Le théorème de Fermat sur certains corps de nombres totalement réels

Alain Kraus Université Pierre et Marie Curie - Paris 6, Institut de Mathématiques de Jussieu, 4 Place Jussieu, 75005 Paris, France
25 juillet 2021
Résumé.

Soit un corps de nombres totalement réel. Pour tout nombre premier , notons la courbe de Fermat d’équation . Sous l’hypothèse que est totalement ramifié dans , on établit quelques résultats sur l’ensemble des points de rationnels sur . On obtient un critère pour que le théorème de Fermat asymptotique soit vrai sur , critère relatif à l’ensemble des newforms modulaires paraboliques de Hilbert sur , de poids parallèle et de niveau l’idéal premier au-dessus de . Il peut souvent se tester simplement numériquement, notamment quand le nombre de classes restreint de vaut . Par ailleurs, en utilisant la méthode modulaire, on démontre le théorème de Fermat de façon effective, sur certains corps de nombres dont les degrés sur sont et .

Abstract.

Let be a totally real number field. For all prime number , let us denote by the Fermat curve of equation . Under the assumption that is totally ramified in , we establish some results about the set of points of rational over . We obtain a criterion so that the asymptotic Fermat’s Last Theorem is true over , criterion related to the set of Hilbert modular cusp newforms over , of parallel weight and of level the prime ideal above . It is often simply testable numerically, particularly if the narrow class number of is . Furthermore, using the modular method, we prove Fermat’s Last Theorem effectively, over some number fields whose degrees over are and .

Key words and phrases:
Fermat equation, number fields, elliptic curves, modular method.
2010 Mathematics Subject Classification:
Primary 11D41; Secondary 11G05, 11R37

1. Introduction

Soient un corps de nombres totalement réel et un nombre premier. Notons

(1.1)

la courbe de Fermat d’exposant . Dans le cas où est totalement ramifié dans , on se propose de faire quelques remarques sur la description de l’ensemble des points de rationnels sur . On se préoccupera en particulier de cette description quand de plus le nombre de classes restreint de vaut .

Adoptons la terminologie selon laquelle est trivial, si pour tout point on a . Tel est le cas si ([42]). On dira que le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur , si est trivial dès que est plus grand qu’une constante qui ne dépend que de . Parce que ne contient pas les racines cubiques de l’unité, la conjecture sur implique le théorème de Fermat asymptotique sur (cf. [5]).

Au cours de ces dernières années, les principaux résultats qui ont été établis concernant l’équation de Fermat sur les corps totalement réels sont dus à Freitas et Siksek. Ils ont notamment obtenu un critère permettant parfois de démontrer le théorème de Fermat asymptotique sur un corps totalement réel ([15], th. 3). En particulier, ils en ont déduit le théorème de Fermat asymptotique pour une proportion de de corps quadratiques réels. Ils ont par ailleurs démontré que pour , où est un entier sans facteurs carrés, autre que et , l’ensemble est trivial pour tout ([17]). Le cas où avait déjà été établi dans [20].

1.1. Le critère de Freitas et Siksek

Énonçons leur résultat dans le cas où est totalement ramifié dans .

On notera dans toute la suite, le degré de sur , l’anneau d’entiers de et l’idéal premier de au-dessus de . On a .

Soient la valuation sur associée à et le groupe des -unités de . Posons

Désignons par (FS) la condition suivante :

(FS) : pour tout , on a

(1.2)

Leur critère est le suivant :

Théorème 1.

Supposons que la condition (FS) soit satisfaite par . Alors, le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur .

L’ensemble est fini ([34]). Avec les travaux de Smart, on dispose d’algorithmes permettant d’expliciter , sous réserve que le groupe soit connu ([36]). Dans ce cas, la condition (FS) est donc en principe testable sur . Cela étant, la détermination de n’est pas pour l’instant implémentée dans des logiciels de calcul et expliciter reste un travail généralement important. Par exemple, pour le sous-corps totalement réel maximal du corps cyclotomique des racines -ièmes de l’unité, est de cardinal ([15], 1.3). On peut vérifier que la condition (FS) est satisfaite, en particulier le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur le corps (loc. cit.).

