Messiaen et les mathématiques

Athanase Papadopoulos Athanase Papadopoulos, Institut de Recherche Mathématique Avancée
CNRS et Université de Strasbourg
7 rue René Descartes - 67084 Strasbourg Cedex, France et Laboratoire GREAM (Groupe de recherches expérimentales sur l’acte musical), Université de Strabsourg, 5 rue du Général Rouvillois - 67083 Strasbourg Cedex
Résumé.

Nous passons en revue l’utilisation de certaines notions mathématique dans les compositions d’Olivier Messiaen et dans son travail théorique

La version finale de cet article a paru dans l’ouvrage Twentieth-Century Music and Mathematics, R. Illiano (ed.), Brepols, Turnhout, 2019.

Abstract. We review some of Olivier Messiaen’s use of mathematics in his composition and his theoretical writings.
The final version of this paper appeared in the book Twentieth-Century Music and Mathematics, R. Illiano (ed.), Brepols, Turnhout, 2019.





Mots clés : mathematiques et musique, rythme, modes à transpositions limitées, rythme non rétrogradable, contrepoint, permutations symétrique, Olivier Messiaen,
Classification AMS: 00A65 (Mathematics and music)

1. Introduction

Olivier Messiaen a marqué le vingtième siècle par un langage rythmique et modal original et unique, qu’il a transmis à travers ses compositions, ses écrits et ses cours au Conservatoire de Paris. Son œuvre, hautement novatrice, est en même temps ancrée dans des traditions très anciennes, tout particulièrement celles de la musique de l’antiquité grecque, du plein-chant médiéval et de la musique hindoue.

Notre sujet principal dans cet article concerne les mathématiques dans l’œuvre de Messiaen, et il est peut-être utile de rappeler ici qu’en mathématiques, la découverte est toujours ancrée dans une longue tradition, souvent bi-millénaire. Il n’est donc pas étonnant que cela soit aussi le cas en musique, un domaine partageant avec les mathématiques une histoire et un mode de pensée communes, et cela d’autant plus pour la musique de Messiaen, qui a un caractère mathématique prononcé.

Messiaen est né en 1908, c’est-à-dire huit années après le début du dernier siècle, et il est mort en 1992, huit années avant sa fin ; le quadruplet 1900, 1908, 1992, 2000 donne lieu au rythme (8, 84, 8) qui possède une symétrie qui en fait (ce que Messiaen appelle) un rythme non rétrogradable, une notion dont on parlera plus bas.

Sans prétendre rendre compte tant soit peu de l’importance de l’œuvre gigantesque de Messiaen, je me suis limité sans cet article à certains aspects mathématiques de cette œuvre. Ils sont tous basés sur des notions élémentaires : nombres premiers, permutations et autres symétries s’exprimant naturellement en termes de théorie de groupes (même si l’on ne sait pas si Messiaen a explicitement utilisé ce vocabulaire, synonyme de symétrie). Ces notions, bien que très simples, sont au cœur des mathématiques – les mathématiciens professionnels ont horreur de la complication – et elles ont l’avantage d’être intemporelles, c’est-à-dire en dehors des goûts du jour. Il ne s’agit, par exemple, ni de musique fractale, ni de musique quantique, ni de musique aléatoire. Même si Messiaen ne s’est jamais considéré comme un mathématicien – et, à ce propos, il est légitime de se poser la question : qu’est-ce qu’un mathématicien ? – il a utilisé dans sa musique les nombres, les suites de nombres, leurs transformations, et leurs symétries de façon consciente et systématique et il les a mis en valeur dans ses écrits. Plus généralement, il a accordé aux mathématiques une place de premier ordre dans ses compositions et dans son œuvre théorique.

Au-delà de la discussion sur Messiaen développée dans cet article, l’un des thèmes que je voudrais illustrer est que la musique contribue à donner vie et à rendre perceptibles à nos sens des notions dont la nature serait a priori purement abstraite. Enfin, l’article sera aussi l’occasion de passer en revue, même si c’est de façon très brève, certains côtés historiques, philosophiques et théologiques de la pensée de Messiaen.

2. Rythme

Le rythme occupe une place de premier plan dans la musique de Messiaen. Dans un entretien avec le journaliste et critique musical Claude Samuel, publié en 1999, il déclare : « Je considère que le rythme est la partie primordiale et peut-être essentielle de la musique ; je pense qu’il a vraisemblablement existé avant la mélodie et l’harmonie, et j’ai enfin une préférence secrète pour cet élément »111Samuel 1999, p. 101.. L’œuvre théorique monumentale, sur laquelle Messiaen travailla pendant 40 ans et qui fut publiée de manière posthume, s’intitule « Traité de rythme, de couleur, et d’ornithologie ». Dans ce titre, le rythme vient en premier lieu, et le premier tome du traité (375 pages), est entièrement dédié à cette notion. Dans les premières pages de ce volume, Messiaen s’élève contre l’opinion commune qui dit que la musique est faite avec des sons : « Je dis non ! Non, pas seulement avec des sons… La mélodie n’existerait pas sans le Rythme!… La musique est faite d’abord avec des Durées, des Élans et des Repos, des Accents, des Intensités et des Densités, des Attaques et des Timbres, toutes choses qui se regroupent sous un vocable général : le Rythme »222Messiaen 2001, t. 1, p. 40.

S’agissant de rythme, Messiaen ne pensait pas à des rythmes réguliers, mais plutôt aux rythmes libres de la Grèce antique et de l’Inde, à ceux des vagues de la mer, des cascades en montagne, et du vent. Dans un de ses entretiens avec Claude Samuel, il dit: « Je ne fais aucune limitation entre le bruit et le son ; tout cela représente toujours pour moi de la musique »333Samuel 1967, p. 28.. Il est intéressant de noter que l’observation de tels phénomènes naturels a aussi inspiré l’un des plus grands mathématiciens du vingtième siècle, René Thom. Ce dernier raconte dans ses écrits444Thom 1988. que c’est en regardant le déploiement d’une vague qu’il a eu l’idée de celui d’une courbe algébrique dans le plan, qui fut le ferment ce qui est devenu plus tard la théorie des catastrophes. Il se souvenait toujours du moment où il a eu pour la première fois cette idée : étendu sur sa couchette, pendant sa première traversée de l’Atlantique. On n’a pas suffisamment souligné la similarité des modes de pensée de Thom et de Messiaen. Pour l’un comme pour l’autre de ces deux grands penseurs, l’observation des phénomènes du monde réel a servi de ferment aux découvertes les plus abstraites. Signalons au passage que tous deux partageaient une grande sensibilité hellénistique555Papadopoulos 2019A et 2019B..

