arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Calculs effectifs de congruences entre caractères de Dirichlet

J. Puydt
Institut Joseph Fourier UMR5582
Grenoble, France
E-mail:
Résumé

This article aims to find explicit congruences between Dirichlet characters and gives various results on how to find some effectively on a computer. It ends with concrete examples putting those ideas in application.

1 Introduction

Le but de ce texte est, à partir du choix de deux entiers et , d’obtenir une congruence modulo pour les caractères de Dirichlet modulo .

Plus précisément, si est le groupe des caractères de Dirichlet modulo , alors on cherche des entiers algébriques explicites tels que:

La motivation derrière ce travail est le théorème suivant, que l’on trouve dans la thèse [2] de l’auteur:

Théorème 1

On suppose que l’on dispose d’une combinaison linéaire finie de caractères de conducteurs , qui vérifie une congruence:

alors:

où:

Ce théorème abstrait sur lequel on ne souhaite pas s’étendre (il y a beaucoup de notations et de concepts qui sont loin du sujet du présent article), affirme l’existence de certaines congruences pour des valeurs spéciales de fonctions arithmétiques (des fonctions de formes modulaires, tordues par des caractères), qui sont vérifiées si l’on dispose de congruences pour les caractères. On souhaite donc construire des exemples concrets de ces dernières, pour un jour vérifier expérimentalement dans quelle mesure les congruences entre les valeurs spéciales sont optimales.

Le plan de ce travail est le suivant:

  • on commence par expliquer comment ramener le problème initial à un calcul de noyau matriciel ;

  • on explique ensuite comment déterminer le noyau, avec le logiciel SAGE111version 5.4, disponible sur http//www.sagemath.org), d’une façon complètement automatique d’une part (mais très inefficace) et de façon plus guidée d’autre part (mais très manuelle) ;

  • on détermine des congruences dans des cas particuliers explicites ;

  • finalement, on donne le code source des fonctions utilisées.

Je souhaite remercier Alexei Pantchichkine pour son soutien indéfectible, et William Stein pour m’avoir donné accès aux machines du réseau math.washington.edu222Les calculs présentés dans cet article sont tous aisés et rapides sur une machine simple, mais les tâtonnements et expériences nécessaires à leur recherche ont parfois nécessité l’accès à une puissance de calcul plus conséquente ; les machines en question ont été financées par ”National Science Foundation Grant No. DMS-0821725”..

2 Réduction à un calcul de noyau matriciel

On se donne comme dans l’introduction un premier entier , et on considère le groupe des caractères de Dirichlet modulo , que l’on liste sous la forme . Si on définit , on peut alors représenter les valeurs prises par tous les caractères simultanément sous la forme d’une matrice de taille , avec:

De cette façon, si est une famille de scalaires et , la quantité est le coefficient en ligne dans le vecteur colonne .

Notons que cette matrice initiale a un noyau trivial: c’est le résultat bien connu d’indépendance des caractères.

Cependant, comme les caractères considérés sont à valeurs dans les racines de l’unité, si on fixe un corps de nombre qui les contient, la matrice est à coefficients dans l’anneau des entiers de ce corps. Pour des raisons pratiques, on choisira bien sur le corps le plus petit possible, donc un corps cyclotomique de plus petit degré possible (que l’on notera ).

Si on se donne maintenant un entier , la recherche de congruences modulo cet entier à coefficients dans revient à chercher un vecteur-colonne tel que . Si on note l’image de dans l’anneau des matrices à coefficients dans , on est ramené à chercher les éléments du noyau de , puis à les relever.

Le problème des congruences pour les caractères de Dirichlet est ainsi ramené à un problème linéaire de calcul de noyau de matrice à coefficients dans un quotient d’anneau d’entiers.

3 Calcul automatique du noyau

D’après un résultat classique (voir par exemple le lemme 6 de l’article de Birch [1]), l’anneau est le -module engendré par les puissances d’une racine primitive de l’unité. L’anneau est donc un module de type fini sur , donc un ensemble fini: il suffit de considérer tous les vecteurs possibles pour obtenir le noyau.

