Les douze surfaces de Darboux et la trialité

Bruno Sévennec C.N.R.S., U.M.P.A., École Normale Supérieure de Lyon, 46 Allée d’Italie, 69364 Lyon cedex 07

1 Introduction

Dans le volume 4 du traité de Gaston Darboux sur les surfaces [Darb], consacré aux déformations isométriques des surfaces dans l’espace euclidien , on trouve au chapitre 3, intitulé “les douze surfaces”, une construction que l’on peut présenter comme suit.

Soit une surface, deux applications (lisses) de vers avec une immersion ( est partout injective), telles que

(1)

i.e. qu’en tout point de on ait pour tout

(on note le produit scalaire euclidien dans ). Cette condition est équivalente au fait que la métrique riemannienne induite sur par vérifie

Autrement dit (1) exprime que , vu comme champ de vecteurs le long de , est une déformation isométrique infinitésimale (d’ordre 1) de , sujet de nombreuses investigations (notamment en ingénierie) au temps de Darboux comme par la suite.

Du fait que est une immersion, il existe une unique application (lisse) telle que

(2)

désigne le produit vectoriel dans . On peut concevoir comme le champ des “rotations infinitésimales” induites par la déformation de . Darboux remarque alors que vérifie

Si de plus est une immersion, la relation (1) étant symétrique en on peut définir par

Il est clair que ces formules définissent sur les triplets vérifiant (2) et des conditions de non-dégénérescence convenables deux involutions

Le résultat surprenant obtenu par Darboux peut maintenant s’énoncer

Théorème 1 (Darboux).

La composition est l’identité.

Les “douze surfaces” de Darboux sont les premières composantes des douze triplets obtenus par application des éléments du groupe diédral engendré par et au triplet initial .

On propose ici une formulation géométrique de ce théorème, sous forme d’une “trialité différentielle” pour les surfaces totalement isotropes dans la quadrique projective réelle définie par l’annulation d’une forme quadratique de signature sur .

Le lien entre la propriété (1) et la quadrique dans vient de ce que, considérée comme propriété de l’application

elle ne dépend visiblement que de la structure pseudo-conforme définie par la métrique pseudo-riemannienne plate de signature sur .

Or, par une construction bien connue (rappelée dans la section 2) généralisant la projection stéréographique usuelle, la quadrique est une compactification pseudo-conforme de , quand on munit de la forme quadratique et que l’on identifie au point de . 111 Le cas usuel correspond à la quadrique projective de signature dans , i.e. , qui est une compactification conforme de

Un couple vérifiant (1) devient alors une immersion totalement isotrope, i.e. dont le plan projectif tangent en tout point est entièrement contenu dans la quadrique . On voit facilement qu’il est alors contenu dans exactement deux espaces projectifs de dimension (maximale) contenus dans .

Or il se trouve que ces “” contenus dans forment deux familles , elles-mêmes isomorphes (algébriquement) à la quadrique initiale, et on obtient deux applications , elles aussi totalement isotropes (mais pouvant dégénérer, i.e. être de rang ).

Dans ce cadre, la trialité est le fait que les relations d’incidence naturelles entre éléments de définissent une structure hautement symétrique, dont les automorphismes permutent arbitrairement les trois quadriques. Ce fait est classique, voir [vdBS] et ses références, dont [Cart].

La “trialité différentielle” dont il s’agit ici affirme que et ses deux “applications de Gauss” jouent aussi des rôles parfaitement symétriques (au moins génériquement), et on montrera que ceci permet de retrouver le théorème de Darboux.

Dans la suite, on commence par rappeler sections 2 à 4 les faits ‘‘classiques’’222mais méritant peut-être d’être rappelés ci-dessus, ainsi que quelques autres qui leurs sont reliés, comme la notion de seconde forme fondamentale projective, la trialité projective évoquée ci-dessus et le théorème de Darboux-Sauer sur l’invariance projective de la rigidité infinitésimale. Puis on étudie section 5 les triplets de Darboux et leurs involutions , , préparant le calcul section 6 des deux “applications de Gauss” de l’immersion totalement isotrope associée à une déformation isométrique infinitésimale . Génériquement, elles s’expriment en termes de composantes de triplets de Darboux transformés du triplet initial .