Dans l’objectif de démontrer le théorème de Fermat asymptotique sur certains corps de nombres, dans lesquels est totalement ramifié, on va introduire ci-dessous une nouvelle condition, qui d’un point de vue numérique a l’avantage, à ce jour, de pouvoir se tester souvent simplement sur machine. On établit dans le théorème 2 qu’elle est équivalente à (FS), moyennant une hypothèse de modularité pour certaines courbes elliptiques sur .

1.2. La condition (C)

Le nombre premier étant supposé totalement ramifié dans , désignons par l’ensemble des newforms modulaires paraboliques de Hilbert sur , de poids parallèle et de niveau . C’est un système fini libre sur . Pour tout et tout idéal premier non nul de , notons le coefficient de Fourier de en . C’est un entier algébrique. Le sous-corps de engendré par les coefficients est une extension finie de . C’est un corps totalement réel ou un corps CM. (Voir par exemple [11] et [13].)

Pour tout idéal premier de , notons sa norme sur .

La condition est la suivante :

(C) : pour tout tel que , il existe un idéal premier de , distinct de , tel que l’on ait

(1.3)

Elle est en apparence moins simple que la condition (FS), mais on peut généralement la tester en utilisant le logiciel de calcul Magma ([3]), disons si et si le discriminant de n’est pas trop grand. Dans le cas où , on dispose également de tables de newforms décrivant , qui sont directement implémentées dans LMFDB [24].

Signalons par ailleurs que pour établir le théorème de Fermat asymptotique sur de façon effective, la détermination de est, comme on le verra, a priori indispensable dans la mise en œuvre de la méthode modulaire.

À titre indicatif, le corps quadratique réel de plus petit discriminant pour lequel la condition (C) n’est pas satisfaite est . Il existe une courbe elliptique sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre rationnels sur ([24]), ce qui explique pourquoi (C) n’est pas réalisée sur ce corps (th. 2, lemme 1 et [16]) ; il en est ainsi pour une infinité de corps quadratiques. Par exemple, en utilisant la table 1 de [15], on peut démontrer qu’il existe une infinité de corps quadratiques réels , avec sans facteurs carrés congru à modulo , pour lesquels la condition (C) n’est pas satisfaite.

Voyons un autre exemple illustrant la condition (C). Soit le sous-corps totalement réel maximal du corps cyclotomique . C’est le corps totalement réel de degré 8 sur de plus petit discriminant, dans lequel soit totalement ramifié (on peut le vérifier avec les tables de Voight [40]). On constate avec Magma que l’on a et que la condition (C) est satisfaite par , car il n’existe pas de newforms telles que ; pour tout , on a .

1.3. Hypothèse sur le nombre de classes restreint de

Notons le nombre de classes restreint de . Rappelons que est le degré sur de l’extension abélienne de non ramifiée aux places finies maximale.

Malgré de nombreux essais expérimentaux, je ne suis pas parvenu à trouver un exemple de corps de nombres totalement réel tel que soit totalement ramifié dans et que , sans que la condition (C) soit satisfaite. En particulier, a-t-on toujours l’implication

En fait, la réponse est positive si on a . La raison étant que pour tout entier , il existe au plus un corps totalement réel pour lequel on a , et , à savoir le sous-corps totalement réel maximal du corps cyclotomique des racines -ièmes de l’unité (th. 5). On indiquera par ailleurs quelques constatations numériques en faveur de cette implication.

Signalons que, comme conséquence du théorème 4, si cette implication était toujours vraie, cela impliquerait le théorème de Fermat asymptotique sur tout corps de nombres totalement réels pour lesquels et .

Les hypothèses selon lesquelles et sont très favorables dans l’application de la méthode modulaire pour obtenir des versions effectives du théorème de Fermat sur . Cela est notamment dû au fait qu’avec ces hypothèses, on peut normaliser toute solution de l’équation de Fermat (1.1) de façon simple (prop. 3). On illustrera cette méthode pour certains corps de nombres de degré . On établira par exemple que pour le corps , l’ensemble est trivial pour tout .

