Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

Principe de Hasse pour les intersections de deux quadriques

Olivier Wittenberg
Laboratoire de mathématiques, bâtiment 425, Université Paris-Sud, 91405 Orsay, France
Abstract

Admettant l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich des courbes elliptiques sur les corps de nombres, toute intersection lisse de deux quadriques dans l’espace projectif de dimension  satisfait au principe de Hasse si . Le même résultat vaut pour , c’est-à-dire pour les surfaces de del Pezzo de degré , lorsque le groupe de Brauer est réduit aux constantes et que la surface est suffisamment générale. Les preuves détaillées des résultats annoncés dans cette Note seront publiées ultérieurement.

Abstract

Hasse principle for intersections of two quadrics. Assuming Schinzel’s hypothesis and the finiteness of Tate-Shafarevich groups of elliptic curves over number fields, smooth intersections of two quadrics in -dimensional projective space satisfy the Hasse principle if . The same result holds for , i.e., for del Pezzo surfaces of degree , provided the Brauer group is reduced to constants and the surface is sufficiently general. Detailed proofs of the results announced herein will be published later on.

29 novembre 2005


Abridged English version

Let  and  be homogeneous quadratic forms in five variables, with coefficients in a number field . Assume that the projective variety  defined by is a smooth surface; it is then a del Pezzo surface of degree , and all del Pezzo surfaces of degree  are obtained in this way. The homogeneous polynomial is separable and has degree . Let be the closed subscheme defined by and let be the set of its

For , if are homogeneous coordinates for  with and if  is a -rational hyperplane of  which does not contain the unique singular point of the quadric , the discriminant of the restriction of to the vector space underlying  does not depend on . We shall denote it by .

The following proposition gives a practical recipe for computing the cohomological Brauer group of .

Proposition 0.1

The group is a -vector space of dimension , where and  is the dimension of the sub--vector space of spanned by the norms for .

We now state the core technical result of this Note. The reader is referred to [7] for more details on Schinzel’s hypothesis.

Theorem 0.2

Assume Schinzel’s hypothesis and the finiteness of Tate-Shafarevich groups of elliptic curves over . Assume moreover that , that  is -rational, that for each which has degree at most  over , and that either or there exists such that the image of  in is distinct from  and from . Then  satisfies the Hasse principle.

The most striking consequences of Theorem 0.2 for the arithmetic of del Pezzo surfaces of degree  are summarized below.

Corollary 0.3

Assume Schinzel’s hypothesis and the finiteness of Tate-Shafarevich groups of elliptic curves over number fields. The surface  satisfies the Hasse principle as soon as one of the following conditions holds:

  • the group  acts -transitively on (i.e. by the symmetric group or by the alternating group);

  • one of the ’s is -rational and  acts -transitively on the other four ’s;

  • exactly two of the ’s are -rational and ;

  • all of the ’s are -rational and .

It was conjectured by Colliot-Thélène and Sansuc that  should satisfy the Hasse principle as soon as (see [3]). Under Schinzel’s hypothesis and the finiteness of Tate-Shafarevich groups of elliptic curves, Corollary 0.3 establishes this conjecture for a very large class of del Pezzo surfaces of degree . It should be noted that a sufficiently general del Pezzo surface of degree  falls into case (i) above, and that case (iv) occurs exactly when  and  are simultaneously diagonalizable over .

Corollary 0.4

Assume Schinzel’s hypothesis and the finiteness of Tate-Shafarevich groups of elliptic curves over number fields. Smooth intersections of two quadrics in  with satisfy the Hasse principle.

The conclusion of Corollary 0.4 is a well-known conjecture of Colliot-Thélène and Sansuc (see [5, §16] and [9]). Corollary 0.4 is deduced from Corollary 0.3 by induction on  and a reduction to hyperplane sections. When , a monodromy argument is needed to ensure that the first hypothesis of Corollary 0.3 is satisfied for a sufficiently general hyperplane section.

