arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Sur l’uniformisation des orbifolds Kählériens compacts

Philippe Eyssidieux
3 Février 2013

Cet article généralise aux orbifolds kählériens les résultats généraux sur l’uniformisation des variétés kählériennes compactes présentés par l’auteur au premier congrès joint des Sociétés Mathématiques Vietnamiennes et Françaises organisé à Huê du 20 au 24 Août 2012.

1 Conjecture de Shafarevich champêtre

1.1 Uniformisation champêtre

Soit un orbifold Kählérien connexe (séparé). Soit le morphisme canonique vers son espace de modules qui est un espace analytique normal à singularités quotient, propre si l’est. Par exemple, peut être l’analytifié d’un champ algébrique de Deligne Mumford séparé et lisse sur auquel cas est l’analytifié d’un espace algébrique, c’est à dire un espace de Moishezon si est propre. On fait de plus l’hypothèse que n’a pas de groupe d’inertie au point générique, de sorte que est une équivalence au dessus d’un ouvert dense de .

Par un abus de langage, on identifiera et le champ topologique correspondant qui est de Deligne-Mumford à groupes d’inertie finis111Nous utilisons la référence commode [Noo04, Noo05] pour les champs topologiques.. Soit un point complexe et le groupe fondamental de . Pour , toute application continue définit un isomorphisme . De plus si est le groupe d’inertie en (qui est fini) on a un morphisme de groupe naturel puis . Ces morphimes de groupes seront appelés les morphismes locaux d’inertie [Noo04]. Le groupe fondamental étale de est par définition le complété profini de et le composé de avec la surjection canonique sera appelé le morphisme étale-local d’inertie en .

Définition 1

On dit que est développable (ou uniformisable en topologie transcendante) si tous les morphismes locaux d’inertie sont injectifs, resp. uniformisable (ou uniformisable en topologie étale) si tous les morphismes étale-locaux d’inertie sont injectifs.

Le champ propre est uniformisable si et seulement si il existe un espace analytique normal connexe propre et lisse , un groupe fini et une action de sur telle que . Si l’espace des modules de est projectif-algébrique, resp. Kählérien, resp quasi-projectif, on voit aisément que est également projectif-algébrique, resp. Kählérien, resp. quasi-projectif.

Si est développable, on dispose d’une variété complexe connexe et simplement connexe , d’une action proprement discontinue de sur et d’un isomorphisme Si est uniformisable, écrivant comme ci-dessus, s’identifie au revêtement universel de .

Les deux notions uniformisable et uniformisable en topologie transcendante ne sont pas équivalentes a priori mais nous ne savons pas s’il est possible de construire un champ de Deligne-Mumford propre et lisse uniformisable en topologie transcendante sans être uniformisable.

1.2 Problème de Serre champêtre

Le problème de caractériser la classe des groupes kählériens (groupes de présenta tion finie pouvant apparaitre comme un groupe fondamental de la forme avec variété kählérienne compacte) est connu sous le nom de problème de Serre. Serre a montré que tout groupe fini est kählérien mais il y a des obstructions pour les groupes infinis. Par exemple l’abélianisé d’un groupe kählérien est de rang impair par la théorie de Hodge. Le problème de Serre s’étend naturellement à caractériser les groupes kählériens orbifolds (groupes de présentation finie pouvant apparaitre comme un groupe fondamental de la forme avec orbifold kählérien compact). Je ne connais pas d’obstruction à ce que les restrictions connues portant sur les groupes kählériens (voir [ABCKT] pour un survey) s’étendent aux groupes kählériens orbifold. Une instance particulière du problème de Serre est la conjecture de Toledo qui prédit qu’un groupe kählérien a un second nombre de Betti positif. Il est donc tentant d’étendre la conjecture de Toledo aux groupes kählériens orbifolds.

