arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Extension de la torsion analytique holomorphe aux fibrés en droites intégrables

Mounir Hajli
Résumé

Soit une variété kählerienne compacte. On montre que la notion de métrique de Quillen s’étends aux métriques intégrables sur . En particulier, on établit que la notion de torsion analytique holomorphe s’étends à l’ensemble des fibrés en droites intégrables sur , qui vérifient pour tout .

1 Introduction

Dans [RaySinger], Ray et Singer associent à toute variété kählérienne compacte et un fibré hermitien de classe sur , un réel noté appelé la torsion analytique holomorphe, défini en posant:

est la dérivée en zéro du prolongement analytique de la fonction Zêta associée au spectre de l’opérateur Laplacien agissant sur , l’espace des -formes de classe à coefficients dans , pour tout .

Dans ce texte, on étend la notion de métrique de Quillen aux métriques admissibles et plus généralement aux métriques intégrables sur les fibrés en droites holomorphes définis sur une variété kählérienne compacte. Rappelons qu’une métrique admissible sur , un fibré en droites holomorphe, est par définition une limite uniforme d’une suite de métriques positives de classe sur . Ce sont donc des métriques continues, mais qui sont en général non . On ne peut pas donc appliquer directement la construction de [RaySinger] pour leur associer une torsion analytique holomorphe, mais on procède différemment en utilisant une méthode d’approximation moyennant les formules des anomalies, qui donnent la variation de la métrique Quillen et par conséquent celle de la torsion analytique, en fonction de la variation de la métrique sur .

Notre résultat principal s’énonce donc comme suit, voir (théorème (4.3)):

Théorème 1.1.

Soit une variété complexe kählérienne compacte de dimension muni d’une forme de Kähler et un fibré en droites intégrable sur . Pour toute décomposition de en fibrés admissibles et pour tout choix de une suite de métriques positives sur qui converge uniformément vers , , la suite double:

(1)

est convergente et la limite ne dépend pas ni de la décomposition ni de la suite choisie, on l’appellera la métrique de Quillen généralisée et on la notera par:

Si , pour tout , alors la suite suivante:

(2)

converge vers une limite finie. On l’appellera la torsion analytique holomorphe de Ray-Singer généralisée et on la notera par:

Lorsque est une surface de Riemann compacte, alors on obtient un résultat plus général, en effet, on peut considérer des métriques intégrables sur et sur et on étend la notion de métrique Quillen à cette situation:

Théorème 1.2.

Soit une surface de Riemann compacte, et un fibré en droites sur . Soit (resp. vers ) une métrique intégrable sur (resp. ). On note par la forme kählérienne associée à .

  • On considère une décomposition de en fibrés en droites admissibles, et soit (resp. une suite de métriques positives et qui converge uniformément vers (resp. ). On pose pour tout , et on note par la forme kählérienne associée pour tout .

  • Soit une décomposition en fibrés admissibles. On considère une suite de métriques positives sur qui converge uniformément vers , pour , et on pose pour tout .

Alors la suite double suivante:

converge vers une limite finie qui ne dépend pas du choix des suites ci-dessus. On la note par .

Dans le paragraphe (4.1), On montre à l’aide d’un contre exemple la non-validité du théorème (4.3) si l’on supprime l’hypothèse de positivité des termes de la suite du théorème. Plus précisément, on va montrer le résultat suivant:

Théorème 1.3.

Pour toute forme de Kähler sur , et pour tout , il existe une suite de métriques de classe convergeant uniformément vers la métrique canonique de sur telle que:

La section (5) est dédiée à l’extension de la notion de faisceaux cohérents métrisés aux métriques canoniques. On introduira la définition suivante:

Définition 1.4.

Soit une variété torique lisse. Soit un faisceau cohérent métrisé sur , on dira que la métrique de est intégrable (resp. canonique) si chaque terme de est une somme directe orthogonale de fibrés en droites munis de métriques intégrables (resp. de leur métriques canoniques), on le note lorsqu’on considère des métriques canoniques partout.

