arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

[

J.-L. Colliot-Thélène C.N.R.S., Université Paris Sud
Mathématiques, Bâtiment 425
91405 Orsay Cedex
France
   A. Pirutka C.N.R.S., École Polytechnique, CMLS, 91128 Palaiseau
France
À paraître dans Ann. Sc. Éc. Norm. Sup.; soumis le 27 mars 2014; rapports reçus par les auteurs le 12 novembre 2014; version révisée soumise le 13 janvier 2015; article accepté le 17 mars 2015.
Résumé

Inspirés par un argument de C. Voisin, nous montrons l’existence d’hypersurfaces quartiques lisses de dimension 3 sur les complexes qui ne sont pas stablement rationnelles, plus précisément dont le groupe de Chow de degré zéro n’est pas universellement égal à . La méthode de spécialisation adoptée ici permet de construire des exemples définis sur un corps de nombres.

Hypersurfaces quartiques de dimension 3] Hypersurfaces quartiques de dimension 3 : Non rationalité stable

{altabstract}

There are (many) smooth quartic threefolds over the complex field which are not stably rational. More precisely, their degree zero Chow group is not universally equal to . The proof uses a variation of a method due to C. Voisin. The specialisation argument we use yields examples defined over a number field.

Introduction

Soit une hypersurface quartique lisse. Dans [iskovkikhmanin], Iskovskikh et Manin montrent que tout automorphisme birationnel de est un automorphisme, ce qui implique que le groupe des automorphismes birationnels est fini et que la variété de Fano n’est pas rationnelle. Des choix convenables de donnent alors des contre-exemples au théorème de Lüroth pour les solides.

Cette méthode, dite de rigidité birationnelle, a depuis été fort développée. Elle ne permet pas de répondre à la question de la rationalité stable de ces variétés, que l’on trouve posée explicitement dans [huh].

Artin et Mumford [artinmumford] construisirent d’autres exemples de solides projectifs et lisses qui sont unirationnels mais non rationnels. L’invariant qu’ils utilisèrent est le sous-groupe de torsion du troisième groupe de cohomologie de Betti, isomorphe pour un solide projectif et lisse au groupe . Pour toute variété projective et lisse rationnellement connexe, le groupe est isomorphe à un autre invariant birationnel, le groupe de Brauer . Ce groupe est nul pour toute variété stablement rationnelle, et même pour toute variété rétracte rationnelle. Leurs exemples ne sont donc pas stablement rationnels. La méthode ne peut s’appliquer directement aux variétés intersections complètes lisses de dimension au moins 3 dans un espace projectif , car le groupe de Brauer de telles variétés est nul.

Dans un récent article [voisin], C. Voisin a montré qu’un solide lisse revêtement double de ramifié le long d’une surface quartique lisse très générale n’est pas stablement rationnel. Elle utilise une famille propre de variétés, de base une courbe lisse, d’espace total une variété lisse , dont une fibre spéciale est un solide d’Artin-Mumford, de désingularisation . Utilisant le fait que le solide n’a que des singularités quadratiques ordinaires, par un argument de spécialisation, elle montre que si une fibre très générale de admettait une décomposition de Chow de la diagonale, alors il en serait de même pour la variété lisse . Ceci impliquerait que la torsion du groupe , est nulle, ce qui d’après Artin et Mumford n’est pas le cas. Ainsi une fibre très générale de n’est pas stablement rationnelle.

Dans le présent article, nous montrons qu’une hypersurface quartique très générale dans n’est pas stablement rationnelle. Pour ce faire, nous relâchons les hypothèses dans la méthode de C. Voisin. D’une part nous autorisons l’espace total à ne pas être lisse, d’autre part nous relâchons l’hypothèse sur le diviseur exceptionnel d’une résolution des singularités . Que l’on puisse un peu relâcher cette dernière hypothèse est déjà mentionné dans [voisin, Remarque 1.2].

Nous donnons deux versions assez différentes de l’argument de spécialisation, l’un purement en termes de groupes de Chow des zéro-cycles (§1), l’autre, essentiellement celui de Claire Voisin [voisin], en termes de correspondances (§2). Un point essentiel de notre démonstration utilise l’homomorphisme de spécialisation de Fulton, qui existe sous des hypothèses très larges.

Nous exhibons une hypersurface quartique singulière birationnelle à un solide d’Artin-Mumford, dont nous construisons une résolution des singularités . Nous avons relégué cette construction à l’appendice A. Nous montrons que le diviseur exceptionnel remplit les conditions suffisantes dégagées aux paragraphes précédents pour faire fonctionner la méthode de spécialisation.

Le résultat de spécialisation de zéro-cycles (§1) montre qu’une déformation générique de cette hypersurface quartique n’est pas géométriquement stablement rationnelle, ni même rétracte rationnelle.

Le point de vue des correspondances (§2) établit la non rationalité stable pour les hypersurfaces quartiques “très générales” sur le corps des complexes.

Le point de vue “groupe de Chow de zéro-cycles” (§1) établit l’existence d’hypersurfaces quartiques non stablement rationnelles définies sur une clôture algébrique de , et montre que les paramètres de telles hypersurfaces sont denses pour la topologie de Zariski sur l’espace projectif paramétrant ces variétés (Théorème LABEL:quartiques1). En utilisant des spécialisations sur un corps fini, on peut même comme nous l’a obligeamment indiqué O. Wittenberg, établir l’existence de telles hypersurfaces définies sur la clôture algébrique de (Théorème LABEL:reducmodp).

Un exemple de quartique singulière dans avec une résolution des singularités satisfaisant les deux conditions : la torsion de est non nulle, et le diviseur exceptionnel satisfait les conditions suffisantes mentionnées ci-dessus, avait déjà été construit par J. Huh [huh]. Pour l’exemple que nous construisons, point n’est besoin de calculer la torsion de : il suffit de renvoyer à l’article d’Artin et Mumford, ou au calcul birationnel du groupe de Brauer de [CTOj, Exemple 2.5].

Le formalisme du §1 permet aussi d’établir la non rationalité stable, sur leur corps de définition, de certaines variétés. Pour un corps -adique, ou un corps de nombres, nous montrons ainsi l’existence d’hypersurfaces cubiques lisses de dimension 3 définies sur et qui ne sont pas stablement -rationnelles (Théorème LABEL:padiquestable).


Soit un corps. Une -variété est un -schéma séparé de type fini. Une -variété intègre est dite -rationnelle si elle est -birationnelle à un espace projectif . Une -variété intègre est dite stablement -rationnelle s’il existe des espaces projectifs et tels que est -birationnel à . Une -variété intègre est dite rétracte rationnelle s’il existe des ouverts de Zariski non vides et ( convenable), et des -morphismes et tels que le composé est l’identité de . Une -variété intègre stablement -rationnelle est rétracte rationnelle.

Soit une -variété projective intègre. On dit qu’un -morphisme est une désingularisation de si est une -variété projective lisse intègre et le morphisme est -birationnel, c’est-à-dire qu’il induit un isomorphisme .

1 Groupe de Chow des zéro-cycles et spécialisations

Soit un corps.

Définition 1.1.

On dit qu’un -morphisme propre de -variétés est universellement -trivial si, pour tout corps contenant , l’application induite sur les groupes de Chow de zéro-cycles est un isomorphisme.


Dans le cas particulier du morphisme structural d’une -variété, on a la définition suivante.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.