Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

THÈSE


présentée par


Thomas KRAJEWSKI


pour obtenir le grade de


Docteur de l’Université de Provence


spécialité:


Physique des Particules, Physique Mathématique et Modélisation

GÉOMÉTRIE NON COMMUTATIVE ET

INTERACTIONS FONDAMAENTALES


Soutenue le 10 Décembre 1998, devant le Jury composé de

A. Connes (Président)
B. Iochum (Directeur de thèse)
V.F.R. Jones
D. Kastler
F. Lizzi (Rapporteur)
E. de Rafael
T. Schücker

Remerciements


En général, il est impossible d’écrire une thèse isolé dans une forteresse en reconstituant jour après jour toutes les lois de la Physique, par exemple en regardant des pommes tomber ou bien en prenant un bain…

Aussi, je dois beaucoup à toutes les personnes qui m’ont aidé un jour ou l’autre. Il me tient à cœur de les remercier ici.

En particulier, je remercie chaleureusement mon directeur de thèse. Bruno Iochum, pour la confiance dont il m’a témoigné. Son souci de rigueur, dans les explications et les démonstrations, m’a été de la plus grande utilité. Je dois aussi beaucoup à Thomas Schücker, qui n’a jamais ménagé son temps pour me donner des explications, ainsi qu’à Raimar Wulkenhaar avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer. Tous trois m’ont aidé à transformer quelques pages obscures en une thèse que j’espère présentable.

Je tiens aussi à exprimer toute ma gratitude aux membres de Jury ainsi qu’à José Maria Gracia-Bondía qui a été rapporteur mais n’a malheureusement pas pu être présent lors de la soutenance. Malgré un emploi du temps chargé, ils ont accepté d’évaluer mon travail et certains d’entre eux m’ont d’ores et déjà rendu de grands services en me fournissant des explications, des critiques ou de nouvelles perspectives de travail.

Pendant mon séjour au Centre de Physique Théorique de Marseille, j’ai pu bénéficier d’excellentes conditions de travail, tant sur le plan materiel que scientifique. En particulier, j’adresse mes remerciements au directeur du laboratoire, Pierre Chiappetta, ainsi qu’à l’ensemble du personnel admninistratif.

De plus, l’ambiance stimulante du séminaire de géométrie non commutative ainsi que du groupe ”interactions fondamentales” m’a permis de progresser énormément au cours de ces dernières années, par des discussions avec (entre autres et en sus des personnes déjà remerciées) Rafaele Buffa, Robert Coquereaux, Max Hasler, Carl Herrmann, Ctirad Klimik, Marc Knecht, Chris Korthals-Altes, Serge Lazzarini, Pierre Martinetti, Carlo Rovelli, Daniel Testard et Koumarane Valavane.

Une mention spéciale pour ce dernier qui va, en compagnie d’Anna-Maria Kiss, m’aider à organiser le traditionnel pot de thèse.

Enfin, tout cela n’aurait jamais été possible sans le soutien de ma famille, à laquelle je suis infiniment redevable.

Contents

Introduction

Le début de ce siècle a vu l’émergence de deux nouvelles théories qui ont complètement boulversé le monde de la physique: la théorie de la relativité générale et la mécanique quantique. Ces deux révolutions sont à l’origine de la grande majorité des développements de la physique théorique de notre siècle, y compris les avancées les plus récentes.

La mécanique quantique est une théorie de l’infiniment petit qui cherche à décrire des sytèmes physiques dont l’action est une quantité de même ordre de grandeur que la constante de Planck Js. Cette constante a été introduite par Planck dans son étude du corps noir, qui a été amené à faire l’hypothèse suivante: l’action ne peut varier que par multiples entiers de .

Ultérieurement, la mécanique quantique a été développée sur la base de l’hypothèse de Planck, et s’applique à des sytèmes physiques très généraux, allant de l’atome aux systèmes macroscopiques décrits par le biais de la physique statistique. Le point central de cette théorie est le principe d’incertitude de Heisenberg, qui peut être formulé comme suit: Il n’est pas possible de mesurer simultanément la position et l’impulsion d’une particule car l’incertitude sur la mesure de sa position et l’incertitude sur son impulsion doivent satisfaire à la relation . Ceci a pour conséquence que la notion de trajectoire dans l’espace des phases n’a plus de sens et est une première invitation à reconsidérer nos conceptions actuelles de la géométrie.

Le formalisme mathématique de la mécanique quantique est la théorie des espaces de Hilbert. L’état du système physique considéré est un vecteur d’un certain espace de Hilbert et les observables sont des opérateurs hermitiens agissant sur cet espace de Hilbert, le spectre d’une observable correpondant aux différentes valeurs que cette observable peut prendre lors d’une mesure physique.

En conséquence, la position et l’impulsion d’une particule sont remplacées, en mécanique quantique, par des opérateurs et agissant sur un certain espace de Hilbert. Cet espace n’est autre que l’espace des fonctions de carré sommable de la variable et les opérateurs et sont définis par

pour tout . Il est remarquable que le commutateur de ces deux opérateurs soit non nul,

et que cette règle de commutation ait pour conséquence la relation d’incertitude de Heisenberg. Puisque et engendrent l’algèbre des observables quantiques, cette algèbre non commutative doit remplacer l’algèbre des fonctions sur l’espace des phases classique. Par conséquent, la géométrie de l’espace des phases quantique fait appel aux coordonnées non commutatives et .

