arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

La formule des traces pour les revêtements de groupes réductifs connexes. II.
Analyse harmonique locale

Wen-Wei Li
Résumé

On établit des résultats de l’analyse harmonique locale nécessaires pour la formule des traces invariante d’Arthur pour les revêtements de groupes réductifs connexes. Plus précisément, on démontre pour les revêtements locaux (1) la formule de Plancherel et des préparatifs reliés, (2) la normalisation des opérateurs d’entrelacement soumise aux conditions d’Arthur, (3) le comportement local de caractères de représentations admissibles dans le cas non archimédien, et (4) la partie spécifique de la formule des traces locale invariante. Comme un sous-produit de la démonstration de la formule des traces locale invariante, on obtient aussi la densité de caractères tempérés pour les revêtements.

\newdir

¿*!/-10pt/\dir¿ \newdir—¿!/4.5pt/@—*:(1,-.2)@^¿*:(1,+.2)@_¿ [name=iFT2,title=Index,columns=3]

MSC classification (2010): 11F72, 11F70.

1 Introduction

Cet article fait suite à [31] qui vise à établir une formule des traces invariante à la Arthur [6] pour une grande classe de revêtements des groupes réductifs connexes. Afin d’arriver à la formule des traces invariante, Arthur a besoin des résultats profonds d’analyse harmonique locale. Tandis qu’ils sont admis par certains mathématiciens, il s’avère que les modifications nécessaires ne sont pas toujours triviales. Notre objet est donc d’établir, ou plutôt de justifier, de tels résultats. Plus précisément, nous visons à établir

  • la formule de Plancherel [36];

  • la normalisation des opérateurs d’entrelacement [7], avec formules explicites dans le cas archimédien;

  • la régularité et le développement local de caractères dans le cas non archimédien [25];

  • le Théorème de Paley-Wiener invariant pour les fonctions de Schwartz-Harish-Chandra [11], qui est un ingrédient crucial pour mettre la formule des trace locale en une forme invariante;

  • la formule des traces locale invariante [8].

  • le théorème à la Kazhdan de la densité de caractères tempérés dans le cas non archimédien [26].

Le Graal de cet article est la formule des traces locale invariante sous la forme présentée dans [13, Proposition 6.1]:

pour tout , où

  • est la “composante anti-spécifique” de l’espace des fonctions de Schwartz-Harish-Chandra sur ;

  • est la “partie discrète” du côté spectral spécifique de la formule des traces locale non invariante;

  • est la distribution invariante fabriquée des intégrales orbitales pondérées et des caractères pondérés. C’est l’intégrale orbitale usuelle lorsque . Cette distribution est reliée aux distributions apparaissant dans la formule des traces globale par une formule de scindage (le Lemme 5.8.4).

Voir §5 pour les détails. Il peut paraître curieux car la formule des traces locale n’est pas un ingrédient dans la preuve originelle d’Arthur de la formule des traces globale. Néanmoins, Arthur fait usage d’un argument global pour compléter son argument de récurrence (voir [6, §5]), ce qui est problématique sur les revêtements car il faudrait une propriété d’approximation faible des bons éléments. Un cas particulier du résultat d’Arthur est la densité de caractères tempérés due à Kazhdan [26] qui est indispensable dans toute application de la formule des traces. Donc il faut les établir à tout prix. Ici la formule des traces locale en fournit une approche contournée mais purement locale, cf. [9, Corollary 5.3]. D’ailleurs, la formule des traces locale interviendra dans toute étude sérieuse d’analyse harmonique locale, e.g. la théorie de représentations tempérées elliptiques; elle est également utilisée dans le travail de Mezo [33, §3] sur la correspondance métaplectique.

Vu les travaux de Harish-Chandra, il est tentant de penser que les théories archimédiennes s’adaptent aux revêtements sans peine. Bien au contraire! Par exemple, le théorème de Paley-Wiener invariant pour les fonctions de Schwartz-Harish-Chandra fait l’usage de la théorie de -types minimaux de Vogan, notamment la multiplicité , ce qui dépend des hypothèses d’algébricité ou de connexité du groupe de Lie en question.

C’est inévitable d’admettre les généralisations aux revêtements de certains résultats standards d’analyse harmonique dans cet article, à savoir:

  • la théorie de décomposition de Bernstein, notamment le lemme géométrique [16];

  • la classification des représentations tempérées en termes des représentations de carré intégrable modulo le centre dans le cas non archimédien [36];

  • la classification de Langlands des représentations admissibles dans le cas non archimédien [30];

  • la théorie de -groupes, cf. [34].

