arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Estimations de Strichartz pour l’ quation des ondes dans un domaine strictement convexe

Oana Ivanovici Laboratoire J. A. Dieudonné, UMR CNRS 7351
CNRS et Université Nice Côte d’Azur
Parc Valrose
06108 Nice Cedex 02
France
Gilles Lebeau Laboratoire J. A. Dieudonné, UMR CNRS 7351
Université Nice Côte d’Azur
Parc Valrose
06108 Nice Cedex 02
France
 and  Fabrice Planchon Laboratoire J. A. Dieudonné, UMR CNRS 7351
Université Nice Côte d’Azur
Parc Valrose
06108 Nice Cedex 02
France
Résumé.

On se propose d’ tablir ici des estimations de Strichartz pour l’ quation des ondes dans un domaine strictement convexe (quelconque) de . Dans le papier [5], nous avons obtenu des estimations de dispersions optimales pour la solution de l’équation des ondes dans un domaine convexe particulier (le modèle de Friedlander). Ce résultat, qui montre qu’une perte de par rapport au cas plat est nécessaire, implique, en utilisant la m thode usuelle, des estimations de type Strichartz sans perte (en termes d’ chelle) mais avec des indices modifi s, ce que l’on r sume en parlant de perte d’un quart. Pour r ussir faire mieux (obtenir un r sultat qui correspondrait une perte d’au plus ), il faut s’int resser au lieu et la fr quence de l’apparition des caustiques responsables de la perte et montrer qu’elles sont suffisamment exceptionnelles pour que l’effet d’une moyenne en temps, pr sent dans les estimations de Strichartz, puisse att nuer la perte.

Key words and phrases:
Estimations de Strichartz, quation des ondes, domaine strictement convexe
1991 Mathematics Subject Classification:
35R01, 35A17, 35A18, 35B45, 35L20
authors were partially supported by A.N.R. grant GEODISP and ERC project SCAPDE

1. Introduction

Les estimations dispersives dites "de Strichartz" mesurent la taille et la dispersion des solutions de l’ quation des ondes lin aire sur un domaine avec bord (possiblement vide):

(1)

Ici d signe l’op rateur de Laplace-Beltrami sur . Si , on consid re ou bien la condition de Dirichlet sur le bord ( l’op rateur identit ): ou bien la condition de Neumann (), o est le vecteur unitaire normal au bord.

Pour pouvoir perturber ces quations et tudier les probl mes non-lin aires associ s, avoir un contr le de la "taille" du flot lin aire en termes de la taille des donn es initiales s’av re crucial. Pour l’ quation des ondes non-lin aires, les normes mixtes sont particuli rement utiles: au prix d’une moyenne en temps on gagne de l’int grabilit en espace, parfois jusqu’ .

Quant aux quations lin aires, une estimation (locale) de base indique que sur toute vari t riemannienne sans bord, la solution lin aire de (1) v rifie (pour )

(2)

o est une fonction lisse support inclus dans un voisinage de . Si d signe la dimension de la vari t , on a , o le couple est admissible pour l’ quation des ondes, c.a.d.:

(3)

Lorsque l’ galit a lieu dans (3), la paire est dite strictement admissible. Si (2) a lieu pour , on parle d’in galit de Strichartz globale en temps. Ces estimations ont t tudi es depuis bien longtemps dans l’espace de Minkowski (m trique plate): si d signe l’espace avec la m trique euclidienne , la solution de (1) dans avec est donn e par la formule

et elle v rifie les estimations de dispersion usuelles:

(4)

L’interpolation entre (4) et l’estimation de l’ nergie, suivie d’un argument classique de dualit dit , permet d’obtenir facilement les estimations (2). Ces estimations peuvent tre g n ralis es tout sans bord gr ce leur caract re local (vitesse de propagation finie). Les estimations (2) sont optimales sur une telle vari t riemannienne.

La motivation principale pour les estimations de type Strichartz vient de leurs applications en analyse harmonique et l’ tude des probl mes non-lin aires dispersifs. Par exemple, (2) peut tre utilis e pour montrer des r sultats d’existence pour l’ quation des ondes semi-lin aire.