Tous les calculs numériques que cet article a nécessités ont été effectués avec les logiciels de calcul Pari ([2]) et Magma.

Remerciements. J’ai bénéficié de conversations avec J. Oesterlé concernant l’Appendice de cet article et son application au théorème 5. Je l’en remercie vivement. Je remercie également R. Barbaud pour l’aide qu’il m’a apportée dans la réalisation de certains programmes intervenant dans le logiciel Magma, ainsi que D. Bernardi pour les commentaires dont il m’a fait part.

Partie 1. Énoncé des résultats

Soit un corps de nombres totalement réel.

Rappelons qu’une courbe elliptique est dite modulaire s’il existe une newform modulaire parabolique de Hilbert sur , de poids parallèle et de niveau le conducteur de , ayant la même fonction L que celle de .

Conjecturalement, toute courbe elliptique définie sur est modulaire. Cela est démontré si ([42], [37], [4]) et si est un corps quadratique ([16]). Par ailleurs, à -isomorphisme près, l’ensemble des courbes elliptiques sur qui ne sont pas modulaires est fini (loc. cit.).

2. Les conditions (C) et (Fs)

Théorème 2.

Supposons que les deux conditions suivantes soient satisfaites :

  • est totalement ramifié dans .

  • Toute courbe elliptique définie sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre rationnels sur , est modulaire.

Alors, les conditions (C) et (FS) sont équivalentes.

Si est un corps quadratique dans lequel est totalement ramifié, les conditions (C) et (FS) sont donc équivalentes.

3. Théorème de Fermat asymptotique

Comme conséquence directe des théorèmes 1 et 2, on obtient l’énoncé suivant :

Théorème 3.

Supposons que les trois conditions suivantes soient satisfaites :

  • est totalement ramifié dans .

  • Toute courbe elliptique définie sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre rationnels sur , est modulaire.

  • La condition (C) est satisfaite.

Alors, le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur .

Remarque 3.1.

Dans les limites des tables de newforms modulaires de Hilbert sur un corps totalement réel figurant dans [24], pour lequelles est totalement ramifié dans , on constate les données numériques suivantes. Les corps intervenant dans ces tables sont de degré .

1) Pour , il y a treize tels corps de nombres (à isomorphisme près). Leurs discriminants sont

Pour chacun d’eux, la condition (C) est satisfaite.

Cela étant, la condition (C) n’est pas toujours satisfaite si . Par exemple, elle ne l’est pas pour le corps En effet, posons ; cet entier est dans et on a . La courbe elliptique d’équation

est de conducteur et a tous ses points d’ordre rationnels sur (cf. dém. du lemme 1, équation (6.1)). En utilisant le théorème 11, on peut démontrer qu’elle est modulaire. Il existe donc ayant la même fonction L que celle de . On a et ne vérifie pas la condition (1.3), d’où notre assertion.

2) Pour , il y a quinze corps de nombres, dont les discriminants sont

Pour chacun de ces corps, la condition (C) est satisfaite. Excepté pour le corps de discriminant , on a .

Signalons à titre indicatif que pour le corps , la condition (C) n’est pas satisfaite. On peut le vérifier comme dans l’alinéa précédent, en considérant l’entier . Il appartient à et on a . On constate alors que la courbe elliptique sur , d’équation , est modulaire et que son conducteur est .

3) Pour , il y a trois corps de nombres, dont les discriminants sont

et ils vérifient la condition (C). Pour , il n’y a pas de tels corps dans les tables de [24].

Dans le cas où l’on a , on peut s’affranchir de l’hypothèse de modularité :

Théorème 4.

Supposons que les trois conditions suivantes soient satisfaites :

  • est totalement ramifié dans .

  • On a .

  • La condition (C) est satisfaite.

Alors, le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur .

4. Question

Certaines constatations numériques concernant les hypothèses faites dans le théorème 4 suggèrent la question suivante :

Question 4.1.

Supposons totalement ramifié dans et . La condition (C) est-elle toujours satisfaite ?

