Propriété de convergence de certaines familles de fonctions finement harmoniques et régularité du noyau de Green d’un domaine fin

Abderrahim Aslimani  and  Mohamed El Kadiri Université Mohammed V
Départemnt de Mathématiques
Faculté des Sciences
B.P. 1014, Rabat
Morocco
[email protected]

Résumé. Nous démontrons une propriété de convergence de certaines familles de fonctions finement harmoniques dans un domaine fin de () et nous l’appliquons pour établir une certaine régularité du noyau de Green fin de .

Key words: Fonction finement harmonique, Fonction finement surharmonique, Potentiel fin, Noyau de Green fin, Représentation intégrale, Topologie naturelle, Base compacte.2000 Mathematics Subject Classification: 31D05, 31C35, 31C40.

1. Introduction.

On se place dans un domaine de Green de , c’est-à-dire un domaine régulier quelconque de si , ou un domaine de complémentaire non polaire si . Rappelons que le noyau (ou fonction) de Green de est une fonction symétrique définie sur à valeurs dans ayant les propriétés suivantes:

1. est s.c.i. sur et continue en dehors de la diagonale de .

2. Pour tout , la fonction est un potentiel, harmonique dans .

Toute autre fonction sur à valeurs dans possédant les propriétés 1. et 2. est de la forme pour tout , où est une fonction finie continue et sur . De plus, comme est symétrique, la fonction est symétrique si et seulement si est constante. Si , , alors est donné par à la multiplication près par une constante . La notion de fonction ou noyau de Green a été étendue au cadre général des espaces harmoniques de Brelot vérifiant l’hypothèse d’unicité par R.-M. Hervé dans [16].

Soit un domaine fin de , c’est-à-dire un domaine au sens de la topologie fine sur . Rappelons que la topologie fine, définie par Cartan en 1940, est la moins fine des topologies sur qui rendent continues les fonctions surharmoniques dans (pour plus de détails sur cette topologie on renvoie à [10, Chapter 1] et [5]). Pour tout , on note la fonction définie sur par . Cette fonction est finement surharmonique dans , et le point est polaire, donc elle se prolonge par continuité fine à en une fonction finement surharmonique sur , notée encore . La fonction définie sur est appelée un noyau de Green fin de . D’après [12, Théorème, p. 203], pour tout , est un potentiel fin dans et tout potentiel fin dans finement harmonique dans est de la forme , où est une constante ne dépendant que de et de .

On peut alors se demander si le noyau de Green fin de est régulier dans le sens où finement s.c.i. dans et finement continue en dehors de la diagonale de . Dans le cas classique d’un domaine euclidien de , la propriété 2. d’un noyau de Green de est une conséquence du principe de Harnack pour les fonctions harmoniques positives dans . Or le principe de Harnack n’est pas satisfait par les fonctions finement harmoniques dans un domaine fin. Toutefois ces fonctions possèdent une propriété de convergence voisine. C’est cette propriété qui va nous permettre de répondre à la question soulevée ci-dessus. Plus précisemment, nous établissons une propriété de convergence pour les suites et les familles de fonctions finement harmoniques uniformément finement localement bornées, et grâce à cette propriété et à l’aide d’une comparaison entre la topologie naturelle et la topologie fine de , nous montrons que le noyau est régulier.

Les résultats de ce travail sont valables dans le cadre général d’un -espace harmonique de la théorie axiomatique de Brelot à base dénombrable qui satisfait l’axiome (D), l’hypothèse d’unicité et dans lequel la topologie fine est moins fine que la topologie fine adjointe, pour de tels espaces on renvoie à [16]. On s’est placé dans un domaine de Green de l’espace pour des raisons de simplicité seulement.

Notations et définitions: Dans tout ce travail on se place dans un domaine régulier de , de complémentaire non polaire si , et on considère un domaine fin de , c’est à-dire au sens de la topologie fine de . Le noyau de Green de est noté tout simplement . Nous utilisons le mot fin (finement) pour distinguer les notions relatives à la topologie fine de celles relatives à la topologie euclidienne de , c’est-à-dire la topologie induite sur par la topologie usuelle de . Pour toute partie de , on note l’adhérence de dans en topologie euclidienne et l’adhérence de dans en topologie fine. On note - et - la limite et la limite inf en topologie fine. On note aussi le cône convexe des fonctions finement surharmoniques dans au sens de [10]. Si est une fonction sur à valeurs dans , on note la régularisée finement s.c.i de , c’est-à-dire la plus grande minorante finement s.c.i de . Le noyau de Green fin de est noté . Pour plus de détails sur ce noyau nous renovoyons à [12].

