.

Parmi les thésards, ma première pensée va à ma co-bureau Chloé (alias M) et à nos discussions sur les mathématiques et sur bien d’autres sujets. Tous ces moments partagés en 007 et après m’ont été très agréables et m’auront beaucoup appris humainement. Je voudrais également remercier Soffana avec qui j’ai partagé la gestion du séminaire des doctorants de l’I3M pendant ma deuxième année. Sa bonne humeur et son sourire m’ont beaucoup aidé dans les moments difficiles. Merci à Olivier pour ses jeux de mots légendaires et son humour, les sorties vélo et toutes nos discussions sur la musique, la guitare et le cinéma (pour ne citer que ça). Pour compléter l’équipe des «  Mini-Pouces  », je tiens à remercier Benoît d’avoir été un très bon colocataire pendant deux années de cette thèse, et pour toute son aide et toutes ses explications mathématiques qui ont toujours été au «  taupe  ». Je remercie également Afaf et Julien, mes dignes successeurs à l’organisation du séminaire des doctorants, et tous les autres doctorants : Paul, Florence, Jonathan, Bruno, Frédéric, Junior, Anthony, Matthieu S., Pierre, et les nouveaux arrivants Claudia, Mathieu C., Christophe et Vincent. J’ajoute une pensée aux anciens thésards et ATER Thomas L., Hilde, Rémi Servien, Rémy Sart, Chady, Nadia, Romain et Elamine. Je tiens également à remercier Gwladys, Boris, Étienne, Vanessa et Simon qui ont su nous intégrer dans la jeune équipe de recherche de l’I3M.

Je voudrais également remercier mes amis Coralie et Benjamin, Didier, Sylvain et les autres, sur qui j’ai toujours pu compter.

Enfin, je remercie ma famille, et tout particulièrement ma mère et ma soeur, pour leur soutien indéfectible et leur affection.

Introduction

Cette thèse étudie deux aspects différents des orbites coadjointes holomorphes de groupes de Lie réels simples non compacts : la structure symplectique canonique d’orbite coadjointe d’une part; les propriétés de convexité de la projection d’orbite d’autre part.


Dans la théorie des actions de groupes de Lie, les orbites coadjointes se sont révélées être, au cours du 20e siècle, des objets fondamentaux et disposant de propriétés géométriques très intéressantes.

L’étude des orbites coadjointes est un véritable atout en particulier en théorie des représentations. En effet, lorsque le groupe considéré est compact, elles permettent tout simplement de classifier les représentations irréductibles du groupe de Lie. Plus exactement, ce sont certaines orbites, les orbites coadjointes entières ou dites également «  préquantifiables  », qui paramètrent les représentations irréductibles du groupe, à isomorphisme près. Ce résultat est connu sous le nom de Théorème de Borel-Weil.

Une des propriétés importantes des orbites coadjointes est qu’elles sont naturellement munies d’une structure symplectique invariante. Cette structure symplectique invariante canonique se trouve être également une structure hamiltonienne, dont l’application moment est l’injection de l’orbite coadjointe dans le dual de l’algèbre de Lie du groupe.

L’étude de la structure hamiltonienne d’une orbite coadjointe prend tout son sens lorsque l’on regarde l’action d’un sous-groupe sur cette même orbite et la structure hamiltonienne qui en est induite. L’application moment standard qui est associée à l’action hamiltonienne de ce sous-groupe est appelée projection d’orbite.

Pour fixer les idées, notons un groupe de Lie connexe et un sous-groupe de Lie fermé connexe. Notons et leurs algèbres de Lie respectives. Fixons et considérons l’orbite coadjointe de . La projection d’orbite est la projection .

L’intérêt de cette projection d’orbite est qu’elle permet, en quelque sorte, d’obtenir des informations sur les représentations irréductibles du sous-groupe apparaissant dans une représentation irréductible de , tout du moins lorsque les groupes et sont compacts.