Les couleurs, deuxième notion à laquelle fait référence le titre du traité de Messiaen, sont celles qu’il associait aux sons et aux combinaisons de sons. Un exemple que l’on donne souvent de musique colorée est celui de la Cité Céleste, une œuvre pour piano, ensemble à vent et percussions qu’il composa en 1963, dont le titre fait référence au livre de l’Apocalypse et qui, selon Messiaen, représente « une rosace de cathédrale aux couleurs flamboyantes et invisibles »666Note d’Olivier Messiaen dans Messiaen 1966..

Enfin, l’ornithologie, dans le titre du traité, fait référence aux oiseaux que Messiaen passait son temps à observer et dont il notait les chants : encore un matériau fondamental de la nature avec lequel il travaillait. Messiaen dit à plusieurs occasions qu’il considérait ces animaux comme les musiciens les plus doués qui existent sur notre planète, et surtout, les meilleurs rythmiciens777Messiaen 2001, t. 1, p. 53.. Ils étaient ses maîtres en musique et il leur rendit hommage dans de multiples compositions. Dans son dialogue avec Samuel, il déclare : « Vous ne trouverez jamais, dans le chant d’oiseaux, une erreur de rythme, de mélodie ou de contrepoint »888Samuel 1999.. Les oiseaux, disait-il souvent, ont tout inventé, y compris l’improvisation collective. « Tout ce que je sais de la mélodie, ce sont les oiseaux qui me l’ont appris... »999Messiaen 2001, t. 1, p. 53.. Et sur le rythme : « La Grive musicienne -- qui est peut-être la reine des oiseaux chanteurs -- possède un chant magique, incantatoire, coupé en petites formules rythmiques très nettes, toujours répétées de 2 à 5 fois, le plus souvent 3 fois (comme dans le rituel des invocations religieuses et les enchantements de la sorcellerie primitive). En dehors de quelques rythmes caractéristiques, les strophes sont toujours nouvelles et l’invention rythmique inépuisable. L’agencement des durées et des nombres, toujours inattendu, imprévu, surprenant, manifeste cependant un sens de l’équilibre tel qu’on a peine à croire à une improvisation. »101010Messiaen 2001, t. 1, p. 54.. L’analyse des Couleurs de la cité Céleste, une œuvre que nous avons mentionnée, révèle qu’elle fait intervenir les chants de 21 oiseaux exotiques111111Mathon 1995..

Le rythme n’est pas étranger aux mathématiques, ne serait-ce que parce que les durées, les repos, les intensités, les densités, etc. qui font partie des caractéristiques d’un rythme se mesurent avec des nombres.

Pour aborder de manière plus précise certains aspects mathématiques du rythme, nous allons considérer ce dernier comme une suite de durées, c’est-à-dire comme un « découpage du temps », expression qui prend toute sa valeur sous la plume de Messiaen, qui d’ailleurs commence son Traité par une longue étude sur le Temps : temps absolu, temps relatif, temps biologique, temps cosmologique, temps physiologique, temps psychologique, etc., avec de longues digressions sur la notion de Temps dans la mythologie, dans la Bible, chez Einstein, Bergson et d’autres. Signalons en passant que Messiaen a utilisé la notion de rythme dans un sens beaucoup plus élargi, qui n’est pas confiné à la musique ; il voyait le rythme dans la nature, pas seulement dans les sons mais aussi dans les formes. Il le lisait par exemple dans les ailes des papillons. Il écrit dans son Traité de rythme, de couleur et d’ornithologie : « Il doit exister quelque part un musée des formes rythmiques, des archétypes de la branche, de la feuille et de la fleur, qui seraient en même temps l’origine de toutes les formes et de tous les rythmes connus »121212Messiaen 2001, t. 1, p. 56.. Les « formes » dans la nature, c’était aussi l’objet d’étude et de pensée par excellence de Thom, que l’on a mentionné plus haut.

Messiaen se définissait d’abord comme rythmicien. Il aimait les rythmes de la Grèce antique et de l’Inde, à cause de leurs propriétés arithmétiques, mais aussi et surtout pour la grande liberté que leur utilisation lui offrait. On est loin des rythmes monotones et réguliers à trois temps, à quatre temps, etc., et même si les rythmes grecs et hindous sont structurés et classés, le nombre de possibilités qu’ils offrent à l’intérieur d’une même composition est infini ; on n’est pas limité par une règle uniforme a priori. Ils sont à l’image des mathématiques qui, loin de confiner la pensée dans un cadre délimité, lui fournissent un espace de liberté infinie. Messiaen déclare, à propos du Vent de l’Esprit, dernière pièce de la Messe de la Pentecôte, qu’il « mélange la chose la plus vivante, la plus libre qui soit : un chant d’Alouette -- avec une combinaison rythmique de la plus extrême rigueur »131313Cité dans Ide 1999..

Quelques rappels sur les rythmes grecs sont peut-être utiles ici.

On sait que dans la Grèce antique, la musique accompagnait la poésie. Ainsi, le rythme musical suivait celui de la déclamation. Il y avait deux sortes de durées pour les notes, des durées longues, correspondant aux syllabes longues, et des durées brèves, correspondant aux syllabes brèves. Les mesures (si l’on peut parler de mesure), y sont de longueur inégale ; elles sont comparables aux respirations entre les phrases du langage parlé, ou déclamé. C’est une liberté que le chant grégorien avait préservée (« rythmique verbale ») et que Messiaen utilisa dans toutes ses compositions. Le rythme en ce sens, comme succession de durées longues et brèves, s’appelle mètre ou métrique. Les différents types de métriques grecques furent analysés et classés par les théoriciens grecs de la musique, en particulier par Aristoxène de Tarente, le grand musicologue du 4ème siècle av. J. C. Messiaen est probablement le principal compositeur du 20e siècle à avoir sérieusement ravivé l’usage d’une telle musique, dans ses compositions ainsi que dans son enseignement théorique, même si, comme il dit lui-même, cette tradition n’avait pas été complètement perdue dans la musique occidentale, puisqu’on en retrouve des traces dans la musique folklorique roumaine et chez certains compositeurs comme Ravel ou Stravinski. Le tome 1 du Traité de Rythme, de couleur et d’ornithologie contient un chapitre de 170 pages sur la métrique grecque. Par son usage du rythme, Messiaen se sentait proche des Orientaux : « Les Orientaux sont tous rythmiciens, les Hindous plus que tous les autres réunis. Les Occidentaux sont plus harmonistes que rythmiciens »141414Messiaen 2001, t. 1, p. 30..

