Check out our new tool: Replicate, a lightweight version control system for machine learning

[

Jean-Louis Colliot-Thélène C.N.R.S., Université Paris Sud
Mathématiques, Bâtiment 425
91405 Orsay Cedex
France
   David Harari Université Paris Sud
Mathématiques, Bâtiment 425
91405 Orsay Cedex
France
David.H
version révisée, 14 juillet 2013
Résumé

Soient un corps de nombres et une -variété affine lisse intègre fibrée au-dessus de la droite affine . Supposons que toutes les fibres sont géométriquement intègres, et que la fibre générique est un espace homogène sous un groupe semisimple simplement connexe presque simple , les stabilisateurs géométriques étant réductifs connexes. Soit une place de telle que la fibration admette une section rationnelle sur le complété . Supposons en outre que pour presque tout point le -groupe soit isotrope. Supposons enfin le groupe de Brauer de réduit à celui de . Alors l’approximation forte vaut pour en dehors de la place .

Approximation forte en famille]Approximation forte en famille

{altabstract}

Let be a number field and a smooth integral affine variety equipped with a surjective morphism to the affine line. Assume that all fibres of are split, for instance that they are geometrically integral. Assume that the generic fibre of is a homogeneous space of a simply connected, almost simple, semisimple group , and that the geometric stabilizers are connected reductive groups. Let be a place of such that the fibration acquires a rational section over the completion at . Assume moreover that at almost all points in the specialized group is isotropic over . If the Brauer group of is reduced to the Brauer group of , then strong approximation holds for away from the place .

1 Introduction

On dit qu’une variété algébrique définie sur un corps de nombres et qui possède des points dans tous les complétés de satisfait l’approximation forte en dehors d’un ensemble fini de places du corps si l’image diagonale de l’ensemble des points rationnels de est dense dans l’espace des points adéliques de hors de .

Lorsqu’une telle propriété vaut, elle implique pour tout modèle de au-dessus de l’anneau des -entiers de un principe local-global pour l’existence de points -entiers.

Pour non vide, l’approximation forte est une propriété bien connue des espaces affines. Cette propriété a été établie par M. Kneser et V. P. Platonov pour tout -groupe semisimple simplement connexe presque -simple, sous l’hypothèse que le produit des points locaux de aux places de est non compact.

Il a été observé que cette propriété ne s’étend pas aux groupes non simplement connexes. Cependant, une obstruction de type Brauer-Manin a été dégagée [9] et il a été montré dans une série d’articles (voir [3]) que sous des hypothèses très larges elle contrôle le défaut d’approximation forte pour les espaces homogènes de groupes linéaires connexes.

Tout comme cela est entrepris pour le problème analogue pour les points rationnels, on souhaite élargir la classe des variétés pour lesquelles on a un tel contrôle sur les points entiers. L’obstruction de Brauer-Manin entière est en effet définie pour toute variété [10]. Elle a été calculée pour quelques variétés qui ne sont pas des espaces homogènes [21, 11], mais sans que l’on puisse dire s’il s’agit là de la seule obstruction.

Dans [10], Fei Xu et le premier auteur étudient l’approximation forte pour certains modèles lisses des variétés définies sur un corps de nombres par une équation

est une forme quadratique non dégénérée à coefficients dans un corps de nombres et est un polynôme non nul en une variable. S’il existe une place telle que est isotrope sur le complété , on a établi que l’image diagonale de dans la projection de l’ensemble de Brauer–Manin sur (adèles hors de ) est dense.

Inspirés par cet exemple, nous établissons un résultat général pour les familles à un paramètre d’espaces homogènes. Nous montrons :

Théorème A (voir le théorème 3.5). Soit une -variété lisse connexe munie d’un morphisme satisfaisant les conditions suivantes :

(i) la fibre générique de est un espace homogène d’un -groupe semisimple simplement connexe presque simple , et les stabilisateurs géométriques pour cette action sont réductifs connexes;

(ii) les fibres de sont scindées, par exemple géométriquement intègres;

(iii) il existe une place telle que la fibration ait une section rationnelle sur , et que, pour presque tout le groupe spécialisé est isotrope.

(iv) Les éléments du groupe de Brauer prennent une valeur constante lorsqu’on les évalue sur .

Alors l’image diagonale de dans la projection de l’ensemble de Brauer–Manin sur est dense.

Sous les hypothèses (i) et (ii) du théorème, le quotient est fini.