En effet, lorsque (et donc ) est compact et est un poids dominant de , la représentation irréductible de de plus haut poids , notée , se décompose en somme de représentations irréductibles de . La question qui se pose alors est:

Peut-on déterminer les représentations irréductibles de qui apparaissent dans la représentation irréductible de ?

La réponse à cette question est partielle. Les poids dominants de dont la représentation irréductible associée apparaît dans ont leur orbite coadjoite qui est dans la projection de l’orbite . En revanche, la réciproque est une question bien plus difficile, et est par ailleurs fausse en général.

Cependant, nous avons tout de même une information asymptotique: si l’orbite coadjointe de est dans la projection de l’orbite du groupe , alors pour un entier suffisamment grand, on a .

Il existe malgré tout de bons cas pour lesquels la projection d’orbite détermine précisément les représentations irréductibles de qui apparaissent dans . C’est par exemple le cas pour le groupe unitaire qui s’injecte diagonalement dans le produit de copies de . Ici, on dit que vérifie une propriété de saturation (pour le produit tensoriel de représentations irréductibles), prouvée par Knutson-Tao [knutson_tao].


La projection d’orbite s’avère donc un outil fondamental dans la théorie des représentations. En particulier, c’est la connaissance des orbites coadjointes de appartenant à l’image de la projection d’orbite qui est importante.


L’étude de la projection d’orbites coadjointes, initiée par Kostant [kostant] dans les années 1970 et développée par Heckman [heckman] au début des années 1980, a été également le point de départ de nombreuses recherches dans le domaine de la géométrie hamiltonienne. Le résultat le plus remarquable qui a pu ainsi être découvert est la propriété de convexité de l’image de l’application moment.

Les précurseurs dans ce domaine sont Atiyah [atiyah] ainsi que Guillemin et Sternberg [guillemin82]. Au début des années 1980, ils ont prouvé que l’image d’une application moment pour l’action d’un tore sur une variété symplectique compacte est un polytope convexe dont les sommets sont les images des points de la variété fixés par l’action du tore.

Cette propriété de convexité a été généralisée peu de temps après par Kirwan [kirwan] dans le cas d’un groupe compact, connexe, non forcément abélien, agissant sur une variété compacte. Dans le cas non abélien, c’est plus exactement l’intersection de l’image de l’application moment avec une chambre de Weyl fixée qui est un polytope convexe. Ce polytope est appelé polytope moment ou polytope de Kirwan.

Cependant, dans le cas non abélien, la perte de l’hypothèse de commutativité du groupe entraîne la disparition de l’information sur les sommets du polytope moment. Il est alors en général difficile de déterminer les sommets, ou bien les équations affines, du polytope moment. Or, connaître les équations du polytope moment a un très grand intérêt pour les projections d’orbites, puisque ce polytope permet de déterminer asymptotiquement les représentations irréductibles du sous-groupe apparaissant dans une représentation irréductible du groupe . L’exemple de la projection d’orbite pour les groupes et , qui est connu sous le nom de problème de Horn, s’intéresse au lien entre les spectres de deux matrices hermitiennes avec le spectre de la somme de ces deux matrices. L’énoncé de ce problème a été formulé au dix-neuvième siècle et Horn [horn62] y a apporté une réponse en petites dimensions (dimension inférieure ou égale à ). Il a fallu attendre 2001 pour obtenir une réponse complète par Knutson et Tao [knutsontao2001].


L’étude des équations du polytope moment dans le cadre de variétés non compactes se révèle être beaucoup plus marginale. Cependant, la propriété de convexité hamiltonienne reste valide pour l’action d’un groupe compact connexe sur une variété symplectique avec application moment propre [lerman98]. L’image de l’application moment n’étant plus compacte, on parle alors de polyèdre moment. Cependant, il n’est généralement que localement polyédral.

