Un isomorphisme de Suslin

Shane Kelly
Résumé

Dans cette note on constate qu’on peut enlever l’hypothèse de la résolution des singularités de l’isomorphisme construit par Suslin entre la cohomologie étale à supports compacts et les groupes de Chow supérieurs de Bloch. On démontre de plus que l’on peut obtenir cet isomorphisme à partir de la réalisation étale d’Ivorra.

1 Introduction

Un premier but de ce note est d’observer qu’en remplaçent le théorème [Voe00, Theorem 4.1.2] de Voevodsky avec le résultat principal ([Kel12, Theorem 5.3.1]) de la thèse de l’auteur, on peut enlever l’hypothèse de la résolution des singularités dans le résultat principal de [Sus00].

Théorème 1 ([Kel12, Theorem 5.6.1], cf. [Sus00, Introduction]).

Soit un corps algébriquement clos, un entier inversible dans , un morphisme quasi-projectif équidimensionnel de dimension et soit . Alors il existe un isomorphisme naturel

est la cohomologie étale à support compact, sont les groupes supérieurs de Chow, et on utilise pour indiquer .

Suslin définit cet isomorphisme à partir d’un isomorphisme (démontré dans [Sus00]), un isomorphisme (démontré dans [SV96]), et l’isomorphisme canonique

(1)

D’un autre côté, on peut définir un deuxième morphisme

à partir du morphisme canonique

(2)

où les morphismes sont dans la catégorie dérivée des faisceaux de -modules sur le petit site étale de (cf. Définition 12).

La deuxième but de cette note est de démonter que est égal à .

Proposition (Proposition 15, Proposition 17).

Sous les hypothèses du Théorème 1, l’isomorphisme

défini dans [SV96], et le morphisme

de la Définition 12 (défini à partir du foncteur de réalisation), sont compatibles avec les accouplements canoniques (1) et (2). Par conséquence, est égal à .

Conventions.

Pour un groupe abélien , les éléments de seront induits en général par un morphisme et un choix d’injection . Donc, on choisit une fois pour tout une telle injection.

2 L’isomorphisme de Suslin

2.1 Les groupes de Chow supérieurs et l’homologie singulière

Dans cette sous-section on rappelle la notation, le résultat principal de la Section 2 de [Sus00], et son extension au cas non-affine pour que le lecteur constate que l’hypothèse de le résolution des singularités n’est pas nécessaire si l’on remplace [Voe00, Theorem 4.1.2] avec [Kel12, Theorem 5.1.3] (reproduit en dessous).

Soit un corps et soit un -schéma séparé équidimensionnel de type fini. Soit le groupe libre abélien engendré par les sous-variétés de de codimension tels que l’intersection avec chaque coface est de codimension dans (où est le sous-schéma linéaire de défini par et les cofaces sont les sous-variéties définies par ). Par définition [Blo86], les groupes sont les groupes d’homologie du complexe où les différentielles sont et le morphisme est l’intersection avec la coface . Le complexe possède un sous-complexe est le sous-groupe libre engendré par les sous-variétés tels que la projection vers est un morphisme équidimensionel111Quand on écrit équidimensionnel de dimension relative on veut dire un morphisme de schémas qui est de type fini, dominant, est pour lequel le fonction sur est constant et égal à . de dimension relative . Le théorème technique principal de [Sus00] est le suivant. Il est vrai sans aucune hypothèse sur le corps !

Théorème 2 ([Sus00, Theorem 2.1]).

Soit un -schéma affine équidimensionnel et . Alors, l’inclusion de complexes est un quasi-isomorphisme.

Par on veut dire la catégorie des -schémas séparés de type fini et par la sous-catégorie pleine des -schémas lisses. Soit et soit . Suslin utilise la notation pour le préfaiscau222Pour quelque détails sur ce préfaisceau, la catégorie des correspondances (non-lisse), et préfaisceaux avec transferts voit la Section A. de [SV00b].