Une autre caractéristique de la métrique grecque, qui était rarement utilisée dans la musique classique occidentale quand Messiaen a entrepris da formation, est qu’elle utilise souvent des rythmes dont la durée totale est un nombre premier (en particulier 5, 11 et 17) . Un exemple de rythme à 5 temps est le rythme Crétique (ou Crétois), représenté par la suite 2, 1, 2 (c’est-à-dire deux longues, une brève et deux longues) et ses permutations : 2, 2, 1 et 1, 2, 2. Cet exemple nous introduit directement à deux notions importantes dans le monde musical de Messiaen. La première est manifestée par la symétrie centrale de la suite 2, 1, 2, qui en fait un exemple de ce que Messiaen appelle rythme non rétrogradable, que l’on a déjà mentionné dans l’introduction de cet article, et dont on reparlera encore plus loin. Le rythme 2, 1, 2 s’appelle Amphimacros, qui veut dire (comme l’explique Messiaen) « longue entrourant la brève ». L’autre notion, sur laquelle on reviendra aussi plus loin, est celle de permutation, que l’on a appliqué ici à une suite de durées.

Passons maintenant aux rythmes hindous, et commençons par nous poser la question : Pourquoi Messiaen s’est-il intéressé à la musique hindoue ? Il nous en donne lui-même des éléments de réponse. Il écrit, dans le tome 1 de son Traité151515Messiaen 2001, t. 1, p. 258. : « La musique hindoue est celle qui est certainement allée le plus loin dans le domaine rythmique et spécialement dans l’ordre quantitatif (combinaisons des longues et des brèves). Les rythmes hindous, d’un raffinement, d’une subtilité sans égals, laissent loin derrière eux nos pauvres rythmes occidentaux avec leurs mesures isochrones, et leurs perpétuelles divisions et multiplications par 2 (quelquefois par 3). »

Comme dans le cas des rythmes grecs, les rythmes hindous foisonnent dans les compositions de Messiaen, et leur étude occupe dans le tome 1 de son Traité une partie aussi importante que des rythmes grecs. Messiaen y dresse le tableau des 120 Deçî-Tâlas161616En hindou, Deçî= rythme ; Tâla = province. Ainsi, Deçî-Tâla veut dire rythme des différentes provinces (explication de Messiaen). Un catalogue de 120 talas avait été compilé par le musicologue indien du 13e siècle Sharngadeva ; c’est celui que Messiaen reprend. Ce dernier en avait déjà utilisé plusieurs, même avant de savoir qu’ils existaient dans la musique hindoue., des 36 rythmes de la radition karnâtique, et d’autres groupes de rythmes hindous. Ces rythmes peuvent être vus comme des suites de nombres ayant des propriétés arithmétiques, et ces dernières exerçaient une grande fascination sur Messiaen. Dans ses entretiens avec Pierre Samuel171717Samuel 1999, p. 118., répondant à une question sur les Deçî-Tâlas, Messiaen dit : « De toutes façons, j’étais orienté vers ces recherches, vers les divisions asymétriques, et vers un élément qui se rencontre dans la métrique grecque et dans les rythmes de l’Inde : les nombres premiers. Quand j’étais enfant, j’aimais déjà les nombres premiers, ces nombres qui, par le simple fait qu’ils ne sont pas divisibles en fractions égales, dégagent une force occulte, puisque vous savez que la Divinité est indivisible… » Le tableau des Deçî-Tâlas que Messiaen donne dans son Traité foisonne de rythmes dont la somme des durées est un nombre premier (on trouve par exemple les entiers 5, 7, 11, 17, 19, 37). Il écrit dans le tome 1, p. 266 : « L’impossibilité de la division d’un nombre premier (autre que par lui-même et par l’unité) leur confère une sorte de puissance qui est très effective dans le domaine du rythme. »

Une autre propriété arithmétique, que l’on retrouve dans certains Deçî-Tâlas est celle de rythme consistant en une suite de durées suivie de son augmentation, par exemple la suite 1, 1, 1, 2, 2, 2 (Tâla No. 73), qui est formé par la suite 1, 1, 1, suivie de son augmentation par multiplication par 2. Inversement, certains rythmes sont suivis par leur diminution, parfois de nouveau par la diminution de leur diminution, etc., comme dans l’exemple 4, 4, 2, 2, 1, 1 (Tâla No. 115)

On trouve aussi des combinatoires plus complexes, par exemple le rythme 1, 3, 2, 3, 3, 3, 2, 3, 1, 3 (Tâla No. 27) où les durées d’ordre pair sont toutes égales entre elles, alors que les durées d’ordre impair forment une suite croissante puis décroissante, de façon régulière.

On trouve aussi dans les Deçî-Tâlas plusieurs exemples de rythmes non rétrogradables, une propriété que l’on a rencontrée dans la métrique grecque, c’est-à-dire des rythmes formés par une suite de durées suivie de la suite symétrique (avec éventuellement une valeur commune au centre). On retrouve par exemple le rythme grec Amphimacre, 2, 1, 2 (Tâla No. 58), dont Messiaen dit qu’il est « le plus simple et le plus naturel des rythmes non rétrogradables, étant basé sur le nombre 5, le nombre des doigts de la main » (t. 1 p. 289). D’autres rythmes non rétrogradables dans les Deçî-Tâlas sont par exemple 2, 2, 1, 1, 2, 2 (Tâla No. 26), ou 1, 1, 2, 2, 1, 1 (Tâla No. 80), ou 2, 1, 1, 1, 1, 2 (Tâla No. 111), et il y en a plusieurs d’autres. On reviendra plus loin sur l’importance de ces rythmes.

Messiaen a mis en valeur la notion de rythme non rétrogradable très tôt dans ses compositions, et il y a attaché une importance capitale dès ses premiers écrits théoriques (Technique de mon langage musical, publié en 1944)181818Messiaen 1944.. Un tel rythme est représenté par une suite de durées ayant la propriété que, quand on la lit de gauche à droite ou de droite à gauche, on obtient la même suite. Il est bon de rappeler ici que la rétrogradation est un procédé classique en contrepoint (qui est l’art de transformer et de superposer des lignes mélodiques). Ce procédé consiste à lire un certain motif musical à l’envers (c’est-à-dire en commençant par la dernière note et en terminant par la première). Le motif initial s’appelle alors motif en mouvement direct, et le transformé s’appelle motif rétrograde. Ainsi, on peut voir un rythme non rétrogradable comme la juxtaposition d’un rythme en mouvement direct suivi de son mouvement rétrograde (avec éventuellement une valeur commune au milieu). La rétrogradation, comme technique de contrepoint, est utilisée et enseignée depuis le 14ème siècle. Avant Messiaen, elle était appliquée à une ligne mélodique, c’est-à-dire une suite de hauteurs. Avec Messiaen, elle acquiert un caractère plus abstrait ; elle est appliquée au rythme, indépendamment de la hauteur des notes. L’auditeur de la musique de Messiaen est appelé à sentir la rétrogradation d’un motif musical uniquement au niveau des durées, sans qu’il y ait de correspondance régulière (égalité, transposition, symétrie, etc.) entre les hauteurs des notes (comme fréquences) du motif en mouvement direct avec celles du motif en mouvement rétrograde.

