Torseurs associés à certaines relations algébriques entre polyzêtas aux racines de l’unité

Georges Racinet
version 3 — 5 mars 2001111Les versions 1 et 2 sont respectivement du 4 et 11 décembre 2000.

Résumé. On décrit dans cette note une structure de torseur sur le schéma affine défini par une collection de relations -algébriques entre les polyzêtas aux racines de l’unité, \ie les valeurs prises sur un groupe fixé de racines complexes de l’unité par les fonctions hyperlogarithmiques à plusieurs variables. Dans le cas où la seule racine de l’unité est 1 (cas des polyzêtas), ces relations sont censées être les seules entre ces nombres et le torseur obtenu devrait être égal à celui des associateurs de Drinfel’d. Les formules utilisées sont en général celles de l’action de sur la droite projective privée d’un nombre fini de points.                   Torsor structure associated to some algebraic relations between polyzetas at roots of unity Abstract.  We describe in this note a torsor structure arising on the affine scheme defined by a system of -algebraic relations between polyzetas at roots of unity, \ie values of hyperlogarithmic functions on a fixed finite subgroup of . For , (polyzetas case), these relations are believed to span all the -algebraic relations between those numbers and this torsor should be equal to Drinfeld’s, \ie the Grothendieck-Teichmüller group acting on associators. The formulas for the general case are derived from the action of on the projective line minus finitely many points.

1 Abridged English Version

In this note, we study some -algebraic relations between some values of the following hyperlogarithmic functions

(1)

where are positive integers. The radius of convergence of this power series is 1. It is convergent on the polycircle, except for . We shall consider the numbers , where lie in some finite multiplicative subgroup of . We call the length of (1) and its weight. For , these are the polyzetas numbers (also called MZVs, multizetas, …) on which we focused in our thesis ([16]). All the statements present in this note are proved in full detail in [16] in this particular case, from which the general one is not very different.

In sections 4 through 7, we recall some fundamental -algebraic relations that those numbers do satisfy. For , it is believed, after a lot of computer checking (\cf [11]), that these relations span all the -algebraic relations between polyzetas. For the general case, the situation seems to be more complicated. We will denote by DMRD (Double “Mélange”222This is the french word for “shuffle”., Regularisation and Distribution) the relations given in sections 47.

As this work grew out of the striking connection between polyzetas and associators, let us recall some facts about these. Drinfel’d ([6]) introduced the concept of associator as a step towards the construction of quantized universal enveloping algebras. An associator with values in some -ring is a Lie exponential in satisfying some relations (inherited from McLane’s coherence constraints). Among them is the hexagonal equation, which depends on a parameter . Let be the set of all associators and the set of associators with parameter . Drinfel’d proved the existence of a pro-unipotent group scheme acting freely and transitively on each . This is his “graded” prounipotent version of the Grothendieck-Teichmüller group, an interesting object of study in itself, because of its relations with the absolute Galois group (\cf [6, 13]).

The only explicitly defined example of an associator, denoted , is obtained in terms of solutions of the Knizhnik-Zamolodchikov differential system which is also closely related with the iterated integrals that give rise to the first shuffle relations. It is an element of . In 1993 Le and Murakami gave an expression of involving all the polyzetas. Actually, is almost equal to the non-commutative generating series we shall denote in section 4. As the relations DMRD should span all the -algebraic relations between polyzetas, by replacing in the polyzetas by formal symbols satisfying these relations, we should get a “universal” associator over , but we are not able to prove that.

As those relations are at their simplest on the generating series, we will consider all the series, with coefficients in an arbitrary -ring satisfying them. For arbitrary , this gives a functor . We consider it as a concrete realisation of the affine scheme associated with the relations DMRD. The main result, given in section 10, is that this object is fibered over the affine line and is a trivial torsor (as an affine -scheme). It is indeed very close to Drinfeld’s : for , the torsors and work with the same formula. The law we use for the action in the general case is not original either : as for , it comes from the theory of Galois representation into pro-algebraic fundamental groups and from monodromy torsors (\cf [10, 18]). The law defines a pro-unipotent group scheme on its maximal domain of definition. It is denoted and described in section 9. Its infinitesimal structure is described by two kinds of operators : the special derivations, which are relevant for its Lie algebra , and the tangential action operators (denoted ), which are relevant for the exponential map .