Les groupes de (co)homologie singulière d’un préfaisceau sur sont définis comme (où est le complexe avec ) et pour un groupe abélien comme

On remplace le théorème [Voe00, Theorem 4.1.2] de Voevodsky (qui apparait comme [Sus00, Theorem 3.1] dans l’article de Suslin) avec la version suivante qui ne suppose pas la résolution des singularités.

Théorème 3 ([Kel12, Theorem 5.1.3], cf. [Voe00, Theorem 4.1.2]).

Soit un corps parfait de caractéristique exponentielle . Soit un préfaisceau de -modules avec transferts tels que333On renvoie le lecteur qui ne connait pas la cdh topologie au très accessible [SV00a, Section 5]. . Alors, l’image de444Le complexe de préfaisceaux est la version préfaisceautique de défini par (en fait, n’est que le complexe des sections globales ). dans la catégorie des complexes de faisceaux de Nisnevich sur est acyclique.

Ce théorème implique tout de suite l’extension suivante.

Théorème 4 (cf. [Sus00, Theorem 3.2]).

Soit un corps parfait de caractéristique exponentielle . Alors, pour tout -schéma quasi-projectif équidimensionnel et tout , l’inclusion canonique de complexes

est un quasi-isomorphisme. Par conséquence, cette inclusion induit des isomorphismes

(3)

pour tout et tout premier à .

Démonstration.

On rappelle la démonstration de [Sus00, Theorem 3.2] qui marche sans problème une fois que [Sus00, Theorem 3.1] (i.e., [Voe00, Theorem 4.1.2]) est remplacé par Théorème 3.

On travaille par récurrence sur . Si les deux complexes sont égaux, donc considérons le cas et assumons que le résultat est connu pour les variétés de dimension inférieure à . Soit un diviseur de Cartier effectif tel que est affine. La suite de préfaisceaux est exacte, et la cdh faisceau associé à est zéro ([SV00a, Theorem 4.2.9, Theorem 4.3.1]). D’où, d’après le Théorème 3, l’application de résulte en un triangle distingué dans la catégorie dérivée des groupes abéliens. De l’autre côté, la suite est aussi un triangle distingué ([Blo86, Theorem 3.3]). L’inclusion à gauche est un quasi-isomorphisme par l’hypothèse de récurrence et l’inclusion à droite est un quasi-isomorphisme par le Théorème 2. Donc l’inclusion au milieu est aussi un quasi-isomorphisme. ∎

2.2 La cohomologie étale, la cohomologie singulière, et les groupes de Chow supérieurs

Désormais on fixe un premier à et on écrit .

Dans cette sous-section on rappelle les matières de [Sus00, Section 4] et [SV96] pour arriver à l’isomorphisme . Il sera la composition d’une suite d’isomorphismes.

En regardant les définitions, on voit qu’il y a un accouplement canonique entre et . Soit

(4)

le morphisme induit. Pour passer au cas on utilisera les isomorphismes canoniques

(5)
(6)

(le choix de la notation sera justifié plus tard) de [Blo86, Theorem 2.1] et [SGA73, XVIII.2.8.1] respectivement.

Choisissons une immersion ouverte de dans un schéma projectif sur . Soit l’immersion fermée complémentaire. On choisit aussi une résolution injective dans555La -topologie (sur ) est engendrée par la topology de Zariski et les morphismes propres surjectifs. On rencontrera aussi la -topology (sur ) qui est engendrée par la topologie de Zariski, et les morphismes finis surjectifs. On utilisera la même symbole pour un groupe abélien et son faisceau constant associé (le Zariski faisceau associé est déjà un faisceau). .666Le choix de -coéfficients pour n’est pas nécessaire maintenant, mais ça rendra les choses plus facile plus tard cf. la Remarque 10. Définissons le complexe777On utilisera souvent la même notation pour un objet, et le préfaisceau qu’il represente.

(7)

dans concentré en degrés et .

Théorème 5 (Suslin-Voevodsky).

