Méthodes aux grandes échelles pour mesurer la topologie (globale) de l’Univers

Boudewijn Roukema
Observatoire de Strasbourg, 11, rue de l’Université, Strasbourg 67000, France

Si l’Univers suit en moyenne la métrique de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker, sa partie spatiale (l’hypersurface extrapolée à l’époque actuelle à en coordonnées commobiles) peut avoir soit une courbure non-nulle, soit une topologie non-triviale, soit toutes les deux ([de Sitter] 1917; [Lemaître] 1958). Dans la suite, les mots courbure et topologie s’appliquent uniquement à cette hypersurface spatiale de l’Univers, en admettant que le Postulat de Weyl est satisfait par les observations astronomiques.

Les propriétés des galaxies, des quasars, du fond diffus cosmologique et d’autres objets vus aux distances cosmologiques par des télescopes au sol et spatiaux ne permettent pas encore de déterminer sans équivoque le signe de la courbure de l’Univers. Elle est soit négative, soit nulle, soit positive avec un rayon de courbure des dizaines d’ordres de magnitude plus grand que l’horizon défini par l’âge fini de l’Univers.

L’hypothèse de la plupart des cosmologistes observationnels selon laquelle la topologie de l’Univers est triviale implique donc que le volume (spatial) de l’Univers est soit infini (en cas de courbure non-positive), soit fini, mais est fois le volume observable, où

Selon cette hypothèse, plus de 99,999…% du volume de l’Univers est impossible à observer.

Par contre, une approche empirique de la topologie de l’Univers pourrait démontrer que l’Univers est fini et observable dans sa grande partie.

Pour une revue détaillée sur les techniques traditionnelles de détection, ou de mesure, de la topologie cosmologique, voir [Lachièze-Rey & Luminet] 1995 (ou [Luminet] 1998).

Quelques-unes des techniques les plus récentes sont présentées ici. Celles-ci consistent en des méthodes utilisant l’information à trois dimensions ([Lehoucq et al.] 1996; [Roukema] 1996; [Roukema & Edge] 1997) ou à deux dimensions (sur le fond diffus cosmologique : [Cornish et al.] 1996b).

1 Techniques tridimensionnelles : images topologiques

Le principe de base de détection de la topologie est que l’on verrait les mêmes objets (ou points d’espace) dans plusieurs directions angulaires du ciel et aux distances apparentes (décalages spectraux vers le rouge, ) très différentes. Mais puisque nous voyons des objets dans le passé, il faut prendre en compte que les images topologiques distantes seraient celles des objets vus dans leur jeunesse, voire avant qu’ils soient nés. L’identification de deux images topologiques d’un seul objet pourrait donc être très difficile. Ces problèmes, qui sont liés à la formation et à l’évolution des objets, sont les mêmes que pour l’étude des autres paramètres de la géométrie cosmologique ().

Pour comprendre les méthodes de détection, il faut avoir une certaine intuition de ce qu’est un univers de topologie non-triviale.

L’on pourrait normalement imaginer un tel univers en commençant avec un polyèdre fondamental (domaine de Dirichlet) dont on identifie des paires de faces d’une certaine façon. Les polyèdres et les façons d’identifier des faces ne sont pas aléatoires, ils sont déterminés mathématiquement. Il faut en même temps imaginer plusieurs copies du polyèdre qui chiffonnent le revêtement universel, c’est-à-dire, qui recouvrent ou pour une courbure nulle ou négative respectivement. Puisque l’âge de l’Univers est fini, il suffit d’imaginer assez de copies du polyèdre pour que la sphère observable (qui est finie) soit recouverte.

Pour tasser un espace de courbure négative dans notre intuition euclidienne, il faut se rappeler que plus une copie du polyèdre est loin du centre de la sphère, plus elle semble petite.

Dans toutes les méthodes qui ne supposent pas a priori une topologie quelconque, il faut donc réfléchir dans ce revêtement universel, qui est (dans le cas de topologie non-triviale) uniquement un espace apparent dans lequel nous voyons plusieurs fois le (seul) Univers physique.

Pour l’espace euclidien sans constante cosmologique (noté ), le rayon de la sphère observable (l’horizon) est 6000 Mpc, où kmsMpc est la constante de Hubble, de valeur d’environ . (Uniquement les coordonnées commobiles sont utilisées ici, et les distances sont calculées pour sauf indication contraire.)

Le rayon de la sphère la plus petite dans laquelle on peut inscrire le polyèdre est et le rayon de la sphère la plus grande que l’on peut inscrire à l’intérieur du polyèdre est Par définition donc, et il est plus facile de contraindre que en particulier puisque la poussière dans le plan de notre propre galaxie cache un dixième ou plus du ciel. (Cette fraction varie en fonction de la longueur d’onde électromagnétique utilisée et du degré d’incomplétude accepté pour un sondage.)