Proposition 1.

La réponse est positive si on a .

C’est une conséquence du résultat qui suit. Sa démonstration repose sur la première assertion du théorème 17 de l’Appendice (Partie 5). Pour tout , soit le groupe des racines -ièmes de l’unité. Notons le sous-corps totalement réel maximal de .

Théorème 5.

Soient un entier et un corps de nombres totalement réel, de degré sur , satisfaisant les conditions suivantes :

  • est totalement ramifié dans .

  • On a .

Alors, on a .

Le corps satisfait la première condition. Pour , son nombre de classes restreint vaut . On conjecture que pour tout , son nombre de classes vaut . Certains résultats récents ont été démontrés dans cette direction ([18]).

On peut vérifier directement avec Magma que pour , la condition (C) est satisfaite pour , ce qui implique la proposition 1.

Faits expérimentaux. Indiquons quelques constatations numériques en faveur d’une réponse positive à la question 4.1. En utilisant les tables de Voight ([40]), j’ai dressé une liste de corps totalement réels pour lesquels :

  • ,

  • est totalement ramifié dans ,

  • ,

  • le discriminant de est pair plus petit qu’une borne fixée.

Dans la table 1 ci-dessous, l’entier est le nombre de corps totalement réels de degré et de discriminant pair plus petit que la borne que l’on s’est fixée (à isomorphisme près). Dans la dernière colonne se trouve le nombre de corps pour lesquels est totalement ramifié et .

      Borne sur      et       3    378  80      5    315  23      6    361  7      7    32  2  

Table 1.

Il y a cent-douze corps intervenant dans ce tableau pour lesquels et . Pour chacun d’eux, on constate avec Magma que la condition (C) est satisfaite.

Les discriminants de ces cent-douze corps sont explicités ci-dessous. Des éléments primitifs de chacun de ces corps sont déterminés dans les tables de Voight.


Pour :

     148  404  564  756  1300  1524  1620  2228  2708  2804  3124  3252      3508  3540  3604  3892  4628  4692  4852  5172  5204  5940  6420  7028      7668  7700  7796  8308  8372  8628  8692  9044  9076  9204  9300  9460      9812  10164  10260  10292  10324  10580  10868  11060  11092  11476  12660  12788      12852  13172  13684  13748  13972  14420  14516  14964  15252  15284  15380  15444      15700  16084  16116  16180  16532  17556  17684  17716  17780  18292  18644  18740      19252  19348  19572  20276  20436  20724  20788  20948  

Table 2.

Pour :

     126032  153424  179024  207184  223824  394064  453712  535120  629584      708944  747344  970448  981328  1034192  1104464  1172304  1197392  1280592      1284944  1395536  1550288  1664592  1665360  

Table 3.

Pour :

     2803712  4507648  5163008  6637568  7718912  10766336  20891648  

Table 4.

Pour : on a .

On en déduit avec le théoréme 4 l’énoncé suivant :

Proposition 2.

Pour chacun des corps de nombres indiqués ci-dessus, le théorème de Fermat asymptotique est vrai sur .

Signalons que, pour , le groupe de Galois sur de la clôture galoisienne de est isomorphe à . Pour , il est non abélien d’ordre ou .

5. Théorème de Fermat effectif - Exemples

On établit le théorème de Fermat asymptotique de façon effective pour quelques corps de nombres figurant dans ces tables, ainsi que pour les corps et

Théorème 6.

Soit un corps cubique réel de discriminant . Pour tout , l’ensemble est trivial.

Théorème 7.

Posons avec

(5.1)

C’est le corps de plus petit discriminant intervenant dans la table 3. Pour tout distinct de , l’ensemble est trivial.

Théorème 8.

Posons avec

(5.2)

C’est le corps de plus petit discriminant intervenant dans la table 4. Pour tout , distinct de , l’ensemble est trivial.

Théorème 9.

1) Pour tout , l’ensemble est trivial.

2) Pour tout , l’ensemble est trivial.

On a , qui est, pour , la borne obtenue dans [26] concernant les points de -torsion des courbes elliptiques sur les corps de nombres de degré .