Parallèlement, la théorie de la relativité générale, qui a obtenu des succès remarquables, se base sur une conception géométrique de l’espace-temps qui est assimilé à une variété munie d’une métrique . Contrairement à la plupart des autres théories physiques, cette métrique n’est pas donnée à priori mais est une variable dynamique comme peut l’être, par exemple, la coordonnée ou l’impulsion d’une particule. La dynamique de cette théorie est gouvernée par les équations d’Einstein,

qui relient le tenseur de Ricci et la courbure scalaire , qui dépendent de la métrique , au contenu matériel de l’espace-temps décrit par le tenseur énergie-impulsion . La constante est la constante de Newton Nmkg et kms désigne la vitesse de la lumière dans le vide .

Ces équations ont pour conséquence que toute concentration importante de matière ou d’énergie en un point donné entraîne une courbure de l’espace-temps. Au-delà d’un certain seuil, cette courbure est si importante que même la lumière ne peut plus quitter le voisinage de ce point. Il apparaît donc une sorte de singularité et on en peut plus obtenir la moindre information en provenance de cette région de l’espace-temps.

Supposons maintenant que nous voulions localiser une particule dans l’espace-temps avec une précision arbitraire. D’après le principe de Heisenberg, l’incertitude sur son impulsion devient alors arbitrairement grande et nous devons pour cela disposer de particules incidentes d’énergie très élevée. Suivant la discussion précédente, cette importante concentration d’énergie donne naissance à une singularité, si bien qu’il est impossible de localiser une particule dans l’espace-temps avec une précision supérieure à un certain seuil [DFR].

Cette incertitude minimale sur la position d’une particule est égale à la longueur de Planck

Si on ramène cette longueur à une échelle d’énergie, on trouve une énergie qui est de l’ordre de GeV, ce qui est considérable et évidemment hors de portée des accélérateurs de particules. Les considérations développées à une telle échelle d’énergie sont donc uniquement de nature théorique, même s’il est possible d’en déduire quelques conséquences sur les théories valables à l’échelle d’énergie du modèle standard qui est de l’ordre de la centaine de GeV.

Cela implique qu’il doit exister des relations d’incertitude pour les coordonnées de l’espace-temps lui-même. En suivant l’analogie avec l’espace des phases et la mécanique quantique, cela nous amène tout naturellement à supposer que les coordonnées de l’espace-temps sont elles aussi des éléments d’une algèbre non commutative. Bien entendu, ces relations d’incertitude ne peuvent être décelées à l’échelle macroscopique et nous supposerons toujours que cette structure non commutative de l’algèbre des coordonnées n’est importante qu’à l’échelle de la longueur de Planck.

Les principales théories qui décrivent les interactions fondamentales, que ce soient les théories de Yang-Mills ou la relativité générale, sont des objets de nature géométrique. En effet, leur formulation la plus naturelle et la plus élégante se fait en utilisant le langage des espace fibrés [N]. Par conséquent, si nous voulons construire une théorie susceptible de décrire la physique à l’échelle de Planck, nous devons étendre ces concepts géométriques à des espaces dont les coordonnées ne forment plus nécessairement une algèbre commutative. Cette nouvelle géométrie, qui se base sur une algèbre de coordonnées non commutative prend tout naturellement le nom de géométrie non commutative.

A priori, il existe autant de géométries non commutative que de possibilités de choisir les relations définissant l’algèbre des coordonnées. De plus, pour une algèbre donnée, il y a en général plusieurs généralisations possibles des concepts géométriques. Toutes ces constructions peuvent être regroupées selon que l’accent est mis sur tel ou tel aspect de la géométrie. Avant d’étudier plus en détail notre sujet, donnons quelques exemples de géométries non commutative, en renyoyant à [Ma] pour une discussion plus détaillée.

L’exemple le plus connu de la communauté des physiciens des particules est certainement la supersymétrie. En effet, la supersymétie est une forme très particulière de géométrie non commutative, puisqu’elle contient, outre les coordonnées ordinaires, des variables de Grassmann satisfaisant à des relations du type . Il est alors possible de définir l’analogue de la dérivation et de l’intégration par rapport aux coordonnées . L’utilisation de concepts géométriques dans le cadre de la supersymétrie se révèle alors extrêmement utile et permet de simplifier de nombreux calculs.

Un autre exemple de géométrie non commutative est formé par la théorie des groupes quantiques. Dans cette théorie, l’accent est mis sur la notion de symétrie. En géométrie ordinaire, une symétrie est décrite par l’action d’un groupe sur un certain espace. Puisque l’on doit travailler avec l’algèbre des coordonnées plutôt qu’avec les points, cette action se traduit par une coaction de l’algèbre des fonctions sur le groupe sur l’algèbre des coordonnées. Dans certains cas, il est possible de rendre ces deux algèbres non commutatives tout en préservant la coaction de l’une sur l’autre. L’algèbre des fonctions sur un groupe possède une structure très riche, appelée algèbre de Hopf, due à la loi de multiplication sur le groupe. Lorsque cette algèbre est une déformation d’une algèbre de fonction sur un groupe ordinaire, elle prend le nom de groupe quantique [CP].

L’exemple le plus simple d’espace non commutatif admettant une symétrie quantique est certainement le plan quantique. Celui-ci est décrit par deux coordonnées et satisfaisant à la relation , où est un nombre complexe non nul. Il est possible de définir une déformation de l’algèbre des fonctions sur le groupe qui coagit sur le plan quantique. On peut alors construire l’analogue des formes différentielles sur le plan quantique et ces formes sont assujetties à une condition de covariance par rapport à cette coaction.

Dans ce travail, nous étudierons essentiellement l’approche développée par A. Connes dans [C5] ainsi que dans [C7], renvoyant à [C4], à [Land] et à [V] pour une introduction pédagogique.