Hilgert, Neeb et Plank [hilgert] ont déterminé le polyèdre moment de la projection de certaines orbites coadjointes elliptiques sur une sous-algèbre de Cartan compacte d’une algèbre de Lie réelle. Ce polyèdre est décrit comme la somme de la projection de l’orbite compacte sous-jacente, dont le polytope moment a été étudié par Kostant [kostant], et du cône convexe engendré par certaines racines non compactes de l’algèbre de Lie.

Eshmatov et Foth [eshmatov_foth] ont, quant à eux, étudié la somme de deux orbites coadjointes elliptiques non compactes, admissibles au sens de [hilgert], pour le cas d’algèbres de Lie réelles semi-simples quasi-hermitiennes. Ce résultat est une version non compacte du problème de Horn.

Duflo, Heckman et Vergne [duflo84] proposent une autre étude de projection d’orbites coadjointes non compactes, même si celle-ci n’est pas destinée, à proprement parler, à obtenir des équations d’un polyèdre moment. En effet, ils ont calculé l’image de la mesure de Liouville par la projection de certaines orbites coadjointes elliptiques. La formule de Duflo-Heckman-Vergne peut alors permettre de déterminer le polyèdre moment de la projection d’orbite, puisque ce polyèdre constitue le support de la mesure donnée par cette même formule. Malheureusement, cette formule ressemble à la formule de Kostant, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une somme alternée de mesures positives avec une combinatoire mal comprise. Cela entraîne une utilisation délicate lorsqu’on souhaite l’appliquer à des cas pratiques.


Nous avons mentionné plus tôt le lien entre projection d’orbites coadjointes du groupe de Lie compact , par rapport au sous-groupe , et décomposition de représentations irréductibles de en somme directe de représentations irréductibles de . Qu’en est-il pour le cas où est non compact, restant quant à lui compact?

Malheureusement, ce lien n’existe pas nécessairement dans le cas où n’est pas compact. Cependant, dans les années 1950, lorsque Harish-Chandra a voulu étendre la méthode des orbites au cadre non compact, il s’est rendu compte qu’un analogue au Théorème de Borel-Weil existait pour certaines orbites coadjointes de groupes de Lie très particuliers. Ces orbites coadjointes correspondent aux séries discrètes holomorphes de Harish-Chandra. On les appelle les orbites coadjointes holomorphes.

Précisons un peu le cadre de définition de ces orbites coadjointes. Nous devons considérer ici un groupe de Lie réel, semi-simple, connexe, non compact et à centre fini, et un sous-groupe compact maximal. Nous demandons, de plus, que l’espace symétrique soit hermitien, c’est-à-dire, tel que la variété soit munie d’une structure complexe pour laquelle l’action à gauche de soit holomorphe.

L’espace symétrique hermitien a de nombreuses propriétés, dont celle d’être une variété kählerienne à pôle (c’est-à-dire qu’il existe un point au-dessus duquel l’application exponentielle est un difféomorphisme de sur ) et à courbure sectionnelle négative. Ces variétés kählériennes ont pour particularité d’avoir une structure symplectique simple. En effet, McDuff [mcduff] a prouvé qu’une telle variété est symplectomorphe à l’espace vectoriel symplectique . Ici, désigne la partie non compacte de la décomposition de Cartan . La forme symplectique est la forme symplectique linéaire -invariante standard (voir paragraphe LABEL:section:symplecto_mcduff). La variété symplectique est également hamiltonienne, avec pour polyèdre moment associé un cône convexe polyédral engendré par des sommes de certaines racines non compactes positives (cf [Paradan, Section 5]).

Les orbites coadjointes holomorphes du groupe de Lie généralisent l’espace symétrique hermitien . Ce sont les orbites coadjointes elliptiques qui sont munies d’une structure kählerienne naturelle. Ces orbites vérifient des propriétés symplectiques analogues à l’espace symétrique hermitien , nous permettant de déterminer les équations de leurs projections par rapport à l’action de .


