arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Réflexions dans un cristal

Pierre Baumann, Stéphane Gaussent et Joel Kamnitzer
Résumé

Soit une algèbre de Kac-Moody symétrisable. Soit le cristal de Kashiwara de , soit un poids dominant, soit le cristal à un élément de poids , et soit le cristal de la représentation intégrable de plus haut poids . Nous calculons les paramètres en cordes descendants d’un élément de en fonction des paramètres de Lusztig de .

1 Énoncé du résultat

Soit une algèbre de Kac-Moody symétrisable. Elle vient avec la décomposition triangulaire , la famille des racines simples, la famille des coracines simples, et le groupe de Weyl engendré par les réflexions simples , …, . Soit l’ensemble des poids entiers dominants.

À chaque correspond une représentation irréductible intégrable de . Le choix d’un vecteur de plus haut poids donne lieu à une surjection de sur . La combinatoire de cette situation est régie par les cristaux de Kashiwara [6] : le cristal de est un sous-cristal de , où est le cristal de et est le cristal à un élément de poids . Le cristal étant normal, nous avons

pour tout et tout .

Le cristal est muni d’une involution (voir [6], §8.3), ce qui permet de définir des opérateurs . Dans [11], Saito définit une bijection

par . Prolongeons à en posant pour tout .

Théorème 1

Soit , soit une décomposition réduite dans , et soit tel que . Définissons par récurrence des éléments , …, de et des entiers , …,  par

pour tout . Posons enfin . Alors

(1)

Le cas particulier de ce résultat est dû à Muthiah et Tingley ([10], proposition 2.2).

Plaçons-nous sous les hypothèses du théorème 1. Prenant , écrivant (1) pour la décomposition réduite , et égalant les poids des deux membres, nous trouvons

(2)

Notant , …, les entiers solutions du système d’équations

pour , nous obtenons alors

(3)

Supposons qu’en outre soit de dimension finie, et prenons pour une décomposition réduite de l’élement le plus long de . Il suit alors de [11] que les entiers , …, sont les paramètres de Lusztig de relativement à cette décomposition réduite (voir par exemple [2], §3 pour cette notion). Dans ces conditions, la formule (3) est équivalente à la relation découverte par Morier-Genoud [9] entre les paramètres de Lusztig de et les paramètres en cordes de , où est l’image de par l’involution de Schützenberger de .

Toujours dans le cas où est de dimension finie, l’égalité (2) reflète la possibilité d’exprimer les sommets du polytope de Mirković-Vilonen de de deux façons différentes : soit en termes de réflexions de Saito, autrement dit en termes de paramètres de Lusztig, soit en termes de la structure de cristal de (voir [4], §6). La principale motivation du présent travail réside dans la possibilité d’étendre partiellement ce résultat au cas où  est une algèbre de Kac-Moody symétrisable.

2 Démonstration

Ramenons-nous au cas d’une matrice de Cartan symétrique grâce à la méthode de repliement du diagramme de Dynkin (voir par exemple [7], §5). Soit la -algèbre préprojective complétée construite sur le graphe de Dynkin de . En vecteur-dimension , les structures de -module sont les points d’une variété affine , appelée variété nilpotente de Lusztig. Les composantes irréductibles de ces variétés sont indexées par (voir [8], théorème 5.3.1) : à un élément de poids est associée une composante irréductible de . Cette bijection permet de lire les opérations de cristal de en termes d’opérations algébriques sur les -modules. Le théorème 1 se trouve alors être la traduction du théorème 4 ci-dessous.

Pour , notons le -module simple de vecteur-dimension et l’annulateur de . Nous définissons le -socle (respectivement, la -tête ) d’un -module comme étant le plus grand sous-module (respectivement, quotient) de isomorphe à une somme directe de copies de . Alors et .

Si est une décomposition réduite dans , alors le -bimodule est isomorphe à l’idéal produit (voir [3]). Ce dernier ne dépend que du produit et peut donc être désigné par la notation . Comme est basculant, la théorie de Brenner-Butler fournit deux paires de torsion et dans la catégorie des -modules de dimension finie, données par

Le sous-module de torsion d’un -module de dimension finie relativement à (respectivement, ) est noté (respectivement, ).

Lemme 2

Soit , soit , et soit un -module de dimension finie. Supposons que et que . Alors .

  • Pour commencer, observons que ([1], exemple 5.6 (i)), d’où . Posons . Appliquant deux fois le théorème 5.4 (i) de [1], nous obtenons

    Compte tenu de l’isomorphisme , l’hypothèse conduit à la suite exacte . L’hypothèse entraîne que ([1], proposition 5.16), d’où . Nous avons ainsi une suite exacte , d’où nous déduisons que .