The most difficult part of this work is to show the stability of the second shuffle relation (section 5) under this action, because we’re not able to explain it easily in terms of Galois actions or monodromy actions. The end of this note is devoted to a sketch of proof for the main result.

In section 11, we study the tangent space near 1 of and define a linear form who will eventually become the map of the theorem. We denote by its kernel in . Next, in section 12, we sketch the proof of the hardest part of the theorem : is stable under the exponential of the tangential action of on with respect to the law . The arguments used there prove also that is a Lie subalgebra of , and therefore its exponential is a sub-group scheme of . The section 13 is devoted to the transitivity of this action, thus concluding the proof of theorem. The method we use there is valid in a much more general framework.

In the last section, we explain some consequences of the torsor structure. First, the formal algebra is a polynomial algebra and every basis of the finite part of gives rise to a set of free generators. For , this is Écalle’s theorem ([8]). Next we show that Drinfeld’s irreducible elements, which conjecturally span freely the Lie algebra of , are in , thus enforcing the conjecture that the relations DMRD are actually equivalent to the equations defining associators.

1.1 Differences between versions 2 and 3

  • Bad coefficients in projections used for the formulation of the distribution relations (section 7). Consequently, all distribution-like formulas have been corrected. This doesn’t change anything on the result.

  • The short exact sequence used in definition 8.1 was irrelevant. Also, the coefficients appearing in weight 1 relations change with the imbedding of into . So doesn’t make sense for “abstract” .

  • Some tables of dimensions have been included for the tangent spaces and in which the relevant Lie algebras are of codimension 1.

2 Remerciement

Je suis très reconnaissant envers Pierre Cartier de m’avoir donné ce sujet de thèse. Son aide m’a été précieuse tant par l’orientation générale que par l’œuvre de simplification et reformulation qu’il a accomplie, sans laquelle ce travail n’aurait pu être fait. Merci également à Michel Petitot pour ses tables de relations et à Benjamin Enriquez et Pierre Deligne pour leurs remarques.

3 Conventions, notations

Un -anneau est un anneau commutatif qui contient . Toutes les algèbres sont associatives et unifères. Pour tout -anneau et tout alphabet , on note respectivement , et le monoïde libre et les -algèbres de polynômes et de séries non-commutatives formées sur . Dans les situations considérées on aura sur une graduation (le poids) permetttant les considérations topologiques usuelles. On note alors le produit scalaire de pour lequel est orthonormale. Cela permettra toujours d’identifier à son dual gradué. Le symbole désigne un produit tensoriel complété. On note le mot vide et le groupe à un élément. On considère les schémas sur comme des foncteurs de la catégorie des -anneaux dans celle des ensembles (\cf [5]).

4 Premières relations de mélange

Le contenu de cette partie est très bien connu. La lettre désigne un sous-groupe multiplicatif fini de . Soit un alphabet. On munit du coproduit qui en fait la bigèbre enveloppante de l’algèbre de Lie libre formée sur . On la munit de la graduation pour laquelle les éléments de sont de degré 1. Dans la suite, cette graduation sera appelée le poids. Le produit scalaire permet alors de considérer l’algèbre duale de la cogèbre (voir [17]). À tout mot en , on associe l’intégrale itérée

(2)

On pose par convention . L’intégrale est convergente si et seulement si le mot ne commence pas par et ne se finit pas par . On note l’ensemble de ces mots et le sous--espace vectoriel de qu’il engendre. On étend l’application par linéarité à .

Proposition 4.1.