C’est théoriquement très satisfaisant, mais en pratique: est de cardinal , donc est de cardinal , et les vecteurs à considérer sont donc .

Pour le cas le plus simple que l’on présentera de façon détaillée en 5.2, et , cela représente vecteurs à considérer. Comme de plus les calculs vectoriels dans l’anneau en question sont en plus relativement lents, il est clair que cette approche est d’une utilité assez limitée.

Donnons malgré tout le code source effectuant le calcul ; il utilise une fonction matrix_of_Dirichlet_group discutée plus loin:

def integer_mod_iter(d,M,zeta):
    for coeffs in product(*tee(range(M),d)):
        result = 0
        for ii in range(d):
            result=result+coeffs[ii]*zeta**ii
        yield result

N = 5
M = 16
A = matrix_of_Dirichlet_group(N)
O = A.base_ring().ring_of_integers()
d = A.base_ring().degree()
Q = O.quotient_ring(O.ideal(M), ’a’)
zeta = Q.gens()[1]
B = matrix(Q,A)
m,n = B.dimensions()

print(M**(d*n))
for X in product(*tee(integer_mod_iter(d,M,zeta), n)):
    img = B*vector(Q,X)
    if img.is_zero():
        print(X)

4 Calcul guidé du noyau

4.1 Principe général

Le problème du calcul du noyau d’une matrice à coefficients dans un corps est simple ; on peut par exemple penser à un passage sous forme de matrice échelonnée réduite (c’est, par exemple car on le trouve partout, l’algorithme 7.3 dans le livre de Stein [3]). On peut aussi songer à la notion de diviseur élémentaire, mais elle nécessite un anneau principal et le calcul effectif un anneau euclidien.

La matrice qui nous intéresse est à coefficients dans un anneau quotient, qui n’a pas de très bonnes propriétés: les fonctions habituelles et les algorithmes implémentés dans SAGE ne fonctionnent donc pas.

L’idée va être d’obtenir une relation de la forme , où et sont des matrices inversibles, et est aussi proche que possible d’une matrice échelonnée réduite. Le calcul de vecteurs dans le noyau de fournit alors des vecteurs dans le noyau de , tout simplement en considérant leur image par .

Plus précisément, on va tenter d’obtenir sous forme de blocs:

où le bloc est un bloc identité (donc carré), et est un bloc (a priori rectangulaire) dans lequel on garantit:

  • aucun coefficient n’est inversible ;

  • aucune ligne n’est nulle ;

  • aucune colonne n’est nulle.

C’est le mieux que l’on puisse demander à SAGE de faire automatiquement ; c’est la raison pour laquelle la suite de la recherche nécessite une intervention manuelle (discutée plus loin).

Le calcul du noyau est alors ramené au calcul du noyau de cette matrice réduite ; il fait intervenir:

  • des éléments triviaux, qui correspondent aux colonnes nulles à droite (s’il y en a) ;

  • des éléments non triviaux, qui correspondent au noyau du bloc (que l’on voudra donc réduire à la main après avoir obtenu une première version).

On appelera l’entier (taille de la matrice identité dans la décomposition) le pseudo-rang: il correspond à un nombre de colonnes que l’on sait être indépendantes sur l’anneau considéré. Il dépend évidemment de la décomposition obtenue, mais s’il est égal à , on est assuré qu’il n’existe pas de congruences modulo . Le nombre de colonnes nulles sera appelé le noyau garanti.

4.2 Algorithme de réduction automatique

L’idée est d’aménager l’algorithme du pivot de Gauss, en l’analysant en termes d’opérations élémentaires sur les lignes et les colonnes.

Si est un couple d’indices distincts, on peut définir la matrice de permutation associé à la transposition de et , et si est un scalaire, on peut considérer la matrice de transvection qui est une matrice carrée identité modifiée avec le coefficient en ligne et colonne , et si , la matrice de dilatation , matrice identité modifiée avec le coefficient en ligne et colonne . Les opérations élémentaires sur les lignes se décrivent par multiplication à gauche par ces matrices, et les opérations élémentaires sur les colonnes par multiplication à droite. Attention, ces matrices sont carrées, mais on ne fait pas apparaître leur taille dans la notation.

