Méthodes de Kashiwara-Vergne-Rouvière pour certains espaces symétriques

Charles Torossian1
11UMR 8553 du CNRS, DMA-ENS, Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm 75230 Paris cedex 05, Charles.T
Résumé

Cet article est une suite de notre article [To1]. En utilisant une déformation ”à la Kontsevich” de la formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques, on retrouve les résultats de Rouvière [Rou1], sur la convolution des distributions invariantes, dans le cas des espaces symétriques résolubles et ”très symétriques”.

This paper follows our previous work [To1]. We study the case of symmetric spaces. We recover, by using a Kontsevich’s deformation of the Baker-Campbell-Hausdorff formula, Rouvière’s results [Rou1], on the convolution of invariant distributions, for solvable symmetric spaces and ”very symmetric spaces”.

Introduction

Dans notre article précédent [To1], suivant les idées élaborées par Kontsevich [Ko] pour la quantification formelle des variétés de Poisson et déjà utilisées dans [ADS] et [AST], nous avons montré comment résoudre certaines conjectures sur la formule de Campbell-Hausdorff (BCH in English). Plus précisément, nous avons construit une déformation de la formule BCH, qui vérifie une équation différentielle analogue à celle que l’on trouve dans l’article de Kashiwara-Vergne [KV]. Ces équations ont la même utilité que celles de l’article de Kashiwara-Vergne. En effet elles permettent de montrer, comme dans [ADS] et [AST], que l’application exponentielle modifiée par la racine carrée du jacobien, transporte la convolution des distributions invariantes sur les algèbres de Lie ([Du],[KV], [Ve],[Mo]).

Dans cet article nous considérons le cas des espaces symétriques.

Dans notre mémoire d’Habilitation [To2] nous avons par ailleurs abordé certains problèmes d’analyse harmonique pour les espaces symétriques. Nous avons notamment expliqué en quoi le comportement des espaces symétriques est à la fois proche et éloigné du cas des algèbres de Lie. On peut dire en résumant grossièrement, qu’il existe une catégorie d’espaces symétriques pour laquelle les méthodes des groupes fonctionnent bien (cas nilpotent, résoluble, , cas ”très symétrique”). Malheureusement le cas général des espaces symétriques ne peut pas être traité par des méthodes s’inspirant simplement du cas des groupes (voir la fin de cet article pour quelques remarques).

Dans cet article nous allons déformer la formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques généraux.

Nous montrerons que cette déformation vérifie, dans les ”bons” cas évoqués plus haut (résoluble ou très-symétrique), des équations analogues au cas des groupes. On en déduira que l’application exponentielle modifiée par la racine carrée du déterminant jacobien, transporte la convolution des germes de distributions invariantes. Nous retrouvons ainsi les résultats de Rouvière [Rou1] du cas résoluble. Notre démonstration fournit une preuve dans le cas très symétrique ce qui, à notre connaissance, est un résultat nouveau.

Remerciements: L’auteur remercie M. Pevzner et le département de mathématiques l’Université Libre de Bruxelles (ULB) pour leur invitation (fin janvier 2002). L’auteur y a finalisé les résultats de cet article. Nous remercions aussi les organisateurs du colloque Carmona pour leur invitation. Nous avons eu le plaisir d’y présenter les résultats de cet article.

1 Rappels

1.1 Rappels sur la formule de Kontsevich

La formule de Kontsevich associe à toute structure de Poisson régulière sur un étoile-produit formel associatif. Ce n’est qu’un cas particulier du théorème de formalité démontré par Kontsevich dans [Ko] théorème .

Lorsque et sont deux fonctions régulières sur et un deux-vecteur de Poisson régulier sur , Kontsevich écrit dans [Ko] paragraphe , la formule suivante :

(1)

Cette formule munit l’espace des fonctions régulières sur d’une structure associative formelle. Dans cette formule est un paramètre formel, désigne l’ensemble des graphes étiquetés avec points de première espèce et points de seconde espèce, est un graphe dit admissible parmi les graphes de , est un cœfficient obtenu par intégration sur un espace de configurations d’une forme différentielle dépendant de et est un opérateur bidifférentiel construit à partir de .

Par souci de clarté et d’autonomie du texte nous allons préciser maintenant chacun des termes de cette formule et appliquer dans un second temps cette formule dans le cas des structures de Poisson linéaires c’est-à-dire dans le cas du dual des algèbres de Lie.