L’ensemble est une sous-algèbre de . L’application est un morphisme d’algèbres de dans .

Ceci constitue un premier système de relations entre polyzêtas aux racines de l’unité, grâce à la proposition ci-dessous

Proposition 4.2.

Pour tous entiers strictement positifs et tous éléments de tels que soit différent de , on a :

(3)

Il est plus satisfaisant d’étendre la définition de à tout entier. Cette régularisation est rendue possible grâce aux propriétés du produit  :

Proposition 4.3.

Il existe un unique morphisme d’algèbres de dans coïncidant avec sur et vérifiant .

De façon duale, considérons la série génératrice non-commutative qui appartient à . Par dualité entre le produit et le coproduit , la première relation de mélange est équivalente à . Si l’on identifie avec et avec , l’associateur est égal à .

5 Secondes relations de mélange

Il s’agit ici de décrire la combinatoire des relations que l’on obtient par produit de séries et décomposition du domaine de sommation, comme par exemple :

(4)

Dans le cas , on sait que l’on peut décrire ces relations en interprétant comme un opérateur de spécialisation sur l’algèbre des fonctions quasi-symétriques. Dans [16], on se ramène à la cogèbre duale. Dans [2], il est proposé une généralisation : les «  fonctions quasi-symétriques colorées  ». On peut également la décrire en termes de cogèbre :

Soit un alphabet. On munit de la graduation telle que soit de degré pour tous et . On l’appelle encore le poids. L’unique morphisme d’algèbres de dans son carré tensoriel vérifiant :

(5)

fait de une bigèbre graduée. On note le produit dual du coproduit . Soit l’ensemble des mots de ne commençant pas par et le sous--espace vectoriel qu’il engendre. On note, par abus, encore l’application -linéaire de dans qui vérifie :

Proposition 5.1 (Seconde relation de mélange).

L’ensemble est une sous-algèbre de et l’application linéaire est un morphisme d’algèbres de dans .

Ceci exprime les relations du type (4). Dans le cas , il est classique que la bigèbre se ramène à une bigèbre enveloppante d’algèbre de Lie libre (\cf [15]). La généralisation au cas quelconque est facile et permet d’étendre à , comme à la section précédente :

Proposition 5.2.

Il existe une unique série telle que

6 Relations de régularisation

Le codage dans l’alphabet que l’on vient d’utiliser est quasiment tautologique. Pour tenir compte de (3) il est commode d’identifier, pour tout appartenant à , la lettre au mot . Cela permet de plonger par morphisme pour le produit de concaténation dans . On notera la projection duale de ce plongement. On constate que est égal à . Si l’on note (produits successifs) l’endomorphisme linéaire de donné par

(6)

la formule (3) devient alors : . La question se pose de savoir si cette formule reste vraie pour et . Ce serait équivalent, en notant (quotients successifs) l’inverse de , à . Ceci est malheureusement faux, mais Écalle ([7]) a donné l’expression générale de la correction à apporter :

Proposition 6.1 (Relation de régularisation).

On a

Cette formule implique la relation d’Hoffman utilisée en [11] et généralisée à quelconque en [2] : celle-ci se réduit à l’absence de terme dans la somme ci-dessus. Faute de disposer de la démonstration d’Écalle, on en a donné une autre dans [16] pour le cas , basée sur les remarques de Boutet de Monvel ([3]). La généralisation à quelconque en est immédiate.

7 Relations de distribution

On utilise une description proche d’une de celles de Goncharov (\cf [10]). Pour tout sous-groupe de , soit la projection de sur duale de l’inclusion de dans et le morphisme d’algèbres topologiques de dans caractérisé par

Avec ces notations, on a :

(7)

Pour être plus précis, les relations de distribution expriment l’égalité des coefficients des mots convergents dans et . Ces deux séries sont «  group-like  » dans , car les deux projections sont des morphismes de cogèbres. D’après une variante plus générale de la proposition 4.3, il suffit donc pour comparer ces séries d’étudier leurs termes en , ce qui donne la formule ci-dessus.

