Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning


Courbes projectives extrinsèques :


harmonie avec la cohomologie intrinsèque


Joël Merker

Table des matières

1. Introduction  1.

2. Géométrie initiale  2.

3. Fibré de jets d’ordre en coordonnées  3.

4. Construction de différentielles de jets holomorphes par élimination  5.

5. Transmission de la symétrie des différentielles de jets holomorphes  6.

6. Annulations sur la droite à l’infini  7.

7. Amplitude génératrice  8.

1. Introduction

Sur une courbe algébrique complexe projective géométriquement lisse:

pour un ordre de jets fini quelconque , et pour un degré homogène arbitraire, le fibré des jets de Green-Griffiths111Voir [9] pour une présentation détaillée.:

—  construit fibre à fibre comme polynomialisation -homogène du fibré des jets:

d’applications holomorphes locales du disque unité à valeurs dans   —, est un fibré vectoriel holomorphe de rang égal à:

qui admet de plus une certaine filtration naturelle dont le fibré gradué associé:

est isomorphe à une somme directe combinatoire de fibrés en droites de -différentielles symétriques:

eux-mêmes isomorphes à des fibrés en droites canoniques ambiants:

grâce à la formule dite d’adjonction:

dont la connaissance est anciennement établie.

Donc:

Sachant que pour entier:

il vient en bornant la cohomologie , pourvu que et que soit assez grand:

et un calcul simple montre que lorsque est grand et lorsque , il existe une minoration asymptotique sympathique:

Toutefois, en décidant de passer au fibré gradué associé, cette approche standard occulte le caractère non-linéaire essentiel des sections holomorphes globales, elle nie aussi complètement l’exigence mathématique ontologique incontournable de devoir embrasser les objets géométriques modaux dans leur dépendance fondamentale aux êtres définitionnels initiaux, et de plus, elle passe entièrement sous silence le fait que toute la théorie des surfaces de Riemann compactes gagne fort  —  en ampleur, en cohérence, en compréhension synthétique  —  à développer une complémentarité systématique harmonieuse entre les aspects extrinsèques et les aspects intrinsèques, comme l’ont démontré les leçons [7] de Phillip Griffiths, dont le résultat suivant s’inspire.

Théorème 1.1.

Étant donné un ordre de jets arbitraire:

sur une courbe algébrique projective géométriquement lisse quelconque:

de degré:

représentée  —  dans un système de coordonnées affines:

associées à des coordonnées homogènes:

géométriquement adaptées pour que:

—  comme lieu des zéros

d’un certain polynôme de degré satisfaisant par lissité de :

alors pour tout ordre de jets intermédiaire:

il existe des expressions parfaitement symétriques à travers l’échange :

qui définissent des différentielles génératrices de -jets holomorphes sur tout entier, notamment sur les deux sous-ouverts de :

différentielles génératrices qui s’annulent toutes identiquement sur le diviseur ample , et qui sont définies en termes de certains polynômes:

à coefficients dans explicitables  —  par exemple pour et sur :

et au moyen de ces différentielles de jets génératrices, des sections holomorphes globales linéairement indépendantes du fibré des jets de Green-Griffiths sont généralement représentées comme:

avec des polynômes:

de degré:

qui appartiennent aux espaces vectoriels quotients:

le nombre total de ces sections holomorphes linéairement indépendantes explicites de étant égal à:

à savoir aysmptotiquement égal à:

en harmonie et en cohérence avec la théorie intrinsèque inexplicite.∎


2. Géométrie initiale

Soit l’espace projectif complexe muni des coordonnées homogènes:

Sur les trois ouverts affines canoniques:

trois systèmes de coordonnées affines canoniques:

sont reliés entre eux par:

Soit aussi une courbe algébrique:

définie comme lieu des zéros d’un certain polynôme homogène:

non identiquement nul d’un certain degré .

À ce polynôme, sont associés les trois polynômes affines (en général non homogènes) tous de degré :

Hypothèse géométrique. La courbe sera toujours géométriquement lisse, à savoir:

Ceci implique l’irréductibilité du polynôme homogène .

Principalement, tout se produira dans l’une des trois cartes affines, par exemple celle associée à l’ouvert , c’est-à-dire en termes des coordonnées:

Il est alors avisé d’admettre l’équivalence notationnelle:

Aussi, remplacera le polynôme définissant l’équation affine de la courbe dans l’ouvert .

Deux points:

à l’infini dans la direction de l’axe des et à l’infini dans la direction de l’axe des existent dans :

L’action éventuelle d’un automorphisme holomorphe de assure (exercice) que:

et même que, après dilatation des axes de coordonnées et que:

où chaque polynôme est homogène de degré en . A posteriori (exercice), la présence des deux monômes et dans assure que et que .