Le complexe est acyclique en tant que complexe de faisceaux étales, et aussi en tant que complexe de -faisceaux. En plus, les deux morphismes

sont des isomorphismes, où le premier est , le deuxième est la composition avec le morphisme canonique . Les trois hom-groupes sont dans .

Corollaire 6.

Le morphisme canonique est un quasi-isomorphisme.

Remarque 7.

Les assertions d’acyclicité sont [SV96, Corollary 10.7] et [SV96, Corollary 10.9]. L’assertion que l’isomorphisme induit par est un isomorphisme est [SV96, Theorem 7.6], qui dit aussi que la composition avec induit un isomorphisme. La composition avec induit un isomorphisme puisque ce dernier est un quasi-isomorphisme après la -faisceautisation [SV00a, Theorem 4.2.9, Theorem 4.3.1]. La composition avec induit un isomorphisme parce que pour propre est un isomorphisme aprés la -faisceautisation [SV00a, Proposition 4.2.14] ( quand est propre).

Pour le corollaire, on utilise l’invariance par homotopie de la cohomologie étale.

Donnons un nom à l’isomorphisme du Théorème 5:

(8)
Définition 8.

L’isomorphisme de Suslin est la composition

où le morphisme (resp. , , , ) est de l’Equation 6 (resp. 8, 4, 3, 5).

3 Le morphisme induit par la réalisation étale

Dans cette section on discute le morphisme .

Rappelons-nous qu’il y a une identification canonique de avec le group de morphismes dans . Par définition, (resp. ) est l’image de (resp. ) sous la projection canonique . Donc il y a un morphisme induit.

(9)

C’est un isomorphisme après [FV00, Theorem 8.1] (ou [Kel12, Theorem 5.4.19] pour la version sans supposer la résolution des singularités). Puis, il y a un isomorphisme canonique

(10)

de [Voe00, Corollary 4.1.8] (où [Kel12, Theorem 5.5.9] pour la version sans supposer la résolution des singularités). Pour , l’isomorphisme de [Voe00, Proposition 4.2.9] est par définition la composition

(11)

Si , le morphisme et sont des égalités, d’où .

On continue avec les et choisis au-dessus.

Définition 9.

On rappelle qu’on avait défini dans (7) le complexe de . On définit aussi (les degrés sont indiqués en bas)

Remarque 10.

Constatons que si est un complexe de préfaisceau de -modules avec transferts, alors888Pour un complexe de préfaisceau et un complexe d’objets , par en veut dire . devient égal à . D’où le morphisme canonique admet une section canonique

(12)
Théorème 11.

Le morphisme évident

est un isomorphisme.

Démonstration.

Vu l’isomorphisme (9) il suffit de montrer que est un isomorphisme. Pour propre, le morphisme analogue est un isomorphisme par [FV00, Theorem 8.1] (ou [Kel12, Theorem 5.4.19]). Ce cas implique le cas où n’est pas propre par le morphisme évident entre l’image du triangle distingué et le triangle distingué (le dernier est distingué par [Voe00, Proposition 4.1.5] ou [Kel12, Proposition 5.5.5]). Puis le passage à et vient des triangles distingués évidents (dont le premier morphisme est multiplication par ). ∎

Définition 12.

Définissons comme la composition

est le morphisme induit par , les identifications canoniques (18) et (19), et la section de l’Equation 12.

4 Demonstration de la compatibilité

Dans cette section on montre les compatibilités affirmées dans l’introduction.

Constatons tout d’abord que le foncteur s’étend à en posant . Si l’on choisit correctement le signe des différentielles999Par exemple, le choix suivant marche. Pour on choisit la -terme du différentiel d’être sont les cofaces de et les différentiels de à l’objet . Du point de vu du bicomplèxe, nous avons inversé les différentiels verticaux sur les colonnes impaires. il y a une inclusion canonique

du complexe dans le bicomplexe comme le colonne , qui est naturelle en . La composition de avec soi-même est donc munie de deux transformations naturelles canoniques

(13)
Lemme 13.