1 Notations

Soient  un corps de nombres et 

2 Surfaces de del Pezzo de degré 

Soient  et  deux formes quadratiques homogènes en cinq variables, à coefficients dans . Notons la variété projective définie par le système et supposons que  soit une surface lisse. La surface  est une surface de del Pezzo de degré ; réciproquement, toute surface de del Pezzo de degré  est isomorphe à  pour des choix appropriés de  et . Le polynôme est homogène, séparable, de degré . Notons le sous-schéma fermé d’équation et l’ensemble de ses

Pour , définissons une classe comme suit. Soient  des coordonnées homogènes pour , avec . Comme  est lisse, la quadrique d’équation possède un unique point singulier. Soit  un hyperplan -rationnel de  ne contenant pas ce point. La restriction de à l’espace vectoriel sous-jacent à  est une forme quadratique non dégénérée en quatre variables, à coefficients dans . Son discriminant ne dépend pas de ; on le note .

Proposition 2.1

Le groupe est un -espace vectoriel de dimension , où et  est la dimension du sous--espace vectoriel de engendré par les normes pour .

Le principe de la démonstration est le même que pour [4, Theorem 3.19].

Nous aurons à considérer la condition suivante:

le groupe  est trivial, le point  est -rationnel, on a pour tout de degré au plus  sur , et enfin soit , soit il existe tel que l’image de dans soit distincte de  et de .

Théorème 2.2

Admettons l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich des courbes elliptiques sur . Si la condition  est vérifiée, la surface  satisfait au principe de Hasse.

Nous renvoyons à [7] pour l’énoncé de l’hypothèse de Schinzel et pour plus de détails sur le rôle qu’elle joue dans ce type de questions. Le théorème 2.2 constitue le cœur technique de cette Note. Avant d’en esquisser la démonstration, citons-en quelques conséquences intéressantes pour l’arithmétique des surfaces de del Pezzo de degré .

Corollaire 2.3

Admettons l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich des courbes elliptiques sur les corps de nombres. La surface  satisfait au principe de Hasse dès que l’une des conditions suivantes est remplie:

  • le groupe  agit -transitivement sur (i.e. par le groupe symétrique ou le groupe alterné);

  • l’un des  est -rationnel et  agit -transitivement sur les quatre autres;

  • exactement deux des  sont -rationnels et ;

  • tous les  sont -rationnels et .

Les surfaces de del Pezzo de degré  pour lesquelles tous les  sont -rationnels sont celles qui sont isomorphes à des intersections de deux quadriques simultanément diagonales, c’est-à-dire définies par l’annulation de deux formes quadratiques diagonales.

Si l’on admet l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich, le théorème 2.2 et le corollaire 2.3 prouvent une grande partie de la conjecture de Colliot-Thélène et Sansuc selon laquelle toute surface de del Pezzo de degré  telle que satisfait au principe de Hasse (cf. [3]). Colliot-Thélène, Swinnerton-Dyer et Skorobogatov [6, §3.2] l’avaient déjà démontrée pour des intersections de deux quadriques simultanément diagonales  suffisamment générales  (en un sens explicite), sous l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich. Le corollaire 2.3, restreint au cas (iv), généralise ce résultat. Les autres cas sont entièrement nouveaux. Il est à noter qu’une surface de del Pezzo de degré   suffisamment générale  vérifie (i).

La preuve du corollaire 2.3 à partir du théorème 2.2 repose sur les trois faits suivants. Tout d’abord, il résulte de la démonstration de la proposition 2.1 que dans . Ensuite, Coray [8] a établi que s’il existe une extension finie de degré impair telle que , alors . En particulier, le cas (i) se ramène immédiatement au cas (ii). Enfin, s’il existe de degré impair sur  tel que et si , alors  satisfait au principe de Hasse. En effet, vu le résultat de Coray, il suffit de montrer que satisfait au principe de Hasse sur ; or les hypothèses entraînent d’une part que l’obstruction de Brauer-Manin à l’existence d’un point -rationnel s’évanouit et d’autre part que contient un pinceau de coniques, et Salberger [11] a démontré que les surfaces de del Pezzo de degré  admettant un pinceau de coniques satisfont au principe de Hasse dès que l’obstruction de Brauer-Manin ne s’y oppose pas.

