Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

Stabilisation de la formule des traces tordue VIII: l’application sur un corps de base local non-archimédien

J.-L. Waldspurger
3 octobre 2014

Introduction.


Dans une série d’articles, nous avons énoncé les théorèmes qui conduisent à la stabilisation de la partie géométrique de la formule des traces tordue. Le théorème clé est local. Rappelons-le très sommairement. Le corps de base est local de caractéristique nulle. On considère un groupe réductif connexe défini sur , un espace tordu sous et une classe de cocycle , auquel est associé un caractère de . On suppose unitaire. Soit un espace de Levi de . Pour un élément qui est fortement régulier dans et pour une fonction , on définit l’intégrale orbitale pondérée -équivariante (la définition exacte nécessite d’introduire des mesures dont nous ne tenons pas compte dans cette introduction). Dans l’article [II], nous avons défini un avatar endoscopique de ce terme, que l’on note . Le théorème principal affirme que, pour tous et comme ci-dessus, on a l’égalité

Nous supposons ici que est non-archimédien. Sous cette hypothèse, nous effectuons le premier pas dans la démonstration du théorème. Il consiste à prouver que pour , il existe une fonction sur vérifiant la condition suivante. Pour tout élément qui est fortement régulier dans , la différence entre les deux termes dont nous voulons prouver l’égalité est égale à l’intégrale orbitale de au point . Cette dernière est une intégrale orbitale sur , ordinaire c’est-à-dire non pondérée, mais tenant évidemment compte du caractère . Autrement dit

La suite de la démonstration consistera à appliquer la formule des traces dans à cette fonction et à en déduire que celle-ci est nulle. Cela démontrera le théorème principal. Au point où nous en sommes, nous pouvons seulement prouver l’existence d’une telle fonction . Nous ne pouvons même pas prouver que l’on peut la choisir localement constante et à support compact. Nous prouvons toutefois qu’on peut lui imposer les deux conditions

- il existe un sous-groupe ouvert compact de tel que soit biinvariante par ce sous-groupe;

- la restriction de à toute fibre de l’application usuelle (cf. 1.1) est à support compact.

Ces conditions suffisent pour définir les intégrales orbitales . En fait, nous démontrons plus que la seconde propriété ci-dessus: la fonction est de Schwartz. Nous définissons en 1.7 ce que nous entendons par là (on trouve dans la littérature d’autres définitions des fonctions de Schwartz, qui ne coïncident sans doute pas avec la nôtre).

Il y a une restriction à notre résultat. Pour certains triplets , on impose que les intégrales orbitales ordinaires de (-équivariantes) sont nulles en tout point de la réunion d’un certain ensemble fini de classes de conjugaison (cf. 4.4 pour un énoncé précis).

Notre résultat est l’exact analogue dans le cas tordu de la proposition 3.1 de [A1], dont nous reprenons la preuve. En utilisant les résultats sur les germes de Shalika prouvés en [II] et [III], il est assez bref de démontrer que, pour tout élément semi-simple , il existe une fonction lisse et à support compact de sorte que (1) soit vérifié pour au voisinage de . On a envie ensuite de recoller les fonctions ainsi construites en utilisant une partition de l’unité. Mais on ne peut contrôler ni l’uniforme lissité de la fonction ainsi construite, ni sa croissance à l’infini. On a besoin d’une deuxième construction qui, elle, nous fournit une fonction qui a les bonnes propriétes de lissité et de croissance et qui vérifie l’égalité (1), cette fois pour hors d’un certain compact. On arrive à bon port en utilisant à la fois les deux constructions. Cette deuxième construction utilise des variantes des intégrales orbitales pondérées -équivariantes, que l’on note en suivant comme toujours Arthur. La magnifique propriété de ces termes est que, pour fixée, ils sont à support compact en , modulo conjugaison. On doit d’abord définir et étudier ces termes, ainsi que certaines applications nécessaires à leur définition. C’est l’objet de la section 1. On doit ensuite les stabiliser (section 2) et en définir des avatars endoscopiques (section 3). La définition de l’application et la preuve de ses propriétés est donnée dans la dernière section.


1 L’application


1.1 Définition de fonctions combinatoires

Dans tout l’article, le corps de base est local non archimédien et de caractéristique nulle. On considère un triplet défini sur . On suppose que le caractère associé à est unitaire.

Soit un espace de Levi de . On note l’ensemble des racines de dans . Un élément peut être considéré comme un élément de . Il lui est associé une coracine . Sa définition précise est un peu arbitraire, l’ensemble n’étant pas en général un système de racines au sens de Bourbaki. Toutefois, la demi-droite portée par est définie sans ambiguïté et c’est la seule chose qui nous importera. Tout sous-espace parabolique détermine un sous-ensemble positif dans que l’on note . On en déduit des chambres positives

On rappelle que, quand décrit , les ensembles décrivent les composantes connexes de privé des hyperplans annulés par les racines .