Après avoir introduit section 7 le modèle des matrices de Zorn pour les octonions déployés, on met en évidence la trialité différentielle section 8, puis on identifie section 9 les tranformations de Darboux en termes de cette trialité, démontrant au passage le théorème 1. On caractérise ensuite section 10 les cas dégénérés où l’une de applications est partout de rang . Les trois “secondes formes fondamentales” associées à une immersion totalement isotrope sont définies et étudiées section 11. Enfin on considère section 12 une variété d’incidence de dimension , munie d’un champ de plans tangents de dimension , dont les immersions totalement isotropes fournissent des surfaces intégrales.

Remarquons pour finir que ces constructions pourraient permettre d’aborder le problème toujours ouvert (voir [Yau, Gho]) de l’existence de surfaces lisses compactes sans bord (nécessairement non convexes) dans admettant des déformations isométriques lisses (finies) non triviales. Rappelons qu’il existe des exemples polyédraux [Kui]. On peut ainsi se demander s’il existe, dans la catégorie analytique réelle , des surfaces compactes sans bord admettant des déformations isométriques infinitésimales non triviales. Trotsenko a montré dans [Trot] qu’il existe des surfaces de révolution difféomorphes à possédant des déformations isométriques infinitésimales non triviales, et même un espace de dimension arbitrairement grande de telles déformations, mais comme le remarque Spivak dans [Spi], ces déformations ne sont pas lisses aux pôles.

2 La seconde forme fondamentale d’une hypersurface dans l’espace projectif

Soit une hypersurface de classe , un point de , et une équation locale de au voisinage de . Autrement dit, coïncide avec au voisinage de , et .

Il existe un unique hyperplan projectif tangent à en , i.e. tel que (il est déterminé par ), et la restriction à possède un point critique en . Il est alors classique (et facile à prouver) que admet en une différentielle seconde intrinsèque, forme bilinéaire symétrique .

Puisque , il existe une unique application bilinéaire symétrique

telle que sa composée avec

soit . Si on change d’équation locale de en , et sont multipliés par un même facteur non nul, et ne dépend d’aucun choix. C’est la seconde forme fondamentale de en . Elle définit un sous-espace vectoriel de dimension au plus dans (via l’ensemble des isomorphismes ), que l’on appellera structure pseudo-conforme projective de en .

Exemple 1.

Soit une forme quadratique sur , et le graphe . Alors la structure pseudo-conforme projective de s’identifie via la projection à celle associée au champ constant de formes quadratiques

Cela se vérifie sans difficulté, avec et identifié à l’axe vertical, mais peut aussi se déduire de l’existence d’une action affine transitive sur qui relève celle des translations sur  :

Cette action est bien sûr restriction d’une action projective, et ne reste plus que le calcul trivial en .

Exemple 2.

Dans l’exemple précédent, si on suppose non dégénérée, est contenue dans la quadrique projective lisse d’équation en coordonnées homogènes . Plus précisément, , où est l’hyperplan à l’infini , qui est tangent à au point à l’infini sur l’axe vertical . Prenant euclidienne, et l’hyperplan , on voit que s’identifie à une sphère dans l’espace affine , et que la projection stéréographique depuis s’identifie à la projection verticale de l’exemple précédent. On retrouve ainsi le fait que est conforme, vu la définition projective de (la classe conforme de) la seconde forme fondamentale.

Ces exemples montrent que tout espace affine réel muni d’une métrique pseudo-riemannienne plate de signature admet une compactification (pseudo-) conforme naturelle, qui est une quadrique projective lisse de signature dans un espace projectif de dimension . Le “lieu à l’infini” qui est ajouté est le cône sur une quadrique projective de signature (un simple point si ou est nul).