La classe des groupes de présentation finie pouvant apparaitre comme un groupe fondamental de la forme avec l’analytifié d’un champ algébrique sur séparé, propre, lisse et de Deligne-Mumford (groupes DM-projectifs) est a priori plus vaste que la classe des groupes fondamentaux des variétés projectives lisses ou d’espaces algébriques propres et lisses (groupes projectif-algébriques).

Il n’est pas connu si la classe des groupes kählériens orbifolds est plus vaste que celle des groupes DM-projectifs, ni si celle des groupes kählérien est plus vaste que celle des groupes projectifs-algébriques. Cependant:

Lemme 2

Si est uniformisable (resp. un champ algébrique de Deligne-Mumford uniformisable), son groupe fondamental est kählérien (resp. projectif-algébrique).

Preuve: Soit un revêtement étale propre comme plus haut. Soit le quotient fini correspondant. Soit une surface projective lisse telle que . Soit son revêtement universel. Le groupe agit sur via son quotient et son action diagonale sur est propre et sans point fixe. Par suite, posant , .

1.3 Convexité holomorphe

Définition 3

Un espace complexe normal est holomorphiquement convexe s’il existe une application holomorphe propre à fibres connexes telle que est un espace de Stein normal. On appelle la réduction de Cartan-Remmert de .

La conjecture de Shafarevich sur l’uniformisation (voir [Eys11] pour une introduction) stipule que le revêtement universel d’une variété projective lisse est holomorphiquement convexe.

La conjecture de Shafarevich est invariante biméromorphiquement. Par suite, la convexité holomorphe du revêtement universel d’un espace algébrique propre et lisse résulte de celle du revêtement universel d’ un modèle birationnel projectif. De même, elle implique aussi que si est un champ de Deligne-Mumford lisse propre et uniformisable alors est holomorphiquement convexe. En revanche, le cas Kählérien ne résulte pas du cas projectif.

La conjecture de Shafarevich est ouverte. Une classe d’exemples où elle n’est pas à ce jour décidée est celle des surfaces projectives fibrées en courbes de genre 2. Plus généralement, on étudie la question suivante 222À partir de ce point on suppose compact. : sous quelles conditions portant sur avec un sous groupe distingué peut on affirmer que est holomorphiquement convexe? Si celà a lieu on dit que vérifie (HC) .

Lemme 4

Soit vérifiant (HC). Le groupe opére proprement discontinuement sur , l’application naturelle est -équivariante et définit une application holomorphe de champs analytiques .

Corollaire 5

Soit vérifiant (HC) et tel que toute application holomorphe définie sur est finie ou constante. Alors ou bien est fini ou bien est une variété de Stein.

Preuve: Passant à l’espace grossier induit une application holomorphe . L’hypothèse implique que ou bien est constante ou bien a toutes ses fibres de dimension . En particulier est ou bien constant (auquel cas est compact et fini) ou bien à fibre finies et connexes c’est à dire un isomorphisme d’espaces normaux.

L’hypothèse est vérifiée par exemple si est un espace projectif.

Corollaire 6

Soit développable tel que . Supposons que n’a pas de quotient infini violant la propriété de Kazhdan. Alors est une variété de Stein.

Preuve: L’hypothèse est qu’il existe distingué tel que a un module hilbertien tel que . Mok a construit sous cete hypothèse une autre module hilbertien et une application holomorphe équivariante non constante vers un espace de Hilbert . La forme descend au champ . La classe de cohomolologie résultante dans est kählérienne par hypothèse. Ceci observé, la preuve donnée par [Eys04], dans le cas non champêtre donne que est de Stein, puis que est Stein puisque le revêtement universel d’une variété de Stein est Stein.

1.4 Obstructions à la convexité holomorphe

Une obstruction à ce que soit (HC) est la présence de chaines de Nori au sens suivant:

Définition 7

Un sous champ complexe analytique fermé de est une chaine de Nori pour si et seulement si les composantes connexes de son image réciproque dans est une réunion de composantes irréductibles compactes.