En se basant sur l’analogie avec la mécanique quantique, cette théorie fait appel à des algèbres de coordonnées qui sont toujours représentées commes des sous-algèbres de l’algèbre des opérateurs d’un certain espace de Hilbert. Ainsi, la majorité des opérations se font dans le cadre de l’espace de Hilbert et nous avons à notre disposition le puissant arsenal de l’analyse fonctionnelle, qui devient indispensable lorsqu’il s’agit de travailler avec des algèbres de dimension infinie. Malheureusement le prix à payer est assez lourd car il nous est absolument impossible de travailler avec des algèbres qui ne sont pas semi-simples, comme par exemple l’algèbre de Grassmann de la supersymétrie ou certains groupes quantiques lorsque le paramètre de déformation est une racine de l’unité.

Plus précisément, la démarche employée en géométrie non commutative est la suivante:

  • Partant d’un ensemble muni d’une certaine structure géométrique (structure d’espace topologique ou mesurable, ou de variété différentiable, …), on formule la théorie sous-jacente à l’aide de sous-algèbres adéquates de l’algèbre des fonctions à valeurs complexes définies sur .

  • On étend ensuite tous les résultats de la théorie précédente qui ne font pas usage de la commutativité de l’algèbre.

Cette démarche est illustrée par le lien entre C-algèbres et topologie générale (cf Appendice A). Dans un premier temps, on montre que l’algèbre des fonctions continues sur un espace topologique localement compact est une C-algèbre commutative et que toute C-algèbre commutative est l’algèbre des fonctions continues sur un espace localement compact. On définit alors la donnée d’un espace topologique non commutatif comme étant la donnée d’une C-algèbre non commutative, et on étend la plupart des définitions et des théorèmes de topologie qui ne reposent pas sur la commutativité de l’algèbre des coordonnées. De plus, les symétries, qui sont décrites dans le cas commutatif par les homéomorphismes, correspondent dans le cas non commutatif aux automorphismes de l’algèbre .

Bien d’autres aspects de la géométrie et de la topologie peuvent être étendus au cas non commutatif en utilisant ce procédé. Par exemple, il est possible de définir de manière purement algébrique la notion de fibré vectoriel qui nous mène à la K-théorie (cf Appendice B). D’un autre coté, s’il n’est pas possible pour l’instant de caractériser ainsi l’algèbre des fonctions lisses sur une variété, on peut toujours définir de manière axiomatique les formes différentielles et leur intégration. Cette théorie se généralise au cas non commutatif par le biais de la notion de cycle, qui est à la base de la cohomologie cyclique (Appendice C). Sur le plan purement mathématique, cette construction atteint son apogée avec la définition du couplage de la cohomologie cyclique avec la K-théorie par l’intermédiaire du caractère de Chern.

Les théories de jauge peuvent aussi être définies en utilisant la notion de module projectifs et de connexion. Afin de pouvoir définir l’analogue non commutatif de la relativité générale ainsi que le couplage de cette théorie avec des fermions, la notion qui intéresse le physicien des hautes énergies est celle de variété à spin. Cette dernière peut être caractériseée de manière purement algébrique à l’aide de la notion de triplet spectral [C7]. Puisque nous reviendrons largement sur la définition de cette notion, contentons-nous de définir un tel triplet comme étant une algèbre involutive jouant le rôle de l’algèbre des coordonnées, représentée sur une espace de Hilbert . est un opérateur agissant sur qui généralise l’opérateur de Dirac.

A partir de ce triplet spectral, on définit un calcul différentiel qui permet la construction de théories de Yang-Mills, en incluant la généralisation de configurations ayant une topologie non triviale. Dans ce formalisme, le rôle des transformations de jauge est joué par les éléments unitaires de l’algèbre . Tout comme en théorie des champs ordinaire, l’invariance sous ces transformations de jauge nous amène à remplacer l’opérateur de Dirac usuel par un opérateur de Dirac covariant, qui contient un champ de jauge. La dynamique de la théorie est alors gouvernée par le principe d’action spectrale, qui stipule que l’action ne dépend que du spectre de l’opérateur de Dirac covariant.

Lorsque le triplet spectral est le produit du triplet spectral relatif à la géométrie de l’espace-temps par un triplet spectral fini (i.e. tel que et soient de dimension finie) judicieusement choisi, la construction précédente permet de retrouver le modèle standard couplé à la théorie de la gravitation. Outre l’interprétation géométrique du boson de Higgs comme une connexion associée à la composante discrète de l’espace-temps, ce modèle impose de nombreuses contraintes aux masses et aux constantes de couplage du modèle standard. En particulier, ce modèle permet de prédire une masse du boson de Higgs de l’ordre de 200 GeV [CIKS2].

L’objet de cette thèse est la construction et l’étude de différents modèles physiques que l’on peut construire à l’aide de la géométrie non commutative. Cela inclut l’analyse de toutes les théories de Yang-Mills-Higgs que l’on peut obtenir en utilisant un triplet spectral proche du modèle standard. Cependant, nous nous sommes aussi efforcé d’étudier des triplets spectraux d’un type différent, comme par exemple le tore non commutatif. De façon générale, nous avons considéré ces objets comme servant de base à des constructions géométriques permettant de généraliser certains aspects de la théorie des champs ordinaire, étant entendu que l’expression ”théorie des champs” désigne un système dynamique ayant un nombre infini de degrés de liberté et susceptible d’une certaine interprétation géométrique.

Ce travail est divisé en quatre chapitres d’une importance égale.

Dans un premier temps, nous rappelons les bases axiomatiques de la géométrie non commutative, ainsi que quelque constructions classiques que nous utiliserons par la suite, comme celle de l’algèbre différentielle ou des théories de jauge. Nous introduisons aussi le caractère de Chern ainsi que la version locale du théorème de l’indice. En nous basant sur ces constructions, nous proposons une définition de l’action de Chern-Simons en géométrie non commutative et nous étudions ses propriétés sous les transformations de jauge. En utilisant la forme de Chern-Simons, nous donnons également une nouvelle démonstration d’un résultat relatif à la minoration de nature topologique de l’action de Yang-Mills pour un triplet spectral de dimension 4.