Partie 2. Les théorèmes 2 et 5

Pour tout idéal premier de , notons la valuation sur qui lui est associée, et pour toute courbe elliptique , notons son invariant modulaire.

6. Démonstration du théorème 2

Lemme 1.

Les trois assertions suivantes sont équivalentes :

1) La condition (FS) est satisfaite.

2) Il n’existe pas de courbe elliptique telle que l’on ait :

  • ,

  • pour tout idéal premier de , distinct de , on a ,

  • a tous ses points d’ordre rationnels sur .

3) Il n’existe pas de courbe elliptique sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre rationnels sur .

Démonstration.

Vérifions l’implication . Supposons pour cela qu’il existe une courbe elliptique satisfaisant les trois conditions de la deuxième assertion. D’après la condition (3), à torsion quadratique près, il existe tel que possède une équation de la forme de Legendre ([35], p. 49, prop. 1.7, assertion (a) et sa démonstration)

Posons

On a les égalités

Soit l’anneau des -entiers de . D’après la condition (2), on a

De plus, , , et sont racines d’un polynôme unitaire (de degré ) à coefficients dans . Par suite, et appartiennent à . Posons

Il résulte de la condition (1) que l’on a . L’égalité implique alors que l’on a

On obtient dans tous les cas

La condition (1) implique et donc la condition (FS) n’est pas satisfaite (inégalité (1.2)). Cela prouve la première implication.

L’implication est immédiate.

Démontrons l’implication . Supposons la condition non satisfaite, autrement dit qu’il existe tel que l’on ait

Posons .

Supposons . Vérifions que la courbe elliptique d’équation

(6.1)

est de conducteur , ce qui établira l’implication dans ce cas. Notons et les invariants standard associés à cette équation. On a

Pour tout idéal premier de distinct de , on a donc a bonne réduction en . Posons

On obtient comme nouveau modèle de

On a , donc ce modèle est entier. Par ailleurs, on a

d’où

Ainsi a réduction de type multiplicatif en , d’où notre assertion.

Supposons . Posons

On a donc est dans et on a . Comme ci-dessus, on vérifie que la courbe elliptique d’équation est de conducteur . Cela établit l’implication. ∎

Lemme 2.

Supposons que toute courbe elliptique sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre sur , soit modulaire. Les deux assertions suivantes sont équivalentes :

1) Il n’existe pas de courbe elliptique sur , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre rationnels sur .

2) La condition (C) est satisfaite.

Démonstration.

Pour tout idéal premier de , posons .

Supposons que la première condition soit réalisée. Vérifions que la seconde l’est aussi. Soit une newform de telle que . Procédons par l’absurde en supposant que pour tout idéal premier de la condition (1.3) ne soit pas satisfaite. Parce que le niveau de est , il existe une courbe elliptique , de conducteur , ayant la même fonction L que celle de ([15], th. 8). Pour tout idéal premier de , l’ordre de est donc multiple de . Il en résulte que est liée par une isogénie de degré à une courbe elliptique ayant tous ses points d’ordre 2 sur ([31], lemme 7.5). Le conducteur de est , d’où une contradiction. (On n’a pas utilisé ici l’hypothèse de modularité.)

Inversement, supposons qu’il existe une courbe elliptique , de conducteur , ayant tous ses points d’ordre 2 sur . Par hypothèse, étant modulaire, il existe une newform ayant la même fonction L que celle de . On a . Soit un idéal premier de distinct de . La courbe elliptique a bonne réduction en et l’application est injective (cf. [35], p. 192, prop. 3.1). Par suite, divise l’ordre de , autrement dit, on a . Ainsi, la condition n’est pas satisfaite, d’où le résultat. ∎

Le théorème 2 est une conséquence directe des lemmes 1 et 2.

Remarque 6.2.

L’hypothèse de modularité est intervenue dans la démonstration pour établir l’implication .

