Check out our new tool: Keepsake, a lightweight version control system for machine learning

Triplets spectraux en géométrie d’Arakelov

Caterina Consani
Département de Mathématiques
Université de Toronto, Canada
Partiellement supportée par la bourse du NSERC numéro 72016789
   Matilde Marcolli
Max–Planck Institut für Mathematik
Bonn, Allemagne
Partiellement supportée par la bourse Sofja Kovalevskaja de l’Humboldt Foundation

Résumé Dans cette note nous employons la théorie des triplets spectraux de Connes pour rapprocher le modèle de Manin du graphe dual de la fibre à l’infini d’une surface d’Arakelov et la cohomologie du cône de la monodromie locale.


Spectral triples in Arakelov geometry

Abstract In this note, we use Connes’ theory of spectral triples to provide a connection between Manin’s model of the dual graph of the fiber at infinity of an Arakelov surface and the cohomology of the mapping cone of the local monodromy.


Abridged English version

In Arakelov theory a completion of an arithmetic surface is achieved by enlarging the group of divisors by formal linear combinations of the “closed fibers at infinity”. Manin in [Man] described the dual graph of any such closed fiber in terms of an infinite tangle of bounded geodesics in a hyperbolic handlebody , uniformized by a Schottky group . In this note we consider arithmetic surfaces over the ring of integers in a number field, with fibers of genus . We use Connes’ theory of spectral triples to relate the hyperbolic geometry of the handlebody to the cohomology of the cone of the local monodromy at arithmetic infinity as introduced in [KC]. First, we construct a spectral triple, where the non–commutative space is given by the reduced –algebra of the Schottky group acting on the cohomology of the cone via a representation induced by the presence of a polarized Lefschetz module structure. In this setting we recover the alternating product of the archimedean factors from a zeta function of the spectral triple. Then, we introduce a second spectral triple, which is related to Manin’s description of the dual graph of the fiber at infinity. Here the non–commutative space is a –algebra representing the “reduction mod infinity” and acting on a “dynamical homology and cohomology” pair, defined in terms of the bounded geodesics in the handlebody and of a dynamical system . The operator , that represents the “logarithm of a Frobenius–type operator” on the archimedean cohomology of [Den], gives the Dirac operator on these spectral triples. We show that the archimedean cohomology embeds in the dynamical cohomology, compatibly with the action of a real Frobenius , so that the duality isomorphism on the cohomology of the cone of corresponds to the pairing of dynamical homology and cohomology.

A detailed version of the results presented in this note is contained in [CM].


1 Introduction

En théorie d’Arakelov une complétion d’une surface arithmétique est réalisée par l’élargissement du groupe des diviseurs avec une combinaison linéaire formelle des “fibres fermées à l’infini”. Dans [Man], Manin a décrit le graphe dual d’une telle fibre fermée en employant un enlacement infini de géodésiques limitées dans une variété hyperbolique , uniformisée par un groupe de Schottky . Dans cette note nous considérons des surfaces arithmétiques définies sur l’anneau des entiers d’un corps de nombres, avec des fibres de genre . Nous employons la théorie des triplets spectraux de Connes pour rapprocher la géométrie hyperbolique de la variété avec la cohomologie du cône de la monodromie locale à l’infini aritmétique qui a été introduite dans [KC]. D’abord, nous construisons un triplet spectral, où l’espace non–commutatif est donné par la –algèbre réduite du groupe de Schottky qui agit sur la cohomologie du cône à travers la représentation définie par la présence d’une structure de Lefschetz module polarisée. Dans ce cadre nous retrouvons le produit alterné des facteurs archimédiens d’une fonction zeta du triplet spectral. Puis, nous introduisons un deuxième triplet spectral, qui est lié à la description de Manin du graphe dual de la fibre à l’infini. Ici l’espace non–commutatif est une –algèbre qui représente la “réduction modulo infini” et qui agit sur un accouplement d’ “homologie et cohomologie dynamique”, définie avec les géodésiques limitées dans la variété hyperbolique et à travers l’usage d’un système dynamique . L’opérateur , qui représente le “logarithme de Frobenius” sur la cohomologie archimédienne de [Den], donne l’opérateur de Dirac sur ces triplet spectraux. Nous prouvons que la cohomologie archimédienne est plongée dans la cohomologie dynamique, de manière compatible avec l’action de Frobenius réelle , de sorte que l’isomorphisme de dualité sur la cohomologie du cône de correspond à l’accouplement d’homologie et cohomologie dynamique.

Une version détaillée des résultats présentés dans cette note est contenue dans [CM].