Enfin, il faut ajouter à toutes ces relations celles que l’on obtient en exprimant que, pour tout , les sont des multiples rationnels de et donc proportionnels sur . On les appellera relations de poids 1 et on les inclura dans le système DMRD.

8 Objets formels

Pour étudier la structure algébrique sous-jacente aux relations DMRD, on pourrait considérer la -algèbre engendrée par des symboles formels indexés comme les valeurs des hyperlogarithmes aux racines de l’unité, modulo les relations DMRD. Il est équivalent, et plus simple, de travailler sur l’objet dual, \ie l’ensemble des séries satisfaisant aux mêmes relations que , mais à coefficients dans des -anneaux quelconques.

Définition 8.1.

Pour tout -anneau et tout groupe commutatif fini , on note l’ensemble des éléments de tels que :

et (8)
et (9)
et (10)

Si, de plus, est un sous-groupe multiplicatif de , on note l’ensemble des éléments de vérifiant la relation de distribution

pour tout sous-groupe de et les relations de poids 1.

Le symbole est un foncteur de la catégorie des -anneaux dans celle des ensembles. Il est naturellement isomorphe à . La série appartient à et on a . Le théorème d’Écalle ([7]), énoncé fin 1999, dit que est une algèbre de polynômes et en décrit les générateurs libres.

9 Le groupe et sa structure infinitésimale

Dans ce qui suit, pour tout élément de , on note l’action naturelle de sur , \ie l’automorphisme de -algèbres topologiques de fixant et envoyant sur , pour tout .

Pour tout -anneau , soit l’ensemble des séries de dont le terme constant vaut 1 et muni du produit donné par , où est le morphisme de -algèbres topologiques caractérisé par

(11)

Vu comme foncteur en , c’est un schéma en groupes pro-unipotent sur , car en est une représentation linéaire fidèle dans et modulo des termes de plus haut poids que , pour tout mot de . Ce groupe n’est autre que celui des automorphismes de , équivariants pour l’action naturelle de , qui laissent stables à conjugaison près les et laissent invariant. Son algèbre de Lie est formée des séries sans terme constant de . On note son crochet. En linéarisant le produit au voisinage de 1, on obtient les résultats suivants :

Pour toute série , soit la dérivation continue de caractérisée par

(12)

C’est ce que Goncharov, suivant Ihara, appelle une dérivation spéciale équivariante (pour l’action de ). Si l’on note , pour tout de , et l’application exponentielle de dans , on a :

(13)
(14)

De plus, pour tout de , on a .

10 Énoncé du résultat principal

Théorème I.

Si est un sous-groupe fini de , il existe un morphisme de schémas ayant les propriétés suivantes :

  • pour tout -anneau , l’application est surjective

  • la fibre spéciale au-dessus de 0 est un sous-schéma en groupes de

  • pour tout -anneau et tout , le groupe agit librement et transitivement sur par translation à gauche (au sens de )

Pour et la flèche du théorème donne la valeur de par laquelle on a remplacé . Dans le cas où le cardinal de vaut au moins 3, elle donne la valeur par laquelle on a remplacé , lui-même multiple rationnel de .

À titre de comparaison, on peut résumer ainsi les propositions 5.5 et 5.9 de [6] dont le théorème I est inspiré :

Théorème II (Drinfel’d).

Le schéma est un sous-schéma en groupes de et , égal à , agit librement et transitivement par translation à gauche au sein de sur chaque , pour tout -anneau et tout .

La flèche indique quel est l’élément de qui intervient dans l’équation hexagonale. Dans le cas de , on a .

Conjecture I.

Pour tout -anneau et tout , on a .

Cette conjecture est étayée par la compatibilité entre les conjectures de dimension de Zagier (\cf [19]) et la variante de Drinfel’d de la conjecture de Deligne (\cf [6], p. 860). On donnera quelques informations supplémentaires à ce propos à la fin de la section 14.