Comme Phillip Griffiths ([7]) l’effectue régulièrement, après action éventuelle d’un automorphisme supplémentaire de :

3. Fibré de jets d’ordre en coordonnées

Le fibré cotangent à la courbe algébrique lisse :

doit impérativement être saisi dans des trivialisations naturelles qui sont adaptées à la disposition extrinsèque de la courbe.

Manifestement, les deux sous-ouverts naturels de l’ouvert affine sont:

Puisque la courbe projective est lisse, quitte à effectuer encore un automorphisme de , le théorème de Bézout se joue entièrement dans pour les deux intersections suivantes:

les points étant comptés avec multiplicité, aucune intersection, donc, ne se faisant sur la droite projective:

à l’infini.

Dans un voisinage ouvert approprié d’un point quelconque de l’ouvert semi-global , le théorème analytique des fonctions implicites représente la courbe sous la forme d’un graphe local:

au moyen d’une fonction graphante analytique qui dépend du point central et qui est définie pour assez petit.

De même, sur l’ouvert , localement au voisinage de tout point , la courbe se graphe comme:

Maintenant, si:

désigne le disque unité ouvert de rayon centré à l’origine dans , étant donné une application holomorphe locale:

alors spontanément, automatiquement  —  et compulsivement  —, l’application vient accompagnée de ses différentiations formelles:

jusqu’à des ordres finis arbitraires .

Dans l’ouvert affine , les coordonnées de jets associées jusqu’à l’ordre fixé quelconque sont donc les coordonnées indépendantes qui hébergent toutes ces dérivées possibles:

Ces coordonnées, intrinsèques à , sont extrinsèques à la courbe .

Mais intrinsèquement à la courbe, par exemple sur l’ouvert , puisque la coordonnée holomorphe (semi-globale) naturelle est , la coordonnées cotangente associée est   —  coordonnée qu’il convient de noter plutôt   —, et généralement parlant, les coordonnées de jets associées intrinsèques jusqu’à l’ordre quelconque sont:

De même, sur l’ouvert , les coordonnées de jets associées intrinsèques jusqu’à l’ordre quelconque sont:

Sur l’intersection:

de ces deux ouverts, il existe, d’après la théorie générale des fibrés holomorphes, une application de changement de trivialisation entre ces coordonnées de jets. Comment exprimer explicitement cette application de changement de trivialisation?

Si donc une application holomorphe locale:

aboutit entièrement dans la courbe:

cette identité valant pour tout , une première différentiation donne alors instantanément:

Nécessairement, l’équation ainsi obtenue doit être interprétée en termes des coordonnées de jets indépendantes qui hébergent les dérivées de , à savoir, comme:

ou, de manière équivalente, comme:

Lemme 3.1.

L’application de changement de trivialisation du fibré des jets d’ordre d’applications holomorphes locales du disque unité à valeurs dans la courbe algébrique projective d’équation affine de l’ouvert vers l’ouvert est donnée explicitement par:

les points-bases ici étant supposés appartenir à la courbe, i.e. supposés satisfaire .∎

En résumé, et pour reprendre le raisonnement, la différentiation formelle de :

s’effectue comme si et étaient fonction d’une variable , et deux résolutions équivalentes:

expriment les changements de trivialisations, dans un sens, et dans l’autre sens.

Pour connaître les changements de trivialisation entre les deux systèmes de coordonnées de jets à l’ordre suivant :

une différentiation supplémentaire:

commande alors de remplacer:

dans la deuxième équation:

et ensuite, il faut résoudre par rapport à .

Lemme 3.2.

L’application de changement de trivialisation du fibré des jets d’ordre d’applications holomorphes locales du disque unité à valeurs dans la courbe algébrique projective d’équation affine de l’ouvert vers l’ouvert :

les points-bases ici étant supposés appartenir à la courbe, est donnée explicitement par:

Ensuite, pour les jets d’ordre , une troisième différentiation est nécessaire:

La résolution par rapport à force à diviser par :

Mais il faut aussi remplacer les valeurs de et de obtenues à l’instant:

Simplifications et réorganisations fournissent la formule de transition au niveau des jets d’ordre :

Une vision inductive autre de ces calculs les rend plus directs.

En effet, partant de la formule de -transition:

une différentiation donne:

et il faut remplacer les qui apparaissent:

ce qui aboutit bien à la même formule (exercice visuel).

L’intérêt de cette approche équivalente, c’est qu’un seul remplacement doit être effectué à chaque étape.

En effet, en partant de la formule de -transition obtenue à l’instant, et réorganisée comme il se doit:

une différentiation ne fait apparaître que , mais aucun :