On établit la proposition suivante:

Proposition 1.5.

Tout fibré vectoriel équivariant sur une variété torique lisse admet une métrique canonique.

En suivant [Burgos], on étend la notion de métrique de Quillen associée à cette classe de métriques généralisée. On termina par énoncer un résultat comparant notre approche avec celle de [Burgos] en dimension , c’est l’objet du théorème (5.6).

Remerciements: Cet article fait partie de ma thèse. Je tiens à remercier V.Maillot pour m’avoir proposé ce sujet si riche, pour ses indications et son encouragement. Je tiens aussi à remercier J.I. Burgos pour ses conseils et ses remarques sur ce travail, en particulier pour la remarque (4.8), G.Freixas, X. Ma et D.Eriksson.

2 La métrique de Quillen et la torsion analytique holomorphe, un rappel

Soit une variété kählérienne compacte et un fibré hermitien de classe sur . A cette donnée, on associe pour tout , un opérateur agissant sur . On sait que cet opérateur admet un spectre infini positif et que la fonction Zêta associée se prolonge analytiquement au voisinage de , voir par exemple [heat, § 9.6].

On définit la torsion analytique holomorphe en posant:

et on munit , le déterminant de cohomologie de , de la métrique suivant:

appelée la métrique de Quillen, où est la métrique induite par et . On rappelle que cette construction permet de définir l’image directe pour une submersion entre groupes de K-théorie arithmétique, voir [Rossler, propsition 3.1].

On dispose de formules appelées formules des anomalies donnant la variation de la métrique de Quillen lorsque la métrique varie sur ou sur , voit [BGS1, théorèmes 0.2, 0.3]. Lorsque la métrique varie sur , alors on a:

(3)

La variation associée au changement de métrique sur , elle est donnée par:

(4)

(resp. ) est la classe de Bott-Chern associée à la suite (resp. ) , et au caractère (resp. ), voir [Character] pour la définition et les propriétés de la classe de Bott-Chern.

3 Métriques admissibles

Soit une variété complexe analytique et un fibré en droites hermitien muni d’une métrique continue sur .

Définition 3.1.

On appelle premier courant de Chern de et on note le courant défini localement par l’égalité:

est une section holomorphe locale et ne s’annulant pas du fibré .

Définition 3.2.

La métrique est dite positive si .

Définition 3.3.

La métrique est dite admissible s’il existe une famille de métriques positives de classe convergeant uniformément vers sur . On appelle fibré admissible sur un fibré en droites holomorphe muni d’une métrique admissible sur .

On dira que est un fibré en droites intégrable s’il existe et admissibles tels que

Exemple 3.4.

Soit . On note par le fibré de Serre sur et on le munit de la métrique définie pour toute section méromorphe de par:

Cette métrique est admissible.

En fait, c’est un cas particulier d’un résultat plus général combinant la construction Batyrev et Tschinkel sur une variété torique projective et la construction de Zhang. Dans la première construction permet d’associer canoniquement à tout fibré en droites sur une variété torique projective complexe une métrique continue notée et déterminée uniquement par la combinatoire de la variété, voir [Maillot, proposition 3.3.1] et [Maillot, proposition 3.4.1]. L’approche de Zhang est moins directe, elle utilise un endomorphisme équivariant (correspondant à la multiplication par , un entier supérieur à 2) afin de construire par récurrence une suite de métriques qui converge uniformément vers une limite notée et qui, en plus, ne dépend pas du choix de la métrique de départ, voir [Zhang] ainsi que [Maillot, théorème 3.3.3]. Mais d’après [Maillot, théorème 3.3.5] on montre que

Que l’on appelle la métrique canonique associée à . Notons que lorsque n’est pas trivial, alors cette métrique est non .

4 Généralisation de la torsion analytique aux fibrés intégrables sur les variétés kählériennes compactes

Dans cette section, on étend la notion de torsion analytique holomorphe aux fibrés intégrables sur une variété kählérienne compacte. Soit un fibré intégrable. En considérant , une suite de métriques convenablement choisie, on va montrer, en utilisant la formule des anomalies et la théorie de Bedford-Taylor, que la suite formée par des métriques de Quillen correspondantes, forme une suite de Cauchy.