L’auteur ne connait pas d’exemples où cette obstruction est effectivement présente. En revanche, un autre type d’obstruction est bien présent. Soit un tore complexe compact de dimension et un morphisme surjectif. On considère . Le théorème de Remmert-Morimoto permet de décomposer comme un produit de la forme est un quotient de n’ayant pas de fonction holomorphe non constante. Si est un tore complexe compact est holomorphiquement convexe, mais si est non compact ce n’est trivialement pas le cas. Si et est simple (c’est à dire n’a pas de sous tore non compact), un tel quasi tore de Cousin est automatiquement présent et la propriété (HC) est violée.

Définition 8

Un compact laminé est de Cousin pour si et seulement si est minimal et il existe un voisinage ouvert tel que est fini.

Lemme 9

Si est (HC) tout compact laminé de Cousin est contenu dans un sous champ analytique propre tel que est fini.

Preuve: La préimage de dans est une réunion d’ouverts relativement compacts, donc il en va ainsi de la préimage de . Par minimalité toute feuille de est dense et donc les fonctions holomorphes de sont constantes sur toute composante connexe de la préimage de . Par (HC) l’intersection des ensembles de niveaux des fonctions holomorphes de définis par leurs valeurs sur est un sous espace analytique compact de contenant . Son image dans est le sous champ annoncé.

La conjecture de Shafarevich serait donc réfutée si on pouvait exhiber une variété projective-algébrique de groupe fondamental infini avec une chaine de Nori ou un compacts laminé de Cousin Zariski-dense.

2 Le cas linéaire

La conjecture de Shafarevich est démontrée pour une variété Kählérienne dont le groupe fondamental est linéaire, c’est à dire qu’il admet une représentation fidèle dans , [EKPR09, CCE13]. Nous donnons dans cette section un énoncé plus général étendu au cadre champêtre.

2.1 Un résultat général de convexité holomorphe

Soit un groupe algébrique linéaire réductif sur . Le groupe est de présentation finie. On définit comme le schéma des représentations de dans , c’est à dire que représente le foncteur

parcourant la catégorie des -algèbres. Il est connu que est affine de type fini. On note son anneau des fonctions régulières et on désigne par sa représentation tautologique.

On note agit par conjugaison sur . Le foncteur représenté par n’a pas la même expression simple que pour mais les points de à valeurs dans un corps algébriquement clos de caractéristique nulle sont les classes de conjugaisons de l’action de sur par conjugaison. La notation désigne l’ensemble des représentations à valeurs dans qui sont semisimples, i.e.: l’adhérence de Zariski de leur image est réductive. Pour chaque composante irréductible de on note un représentant du point générique de . On note une des représentations complexes obtenues en utilisant l’axiome du choix pour plonger le corps dans .

Théorème 10

Soit un orbifold Kählérien compact développable. On considère les sous groupes suivants et pour un ensemble fini non vide de composantes irréductibles de . Alors et vérifient (HC).

Preuve: Les résultats positifs généraux de [Eys04] [EKPR09] [CCE13] établissent cette conclusion si est une variété kählérienne compacte.

Soit un corps et une représentation linéaire d’image . Par un théorème de Malcev, il existe un sous groupe normal d’indice fini tel que est sans torsion. Soit le revêtement étale fini correspondant à . L’image de la représentation ne contient pas d’élément de torsion non trivial. Soit le morphisme naturel de sur son espace de modules. Comme l’image par des groupes d’inertie de est triviale il suit du théorème de Zariski-Van Kampen de [Noo04] que est une représentation. On peut de plus considérer une résolution des singularités et construire une représentation de groupe kählérien.