3 Trialité

Parmi les algèbres de Lie simples complexes, celle de type , autrement dit est exceptionnelle en ce qu’elle admet un automorphisme extérieur d’ordre , qui permute cycliquement les trois branches (de longueur 1) de son diagramme de Dynkin en forme de Y. Ce fait peut paraître bien abstrait, mais il s’incarne géométriquement de manière très concrète dans la quadrique réelle de signature dans , espace homogène du groupe de Lie réel de type .

Plus précisément, considérons l’espace vectoriel réel muni de la forme quadratique de signature . Alors est l’espace des droites vectorielles isotropes pour .

Un sous-espace isotrope maximal (de dimension ) de n’est autre que le graphe d’une isométrie euclidienne , et la variété de ces sous-espaces a donc deux composantes connexes, identifiées à celles du groupe réel .

Or est classiquement isomorphe à , en voyant comme le groupe multiplicatif des quaternions de norme , agissant par multiplications à gauche et à droite sur l’algèbre des quaternions identifiée à .

Mais est précisément une copie de la quadrique projective d’équation homogène . Ainsi les deux familles de contenues dans sont deux copies de la quadrique .

Il existe entre deux quelconques de ces quadriques une relation d’incidence. Entre et , c’est simplement la relation d’appartenance, et entre et , c’est la condition d’avoir une intersection maximale, autrement dit un plan projectif (contenu dans ).

En termes d’isométries euclidiennes , cela signifie que et coïncident sur un sous-espace de dimension , autrement dit diffèrent par une réflexion hyperplane (on voit ainsi que les éléments de incidents à un élément fixé de forment un , et vice-versa).

De même, on voit que tout plan projectif contenu dans est inclus dans exactement un élément de et un élément de , éléments dont il est l’intersection. Le fait qu’un sous-espace vectoriel de totalement isotrope de dimension est contenu dans exactement deux sous-espaces totalement isotropes maximaux peut aussi se voir simplement en remarquant que a exactement deux droites isotropes.

Le résultat suivant est plus profond

Théorème 2.

Le groupe des bijections de l’union disjointe qui respectent les relations d’incidence agit sur les composantes en les permutant arbitrairement.

C’est l’origine du terme trialité, en référence au fait analogue pour l’union d’un espace projectif et de son dual, à savoir la dualité (projective).

La preuve la plus simple de ce théorème (voir [vdBS]) consiste à introduire sur une structure d’algèbre (non associative, à unité), celle des octonions déployés, pour laquelle la forme quadratique est multiplicative. On montre alors que sont paramétrés projectivement par les octonions de norme nulle , via leurs annulateurs gauche et droit, et que les relations d’incidence entre sont simplement , , . Le théorème en résulte aussitôt.

On utilisera par la suite un modèle particulier des octonions déployés, bien adapté aux calculs, celui des matrices de Zorn (voir section 7).

4 Déformations isométriques infinitésimales

Soit une surface et une immersion dans l’espace euclidien, toutes deux lisses. Une déformation infinitésimale de est un champ de vecteurs le long de , et elle est isométrique si la dérivée en de la métrique riemannienne induite par est nulle, autrement dit si

Un déplacement infinitésimal (où et désigne le produit vectoriel) est une déformation infinitésimale triviale.

Considérant le couple comme une immersion de dans l’espace pseudo-riemannien muni de la métrique plate , cette condition dit simplement que est une immersion totalement isotrope : l’image de est totalement isotrope pour tout point de .

Cette condition ne dépendant évidemment que de la structure (pseudo-)conforme définie par , il est naturel d’après la section 2 de considérer comme une immersion dans la quadrique projective réelle de signature

donnée par

On notera la forme quadratique , et l’espace vectoriel muni de cette forme.

La condition d’isométrie infinitésimale sur est équivalente à la totale isotropie de l’immersion ci-dessus pour la seconde forme fondamentale projective de , et revient à demander que pour tout le plan projectif tangent à en soit contenu dans .

On sait alors (voir section 3) que est contenu dans exactement deux espaces projectifs de dimension contenus dans , soit , d’où deux applications

Pour fixer les notations on désignera par la composante contenant les graphes des applications linéaires (antisymétriques si on identifie les source et but)

, et par celle contenant les “graphes tordus” des applications

. Noter que ces graphes décrivent des ouverts affines333Au sens de la géométrie algébrique : ils sont complémentaires de l’intersection avec un hyperplan dans un plongement projectif, ici le plongement de Plücker . (denses) de et .