2 Résultats

Soit une courbe projective et lisse définie sur or . Pour , nous notons le groupe abélien des formes différentielles réelles (analytiques ou ) sur de type .

Pour , l’expression signifie le -ème Hodge-Tate twist de .

Soient ; nous considérons le complexe suivant

(2.1)

Sur on définit les différentielles et , avec et . Ceux-ci satisfont (voir [KC] Lemma 4.2). Nous considérons aussi les morphismes

peut être regardé comme le logarithme de la monodromie locale à l’infini, et est l’homomorphisme de Lefschetz, avec la -forme réelle fondamentale (fermée) sur . Ces endomorphismes commutent avec et et satisfont (voir [KC]). On définit et on écrit pour indiquer le complexe simple doté de la différentielle total et avec l’action des opérateurs et .

Le complexe différentiel avec les opérateurs et est un module de Lefschetz bigradué et polarisé, avec la polarisation définie par

Ici, pour : et est l’opérateur de Weil pour une forme différentielle de type (voir [Wells] §V.1). La forme bilinéaire

(2.2)

est symétrique et définie positive (voir [KC] Lemmas 4.2, 4.5, 4.6 et Proposition 4.7). La structure de module de Lefschetz bigraduée correspond à la représentation

(2.3)

Nous considérons le cône de l’application

et l’hyper-cohomologie . Ces groupes ont une structure gradué de la forme

Quand on obtient des résultats similaires en prenant les invariants de la conjugaison de de Rham (voir [CM] §2.)

Soit un groupe de Schottky de rang . Soit le -stabilisateur de chacune de deux composantes connexes en , où est un quasi-cercle pour (voir [Bo]). Nous considérons les deux groupes Fuchsiens de Schottky , avec les équivalences conformelles entre les deux composantes de et les deux hémisphères en . Après un relèvement de de à , nous considérons la –algèbre réelle, réduite .

Théorème 2.1

Soit une surface arithmétique avec fibres de dimension un et de genre . Soit un groupe de Schottky qui fixe l’uniformisation de la surface de Riemann correspondante à une place archimédienne. Le produit (2.2) induit un produit intérieur sur . La représentation , obtenue par une restriction de (2.3) sur le -relèvement du groupe Fuchsien , induit une représentation de sur la complétion de Hilbert de avec le produit intérieur ci-dessus. Ces données, avec l’opérateur

déterminent un triplet spectral 1–sommable à la Connes (voir  [Connes]).

Sur les sous-espaces

on définit des isomorphismes de dualité qui sont produits par les puissances de la monodromie (voir [KC], Proposition 4.8). L’opérateur

satisfait , , , pour chaque , et . Par conséquent, nous considérons dans la famille de fonctions zeta associées au triplet spectral

(2.4)

avec . Ici est la projection sur le sous-espace et est la projection spectrale sur le sous-espace propre de l’opérateur avec valeur propre .

Théorème 2.2

La fonction zeta (2.4) satisfait

sont les facteurs archimédiens définis en [Serre].

Pour un choix d’un ensemble de générateurs du groupe de Schottky , nous considérons l’ensemble des suites réduites et doublement infinies dans les ():

L’opérateur de décalage agit sur comme

Le couple est un espace de Smale (voir [Putn]), et le tore de l’application est défini comme .

Il y a une identification sur la cohomologie de avec le -groupe de la -algèbre produit croisé pour l’action de sur (voir [BoHa]). Ceci munit d’une filtration de groupes commutatifs libres , avec et , pour , de façon que (voir [PaTu]). Le groupe d’homologie a une filtration de groupes commutatifs libres , de sorte que , avec pour pair et pour impair.

Définition 2.3
  1. Nous définissons la cohomologie dynamique comme

    pour . Nous définissons le sous-espace gradué de avec engendré par les éléments , pour en . Ici est la fonction charactéristique du sous-espace topologique de

    avec .

  2. Nous définissons l’ homologie dynamique comme

    Nous définissons aussi comme le sous-espace gradué , où est engendré par les éléments .

Il y a une involution (que nous notons encore ) qui agit sur l’homologie et la cohomologie dynamiques et qui est induit par le changement d’orientation.

Théorème 2.4

Il y a des isomorphismes -équivariants et , tels que le diagramme suivant soit commutatif (avec ):

Want to hear about new tools we're making? Sign up to our mailing list for occasional updates.


If you find a rendering bug, file an issue on GitHub. Or, have a go at fixing it yourself – the renderer is open source!

For everything else, email us at [email protected].