2. Propriété de convergence de familles et de suites de fonctions finement harmoniques

D’après [6, Théorème 3.1, p. 107], il existe une résolvante absolument continue de noyaux boréliens sur dont le cône des fonctions excessives finies -p.p. est le cône . Il en résulte d’après [2, Theorem 4.4.6, p. 136] que est un -cône standard de fonctions. On le munit alors de la topologie naturelle [2, Section 4.5, p. 141]. Rappelons que cette topologie est induite sur par celle d’un espace vectoriel localement convexe dans lequel est un cône convexe saillant et que, pour cette topologie, si un filtre sur est convergent, alors on a ([2, Theorem 4.5.2]). De plus, pour cette topologie est localement compact et admet une base compacte [6, Corollaire 2, p. 110].

Lemme 2.1.

Soit . Alors il existe un voisinage fin de compact tel que la réstriction de toute fonction à est s.c.i (en topologie euclidienne).

Démonstration. Comme est un -cône standard de fonctions, il existe d’après [2, Definition, p. 104 et Theorem 4.4.6] une suite de fonctions de telle que toute fonction est l’enveloppe supérieure d’une sous-suite de . Soit , il existe d’après [14, Lemma, p. 114] un voisinage fin de , compact en topologie euclidienne, tel que la réstriction de toute fonction à est continue en topologie euclidienne. On en déduit donc que la réstriction de toute fonction à est s.c.i. en topologie euclidienne.

Théorème 2.2.

Soit une famille de fonctions finement harmoniques uniformément finement localement bornée dans , et soit un filtre sur . Supposons que la famille converge selon vers une fonction en topologie de . Alors est finement harmonique dans et la famille converge, selon , uniformément finement localement dans vers .

Démonstration. Quitte à se placer finement localement et ajouter une constante on peut supposer que dans pour une certaine constante et pour tout . On a d’après [2, Theorem 4.5.2]. D’autre part on a , et dans , donc dans . Soit , alors d’après le lemme précédent, il existe un voisinage fin de , compact en topologie euclidienne, sur lequel les fonctions , , sont s.c.i en topologie euclidienne et est continue en topologie euclidienne. Soit , comme est compact on peut trouver tel que dans pour tout contenant . On en déduit que pour tout contenant , on a dans pour tout . En appliquant le même procédé aux fonctions , , on peut trouver un voisinage fin de , compact en topologie initiale et contenu dans , et un ensemble , tel que dans pour tout et tout . On a alors dans pour tout contenant et tout . Ainsi la famille converge uniformément selon vers dans .

Corollaire 2.3.

Soit un ensemble ordonné et réticulé à droite et soit une famille filtrante croissante de fonctions finement harmoniques dans . Si est uniformément finement localement bornée dans , alors est finement harmonique, et est finement localement uniformément convergente vers selon le filtre des sections de .

Démonstration. Il est clair que est finement harmonique dans . Soit le filtre des sections de . Alors est convergente selon vers la fonction . Le corollaire résulte aussitôt du théorème précédent.

Corollaire 2.4.

Soit un ouvert fin de et soit une suite uniformément finement localement bornée (i.e. au sens de la topologie fine) de fonctions finement harmoniques dans . Alors on peut en extraire une sous-suite qui converge uniformément finement localement vers une fonction finement harmonique dans .

Démonstration. Quitte à se placer finement localement et ajouter une constante aux fonctions , on peut supposer qu’il existe une constante telle que pour tout entier . On peut alors extraire de une sous-suite qui converge au sens de la tolopologie naturelle de vers une fonction finement surharmonique . Il suffit maintenant d’appliquer le théorème 2.2 à la famille et le filtre des voisinages de dans .

3. Régularité du noyau de Green fin

Rappelons que d’après [6, Corollaire 2, p. 110], le cône muni de la topologie naturelle admet une base compacte. Soit une base compacte de et soit une forme linéaire continue positive sur définissant , i.e . Pour tout , posons . L’application définie par est injective. Nous identifions avec son image par . La topologie induite sur par celle de sera appelée la topolgie naturelle de . Cette topologie est indépendante de la base . En effet si et sont deux bases compactes de , alors et sont homéomorphes, donc les topologies induites sur par celles de et sont identiques.