Lorsque provient de avec  un déplacement infinitésimal, est constante, égale à .

Un autre cas de dégénérescence se rencontre si prend ses valeurs dans un plan affine évitant l’origine et est un champ de vecteurs lisse quelconque normal à ce plan, de sorte qu’on a bien . Alors on vérifie aisémént que est constante, égale à si a pour équation . On pourrait encore ajouter à une rotation infinitésimale pour obtenir .

Pour mieux visualiser la situation, remarquons que la condition équivaut au fait que les deux immersions sont isométriques, pour un assez petit, puisque

Lorsque est un déplacement infinitésimal, diffèrent par une isométrie affine directe de , et est constante. Par contre dans le second cas, diffèrent par la réflexion orthogonale par rapport à , et c’est qui est constante, mais pas en général.

Définition.

On dit qu’une immersion est infinitésimalement rigide si toute déformation isométrique infinitésimale est un déplacement infinitésimal , .

Pour passer commodément du cadre projectif au cadre affine, remarquons que la quadrique contient deux espaces projectifs de dimension disjoints et et qu’on dispose de deux projections , . En particulier si , s’identifie à . De plus, la projection possède une structure naturelle de fibré vectoriel qui l’identifie au fibré , où est le fibré en droites tautologique, de sorte que s’identifie à la projection du fibré (co-)tangent à .

Alors une immersion est infinitésimalement rigide si et seulement si toute immersion totalement isotrope relevant , i.e. telle que , est telle que est constante.

Un résultat classique est que c’est le cas lorsque est un plongement de la sphère à courbure de Gauss strictement positive. Au contraire, ce n’est pas le cas dès que envoie un ouvert dans un plan (voir ci-dessus). Un autre fait classique est qu’au voisinage d’un point où la courbure de Gauss de ne s’annule pas, il y a un espace de dimension infinie de déformations isométriques infinitésimales, correspondant aux solutions locales d’une EDP linéaire d’ordre de type elliptique ou hyperbolique.

Compte tenu de la nature métrique de la définition, le résultat suivant est un peu surprenant

Théorème 3.

(Darboux-Sauer) La rigidité infinitésimale est projectivement invariante. Si est une immersion, et est une transformation projective telle que , alors est infinitésimalement rigide si et seulement si l’est.

Démonstration.  La preuve consiste à remarquer que le groupe agit sur en respectant la quadrique et ses sous-espaces projectifs , , et en commutant à la projection  : il suffit de faire agir par sur , et de noter que cette action préserve , car elle en fixe l’élément .

Remarque.

Cette preuve montre que les ensembles de déformations isométriques infinitésimales d’une immersion et de sa transformée projective se correspondent bijectivement, et que cette correspondance est linéaire (ce sont des espaces vectoriels). Cela tient au fait que l’action de ci-dessus respecte la structure de fibré vectoriel sur  : cette action s’identifie à celle de sur le fibré cotangent (isomorphe au fibré tangent).

Remarque.

Darboux démontre ce résultat dans [Darb, Ch. IV, n 900], et il prouve aussi l’invariance par dualité projective (ou plutôt “transformation par polaires réciproques”). Sauer reprend l’étude (trente ans plus tard) dans [Sau] en utilisant les coordonnées (projectives) de Plücker sur l’espace des droites affines de . Voir [Izm], pour une exposition récente. L’introduction de la quadrique simplifie quelque peu les calculs, et fait apparaître le groupe de symétries (de dimension 28), déjà présent en filigrane dans [Darb, ch.IV, n 903, 907]. On peut aussi appliquer cette méthode de preuve dans le cas discret (polyèdres et ‘‘armatures’’444pour “frameworks”), ainsi qu’en plus grande dimension.

5 Triplets de Darboux

Soit une immersion, et une déformation isométrique infinitésimale (toutes deux lisses). L’équation entraîne qu’il existe une unique application telle que

car une rotation de , même infinitésimale, est déterminée par sa restriction à un plan vectoriel quelconque.