7. Démonstration du théorème 5

On démontre par récurrence que pour tout , tel que , on a l’inclusion

(7.1)

Cela établira le résultat, car et sont de même degré sur . L’inclusion (7.1) est vraie si et . Soit un entier tel que et que (7.1) soit vraie. Il s’agit de vérifier que est contenu dans . Posons

L’extension est non ramifiée en dehors des idéaux premiers de au-dessus de , y compris aux places à l’infini. Par suite, son conducteur est une puissance de . Plus précisément :

Lemme 3.

Le conducteur de divise .

Démonstration.

Soit une racine primitive -ième de l’unité. Il existe tel que appartienne à et pas à . On a . Posons

On a Parce que est une racine primitive -ième de l’unité, on déduit de (7.1) que appartient à . Par ailleurs, on a

Il en résulte que l’on a puis l’égalité

On a

(7.2)

En effet, étant la valuation de normalisée par , on a

d’où (7.2). Ainsi, le discriminant de divise . On obtient le résultat car le conducteur et le discriminant de sont égaux ([7], p. 160, si ). ∎

Soit le corps de classes de rayon modulo sur . D’après le lemme précédent, est contenu dans . Par hypothèse, est totalement ramifié dans et on a . D’après l’assertion 1 du théorème 17 de l’Appendice, on a donc . On obtient , ce qui montre que est contenu dans , d’où le théorème.


Partie 3. La méthode modulaire

Les démonstrations du théorème 4 et des résultats annoncés dans le paragraphe 5, reposent sur la méthode modulaire, analogue à celle utilisée par Wiles pour établir le théorème de Fermat sur . On peut trouver dans [15] un exposé détaillé de cette méthode. Le principe général consiste à procèder par l’absurde en supposant qu’il existe un point non trivial dans . On lui associe ensuite une courbe elliptique définie sur et en étudiant le module galoisien de ses points de -torsion, on essaye d’obtenir une contradiction.

Décrivons la mise en œuvre de cette méthode dans notre situation. Soit un corps de nombres totalement réel, de degré sur , satisfaisant les deux conditions suivantes :

  • est totalement ramifié dans .

  • On a .

8. La courbe elliptique

Considérons un point tel que . On peut supposer que l’on a

(8.1)

On a , en particulier est principal. On supposera désormais, cela n’est pas restrictif, que l’on a

(8.2)

Soit la cubique, appelée souvent courbe de Frey, d’équation

(8.3)

Les invariants standard qui lui sont associés sont

(8.4)
(8.5)

En particulier, est une courbe elliptique définie sur .

8.1. Réduction de

Lemme 4.

Soit un idéal premier de distinct de .

1) L’équation (8.3) est minimale en .

2) Si ne divise pas , a bonne réduction en .

3) Si divise , a réduction de type multiplicatif en .

Démonstration.

C’est une conséquence de la condition (8.1) ainsi que des formules (8.2), (8.4) et (8.5). ∎

Pour tout idéal premier de , notons un discriminant local minimal de en .

Proposition 3.

Supposons . Quitte à multiplier par une unité convenable de , les deux conditions suivantes sont satisfaites :

1) a réduction de type multiplicatif en .

2) On a

En particulier, avec une telle normalisation, est semi-stable.

Démonstration.

Le nombre premier étant totalement ramifié dans , on a . L’un des entiers est donc divisible par . On peut supposer que divise et que ne divise pas . On a de plus , donc le corps de classes de rayon modulo sur est égal à (th. 17). Soit le groupe des unités de . Le morphisme naturel est surjectif (lemme 16). Il existe ainsi tel que l’on ait

Posons

Considérons alors la courbe elliptique d’équation

(8.6)

En effectuant le changement de variables

on obtient comme nouveau modèle

On a

et d’après l’hypothèse faite sur ,

Par suite, est un modèle est entier. En notant et les invariants standard qui lui sont associés, on a

D’après les formules (8.4) et (8.5), utilisées avec l’équation (8.6), on obtient

Ainsi, est un modèle minimal de , qui a donc réduction de type multiplicatif en . Parce que est une unité de , et compte tenu du lemme 4, cela entraîne le résultat. ∎

Dans le cas où , on supposera, dans toute la suite, que le triplet est normalisé de sorte que les deux conditions de la proposition 3 soient satisfaites.