1.1.1 Espaces de configurations

On note par l’espace des configurations de points distincts dans le demi-plan de Poincaré (ce sont les points aériens) et de points distincts sur la droite réelle (ce sont les points terrestres). Le groupe:

agit librement sur . Le quotient :

est une variété de dimension . Compte tenu de l’action de ce groupe sur les points terrestres, on peut identifier deux des points terrestres aux points et (à condition que l’on ait , sinon on peut identifier un des points aériens au complexe ). Dans [Ko] paragraphe , Kontsevich construit des compactifications de ces variétés notées . Ce sont des variétés à coins de dimension . Ces variétés ne sont pas connexes pour . On notera par la composante connexe qui contient les configurations où les points terrestres sont ordonnés dans l’ordre croissant (i.e. on a ). On introduit de manière analogue des variétés de configurations de points dans le plan complexe modulo l’action du groupe . On les note , ce sont des variétés de dimension . On note les compactifications associées ([Ko] paragraphe ).

Ces variétés sont stratifiées et chaque strate est décrite par un arbre. En termes géométriques, les strates sont obtenues par concentrations itérées de points en des amas ([Ko] paragraphe 5.2).

1.1.2 Graphes admissibles

La notion de graphes admissibles est maintenant bien établie dans la littérature. On désigne par l’ensemble des graphes étiquetés et orientés (les arêtes sont orientées) ayant sommets du première espèce (sommets aériens) et sommets du deuxième espèce (sommets terrestres). Par graphe étiqueté on entend un graphe muni d’un ordre total sur l’ensemble de ses arêtes, compatible avec l’ordre des sommets.

Les graphes qui vont intervenir dans la formule de Kontsevich sont dans et vérifie des conditions supplémentaires. On dira qu’ils sont admissibles ([Ko] paragraphe et paragraphe ) si

  1. Les arêtes partent toutes des sommets de première espèce.

  2. Il part deux arêtes de chaque sommet de première espèce.

  3. Le but d’une arête est différent de sa source (il n’y a pas de boucle).

  4. Il n’y a pas d’arêtes multiples (même source, même but).

Figure 1: Graphe admissible (de type Lie)

1.1.3 Opérateur différentiel associé à un graphe

Soit un graphe admissible de . De tout point aérien partent deux arêtes numérotées .

Soit un deux-vecteur sur . On peut alors associer à tout graphe admissible un opérateur bi-différentiel sur comme expliqué dans [Ko] paragraphe . On notera l’opérateur bidifférentiel associé que l’on suppose agir sur les fonctions et .

Expliquons heuristiquement la formule. Sur chaque sommet aérien on met le deux-vecteur et sur les sommets terrestres on met les fonctions et . Chaque arête arrivant sur un sommet dérive la fonction associée au sommet. On multiplie les fonctions ainsi obtenues et on somme sur toutes les possibilités. Concrètement la formule est la suivante. Pour chaque arête , on note par le point aérien source (départ) et par le point but (arrivée). Dans la formule ci-dessous décrit l’ensemble les applications de l’ensemble des arêtes dans l’ensemble des indices de coordonnées .

1.1.4 Forme d’angles

Soient deux points distincts dans le demi-plan de Poincaré muni de la métrique de Lobachevsky. On note

(2)

C’est l’angle entre la géodésique et où l’infini peut être vu comme l’infini sur la droite réelle (figure [2])

Figure 2: Fonction d’angle

La fonction d’angle s’étend à la compactification en une fonction d’angle régulière. La variété est précisément décrite dans l’article de Kontsevich ([Ko] paragraphe ), c’est le fameux œil (figure [3]). On remarquera, mais c’est tautologique vu la construction des compactifications, que lorsque les points s’approchent selon un angle , la fonction d’angle vaut précisément cet angle. Lorsque s’approche de l’axe réel la fonction d’angle est nulle et lorsque s’approche de l’axe réel on obtient deux fois l’angle de demi-droite avec l’axe réel.

Comme la fonction d’angle est régulière sur la compactification, on peut considérer sa différentielle qui est alors une -forme sur .