Dans notre situation tordue, il y a un espace affine sur . Rappelons sa définition. On note le noyau de l’application et son image. Notons le quotient . Le groupe agit par translations sur ce quotient et celui-ci est un espace principal homogène sous cette action. On pose . On note l’application naturelle.

Pour tout , on fixe une fonction , soumise aux conditions suivantes:

(1) pour tout , il existe tel que, pour et , la condition entraîne ;

(2) pour tout .

De telles fonctions existent. Remarquons que ces deux conditions impliquent

(3) pour tout , il existe tel que, pour , les conditions pour tout entraînent .

Les fonctions sont fixées pour tout espace de Levi . On leur impose la condition (4) suivante. Soit . L’automorphisme induit un isomorphisme . Alors

(4) pour tout et tout , .

C’est possible. En effet, pour tout espace de Levi , notons le quotient . Ce groupe agit sur , sur en permutant les chambres et sur . Fixons un ensemble de représentants des classes de conjugaison par d’espaces de Levi. Pour et , on peut remplacer la fonction par la fonction

Les nouvelles fonctions vérifient encore (1) et (2) et de plus pour tout , tout et tout . Pour quelconque, soit l’unique élément de qui est conjugué à et fixons tel que . Pour , on définit par . Cela ne dépend pas du choix de et le système de fonctions obtenu vérifie (4).

Enfin, on peut faire varier le groupe ambiant . On suppose des fonctions fixées comme ci-dessus. Soient un espace de Levi de et un espace de Levi de . Il y a une application naturelle

Pour , on pose

(5) ,

où l’on somme sur les tels que . Ces fonctions vérifient encore les conditions (1), (2) et (4).

Des fonctions vérifiant les conditions ci-dessus sont désormais fixées pour tout l’article.


1.2 Fonctions rationnelles

Soit un espace de Levi de . On note le sous-groupe des tels que pour tout . On pose . C’est un groupe compact que l’on munit de la mesure de masse totale . Le quotient s’identifie à un tore complexe, ce qui permet de parler de fonctions polynomiales ou rationnelles sur ce quotient. Considérons une telle fonction rationnelle . Supposons qu’il existe une famille finie vérifiant les conditions suivantes:

- pour tout , est un nombre complexe et est une coracine associée à une racine , normalisée de sorte que ;

- la fonction est polynomiale.

A cette condition, nous dirons que n’a qu’un nombre fini d’hyperplans polaires d’équations de la forme , pour .

Remarque. La condition est nécessaire pour que la fonction soit invariante par . Evidemment, cette fonction dépend de la normalisation choisie.


Rappelons que l’on note l’espace des formes linéaires affines sur l’espace réel . On a donc une suite exacte

On ajoute un indice pour désigner les complexifiés. On a une suite exacte analogue

On note le sous-groupe des tels que pour tout . On a une suite exacte

On note usuellement un élément de et sa projection dans . Considérons une fonction . Pour , considérons les conditions

(2) le produit ne dépend que de la projection .

Ce produit ne dépend alors que de la projection de dans . On note la fonction obtenue sur cet ensemble.

(3) Sous la condition (2), la fonction est polynomiale;

(4) sous la condition (2), la fonction est rationnelle;

(5) sous la condition (2), la fonction est rationnelle et n’a qu’un nombre fini d’hyperplans polaires d’équations de la forme , pour

Pour un autre point , la fonction est le produit de et du polynôme . Il en résulte que les conditions (2), (3), (4) et (5) ne dépendent pas du choix de . Plus précisement, sous la condition (5), les hyperplans polaires ne dépendent pas de ce choix. Si vérifie (2) et (3), resp. et (4), resp. et (5), nous dirons simplement que est polynomiale sur , resp. est rationnelle, resp. est rationnelle et n’a qu’un nombre fini d’hyperplans polaires d’équations de la forme , pour ).

Une variante de la propriété (2) vaut aussi pour des fonctions définies sur le sous-ensemble .

On peut scinder la suite exacte (1) en fixant un point et en relevant tout en l’unique relèvement tel que . Une telle section envoie dans . Fixons une telle section. Sous la condition (2), on a l’égalité .

1.3 L’application

Fixons un espace de Levi minimal et un sous-groupe compact spécial de en bonne position relativement à . Soit .

Pour une -representation de et pour , on sait définir la représentation : on a pour tout . Pour , la fonction est polynomiale sur .

On a défini en [W] 2.9 l’espace engendré par les caractères de -représentations tempérées de .

Remarque. On considère ici les caractères comme des distributions, c’est-à-dire des formes linéaires sur . Ils dépendent donc des mesures. Vus comme fonctions localement intégrables, les caractères vivent dans . On note l’élément de associé à une -représentation .


On a défini en [W] 2.12 le sous-espace engendré par les caractères de représentations elliptiques. L’induction fournit un isomorphisme

Soient , une -représentation elliptique de et . Pour , la fonction

définie en [W] 2.7 est rationnelle sur . Elle a un nombre fini d’hyperplans polaires d’équations de la forme , pour .