Comme nous l’a fait remarquer Dasheng Wei, même pour réelle, on ne peut pas espérer que la conclusion du théorème soit satisfaite si la projection sur de est compacte; il est donc clair qu’il faut une condition en , condition qui est ici assurée par la combinaison de nos hypothèses (iii) et (iv). Noter qu’en particulier l’hypothèse (iv) est automatiquement satisfaite dans plusieurs cas intéressants, voir la Remarque 3.10. Les hypothèses (iii) et (iv) sont toujours satisfaites si est complexe.

L’exemple suivant représente déjà une vaste généralisation des principaux résultats de [10].

Théorème B (théorème 4.2). Soient et des polynômes deux à deux premiers entre eux. Soit l’ouvert de lissité de la -variété affine d’équation

Soit une place de . On suppose que la conique d’équation sur le corps a un point rationnel sur le corps .

Si le produit est un polynôme non constant séparable, alors et l’approximation forte vaut pour hors de : l’image diagonale de est dense dans (adèles hors de ).

Quand est complexe, on a l’énoncé plus général que l’image diagonale de dans la projection de l’ensemble de Brauer–Manin sur (adèles hors de ) est dense sans avoir besoin de l’hypothèse supplémentaire sur le produit .

À titre d’illustration, voici un cas particulier.

Théorème C. Soient et dans des polynômes. Supposons le produit non constant et sans facteur carré dans . Soit le schéma affine défini dans par

Supposons que pour presque tout la conique a un point dans . Alors le principe local-global et l’approximation forte valent pour les points entiers de : L’image diagonale de est dense dans le produit des solutions locales entières sur tous les premiers .

Le lecteur peut se demander pourquoi dans les deux énoncés précédents on considère une forme quadratique à trois variables dans le membre de gauche de l’équation.

Lorsque l’on prend au moins 4 variables, sous l’hypothèse que le produit est non constant et sans facteur carré dans , une méthode de fibration simple [10, §3] donne le résultat ci-dessus.

Par contre, quand on considère le problème avec 2 variables, la question de l’existence et de la densité des solutions entières d’une équation aussi simple que

avec non carré et polynôme séparable de degré au moins 3, est hors d’atteinte de toutes les techniques connues. Il y a deux difficultés essentielles : d’une part pour toute -fibre lisse le quotient est infini, d’autre part les fibres correspondant aux zéros du polynôme ne sont pas scindées.

Disons maintenant un mot sur les méthodes employées dans l’article.

Dans une série d’articles [18, 19, 20], le second auteur a étudié le principe de Hasse et l’approximation faible en familles pour les points rationnels, en tenant compte des contraintes provenant du groupe de Brauer. Ces articles supposent la fibration propre. Les démonstrations comportent essentiellement deux aspects : un aspect algébrique, l’étude du comportement du groupe de Brauer en famille et un aspect arithmétique, le choix d’une fibre dont l’ensemble de Brauer-Manin est non vide.

Pour le problème que nous considérons ici, la fibration n’est pas propre. La fibre générique est un espace homogène d’un groupe semisimple simplement connexe. La bonne connaissance que nous avons du groupe de Picard et du groupe de Brauer de tels espaces nous permet de les étudier en famille, ce qui donne la partie algébrique de la démonstration (Théorème 2.6).

Pour l’aspect arithmétique, dans le contexte d’approximation forte du présent article, un problème nouveau se présente : on doit travailler avec une place exceptionnelle qui est imposée au départ. Pour le résoudre, on développe une variante nouvelle de la méthode des fibrations (méthode qui avait été employée dans [18], [19] et [20]) : le principal ingrédient supplémentaire est une version raffinée du théorème d’approximation forte combinée à un argument de type irréductibilité de Hilbert (proposition 3.4).

Ces techniques permettent une réduction du problème d’approximation des points entiers sur au cas des points entiers d’une fibre convenable du morphisme , fibre qui est un espace homogène d’un -groupe semisimple simplement connexe, espace auquel on peut appliquer les résultats sur l’obstruction de Brauer-Manin entière établis par Fei Xu et le premier auteur [9], puis généralisés par Borovoi et Demarche [3].

Conventions et notations

Soit un corps. Une -variété est par définition un -schéma séparé de type fini. On note le groupe des fonctions inversibles sur .

Si la -variété est intègre, on note son corps des fonctions rationnelles.

Une -variété est dite scindée si elle contient un ouvert non vide qui comme -variété est géométriquement intègre.

Soit une clôture séparable de . Pour toute -variété , on note la -variété . De même si est un schéma et un -schéma, on note pour tout -schéma .

On note le groupe de Picard d’un schéma et son groupe de Brauer. On désigne aussi par l’ensemble des points de codimension de .