Figure 3: La variété , dite œil de Kontsevich

1.1.5 Poids associé à un graphe

Si est un graphe admissible dans , alors toute arête définit par restriction une fonction d’angle notée sur la variété . Le produit ordonné

(3)

est donc une -forme sur qui est de dimension aussi . Le poids associé sera donc

(4)

1.1.6 Permutation des arêtes

Soit un graphe admissible dans et un deux-vecteur régulier sur . Le groupe , produit des groupes de permutations des arêtes attachés à chaque sommet, agit naturellement sur par permutation de l’étiquetage des arêtes. On vérifie que l’on a ( désigne la signature de la permutation ):

(5)

de sorte que le produit ne dépend pas de l’étiquetage. On remarque aussi que le cœfficient et l’opérateur ne dépendent pas de l’ordre des sommets.

1.1.7 Principe de la démonstration

L’associativité de l’étoile-produit défini par Kontsevich résulte de deux ingrédients. Le premier ingrédient est la formule de Stokes qui va donner des relations entre les cœfficients . Le deuxième ingrédient est un lemme fondamental ([Ko] lemme ) qui assure que les concentrations aériennes de plus de trois points auront des contributions nulles. Au final le défaut d’associativité de cet étoile-produit sera nul car le deux-vecteur est un deux-vecteur de Poisson ([Ko] paragraphe ).

1.2 Le cas linéaire

Soit une algèbre de Lie de dimension finie sur . L’espace vectoriel dual possède une structure de Poisson linéaire donnée par la moitié du crochet de Lie. Ces deux notions sont équivalentes. Si désigne une base de , la base duale et la dérivée dans la direction du vecteur , alors le deux-vecteur de Poisson associé est .

Dans ce cas ([Ko] théorème ) l’ordre des opérateurs est suffisamment croissant de sorte que, lorsque et sont deux fonctions polynomiales, la formule de Kontsevich est en fait une somme finie. Cet étoile-produit vérifie pour dans (considérés comme des fonctions linéaires sur ) la relation

En localisant en , l’étoile-produit de Kontsevich définit donc sur l’algèbre symétrique une structure isomorphe à l’algèbre enveloppante de ([Ko] théorème ).

1.2.1 Géométrie des graphes

Dans le cas linéaire, les graphes qui vont intervenir de manière non triviale dans la formule (1) ont une description relativement simple. En effet chaque sommet de première espèce ne pourra recevoir qu’au plus une arête: ce sont par définition les graphes pertinents (relevant graphs) et on renvoie le lecteur à l’article [AST] paragraphe pour une description précise des graphes pertinents qui interviennent dans la formule finale.

En fait des arguments élémentaires (détaillés dans [AST] paragraphe ) montrent que tout graphe admissible pertinent se décompose en produit de graphes simples. Il y a deux types de graphes simples: ceux qui contiennent une seule roue (et donc pas de racine) comme dans la figure [4] on les appellera graphes de type roue ([AST] définition ) et ceux qui contiennent une seule racine (et donc pas de roue) comme dans la figure [1], ce sont les graphes de type Lie ([Ka] définition ).

1.2.2 Symbole de

Dans [AST] paragraphe on a associé à chaque graphe admissible un symbole . C’est une fonction de à valeurs dans donnée par la formule pour dans

Par exemple le symbole associé au graphe de la figure [1] est

et le symbole associé au graphe de la figure [4] est

Lorsque le graphe est simple de type Lie, alors est naturellement un élément de l’algèbre de Lie engendrée par et . Lorsque est produit de graphes simples, le symbole est le produit des symboles associés ([AST] lemme ).

1.2.3 Formule de Campbell-Hausdorff en termes de graphes

Comme démontré dans [Ka] thérème , la formule de Campbell-Hausdorff s’écrit alors pour et dans (la série est convergente pour et proches de )

(6)

où la somme porte sur les graphes simples de type Lie. Les graphes qui contribuent de manière non triviale dans cette formule n’ont donc qu’une racine et ne possèdent pas de symétries. Par conséquent les graphes étiquetés (numérotés) associés à un graphe géométrique (graphe orienté associé pour lequel on oublie l’étiquetage) sont au nombre de . Le terme se compense avec le terme et le terme disparaît aussi car on a pris le deux-vecteur de Poisson associé à la moitié du crochet de Lie. On notera le symbole associé au graphe géométrique lorsqu’on prend le deux-vecteur de Poisson associé au crochet de Lie. On a alors la formule plus synthétique suivante

(7)

où la somme porte sur les graphes géométriques simples de type Lie. On remarquera toutefois que le symbole est mal défini si le graphe n’est pas étiqueté. Pour résoudre ce problème il suffit de remarquer que c’est aussi le cas pour le cœfficient et que ces deux difficultés se compensent grâce aux équations (5).