Définition.

On appellera triplet de Darboux sur une surface les triplets d’applications lisses de vers vérifiant cette relation.

Si on pose avec Darboux , on obtient , i.e. est un triplet de Darboux. En particulier est une déformation isométrique infinitésimale de , même si cette dernière n’est pas nécessairement une immersion. Ainsi, un déplacement infinitésimal (), donne les applications constantes et .

De même, la symétrie de l’équation entraîne que, au moins dans l’ouvert de est de rang , il existe une unique application telle que , et est un triplet de Darboux sur .

Il est clair que est une involution, et que en est une sur les triplets de Darboux et sont des immersions, ce qui équivaut à . On va maintenant préciser la nature de .

Tout d’abord, le fait que est fermée (comme -forme à valeurs vectorielles) entraîne que est contenue dans . En effet, dans des coordonnées locales sur on a , et en décomposant chaque dans la base , où engendre , on obtient aisément .

Des égalités

il découle (en appliquant ) que

d’où

Comme est contenue dans , on a , de sorte que si est une immersion, est la surface polaire de par rapport à la quadrique . Autrement dit, le plan affine tangent à en a pour équation , et en particulier n’est pas défini si ce plan contient ( doit alors être interprété projectivement).

Inversement on peut étendre l’involution à cette situation

Lemme 4.

Soit un triplet de Darboux tel que soit une immersion dont les plans affines tangents évitent l’origine . Alors est un triplet de Darboux, que l’on prendra pour définition de .

Démonstration.  Le fait que est fermée entraîne maintenant , donc . Dès lors . Cette définition est consistante, i.e. les deux définitions de coïncident quand elles s’appliquent toutes deux, comme il résulte des calculs précédant le lemme.

On peut donc appliquer l’involution au triplet dès lors que est une immersion à plan affine tangent évitant l’origine, obtenant le triplet , et enfin on peut considérer qui interviendra dans la section suivante.

Remarque.

Dans l’étude locale des déformations infinitésimales isométriques d’une immersion , l’hypothèse que est une immersion n’est pas réellement restrictive, car on peut modifier trivialement en lui ajoutant une rotation infinitésimale , et pour un générique sera une immersion au voisinage de tout point fixé à l’avance (il suffit que ). De même, l’hypothèse que les hyperplans affines tangents évitent l’origine peut être satisfaite au voisinage de en remplaçant par pour un générique.

6 Calcul de

Soit l’immersion totalement isotrope associée à une immersion et à sa déformation isométrique infinitésimale , et vérifiant . Alors le plan projectif tangent à en est , où est totalement isotrope de dimension dans et

On vérifie alors sans peine à partir de et que a pour équations en (et en sous-entendant l’évaluation en )

que l’on peut réécrire

engendre et . Si , on a donc , de sorte que les deux sous-espaces totalement isotropes maximaux de contenant sont donnés par les équations additionnelles et , soit encore

En particulier, avec les paramétrages d’ouverts affines de par donnés section 4 on a

Pour donner à une allure plus présentable, commençons par supposer que en . On peut alors définir , polaire de par rapport à la quadrique (voir la section précédente), et les équations définissant peuvent s’écrire

ou encore, en éliminant entre les deux premières équations

qui peut aussi s’écrire

Noter que est un triplet de Darboux d’après la section précédente, donc aussi son image . En particulier, on a

là où est définie.

Quand s’annule en , les équations définissant données plus haut deviennent

et la forme quadratique vaut sur ce sous-espace, de sorte que est donné par l’équation additionnelle

Remarquons que s’annule identiquement si et seulement si l’immersion prend ses valeurs dans un cône de sommet . Cependant, même dans ce cas le sous-espace précédent est parfaitement défini, et son image projective est .

7 Matrices de Zorn [vdBS]

On considère l’algèbre des matrices de Zorn sur

de produit

Alors le “déterminant”

est multiplicatif, car son défaut de multiplicativité avec le produit “standard”, i.e. sans les produits vectoriels, est , qui est l’opposé du seul terme supplémentaire introduit par ces produits vectoriels.