Le principe va être le suivant: si on a réussi à écrire avec quelconque, alors on a aussi les égalités suivantes, pour les opérations sur les lignes:

et sur les colonnes:

qui montrent que si une opération élémentaire permet de «  simplifier   », on peut le faire quitte à modifier (pour les opérations sur les lignes, et par une opération sur les colonnes) ou (pour les opérations sur les colonnes, et par la même opération sur les colonnes).

Expliquons comment on travaille:

  1. On part tout d’abord avec le triplet , qui vérifie par construction ; c’est l’invariant de l’algorithme. On commence avec ;

  2. Si on trouve un coefficient inversible dans en position , alors:

    1. on permute les lignes et de , et les colonnes et de (ce qui conserve l’invariant) ;

    2. on permute les colonnes et de de (pour l’invariance) ;

    3. le coefficient unité se retrouve en ; par dilatation, on divise la ligne de et on multiplie la colonne de par ce coefficient (même remarque) ;

    4. le coefficient est maintenant égal à ; on ajoute dans , avec multiplication par un coefficient la -ème ligne puis la -ème colonne aux autres lignes et colonnes pour que la ligne et la colonne ne contiennent que ce (c’est un pivot) ; opérations sur que l’on compense sur et comme discuté ci-dessus, toujours pour conserver l’invariant ;

    5. on incrémente et on recommence (dans la mesure où ).

  3. Si on ne trouve plus de coefficient inversible, on se contente de faire migrer par des permutations les lignes et les colonnes nulles de vers le bas et la droite (toujours en compensant sur et ).

La première partie de pivot de l’algorithme garantit que l’on a une allure:

sans élément inversible hors du premier bloc, et la migration finale des lignes et colonnes nulles garantit que le bloc central n’a plus ni ligne ni colonne nulle et fait apparaître les parties droites et basses nulles.

4.3 Discussion de l’implémentation

4.3.1 matrix_of_Dirichlet_group

Cette fonction reçoit l’entier choisi, puis calcule et renvoie la matrice associée au groupe des caractères de Dirichlet, qu’il faudra ensuite réduire modulo un entier . C’est la seule qui ne soit pas contenue dans l’implémentation de la classe.

4.3.2 dirty_cached_is_unit

La version du logiciel SAGE utilisée ne dispose pas d’un moyen de test de l’inversibilité dans un anneau quotient de l’anneau des entiers d’un corps de nombres ; mais propose une méthode d’inversion sous réserve d’existence (avec levée d’exception si ce n’est pas le cas). On a donc implémenté une fonction de test à l’aide de l’inversion.

C’est très coûteux, mais aura le mérite d’être aisé à remplacer lors d’évolutions futures du logiciel. Pour gagner un peu de temps, on mémorise les résultats. Expérimentalement, on gagne relativement peu avec cette mise en cache (quelques pourcents).

Elle retourne un booléen.

4.3.3 Classe invariant_triplet

On travaille comme on l’a vu avec des triplets de matrices . La présence de n’a aucun intérêt a priori vu l’objectif de calcul d’un noyau, mais on la conserve tout de même, pour deux raisons:

  • la première est qu’elle coûte peu à maintenir donc ne constitue pas une réelle gêne,

  • et la seconde parce que le maintien de l’invariant donne un moyen de vérification intéressant. En particulier, durant le développement, de nombreuses coquilles ont été repérées par des tests de l’invariant sur des matrices tirées au hasard.

Ensuite, comme on le verra plus loin, l’algorithme automatique ne donne pas de très bons résultats: une fois choisi le couple , il faut guider la machine. C’est la raison pour laquelle on a modélisé la situation à l’aide d’une classe invariant_triplet, dont on initialise les instances avec la matrice , et qui va se charger de gérer le triplet.