On donnera des justifications pour le lemme géométrique dans §2.2.

Organisation de cet article

Dans le §2, nous recueillons des définitions de base pour l’analyse harmonique locale non archimédienne pour les revêtements et nous établissons la théorie de Harish-Chandra pour les revêtements: fonctions de Schwartz-Harish-Chandra, représentations tempérées, opérateurs d’entrelacement, fonction et , la formule de Plancherel. Les preuves sont plus ou moins identiques au cas des groupes réductifs connexes et nous adoptons les notations de [36]; le but de cette section est plutôt de fixer les notations et les choix de mesures. Une exception: il faut choisir un sous-groupe ouvert d’indice fini de , où est un sous-groupe de Lévi semi-standard de (voir la Proposition 2.1.1). Afin de compenser cette ambiguïté, les intégrales concernant sont multipliées par le facteur défini dans (1).

Dans le §3, nous étudions la normalisation des opérateurs d’entrelacement satisfaisant aux conditions d’Arthur, cf. [7, §2] et [10, §2]. Nous en donnons des formules explicites similaires à celles d’Arthur dans le cas archimédien. Pour le cas non archimédien nous reprenons l’argument dans [21, Lecture 15] à quelques corrections près. Enfin, il faut aussi considérer le cas des revêtements non ramifiées et nous le faisons à l’aide de la théorie de séries principales non ramifiés spécifiques. Pour les revêtements archimédiens à deux feuillets, par exemple ceux provenant des -extensions de Brylinski-Deligne [19], nos facteurs normalisants sont liés à ceux d’Arthurs pour les -groupes réductifs connexes qui s’expriment en termes de fonctions archimédiennes.

Dans le §4, nous reprenons [25]. La méthode de descente semi-simple nous ramène à l’algèbre de Lie, où le revêtement disparaît mais un caractère intervient. Le même phénomène paraît aussi dans [31]. On peut se débarrasser du caractère en travaillant systématiquement avec le module croisé . Remarquons que l’intégrabilité locale des caractères admissibles irréductibles pour les revêtements a déjà apparu comme une hypothèse dans des travaux sur la correspondance de Howe; c’est un peu surprenant qu’une preuve n’est jamais entamée auparavant.

Il paraît que notre méthode permettrait de montrer le théorème de régularité de Harish-Chandra au niveau du groupe, ainsi que le développement local, dans le cadre tordu par un caractère . C’est la situation rencontrée en l’endoscopie tordue. Nous ne poursuivons pas ce problème dans cet article.

Dans le §5, nous établissons la formule des traces locale d’Arthur. Les arguments sont presque identiques à ceux d’Arthur et nous n’en donnons que des esquisses; les intégrales d’Eisentein sont évitées dans notre récit. Comme le formalisme d’Arthur évolue, la tâche est plutôt de faire la mise à jour. Notre référence est [13, §6]; en particulier, les fonctions test sont dans l’espace de Schwartz-Harish-Chandra et les distributions sont rendues invariantes à l’aide du Théorème de Paley-Wiener invariant pour de telles fonctions, dont la démonstration dans le cas archimédien est une variante de celle de [11]. Nous démontrons le “Théorème 0” de Kazhdan dans le Théorème 5.8.10. Cette section est quelque peu formelle à l’exception du Théorème de Paley-Wiener invariant, qui nécessite des constructions combinatoires techniques.

Selon Arthur, les caractères pondérés peuvent être non normalisés (ceux dans la formule des traces locale non invariante), normalisés relativement à un choix de facteurs normalisants, ou canoniquement normalisés à l’aide de fonctions . Dans l’étude de la formule des traces locale invariante, il nous faut utiliser et comparer tous les trois. Néanmoins, dans les énoncés finaux les caractères pondérés canoniquement normalisés sont toujours préférés.

Récapitulons le rapport entre les résultats principaux comme suit.

Les corps locaux dans §§4-5 sont supposés de caractéristique nulle.

Notations générales

Sauf mention expresse du contraire, les notations seront celles de [31], qui sont compatibles avec celles d’Arthur. Si est un espace vectoriel, son dual est noté et l’accouplement entre eux est désigné par ou .

Remerciements

Je remercie très vivement J.-L. Waldpsurger pour ses remarques sur le manuscrit, ainsi que T. Ikeda, P. McNamara et P. Mezo pour des conversations utiles. Je remercie aussi le referee pour ses conseils très pertinents.