8.2. Modularité de

D’après le corollaire 2.1 de [15] :

Théorème 10.

La courbe elliptique est modulaire si est plus grand qu’une constante qui ne dépend que de .

D’après la remarque qui suit le corollaire 2.1 de loc. cit., ce résultat n’est pas effectif en général. Cependant l’énoncé suivant permet parfois de démontrer qu’une elliptique semi-stable définie sur est modulaire ([16] th. 7) :

Théorème 11.

Posons ou . Supposons qu’il existe un idéal premier de au-dessus de en lequel l’extension soit non ramifiée. Soit une courbe elliptique semi-stable sur . Si n’a pas de sous-groupe d’ordre stable par , alors est modulaire.

9. La représentation

Notons

la représentation donnant l’action de sur le groupe des points de -torsion de .

9.1. Le conducteur de

Notons le conducteur de . Posons

Lemme 5.

Supposons . On a .

Démonstration : D’après le lemme 4 et la formule (8.5), pour tout idéal premier de , distinct de , on a

La seconde condition de la proposition 3 entraîne alors le résultat.

Remarque 9.1.

La terminologie adoptée dans ce paragraphe se justifie par le fait que si l’on a , on peut démontrer que le conducteur de Serre de (cf. [33] pour ).

9.2. Irréductibilité de

Le corps étant totalement réel, il ne contient pas le corps de classes de Hilbert d’un corps quadratique imaginaire. D’après la proposition de l’Appendice B de [22], on a ainsi l’énoncé suivant :

Théorème 12.

La représentation est irréductible si est plus grand qu’une constante que ne dépend que de .

En ce qui concerne l’effectivité de cet énoncé, considérons plus généralement dans la suite de ce paragraphe une courbe elliptique semi-stable. Notons la représentation donnant l’action sur son groupe des points de -torsion. Rappelons un critère permettant souvent d’établir de manière effective que est irréductible (cf. [22]).

Soit le plus grand nombre premier pour lequel il existe une courbe elliptique définie sur ayant un point d’ordre rationnel sur . Il est borné par une fonction de ([25]) ; plus précisément, on a ([26])

Notons la partie entière de . Soit le groupe des unités totalement positives de . Pour tout et tout entier tel que , on définit le polynôme comme suit. Soient le polynôme minimal de sur et son degré. On pose

(9.2)

Pour tout , est le polynôme de obtenu en substituant par dans

(9.3)

le résultant par rapport à de et . Il est unitaire de degré et ses racines sont les produits de racines de comptées avec multiplicités. Posons

(9.4)

L’énoncé qui suit est une reformulation du théorème 1 de [22] dans le cas où (voir aussi la prop. 4 de loc. cit. pour ). Seule la condition intervient ici. On n’utilise pas l’hypothèse que est totalement ramifié dans .

Théorème 13.

Soit un nombre premier ne divisant pas . Si est réductible, alors , ou bien une courbe elliptique sur liée à par une -isogénie de degré , possède un point d’ordre rationnel sur . En particulier, si alors est irréductible.

Démonstration.

Rappelons les principaux arguments. Supposons réductible. Il existe des caractères tels que soit représentable sous la forme

Soit l’ensemble des idéaux premiers de au-dessus de . Les caractères et sont non ramifiés en tout idéal premier qui n’est pas dans . De plus, pour tout l’un des caractères et est non ramifié en . Par suite, il existe un sous-ensemble de tel que l’un des caractères et soit non ramifié en dehors de et que pour tout sa restriction à un sous-groupe d’inertie en soit le caractère cyclotomique.

Supposons vide. Alors, ou est partout non ramifié aux places finies. Parce que , ou est donc trivial. Si , a un point d’orde rationnel sur . Si , est liée par une -isogénie de degré a une courbe elliptique sur ayant un point d’ordre sur . Si n’est pas vide, alors divise (voir la fin de la preuve du th. 1 de [22], p. 619, alinéa (2)), d’où le résultat. ∎

Remarque 9.5.

Si n’est pas nul, on obtient ainsi une constante explicite , telle que pour tout et toute courbe elliptique semi-stable sur , la représentation soit irréductible. Dans ce cas, on obtient une version effective du théorème 12. Par exemple, n’est pas nul si (loc. cit., th. 2).

10. Le théorème d’abaissement du niveau

Il s’agit de l’analoque du théorème de Ribet intervenant dans la démonstration du théorème de Fermat sur ([29]). Dans notre situation, si on a , il s’énonce comme suit ([15], th. 7, les lemmes 4, 5 et l’égalité (8.5)) :

Théorème 14.

Supposons que les conditions suivantes soient satisfaites :

  • On a .

  • L’indice de ramification de tout idéal premier de au-dessus de est strictement plus petit que et le corps n’est pas contenu dans .

  • La courbe elliptique est modulaire.

  • La représentation est irréductible.

Alors, il existe et un idéal premier de l’anneau d’entiers de au-dessus de , tels que, en notant

la représentation galoisienne associée à et , on ait

(10.1)
Proposition 4.

Les hypothèses faites dans l’énoncé du théorème 14 sont satisfaites si est plus grand qu’une constante qui ne dépend que de .

Démonstration.

La seconde condition est réalisée si est non ramifié dans . Les théorèmes 10 et 12 entraînent alors le résultat. ∎

Les représentations et sont non ramifiées en dehors de et des idéaux premiers de au-dessus de . Parce que est irréductible, l’isomorphisme (10.1) se traduit par les conditions suivantes : pour tout idéal premier de , distinct de , qui n’est pas au-dessus de , on a

(10.2)
(10.3)

On en déduit l’énoncé ci-dessous permettant parfois d’obtenir une contradiction à l’existence de (cf. [17], lemme 7.1). Pour tout idéal premier de , distinct de , posons

(10.4)
(10.5)
Proposition 5.

Supposons les quatre conditions du théorème 14 satisfaites. Soient et un idéal premier de au-dessus de tels que . Soit un idéal premier de distinct de . Alors, divise la norme de sur de .

Démonstration.

Si divise , alors divise , en particulier divise la norme de sur de . Supposons que ne divise pas . La courbe elliptique a bonne réduction ou réduction de type multiplicatif en .

Supposons que ait bonne réduction en . Parce que a tous ses points d’ordre rationnels que et que est distinct de , le nombre de points de la courbe elliptique déduite de par réduction est multiple de . Par ailleurs, on a (borne de Weil), donc appartient à . La condition (10.2) implique alors notre assertion dans ce cas.

Si a réduction de type multiplicatif en , la condition (10.3) est satisfaite, d’où le résultat. ∎

11. Démonstration du théorème 4

Compte tenu des propositions 4 et 5, le théorème 4 résulte de l’énoncé suivant :

Proposition 6.

Pour tout , il existe idéal premier de , distinct de , tel que l’on ait .

Démonstration.

Soit un élément de .

Supposons . Il existe alors un idéal premier de , distinct de , tel que ne soit pas dans (cf. [11], th. 9), d’où .

Supposons . D’après la condition , il existe un idéal premier de , distinct de , tel que l’on ait . En particulier, n’est pas dans . De plus, on a : dans le cas contraire, on aurait . Or étant distinct de , on a , ce qui conduit à une contradiction. Par suite, on a , d’où l’assertion. ∎


Partie 4. Les théorèmes 6, 7, 8 et 9

Dans toute cette partie, on suppose qu’il existe un point tel que . Rappelons que pour , on suppose implicitement qu’il est normalisé comme indiqué dans l’énoncé de la proposition 3.

12. Sur l’irréductibilité de

Dans le cas où est ramifié dans , le théorème 13 ne permet pas d’établir que la représentation est irréductible (si tel est le cas). On dispose néanmoins du résultat suivant permettant parfois de conclure, qui vaut sans hypothèse de ramification en . Pour tout cycle of , notons le corps de classes de rayon modulo sur .

Lemme 6.

Soit un idéal premier de au-dessus de