Dans le tome 1 de son Traité191919Messiaen 2001, t. 1, p. 26., Messiaen, cite 8 mesures ssuccessives de la « Danse de la fureur, pour les sept trompettes » (6e mouvement de son Quatuor pour la fin du Temps), dont les rythmes sont non rétrogradables, et qui sont respectivement

(l’unité de base étant la double croche). Messiaen note dans son analyse que les valeurs totales des durées dans les mesures 3 et 14 sont de 19 double croches, et dans les mesures 5, 6 et 7 cette valeur est de 13 double croches, en faisant remarquer que 19 et 13 sont des nombres premiers.

Il est naturel pour qui ne connaît pas l’œuvre de Messiaen de se demander pourquoi les rythmes non rétrogradables sont intéressants. Messiaen répond lui-même à cette question, et il donne deux réponses, la première d’ordre esthétique et la seconde, philosophique aussi, concernant le Temps. Dans sa Technique de mon langage musical202020Messiaen 1944., Messiaen parle du charme que peut produire un rythme non rétrogradable sur l’auditeur de sa musique. En fait, il parle en même temps de ce charme et de celui produit par ses modes à transpositions limitées. Même si l’on n’a pas encore rappelé la définition de ces modes, on peut signaler que Messiaen décrit les rythmes non rétrogradables et les modes à transpositions limitées comme des impossibilités mathématiques, impossibilté dans le domaine rythmique, car, comme il dit, il est impossible de les rétrograder, puisqu’en les rétrogradant on obtient le même rythme, et impossibilité dans le domaine modal, puisqu’on ne peut transposer au-delà d’un certain petit nombre de fois212121« Un point fixera d’abord notre attention : le charme des impossibilités… Ce charme, à la fois voluptueux et contemplatif, réside particulièrement dans certaines impossibilités mathématiques des domaines modal et rythmique. Les modes, qui ne peuvent se transposer au-delà d’un certain nombre de transpositions parce que l’on retombe toujours dans les mêmes notes ; les rythmes, qui ne peuvent se rétrograder parce que l’on retrouve alors le même ordre des valeurs… » (Messiaen 1944, vol.1 p. 5)..

À la page 13 du même traité, Messiaen décrit les impressions que font ces impossibilités sur l’auditeur de sa musique : « Pensons maintenant à l’auditeur de notre musique modale et rythmique ; il n’aura pas le temps, au concert, de vérifier les non-transpositions et les non-rétrogradations, et à ce moment-là, ces questions ne l’intéresseront plus : être séduit, tel sera son unique désir. Et c’est précisément ce qui se produira : il subira malgré lui le charme étrange deux impossibilités : un certain effet d’ubiquité tonale de la non-transposition, une certaine unité de mouvement (où commencement et fin se confondent parce qu’ils sont identiques) dans la non-rétrogradation, toutes choses qui l’amèneront certainement à cette sorte d’“arc-en-ciel théologique" qu’essaie d’être le langage musical dont nous cherchons édification et théorie. »

Une autre raison pour laquelle les rythmes non rétrogradables étaient chers à Messiaen est révélée dans le tome 2 de son Traité. Qu’on le lise de droite à gauche ou de gauche à droite, dit-il, un tel rythme ne change pas, ce qui fait de lui un rythme qui n’a ni commencement ni fin. Messiaen dit que l’une des forces de ces rythmes réside dans le fait que « comme le Temps, le rythme non rétrogradable est irréversible. Il ne peut pas revenir en arrière, sous peine de se répéter… L’avenir et le passé sont en miroir l’un par rapport à l’autre ».

Pour terminer avec la notion de rythme, disons un mot sur le symbolisme du nombre dans le rythme. Bien que cela ne fasse pas partie des mathématiques proprement dites, il est bien connu que d’anciennes écoles mathématiques étaient attachées au symbolisme du nombre (on pense en particulier à celle de Pythagore). La rythmique hindoue foisonne de symbolisme du nombre. Par exemple, un rythme à quatre temps, comme 1, 1, 1, 1 (Tâla No. 99) s’appelle gaja, qui en sanscrit veut dire éléphant222222Dans le tableau qu’il a dressé des 120 Deçî-Tâlas, Messiaen indique toujours le nom en sanscrit, la traduction française de ce nom, puis les caractéristiques rythmiques, symboliques et autres.. Messiaen explique232323Messiaen 2001, t. 1, p. 299. que dans la culture hindoue, l’éléphant est la manifestation de la force physique. « Ses quatre lourdes pattes et sa lourde et puissante démarche sont représentées par quatre durées ». L’éléphant est symbolisé aussi par d’autres rythmes à quatre durées, par exemple 1, 1, 1, 3/2 (Tâla No. 18), appelé gajalîla, c’est-à-dire « jeu de l’éléphant », la dernière valeur, plus longue que les trois autres, reproduisant dans ce cas la lourdeur de la démarche de l’éléphant242424Messiaen 2001, t. 1, p. 276.. Comme autre exemple , signalons le Tâla No. 105, composé de 7 durées, successivement 2, 2, 2, 3, 3, 3, 1 et qui s’appelle Candrakalâ, ce qui veut dire « beauté de la lune ». Messiaen252525Messiaen 2001, t. 1, p. 309. pense que ce rythme comprend trois parties, d’abord 2, 2, 2 symbolisant la terre, puis 3, 3, 3 symbolisant le soleil, et enfin 1 symbolisant la lune.

Le Tâla No. 27, que l’on a déjà mentionné, 1, 3, 2, 3, 3, 3, 2, 3, 1, 3, dans lequel s’entrecroisent une suite constante et une suite croissante puis décroissante, a pour Messiaen une « importance extrême »262626Messiaen 2001, p. 317.; il représente, selon lui, l’« union du Temps et de l’Eternité ». Déjà utilisé consciemment ou inconsciemment, par Stravinski, dans le Sacre du Printemps, Messiaen dit que ce rythme est à la base de sa théorie des personnages rythmiques.

Il faut mentionner aussi le contrepoint de rythme, une théorie que Messiaen utilisa dans ses pièces et qu’il développa dans ses traités théoriques. À l’origine, le contrepoint est l’art de transformer et de superposer des lignes mélodiques, et Messiaen en a fait là aussi, une théorie propre aux rythmes.

Classiquement, il y a trois opérations élémentaires dans le contrepoint mélodique : la rétrogradation, l’inversion et la transposition. Parmi ces opérations, seule la première affecte le rythme. En contrepartie, il y a d’autres transformations de contrepoint qui sont propres au rythme, en particulier l’augmentation et la diminution. Elles consistent à changer les valeurs des durées d’un certain motif mélodique en les multipliant par un facteur constant (on dit que l’on a une imitation par augmentation si ce facteur est plus grand que 1, et par diminution s’il en est plus petit). Avec Messiaen, l’augmentation et la diminution ont acquis un caractère plus abstrait que dans le contrepoint classique parce qu’elles sont appliquées aux valeurs rythmiques seulement, c’est-à-dire sans que le nouveau motif mélodique ait forcément une relation avec l’ancien. Citons par exemple la pièce No. V des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus (1944) où l’on trouve, au début de la pièce, des augmentations de rythmes par multiplication par 3/2, alors que le motif et son augmentation sont complètement différents du point de vue mélodique ; ils sont même écrits dans des modes différents, et ils forment ce que Messiaen appelle un canon rythmique.