2 La formule de Plancherel

2.1 Définitions de base

On vise à établir la formule de Plancherel pour les revêtements locaux. Le cas archimédien est déjà traité dans les travaux de Harish-Chandra [24]. On se limite au cas où est un corps local non archimédien. Notons le cardinal du corps résiduel de . Nous suivrons l’approche de Waldspurger [36] en mettant l’accent sur les énoncés et les changements nécessaires pour adapter ses preuves aux revêtements.

Soient , et un -groupe réductif connexe. Considérons un revêtement à feuillets

Nous adoptons les conventions de [31]: les objets associés au revêtement sont affectés de , e.g. ; les symboles sans désignent leurs images par . Une décomposition de Lévi d’un parabolique s’écrit toujours de la forme . On construira des objets associés à ainsi qu’à ses sous-groupes de Lévi; on fera référence au groupe en question en affectant les notations d’exposant lorsqu’il convient de le faire.

Fixons un sous-groupe de Lévi minimal de , un sous-groupe compact maximal spécial de en bonne position relativement à , et . On définit ainsi les sous-groupes de Lévi ou paraboliques standards et semi-standards. La proposition suivante est aussi valable pour le cas archimédien.

Proposition 2.1.1.

iFT2] Soient un corps local, un revêtement à feuillets. Il existe une famille de sous-groupes de , où parcourt les sous-groupes de Lévi de , telle que

  1. est ouvert et fermé dans d’indice fini;

  2. est central dans ;

  3. si sont des sous-groupes de Lévi et , alors ;

  4. soit un Lévi contenant , alors ;

  5. on poseiFT2]

    alors pour tout .

Démonstration.

Indiquons une construction possible: posons pour tout Lévi . Alors on a . Soit , la propriété résulte du fait que . Les autres propriétés sont triviales. ∎

En fait, on a déjà utilisé une version moins précise de ces sous-groupes dans [31]. Fixons une telle famille désormais. Lorsque , on utilise les notations , et .

Rappelons que dans [31] on a défini l’application de Harish-ChandraiFT2] par et iFT2]. Elle diffère de celle de [36] par un signe, mais peu importe. Rappelons que, lorsque est non archimédien, on choisit la mesure de de sorte que . On munit de la mesure induite de .

Soit un Lévi de . Étant donné , on définitiFT2]

(1)

alors pour toute fonction invariante par , l’intégrale

ne change pas si l’on remplace par un sous-groupe d’indice fini . Si est invariante par , alors cette l’intégrale est égale à .

On poseiFT2]

Selon nos définitions, s’identifie à . Il est muni d’une structure de variété algébrique complexe, isomorphe à , qui se déduit de l’homomorphisme surjectif

qui envoie sur ; rappelons que . Son noyau est de la forme est un réseau dans . Cela permet de définir la partie réelle pour tout . Notons . On définit ainsi .

Soit un sous-groupe de , on pose iFT2]. Alors

C’est un tore compact comme est non archimédien. Introduisons des mesures de Haar et des constantes comme suit.

  • On munit de la mesure de Haar de sorte que l’application quotient

    préserve localement les mesures et que . Ceci est compatible avec la convention dans [31, §2.5].

  • Pour tout , choisissons la mesure de Haar sur telle que . De tels choix sont invariants par .

  • On munit de la mesure de Haar telle que pour tout mesurable. La même convention s’applique aux groupes , et .

  • Soit , on munit de la mesure de Haar telle que . On note l’opposé de . Rappelons aussi que Harish-Chandra a défini la constante positiveiFT2]

    selon la décomposition d’Iwasawa . Elle est proportionnelle à la mesure de Haar sur , qui est déjà choisie. En fait, elle ne dépend que de et (cf. [36, p.240]), donc c’est loisible de la noter . On a la formule d’intégrale pour toute

    (2)

On définit le sous-ensemble (resp. ) comme l’image réciproque de

par (resp. restreint à ); ici on a changé les notations de [36] afin d’alléger les symboles. On en déduit la décomposition suivante.

Proposition 2.1.2.

Il existe un sous-ensemble fini de tel que

Démonstration.

Cela résulte de la décomposition correspondante , où est l’image réciproque de par . ∎

Enfin, on peut prendre une fonction hauteur adaptée à comme dans [36, p.242] et on pose . Ceci joue le rôle de la fonction dans [36] qui intervient dans diverses majorations. Il convient aussi de considérer la fonction .

2.2 Représentations

Soit un sous-groupe parabolique de . Le scindage unipotent [31, §2.2] donne une décomposition canonique . Cela permet de définir le foncteur d’induction parabolique normaliséeiFT2]

signifie la fonction module de composée avec , ce qui est aussi la fonction module de .