Les anciennes contraintes de limite inférieure à sont de l’ordre de 60 Mpc à 150 Mpc. Par exemple, [Gott] 1980 a mis les contraintes sur d’éventuelles images topologiques de l’amas de galaxies Coma, et l’existence de structures à grandes échelles ([de Lapparent et al.] 1986; [Geller & Huchra] 1989; [da Costa et al.] 1993; [Deng et al.] 1996; [Einasto et al.] 1997) nous donnent des contraintes fortes à ces échelles que En plus, il serait difficile de mettre une valeur de aussi petite que en accord avec les observations.

Pour contraindre ou détecter la topologie aux échelles de plus de le problème de l’évolution et de la formation des objets astrophysiques (galaxies, quasars, amas de galaxies) devient plus fort, et les catalogues d’objets observés restent souvent limités aux petites distances ou aux petits angles solides. Les prochaines décennies vont voir rapidement augmenter le nombre de catalogues plus profonds 111Attention : selon l’usage astronomique, profond veut dire que les objets vus sont faibles en magnitude apparente, ce qui n’implique pas forcément que ces objets sont à une grande distance, puisque ils peuvent être proches et de faible luminosité intrinsèque. sur une grande fraction du ciel.

Puisque la recherche d’images topologiques individuelles dans des catalogues aux échelles de plus de 10% de l’horizon souffre des effets de l’évolution des objets, des techniques statistiques sont les plus simples. Les techniques de cristallographie cosmique 1.1) et de la recherche des isométries locales 1.2) ont été créées pour de tels catalogues. Si les effets de l’évolution (et de l’angle de vue d’un objet comme un quasar) ne sont pas trop forts, la première technique est utilisable. La seconde méthode est nécessaire quand ces effets réduisent significativement le nombre de paires d’images topologiques qui seraient vues s’il n’y avait pas de tels effets.

Néanmoins, l’existence d’un objet unique (puisque plus brillants que tous les autres de leur classe) à une grande distance peut toujours être utile dans les contraintes empiriques contre une topologie non-triviale. Dans §1.3, l’usage des amas de galaxies sélectionnés en rayons X est présenté. Dans ce contexte, un amas de galaxies doit être considéré plutôt comme un objet ponctuel que comme un ensemble d’objets.

Finalement, la méthode la plus élégante, la plus contraignante et la plus sûre pour utiliser les informations bidimensionnelles du fond diffus cosmologique, c’est-à-dire qui proviennent (presque) de la sphère de l’horizon, est celle des cercles 1.4). Celle-ci va profiter des observations des satellites MAP et Planck dont le lancement est prévu pour l’an 2000 et l’an 2005 respectivement.

Par souci de simplicité, le cas où l’Univers est plat sans constante cosmologique () est utilisé comme cas type ci-après. En réalité, une courbure hyperbolique est plus intéressante théoriquement et observationnellement.

Si l’Univers est hyperbolique, les conditions initiales de l’inflation doivent être telles que l’Univers aujourd’hui soit presque plat (sur une échelle logarithmique), mais pas tout-à-fait. Si l’Univers était multi-connexe avec une courbure négative, les géodésiques seraient chaotiques et l’Univers primordial aurait eu ses géodésiques mixées telles que les conditions initiales pour l’inflation fussent remplies naturellement, évitant le problème de fine-tuning ([Cornish et al.] 1996a).

En plus, si l’Univers est hyperbolique, et seront, à quelques ordres de magnitude près, de l’ordre de tandis que et ne sont pas du tout contraints géométriquement par rapport à si l’Univers est plat.

Pour des discussions du cas hyperbolique, voir les travaux présentés par [Fagundes] (1985; 1989; 1996). Pour des représentations numériques des variétés de topologie hyperbolique non-triviale et des logiciels de visualisation, SnapPea et geomview à http://www.geom.umn.edu/ sont conseillés.

1.1 La cristallographie cosmique

Pour un catalogue d’objets qui ne souffrent pas trop d’effets d’évolution et de l’invisibilité d’éventuelles images topologiques, un histogramme des séparations de paires d’objets pourrait montrer des pics dus aux paires d’images topologiques séparées par des multiples des vecteurs qui génèrent la topologie (qui définissent le polyèdre par rapport au revêtement universel). [Lehoucq et al.] (1996) ont montré par des simulations que cette méthode devrait être très efficace et indépendante de la topologie, au moins si la courbure de l’Univers est nulle.

L’application de cette méthode aux catalogues traditionnels des amas de galaxies Abell et ACO, vus jusqu’aux décalages vers le rouge d’environ ne donne pas de signal topologique.