Le second chapitre est consacré à une étude détaillé des triplets spectraux finis. Nous donnons la forme simplifiée des axiomes dans ce cas ainsi que leur solution générale et nous proposons un interprétation diagrammatique de la solution précédente. Ce chapitre inclut également l’étude d’objets associés à ces triplets spectraux comme les théories de jauge ou les distances.

Ensuite, nous utilisons les résultats précédents pour étudier systématiquement tous les modèles qui peuvent être construits à l’aide du produit tensoriel de la géométrie de l’espace-temps usuel par un triplet spectral fini. Ces modèles sont des modèles de Yang-Mills-Higgs couplés à la gravitation dont nous analysons les secteurs fermionique et bosonique en nous servant autant que possible de la méthode diagrammatique.

Le dernier chapitre est consacré à l’étude du tore non commutatif. Nous commençons par un bref rappel de ses propriétés algébriques et nous vérifions que les axiomes de la géométrie non commutative sont satisfaits. Ensuite, nous étudions les théories de jauge sur le tore non commutatif en utilisant les méthodes du chapitre 1; en particulier nous vérifions l’invariance de jauge de l’action de Chern-Simons ainsi que la quantification de la borne topologique de l’action de Yang-Mills en dimension 4. Enfin, nous terminons cette étude par la quantification de la théorie de Yang-Mills: nous étendons la symétrie BRS, donnons les règles de Feynman associées et terminons en donnant les principales caractéristiques de cette théorie.

Trois appendices suivent le corps de cette thèse. Ceux-ci n’ont d’autre prétention que de fournir au lecteur un receuil de définitions et de résultats classiques en géométrie non commutative, lui évitant de la sorte des renvois trop nombreux à la littérature existante.

Chapter 1 Géométrie spectrale non commutative

1.1 Les axiomes de la géométrie non commutative

1.1.1 Les triplets spectraux

La démarche employée en géométrie non commutative peut être résumée en deux étapes.

  • Partant d’un espace géométrique (c’est-à-dire que est un espace mesurable ou topologique, ou encore une variété différentiable), on formule la théorie mathématique sous-jacente à l’aide de certaines sous-algèbres de l’algèbre des fonctions à valeurs complexes définies sur .

  • Ensuite, on généralise les définitions et théorèmes de la théorie qui ne font pas appel à la commutativité de l’algèbre.

Dans le cas des espaces mesurables et des espaces topologiques, cette démarche ne faisait intervenir que l’algèbre des fonctions correspondantes (fonctions mesurables et fonctions continues), représentée dans un espace de Hilbert , ainsi que leurs généralisations non commutatives qui sont les algèbres de von Neumann et les -algèbres (cf Appendice A).

Par contre, pour construire l’analogue non commutatif du calcul différentiel et de la géométrie riemanienne, nous sommes amenés à introduire un autre objet qui est un opérateur sur . Dans le cas d’une variété munie d’une structure riemannienne à spin, cet opérateur n’est autre que l’opérateur de Dirac.

Par exemple, dans le cas général non commutatif, nous considérons les éléments de comme généralisant les fonctions et nous voulons pouvoir définir la différentielle d’un élément , en conservant la plupart des propriétés et usuelles de la différentielle. De plus, il est nécessaire que cette définition de la différenciation coïncide, dans le cas commutatif, avec la définition usuelle.

La solution de ce problème fait appel à l’opérateur de Dirac [C5]. En effet, pour tout , nous définissons la dérivée exterieure de la 0-forme , où désigne la représentation de dans l’algèbre des opérateurs sur , par

Nous verrons ultérieurement que cette définition, ainsi que ses généralisations d’ordre superieur, vérifie toutes les propriétés de la différentielle (cf §1.3.1).

Bornons-nous pour le moment à étudier le cas commutatif. Nous choisissons une variété riemannienne de dimension munie d’une structure de spin et n’est autre que l’algèbre involutive des fonctions lisses définies sur et à valeurs complexes. L’espace de Hilbert est le complété pour la norme de l’espace des spineurs de carré intégrable, sur lequel est représentée par simple multiplication.

Enfin, est l’opérateur de Dirac, donné en coordonnées locales par , où désigne les matrices de Dirac hermitiennes reliées à la métrique par

Bien entendu, est la dérivation par rapport à la coordonnée locale et nous utilisons la convention d’Einstein pour les indices grecs uniquement: la somme sur tout indice répété en position haute et basse est sous-entendue. est la connexion spinorielle qui n’est autre que la connexion de Levi-Civita exprimée en partie dans la base des ”vielbeins”. Cette connexion ne jouera aucun rôle avant le chapitre 3, aussi nous contenterons nous de noter qu’elle commute avec l’action des fonctions.

Il est alors très facile de calculer le commutateur de avec l’action d’une fonction ,

En identifiant et la forme différentielle , nous pouvons considérer que est analogue à la différentielle . Nous verrons que cette construction se généralise aux formes différentielles de tous ordres.

Le second outil indispensable en géométrie différentielle est la théorie de l’intégration par rapport à la forme volume déterminée par la structure riemannienne. Celle-ci se reformule à l’aide de la trace de Dixmier (cf Appendice A) de la manière suivante,

(1.1)

est la trace de Dixmier. Cela nous amène à définir l’analogue de l’intégrale d’un élément par

où on a noté .