Nous commençons d’abord par comparer la topolgie naturelle de avec la topologie fine. La proposition suivante et ses deux corollaires ont été démontrés dans [8].

Proposition 3.1.

([8, Corollary 3.15]) La fonction est finement continue sur .

Proof.

Soit , , et un voisinage fin de tel que . Par le principe de Harnack, on peut trouver un voisinage ouvert de tel que

pour tout . On en déduit que

et étant arbitraire, on en déduit que - dans , donc partout. Soit un ultrafiltre sur plus fin que le filtre des voisinages fins de . On a, dans ,

D’autre part, on a, pour tout ,

puisque la fonction est finement continue sur . On en déduit que . D’autre part on a aussi , donc . On a également , d’où par passage à la limite suivant :

ce qui prouve que est un potentiel fin finement harmonique dans , donc de la forme pour un certain d’après [12, Theorem, p. 203]. Il en résulte que

On en déduit finalement que - Ce qui prouve bien la fonction est est finement continue et termine la preuve. ∎

Corollaire 3.2.

([8, Corollary 3.15] La topologie naturelle de est moins fine que la topologie fine de .

La proposition suivante n’est que le (a) de [8, Lemma 3.14].

Proposition 3.3.

La fonction définie sur par est finement continue sur .

Démonstration. Soient et un ultrafiltre plus fin que le filtre des voisinages fins de . On a . Soit un ouvert fin tel que et . Il est clair que la famille est localement finement uniformément bornée dans , donc d’après le théorème 2.2 cette famille converge uniformément finement localement localement vers dans puisque pour tout , on a . On en déduit que dans , donc partout puisque est polaire. Donc . Il en résulte que --. Comme est arbitraire, on en déduit que est finement continue sur .

Lemme 3.4.

Soit . Alors l’ensemble est compact en topologie euclidienne.

Démonstration. Pour tout , on a et donc . Or pour tout car est régulier, donc est relativement compact dans . Soit une suite de points de qui converge vers , alors d’après ce qui précède. D’autre part on a pour tout , et on peut extraire de une sous-suite telle que les suites et convergent dans . On en déduit en passant à la limite quand que , donc est finement harmonique dans puisque est finement harmonique dans . De plus, on a et, en régularisant, on obtient et, par conséquent, . Donc la fonction est un potentiel fin dans , finement harmonique dans . Il résulte alors de [12, Theorem, p.203] que pour un certain . On en déduit que , ce qui prouve que . Donc est compact en topologie euclidienne.

Avec les notations précédentes définissons la fonction sur par .

Théorème 3.5.

La fonction est s.c.i. sur et continue sur ,

est muni de la topologie fine, est muni de la topologie produit correspondante et où est la diagonale de .

Démonstration. La fonction est s.c.i sur d’après le corollaire 3.2 et [8, Proposition 3.2, iii)]. Soient tel que et tel que . Posons . Alors est un ouvert fin d’après la proposition 3.3 et on a . On peut trouver un voisinage fin de compact en topologie euclidienne tel que , et un voisinage de ouvert en topologie euclidienne tels que . Les fonctions , sont harmoniques dans et la fonction est continue au point , on peut donc trouver, en vertu de la propriété de Harnack, un voisinage ouvert (dans ) de tel que et dans lequel les fonctions , , sont majorées par une même constante . D’autre part on a pour tout , donc dans pour tout . Soit le filtre des voisinages fins de . Alors d’après la proposition 3.1, on a dans . En vertu du Théorème 2.2 et ce qui précède on a uniformément dans un voisinage fin de contenu dans . On en déduit que pour donné, on a

dans le produit d’un voisinage fin de et d’un voisinage fin de . Il en résulte bien que la fonction est continue en .

Corollaire 3.6.

La fonction est s.c.i. sur et continue sur ,

est muni de la topologie fine, est muni de la topologie produit correspondante et où est la diagonale de .

Démonstration. En effet, on a pour tout . La fonction est continue sur d’après la proposition 3.3. Donc possède les propriétés requises d’après le théorème 3.5.

Remarque 3.7.

Le noyau de Green fin de est finement continu sur en tant qu’ouvert fin de . En effet, la fonction est séparément finement surharmonique , il résulte alors de [7, Théorème 4.5] que est finement surharmonique sur , donc finement continue sur .

References

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].