De même, on sait définir le foncteur de Jacquet normalisé: soit une représentation lisse de , on note le quotient maximal sur lequel opère trivialement. On obtient la représentation lisse de en posantiFT2]

En outre, le groupe opère sur l’ensemble des classes représentations lisses (resp. admissibles, unitaires) par produit tensoriel. On peut ainsi développer une théorie de décomposition de Bernstein comme le cas de groupes réductifs connexes. Ces foncteurs ont des propriétés algébriques comme le cas de groupes réductifs connexes, par exemple le lemme géométrique de Bernstein-Zelevinsky, l’admissibilité uniforme, la réciprocité de Frobenius et le second théorème d’adjonction, pour en citer quelques uns. Observons en passant que toutes ces opérations préservent l’équivariance sous .

Au lieu de reproduire toutes les démonstrations des assertions ci-dessus, c’est peut-être plus raisonnable de les admettre comme les hypothèses. Donnons toutefois une esquisse.

  • Le groupe topologique est un -groupe au sens de [15, 1.1]. Il suffit que soit un -espace; cela résulte du fait que est un -espace.

  • De même, est dénombrable à l’infini (c’est-à-dire il est une réunion dénombrable de sous-ensembles compacts) d’après la propriété correspondante de .

  • Pour le lemme géométrique, on doit vérifier les conditions (1)-(4) et dans [16, 5.1]. Pour cela, on utilise la décomposition de Lévi sur le revêtement et ses conséquence suivantes: l’action adjointe de sur se factorise par , et l’action du groupe de Weyl sur les sous-groupes , se déduit de celle sur .

Des cas spéciaux du lemme géométrique pour revêtements se trouvent dans [27, §I.2] et [22].

Passons maintenant à l’aspect “analytique”. Le résultat suivant est important pour l’étude de coefficients matriciels de modules de Jacquet, cf. [36, I.2]. Faute d’avoir une référence convenable, on en donnera aussi une démonstration.

Proposition 2.2.1.

Soit un sous-espace de dimension finie de stable par la représentation régulière à droite de , notée . Alors il existe un sous-ensemble fini de et un entier , tels que pour tout et tout , il existe un polynôme sur , , tel que

Si l’on prend minimal vérifiant les propriétés ci-dessus pour tout , alors pour tout , les fonctions et sont dans .

Démonstration.

Prenons . La finitude de et la commutativité de donnent une décomposition finie , stable par , où

On se ramène ainsi au cas où est un singleton. En multipliant les éléments de par , on peut supposer de plus que . Soit . Comme agit sur comme une matrice unipotente pour tout , la fonction se factorise par le sous-groupe compact . Alors l’équation

devient un système de suites récurrentes linéaires sur le réseau , et l’assertion en découle. ∎

Définition 2.2.2.

iFT2]iFT2] Soient une représentation admissible de et . Définissons

On a alors . Définissons l’ensemble des exposants de par

Remarque 2.2.3.

Soit . On peut vérifier aisément que est un objet “infinitesimal”: il ne change pas si l’on remplace par un sous-groupe ouvert d’indice fini et remplace par sa restriction à .

Posons l’espace de fonctions sur bi-invariantes par un sous-groupe ouvert et compact. Il y a deux représentations , de sur cet espace, définies par

Soit une représentation admissible de . Notons sa contragrédiente. Soient , . On définit le coefficient matriciel comme l’élément de

Notons la sous-représentation de (par et ) engendrée par tous les coefficients de , et posons

Soit un sous-groupe parabolique de . On dispose de l’application terme constant le long de , cf. [36, I.6.2]

La fonction est caractérisée par la propriété suivante. Pour tout , il existe tel que, si et pour tout , alors

(3)

La démonstration est basée sur un théorème de Casselman [36, I.4.1], la preuve-là s’adapte aux revêtements à l’aide de la Proposition 2.1.2.

2.3 Fonctions de Schwartz-Harish-Chandra

Introduisons la fonction de Harish-Chandra sur . Rappelons que est définie comme un coefficient matriciel de l’induction parabolique normalisée de la représentation triviale de . On pose simplementiFT2]

Cette fonction vérifie des majorations liées à et , cf. [36, II]. De même, les résultats d’intégrabilité de [36, II] demeurent valables pour , ce qui justifie toutes les intégrales que l’on considérera.

Soit . On note

et on note son adhérence.

Proposition 2.3.1 (Cf. [36, iii.1.1]).

Soit une représentation admissible de admettant un caractère central unitaire. Les conditions suivantes sont équivalentes.