L’utilisation de la trace de Dixmier dans le cas général nous amène à imposer une condition de décroissance aux valeurs propres de (voir l’axiome de dimension).

Ainsi, il apparait que l’objet fondamental en géométrie non commutative est un triplet , appelé triplet spectral [C5].

Définition 1.1.1

Un triplet spectral est un triplet formé d’une algèbre involutive munie d’une représentation involutive sur un espace de Hilbert . est un opérateur non borné et hermitien à résolvante compacte et tel que soit borné pour tout .

Dans tout ce qui suit, l’algèbre n’intervient que par sa représentation en tant qu’opérateurs sur . Si cette représentation n’est pas injective, son noyau est un idéal bilatère et l’algèbre a une représentation fidèle. Puisque les théories construites à partir de et de sont identiques, nous supposerons toujours fidèle.

Les propriétés de sont motivées par l’analogie avec le cas classique. Dans ce cas, est l’espace de Hilbert obtenu en complétant pour la norme l’espace des sections du fibré spinoriel. Les nouveaux éléments introduits par cette complétion ne sont pas dérivables, aussi l’opérateur de Dirac est un opérateur non borné, défini uniquement sur un sous-espace dense de .

est un opérateur à résolvante compacte signifie que pour tout nombre complexe non réel l’opérateur est compact. De manière équivalente, a un noyau de dimension finie et son inverse, défini sur l’orthogonal de son noyau, est un opérateur compact. En conséquence, la suite décroissante des valeurs propres de tend vers 0 et son taux de décroissance permet de minorer la dimension de l’espace.

Enfin, puisque dans le cas commutatif la différentielle d’une fonction , donnée par

est un opérateur borné, nous supposerons que est borné pour tout . Cette hypothèse s’avèrera nécessaire pour pouvoir définir la théorie de l’intégration des formes différentielles en utilisant la trace de Dixmier.

Lorsque la dimension de l’espace est paire, la construction de l’analogue non commutatif des formes différentielles et de leur intégration fait intervenir de manière cruciale une -graduation , qui dans le cas commutatif n’est autre que la graduation de l’algèbre de Clifford. Aussi supposerons-nous que lorsque est pair, le triplet spectral est pair dans le sens suivant.

Définition 1.1.2

Un triplet spectral est pair s’il existe une involution hermitienne , appelée chiralité, qui anticommute avec et commute avec pour tout .

Dans le cas commutatif, il est possible de caractériser, lorsqu’elles existent, les structures spinorielles sur une variété compacte à l’aide des triplets spectraux. Cependant, nous devons supposer que ces derniers satisfont à d’autres hypothèses que nous donnons dans la suite [C7].

1.1.2 Caractérisation des variétés à spin

Pour commencer, nous allons caractériser les structures de spin sur une variété compacte de dimension à l’aide des triplets spectraux , où est l’algèbre des fonctions sur à valeurs complexes.

La première condition que nous devons imposer à l’opérateur de Dirac est relative au taux de décroissance des valeurs propres de l’opérateur compact . En effet, nous voulons pouvoir définir l’intégrale d’un élément de à l’aide de la formule (1.1), ce qui implique que doit être un infinitésimal d’ordre . En prenant la racine -ième, on est amené à supposer que satisfait à l’axiome suivant.

Axiome 1 (Dimension)

Pour une géométrie de dimension n, est un infinitésimal d’ordre 1/n.

Nous donnons dans l’Appendice A la définition et les principales propriétés des infinitésimaux. Rappelons cependant que par définition, un opérateur compact est un infinitésimal d’ordre si la suite décroissante de ses valeurs propres satisfait à

Ainsi, est un opérateur non borné dont les valeurs propres croissent au moins aussi vite que la suite pour une variété de dimension n.

Ensuite, il nous faut imposer à l’opérateur de Dirac d’être un opérateur différentiel d’ordre un. Pour caractériser algébriquement ces opérateurs, supposons que soit un opérateur différentiel et une fonction. Dans ce cas, il est facile de montrer, en utilisant un système de coordonnées locales, que est un opérateur différentiel d’ordre si et seulement si est un opérateur différentiel d’ordre . Puisque les opérateurs différentiels d’ordre sont ceux qui commutent avec les fonctions, est un opérateur différentiel d’ordre un si et seulement si il vérifie la condition suivante.

Axiome 2 (Ordre un)

Pour toutes fonctions , on a .

En général, l’opérateur de Dirac et son carré sont des opérateurs non bornés ce qui induit certaines complications, en particulier lorsqu’on est amené à faire commuter avec des éléments de et . Pour remédier à cela, nous ferons l’hypothèse suivante.

Axiome 3 (Régularité)

Pour toute fonction , et appartiennent à l’intersection des domaines de toutes les puissances de la dérivation définie par lorsque appartient à l’algèbre engendrée par et .

L’axiome suivant permet de caractériser algébriquement la chiralité en dimension paire. Il convient de noter que c’est le seul axiome faisant explicitement référence à l’intégralité de la dimension.

Axiome 4 (Orientabilité)

Il existe un cycle de Hochschild de dimension tel que lorsque est impair et lorsque est pair.

Tout comme , n’est défini que lorsque la dimension est paire. Aussi, en dimension impaire est remplacé par 1 dans l’axiome précédent. Pour un produit tensoriel général , nous définissons,

qui s’étend par linéarité à tous les éléments de .

L’homologie de Hochschild est la théorie duale de la cohomologie de Hochschild. Puisque, dans le cas de l’algèbre des fonctions sur une variété, cette dernière est reliée à l’intégration des formes différentielles [C2], l’homologie de Hochschild correspond aux formes différentielles (cf Appendice C).