Figure 4: Graphe simple de type Roue

1.2.4 Symbole formel de l’étoile-produit dans le cas linéaire et fonction de densité

La propriété multiplicative du symbole et la combinatoire sur les graphes assurent que le symbole formel associé à l’étoile-produit de Kontsevich est, dans le cas des algèbres de Lie, un produit de deux termes de type exponentiel correspondant aux contributions des graphes simples de type Lie (c’est la formule de Campbell-Hausdorff par [Ka] théorème ) et des graphes simples de type roue (c’est la fonction de densité par [AST] proposition ). Le symbole formel vu dans , vérifie alors ([AST] proposition )

(8)

avec la fonction de densité (série convergente pour et proches de ) :

(9)

où la somme porte sur l’ensemble des graphes géométriques simples et de type roue. On montre ([AST] proposition ) que cette fonction vaut

(10)

avec le déterminant jacobien de l’application exponentielle à savoir

(11)

1.3 Rappel sur les espaces symétriques

Soit une algèbre de Lie de dimension finie sur , on appelle paire symétrique, tout couple avec une automorphisme de Lie involutif. Habituellement on note la décomposition en espaces propres relativement à .

Lorsque est l’algèbre de Lie d’un groupe de Lie (connexe et simplement connexe) et la différentielle d’un involution de (un automorphisme de groupe vérifiant ), on note le sous-groupe des points fixes de dans et la composante connexe de qui contient l’élément neutre . L’espace est appelé espace symétrique. Alors est l’algèbre de Lie de , mais en général n’est pas une sous-algèbre de Lie car on a les relations suivantes et . On peut identifier à l’espace tangent . Il existe cependant sur un produit triple donné par la formule pour dans

(12)

Les espaces vectoriels munis de produits triples sont pour les espaces symétriques, ce que sont les algèbres de Lie pour les groupes de Lie ([Lo] vol I, paragraphe II-).

L’application exponentielle définit un difféomorphisme local de sur . On la note et on notera l’application exponentielle de dans . On en déduit alors l’existence d’une formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques, définie de la manière suivante. Pour et dans proches de , il existe une série convergente à valeurs dans telle que l’on ait

En utilisant l’involution on trouve facilement

(13)

Cela nous suggère de modifier le crochet de Lie pour et de prendre plutôt deux fois le crochet. Notons l’algèbre de Lie ainsi obtenue et le groupe de Lie connexe et simplement connexe associé. Notons l’application exponentielle associée. On aura alors (le membre de droite est calculé dans )

(14)

2 Méthodes de déformation pour les espaces symétriques

2.1 Calcul de la formule de Campbell-Hausdorff

Comment exprimer maintenant en termes de diagrammes? Cela revient à se demander comment on calcule les produits itérés de l’étoile-produit. La proposition suivante résout la question (voir l’article [Ko] paragraphe pour un calcul analogue).

On considère l’ensemble des graphes étiquetés avec points aériens et points terrestres. On place les points terrestres en avec (figure [5]). On étend la notion de graphes admissibles aux graphes de (voir section 1.1.2).

Notons la valeur du cœfficient obtenu par intégration de la forme sur les configurations à fixe (en d’autres termes on intègre sur les points aériens).

Figure 5: Graphe avec trois points terrestres

On considère la structure de Poisson linéaire sur , donnée par la moitié du crochet de Lie. On note le deux-vecteur associé.

Proposition 1.

Pour trois fonctions régulières sur on a

Preuve: On doit montrer deux choses, d’une part que l’expression de droite est indépendante de et qu’elle vaut bien le terme de gauche.