11 Les espaces tangents et

On considère ici la linéarisation au voisinage de 1 de  :

Définition 11.1.

Pour tout -anneau , soit l’ensemble des séries de qui vérifient :

(15)
et (16)
et (17)

ainsi que la relation de distribution tangente

pour tout sous-groupe de . et les relations de poids 1, inchangées car linéaires.

Proposition 11.2.

Pour tout de , homogène de poids et tout , on a

(18)

On démontre cela par une analyse explicite des contraintes portant sur les termes de longueur 1 et 2 de imposées par les équations 16.

On qualifiera d’exceptionnel un élément de ne vérifiant pas l’équation (18). Soit l’ensemble des éléments de qui la vérifient. Il y a essentiellement un seul élément exceptionnel pour chaque  :

Proposition 11.3.

Pour tout , il existe un élément homogène de tel que soit le noyau dans de la forme linéaire .

Si le cardinal de est au moins 3 on peut prendre pour un des avec (grâce aux relations de poids 1, toutes les formes linéaires ainsi obtenues sont colinéaires sur ). Si ou , on peut prendre . On considère dans la suite comme fixé.

Définition 11.4.

Pour tout -anneau et tout , on note l’ensemble des éléments de vérifiant : .

On a ainsi décrit le morphisme de schémas du théorème.

12 Action tangente

On donne dans cette partie quelques indications sur la démonstration de l’énoncé ci-dessous qui constitue une moitié du théorème. Pour alléger, les termes «  -primitif  » et «  -codérivation  » signifient respectivement «  primitif  » et «  codérivation  » pour le coproduit .

Proposition 12.1.

Pour tout -anneau , tout et tout élément de , l’ensemble est stable par multiplication à gauche par .

Soit . La stabilité des équations (8) par est évidente.

En ce qui concerne les relations de mélange, qui s’expriment pour par le fait que et sont «  group-like  » respectivement pour et , la situation est dissymétrique. En effet, l’ensemble des éléments «  group-like  » de est stable par . Dans l’optique qui est la notre, cela peut se formuler ainsi : soit ; l’opérateur est somme de la dérivation et de la multiplication à gauche par ; si est primitif (pour ), cette dernière est une codérivation, ainsi que , car c’est une dérivation qui envoie les lettres de sur des éléments primitifs; est donc un morphisme de cogèbres, ce qui permet de conclure. On va transposer cette méthode au coproduit , mais on ne peut rien espérer d’aussi simple, car l’ensemble des «  group-like  » pour n’est pas stable par , si est un -primitif quelconque.

Premièrement, pour tout , on voit facilement que le noyau de est stable par . On peut donc considérer l’endomorphisme -linéaire de , quotient par . D’autre part, si l’on note la dérivée partielle par rapport à de , la projection est bijective de sur . Son inverse est donné par

(19)

Si est une série de Lie, et coïncident. Si appartient à , on a donc . Comme dépend linéairement de , pour , on peut décomposer en .

Proposition 12.2.

Pour un élément de , homogène de poids , l’endomorphisme -linéaire de est une -codérivation

Pour démontrer cette proposition, on décompose en somme de la translation à droite par qui est une -codérivation, étant -primitif et d’une dérivation. On exprime les valeurs de celle-ci sur les en fonction des , de et d’opérateurs respectant la -primitivité. On teste alors l’identité de codérivation sur les ; elle finit par se ramener à (18).

L’opérateur est donc un automorphisme de -cogèbres topologiques de . Si appartient à , l’élément est donc «  group-like   » pour . Pour conclure, il suffit de prouver que c’est exactement . En effet, les termes correctifs (du type ou ) sont des séries en et est central ; de plus, pour tout , on a et . Pour les relations de distribution, il suffit de voir que les coefficients des s’additionnent de la même façon et que les applications et sont des morphismes de dans .