Soit un corps de nombres. Pour une place de on note le complété de en , et pour non archimédienne, on note l’anneau des entiers. Pour un ensemble fini de places de , on note l’anneau des entiers hors de .

Pour la définition et les généralités sur l’obstruction de Brauer–Manin entière, nous renvoyons le lecteur aux introductions de [9] et [10]. En particulier si est une -variété, on note (resp. ) l’ensemble de ses points adéliques (resp. de ses points adéliques hors de ); pour tout sous-ensemble de , on note le sous-ensemble de constitué des points adéliques orthogonaux à pour l’accouplement de Brauer-Manin et on pose .

2 Spécialisation du groupe de Brauer

Le but de ce paragraphe est de démontrer le théorème 2.6, analogue dans le présent cadre du théorème 2.3.1 de [19], qui traitait de fibrations propres sur la droite affine. Il faut adapter au présent contexte tous les arguments du §2 de [19].

Proposition 2.1.

Soit un anneau de valuation discrète de corps résiduel de caractéristique zéro. Soit le corps des fractions de . Soit un -schéma lisse à fibres géométriquement intègres. Soit le morphisme structural. Soit la fibre générique et la fibre spéciale. Supposons , c’est-à-dire que la fibre spéciale géométrique n’a pas de revêtement abélien connexe non trivial. Alors la flèche de restriction induit un isomorphisme

et une flèche de spécialisation

(On fait systématiquement l’abus de langage d’écrire plutôt que .)

Démonstration.

On a le diagramme commutatif de suites exactes

La première suite exacte est bien connue [17], à la surjectivité à droite près, pour laquelle nous renvoyons à [2] et [8, Thm. B. 2.1].

La deuxième suite exacte résulte de la suite de localisation en cohomologie étale, de la suite exacte de Kummer, de l’injectivité du groupe de Brauer d’un schéma régulier intègre dans le groupe de Brauer de son corps des fonctions, et du théorème de pureté de Gabber (voir [14]). Sous les hypothèses faites sur , on a et , donc la flèche naturelle

est un isomorphisme. La proposition résulte alors du diagramme.

Proposition 2.2.

Soit un anneau de valuation discrète. Soit le corps des fractions de . Soit un -schéma lisse à fibres géométriquement intègres. Soit le morphisme structural. Soit la fibre générique.

(1) La flèche de restriction est un isomorphisme.

(2) Soit un revêtement galoisien (éventuellement infini) de groupe de Galois . Supposons que l’on a :

(a) ;

(b) ;

(c) .

Alors on a une suite exacte naturelle

Démonstration.

L’énoncé (1) est classique. La suite exacte dans (2) provient de la suite spectrale de Leray pour le morphisme et le faisceau , la démonstration est essentiellement celle de [19, Prop. 2.1].

Proposition 2.3.

Soit un anneau de valuation discrète de corps résiduel de caractéristique zéro. Soit le corps des fractions de . Soit le hensélisé de et le hensélisé strict. Soit , resp. le corps des fractions de , resp. . Fixons des inclusions . Notons et .

Supposons , et .

Soit un -schéma lisse à fibres géométriquement intègres. Soit le morphisme structural. Soit la fibre générique.

Supposons que l’on a universellement sur .

On a alors un diagramme commutatif de suites exactes

Si de plus , la flèche dans ce diagramme est un isomorphisme.

Démonstration.

Vérifions que les hypothèses de la proposition 2.2 sont satisfaites pour chacune des 5 lignes du diagramme. L’hypothèse (a) est par hypothèse satisfaite pour toutes.

Pour la ligne 5, (b) est automatique et (c) est l’hypothèse .

Pour la ligne 4, . Par ailleurs on a la suite exacte scindée de -modules galoisiens donnée par la réduction modulo l’idéal maximal

est uniquement divisible. L’hypothèse assure donc .

Pour la ligne 3, on a la suite scindée de -modules

donnée par la valuation. On a vu que l’égalité implique alors . Sous l’hypothèse on a donc , c’est-à-dire la condition (c). Comme est algébriquement clos, on a

Pour la ligne 2, l’hypothèse (b) est automatique et (c) se lit . D’après [22], exemple (c) p. 108, il suffit de voir que et sont nuls. Or et est isomorphe à ([22], Rem. III.3.11).

Pour la ligne 1, l’hypothèse (b) est automatique et (c) se lit .

La proposition 2.2 et les hypothèses sur la cohomologie de donnent donc le diagramme de suites exactes ci-dessus, et la proposition 2.1. montre que, sous l’hypothèse , l’homomorphisme est un isomorphisme.

Remarque 2.1.