Détaillons l’interface programmatique de cette classe:

Initialisation

La fonction d’initialisation reçoit une matrice de taille quelconque, et initialise l’objet avec le triplet .

Variables

On peut inspecter les variables , et . En particulier, l’inspection de permet de décider quelles opérations de réduction on va demander.

Méthode assert_invariant

Vérifie que l’objet respecte toujours l’invariant – extrèmement utile durant le développement.

Méthode check_kernel_vector

Reçoit une liste de coefficients, qu’elle utilise pour créer un vecteur-colonne. Si ce vecteur colonne est dans le noyau de , alors la méthode retourne une paire constituée du booléen True et de l’image du vecteur-colonne par la matrice (donc le vecteur explicite donnant la congruence cherchée!) ; sinon elle retourne une paire constituée du booléen False et de l’image du vecteur-colonne par la matrice (ce qui permet de voir à quel point on s’est trompé pour corriger).

Méthodes do_row_addition et do_column_addition

reçoivent deux indices et et un coefficient . Elles réalisent l’action de sur le triplet.

Méthodes do_swap_rows et do_swap_columns

recoivent deux indices et , et réalisent l’action de sur le triplet.

Méthode do_pivot

réalise la partie pivot de l’algorithme de réduction présenté en 4.2, page 4.2.

Méthode do_migrate_zeros

réalise la partie de déplacement des lignes et des colonnes nulles vers le bas et la droite dans l’algorithme présenté en 4.2.

Méthode do_normalize

appelle successivement les fonctions do_pivot et do_migrate_zeros.

5 Résultats obtenus

5.1 Statistiques

La réduction automatique, passant en revue les cas où et (soit paires), a trouvé cas où le noyau est garanti comme réduit à zéro (matrice occupant toute la largeur de la matrice), et où donc aucune congruence n’est possible.

Les fréquences des rangs garantis parmi les cas restants est listée dans la table 1 et les fréquences des noyaux garantis dans la table 2. On constate donc que les matrices rencontrées même avec de petits paramètres ne se réduisent pas bien automatiquement: la recherche de congruences nécessite beaucoup d’affinage manuel.

pseudo-rang fréquence
1 180
2 54
3 27
6 27
7 9
Table 1: Fréquences des pseudo-rangs
noyau garanti fréquence
0 279
1 13
3 5
Table 2: Fréquences de noyaux

5.2 Congruences pour et

On choisit de se concentrer sur le cas et car c’est un cas de congruence de degré le long de , et la dimension est petite: cela semble donc un bon choix de premier exemple. Remarquons que cet exemple minimaliste pour la méthode guidée est hors de portée de la recherche exhaustive, comme on l’a vu en 3.

Voici le début de la session de calcul:

N = 5
M = 16
A = matrix_of_Dirichlet_group(N)
O = A.base_ring().ring_of_integers()
m,n = A.dimensions()
Q = O.quotient_ring(O.ideal(M), ’a’)
B = invariant_triplet(matrix(Q, A))
B.do_normalize()

Que l’on poursuit ensuite à la main par:

zeta4=Q.gens()[1]
B.do_row_addition(3,2,1)
B.do_row_addition(3,1,-1)
B.do_column_addition(3,1,1)
B.do_row_addition(1,2,-2)
B.do_row_addition(1,3,1)

À partir de là, la matrice est assez simplifiée pour que l’on devine des vecteurs du noyau ; après avoir éliminé les doublons, il reste les vecteurs:

B.check_kernel_vector([0,0,0,8])
B.check_kernel_vector([0,0,4,0])
B.check_kernel_vector([0,8,0,4*zeta4-4])

On trouve donc des vecteurs de congruences explicites:

5.3 Congruences pour et

Voici le début de la session de calcul:

N = 7
M = 15
A = matrix_of_Dirichlet_group(N)
O = A.base_ring().ring_of_integers()
m,n = A.dimensions()
Q = O.quotient_ring(O.ideal(M), ’a’)
B = invariant_triplet(matrix(Q, A))
B.do_normalize()

(a parte: vaut ici )