On utilise le calcul de la dérivée de comme dans [To1] paragraphe . Cela revient à utiliser la formule de Stokes de manière infinitésimale qui est à la base de l’associativité ([Ko] paragraphe ). En pratique cela veut dire que l’on doit concentrer des points. Comme les points sont sur l’axe réel, les concentrations que l’on doit effectuer sont aériennes (sinon pour des raisons de dimension on se retrouve dans le cas [Ko] paragraphe ). Les concentrations de plus de trois points aériens sont nulles ([Ko] lemme ). Les seules expressions non nulles, proviennent alors des concentrations de deux points aériens. Elles se compensent par l’identité de Jacobi, à savoir (crochet de Schouten). Le terme de droite est donc constant.

Maintenant lorsque tend vers , on obtient toutes les concentrations de points aériens avec leurs arêtes. En effet, il faut tenir compte des composantes de bord dans les compactifications des espaces de configurations ([Ko] ). Le résultat vaut alors la factorisation

On en retrouve l’associativité de l’étoile-produit en considérant la limite quand tend vers .

Remarque : Dans la proposition ci-dessus on n’a pas utilisé le fait que la structure de Poisson était linéaire, on en déduit que cette proposition est vraie pour tout deux-vecteur de Poisson.

Plaçons maintenant le point médian en . On place en la fonction , en la fonction et en la fonction . On s’intéresse à la contribution des termes dans

(15)

Le bivecteur de Poisson intervenant est comme d’habitude la moitié du crochet de Lie (n’oublions pas que l’on travaille dans ). On fait maintenant intervenir la symétrie par rapport à la droite . Si est un graphe, on note le graphe symétrisé. Clairement, les quantités

et

sont égales. Par contre on a . On en déduit que les contributions des termes avec impair sont nulles.

La géométrie et la combinatoire des graphes intervenant dans la formule (15) est clairement identique à celle du paragraphe 1.2. On étend donc toutes les notions rappelées au paragraphe 1.2.

On note de la même façon que précédemment le symbole de l’opérateur lorsqu’on prend pour deux-vecteur de Poisson le crochet de Lie de . On a donc

(16)

On en déduit, comme dans l’équation (8), que le membre de gauche dans (15) est un produit de deux termes de type exponentiel correspondant aux contributions des graphes simples de type roue et aux contributions des graphes simples de type Lie. La contribution dans (15) des graphes admissibles dont les composantes simples sont de type Lie calcule le terme de droite dans (14) (c’est le théorème de [Ka]). Par conséquent la contribution des graphes simples de type Lie dans (15) correspond à la formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques par (14).

En considérant les graphes géométriques associés, on en déduit comme pour la formule (7) la proposition suivante :

Proposition 2.

La formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques s’écrit pour et dans :

avec la somme portant sur les graphes simples géométriques de type Lie avec trois points terrestres. En particulier on a bien .

Pour les mêmes raisons que [ADS] lemme et ou [AST] proposition , les séries associées sont convergentes pour et dans proches de . On peut donc prendre et on obtient

(17)

Notons le jacobien de l’application . On a la formule classique

(18)

En utilisant la fonction de densité (10) pour les algèbres de Lie et l’associativité de l’étoile-produit, on peut calculer sans difficulté la fonction de densité . On obtient

(19)

où la fonction (11) est calculée pour le crochet double. Or pour on a

avec membre de droite calculé pour le crochet simple. On en déduit le lemme

Lemme 1.

On a la formule

(20)

2.2 Première Déformation

On va effectuer maintenant une première déformation de la formule de Campbell-Hausdorff et de la fonction de densité. Elle consiste à déformer les cœfficients en déplaçant les points terrestres dans le demi-plan de Poincaré ([Ko] ).

La première déformation correspond typiquement au graphe de la figure [6] où la position du point associé à est repéré par la variable . Cette variable désigne la position du point dans , avec le point aérien sur la droite d’équation . Cela revient à considérer des graphes simples de type Lie de , où on a placé les points de deuxième espèce en .

Figure 6: Première déformation typique

On ajoute un indice pour signifier la dépendance en . La règle concernant les symétries dans les cœfficients joue de la même façon que précédemment. Seuls les termes avec un nombre pair de sommets de première espèce vont intervenir.

On effectue comme dans [To1] paragraphe le calcul de la dérivée de la fonction

(21)

On ne doit considérer que les concentrations d’un point aérien sur , les autres concentrations donnant soit directement ([Ko] lemme ) soit s’annulant par compensation due à l’identité de Jacobi. On se retrouve avec des cœfficients dérivés correspondant à des graphes du genre de la figure [7].