Cette thèse débute par deux chapitres dont l’objectif principal est de regrouper des références bibliographiques et de poser certaines notations.


Le Chapitre 1 propose de brefs rappels sur la notion d’action hamiltonienne, le Théorème de Convexité hamiltonienne et le lien entre polytope moment hamiltonien et polytope moment algébrique. Ce chapitre se termine sur la définition de la projection d’orbite et sur quelques exemples fondamentaux, dont le fameux problème de Horn.


Dans le Chapitre LABEL:chap:espaces_symétriques_hermitiens, nous rappelons la définition d’espace symétrique hermitien et introduisons la notion d’orbite coadjointe holomorphe, dont la projection d’orbite est le thème central de cette thèse. Le Théorème de Schmid est ensuite énoncé pour les espaces symétriques hermitiens irréductibles. Nous posons également les notations pour les systèmes de racines des groupes , , et , qui sont les groupes classiques de la classification des espaces symétriques hermitiens irréductibles.


Nous appliquons ensuite, dans le Chapitre 3, deux méthodes différentes permettant de donner plusieurs exemples de calculs de projections d’orbites coadjointes holomorphes.

La première méthode consiste à utiliser la formule de Duflo-Heckman-Vergne afin de déterminer la projection d’orbite par le calcul du support de l’image de la mesure de Liouville. Cette étude n’est réalisée qu’en petit rang, pour les groupes et , car les calculs sont très vite difficiles.

La seconde méthode revient à déterminer le polyèdre de la projection d’orbite par ses points rationnels. Ceux-ci sont décrits en termes de produits tensoriels de représentations irréductibles du sous-groupe compact maximal . On calcule les projections d’orbites pour les groupes classiques simples et pour , ainsi que , en appliquant les résultats de Knutson et Tao [knutsontao2001] résolvant le problème de Horn, et de Klyachko [klyachko98] pour sa version en termes de produits tensoriels de représentations irréductibles.


Le Chapitre LABEL:chap:symplecto_mcduff apporte une généralisation du symplectomorphisme de McDuff au cas des orbites coadjointes holomorphes. Pour toute orbite coadjointe elliptique , avec , la décomposition de Cartan donne un difféomorphisme -équivariant entre l’orbite et la variété produit . Ces deux variétés possèdent chacune une structure symplectique privilégiée. Celle de l’orbite coadjointe non compacte est la forme symplectique de Kirillov-Kostant-Souriau . Quant à , on la munit du produit direct de la forme symplectique de Kirillov-Kostant-Souriau sur l’orbite compacte et de la forme symplectique linéaire sur . Ces deux variétés symplectiques sont liées par le théorème suivant.

Théorème A.

Soit tel que l’orbite soit holomorphe. Alors il existe un symplectomorphisme -équivariant entre les variétés symplectiques et qui envoie sur , pour tout .

L’espace symétrique hermitien peut être identifié à une certaine orbite holomorphe , où est un élément de fixé par l’action de (il correspond donc à un élément du centre de ). Par cette identification, on retrouve bien le Théorème de McDuff [mcduff].

Le Théorème A permet alors de donner une autre description du polyèdre moment de la projection de l’orbite . La notation (resp. ) désigne le polyèdre moment de la projection de l’orbite sur (resp. le polyèdre moment associé à la variété hamiltonienne ).

Corollaire B.

Les polyèdres moments et sont égaux.

Ce dernier résultat a été également prouvé par Paradan [Paradan], dans le cas où l’élément est un poids d’un tore maximal de , par des méthodes de quantification géométrique, faisant intervenir la théorie de l’indice.


Le Corollaire B nous amène à étudier, dans le Chapitre LABEL:chap:projectiondorbitecoadjointe+GIT, le polytope moment des variétés hamiltoniennes de la forme , pour une représentation complexe de . La forme symplectique est obtenue comme produit de la forme symplectique de Kirillov-Kostant-Souriau sur l’orbite coadjointe , et d’une forme symplectique linéaire -invariante sur . L’application désigne ici l’application moment canonique qui en découle et désigne l’application moment canonique pour (voir section LABEL:section:polydremoment_KLambdaE).