M me si le cas sans bord est relativement bien compris depuis un certain temps, l’obtention de tels r sultats sur des vari t s bord s’av re une tache bien plus difficile. Pour des vari t s bord strictement concave, cette th orie a pu tre tablie gr ce la param trice de Melrose et Taylor pr s de rayons tangents au bord: des estimations de Strichartz optimales pour les ondes l’ext rieur d’un obstacle strictement convexe ont t obtenues dans [9] et, tr s r cemment, des estimations de dispersion optimales en ont t tablies dans [7], ainsi que des contre-exemples en dimension plus grande l’ext rieur d’une sph re. Pourtant, d s que l’hypoth se de stricte concavit du bord est enlev e, la pr sence des rayons g od siques multi-r fl chis et de leurs limites, les rayons glissants, ne permet plus d’avoir une telle param trice. En dehors du cas d’un bord concave, il n’y avait que tr s peu de r sultats jusqu’ tr s r cemment: des estimations de Strichartz avec pertes ont t obtenues dans [1] dans un domaine compact, en utilisant les constructions de param trices en temps petit de [10], qui, leurs tour, ont t inspir es des travaux sur des domaines m triques r gularit faible [11]. L’avantage majeur de [1] est en m me temps son point faible: en consid rant uniquement des intervals de temps qui ne permettent pas de voir plus d’une r flection d’un paquet d’onde au bord, on peut traiter le probl me ind pendamment de la g om trie du bord mais on ne peut pas voir l’effect de dispersion dans les directions tangentes (en dimension ).

Dans cette note qui r sume les id es importantes de [6] et [8], le but est d’obtenir des estimations de Strichartz l’int rieur d’un domaine, meilleures que celles obtenues directement partir du r sultat (optimal) de dispersion de [6] : avant d’ noncer notre r sultat principal, on va introduire le mod le de Friedlander d’un demi-espace muni de la m trique h rit e de l’op rateur de Laplace suivant: . On s’aperçoit facilement que mod lise localement un domaine strictement convexe: en effet, peut tre regard comme un mod le simplifi du disque unit apr s le passage en coordonn es polaires , avec , . Pour ce modèle isotrope particulier, nous avons montr dans [5] qu’une perte de d riv es par rapport l’estimation de dispersion libre (4) est in vitable, et qu’elle apparaît en raison de la pr sence de caustiques de type queue d’aronde dans le support singulier de la solution; ensuite, nous avons obtenu dans [8] des estimations de Strichartz avec perte de moins de .

Th or me 1.

[5] Il existe et il existe une constante tels que pour tous , et la solution de (1) avec v rifie

(5)

o

De plus, il existe une suite de temps pour lesquels on a galit dans (5) pour .

Remarque 2.

L’estimation (5) nous dit que dans un domaine strictement convexe on perd une puissance dans l’exposant de par rapport l’estimation (2) de l’espace libre, ce qui est due des ph nom nes micro-locaux comme les caustiques g n r es en temps arbitrairement petit pr s du bord. Ces caustiques apparaissent lorsque les rayons optiques envoy s d’une m me source dans des directions diff rentes cessent de diverger.

Notre but est de g n raliser les r sultats pr c dents au cas d’un domaine strictement convexe quelconque. Pour cela, on refait d’abord la construction de la param trice en suivant la m thode de notre papier [8], mais cette fois dans le cadre d’un op rateur de Laplace g n ral. Cette tape implique plusieurs difficult s techniques importantes : l’id e “simple” consistant dire qu’on sera proche du cas mod le anisotrope ne trouve pas de traduction l gante dans une preuve qui permettrait de tordre un op rateur sur l’autre. Il faut donc effectuer une construction microlocale perturbative “ la main”.

Th or me 3.

[6] Les estimations de Strichartz restent vraies pour la solution de (1) dans un domaine strictement convexe avec

Remarque 4.

Ce r sultat a t d montr en dimension par M.Blair, H.Smith et C.Sogge dans [1] pour des m triques arbitraires (i.e. sans l’hypoth se de convexit stricte). Notre th or me de [8] am liore tous les r sultats connus jusqu’ pr sent pour . Le cas d’un strict convexe quelconque, esquiss ici, est trait dans un travail en cours en collaboration avec G.Lebeau, F.Planchon et R.Lascar [6].

Un point essentiel de la preuve consiste en une description pr cise de la g om trie des ondes "sph riques" (la "sph re" tant ici un objet singulier en raison des multiples r flexions). La d monstration fournit une analyse assez d taill e de la fonction de Green des ondes, au moins dans certains r gimes. En effet, la construction des param trices microlocales que j’ai utilis e pour obtenir les contre-exemples de [3], [4] semble instable dans une zone interm diaire pr s du bord, o l’estimation de dispersion est obtenue par injection de Sobolev, en remarquant que le flot pr serve essentiellement la taille du microsupport.