Soit un préfaisceau avec transferts. Alors, il existe une homotopie entre les deux inclusions .

Remarque 14.

Cette propriété semble légèrement plus forte que le fait que les deux inclusions sont des quasi-isomorphismes. Le style de la démonstration est bien connu en topologie algébrique sous le nom “Acyclic models” [Dol72, Ch. VI, §12].

Démonstration.

C’est dû au fait que les sont -contractiles. Ajoutons quelques détails. Puisque (hom interne dans il suffit de montrer que la différence des deux projections canonique101010Par projections canoniques on veut dire les morphismes définis par les projections vers les termes ou . est homotope à zéro.111111Le complexe (resp. ) est celui induit par Yoneda et le schéma simplicial (resp. bisimplicial ). Puisque et sont égaux on degré zéro, on peut construire un homotopie par récurrence une fois qu’on sait que pour . Pour tout , l’inclusion est toujours un quasi-isomorphisme [SV96, Corollary 7.5], et il nous suffit de voir que . Cela est vrai pour n’importe quel schéma contractile121212C’est-à-dire, pour les schèmas tel qu’il existe un morphisme et un morphisme tel que et est la section à zéro et la section à 1. pour les raisons classiques ([SV96, Lemma 7.4]), et c’est facile de voir que est contractile.131313Pour on peut choisir, par exemple, le morphisme induit par pour et où les sont des coordonnées de et une coordonnée de .

Proposition 15.

Les morphismes

sont compatibles avec les accouplements canoniques

(1)
(2)
Remarque 16.

On espère que le lecteur ne se perd pas dans les détails de la preuve. Tout simplement, il s’agit de représenter un élément de (resp. ) par un morphisme (resp. ) pour des interprétations de bien choisies dans une catégorie convenable, et constater que les deux accouplements ne sont que la composition. Les parties les plus difficiles sont de se frayer un chemin à travers tous les modèles de , et d’avoir le Lemme 13 sous la main.

Démonstration.

On utilise Théorème 5 et l’Equation 9 pour représenter des éléments de et par des morphismes

dans . Comme on avait imposé à d’être -linéaire, il y a une factorisation canonique et l’accouplement (1) n’est que l’image de la composition sous l’isomorphisme canonique . Pour le comparaison on compose avec et on définit

On construit maintenant le diagramme suivant.

(14)

L’image de dans est la composition avec le morphisme canonique (Théorème 5). Pour l’accouplement on a besoin de sa factorisation canonique (Remarque 10). Sous l’adjonction l’élément correspond à un morphisme . Grace à l’isomorphisme du Théorème 11 ce dernier se relève en un morphisme canonique , et via la section canonique de l’Equation 12 un élément .

Pour calculer l’accouplement (2) de et , on compose avec et on utilise l’isomorphisme canonique (Corollaire 6). L’adjoint de fournit la même élément de , donc définissons

L’égalité de et découlera du diagramme suivant.

(15)

Rapellons-nous qu’il y a deux choix canoniques (Équation 13) pour le morphisme marqué avec B. Pour que le carré commute (dans ), il faut choisir . Par contre, si on veut que le chemin de bas soit égal à la flèche (dans ), il faut choisir . Heureusement, ces deux choix sont égaux dans la catégorie homotopique (Lemme 13). D’où, dans nous avons .∎

Proposition 17.

Les morphismes et sont égaux.

Démonstration.

C’est immédiat après la Proposition 15 et le Lemme 20 :

Dans le cas , par définition, est la composition du chemin supérieur dans le diagramme

et est la composition du chemin inférieur dans ce diagramme. Le cas n’est que la Proposition 15 qui dit que le carré est commutatif.

Pour le cas , par définition nous avons . Puisque on vient de voir que il suffit de montrer que . Cela découle du diagramme suivant, dans lequel les colonnes sont les morphismes , par définition.