Plusieurs transformtions de rythmes préservant la propriété d’être non rétrogradables, sont décrites par Messiaen dans le tome 2 du Traité (p. 41). Ce sont celles d’amplification symétrique et d’élimination symétrique des extrêmes. L’amplification symétrique consiste à ajouter à une formule rythmique donnée une autre formule et son renversement, respectivement d’un côté et de l’autre de la formule initiale. Par exemple, au No. XX des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus, le premier thème, exposé à la mesure 2, est un thème très court dont la formule rythmique est 2, 1, 2 (rythme non rétrogradable, où l’unité est ici aussi la double croche ; en d’autres termes on a la suite croche, double croche, croche). Ce thème est amplifié à la mesure 4, où il devient 2, 2, 2, 1, 2, 2, 2. Il est amplifié de nouveau, de manière différente à la mesure 6, où il devient 2, 2, 2, 1, 2, 1, 2, 2, 2. On retrouve ce même rythme, avec les mêmes amplifications, plus loin dans la pièce (mesure 82) :

On peut mentionner aussi les opérations d’agrandissement et de diminution de la valeur centrale, qui toutes deux préservent le caractère non rétrogradable. Plusieurs exemples sont donnés dans le tome 2 du Traité.

Les techniques du contrepoint classique sont utilisées en particulier pour écrire des canons, et Messiaen a inclus dans ses pièces des canons de rythmes. Là aussi, les exemples sont multiples et plusieurs pièces des Vingt Regards contiennent des canons de rythmes non rétrogradables. Par exemple, la pièce No. 5 en contient plusieurs. Sur la partition de l’œuvre, Messiaen a indiqué certains de façon explicite, pour en faciliter l’analyse, les sujets et contre-sujets de ces canons, ainsi que les différentes transformations qu’il leur a appliquées.

Retenons aussi que même si l’écriture de Messiaen possède une rigueur tout à fait mathématique, et même si Messiaen demande à son lecteur et à son interprète de « lire et exécuter exactement les valeurs marquées »272727Messiaen 1944 chap. II. sa musique exclut la monotonie. Dans ses dialogues avec Pierre Samuel282828Samuel 1999, p. 102., il dit : « Une musique rythmique est une musique qui exclut la répétition, la carrure et les divisions égales, qui s’inspire en somme des mouvements de la nature, mouvements de durées libres et inégales », et un peu plus loin (p. 103) : « La musique militaire est la négation du rythme ». Pour Messiaen292929Messiaen 2001, p. 42., si dans le rythme il y a une périodicité, c’est « la vraie périodicité, celle des vagues de la mer, le contraire d’une répétition pure et simple. Chaque vague est différente de la précédente et de la suivante, par son volume, sa hauteur, sa durée, la lenteur et la briéveté de sa formation, la puissance de son climax, la prolongation de sa chute, de son écoulement, de son éparpillement ».

Pour conclure cette section sur les rythmes, notons que même si Messiaen parle d’un côté de rythmes qui sont « pensés pour le seul plaisir intellectuel du nombre » (t. 1 p. 51), un plaisir qui peut sembler froid et dépourvu de lyrisme, il compare d’un autre côté la beauté de certains rythmes qui sont construits de manière rigoureuse, sur des structures mathématiques, à la beauté de certains visages, à celle des jardins à la française, à celles des cathédrales romanes et à celle des ailes des papillons.

3. Les modes à transpositions limitées

La seconde impossibilité mathématique dont parle Messiaen dans le passage qu’on a cité de sa Technique de mon langage musical est celle des modes à transpositions limitées.

Rappelons d’abord le sens du mot mode. Messiaen, dans son Traité, fait un exposé de la relation entre mode et couleur. Adhérer complètement à son explication requiert une certaine faculté mentale (que Messiaen avait) : celle de pouvoir associer des couleurs à des notes ou ensemble de notes303030voir, par exemple, Samuel 1999, p. 95, le chapitre intitulé des sons et des couleurs.. Faute de cela, on est obligé d’avoir recours à une définition plus terre-à terre, d’un mode comme une suite de notes musicales distinctes, qui permet de décrire l’ « atmosphère » d’une œuvre, ou celle de l’endroit de l’œuvre où l’on se trouve (une œuvre pouvant être polymodale). Pour utiliser un langage « mathématique », un mode donne une première approximation de l’œuvre. Les tonalités majeure et mineure sont des approximations (assez rudimentaires) d’une telle notion, qui s’appliquent à la musique tonale c’est-à-dire celle de l’occident d’après la Renaissance, et jusqu’au début du 20ème siècle. La Grèce et l’Inde antiques connaissaient des modes variés et riches. Les modes du plain-chant et ceux du chant byzantin trouvent leurs racines dans ceux du chant grec antique. Un retour à la musique modale, que l’on voit apparaître déjà vers la fin du dix-neuvième siècle dans les œuvres de Fauré, Satie et Debussy, met à la disposition du compositeur l’infinie variété de ces modes anciens.

Il est naturel d’exprimer ces modes (et leurs transpositions) dans le langage mathématique du groupe des entiers modulo 12, de même qu’il est usuel d’expliquer les opérations de transposition en utilisant ce même langage.

Techniquement parlant, un mode à transpositions limitées est un ensemble de notes de la gamme tempérée à 12 sons ayant la propriété que quand on transpose cette suite par un certain intervalle « petit » en un sens à préciser, on retombe sur la même suite, les notes étant considérées à octave près313131Rappelons Rameau est le premier à avoir pris dans ses axiomes de la musique et théorisé l’identification de deux notes à une octave près (Rameau 1750), même si cette identification existait, du point de vue de la pratique, longtemps avant lui (les hommes et les femmes chantant simultanément « à l’unisson » alors qu’ils chantent à une octave près)..

On commence par représenter les 12 notes de la gamme chromatique, do, do dièse, ré, ré dièse, mi, fa, fa dièse, sol, sol dièse, la, la dièse, si, par la suite des nombres entiers (modulo 12) 0, 1, 2, 3, … 11. Un mode, étant une suite de notes distinctes parmi les 12 notes de la gamme chromatique définies à une octave près, devient un sous-ensemble de l’ensemble .

L’ensemble des entiers modulo 12 est muni d’une opération d’addition naturelle, le résultat de l’addition de deux nombres étant soit le nombre obtenu par l’opération d’addition ordinaire, ou bien (si ce nombre dépasse 11), ce même nombre auquel on a retranché 12.