Les hypothèses , et sont satisfaites lorsque est un corps de nombres et ; voir par exemple [5] p. 199 et [18], p. 241.

Proposition 2.4.

Soient un corps de caractéristique zéro, une clôture algébrique, et . Soit une -variété algébrique lisse et géométriquement intègre, et un -morphisme. Soit et soit un -groupe semisimple simplement connexe. Supposons que la fibre générique de est un espace homogène de , à stabilisateurs géométriques réductifs connexes. Il existe un ouvert non vide tel que pour tout -point de d’anneau local , avec de hensélisé et de hensélisé strict , on ait (notant la fibre en de ) :

(i) Les flèches naturelles

sont des isomorphismes de réseaux, et la flèche naturelle

est un isomorphisme de -réseaux, où on a noté via la flèche associée à ; de même et sont définis par changement de base à partir de la fibre générique .

(ii) Les flèches naturelles

sont des isomorphismes de groupes abéliens finis, et la flèche de spécialisation

est un isomorphisme de -modules finis.

(iii) Supposons , ce qui est le cas si est un corps de nombres. Alors la flèche naturelle

est un isomorphisme de groupes abéliens finis.

Démonstration.

Il existe un ouvert non vide et un revêtement fini étale galoisien connexe , définissant une extension galoisienne finie de corps, tels qu’on ait les propriétés suivantes :

(a) Le groupe s’étend en un -groupe semisimple simplement connexe.

(b) Il existe une section de .

(c) Le stabilisateur de cette section est un -groupe réductif (à fibres connexes).

(d) Le groupe s’inscrit dans une extension de -groupes

est un -tore et est un -groupe semisimple, groupe dérivé de .

(e) On a une suite exacte de -groupes

est un -groupe semisimple simplement connexe, et est un -schéma en groupes finis abéliens étales.

On dispose du -torseur défini par la section . Ce torseur a une restriction triviale au-dessus de l’image de .

À une telle situation sont associés, de façon fonctorielle en tout -schéma , des homomorphismes

où la flèche est associée au -torseur , et

désigne le groupe des classes d’extensions centrales; cette dernière flèche est définie via le fait qu’une telle extension centrale définit ipso facto un -torseur sous .

Lemme 2.5.

Soit un anneau intègre. Soit un -schéma en groupes réductifs connexes. Alors la flèche

définie comme ci-dessus est injective.

Démonstration.

Soit le corps des fractions de . Soit

une extension centrale dont l’image dans est nulle. Cela signifie qu’il existe une section du morphisme de -schémas , section dont on peut supposer qu’elle envoie le neutre sur le neutre (quitte à la multiplier par un élément de ). Il s’agit alors de montrer que est de plus un homomorphisme de -schémas en groupes. L’argument de la proposition 3.2 dans [7] (reposant sur le lemme de Rosenlicht) donne alors que la restriction de à la fibre générique est un morphisme de -schémas en groupes. Ceci implique que le morphisme de -schémas séparés

est constant égal au neutre sur la fibre générique, donc partout; d’où le résultat.

Reprenons la preuve de la proposition 2.4. Pour tout -schéma on a aussi un homomorphisme

est le sous-groupe formé des éléments nuls sur , et où la flèche est définie par cup-produit avec la classe dans du -torseur , et des hom ?omorphismes

ce dernier étant associé au -torseur .

Pour le spectre d’un corps, ces diverses applications sont discutées dans [24], [9] et [3].

On a donc des homomorphismes

(2.2)

Soit un corps de caractéristique zéro. Pour un -groupe semisimple simplement connexe, on a les propriétés suivantes

Pour algébriquement clos, les deux premières propriétés sont bien connues [24]. La troisième l’est aussi, elle est établie de façon algébrique dans [15]. Pour quelconque, on en déduit le résultat général en utilisant la suite spectrale de Hochschild-Serre pour la cohomologie étale du faisceau .

Supposons que est le spectre d’un corps . La proposition 6.10 de [24] montre que la flèche naturelle

est un isomorphisme.

Considérons la suite d’homomorphismes :

La première flèche est un isomorphisme ([24, Lemme 6.9]). La seconde flèche est un isomorphisme si est algébriquement clos ([24, Cor. 6.11 et Rem. 6.11.3]). La troisième flèche est un isomorphisme ([7, Cor. 5.7]). La quatrième flèche est un isomorphisme; ceci résulte de [3, Thm. 2.8] et des égalités et

Soit un -point de . Soit le hensélisé de en et le hensélisé strict. Fixons une factorisation induisant . Fixons aussi des plongements . Soit la fibre de en .