Figure 7: Contribution Type dans la dérivée

Le cœfficient correspondant à un graphe comme dans la figure [7] contient un terme en . Pour les mêmes raisons que celles expliquées dans [To1] proposition , le cœfficient se factorise en un produit se calcule à constant et contient toute la contribution de la différentielle en . En regroupant les graphes qui dégénèrent de la même manière, on fait apparaître un terme, au niveau des symboles, du genre

(22)

désignent par abus les symboles des graphes . Ces graphes sont forcément des graphes simples admissibles de type Lie (avec points de deuxième espèce placés en ). Remarquons par ailleurs qu’il s’agit bien du crochet de Lie, car on a pris le deux-vecteur de Poisson associé au crochet de Lie. Pour des raisons de symétrie, on aura une contribution non triviale des cœfficients lorsque le graphe a un nombre pair de sommets de première espèce et le graphe un nombre impair de sommets de première espèce (à cause de l’arête qui joint le point maintenant aérien à la racine de ). La factorisation du cœfficient permet alors de tout factoriser comme dans [To1] théorème :

(23)
(24)

La convention des signes de [AMM] , pour l’orientation des strates donne le signe final. Par ailleurs l’étiquetage des graphes n’a plus d’importance une fois qu’on a considéré le produit du cœfficient et du symbole (car il y a compensation des signes). On peut donc travailler directement avec les graphes géométriques.

Pour la fonction de densité on procède comme dans [To1] paragraphe et on obtient alors les mêmes équations que celles que nous avons établies dans [To1] théorème et théorème . Par suite on peut énoncer le théorème suivant :

Théorème 1.

Soit une paire symétrique réelle. Il existe une série convergente en dans un voisinage de dans , on la note . Elle est à valeurs dans et c’est une -forme en . Il existe une déformation de la formule de Campbell-Hausdorff pour les espaces symétriques, on la note et il existe enfin une déformation de la fonction de densité, on la note telles que l’on ait

(25)

et

(26)

La -forme , correspond à

(27)

avec un graphe simple géométrique de type Lie (où les points de deuxième espèce sont placés en ) et le cœfficient calculé en ajoutant une arête du point vers le sommet de comme dans la figure [7]. La notation signifie que l’on a pris la différentielle partielle de en .

2.3 Modification de la fonction de densité pour les espaces
symétriques: cas résoluble et très symétrique

Les équations obtenues dans le théorème précédent ne sont pas satisfaisantes du point de vue des espaces symétriques. En effet au lieu de trouver une on aurait aimé trouver une dans (26).

Comme et sont des endomorphismes de qui envoient sur et sur , on en déduit que l’on a

(28)

puis

(29)
Lemme 2 ([Rou1] page ).

Pour les espaces symétriques résolubles et les paires très symétriques le commutateur est à trace nulle sur .

On en déduit alors, que l’on peut transformer facilement les traces sur en des traces sur à condition que le terme soit nul. C’est exactement l’argument de Rouvière. En particulier on trouve que ce terme est nul dans le cas des paires symétriques résolubles et des paires très symétriques ([Rou1] paragraphe ). Une paire très symétrique est la donnée d’une paire symétrique et d’un automorphisme commutant aux et qui envoie sur et sur ([Rou1] paragraphe ). Pour les paires très symétriques on a facilement ([Rou1] paragraphe page )

(30)

Des exemples connus de paires très symétriques, sont les paires et . Dans le premier cas, on prend et dans le second cas on prend la multiplication par .

Conclusion: Dans le cas des espaces symétriques il est utile de prendre la racine carrée de la fonction de densité pour obtenir une trace sur (afin de compenser le cœfficient dans (29)).

2.4 Calcul de la fonction de densité à l’infini

On fait tendre vers l’infini, ce qui revient au même de fixer le point aérien en et de faire tendre les deux points terrestres vers . On détermine facilement la valeur de la fonction de densité à l’infini.

Avant cela introduisons une autre fonction de densité que l’on note , correspondant aux contributions des graphes admissibles dont les composantes simples sont de type roue et dont les points de deuxième espèce sont placés en (correspondant à ) et en (correspondant à ) (voir figure [8]). Par ailleurs les points de première espèce sont associés au deux-vecteur de Poisson associé au crochet de Lie.