L’opération de transposition au niveau des notes, correspond alors, au niveau de la représentation des notes par des entiers modulo 12, à une translation dans le groupe des entiers modulo 12 (appelée translation modulo 12).

Un mode à transpositions limitées à sa première transposition devient doc un sous-ensemble cycliquement ordonnée de l’ensemble commençant par 0 et invariante par une « petite » translation modulo 12, à permutation circulaire près. Messiaen retient sept modes à transpositions limitées particuliers, que l’on va décrire maintenant, à leur première transposition. Notons tout de suite que cette classification en sept modes est distincte de toutes celles des modes connus avant Messiaen (que ce soit les modes de la Grèce antique, de l’Inde, de la Chine ou du chant grégorien).

La liste des sept modes de Massian est la suivante :

Premier mode.— Il est « deux fois transposable », c’est-à-dire, en langage mathématique, invariant par la translation par 2. Du point de vue musical, c’est la gamme de tons, qui fut largement utilisée par Debussy (et que l’on appelle parfois la « gamme de tons de Debussy »). En d’autres termes, c’est la suite de notes

Utilisant le langage des entiers modulo 12, c’est la suite

À une permutation circulaire près, elle est invariante par la translation par 2 modulo 12.

Second mode.— Ce mode est « trois fois transposable », c’est-à-dire invariant par translation par 3. Il est représenté par la suite de notes

do, do dièse, ré dièse, mi, fa dièse, sol, la, la dièse

ou, de manière équivalente, par la suite d’entiers modulo 12

Messiaen utilisait ce mode de façon systématique. Il dit qu’on le trouve « à l’état de timide ébauche » dans la musique de Rimski-Korsakov, Scriabine, Ravel et Stravinski.

Troisième mode.— Ce mode est « quatre fois transposable », c’est-à-dire invariant par la translation par 4. Il est représenté par la suite de notes

do, ré, ré dièse, mi, fa dièse, sol, sol dièse, la dièse, si

ce qui correspond à la suite d’entiers modulo 12

Les quatre derniers modes (les modes 4, 5, 6 et 7) sont « six fois transposables », c’est-à-dire que chacun d’eux est invariant par la translation par 6 modulo 12. Ils sont représentés respectivement par les notes, ou suites d’entiers suivants :

Quatrième mode.—

do, do dièse, ré, fa, fa dièse, sol, sol dièse, si

ou

Cinquième mode.—

do, do dièse, fa, fa dièse, sol, si

ou

Sixième mode.—

do, ré, mi, fa, fa dièse, sol dièse, la dièse, si

ou

Septième mode.—

do, do dièse, ré, ré dièse, mi, fa dièse, sol, sol dièse, la, si

ou

La liste des modes à transpositions limitées s’arrête aux modes six fois transposables car 6 est le plus grand diviseur de 12 qui ne soit pas égal à 12.

Cette liste de 7 modes n’est pas exhaustive par rapport aux propriétés mathématiques que l’on a mentionnées. Messiaen d’ailleurs donne lui-même une liste de suites de notes de la gamme chromatique qui ne sont pas des transpositions des modes 4, 5, 6 ou 7, et qui sont pourtant six fois transposables323232Messiaen 2001, p. 54., mais il les considère comme des modes tronqués, et non pas de vrais modes.

Dans la correspondance mode-couleur établie par Messiaen, chacun des sept modes qu’il considère, à chacune de ses transpositions, correspond à une certaine couleur bien définie. Nous avons mentionné le « charme des impossibilités » des modes à transpositions limitées. Selon Messiaen, ces modes « réalisent dans le sens vertical (transposition) ce que les rythmes non rétrogradables réalisent dans le sens horizontal (rétrogradation) »333333Messiaen 1944, p. 13.. Mathématiquement parlant, toutes ces impossibilités s’expriment par des symétries. La notion d’nvariance par un groupe de transformations est équivalent à celle de symétrie.

Il existe une troisième « impossibilité mathématique » dont Messiaen ne parle pas dans sa Technique, mais il le fait quelques années plus tard, dans son Traité : c’est celle des permutations symétriques, dont on va parler maintenant.

4. Permutations symétriques

Messiaen appelle permutation symétrique une permutation (d’un nombre fini d’objets) ayant la propriété que quand on la répète un petit nombre de fois, on retombe sur l’identité. En termes mathématiques, l’ordre du groupe cyclique que cette permutation engendre est petit. C’est la même notion qui intervient dans les modes à transpositions limitées. Le sens de l’adjectif « petit » peut être pris dans le sens de pouvoir être décelé par un auditeur de la musique.

Les permutations, en général, jouent un rôle déterminant dans la musique de Messiaen. À partir d’une suite de notes, de durées, de nuances, etc., on peut en obtenir une autre par permutation; par exemple, à partir de la suite de durées croche noire noire, on obtient, par permutation circulaire vers la droite, noire noire croche ; en appliquant de nouveau la même permutation, on obtient noire croche noire, et une troisième fois la même, croche noire noire. Ainsi, la permutation que l’on itère ici est d’ordre trois. La rétrogradation (le fait de lire la suite en sens inverse) est un cas particulier de permutation ; elle est d’ordre deux. Une permutation peut s’appliquer au rythme comme à d’autres paramètres de la musique. Pour que l’effet de toutes les permutations d’une suite finie d’objets soit exploitable en musique (ou, du moins, pour qu’il soit perceptible à l’oreille), il faut que le nombres d’objets soit assez petit – ne dépassant pas 4 ou 5. Dès que le nombre d’objets est grand, le nombre total de permutations est trop grand pour que cet ensemble soit utilisable. C’est pour cela que Messiaen propose de se limiter à un petit nombre de permutations, en utilisant des permutations d’ordre petit. C’est ce qu’il entend par « permutation symétrique ».

Dans ce cadre, une pièce que l’on donne souvent en exemple est la Chronochromie (Couleur du temps), dans laquelle Messiaen applique une permutation symétrique à un rythme à 32 durées. Il part du rythme défini par la suite chromatique de durées, commençant à la triple croche et notée 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; … ; 32. (La première valeur est la triple croche, la seconde est 2 triples croches, etc.) Messiaen utilise la permutation suivante : 3 ; 28 ; 5 ; 30 ; 7 ; 32 ; 26 ; 2 ; 25 ; 1 ; 8 ; 24 ; 9 ; 23 ; 16 ; 17 ; 18 ; 22 ; 21 ; 19 ; 20 ; 4 ; 31 ; 6 ; 29 ; 10 ; 27 ; 11 ; 15 ; 14 ; 12 ; 13. Ainsi, appliquée à notre suite chromatique de durées, cette permutation donne une suite de durées valant, dans l’ordre, 3 triples croches, 28 triple croches, 5 triple croches, etc. La même permutation est appliquée à la suite obtenue, et ainsi de suite. Dans tome 3 de son Traité, p. 15 à 66, Messiaen dresse un tableau complet de la suite des itérés ainsi obtenue ; il en ressort que cette suite n’a que 36 éléments. En d’autres termes, en appliquant la même permutation 36 fois, on retombe sur la suite initiale de durées : 1 ; 2 ; 3 ; … ; 32.