Comme a clairement une unité, il en résulte que est une algèbre d’octonions déployée (sur ). En particulier les sous-espaces totalement isotropes maximaux de sont les annulateurs gauches et droits des éléments isotropes non nuls de (voir section 3).

Par exemple, on vérifie aisément que l’annulateur à gauche de

n’est autre que l’image du sous-espace de noté section 4 par l’application

qui est une anti-isométrie, i.e. .

L’annulateur à droite du même élément de est quant à lui l’image par de (sic), avec . Un calcul sans difficulté montre alors que si , ce sous-espace est l’image par de . Plus généralement est l’annulateur à droite de

désigne l’anti-automorphime de conjugaison dans .

En particulier, en identifiant à par l’application , on peut paramétrer par via l’application , () et de même pour via , où et désignent les multiplications à gauche et à droite par dans .

Lemme 5.

[vdBS] La relation d’incidence entre et équivaut à .

Démonstration.  Il suffit de le vérifier dans un ouvert dense de , car les deux relations définissent des sous-variétés compactes de (toutes deux fibrées en sur ). Or un calcul rapide montre que et sont incidents si et seulement si

et d’après ce qui précède ils s’identifient via à et

Il n’y a plus qu’à vérifier que la relation ci-dessus équivaut à dans l’algèbre .

8 Trialité différentielle

Soit une algèbre d’octonions deployés sur , la quadrique des droites isotropes de , une immersion totalement isotrope d’une surface. Alors, quitte à restreindre à un ouvert (ou bien passer à un revêtement double) de , se relève en , et pour tout , le sous-espace de est totalement isotrope de dimension .

Les deux sous-espaces totalement isotropes maximaux contenant sont et pour des applications lisses (là encore quitte à travailler localement), de sorte qu’en termes de la structure d’algèbre de

d’où aussi (Leibniz)

La trialité différentielle se résume alors à l’énoncé

Proposition 6.

On a en fait .

Démonstration.  Si sont des champs de vecteurs tangents à , est orthogonal à , car étant totalement isotrope,

De plus est orthogonal à , car en dérivant on obtient

ce qui montre que la quantité est antisymétrique en , alors qu’elle est symétrique en . Par un lemme classique, elle est donc nulle.

En particulier, prend ses valeurs dans

Avant de poursuivre la preuve, rappelons le

Lemme 7.

Pour posons et . Alors est un anti-automorphisme de et , sont adjoints, de même que et . De plus .

Si vérifient , on a et .

Démonstration.  Voir [vdBS]. Disons simplement qu’elle s’obtient en polarisant l’identité multiplicative satisfaite par la norme, ce qui donne pour

puis en appliquant cette identité un nombre suffisant de fois. Par exemple, on obtient sous les hypothèses du lemme , d’où la seconde assertion (l’autre identité s’en déduit par conjugaison).

Revenant à la preuve de la proposition, il résulte du lemme que

puis que et , car .

On obtient ainsi deux champs de formes bilinéaires symétriques sur , notés , bien définis à multiplication près par des fonctions ne s’annulant pas, i.e. deux structures pseudo-conformes (pouvant dégénérer) sur .

Soit un champ de vecteurs sur et montrons que s’annule en . On peut supposer , et choisir un champ de vecteurs sur tel que et , i.e. . Alors en dérivant dans la direction l’identité , on obtient , de sorte que et sont dans le noyau de . Mais ils sont aussi dans le noyau de (par définition de ), et comme l’intersection de ces noyaux est de dimension impaire elle est de dimension . Finalement d’après le lemme 5.

Il en résulte que pour tout , tout point du plan projectif tangent (resp. de ) est incident à et (resp. à et ), tout comme (par définition) tout point de est incident à et .

En particulier, si (resp. ) est une immersion, et (resp. et ) sont ses deux “applications de Gauss”.

9 Identification des transformations de Darboux

Il est naturel au vu des deux sections qui précèdent d’identifier chacune des quadriques avec la quadrique au moyen des isomorphismes