Rappelons le théorème suivant, qui sera utilisé dans la suite:

Théorème 4.1.

Soit un ouvert dans une variété analytique complexe et soient des fonctions plurisousharmoniques continues sur . Soient , suites de fonctions plurisousharmoniques localement bornées sur et convergeant uniformément sur tout compact de vers respectivement et une suite de courants positifs fermés convergeant faiblement vers sur . Alors:

(5)
(6)

au sens de la convergence faible des courants.

Démonstration.

cf. par exemple [Demailly].

Lemme 4.2.

Soit et deux fibrés en droites sur . Soit et resp. deux métriques sur resp. sur .

On munit des métriques et . Alors est une somme linéaire de termes de la forme

(7)

avec .

Démonstration.

C’est une conséquence directe du [Mounir2, proposition 4.1]. ∎

Soit un fibré en droites intégrable sur . Soit une décomposition de en fibrés admissibles. Par définition, il existe une suite de métriques positives sur qui converge uniformément vers sur , pour .

On pose, pour tout , et :

où l’on a choisit implicitement des sections locales holomorphes de et de façon à ce que la forme ci-dessus soit définie sur entier.

On se propose de montrer que

tends vers zéro lorsque et tendent vers .

Par compacité de , [Mounir2, proposition 4.1] et (4.2), il existe un ensemble fini , un recouvrement ouvert de et (resp. ) un ensemble de sections locales holomorphes de (resp. de ) avec que (resp. ) soit non nulle sur tels que pour , la classe de Bott-Chern soit donnée sur par une combinaison linéaire en:

qu’on rappelle égal à:

On considère , une partition de l’unité subordonnée au recouvrement , c’est à dire que

  1. , est une fonction réelle de classe sur à support inclus dans et à valeurs dans .

  2. , .

On a donc,

Dans , on écrit

, .

Fixons maintenant , on a

Sur , on a les suites de fonctions suivantes et restreintes à vérifient les hypothèses du théorème (4.1). En remarquant que:

On déduit que:

lorsque et tendent vers . En particulier, on obtient à l’aide du lemme (4.2):

On conclut que

tends vers , lorsque et tendent vers .

Maintenant, on suppose que est une autre décomposition de en fibrés admissibles. Remarquons que et qu’il est muni de deux métriques et .

Pour , on considère (resp. ) une suite de métriques positives de classe convergeant uniformément vers (resp. vers ) sur . D’après (4.2),

est une combinaison linéaire des termes de la forme suivante:

Si l’on considère une forme différentielle de degré , avec , sur à support compact. Alors par le théorème (4.1), on a:

converge vers

lorsque et tendent vers l’infini. Or,

donc,

On va appliquer ce résultat pour étendre la notion de torsion analytique holomorphe aux fibrés intégrables:

Théorème 4.3.

Soit une variété complexe kählérienne compacte de dimension muni d’une forme de Kähler et un fibré en droites intégrable sur .

Pour toute décomposition de en fibrés admissibles et pour tout choix de une suite de métriques positives sur qui converge uniformément vers pour , la suite double de métriques de Quillen:

(8)

est convergente et la limite ne dépend pas ni de la décomposition ni de la suite choisie, on l’appellera la métrique de Quillen généralisée et on la notera

Si , pour tout , alors la suite suivante:

(9)

converge vers une limite finie. On l’appellera la torsion analytique holomorphe de Ray-Singer généralisée et on la notera

et on a pour toute métrique , sur :

ici est une forme différentielle généralisée au sens de [Maillot, § 4.3].

Démonstration.

Soit un fibré en droites intégrable sur . Soient et deux fibrés en droites admissibles tels que . On pose pour tout (resp. ) est une suite de métriques positives sur (resp. ) qui converge uniformément vers (resp. ).

Si l’on considère une métrique quelconque sur , alors d’après (3), on a: