Aire, périmètre et polygones cocycliques

JC Leger
14 mai 2018

1. Introduction

Dans son traité de géométrie, [Leg41], Proposition VII, p.134, Legendre popularise le fameux théorème isopérimétrique sur les polygones plans :

Théorème 1.

Soit un entier naturel et un nombre réel positif. Parmi les polygones à cotés de périmètre , le polygone d’aire maximale est le polygone régulier à cotés de périmètre .

Ce résultat est probablement du à L’Huilier– il est présent (p.107, paragraphe 13) dans [L’H89], et semble dater de 1782– dont la démonstration est reprise verbatim par Legendre. Cette démonstration est basée sur un résultat plus méconnu 111[L’H89], p.107, paragraphe 13, [Leg41], Proposition VI, p.133, il est à noter que ce théorème disparait dès l’édition suivante, [Leg49], alors que Legendre est mort en 1833 :

Théorème 2.

Soit un entier naturel et un -uplet de réels strictement positifs. Parmi les polygones à cotés de longueurs respectives , un polygone d’aire maximale est cocyclique, i.e. inscrit dans un cercle.

L’objet du présent article est de présenter une démonstration d’un résultat222L’énoncé précis est le Théorème 3, il s’agit d’une démonstration inédite. dans cette lignée, comparativement beaucoup plus récent, du à Khimshiashvili et Panina, [KP08], que l’on peut énoncer de façon informelle :

Sur l’espace des polygones à cotés dont les longueurs sont imposées, les points critiques de l’aire orientée sont les polygones cocyliques.

Avant de démontrer cet énoncé, une étape fondamentale est de préciser son sens exact. Cela est fait dans le paragraphe 2. La preuve sera ensuite développée dans les paragraphes 3, 4 et 5, le paragraphe 10 détaillant quelques démonstrations de lemmes techniques dont le développement immédiat aurait nui à la fluidité du discours. Le paragraphe 9 apporte, quant à lui, quelques précisions concernant les éléments de géométrie différentielle nécessaires aux calculs.

Nous donnerons aussi des variantes liées à d’autres contraintes dans le paragraphe 6, quelques illustrations numériques dans le paragraphe 7 et concluerons, dans le paragraphe 8, par des ouvertures possibles concernant les liens entre ces calculs, le dénombrement de configurations cocycliques, la recherche effective de polynômes de HeronRobbins, liant aire et longueur des côtés d’un polygone cocyclique, et la topologie de certains espaces des polygones.

2. Définitions, notations et énoncé

Fixons un entier . Nous identifions une fois pour toute , le corps des nombres complexes, avec le plan euclidien orienté, de la manière usuelle.

Pour un nombre complexe , on note , resp , sa partie réelle, resp. sa partie imaginaire.

On note le cercle unité du plan,i.e. le groupe des nombres complexes de module .

Ce groupe agit sur par multiplication. Cette action est celle du groupe des rotations vectorielles du plan euclidien orienté.

2.1. Indexation

Si sont points du plan, le polygone planaire orienté est la suite de ces points, placés dans cet ordre de sorte que l’on puisse considérer les côtés de ce polygone, , sans oublier .

L’indexation des points d’un polygone orienté possède donc intrinsèquement un caractère cyclique. L’indexation de ses côtés aussi.

Pour tout ce qui concerne les développements théoriques, nous adoptons donc une indexation abstraite en considérant le graphe cyclique orienté sur sommets.

Du point de vue de l’implémentation des codes de calcul dans le paragraphe 7.3, on peut choisir une réalisation très concrète de l’ensemble des sommets de ce graphe

Le groupe agit naturellement sur le graphe , l’action de se traduisant par le décalage de chaque sommet vers le sommet suivant , avec comme convention, pour la réalisation concrète

Si , est donc le sommet précédant dans .

Convenons de noter, pour un sommet de , l’arète suivant le sommet et , l’arète précédant ,i.e.

Pour la réalisation concrète de , l’ensemble des arêtes se réécrit donc

Maintenant, pour une arête , , convenons de noter333de sorte que l’extrémité de départ de , l’extrémité d’arrivée de et l’arète suivant , on définit ainsi une action de sur et on a, par simple jeu d’écritures,

et

Si on utilise les règles de calcul dans modulo , on peut naturellement aussi identifier , resp. , avec , resp. , ce qui permet de d’identifier avec , avec , etc…

Du point de vue de la notation, les éléments de et de seront désignés, autant que possible, par des lettres latines, ceux de et de par des lettres grecques.

Définition 1.

Un -gone orienté planaire est une suite de nombres complexes indéxée par . C’est un -uplet, un élément de .

Nous noterons de façon générique un tel polygone . Le -uplet des cotés de ce polygone est la suite de nombres complexes indexée par , l’ensemble des arêtes du graphe, avec .

Indexations
Figure 1. Indexations

On note l’application linéaire qui, à un polygone, associe le -uplet de ses cotés.

(1)

Bien que l’application ne soit pas bijective, on peut y remédier en posant

si bien que, par restriction, est un isomorphisme.

2.2. Variétés de polygones

2.2.1. Des équations cartésiennes…

Etant donné un -uplet, , de nombres réels positifs, on considère l’ensemble des polygones dont les cotés ont pour longueurs , i.e.

Il est bien connu (c’est un exercice444Un indice: prendre tel que est maximal. Considérer minimal pour la propriété , vérifier que et considérer le triangle de cotés , et basé sur l’inégalité triangulaire) que est non vide si et seulement si

(3)

Il est par ailleurs bien connu que si l’une des inégalités (3) est une égalité alors l’indice pour lequel ceci se produit est unique et les polygones dans sont tous dégénérés, i.e. , les points d’un tel polygone sont situés sur le côté , de longueur . Nous excluons ces configurations triviales de nos considérations et supposons donc dorénavant que

(4)

Un tel vecteur sera appelé un vecteur de longueurs admissible.

Evidemment, ce qui nous intéresse vraiment, ce sont les polygones à isométrie (directe) près.

Une première normalisation pratique, qui préserve les symétries naturelles entre les indices, consiste à travailler sur l’ensemble des polygones centrés

(5)

Comme nous voulons faire du calcul différentiel et étudier les points critiques de la fonction à valeurs réelles «  aire orientée   » sur l’«  espace des polygones à longueurs prescrites  » , l’idéal est de disposer d’une sous-variété différentielle d’un espace vectoriel réel de dimension finie.

Cela sera expliqué plus loin mais nous constatons pour le moment que par définition, les ensembles et sont des sous-variétés algébriques réelles d’un espace vectoriel réel de dimension finie, ,i.e. le lieu des zéros communs d’une famille de polynômes réels à indéterminées.

Pour , , posons

(6)

En exprimant en fonction des parties réelles et imaginaires de et , il apparait clairement que est un polynome quadratique réel sur .

On a alors, comme annoncé, que et sont les lieux des zéros communs d’une famille de polynômes réels :

Remarquons qu’on utilisé le fait que est lui même une sous-variété de avec

En , l’espace tangent à est .

Concernant le problème d’extremum qui nous intéresse, l’avantage majeur de par rapport à est sa compacité.

Proposition 1.

Soit un vecteur de longueurs admissible. L’ensemble est une partie compacte de .

Démonstration.

Il est clair que est une partie fermée, non vide en raison de la continuité des applications et du caractère admissible du vecteur .

La compacité de est donc conséquence de son caractère borné et du fait que est de dimension finie.

Comme les longueurs des arêtes des polygones de sont fixées, la distance entre deux sommets quelconques d’un tel polygone est majorée par le périmètre du polygone, qui vaut .

Un polygone est donc contenu dans un disque plan (par exemple centré en l’un des sommets) de rayon .

Par convexité, ce disque contient le centre de gravité de , qui, et c’est le point de la définition de , est .

Le polygone est donc contenu dans le disque plan de centre et de rayon , et ceci montre que, dans , la partie est contenue dans la boule (euclidienne) de centre , de rayon .

2.2.2. …aux sous-variétés

Nous donnons au paragraphe 9 quelques précisions concernant le calcul différentiel réel dans et les notions de sous-variétés algébriques et différentielles de ce -espace vectoriel.

Dans le cas de , cette sous-variété algébrique réelle de admet en tout point un espace tangent au sens réel algébrique défini comme l’intersection des noyaux des différentielles en des polynômes définissants.

En l’occurence, comme on a

alors l’espace tangent à en est défini par

(7)

que nous expliciterons en l’équation (19).

Remarquons que pour faire ce calcul, on utilisé le fait que est lui même une sous-variété de avec

La dimension réelle de , intersection de noyaux de formes linéaires dans un espace de dimension est supérieure à . Si celle-ci vaut , i.e. si les formes linéaires sont indépendantes, on dit que le point est un point régulier de , sinon, on dit que le point est un point singulier de .

La proposition 3 identifie les points singuliers de et de et donne la condition nécessaire et suffisante sur pour que et soient des sous-variétés différentielles de , i.e. n’aient pas de points singuliers. Cette condition sur montre que, pour admissible et générique555en tous sens communément acceptés de ce mot, et sont des sous-variétés différentielles de .

Les calculs faits donnent au passage, c.f. Eq. (20), une description paramétrique de l’espace tangent .

2.2.3. Un quotient.

L’espace des modules associé à est l’ensemble modulo l’action naturelle des isométries directes de .

L’espace des modules associé à s’identifie donc naturellement à modulo l’action diagonale sur du cercle , i.e. l’action de sur les polygones.

induit une bijection de sur

lui-même en bijection naturelle, par normalisation, avec

L’espace est étudié par exemple dans [FS07] où il est défini comme étant

Cette présentation de a l’avantage d’exhiber clairement la correspondance naturelle entre les espaces et où, pour une permutation de , on note .

Génériquement en , la sous-variété a pour dimension (réelle) , la sous-variété compacte a pour dimension et la variété666elle n’est pas, en tant que telle, une sous-variété de , en conséquence, pour garder un niveau d’abstraction raisonnable, nous éviterons de calculer directement sur . compacte a pour dimension .

Enfin, pour conclure cette section, on remarque qu’on choisit volontairement de ne pas identifer deux polygones symétriques par rapport à une droite.

2.3. L’aire orientée

Si est un triangle plan orienté positivement,i.e. si est une base directe de , , , son aire, au sens le plus naïf du terme se calcule avec le déterminant donnant l’aire du parallèlogramme

Si maintenant est un polygone convexe, contenant en son intérieur, orienté positivement, i.e. , si chaque triangle est orienté positivement, son aire est la somme des aires des triangles , i.e.

En usant du caractère cyclique de , on a donc aussi

On remarque que cette quantité, , définie pour tout polygone , est invariante par translations, rotations directes du plan et que est le symétrique orthogonal du polygone par rapport à l’axe des abscisses.

On appelle l’aire algébrique du polygone . La valeur absolue de cette aire coincide avec l’aire naïve au cas où le polygone est simple et donc admet une traingulation.

On définit donc la fonction «  aire algébrique  »   : à un polygone , elle associe

(8)

La fonction est invariante sous l’action des translations et sous l’action diagonale de sur :

(9)

Elle définit donc une fonction sur chaque espace .

est clairement un polynome quadratique réel sur . Calculons sa différentielle en en utilisant la règle de différentiation des fonctions polynomiales en , signalée en fin du paragraphe 9. On a par exemple, pour ,

et donc, en sommant et en décalant les indices dans les deux dernières sommes,

La différentielle de en vaut

(10)

C’est la forme -linéaire sur le -espace vectoriel définie par

La fonction , continue, admet un minimum et un maximum sur chaque espace compact . Comme lorsque deux polygones et sont symétriques relativement à une droite, on a , on en déduit que maximum et minimum sur sont opposés. Par le principe de Fermat, en un extremant , régulier pour , s’annule sur . On pose la définition

Définition 2.

Soit . On dit que est critique pour sur si

  1. est un point régulier de

  2. et est nulle sur .

Le résultat principal s’énonce alors

Théorème 3.

Un polygone est critique pour sur si et seulement si les points sont cocycliques, non alignés.

3. Un peu d’algèbre linéaire et bilinéaire

Un point dans ce qui va être développé ensuite peut mener à confusion si l’on n’y prend pas garde.

Pour utiliser les facilités de calculs qu’offre le corps en géométrie plane réelle, nous considérons les ensembles et qui sont naturellement des -espaces vectoriels.

Le problème est cependant essentiellement un problème réel. est une sous-variété réelle de , son espace tangent en chaque chaque point est un sous-espace vectoriel du -espace vectoriel et la fonction est à valeurs réelles.

On verra lors de l’établissement de l’équation (20), que l’on va paramétrer (non injectivement) , le sous-espace tangent à en , par , un -sev de , via une application -linéaire. Le calcul de la dimension (réelle) de , qui nous intéresse en premier lieu, se fera via le calcul de la dimension (complexe) de .

3.1. Produit scalaire, produit hermitien

On munit et de leur structure hermitienne usuelle, si , ,

(11)

Ces structures hermitiennes induisent, à l’habitude, des structures euclidiennes sur les -espaces vectoriels et via la définition des produits scalaires, si , ,

(12)

Pour l’un des deux espaces ou et idem,

  1. si est -linéaire, son adjoint est défini par, ,

  2. Si est -linéaire, son adjoint est défini par, ,

  3. Une application -linéaire est aussi -linéaire, les deux notions d’adjoint précédentes coincident.

Rappelons les formules de projection usuelles dans un espace hermitien.

Lemme 1.

Soit un -espace vectoriel muni d’un produit hermitien , pour , on note la norme euclidienne associée sur le -espace vectoriel sous-jacent.

  1. Soit un vecteur non nul et considérons le sous-espace vectoriel ainsi que , la projection orthogonale aux sens hermitien et euclidien sur . On a pour ,

  2. Soit deux vecteurs non nuls, et considérons , la projection orthogonale aux sens hermitien et euclidien sur . On a pour ,

3.2. Quelques applications linéaires

Nous adoptons comme convention de désigner par la même lettre des opérateurs ou des objets agissant sur ou appartenant à des espaces différents pourvu que ceux-ci aient une définition similaire dans leur cadre propre. L’examen des espaces en jeu (le typage) doit lèver les ambiguités sur l’opérateur ou l’objet en question.

Dans cet esprit, notons les vecteurs et,

(13)

Si est la projection hermitienne de sur ou de sur , on a, pour , ,

Toujours dans le même esprit, Pour , resp. , on définit , resp. l’opérateur diagonal dont la diagonale est , resp. , i.e. , pour , resp. , , resp. avec

On a

On définit et les applications -linéaires de conjugaison définies par et . On a .

3.3. L’opérateur de dérivation , l’opérateur de milieu

On définit , , , par les formules, pour ,

(14)
(15)

Le lemme suivant est immédiat, nous donnons les preuves de ces formules dans le paragraphe 10.1.

Lemme 2.
  1. , ,

  2. ,

  3. ,

  4. et , ,

  5. (Formule de Leibniz), pour ou ,

3.4. L’opérateur d’intégration , l’opérateur , intégration par parties

est clairement un isomorphisme de sur , appelons son inverse et étendons linéairement à en posant .

On remarque, entre autres, que , . On pose aussi

De manière analogue, on définit et .

Nous donnerons des formules explicites pour et dans le paragraphe 7.

On vérifie les faits énoncés dans le lemme suivant au paragraphe 10.2, l’intégration par parties étant vue comme une version duale de la formule de Leibniz.

Lemme 3.
  1. , ,

  2. ,

  3. ,

  4. (Intégration par parties)

3.5. Quelques résolutions de systèmes linéaires.

Nous allons résoudre des systèmes linéaires d’un type particulier, se présentant comme un ensemble d’équations linéaires en des inconnues complexes et leurs conjuguées. A titre d’exemple introductif nous retrouvons la formule donnant l’affixe du cercle circonscrit à trois points non alignés du plan.

Proposition 2.

Soit trois points non alignés. Posons

Le centre du cercle circonscrit à est

Démonstration.

Le centre du cercle circonscrit est l’intersection des médiatrices des segments et . est donc solution du système

La première équation étant l’expression de l’orthogonalité des vecteurs et , la seconde, celle de l’orthogonalité des vecteurs et .

Après simplification, en posant, , il s’agit de résoudre le système linéaire d’inconnues

Ce sytème est de déterminant , non nul du fait du non alignement de et les formules de Cramer donnent

et

Nous élaborons maintenant sur ce thème en augmentant le nombre de variables.

Le lemme suivant est un simple exercice d’algèbre linéaire élémentaire, on peut trouver sa démonstration au paragraphe 10.3.

Lemme 4 (Résolution de systèmes linéaires particuliers).

Soient et deux entiers naturels et soit une matrice à coefficients complexes777Pour une matrice, ou un vecteur à coefficients complexes, on note la matrice ou le vecteur dont les entrées sont les conjuguées des entrées de ., lignes, colonnes. On considère les ensembles suivants

alors

  1. est un -sev de , et sont des -sev de , est un -sev de ,

  2. , au sens des -sous-espaces de , avec projections associées888On note la projection sur parallèlement et la projection sur parallèlement

  3. L’application , est un isomorphisme. L’application , est un isomorphisme.

  4. En particulier,