  1. Les valeurs absolues des coefficients de sont de carrés intégrables sur .

  2. Pour tout parabolique semi-standard et tout , on a .

  3. Pour tout parabolique standard propre maximal et tout , on a .

Supposons vérifiées ces conditions et soit . Pour tout , il existe tel que

(4)

On appelle une telle représentation de carré intégrable modulo le centre, ou bien modulo le centre. Si est de carré intégrable modulo le centre, on définit son degré formel comme la constante positive telle queiFT2]

Remarquons que dépend de la mesure de Haar sur mais pas du choix de .

Définissons des versions dites faibles de et comme suit.iFT2]iFT2]

Soit une représentation admissible de . On dit que est tempérée si . Les représentations de carré intégrable modulo le centre sont tempérées. Un fait important est

Proposition 2.3.2.

Soit une représentation admissible de . Les conditions suivantes sont équivalentes.

  1. est tempérée.

  2. Pour tout parabolique semi-standard et tout , on a .

  3. Pour tout parabolique standard propre maximal et tout , on a .

En résumé, nous avons défini les ensembles

qui désignent les ensembles de classes d’équivalences de représentations de carré intégrable modulo le centre, tempérées, unitaires et admissibles irréductibles de , respectivement. On peut aussi considérer l’équivariance sous et introduire les sous-ensembles , , etc.

Soient et . On définitiFT2]

Soit un sous-groupe ouvert compact. Notons l’espace des fonctions bi-invariantes par telles que est fini pour tout . Les semi-normes définissent une topologie sur . On pose , muni de la topologie . C’est une algèbre pour le produit de convolution, qui est séparément continu. Les éléments de s’appellent aussi les fonctions de Schwartz-Harish-Chandra. L’application définie par est continue.iFT2]

Si et , on peut définir l’opérateur de sorte que

Alors est un homomorphisme d’algèbres. Pour tout , l’opérateur est de rang fini et on peut définir la fonctionnelle linéaire continue , i.e. le caractère de .

Citons deux variantes faibles des constructions précédentes. Soit . Soit , alors le module de Jacquet admet une décomposition canonique.

se constitue des avec , et se constitue du reste. Alors est tempérée, cf. [36, III.3.1]. La réciprocité de Frobenius demeure valable dans la catégorie des représentations tempérées admissibles si l’on remplace le foncteur par .

On dispose de l’application terme constant faible le long de , analogue de (3)

La fonction est caractérisée par la propriété suivante. Pour tout , on a

(5)

où la limite signifie que et tend vers l’infini dans un cône ouvert strictement contenu dans celui déterminé par , cf [36, III.5].

On définit la fonction en posantiFT2]

(6)

2.4 Opérateurs d’entrelacement

Le tore complexe opère sur par , où et . Si est l’image de , on écrit aussi iFT2]. L’action induite du tore compact préserve . Pour toute orbite sous , on peut choisir un point base et munir de la structure de variété par l’application

Le stabilisateur est fini. De façon analogue, pour l’action de on définit l’orbite qui est une variété algébrique complexe. Ainsi, on peut parler de fonctions , régulières ou rationnelles sur . Ces notions ne dépendent pas du choix du point base .

Soient , et dans . Soient une représentation admissible de , , . On dit que l’intégrale

est absolument convergente, égale à , si pour tout l’intégrale

est absolument convergente et égale à . Si est absolument convergent pour tous et , on dit que est défini par des intégrales convergentes, et il définit un opérateur d’entrelacement .

On peut identifier à l’induction par restriction sur . Lorsque varie dans , cet espace ne change pas. En introduisant les -familles de représentations (cf. [36, I.5]), on peut parler des familles d’opérateurs régulières ou rationnelles, où , voir [36, IV.1].

Soient et , la coracine peut être définie en choisissant un parabolique minimal et en restreignant à . On voit qu’elle est indépendante de .

Nous renvoyons le lecteur à [36, IV.1] pour les résultats suivants dans le cas des groupes réductifs connexes.

Théorème 2.4.1.

iFT2] Soit une représentation admissible de longueur finie de . Alors il existe tel que si pour tout , alors est défini par des intégrales convergentes. L’opérateur défini pour de tels se prolonge en un opérateur rationnel sur .

Si est tempérée, alors est défini par des intégrales convergentes pourvu que pour tout .

Posons .

Proposition 2.4.2.

Soit une représentation admissible de longueur finie de . Alors

  1. , où signifie l’opérateur dual;

  2. si et ;

  3. soit contenant et , on fait les identifications

    alors est l’opérateur déduit de par le foncteur ;

  4. soient