Ces hyperplans ne dépendent pas de comme on l’a dit en 1.2. Ils ne dépendent pas non plus de , au sens qu’il existe une famille finie d’hyperplans de la forme indiquée de sorte que, pour tout , les hyperplans polaires de la fonction ci-dessus appartiennent à cette famille. Soit . Fixons un point tel que soit assez grand pour tout . Alors l’intégrale

ne dépend pas du choix de .

Posons

où les points sont choisis comme ci-dessus. Il n’est pas clair que cette somme converge. Il n’est pas non plus clair qu’elle ne dépende que de . Ces deux propriétés sont assurées par la proposition suivante.

Proposition. (i) L’expression (1) est une somme finie et ne dépend que de .

(ii) Il existe une unique application linéaire

de sorte que, pour tout , toute -représentation elliptique de et tout , on ait l’égalité

Preuve. Fixons des mesures de Haar sur tous les groupes pour nous débarrasser des espaces de mesures. Soit . On va commencer par prouver une formule de descente, sous une forme assez générale car cela nous servira ultérieurement. Fixons un espace de Levi tel que . On a

Utilisons la formule de descente du lemme 5.4(iv) de [W]. On obtient

est déterminé par le choix d’un paramètre auxiliaire. Cela transforme (1) en

Fixons . Pour , fixons un point tel que soit assez grand pour tout . Soit , posons . Alors le segment joignant à est formé de points tels que est grand pour toute racine . Il ne coupe aucun hyperplan polaire de la fonction . On peut donc déplacer le contour d’intégration et remplacer l’intégrale sur par celle sur . La somme sur les devient une somme sur les d’intégrales ne dépendant que de et de la somme

D’après 1.1(5), ceci n’est autre que . On obtient alors

Nous retenons la formule obtenue

Le calcul ci-dessus est formel puisqu’on n’a pas encore prouvé que les sommes étaient convergentes. Mais il entraîne que, pour démontrer cette convergence, plus précisément pour démontrer que les sommes sont finies, il suffit de le faire pour chaque terme de la somme ci-dessus. En appliquant ceci au cas , on est ramené au cas où . Dans ce cas, fixons . On voit que l’intégrale figurant dans (1) n’est non nulle que si la projection de dans appartient à la projection du support de . Cette projection est finie puisque est à support compact. On peut donc décomposer la somme en selon cette projection et prouver que la somme en les ayant une projection fixée est finie. Fixons comme en 1.2 une section de la projection . La fonction

est rationnelle. Pour assez grand, elle vérifie une majoration

pour des constantes positives convenables et . Faisons tendre le point vers l’infini de sorte que reste équivalent à pour tout . Puisque les sont minorés pour de tels quand , il existe des nombres réels strictement positifs , et de sorte que

pour tel que et que la projection soit fixée. En faisant tendre vers l’infini, l’intégrale devient nulle pourvu que . Or il n’y a qu’un nombre fini de vérifiant les conditions précédentes et ne vérifiant pas cette inégalité. Cela démontre que la somme en est finie.

On doit prouver que la somme (1) ne dépend que de . C’est-à-dire, fixons tel que . On doit voir que le membre de droite de (1) ne change pas si l’on remplace par et par . On vérifie immédiatement qu’un terme indexé par et de la formule (1) est égal au terme de la nouvelle formule indexé par et .

Pour démontrer (ii), on utilise le théorème de Paley-Wiener ([HL] théorème 3.3, repris en [W] théorème 6.1). On doit d’abord prouver une propriété de finitude. A savoir que, pour tout , il existe un ensemble fini de -représentations elliptiques de tel que, si vérifie , alors il existe de sorte que . Puisque est biinvariante par un sous-groupe ouvert compact de , il existe aussi un sous-groupe ouvert compact de tel que la non-nullité de entraîne que admet des invariants non nuls par ce compact. Or, à torsion près par , il n’existe qu’un nombre fini de -représentations elliptiques de vérifiant cette propriété. D’où la finitude requise. Fixons et . Fixons aussi un scindage . On doit montrer que la fonction

est de Paley-Wiener sur . Par un changement de variables, on a

Le raisonnement fait ci-dessus montre que la somme en est finie indépendamment de . Donc, comme fonction de , l’expression ci-dessus est une somme finie de termes . C’est donc une fonction de Paley-Wiener. Cela achève la démonstration.


1.4 Propriétés de l’application

On fixe . Conformément à nos habitudes, on ajoute un exposant si besoin est pour indiquer l’espace ambiant: au lieu de .

Soit , supposons . Pour , on a

est déterminé par le choix d’un paramètre auxiliaire.

Preuve. Soit avec et soit une -représentation elliptique de . On doit prouver que la distribution prend la même valeur sur les deux membres de (1). Par définition de l’induction, on a