On a un diagramme commutatif

Comme est un tore déployé, les flèches verticales de gauche sont des isomorphismes. Comme on a dit, la proposition 6.10 de [24] implique que les deux flèches horizontales inférieures sont des isomorphismes. Le (1) de la proposition 2.2 montre que la verticale supérieure droite est un isomorphisme. On conclut que toutes les flèches dans ce diagramme sont des isomorphismes.

On a par ailleurs un diagramme commutatif

dans lequel toutes les flèches sauf peut-être la flèche sont des isomorphismes. Ainsi cette dernière flèche est un isomorphisme, ce qui achève d’établir l’énoncé (i).

Sur , tous les groupes intervenant dans (2.2) sont isomorphes au groupe fini . Les groupes et sont donc finis.

Soit une extension finie galoisienne de corps telle que l’application soit surjective et que l’application

soit surjective.

Quitte à restreindre , on peut de plus supposer que l’extension est non ramifiée sur , et que tout élément de provient d’un élément de , où est la fermeture intégrale de dans .

Pour l’anneau local d’un point , on a

l’application est surjective et l’application

est surjective.

D’après (2.2), on a un diagramme commutatif d’applications naturelles

Les flèches dans la verticale de gauche sont toutes des isomorphismes. Dans la première ligne, toutes les flèches sont des isomorphismes. Dans la seconde ligne, toutes les flèches sauf peut-être la flèche sont des isomorphismes. La flèche est injective via la proposition 6.10 de [24], car . Comme la flèche est par nos hypothèses surjective, on conclut que toutes les flèches dans les deux premières lignes, ainsi qu’entre ces deux lignes, sont des isomorphismes.

Les flèches verticales entre la deuxième et la troisième ligne, sauf peut-être les deux dernières à droite, sont clairement des isomorphismes. On en déduit que les deux premières flèches de la troisième ligne sont des isomorphismes. La dernière flèche verticale entre les lignes trois et deux est une injection (régularité des schémas considérés).

Comme est un espace homogène d’un groupe semisimple simplement connexe pour une action dont les stabilisateurs sont connexes, on a et la proposition 2.1 montre que la flèche en question est un isomorphisme.

La dernière ligne est composée d’isomorphismes. On en conclut que les trois premières flèches verticales entre la troisième et la quatrième ligne sont des isomorphismes.

D’après ce qui précède, l’application

est surjective.

Par ailleurs la flèche est injective d’après le lemme 2.5. Une chasse au diagramme donne alors que toutes les flèches sont des isomorphismes (de groupes finis).

Comme pour chacun des groupes dans la verticale de droite, on a maintenant établi l’énoncé (ii).

L’énoncé (iii) résulte alors de la proposition 2.3. et de sa démonstration, qui pour les deux lignes inférieures du grand diagramme, utilise seulement l’hypothèse .

On peut maintenant établir le théorème suivant, qu’on comparera avec [19, Thm. 2.3.1].

Théorème 2.6.

Soit un corps de nombres. Soit une -variété lisse et géométriquement intègre, et un -morphisme. Soit et soit un -groupe semisimple simplement connexe. Supposons que la fibre générique de est un espace homogène de , à stabilisateurs géométriques réductifs connexes. Il existe alors un sous-ensemble hilbertien de tel que pour tout point la fibre soit lisse et que l’on ait un isomorphisme naturel de groupes finis

Démonstration.

On reprend les notations de la démonstration précédente. On note déjà que universellement sur la fibre générique , via le lemme de Rosenlicht (car est semi-simple).

On suppose que l’extension finie galoisienne est suffisamment grosse pour que comme précédemment l’application soit surjective, mais aussi que l’application de restriction soit surjective, et donc un isomorphisme de réseaux, l’injectivité résultant de . Soit .

D’après le théorème d’irréductibilité de Hilbert, il existe un sous-ensemble hilbertien de tel que pour tout point la fibre soit lisse, l’extension soit non ramifiée en et soit inerte dans . En tout tel point on a donc une extension induite de corps de nombres de groupe de Galois . La hensélisation donne également une extension galoisienne de groupe . On a les inclusions de corps

Les applications sont des isomorphismes de réseaux.

On considère le diagramme commutatif de suites exactes (proposition 2.3 et remarque 2.1) :

On a

et Ainsi la première flèche verticale est un isomorphisme.

Comme est surjectif, l’action de sur se factorise par . On a alors .

On a, via la suite de restriction-inflation, le diagramme commutatif de suites exactes :

La flèche est un isomorphisme.

Comme le groupe est fini, on peut à l’avance choisir de façon que de plus l’image de dans s’annule dans et donc dans On a alors le diagramme commutatif de suites exactes