Pour une algèbre quelconque, l’homologie de Hochschild est l’homologie du complexe

est le produit tensoriel de l’algèbre par elle-même fois et est défini par

Par définition, l’espace des cycles de Hochschild de longueur est l’ensemble des qui vérifient .

Précisons le lien entre l’homologie de Hochschild et les formes différentielles lorsque l’algèbre est commutative. Dans ce cas, on définit un cycle de Hochschild de dimension par

pour tous .

En revenant au cas , on représente ce cycle comme opérateur sur à l’aide d’une formule analogue à celle relative aux formes différentielles,

Lorsque est l’opérateur de Dirac , on a

Si on identifie et comme nous l’avons fait lorsque nous avons défini la différentielle d’une fonction , s’identifie à la forme différentielle

Puisque les formes différentielles correspondent aux cycles de Hochschild, il est naturel de chercher à définir la dérivée extèrieure dans cadre. Celle-ci doit être un opérateur de carré nul qui transforme en . Ces propriétés sont vérifiées par l’opérateur défini par

pour tous . En effet, on montre que et que , ce qui implique que . De même on obtient un analogue du produit extérieur en considérant le produit ”shuffle” [Lo].

En utilisant la représentation à l’aide de commutateurs avec l’opérateur de Dirac, il est facile de montrer que s’identifie à

ce qui prouve que est l’analogue de la dérivée extérieure.

Lorsque l’on applique ces résulats au cycle donné en coordonnées locales par

on trouve lorsque la dimension est paire et dans le cas impair, ce qui prouve que l’axiome de réalité est satisfait lorsque est le triplet spectral associé à une structure spinorielle sur .

De plus, cet exemple nous montre que est analogue à la forme volume

ce que fera jouer à un rôle important dans la théorie de l’intégration des formes différentielles non commutatives.

L’axiome suivant permet de caractériser les spineurs de classe . Ils doivent former un module projectif fini sur , qui n’est autre que la formulation algèbrique de la notion de fibré vectoriel (cf Appendice B).

Axiome 5 (Finitude)

L’intersection des domaines de toutes les puissances de l’opérateur de Dirac est un module projectif fini sur sur lequel la relation suivante définit une structure hermitienne

(1.2)

pour tous et .

Cet axiome fait appel à la notion de structure hermitienne sur un module projectif fini que nous décrirons en détail lorsque nous étudierons les théories de jauge (cf §1.2.3.).

En particulier, cela interdit aux valeurs propres de de croître plus vite que la suite , car si tel était le cas, les valeurs propres de décroîtraient plus vite que la suite , et le second membre de (1.2) serait identiquement nul. Ce résultat est à rapprocher de l’inégalité obtenue dans [VW] sur les valeurs propres de l’opérateur de Dirac usuel, dont on pourra trouver une démonstration nouvelle, basée sur la dualité de Poincaré, dans [Mo].

Il est important de remarquer que cet axiome ne peut être satisfait si la chiralité est l’image d’un bord. En effet, si , l’application

où on pose dans le cas impair, est un cocycle de Hochschild (cf §1.3.1 pour la démonstration). En conséquence, si était un bord, on aurait

ce qui est en contradiction avec l’axiome de finitude. En dimension nous avons un résultat similaire sur lequel nous reviendrons (cf. §2.1.1).

En association avec l’axiome de régularité, cette condition permet de caractériser les fonctions comme les éléments de l’algèbre de von Neumann engendrée par satisfaisant à l’axiome de régularité.

La dualité de Poincaré est une des principales propriétés des variétés compactes. Celle-ci stipule que la forme bilinéaire définie sur les groupes de cohomologie de de Rham et par

et sont des représentants respectifs de et , est non dégénérée. Cette forme bilinéaire est apelée forme d’intersection et l’axiome suivant exprime la dualité de Poincaré de manière purement algébnrique.

Axiome 6 (Dualité de Poincaré)

La matrice de la forme d’intersection est non dégénérée.

est une notation collective pour tous les groupes . Rappelons que grâce au théorème de periodicité de Bott, , ce qui permet de réduire notre étude aux cas des groupes et .

Il est important de noter que nous employons la notation pour l’algèbre , alors qu’elle n’est en principe définie que si est une -algèbre. Cependant, la K-theorie peut être définie de manière purement algébrique, sans faire référence aux propriétés topologiques de -algèbres et nous supposons donc que désigne la K-théorie algébrique de . En particulier, l’algèbre est une pré -algèbre dense dans l’algèbre des fonctions continues sur . Par conséquent, sa K-théorie algébrique coïncide avec la K-théorie de la -algèbre . De plus, la K-théorie de la -algèbre est identique à sa K-théorie topologique et classifie les fibrés vectoriels complexes sur (cf Appendice A).

La forme bilinéaire sur le groupe est définie grâce au couplage avec l’indice de l’opérateur . Décrivons plus en détail la définition de la forme d’intersection sur le groupe en dimension paire.

Les éléments de (A) sont des classes d’équivalence de projecteurs qui correspondent à des modules projectifs finis sur . Pour définir une forme bilinéaire sur , nous partons d’un couple de deux éléments de déterminés par les projecteurs et , auxquels nous devons associer un nombre entier .

Cette construction passe par deux étapes. Dans un premier temps, nous construisons un nouvel élément de noté . La construction de cet élément repose sur les propriétés mathématiques du groupe . En effet, l’association d’un groupe à toute algèbre est un foncteur covariant de la catégorie des algèbres vers la catégorie des groupes. Cela implique que la multiplication , qui est un morphisme de dans puisque est commutative, définit une application bilinéaire de dans . Cela permet d’associer au couple un nouveau projecteur que nous notons .