Ces catalogues ont été sélectionnés de façon subjective dans le visible. Il y aura bientôt des catalogues disponibles plus complets et homogènes établis à partir des observations des satellites de rayons X, comme ROSAT, mais seulement à dans le futur proche. Un amas de galaxies est vu dans les rayons X par son gaz chaud (à plus de  K) et n’est pas soumis aux effets de projection qui compliquent la sélection optique. Nous pourrions espérer donc que cette méthode va augmenter les limites sur (ou détecter la topologie) aux échelles de plusieurs fois dans les prochaines quelques années.

1.2 Recherche des isométries locales

La limitation de la méthode cristallographique aux catalogues complets et aux objets peu assujettis aux effets de l’évolution empêche son application aux objets vus jusqu’au plus que : les quasars. Quoique l’évolution des quasars n’est pas encore bien comprise, les quasars doivent avoir des temps de vie très courts ou des périodes d’activité (donc de visibilité) récurrentes. En plus, vu d’un angle trop différent que celle de sa première image topologique, un quasar apparaîtra beaucoup plus faible en luminosité, par exemple comme une galaxie Seyfert, et aura une très petite probabilité () d’être déjà observé dans un catalogue.

Une approche est de considérer des cas spéciaux. [Fagundes & Wichoski] (1987), par exemple, ont cherché des images de notre galaxie en tant que quasars séparés par 180ou 90.

Une façon plus générale d’utiliser les quasars est de chercher les cas rares où plusieurs objets dans deux images de régions à trois dimensions sont à la fois visibles. C’est-à-dire, l’on cherche des isométries des petites régions (de quelques centaines de  Mpc) dispersées dans le revêtement universel. Une fois assez d’isométries trouvées, une topologie candidate peut être testée par sa prédiction des positions (toujours à trois dimensions) d’images topologiques d’autres quasars, ou par ses effets sur le fond diffus cosmologique, par exemple.

[Roukema] (1996) a présenté cette méthode et montré son application au catalogue des  5000 quasars avec déjà observés. Deux isométries, c’est-à-dire deux paires de quintuples de quasars séparés par plus de 300 Mpc, sont trouvées. Des simulations numériques montrent qu’il y a une chance de 30% environ de trouver deux coincidences ou plus selon les mêmes critères si l’Univers est de topologie triviale.

Ces paires peuvent donc être considérées au mieux comme définissant une candidate faible à la variété de l’Univers. Mais puisque les isométries ainsi définies dans le revêtement universel impliquent des réflections, ce résultat doit relancer le débat sur la possibilité que l’Univers est non-orientable.

Selon [Chardin] (1998), un changement de l’orientabilité d’une particule la transformerait de matière en anti-matière (ou l’inverse). Est-ce que les limites observationnelles sur l’existence de l’anti-matière contraignent l’orientabilité de l’Univers?

Puisque les quasars sont visibles jusqu’à les sondages futurs pourraient révéler la topologie de l’Univers par cette méthode d’ isométries locales . Egalement, une optimisation mathématique de cette technique ou l’application de la version de [Roukema] (1996) aux données actuelles pour des courbures négatives sont des projets faisables sans attendre de nouveaux sondages.

1.3 Amas en rayons X comme bougies standards

Pour qu’une des deux méthodes précédentes soit utilisés, il faut qu’un catalogue d’objets contienne non seulement leurs positions (angles) célestes, mais aussi leurs distances. Les distances sont bien estimées (pour des objets à ) au moyen de leurs décalages spectraux vers le rouge, Mais il faut beaucoup plus de photons pour estimer que pour établir l’existence d’un astre sur une position angulaire.

Avant qu’un catalogue dit photométrique soit suivi par de la spectroscopie, l’utilisation de telles données nécessite le recours à la recherche d’images topologiques individuelles.

Dans le cas des amas de galaxies vus par leur gaz chaud en rayons X, la combinaison des décalages vers le rouge de quelques amas brillants et lointains avec des limites photométriques sur une grande partie du ciel rendent possible une telle technique.

Puisque les amas massifs sont des objets qui viennent de s’effondrer gravitationnellement très récemment, le temps d’échelle de leur évolution est comparable à l’âge de l’Univers. Si on sais qu’un amas riche existe à un quelconque, il est très difficile de voir comment les propriétés de cet amas peuvent changer de façon significative aux époques plus récentes, sauf si l’amas devient plus massif et plus lumineux.