Il existe un type de permutations auquel Messiaen attache une importance particulière (et qui est peut-être à l’origine de l’expression « permutation symétrique ») : on part du milieu d’une suite d’objets (par exemple d’un rythme) et l’on prendre ensuite dans l’ordre un objet de part et d’autre, en partant du centre jusqu’aux extrémités. Une telle permutation est d’ordre petit.

Par exemple , pour une permutation de trois objets notés 1 ; 2 ; 3, en faisant la mouvement dans le sens gauche-droite, on obtient la permutation 2 ; 1 ; 3. En itérant une fois, on retombe sur 1 ; 2 ; 3. La permutation considérée est donc d’ordre deux.

Pour un ensemble de 4 objets, ce procédé de permutation symétrique donne successivement les suites (1 ; 2 ; 3 ; 4), (2 ; 3 ; 1 ; 4), (3 ; 1 ; 2 ; 4), (1 ; 2 ; 3 ; 4). La permutation est donc d’ordre 4.

Messiaen résume avec les mots suivants ce procédé d’obtention de permutations d’ordre petit : « Il s’agit d’un procédé qui correspond exactement à ce que j’appelle, dans les modes, les modes à transpositions limitées, et, dans les rythmes, les rythmes non rétrogradables. C’est un procédé qui repose sur une impossibilité. Ce sont des durées qui se succèdent dans un certain ordre et que l’on relit toujours dans l’ordre de départ; prenons, par exemple, une gamme chromatique de trente-deux durées : on les intervertit selon un ordre choisi, on numérote le résultat de un à trente-deux, puis on relit ce résultat dans le premier ordre, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on retrouve la gamme chromatique des trente-deux durées de départ. Ce système produit des rythmes intéressants et très étranges, mais il présente surtout l’avantage d’éviter un nombre absolument fabuleux de permutations. Vous savez qu’avec le chiffre douze, tellement aimé des sériels, le nombre des permutations est 479 001 600 ! Il faudrait des années pour les écrire. Tandis qu’avec mon procédé, on peut, avec des chiffres plus importants – trente-deux ou soixante-quatre -- obtenir les meilleures permutations, supprimer les permutations secondaires qui n’aboutissent qu’à des répétitions, et travailler sur un nombre de permutations raisonnable, pas très loin du chiffre de départ »343434Samuel 1999, p. 119.. Messiaen explique ainsi le nom de la pièce : « Les durées et les permutations de durées rendues sensibles par des colorations sonores : c’est bien une « couleur du temps, une chronochromie »353535Samuel 1999, p. 222..

On pourrait parler aussi des mathématiques sous-jacentes aux techniques que l’on a appelées « super-sérielles » dans la musique de Messiaen, qui, généralisent les techniques sérielles développées au départ par Arnold Schoenberg et son école, pour les séries à 12 sons. Messiaen utilisa ces techniques de façon épisodique et il ne les considéra pas comme importantes. Il déclara notamment : « J’ai été très contrarié de l’importance absolument démesurée que l’on a accordée à une petite œuvre, qui n’a que trois pages et qui s’appelle Mode de valeurs et d’intensités, sous le prétexte qu’elle aurait été à l’origine de l’éclatement sériel dans le domaine des attaques, des durées, des intensités, des timbres, bref, de tous les paramètres musicaux. Cette musique a peut-être été prophétique, historiquement importante, mais musicalement, c’est trois fois rien... »363636Samuel 1999, p. 72..

On peut parler de nouveau de symbolisme du nombre.

Indépendamment des techniques mathématiques qu’il a introduites, Messiaen aimait les nombres et leur attachait des valeurs symboliques, dans la tradition des Pythagoriciens, qui sont les fondateurs de la première école mathématique connue et digne de ce nom. Le tome 3 de son Traité contient plusieurs pages concernant ce sujet, dans lesquelles il explique par exemple que le nombre 1 symbolie l’unité divine, le nombre 3 la Sainte Trinité, le nombre 7 la création, et le nombre 10 la décade pythagoricienne, qui en même temps est Dieu et le monde (3+7). Comme le fit Jean-Sébastien Bach avant lui, Messiaen a introduit ces symboles dans sa musique. Il nous dit par exemple : « La Transfiguration se divise en deux groupes de sept pièces : j’ai adopté le chiffre symbolique de sept, que l’on trouve constamment dans la Bible, et en particulier dans l’Apocalypse »373737Samuel 1999, p. 232.. En parlant des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus (texte accompagnant l’enregistrement Erato, avec Yvonne Loriod au piano), il écrit : « Les numéros des pièces sont ordonnés par les contrastes de temps, d’intensité, de couleur – et aussi par des raisons symboliques… » Par exemple, le Regard du Temps porte le numéro 9, car « le Temps a vu naître en lui celui qui est éternel, en l’enfermant dans les 9 mois de la maternité », etc. Dans la préface de la partition du Quatuor pour la fin du Temps (Ed. Durand), Messiaen explique le choix de la numérotation et du nombre total des mouvements de cette pièce (8) par la symbolique de ces nombres.

5. Conclusion

S’il passait beaucoup de temps à compter, transformer et réfléchir sur des suites de nombres. S’il utilisait consciemment les mathématiques dans ses compositions, ce n’est pas seulement dans le but de produire des effets nouveaux. Il aimait cette science parce qu’il sentait qu’elle fait partie d’un monde abstrait immuable, en dehors du Temps. C’est pour cette raison qu’il accorde au nombre une place importante dans son Traité, au même titre que la mémoire, l’éternité et le cosmos.

Artiste, observateur de la nature – les oiseaux en particulier – et aimant les mathématiques, Messiaen nous fait penser à Léonard de Vinci, qui, à un moment de sa vie a délaissé la peinture pour approfondir ses connaissances en mathématiques. Gabriel Séailles, son biographe connu, dans son livre Léonard de Vinci, l’artiste et le savant : 1452-1519 : essai de biographie psychologique, cite une lettre du Révérend Petrus de Nuvolaria à la Duchesse de Milan Isabelle d’Esté, une figure connue de la Renaissance italienne, dans laquelle il écrit, à propos de l’artiste : « Ses études mathématiques l’ont à ce point dégoûté de la peinture, qu’il supporte à peine de prendre une brosse. » Séailles cite aussi Sabba da Castiglione, un auteur humaniste contemporain de Leonardo, qui écrit à propos de ce dernier: « Quand il devait se consacrer à la peinture, où sans aucun doute il eût été un nouvel Apelles, il se donna tout entier à la géométrie, à l’architecture, à l’anatomie »383838Séailles 1892..