Ensuite, nous associons à un entier par l’intermédiaire de l’opérateur de Dirac. Puisque nous sommes en dimension paire, définissons deux opérateurs et adjoints l’un de l’autre par

et

Puisque le noyau de est de dimension finie, il en est de même pour les opérateurs et . Nous définissons alors comme étant l’indice de l’opérateur . En d’autres termes, est égal à la différence des dimensions du noyau de et de son adjoint

Le lien entre et les groupes de cohomologie pairs est donné par le caractère de Chern [G]. Ce dernier associe à tout fibré vectoriel un élément du groupe de cohomologie paire

avec , qui est défini par

Dans la relation précédente, est la courbure d’une connexion sur et est une forme différentielle fermée de degré qui définit un élément du groupe de cohomologie .

ne dépend que de la classe de dans et le caractère de Chern est un isomorphisme d’anneaux entre et . Notons que s’obtient à partir de en remplaçant chaque facteur par un facteur et en supprimant les groupes finis du type qui correspondent à la torsion.

Cela établit, dans le cas pair, le lien entre la dualité de Poincaré formulée à l’aide des formes différentielles et la version algébrique donnée ci-dessus. Dans le cas impair, on utilise un morphisme similaire entre et , où , et sont définis modulo 2. Ensuite on couple à l’opérateur de Dirac à l’aide de la version impaire du théorème de l’indice .

Le dernier axiome introduit l’opérateur antiunitaire , encore appelé structure réelle. Lorsque est l’opérateur de Dirac, n’est autre que l’opérateur de conjugaison de charge. Dans le cas général, on suppose qu’il vérifie les relations suivantes, dont la périodicité modulo 8 trouve son origine dans la même périodicité de l’algèbre de Clifford.

Axiome 7 (Réalité)

Il existe une application antiunitaire de dans lui-même telle que pour tout . De plus, satisfait aux conditions , et , où et sont donnés, selon la valeur de n modulo 8, par le tableau suivant.

n mod 8 0 1 2 3 4 5 6 7
1 1 -1 -1 -1 -1 1 1
1 -1 1 1 1 -1 1 1
1 -1 1 -1

Lorsque toutes ces conditions sont réalisées, on peut montrer le résultat suivant [C7].

Théorème 1.1.1

Soit l’algèbre des fonctions lisses sur une variété compacte de dimension et soit un triplet spectral satisfaisant aux axiomes précédents.

  1. Il existe une unique métrique riemannienne sur dont la distance géodésique associée est donnée, entre deux points , par

    (1.3)
  2. La métrique ne dépend que de la classe d’équivalence unitaire du triplet spectral et les fibres de l’application qui à une classe d’équivalence unitaire de triplets spectraux associe la métrique correspondante est une famille finie d’espaces affines paramétée par les structures spinorielles sur .

  3. La fonctionelle

    (1.4)

    est quadratique et positive sur chaque où elle atteint un minimum unique à une équivalence unitaire près.

  4. est le triplet spectral obtenu en représentant par multiplication sur l’espace de Hilbert des spineurs de carré intégrable et est l’opérateur de Dirac associé à la connexion de Levi-Civita de .

  5. La valeur de la fonctionelle

    avec

Ce théorème nécessite deux explications supplémentaires. Deux triplets spectraux et sont unitairement équivalents (cf §1.2.1) s’il existe une application unitaire de dans et un isomorphisme d’algèbre de dans tel que , et pour tout . Bien entendu, dans le cas pair on suppose aussi que .

Si est un opérateur pseudo-différentiel d’ordre agissant sur les sections d’un fibré vectoriel sur , la trace de Dixmier vérifie

est le résidue de Wodzicki de (cf Appendice A).

Lorsque est un opérateur pseudo-différentiel d’ordre quelconque, cette relation définit

Pour le physicien intéréssé par la théorie de la relativité générale, le résultat relatif à la distance géodésique est particulièrement important. C’est pourquoi nous allons donnons une démonstration simplifiée de ce résultat, n’utilisant que les propriétés élémentaires de la distance géodésique.

1.1.3 La distance géodésique

Vérifions que la relation (3.132) nous donne la distance géodésique lorsque est l’algèbre des fonction à valeurs complexes sur une variété compacte munie d’une structure spinorielle et est l’opérateur de Dirac associé à la connexion de Levi-Civita.

Dans ce cas, il est évident que la donnée de l’opérateur de Dirac permet de reconstruire la métrique , car le symbole principal de l’opérateur de Dirac est donné par les matrices en espace courbe, qui satisfont à

Cependant, cette relation est locale car elle fait appel à l’usage d’un système de coordonnées et ne peut de ce fait être généralisée au cas non commutatif.

La relation (1.3) du théorème précédent permet de reconstruire la distance géodésique à l’aide de l’opérateur de Dirac. Nous allons montrer le résultat suivant.

Théorème 1.1.2

Soit un triplet spectral commutatif correspondant à une variété à spin . La distance géodésique entre deux points et de peut s’exprimer à l’aide de la relation

(1.5)

Démonstration:

Dans un premier temps, nous allons montrer que l’on peut se ramener à chercher la borne supérieure sur les fonctions à valeurs réelles. Soit la sous-algèbre de formée des fonctions à valeurs réelles. Puisque , il est clair que

(1.6)

Pour montrer l’égalité, fixons deux points et de et considérons une fonction quelconque à valeurs complexes satisfaisant à . En remplaçant par la fonction définie par

(1.7)

est un argument de , il est clair que l’on a toujours

(1.8)

Pour obtenir une fonction réelle, définissons

(1.9)

Puisque est réel, on a

(1.10)

D’autre part

(1.11)

ce qui implique que

(1.12)

et prouve ainsi l’égalité annoncée.