Lorsque est propre, le Théorème de Convexité hamiltonienne implique que l’ensemble, noté , des points rationnels de est dense dans le polyèdre moment . Par des propriétés de quantification géométrique sur , on obtient la description suivante de . Dans l’énoncé ci-dessous, désigne le réseau des poids d’un tore maximal fixé dans et désigne l’ensemble des poids rationnels dominants pour le choix d’une chambre de Weyl dans , dual de l’algèbre de Lie de .

Théorème C.

Supposons que est propre. Pour tout , on a

Cette nouvelle présentation de l’ensemble nous conduit à étudier le cône

est le complexifié de .

Dans ce cadre, l’ensemble est la projection linéaire d’un objet provenant de la Théorie Géométrique des Invariants (abrégé par l’acronyme GIT en anglais). Cet objet est le cône semi-ample de la variété projective , où est un sous-groupe de Borel contenant le complexifié du tore maximal . De manière plus générale, si est une variété algébrique projective, est le cône engendré par les classes d’isomorphisme des fibrés semi-amples -linéarisés dont l’ensemble des points semi-stables, associé à , est non vide. L’ensemble est un cône convexe polyédral de l’espace vectoriel rationnel , nous permettant d’affirmer que et sont des polyèdres convexes.

Les résultats de Ressayre [ressayre08] s’appliquent ici, nous donnant un ensemble d’équations déterminant complètement le cône semi-ample . Ses équations sont indexées par les paires bien couvrantes de la variété définies dans [ressayre08]. Il s’agit des paires de la forme , où est un sous-groupe à un paramètre de , avec le groupe de Weyl de relativement au tore maximal et est une composante irréductible des points de fixés par . On en déduit un ensemble d’équations du cône convexe polyédral .

On note le sous-ensemble des paires bien couvrantes de telles que et est dominant indivisible et -admissible. La -admissibilité est une propriété liée aux poids de l’action de sur .

Théorème D.

Soit une représentation de noyau fini, telle que l’application moment associée soit propre. Un couple appartient à si et seulement si, pour toute paire de , on a

Du Théorème D, on obtient directement un ensemble d’équations pour le polyèdre .

Corollaire E.

Soit une représentation de noyau fini, telle que l’application moment associée soit propre. Si , alors on a

Ces équations donnent aussi les équations de .


Le Chapitre LABEL:chap:PairesBienCouvrantes est consacré à l’amélioration de la condition nécessaire et suffisante, donnée dans [ressayre08], pour qu’une paire de soit bien couvrante, où est un -module et . Cette nouvelle équivalence se décompose en deux conditions : une condition cohomologique, en terme de produits cup de classes de Schubert de la variété des drapeaux , et une condition linéaire sur faisant intervenir , et .

Fixons quelques notations. On note le stabilisateur de dans , et l’ensemble des représentants de longueur maximale des classes de . Le plus long élément de (resp. ) sera noté (resp. ). À chaque appartenant à , on pourra associer une sous-variété de , appelée variété de Schubert. Les classes fondamentales des variétés de Schubert forment une base du -module libre , permettant de définir une base duale dans . On pose le morphisme qui envoie un poids de sur la première classe de Chern du fibré en droites sur de poids . Pour tout entier relatif , on pose

De plus, désigne l’ensemble des poids de l’action de sur . Enfin, dénote la demi-somme des racines positives de .

Nous prouvons le théorème suivant.

Théorème F.

Soit tel que est non vide. La paire de est bien couvrante si et seulement si, soit et , soit les deux assertions suivantes sont simultanément vérifiées:

  1. ,

  2. .

Par ailleurs, un corollaire du Théorème F est utilisé pour prouver le Théorème D. Cet argument est indispensable pour permettre un bon comportement des équations lors de la projection linéaire, pour passer des équations du cône semi-ample à celles de .