Supposons que soit un corps local, possiblement non archimédien, et que est réductive au sens de [Eys04]. La représentation est alors réductive et on peut alors construire une application harmonique -équivariante comme comme dans [Eys04]. Cette application contracte les fibres de et donc est définie sur le revêtement universel de donc sur celui de . Par suite, on peut construire un fibré de Higgs -équivariant harmonique sur le revêtement universel de dont la représentation d’holonomie est obtenant ainsi une généralisation orbifold de [Sim92] dans le cas où est archimédien, de [GroSch92] dans le cas non archimédien. On peut utiliser la déformation du fibré de Higgs [Sim88, Sim92] pour conclure que toute représentation linéaire de se déforme à une variation de structure de Hodge complexe en raisonnant comme dans l’extension de ce résultat au cas kählérien donnée dans [CCE13].

En utilisant [CCE13, Lemme 3.13, Lemme 5.3] avec nous voyons que si est une composante irréductible de , les composantes irréductibles de sa préimage dans correspondent à des constructibles absolus de . Ce point étant acquis, les arguments de [CCE13] permettent de conclure.

On ne sait en revanche pas si pour toute représentation semisimple de le revêtement est (HC). Par [CCE13], il n’y a pas de chaine de Nori au sens de la définition 7 pour . En revanche, des obstructions de Cousin sont bel et bien présentes comme nous l’avons vu à la section 1.4 ce qui nécessite de prendre des représentations linéaires bien choisies ayant des noyaux suffisamment gros.

2.2 Morphisme de Shafarevich linéaire

Soit un groupe algébrique réductifs défini sur et le morphisme de champs analytiques obtenu en appliquant le lemme 4 à au vu du théorème 10. En passant à l’espace de modules nous obtenons une fibration d’espaces analytiques normaux dont les fibres sont les sous espaces analytiques connexes maximaux de tels que est fini.

Le cas est classique. En effet est exactement la factorisation de Stein de l’application d’Albanese de .

Si est un morphisme de noyau fini de groupes algébriques réductifs les fibres de contiennent celles de et on a une factorisation . En particulier, la suite de fibrations holomorphes stationne pour assez grand car forme une suite décroissante de fermés analytiques propres de . On appelle morphisme de Shafarevich linéaire la fibration définie par pour assez grand. Par construction, on a:

Proposition 11

Les fibres de sont les les sous espaces analytiques connexes maximaux de tels que est fini pour tout .

La dimension de Shafarevich linéaire de est par définition la dimension de . Elle est plus grande que la dimension d’Albanese de et s’y substitue avantageusement dans plusieurs applications. Par exemple, nous obtenons aisément une amélioration du résultat classique de Napier [Nap90]:

Théorème 12

Soit un orbifold kählérien compact développable de dimension . On suppose que sa dimension de Shafarevich linéaire est et que n’a pas de chaine de Nori au sens de la définition 7. Alors, est holomorphiquement convexe.

Preuve: La preuve de [Nap90] s’applique sans modification substantielle. On notera qu’une éventuelle chaine de Nori serait supportée par une courbe exceptionnelle du morphisme .

Dans tous les exemples que l’auteur a pu analyser complètement, il se trouve que l’application est un morphisme de Shafarevich pour , c’est à dire que les fibres de sont les les sous espaces analytiques connexes maximaux de tels que est fini. Lorsque cette propriété plus forte est vérifiée, il découle du théorème 10 que est holomorphiquement convexe. Cependant, à la connaissance de l’auteur, personne n’a pu exclure qu’un groupe kählérien ait un complété profini infini (c’est à dire que l’intersection des noyaux des morphismes vers des groupes finis est un groupe d’indice infini) et égal à son complété proalgébrique. Ceci se produirait si et seulement si toutes ses représentations linéaires de dimension finie étaient d’image finie. Une telle variété serait de dimension de Shafarevich linéaire nulle. Les exemples de Toledo [Tol93] de variétés projectives de groupe fondamental non résiduellement fini vérifient que ce qui implique que leur revêtement universel est de Stein.