2. Param trice pour un domaine mod le

Dans cette partie on va indiquer comment construire une param trice dans le cas d’un op rateur mod le anisotrope. Soit d finit plus haut. On introduit l’op rateur de Laplace suivant

avec la condition de Dirichlet sur le bord. On note , o sont tels que est d finie positive. Sous cette hypoth se mod lise localement un domaine strictement convexe qui co ncide avec le mod le de Friedlander lorsque . En prenant la transformation de Fourier dans la variable transverse , devient , qui, pour est auto-adjoint et positif sur avec r solvante compacte. Il admet une base orthonormale dans de fonctions propres associ es aux valeurs propres , o d signent les z ros de la fonction d’Airy en ordre d croissant. On a une formule explicite

(6)

o , pour , est tel que , .

Pour , soit la distribution de Dirac sur : alors elle s’ crit comme une somme de modes de la façon suivante

On consid re la donn e au temps de la forme , o est un petit param tre et o .

On rappelle la formule de la fonction de Green associ e au temps obtenue dans [5] partir de la d composition de la donn e en somme de modes de galerie:

(7)
Remarque 5.

La fonction est une param trice pour l’ quation (et donc de l’ quation des ondes (1)) avec donn e au temps gale . Elle est valable pour toute distance initiale au bord.

Remarque 6.

Notons que dans la somme (7), la contribution principale vient des valeurs . Pour ou il est facile d’obtenir des estimations de dispersion avec perte de . Les modes correspondent des ondes transverses pour lesquelles il n’y a pas de perte dans la dispersion.

L’estimation de dispersion

On consid re deux cas, selon la taille de .

  • Pour de petites valeurs de la distance initiale au bord , , on utilise directement la formule explicite de pour estimer la solution de l’ quation des ondes dans en norme . Dans [3, Th or me 1.8.(2)], on a d montr que si la donn e est un mode de galerie, i.e. de la forme

    (8)

    avec fix , alors on n’obtient pas de perte dans les estimations de Strichartz par rapport l’espace avec m trique plate (mais la constante d pend bien s r de ). On utilise la m me m thode pour montrer que si est assez petit, tant donn la somme d finissant il n’y a pas "trop" de termes, on peut obtenir la dispersion avec une perte d’au plus .

  • Pour on obtient une param trice sous la forme d’une somme index e selon le nombre de r flexions au bord. Chaque terme dans la somme est une int grale dont la phase admet des points critiques d g n r s et il se trouve que si , la perte correspondante dans l’estimation est bien plus importante pour qu’on puisse esp rer appliquer un argument classique pour obtenir des Strichartz optimales. Dans ce r gime, on localise la fonction de Green pr s de points o une singularit de type queue d’aronde se forme et on obtient des estimations plus raffin es dans de tr s petits voisinages autour de ces points.

    Remarque 7.

    Les deux r gimes se recouvrent bien car .

    Th or me 8.

    [8] Dans le r gime , le facteur du Th or me 1 appara t seulement pr s d’une suite de points , avec une estimation (optimale) de pour dans l’intervalle :

    (9)

    Notons aussi que pour , le dernier facteur est . Ce raffinement de est donn par une analyse soign e de la d g n rescence des arguments de phase stationnaire autour de dans [5].

3. Param trice dans le cas d’un domaine g n ral

Soit , un domaine strictement convexe à bord , et le Laplacien dans avec condition de Dirichlet sur . Dans un système de coordonnées géodésiques normales , la métrique de est

est la métrique Riemannienne induite sur l’hypersurface dist. Dans ces coordonnées le Laplacien s’écrit sous la forme

avec et (o , gr ce la condition de convexit stricte on sait que la forme quadratique est d finie positive).

Pour , on cherche à obtenir une solution approch e de

(10)

partir d’une solution (explicite!) de l’op rateur mod le donn par:

Pour , une solution de (10) peut être facilement obtenue de façon explicite. Le passage de la solution de l’ quation des ondes avec Laplacien mod le (anisotrope) au cas g n ral de n cessite l’utilisation du th or me des surfaces glancing de Richard Melrose:

Th or me 9.

(Melrose-Taylor, Eskin) Deux paires de hypersurfaces avec intersection "glancing" sont localement quivalentes, via une transformation canonique symplectique .