Pour un -module et un mot , définissons les sous-modules de par récurrence sur de la façon suivante ([5], §2.4) :

Pour , notons l’enveloppe injective de . Pour , posons , où .

Lemme 3

Soit , soit , et soit une décomposition réduite de . Alors est le plus grand sous-module de appartenant à et son vecteur-dimension est égal à .

  • L’énoncé équivaut à dire que et que pour tout module . Par additivité, nous pouvons donc nous ramener au cas où est un poids fondamental, c’est-à-dire  est un module indécomposable .

    Le module est le module noté dans [5], §2.4, avec . C’est un objet injectif de la catégorie ([5], théorème 2.8 (iii) et [1], exemple 5.15). Montrons qu’il contient tous les sous-modules de appartenant à . Soit un tel sous-module. Alors la somme appartient à . Comme est injectif dans , il est un facteur direct de . Or tous les sous-modules non-nuls de contiennent son socle , ce qui exclut l’existence de somme directe non-triviale à l’intérieur de . Par conséquent, est soit égal à tout entier, soit réduit à . La seconde possibilité a lieu quand , mais dans ce cas est lui aussi nul, car pour des raisons de vecteur-dimension, il ne peut pas contenir le socle de ([5], corollaire 9.3 et lemme 10.2). Donc contient dans les deux cas de figure.

    Enfin, l’assertion sur le vecteur-dimension est prouvée dans [5], corollaire 9.2.

Théorème 4

Soit , soit , soit une décomposition réduite de , et soit un sous-module de dimension finie de . Construisons par récurrence une chaîne de sous-modules de de la façon suivante :

Alors et .

  • Des arguments classiques montrent que si est un homomorphisme de -modules, alors . Appliquant ce résultat à la surjection , nous obtenons que est inclus dans . La première égalité de l’énoncé découle alors du lemme 3.

    Par ailleurs, pour tout , d’où . La définition de entraîne que , autrement dit ; compte tenu du caractère injectif de , cela donne . Une utilisation répétée du lemme 2 conduit alors à . Utilisant les relations ([1], théorème 5.4 (ii)) et , nous obtenons la seconde égalité de l’énoncé.

Nous pouvons maintenant démontrer le théorème 1. Adoptons les notations utilisées dans son énoncé. Soit un point général de la composante irréductible . La condition se traduit par pour tout ([6], proposition 8.2), d’où . Il existe donc une inclusion . Les modules construits dans l’énoncé du théorème 4 sont alors des points généraux des composantes et le module est un point général de ([1], proposition 5.24). Il reste à observer que est isomorphe à la somme directe de copies de .

Références

  • [1] P. Baumann, J. Kamnitzer, P. Tingley, Affine Mirković-Vilonen polytopes, prépublication arXiv:1110.3661.
  • [2] A. Berenstein and A. Zelevinsky, Tensor product multiplicities, canonical bases and totally positive varieties, Invent. Math. 143 (2001), 77–128.
  • [3] A. B. Buan, O. Iyama, I. Reiten, J. Scott, Cluster structures for -Calabi-Yau categories and unipotent groups, Compos. Math. 145 (2009), 1035–1079.
  • [4] M. Ehrig, MV-polytopes via affine buildings, Duke Math. J. 155 (2010), 433–482.
  • [5] C. Geiß, B. Leclerc, J. Schröer, Kac-Moody groups and cluster algebras, Adv. Math. 228 (2011), 329–433.
  • [6] M. Kashiwara, On crystal bases, in: Representations of groups (Banff, 1994), CMS Conf. Proc. vol. 16, American Mathematical Society, 1995, pp. 155–197.
  • [7] M. Kashiwara, Similarity of crystal bases, in: Lie algebras and their representations (Seoul, 1995), Contemp. Math. vol. 194, American Mathematical Society, 1996, pp. 177–186.
  • [8] M. Kashiwara, Y. Saito, Geometric construction of crystal bases, Duke Math. J. 89 (1997), 9–36.
  • [9] S. Morier-Genoud, Relèvement géométrique de la base canonique et involution de Schützenberger, C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 337 (2003), 371–374.
  • [10] D. Muthiah, P. Tingley, Affine PBW Bases and MV Polytopes in Rank 2, prépublication arXiv:1209.2205.
  • [11] Y. Saito, PBW basis of quantized universal enveloping algebras, Publ. Res. Inst. Math. Sci. 30 (1994), 209–232.

Pierre Baumann, Institut de Recherche Mathématique Avancée, Université de Strasbourg et CNRS, 7 rue René Descartes, 67084 Strasbourg Cedex, France.

Stéphane Gaussent, Université de Lyon, ICJ (UMR 5208), Université Jean Monnet, 42023 Saint-Etienne Cedex 2, France.

Joel Kamnitzer, Department of Mathematics, University of Toronto, Toronto, ON, M5S 2E4 Canada.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.