Donc, [Roukema & Edge] (1997) ont remarqué que si l’amas le plus brillant que nous voyons est très éloigné de nous et s’il n’y a pas d’amas plus proches de luminosités comparables à celui-ci, il ne peut pas y avoir d’images topologiques de cet amas distant qui sont plus proches à l’observateur que l’amas lui-même. Cette distance nous donnera donc une limite inférieure à si les limites sur les amas les plus proches sont obtenues d’un sondage sur tout le ciel, ou dans le cas le plus vraisemblable, une limite inférieure à

Pour mettre des limites sur des images des amas à la fois intrinsèquement plus brillants qu’une certaine luminosité et plus proches d’une distance donnée, les décalages spectraux sont inutiles.

Les amas les plus brillants connus, en combinaison avec des limites photométriques suggèrent une limite de 1000 Mpc ([Roukema & Edge]).

Néanmoins, une candidate faible pour la topologie de l’Univers a été trouvée de manière sérendipiteuse parmi les amas les plus brillants : trois des sept amas étudiés forment un angle droit (à 2% près) avec deux bras égaux à 1% près. La topologie serait donc est indéterminé. [Roukema & Edge] (1997) ont trouvé des arguments contre l’identité topologique de ces trois amas, mais la réfutation la plus concrête serait la vérification de la non-existence des contre-images.

Spécifiquement, si cette candidate était la bonne, l’objet vu par ROSAT, RX J203150.4-403656, devrait être un amas avec et l’amas AM 0750-490 (qui serait l’image topologique, avec une valeur de faible, de MS 1054-0321) serait à

1.4 Fond diffus cosmologique : la méthode des cercles

Il pourrait sembler moins efficace d’utiliser l’information distribuée uniquement (presque) sur une sphère à deux dimensions, mais le fait que le rayon du fond diffus cosmologique est presque égale à permet de surmonter cet obstacle. Plusieurs auteurs ont essayé d’utiliser les observations du fond diffus par le satellite COBE pour contraindre la topologie de l’Univers, mais avec des suppositions limitant la généralité de leurs résultats (voir [Cornish et al.] 1998 pour une revue).

Une méthode qui sera valable pour une topologique quelconque (comme les méthodes tridimensionnelles au-dessus citées), est celle des cercles identifiés de [Cornish et al.] (1996a).

Pour comprendre cette méthode, il faut étendre notre chiffonnement du revêtement universel par les copies du polyèdre fondamental jusqu’à ce qu’on ait plusieurs copies du polyèdre à l’extérieur de la sphère observable. Puisque chaque copie du polyèdre est équivalente, on peut imaginer à la fois un observateur au centre de la sphère observable, et un observateur dans la même position physique dans une copie du polyèdre à l’extérieur de la sphère (mais à moins de du premier observateur).

Rappelons que l’univers physique consiste uniquement en le polyèdre; le revêtement universel n’est qu’un espace apparent, mais utile pour le calcul des géodésiques.

Maintenant, il faut ajouter la sphère de l’univers observable du point de vue du second observateur. L’intersection de cette sphère avec la première est un cercle. Les deux observateurs voient donc le long du cercle une suite de points d’espace-temps identiques : ce sont les mêmes points spatiaux et il faut l’âge de l’univers pour que les photons arrivent à l’un ou à l’autre observateur. A condition que le rayonnement sur ce fond diffus soit isotrope, autour du cercle les deux observateurs voient la même suite de valeurs de l’excès de température au-dessus du corps noir ().

Mais les deux observateurs existent dans un seul univers physique. Ils sont équivalents à un seul observateur qui regarde le ciel dans (en général) deux directions différentes mais en voyant les mêmes événements dans l’espace-temps.

Indépendamment de la topologie, l’on verrait forcément des cercles identifiés sur le fond diffus si Sauf si, par hasard, la Galaxie a une inclinaison particulière par rapport au polyèdre fondamental, nous aurons également une limite sur quand les observations du fond diffus cosmologique sont disponibles des satellites MAP et Planck.

2 Conclusion

Plusieurs méthodes ont été développées pendant les cinq dernières années pour détecter ou contraindre la topologie de l’Univers. Elles pourraient être appliquées aux nouveaux sondages d’objets astrophysiques et du fond diffus cosmologique dans la décennie à venir. En l’an 2008 au plus tard, nous devrions savoir si la topologie de l’Univers est observable ou non.

Les premières applications des méthodes tridimensionnelles aux observations existantes ont déjà fourni des paramètres qui déterminent des candidates faibles pour la variété (spatiale) dans laquelle nous vivons. Ces candidates pourraient être rapidement réfutées (sauf si l’une ou l’autre est la bonne) par des moyens observationnels modestes. De plus, les techniques présentées ici n’ont pas encore été utilisées de façon complète sur les catalogues de données actuelles. Il reste donc plusieurs projets qui peuvent être réalisés sans attendre les nouvelles données observationnelles.

References

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].