Le Chapitre LABEL:chap:calcul_exemples_par_pairesbiencouvrantes termine l’étude des équations du polyèdre moment associé à la projection d’orbites coadjointes holomorphes. Nous y considérons toujours un groupe de Lie réel, semi-simple, connexe, non compact et à centre fini, et un sous-groupe compact maximal, donné par la décomposition de Cartan au niveau des algèbres de Lie .

Dans le cas où l’espace symétrique hermitien est irréductible, c’est-à-dire que est simple, le Corollaire E s’applique à la projection d’orbites coadjointes holomorphes de et les équations obtenues sont décrites dans l’énoncé du théorème suivant.

En effet, l’espace vectoriel réel possède alors des structures complexes -invariantes données par la représentation adjointe sur de certains éléments du centre de . Rappelons qu’ici, l’action de sur est induite par l’action adjointe. On note l’espace vectoriel complexe pour le choix d’une telle structure complexe -invariante. On désigne alors par l’espace vectoriel muni de la structure complexe opposée à celle de . Dans l’énoncé ci-dessous, désigne l’ensemble des paires bien couvrantes pour .

Théorème G (Équations de ).

On suppose que est un groupe de Lie réel, simple, connexe, non compact, à centre fini et que est hermitien. Soit tel que l’orbite est holomorphe. Alors, un élément de appartient à si et seulement s’il vérifie les équations

pour toute paire de .

La structure complexe sur , considérée dans le Théorème G pour pouvoir appliquer le Corollaire E, est intimement liée à la forme symplectique intervenant dans le Théorème A et le Corollaire B. Il est à noter que les poids de l’action de sur forment, dans cette situation, un système de racines non compactes négatives de .

Le Théorème G donne une méthode générale pour trouver un ensemble d’équations caractérisant la projection d’une orbite holomorphe lorsque est simple. Cependant, le calcul effectif de cet ensemble d’équations sur un exemple précis exige de déterminer les paires bien couvrantes associées. Cela consiste en deux étapes :

  1. Déterminer tous les sous-groupes à un paramètre de qui sont dominants, indivisibles et -admissibles. Nous réalisons le calcul systématique de ces pour tous les groupes classiques de la classification, c’est-à-dire pour les groupes , , et .

  2. Déterminer, pour chacun de ces sous-groupes à un paramètre obtenus ci-dessus, les paires associées qui sont bien couvrantes. Nous effectuons ce calcul pour les groupes , , , et aussi pour .

Ces calculs concluent la partie principale de la thèse.


Le travail d’amélioration du critère de Ressayre, pour le compte du Théorème F, nécessite de connaître certains produits cup entre des classes de Schubert bien spécifiques, dans la variété des drapeaux complète de . L’Annexe LABEL:chap:combinatoire_gpdeWeyl_de_GL_r(C) recueille tous les calculs de combinatoire dans le groupe de Weyl de nécessaires et introduit la formule de Chevalley, qui sera ensuite appliquée pour déterminer les produits cup utilisés au Chapitre LABEL:chap:PairesBienCouvrantes.

L’Annexe LABEL:chap:classefondamentale présente la définition de la classe fondamentale d’une variété projective éventuellement singulière. Elle est utilisée pour définir proprement les classes de Schubert, qui sont largement utilisées dans le Chapitre LABEL:chap:PairesBienCouvrantes et le Chapitre LABEL:chap:calcul_exemples_par_pairesbiencouvrantes.

Cette thèse se clôt sur l’Annexe LABEL:chap:exemples_de_triplets_pour_Horn, prouvant que des triplets très particuliers apparaissent comme triplets d’indices des équations de Horn. Ces triplets interviennent dans le calcul de la projection d’orbites coadjointes holomorphes de , effectué au Chapitre LABEL:chap:premières_tentatives.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.