Que l’on poursuit ensuite à la main ; au bout de quelques étapes, on est ramené à:

et:

On trouve donc des vecteurs de congruences explicites:

6 Code

def matrix_of_Dirichlet_group (M):
    G=DirichletGroup(M)
    characters = G.list()
    field = G.base_ring()
    return matrix(field, M, len(characters), lambda lig,col: characters[col](lig))

cached_units = {}
def dirty_cached_is_unit(a):
    if cached_units.has_key(a):
        return cached_units[a]
    else:
        result = False
        O = a.base_ring()
        try:
            b = O(1/a)
            result = True
        except:
            pass
        cached_units[a]=result
        return result

class invariant_triplet:

    def __init__(self, B):
        self.B = B
        self.E = copy(B)
        self.m, self.n = B.dimensions()
        self.L = identity_matrix(B.base_ring(), self.m)
        self.R = identity_matrix(B.base_ring(), self.n)
        self.assert_invariant()

    def assert_invariant(self):
        if self.B*self.R != self.L*self.E:
            raise ArithmeticError

    def check_kernel_vector(self, coeffs):
        v = matrix(self.E.base_ring(), self.n, 1, coeffs)
        Ev = self.E*v
        if Ev.is_zero():
            return (True, self.R*v)
        else:
            return (False, Ev)

    def do_row_addition(self,i,j,a):
        self.E.add_multiple_of_row(i,j,a)
        self.L.add_multiple_of_column(j,i,-a)

    def do_column_addition(self,i,j,a):
        self.E.add_multiple_of_column(i,j,a)
        self.R.add_multiple_of_column(i,j,a)

    def do_swap_rows(self,i,j):
        self.E.swap_rows(i,j)
        self.L.swap_columns(i,j)

    def do_swap_columns(self,i,j):
        self.E.swap_columns(i,j)
        self.R.swap_columns(i,j)

    def do_pivot(self):
        k = 0
        while k < min(self.m,self.n):
            found_pivot = False
            l = k
            c = k
            while l < self.m and c < self.n and not found_pivot:
                if dirty_cached_is_unit(self.E[l,c]):
                    found_pivot = True
                if not found_pivot:
                    l = l+1
                    if l == self.m:
                        l = k
                        c = c+1
            if found_pivot:
                self.do_swap_rows(l,k)
                self.do_swap_columns(c,k)
                coeff=self.E[k,k]
                self.E.rescale_row(k,1/coeff)
                self.L.rescale_col(k,coeff)
                for l in range(self.m):
                    if l != k and self.E[l,k] != 0:
                        coeff=self.E[l,k]
                        self.do_row_addition(l,k,-coeff)
                for c in range(self.n):
                    if c != k and self.E[k,c] != 0:
                        coeff = self.E[k,c]
                        self.do_column_addition(c,k,-coeff)
                k = k+1
            else:
                break

    def do_migrate_zeros(self):
        target = self.m-1
        considered = target
        while considered >= 0:
            if self.E[considered,:].is_zero():
                if considered < target:
                    self.E.swap_rows(considered, target)
                    self.L.swap_columns(considered, target)
                target = target-1
            considered = considered-1

        target = self.n-1
        considered = target
        while considered >= 0:
            if self.E[:,considered].is_zero():
                if considered < target:
                    self.E.swap_columns(considered, target)
                    self.R.swap_columns(considered, target)
                target = target-1
            considered = considered-1

    def do_normalize(self):
        self.do_pivot()
        self.do_migrate_zeros()

Références

  • [1] B. J. Birch : Cyclotomic fields and Kummer extensions. In J. W. S. Cassels et A. Fröhlich, éditeurs : Algebraic number theory, pages 85–93. Academic press, 1965.
  • [2] J. Puydt : Valeurs spéciales de fonctions de formes modulaires adéliques. Thèse de doctorat, Institut Fourier, 2003.
  • [3] W. A. Stein : Modular forms, a computational approach, volume 79 de Graduate studies in mathematics. American mathematical society, 2007.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.