Le Traité de Rythme, de couleur et d’ornithologie de Messiaen nous fait penser aux écrits d’Aristote par leur leurs classifications exhaustives et le sens inouï du détail, avec leur analyse fine de la perception humaine et les réflexions qu’ils contiennent sur le temps, la durée, la nature, l’éternité, sur la différence entre ce qui est immuable et indivisible et ce qui est changeant et ce qui est périodique « par alternances du même et de l’autre». Cette proximité avec Aristote est encore un trait commun à Messiaen et Thom. Ce dernier fut en effet, durant les dix ou quinze dernières années de sa carrière, le grand défenseur des idées du Stagirite393939Voir sur le sujet l’exposé dans Papadopoulos 2019A..

À propos de l’aspect cosmique de la pensée de Messiaen, en relation avec les mathématiques auxquelles il attachait tant d’importance, on peut aussi citer le passage bien connu de l’« Essayeur » de Galilée, dans lequel ce dernier considère que le « livre de l’univers » est écrit en termes mathématiques : « La philosophie est écrite dans cet immense livre qui continuellement reste ouvert devant les yeux (ce livre qui est l’Univers), mais on ne peut le comprendre si, d’abord, on ne s’exerce pas à en connaître la langue et les caractères dans lesquels il est écrit. II est écrit dans une langue mathématique, et les caractères en sont les triangles, les cercles, et d’autres figures géométriques, sans lesquelles il est impossible humainement d’en saisir le moindre mot; sans ces moyens, on risque de s’égarer dans un labyrinthe obscur »404040trad. Chauviré 1980, p. 141..

L’influence de Messiaen sur l’utilisation des mathématiques en musique fur très grande. Pendant sa longue carrière de pédagogue, il eut des élèves qui qui, chacun à sa manière, utilisa les mathématiques dans ses compositions (on pense à Stockhausen, Boulez, Xenakis, etc.).

On peut citer ici Messiaen, rencontrant le jeune Xenakis, qui lui explique qu’il voudrait suivre ses cours mais qu’il n’avait pas le bagage musical classique : «  [...] c’était un homme tellement hors du commun ! Je lui ai dit : ‘Non. Vous avez déjà trente ans, vous avez la chance d’être Grec, d’avoir fait des mathématiques, d’avoir fait de l’architecture. Profitez de ces choses-là, et faites-les dans votre musique’. Je crois finalement que c’est ce qu’il a fait »414141Cité dans Matossian 1981, p. 58..

Il est juste de conclure cet article en se posant la question de savoir ce que Messiaen considérait comme le plus important dans sa musique. La question lui fut posée par Claude Samuel, dans son entretien réalisé en 1967 c’est-à-dire en plein milieu de sa carrière de compositeur : « Quelles ‘expressions’ voulez-vous donc défendre en écrivant de la musique ? Quelles impressions voulez-vous communiquer à vos éditeurs ? » Messiaen répond : « La première idée que j’ai voulu exprimer, celle qui est la plus importante parce qu’elle est placée au-dessus de tout, c’est l’existence des vérités de la foi catholique. J’ai la chance d’être catholique ; je suis né croyant et il se trouve que les textes sacrés m’ont frappé dès mon enfance. Un certain nombre de mes œuvres sont donc destinées à mettre en lumière les vérités théologiques de la foi catholique.C’est là le premier aspect de mon œuvre, le plus noble, sans doute le plus utile, le plus valable, le seul peut-être que je ne regretterai pas à l’heure de ma mort. Mais je suis un être humain, comme tous les êtres humains je suis sensible à l’amour humain que j’ai voulu exprimer dans trois de mes œuvres par l’intermédiaire du plus grand mythe de l’amour humain, Tristan et Iseult. Enfin, j’admire profondément la nature. Je pense que la nature nous surpasse infiniment et je lui ai toujours demandé des leçons ; par goût, j’ai aimé les oiseaux, j’ai donc spécialement interrogé les chants des oiseaux : j’ai fait de l’ornithologie. Il y a dans ma musique cette juxtaposition de la foi catholique, du mythe de Tristan et Yseult et l’utilisation excessivement poussée des chants d’oiseaux »424242Samuel 1967, p. 11.. La musique de Messiaen est pleine de références théologiques, mais le côté religieux et méditatif de Messiaen sont probablement trop bien connus pour que cela vaille la peine d’y insister ici.


Références bibliographiques

Chauviré 1980
Chauviré, Christiane, L’Essayeur de Galilée, Coll. Annales littéraires de l’Université de Besançon, no. 234, Paris, Les Belles Lettres, 1980.

Ide 1999
Ide, Pascal, Olivier Messiaen, un musicien ébloui par l’infinité de Dieu, Nouvelle Revue Théologique, 121 (juillet-septembre 1999) n° 3, p. 436-453.

Mathon 1995
Mathon, Geneviève, Les couleurs de la cité Céleste, éléments d’analyse, Musurgia Vol. 2, No. 1 (1995), p. 141-158.

Matossian 1981
Matossian, Nouritza, Iannis Xenakis, Paris, Fayard, 1981.

Messiaen 1944
Messiaen, Olivier, Technique de mon langage musical, ed. Alphonse Leduc, Paris 1944.

Messiaen 1966
Messiaen, Olivier, Couleurs de la cité céleste, Leduc, 1966.

Messiaen 2001
Messiaen, Olivier, Traité de rythme, de couleur et d’ornithologie, 7 tomes, ed. Alphonse Leduc, Paris.

Papadopoulos 2019A
Papadopoulos, Athanase, Thom et Aristote : Penser la forme et la nature, In : René Thom, Portait mathématique et philosophique, CNRS Éditions, Paris, 2018, p. 203–260.

Papadopoulos 2019B
Papadopoulos, Athanase, Logos et analogie : Notes sur deux thèmes récurrents dans la pensée de Thom In : René Thom, Portait mathématique et philosophique, CNRS Éditions, Paris, 2018, p. 261–292.

Rameau 1750
Rameau, Jean-Philippe, Démonstration du principe de l’harmonie, servant de base à tout l’art musical théorique et pratique, Durand et Pissot, Paris, 1750.

Samuel 1967
Samuel, Claude, Entretiens avec Olivier Messiaen, Belfond, 1967.

Samuel 1999
Samuel, Claude, Permanences d’Olivier Messiaen (Dialogues et commentaires), ed. Actes Sud 1999.

Séailles 1892
Séailles, Gabriel, Léonard de Vinci, l’artiste et le savant : 1452-1519 : essai de biographie psychologique, Perrin, Paris, 1892.

Thom 1988
Thom, René, Esquisse d’une sémiophysique : Physique aristotélicienne et théorie des catastrophes, Paris, InterEditions, 1988.

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].