Ensuite, nous allons majorer le second membre de (1.5) par la distance géodésique. Pour cela, considérons une fonction réelle telle que et remarquons que . On en déduit que

(1.13)

Cette relation est facile à montrer en utilisant les propriétés des matrices de Dirac et la relation valable pour tout opérateur borné .

Soit une fonction satisfaisant à et une géodésique reliant à . On a

(1.14)

Par Cauchy-Schwarz on obtient

(1.15)

ce qui prouve que

(1.16)

après avoir utilisé

(1.17)

Pour montrer l’égalité, il nous suffit d’exhiber une fonction telle que

(1.18)

satisfaisant à . Le choix le plus simple consiste à fixer et à considérer la fonction définie par pour tout . satisfait à (1.18) et il nous reste à montrer que .

Puisque est la longueur du plus court chemin joignant et , on a, par l’inégalité triangulaire,

(1.19)

Lorsque le point s’obtient à partir de par le flot déterminé par le champ de vecteur , on a, pour une transformation infinitésimale déterminée par , . L’inégalité (1.19) s’écrit donc

(1.20)

En développant le premier membre au premier ordre en , on obtient

(1.21)

Puisque cela est vrai pour tout , on a .

Cette formulation de la distance géodésique s’étend sans difficulté au cas non commutatif. En effet, les points de sont les états purs de l’algèbre des fonctions sur (cf Appendice A), et la proposition suivante généralise la distance géodésique à l’espace des états purs d’une algèbre non commutative.

Proposition 1.1.1

Soit un triplet spectral. La fonction

définit, lorsqu’elle est finie, une distance sur l’espace des états purs de .

Nous verrons au cours du chapitre suivant des exemples de distances ainsi définies lorsque est une algèbre de dimension finie.

1.1.4 Les axiomes de la géométrie non commutative

Les 7 axiomes précédents permettent de caractériser les triplets spectraux qui correspondent à la géométrie spinorielle sur une variété compacte. Pour étendre ces axiomes au cas d’une algèbre non commutative, il faut les transformer de la manière suivante [C7].

La principale modification, sur laquelle est basée celle de tous les autres axiomes, est l’introduction, dans l’axiome 7 (Réalit́é) d’un opérateur qui est analogue à l’involution de Tomita-Takesaki (cf Appendice A).


Axiome 7’ (Réalité) Il existe une application antiunitaire de dans lui-même telle que pour tous . De plus, satisfait aux conditions , et , où et sont donnés, selon la valeur de n modulo 8, par le tableau suivant.

n mod 8 0 1 2 3 4 5 6 7
1 1 -1 -1 -1 -1 1 1
1 -1 1 1 1 -1 1 1
1 -1 1 -1

Puisque commute avec pour tous , est très similaire à l’opérateur de Tomita-Takesaki qui permet de passer de l’algèbre de von Neumann engendrée par à son commutant. Cependant, le commutant de est en général plus grand que , ce qui implique que n’est pas égal à l’opérateur de Tomita-Takesaki en général.

En outre, l’opérateur permet de représenter sur l’algèbre par

est une algèbre identique à en tant q’espace vectoriel, mais dont le produit de par est défini par au lieu de . De façon équivalente, et munissent d’une structure de bimodule sur , qui nous sera utile lorsque nous construirons des modèles en physique des particules.

L’axiome 1 (dimension) ne fait appel qu’au spectre de l’opérateur de Dirac et reste inchangé dans le cas non commutatif.

L’axiome 2 (condition d’ordre un) stipule que l’opérateur de Dirac est un opérateur différentiel du premier ordre. La généralisation de cette notion en géométrie non commutative requiert l’introduction de bimodules [DuM]. Cela nous mène à la définition suivante.

Définition 1.1.3

Soient et deux algèbres et un -bimodule. Une application linéaire de dans lui-même est un opérateur du premier ordre si elle vérifie

pour tous et .

L’axiome de réalité permet de munir d’une structure de bimodule sur , aussi la généralisation de la condition d’ordre un est donnée par l’axiome suivant.


Axiome 2’ (Condition d’ordre un) L’opérateur de Dirac vérifie

pour tous .

L’axiome 3 (régularité) garde tous son sens lorsque est non commutative et ne subit aucune modification.

L’axiome 4 (orientabilité) ne peut pas être conservé sous la même forme en géométrie non commutative. En effet, si on se place en dimension , tout élément de doit être considéré comme un cycle de dimension 0. Dans ce cas, l’axiome d’orientabilité stipule que pour un . Par l’axiome de réalité on a , d’où . La condition d’ordre un nous donne puisque et , ce qui implique que le seul opérateur de Dirac compatible avec ces axiomes en dimension 0 est .

La nécessaire modification de l’axiome 4 est obtenue en remplaçant l’homologie de Hochschild par l’homologie de Hochschild à valeurs dans un bimodule.

Définition 1.1.4

Soit une algèbre, bimodule sur et l’espace vectoriel défini par

L’homologie de Hochschild de à valeurs dans est l’homologie du complexe

est défini par

Nous munissons d’une structure de bimodule par

pour ce qui nous permet d’étendre l’axiome d’orientabilité au cas non commutatif.


Axiome 4’ (Orientabilité) En dimension , est l’image d’un cycle de Hochschild de dimension à valeurs dans .


Un élément est représenté en tant qu’opérateur sur par

L’axiome 5 (finitude) ne subit aucune modification et il est facile de montrer qu’il est incompatible avec la trivialité du cycle représentant .

Lorsque est non commutative, la multiplication n’est plus un morphisme d’algèbre et ne peut pas induire l’application de dans dont nous avons besoin pour formuler algébriquement la dualité de Poincaré.

Partant de deux projections et définissant deux classes dans , nous leurs associons la nouvelle projection