La proposition 12.1 implique également que est une sous-algèbre de Lie de , car , pour tous de , ce qui prouve que vérifie les équations (16). Les autres équations se traitent comme ci-dessus. Par la formule de Campbell-Hausdorff, est donc bien un sous-groupe de .

13 Transitivité

On indique ici comment se prouve la deuxième partie du théorème :

Proposition 13.1.

Pour tout -anneau et tout , l’action de sur est libre et transitive.

La liberté est évidente, puisque l’action est une translation au sein d’un groupe. Pour obtenir la transitivité, on suit la méthode d’approximations successives exposée dans [1].

Pour tout entier , on note le quotient de par le èmeterme de la filtration associée au poids et la projection correspondante. On considère comme inclus dans : la projection envoie tout mot de poids au moins sur 0 et laisse les autres fixes. On note l’ensemble des éléments de satisfaisant aux équations définissant , modulo des termes de poids au moins . Les forment un système projectif dont la limite est .

La remarque principale est la suivante : étant donné un élément de , si l’on cherche un élément de , homogène de poids tel que appartienne à , on résout un système linéaire (avec second membre) à coefficients rationnels. Le système homogène associé est exactement celui qui définit la composante homogène de poids de . La différence de deux solutions est donc un élément de . D’autre part, modulo des termes de poids au moins , si est homogène de poids , l’opérateur agit sur une série de terme constant 1 par addition de . On en tire par une récurrence facile l’énoncé suivant :

Proposition 13.2.

Si est non-vide, l’action de sur chaque troncation et sur est transitive.

Pour tout , soit le morphisme de -algèbres topologiques multipliant chaque lettre de par . On voit facilement que est stable par . Lorsque le cardinal de vaut au moins 3, l’élément exceptionnel est de poids 1. On a donc . Si ou , on a , car est de poids 2. Comme appartient à , en posant, suivant le cas, ou , on obtient par un élément de , qu’on notera .

Proposition 13.3.

Il existe un élément de .

On résout pour cela par récurrence les équations définissant . Si est un élément de , il existe tel que soit égal à modulo des termes de poids au moins . Or appartient à , en notant le terme de poids de . Le système linéaire satisfait par les coefficients d’un élément homogène de poids de pour que appartienne à est entièrement rationnel et admet une solution complexe. Il admet donc une solution rationnelle.

Si le cardinal de vaut au moins 3, on en déduit que est non-vide pour tous et  : il contient . Dans l’autre cas, on montre d’abord l’existence d’un élément de dont tous les termes de poids impairs sont nuls  : avec les notations ci-dessus, est solution du système linéaire portant sur si est impair tandis que est pair. On utilise alors , l’opérateur qui multiplie les mots de poids par . La proposition 13.2 permet alors de conclure.

14 Conséquences et conclusion

Comme corollaire, l’application de dans donnée par (ou, suivant le cas, ) est un isomorphisme de schémas de sur . Le foncteur est représentable par l’algèbre symétrique du dual gradué de . Cela montre que l’algèbre formelle définie par les relations DMRD est une algèbre de polynômes car est son spectre et donne une description de ses générateurs libres.

La liberté de l’algèbre constitue une partie de l’énoncé du théorème d’Écalle. Il donne une description des générateurs en fonction de son algèbre de Lie des polynômes bialternaux, elle-même sous-algèbre de Lie de ARI. Il a très récemment étendu ces résultats au cas . Une fois établie la correspondance entre les séries génératrices commutatives que Goncharov et lui utilisent et les séries génératrices non-commutatives de cette note, on constate que est isomorphe à la sous-algèbre d’ARI formée des «  moules entiers  », \ie correspondant à des séries entières au voisinage de 0 et dont les variables sont dans , cas particulier dont les formules sont données chez Goncharov ([9]). Bien que développés indépendamment, les arguments utilisés par Écalle pour conclure semblent fortement recouper les nôtres (linéarisation et utilisation de la stabilité pour le crochet de