La commutativité du carré en bas est tautologique (c’est la définition de donné dans l’Equation 11). La commutativité du carré en haut n’est que l’associativité de la composition, et la commutativité du carré au centre est le sujet du Lemma 20. ∎

Remarque 18.

Malheureusement, on ne connait pas une référence pour la compatibilité de la réalisation étale avec les structures de dualité. Cette compatibilité est bien connue mais elle dépasse les objectifs de ce note.

Il découle facilement de cette compatibilité avec la dualité et la Proposition 17 que quand est lisse l’isomorphisme de Suslin est le morphisme de la conjecture de Beilinson-Lichtenbaum sous les identifications canoniques fournis par la dualité, i.e., le carré suivant est commutatif:

Annexe A Préfaisceaux de cycles relatifs

Le préfaiseau de [Sus00] est, en fait, le préfaisceau de [SV00a]. Au lieu dele définir, ce n’est pas beaucoup plus difficil de se rappeler la théorie plus générale, ce qu’on fera maintenant. Remarquons que l’on donne une définition et une grande partie des propriétés importantes des préfaisceaux de cycles relatifs et la catégorie des correspondances en moins de trois pages, même pour n’importe quels schémas noetherians et séparés. Il semble qu’il n’existe pas d’exposition aussi concise dans la littérature. D’habitude, la définition est l’aboutissement d’une quinzaine de pages de travail.

a.1 Definition

Dans [SV00a], Suslin-Voevodsky définissent des préfaisceaux , , , sur pour un schéma noetherien, et . Soit le groupe abélien libre engendré par les points de qui sont au-dessus d’un point générique de , et de dimension dans leur fibre. Le problème, c’est que les groupes pour ne possèdent pas une fonctorialité en raisonnable (par raisonnable on veut dire possédant les propriétés 2 et 3 en-dessous). La solution est de travailler avec des sous-groupes des . Pour un morphisme de et une somme de points de on définit

(16)

où les sont les points génériques de et .

Définition 19.

On peut définir le préfaisceau comme le plus grand préfaisceau qui satisfait les conditions suivants :

  1. Pour tout , le groupe est un sous-groupe de .

  2. Si est l’inclusion canonique, est le morphisme évident.

  3. Soit un sous-schéma intègre de point générique . On suppose que soit tel que se trouve dans le lieu plat de . Alors (vu comme cycle sur via l’immersion ).

Le préfaisceau , (resp. , ) est par définition, le sous-préfaisceau de des cycles tel que chaque est équidimensionnel (resp. proper, équidimensionnel et proper).

Soit un morphisme de . Pour alléger la notation, suivons Ivorra en écrivant (Suslin-Voevodsky écrivent ). Soit l’inclusion des points génériques de et . Les axiomes 2 et 3 impliquent que est injective, donc il suffit de connaitre pour connaitre . En particulier, si induit un isomorphisme sur un ouvert dense de , alors est le morphisme évident induit par l’identification des fibres génériques de avec les fibres génériques de . Par conséquence, avec ces axiomes et le théorème de platification de Raynaud-Gruson [SV00a, Proposition 2.2.2] on peut calculer pour n’importe quel morphisme de .

Si est regulier et l’inclusion d’un point on peut aussi calculer avec la formule des de Serre quand est régulier [SV00a, Lemma 3.5.9].

a.2 Caractérisation

Un théorème ([SV00b, Corollaries 3.4.5]) affirme que pour régulier l’inclusion est une égalité. En général, on peut caractériser les cycles de comme suit. Soit et un éclatement à centre rare. Puisque les fibres génériques de et sont isomorphes, on peut considérer comme un élément de . Disons que platifie si est réduit, le centre de est rare, et chaque est plat (adhèrence dans ). Dans ce cas, [SV00a, Corollary 3.3.11]. Alors, un cycle est dans si et seulement si pour chaque diagramme commutatif

avec un point de , un éclatement qui platifie , et un corps, nous avons

  1. , et

  2. ce cycle est dans l’image de .

Les morphismes sont ceux définis dans l’Equation