Résolution du pour les courants prolongeables définis sur un domaine fortement pseudoconvexe d’une variété contractile

Eramane Bodian, Dian Diallo et Salomon Sambou
Résumé

On résout le pour les courants prolongeables définis dans un domaine strictement pseudoconvexe d’une variété contractile.

Abstract

We solve the -problem for extensible currents defined on a strongly pseudoconvex domain of a contractible manifold.

Mots clefs : Courant prolongeable , , cohomologie de De Rham.

Classification mathématique 2010 : 32F32.

1 Introduction

Soit un ouvert , on se pose la question suivante :

Si est un courant -fermé sur , existe - t - il un courant prolongeable sur tel que ?

Tenant compte de considérations classiques , nous devons pour répondre à cette question , avoir à résoudre une équation , où est un courant prolongeable, la solution obtenue se décompose en une partie -fermée et l’autre - fermée. Il est nécessaire d’avoir des conditions géométriques sur pour obtenir des solutions du respectivement du pour les courants prolongeables. Partant de résultats connus de cohomologie de De Rham , nous montrons que si

est un domaine strictement pseudoconvexe, alors l’équation admet une solution sous certaines hypothèses cohomologiques. La résolution du devient alors une conséquence des résultats de résolution du pour les courants prolongeables obtenus dans [4]. Pour finir, on donnera quelques exemples de domaines .

2 Préliminaires et notations

2.1 Définition

Soit une variété différentiable , un domaine. Un courant défini sur est dit prolongeable s’il existe un courant défini sur tel que .

Les opérateurs et définis pour les formes différentielles s’étendent aux courants par dualité.

D’après Martineau [2] , si   alors les courants prolongeables de degré sur sont égaux au dual topologique des -formes différentielles de classe sur à support sur , où désigne la dimension de . On note les -courants définis sur et prolongeables à , les -formes différentielles de classe sur à support dans . Si est une variété complexe de dimension , on note l’espace des -courants prolongeables définis sur et l’espace des -formes différentielles à support . On note le groupe de cohomologie de De Rham des courants prolongeables définis sur , le groupe de cohomologie de Dolbeault des courants prolongeables définis sur . Si , alors désigne le groupe de cohomologie de De Rham des -formes différentielles de classe définis sur , est le groupe de cohomologie de De Rham des -formes différentiables de classe sur à support compact et enfin l’espace des -formes différentielles de classe sur .

Remarque 1

On a aussi , ; .

Une forme différentielle définit un courant noté sur de la manière suivante :

Il y a une application naturelle :

c’est l’isomorphisme de Dolbeault et une application naturelle :

3 Résolution de l’équation

On va s’intéresser à une famille particuliere de domaines :

Soit une variété différentiable de dimension , un domaine borné à bord b pour lequel on a pour groupe de cohomologie de De Rham .

On a et est l’espace des -formes différentielles sur .

On a la suite courte suivante :

        

.

On peut l’écrire en extension :

0

                                     

0

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.

.                                        

0

On peut donc associer une suite longue sur le plan cohomologique suivante :

Tenant compte de pour et et pour ,

on a pour  par conséquent

pour .

Proposition 1

Si est contractile alors .

Théorème 1

Soit une variété différentiable de dimension pour laquelle on a , . Alors pour tout domaine contractile et borné avec , , on a , .

Pour faire la preuve on a besoin du lemme suivant :

Lemme 1

Sous les hypothèses de la proposition 1 , on a

Démonstration.

Soit , il existe une -forme différentielle sur tel que et puis que , alors d’où donc il existe telle que .

Soit une extension de à . est dans sur d’où et , donc avec . ∎

On peut donc établir la preuve du théorème 1 :

Démonstration.

et , .

Soit , .

Posons

   

est bien définie car .

Si et sont deux -forme différentielle telles que , alors

est linéaire car : est une application lineaire continue et surjective entre deux espaces de Fréchet.

Pour montrer que est continue , il suffit de voir que l’image réciproque d’un ouvert de par est un ouvert . En effet on a d’où , par conséquent on peut étendre en un opérateur linéaire continu

, c’est un courant prolongeable et et . D’où est un courant prolongeable solution de . ∎

Remarque 2

Le théorème reste vrai pour tout domaine contractile à bord vérifiant avec  . On ne sait pas cependant si pour un domaine contractile quelconque ce théorème est vrai.

4 Résolution du pour les courants prolongeables

Tenant compte du théorème 1 et des résultats de résolution du pour les courants prolongeables obtenus par [4] , on a le théorème suivant :

Théorème 2

Si est un domaine contractile strictement pseudoconvexe, alors pour tout

-courant -fermé et prolongeable , il existe un -courant tel que sur pour .

Pour il existe une fonction définie sur strictement plurisousharmonique au voisinage de avec

Démonstration.

Soit un -courant , et , -fermé défini sur et prolongeable avec .

Puisque d’après le théorème 1 , il existe un courant prolongeable défini sur tel que .

est un -courant , il se décompose en un -courant et en un -courant . On a .

Comme , on a pour des raisons de bidegré et et d’après le théorème principal dans [5] , et avec et des courants prolongeables définis sur .

On a :

Posons , est un -courant prolongeable défini sur tel que . ∎

Remarque 3

On peut continuer la décomposition du -courant en , ect. Mais pour des raison de bidegré, on constate que tous ces termes sont -fermés. Par conséquent, la solution n’étant pas unique, on a choisi celle qui convient.

5 Exemples de domaines

On prend . Alors l’équation admet une solution dans les cas suivants :

- La boule euclidienne.

Ce cas est déjà résolut dans [3].

- Un pavè.

- Une hypersurface.

Cependant dans ce cas, n’est pas borné et pour cela, on reviendra plus tard sur ces domaines non bornés vérifiant les hypothèses cohomologiques du théorème.

Références

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].