Finissons par une remarque. Puisque le morphisme d’Albanese d’une variété projective lisse possède une construction purement algébrique, le morphisme également et on peut le définir sur un corps de base de caractéristique positive. Nous ignorons complétement si c’est le cas pour les dont la construction est transcendante. Une construction et une interprétation purement algébrique serait sans doute très intéressante, par exemple pour des questions d’arithmétique. On peut notamment espérer qu’une variété algébrique définie sur un corps de nombres telle qu’il existe avec vérifie si elle ne contient pas de sous variété abélienne. Le cas est un théorème classique de Faltings.

3 Observations relatives au cas singulier

Une courbe rationnelle nodale a pour revêtement universel une chaine infinie de composantes irréductibles rationnelles et compactes. En particulier, il n’est pas holomorphiquement convexe. Nous pensons que ceci est relié au fait que l’homologie d’une telle courbe est pure de poids zéro.

Il semble cependant possible de trouver des familles de représentations du groupe fondamental d’une variété kählérienne singulière telle que

soit holomorphiquement convexe. Par exemple, s’il existe un morphisme vers un orbifold lisse et est comme dans le théorème 10, il suit de ce même théorème que est holomorphiquement convexe. Ceci suggère l’existence d’une théorie de Hodge Mixte pour le non abélien de sorte que les sous ensembles de représentations correspondant une sous structure de Hodge pure de poids 1 forment une famille de représentations de telle que soit holomorphiquement convexe. Malheureusement, nous ne savons pas développer les éléments nécessaires d’une théorie de Hodge mixte non abélienne.

Voici toutefois un résultat dans cette direction que nous avons utilisé sans donner de démonstration dans [CCE13].

Théorème 13

Soit un espace complexe kählérien compact et une sous structure de Hodge pure de poids de la structure de Hodge mixte de Deligne sur . Alors il existe une application holomorphe de la seminormalisation 333Noter que est un homéomorphisme et que est le sous faisceau du faisceau des fonctions continues de qui sont holomorphes sur la partie lisse de . vers un tore complexe telle que soit l’image de .

En particulier, est holomorphiquement convexe.

Preuve: Soit un tore complexe compact. Considérons deux points distincts et construisons une variété kählérienne seminormale en identifiant et . On a un morphisme naturel qui donne lieu a une extension de structures de Hodge mixtes entières:

Le groupe des extensions de structures de Hodge mixtes entières de par est exactement et l’extension précédente a pour classe l’invariant d’Abel Jacobi . Par suite, cette extension n’est jamais scindée.

Plus généralement, l’extension est scindée sur si et seulement si est un point de torsion.

Soit un tore complexe tel que comme -structure de Hodge. Quitte a prendre une isogénie de on peut supposer l’existence d’un morphisme de SHM .

Supposons d’abord que est normale. Dans ces conditions la structure de Hodge de est pure et le résultat découle de la théorie du morphisme d’Albanese.

Supposons maintenant que la normalisation de est irréductible. Considérons le morphisme construit au pas précédent. Fixons deux points distincts de ayant même image dans . On a un diagramme .

On dispose d’un diagramme dont les lignes horizontales sont exactes:

Ceci identifie comme -structure de Hodge mixte à la préimage de dans . Mais le morphisme de SHM factorise comme et on a un morphisme de SHM qui permet de construire un morphisme de SHM scindant . Donc est nul. Ceci implique que l’application descend ensemblistement à et on voit aisément qu’elle y est continue. Ceci donne bien une application holomorphe .

Dans le cas général avec et non vides connexes. Si est composé d’un seul point on recolle avec en translatant la seconde de manière à ce que l’application soit uniqument définie en . Cela est cohérent car dans le cas présent. Dans le cas général, on choisit deux points base de et s’identifiant dans , on construit en identifiant ces deux points bases et le raisonnement précédent s’applique pour voir que deux points de s’identifiant dans ont même image par .

References

Philippe Eyssidieux
Institut Universitaire de France et Université Grenoble I. Grenoble, France

http://www-fourier.ujf-grenoble.fr/eyssi/

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.