Figure 8: Contribution Type dans la fonction de densité

De manière analogue on notera la contribution des graphes admissibles dont les composantes simples sont de type Lie et dont les points de deuxième espèce sont placés en et en (voir figure [9]).

Figure 9: Contribution Type dans
Proposition 3.

Lorsque le point tend vers l’infini dans la direction imaginaire, on obtient

(31)

Preuve: En approchant les deux points terrestres vers , on doit tenir compte de toutes les concentrations de points aériens sur ces points terrestres. Cela ajoute un terme correspondant à la fonction de densité pour les algèbres de Lie (10), où l’on place et aux points terrestres, ce qui donne

Figure 10: Le point de déformation reste sur l’axe

2.5 Interprétation dans l’œil de Kontsevich

Lorsqu’on a rapproché nos deux points terrestres en , on retrouve des graphes admissibles où les points de seconde espèce sont placés en . C’est donc un point dans positionné sur la paupière de l’œil et sur l’axe de symétrie voir figure ([10]). Cela explique notre choix de notation : on est à la moitié sur la paupière.

2.6 Application à la convolution des distributions -invariantes sur les espaces symétriques résolubles ou très symétriques

En reprenant d’une part les arguments énoncés dans [AST] paragraphe et [KV] paragraphe sur la convolution des germes de distributions invariantes et d’autre part les définitions de [Rou1] paragraphe pour la convolution sur , on déduit le théorème suivant (pour simplifier les notations on a noté pour ) :

Théorème 2.

Soit une paire symétrique résoluble ou très symétrique. Soient et des germes de distributions -invariantes en dans à supports compatibles. On a alors la formule suivante

pour une fonction test à support dans un voisinage de dans .

Preuve: Les problèmes de convergence et la définition de supports compatibles sont étudiés dans [Rou1] paragraphe . La méthode est par ailleurs strictement identique. On se contente donc de la partie formelle.

On a introduit une déformation de la formule de Campbell-Hausdorff et de la fonction de densité. On a donc une dépendance en

(32)

On calcule facilement la dérivée en , compte tenu des équations (25) et (26) du théorème 1. L’invariance du germe signifie que l’on a

(33)

On obtient alors

(34)

avec . En effet l’invariance fait disparaître le terme en dans (29) (n’oublions pas que l’on a pris la racine carrée). Lorsque est une paire très symétrique ou une paire résoluble, la trace sur du crochet est nulle par le lemme 2. On en déduit que la fonction est constante.

Il vient , puis en utilisant (20) et (31)

(35)

En changeant un peu l’ordre des termes et en simplifiant par (la fonction est invariante par et l’énoncé vaut pour tous germes de distributions invariantes) on trouve

(36)

Conclusion: dans les cas de paires symétriques étudiées, on a trouvé une déformation adéquate vis à vis de la convolution des germes de distributions invariantes sur les espaces symétriques.

2.7 Deuxième déformation

On utilise maintenant la deuxième déformation, qui consiste à déplacer dans notre point de la paupière vers l’iris de l’œil tout en restant sur l’axe de symétrie vertical de l’œil. En d’autres termes, on fait se rapprocher les deux points de seconde espèce sur l’axe .

C’est la déformation que l’on a utilisé dans [To1]. La situation est alors stricto sensu identique. Les équations que l’on obtient sont celles de [To1] théorème et théorème . Compte tenu des symétries pour les cœfficients et le fait que et sont dans , il est certain que nos champs adjoints sont dans . Comme on restreint notre étude au cas des espaces symétriques résolubles ou très symétriques, on peut grâce au lemme 2, transformer dans l’équation différentielle (26) la trace sur en une trace sur (ou sur ) à condition de prendre la racine carrée de la fonction de densité.

Sur l’iris de l’œil cette fonction de densité vaut d’après [Sh] et la déformation de CBH vérifie . On a donc établi le théorème suivant (on note pour ):

Théorème 3.

Soit une paire symétrique résoluble ou très symétrique. Soient et des germes de distributions -invariantes en dans à supports compatibles. Pour une fonction test à support dans un voisinage de dans , on a alors la formule suivante

Remarques finales:

  1. Quand est une paire symétrique résoluble, le théorème ci-dessus est démontré par Rouvière [Rou1] théorème en utilisant une déformation homogène de la formule de Campbell-Hausdorff comme dans [KV].