Principe de la démonstration du théorème 2.2. Le point de départ est la construction suggérée par Swinnerton-Dyer dans [1, §6] et que l’on peut résumer comme suit. Pour , notons

Swinnerton-Dyer et ses collaborateurs ont développé une technique pour étudier les points rationnels de certaines surfaces fibrées en courbes de genre  au-dessus de , lorsque la jacobienne de la fibre générique admet un point rationnel d’ordre  (cf. [13], [6], [1], [2]). À quelques hypothèses techniques près, la variante étudiée dans [1, §1–§5] et [2] s’applique à la restriction de  au-dessus d’une droite suffisamment générale de . Reprenant les arguments de [1] et de [2] en termes de modèles de Néron, nous obtenons d’abord un énoncé dans lequel ces hypothèses techniques n’apparaissent plus. Il en résulte, dans la situation qui nous intéresse, que pour établir l’existence d’un point rationnel sur  (et donc sur ) en admettant l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich des courbes elliptiques sur , il suffit d’exhiber une droite suffisamment générale et un point tels que la surface remplisse une condition du type  condition   (cf. [6, §4]) et que la fibre admette un -point pour tout .

Pour les variétés munies d’un morphisme vers  dont chaque fibre singulière possède une composante irréductible de multiplicité  déployée par une extension abélienne du corps de base, il est connu qu’en l’absence d’obstruction de Brauer-Manin à l’existence d’un point rationnel, on peut trouver des fibres au-dessus de points rationnels de  comportant un -point pour tout , si l’on admet l’hypothèse de Schinzel (cf. [7, Theorem 1.1]). Nous généralisons ce théorème au cas de variétés fibrées au-dessus de ; la démonstration utilise de manière essentielle un résultat récent d’Harari (cf. [10]). Dans la situation considérée ici, on obtient ainsi l’existence de tel que la fibre soit lisse et admette un -point pour tout .

Nous définissons ensuite une version de la  condition   pour la fibration , dite condition  générique, adaptée à l’ensemble des points de  de codimension . À l’aide du théorème d’irréductibilité de Hilbert, nous prouvons qu’elle implique l’existence de droites passant par et telles qu’une version arithmétique de la  condition   soit satisfaite pour la surface . Une étude délicate de l’arithmétique des fibres singulières de  permet enfin d’établir que sous l’hypothèse de -rationalité de  (qui est de toute manière nécessaire à la définition de ), la condition  générique équivaut à .

3 Intersections lisses de deux quadriques dans  pour

Théorème 3.1

Admettons l’hypothèse de Schinzel et la finitude des groupes de Tate-Shafarevich des courbes elliptiques sur les corps de nombres. Soit . Toute intersection lisse de deux quadriques dans  satisfait au principe de Hasse.

La conclusion de ce théorème est une conjecture de Colliot-Thélène et Sansuc (cf. [5, §16], [9]). Elle fut notamment établie par Mordell (1959) pour et , par Swinnerton-Dyer (1964) pour et et par Colliot-Thélène, Sansuc et Swinnerton-Dyer (1987) pour (cf. [4]).

Nous déduisons le théorème 3.1 du corollaire 2.3, cas (i), par la méthode des fibrations (cf. [4], [12]). Le résultat suivant, appliqué à , constitue le point clé de la démonstration; il montre que l’action de  sur l’ensemble  associé à une section hyperplane suffisamment générale d’une intersection lisse et de dimension  de deux quadriques dans  est -transitive (et même -transitive).

Proposition 3.2

Soit une intersection lisse de deux quadriques, de codimension  dans . Notons le pinceau des quadriques contenant  et . La seconde projection fait de  un revêtement intègre, fini et plat de . Son groupe de monodromie est isomorphe au groupe symétrique .

Remerciements

Mes plus vifs remerciements vont à Jean-Louis Colliot-Thélène, qui me suggéra le problème et me fit généreusement part de ses idées pour le résoudre. Les résultats annoncés ici doivent beaucoup à Sir Peter Swinnerton-Dyer, puisqu’il est aussi bien à l’origine de la construction utilisée dans la preuve du théorème 2.2 que de la technique employée pour étudier l’arithmétique des pinceaux de courbes de genre  (cf. [13]). Je tiens également à le remercier pour ses encouragements et pour son aide à la compréhension d’un détail important de [1, §6]. Enfin, je remercie David Harari d’avoir rédigé et de m’avoir transmis [10], dont le théorème principal joue un rôle capital dans la démonstration du théorème 2.2.

References

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].