Dans le cas de l’op rateur mod le , les hypersurfaces et ont une intersection glancing au point , c.a.d. qu’elles v rifient la condition suivante:

(11)

Dans le cas qui nous concerne, la paire

v rifie aussi la condition (11). Le Th or me de Melrose nous dit qu’il existe une transformation canonique qui v rifie

A partir d’une fonction g n ratrice de on va pouvoir obtenir une param trice du cas g n ral partir d’une param trice du cas mod le. En fait, on peut trouver explicitement des symboles tels que, si on introduit

alors v rifie .

Fonction génératrice

Soit une fonction g n ratrice de , alors on peut montrer qu’il existe un symbole de degr , support compact dans un voisinage de , pour lequel

v rifie . A partir de et l’aide d’une formule sommatoire de type Airy-Poisson on va obtenir une solution de (10) entre deux r flexions successives qui va avoir des propri t s similaires (points critiques d g n r s du m me ordre) que celle du cas mod le. Si on note la phase de et une normalisation de alors

est une solution de (10) entre et la premi re r flexion au bord et il existe tel que . Le but est d’obtenir des param trices de la m me forme entre deux r flexions successives; dans ce but on utilise une formule de type Poisson.

Formule d’Airy-Poisson

On pose . On introduit la fonction suivante de dans :

Lemme 1.

La fonction est valeurs r elles, analytique, strictement croissante et v rifie:

et pour tout on a

Ici désignent les zeros de la fonction d’Airy en ordre décroissant.

Le lemme se d montre en utilisant les expansions asymptotiques associ es et des calculs l mentaires.

Proposition 1.

On a l’ galit suivante dans l’espace des distributions :

(12)
Remarque 10.

Notons que l’ galit pr c dente r sulte simplement de la classique formule de Poisson reliant la somme des au peigne de Dirac, suivi d’un changement de variable , qui permet d’indexer la somme de droite sur les z ros d’Airy et non pas sur les nombres naturels (ce qui va rendre nos calculs ult rieurs beaucoup plus limpides).

On pose maintenant:

(13)
Proposition 2.

est une param trice de (10) qui v rifie la condition de Dirichlet.

On a ainsi obtenu une solution sous la forme d’une somme d’int grales oscillantes (la somme sur ) qui sont presque-orthogonales en temps. Estimer la norme de la somme fix revient estimer le des normes de chaque terme. Chaque terme est une int grale oscillante avec un unique point critique d’ordre qui appara t uniquement pour et une suite qui n’est plus explicite mais d pend des directions initiales. On obtient alors l’ quivalent du Th or me 8 dans ce cas g n ral [6].

Notons que les termes de la somme sur dans (13) sont les "modes de galerie". Ces modes n’apparaissent dans la litt rature que dans le cas d’un domaine mod le (la boule unité ou un modèle de Friedlander). Dans le travail [6] on construit des modes de galerie (à partir de la formule de ) dans le cas d’un opérateur général pour suffisamment grand, ce qui nous permet d’agir comme dans [5] et de démontrer des estimations de dispersion de façon directe pour des valeurs très petites de la distance initiale au bord .

4. Les estimations de Strichartz optimales dans le r gime des queues d’arondes

Pour simplifier on se restreint au cas de la dimension et . On consid re la fonction de Green et pour support compact dans les variables , on pose

L’exposant dispersif est dans ce cas . Il s’agit d’estimer la norme de Strichartz (donc et ):

On r sume la situation: les singularit s de type queue d’aronde apparaissent seulement en , ; elles ont un effet sur les intervalles de temps . En dehors de on ne voit que des cusps qui font perdre dans la dispersion et induisent donc les estimations de Strichartz avec . L’estimation de dans (9) permet de se localiser pr cis ment l o l’argument usuel de type ne s’applique plus.

On crit o d note la partie singuli re, associ e une localisation en espace - temps de dans des boules centr es aux points o les queues d’arondes apparaissent, i.e. en

En utilisant la section pr c dente, on obtient les estimations raffin es suivantes:

Proposition 3.

Soit , le d coupage correspondant la d composition pr c dente. L’estimation pour en d coule facilement, car la convolution par envoie dans . En utilisant la Proposition 3 on d duit que est born de dans : remarquons qu’il est indispensable de faire la convolution () avant d’int grer en :

Comme on travaille avec des normes locales en temps, on en d duit imm diatement l’estimation souhait e puisque et .

Références

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.