  2. Les déformations utilisées dans cet article sont régulières mais leur jonction n’est pas différentiable. Cela explique notre choix d’exposition en deux parties et nous permet heureusement de retrouver les résultats de [Rou1].

  3. Lorsque et correspondent à des distributions de support , on retrouve que la symétrisation modifiée par la racine carrée du jacobien, constitue un isomorphisme d’algèbre de (les symboles -invariants) sur , l’algèbre des opérateurs différentiels invariants sur l’espace symétrique . C’est l’isomorphisme de Rouvière dans le cas des espaces symétriques résolubles (voir [To2] pour une synthèse sur ce problème).

  4. On sait qu’en général on ne peut pas obtenir un tel transport des distributions invariantes en utilisant une modification aussi simple de l’application exponentielle. On peut s’en convaincre par exemple en examinant ce qu’est l’homomorphisme d’Harish-Chandra du cas semi-simple (non très symétrique). Pour pallier cette difficulté Rouvière a introduit une fonction auxiliaire dans [Rou2], [Rou3], [Rou4] pour les fibrés en droites sur , notée . Il semble opportun de relier ces résultats avec les méthodes décrites dans cet article. Ce programme de recherche est annoncé dans [To2].

Références

  • [ADS] M. Andler, A. Dvorsky and S. Sahi, Kontsevich quantization and invariant distributions on Lie groups. Ann. Sci. de l’Ecole Norm. Sup. 35 (2002), no. 3, 371–390.
  • [AST] M. Andler, S. Sahi and C. Torossian, Convolution of invariant distributions on Lie groups, e-print, arXiv: math. QA/0104100.
  • [AMM] D. Arnal, D. Manchon, M. Masmoudi, Choix des signes dans la formalité de Kontsevich. Pacific J. Math. vol. 203 No 1, 23-66 (2002).
  • [Du] M. Duflo, Opérateurs différentiels bi-invariants sur un groupe de Lie. Ann. Sci. de l’Ecole Norm. Sup. 10 (1977), 107–144.
  • [Ka] V. Kathotia, Kontsevich universal formula for quantization and the Campbell-Baker-Hausdorff formula. Internat. J. Math. 11 (2000), no. 4, 523–551.
  • [KV] M. Kashiwara and M. Vergne, The Campbell-Hausdorff formula and invariant hyperfunctions. Inventiones Math. 47 (1978), 249–272.
  • [Ko] M. Kontsevich, Deformation quantization of Poisson manifolds I, e-print, math. QA/9709040.
  • [Lo] Loos O., Symmetric Spaces I-II. Benjamin, New-York, 1969.
  • [Mo] T. Mochizuki, On the morphism of Duflo-Kirillov type. J. Geom. Phys., 41 (2002), 73–113.
  • [Rou1] F. Rouvière, Espaces symétriques et méthodes de Kashiwara-Vergne. Ann. Sci. de l’Ecole Norm. Sup. 19 (1986), 553–581.
  • [Rou2] F. Rouvière, Invariant analysis and contractions of symmetric spaces I. Compositio Math. 73 (1990), 241–270.
  • [Rou3] F. Rouvière, Invariant analysis and contractions of symmetric spaces II. Compositio Math. 80 (1991), 111–136.
  • [Rou4] F. Rouvière, Fibrés en droites sur un espace symétrique et analyse invariante. J. Funct. Anal. 124 (1994), 263–291.
  • [Sh] B. Shoikhet, Vanishing of the Kontsevich integrals of the wheels. EuroConférence Moshé Flato 2000, Part II (Dijon). Lett. Math. Phys. 56 (2001), no. 2, 141–149.
  • [To1] C. Torossian, Sur la formule combinatoire de Kashiwara-Vergne, Journal of Lie Theory, 12 (no. 2) (2002), 597–616.
  • [To2] C. Torossian, Trois perspectives autour des opérateurs différentiels invariants, Thèse d’Habilitation à diriger les recherches de l’Université de Paris VII, décembre 2001, http://www.dma.ens.fr/torossia/publication/pubindex.html.
  • [Ve] M. Vergne, Le centre de l’algèbre enveloppante et la formule de Campbell-Hausdorff, C. R. Acad. Sci. Paris, 329 (1999), Série I, 767–772.

C. Torossian
UMR 8553 du CNRS, DMA, École Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75230 Paris cedex 05

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].