arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Suites d’applications méromorphes multivaluées
et courants laminaires

Tien-Cuong Dinh
Abstract

Let be a sequence of (multivalued) meromorphic maps between compact Kähler manifolds. We study the asymptotic distribution of preimages of points by and the asymptotic distribution of fixed points for multivalued self-maps of a compact Riemann surface.

Let be a sequence of holomorphic images of in a projective manifold. We prove that the currents, defined by integration on , properly normalized, converge to weakly laminar currents. We also show that the Green currents, of suitable bidimensions, associated to a regular polynomial automorphism, are (weakly) laminar.

1 Introduction

L’une des motivations de notre travail est le problème dynamique suivant. Soit une application rationnelle ou birationnelle sur une variété projective de dimension . Soient , des sous-variétés projectives de , de dimensions respectives , et de degrés fixés. Il s’agit de trouver des conditions suffisantes pour que la suite des mesures , équidistribuées aux points de , tende vers une mesure invariante . Nous pensons que la mesure ne dépendra pas de générique et sera un objet dynamique intéressant.

Notons l’espace (de paramètres) des . On peut construire les applications méromorphes multivaluées telles que l’image réciproque de par soit égale à l’ensemble . On peut alors ramener le problème à l’étude de la distribution asymptotique des préimages des points par [10].

On peut également approcher ce problème d’une autre manière [2, 12]. On cherche à démontrer que les suites des courants d’intégration sur les variétés et , proprement normalisés, convergent vers des courants invariants et . On attend que ces courants limites conservent des structures analytiques: ils sont constitués par des familles de variétés complexes. On attend aussi que la mesure invariante , coïncide avec la mesure obtenue comme intersection géométrique des variétés qui constituent et . On aura alors .

Ces deux différentes approches ont donné [2, 10, 13] des réponses partielles au problème ci-dessus dans le cas des automorphismes polynomiaux réguliers au sens de Sibony. Notons qu’en dimension 2 les automorphismes polynomiaux réguliers sont ceux du type Hénon (voir paragraphe 5 pour la définition).

Dans la première partie de l’article, nous étudions la distribution des préimages d’une suite d’applications. Soient et des variétés kählériennes compactes de dimensions respectives et . Soit des applications méromorphes (multivaluées). Notons le degré topologique et le degré intermédiaire d’ordre de (voir paragraphe 2 pour les définitions). On suppose que la série converge. Sodin, Russakovskii, Shiffman [24] ont montré, pour le cas des applications rationnelles entre espaces projectifs, que les préimages de sont équidistribuées lorsque tend vers l’infini. Plus précisément, tend faiblement vers 0 pour hors d’un ensemble pluripolaire , où on a noté la masse de Dirac en . Le cas général de ce résultat a été démontré dans [10]. Si est la suite des itérés d’une application méromorphe (multivaluée) dont le degré topologique est plus grand que les autres degrés dynamiques, est contenu dans une réunion dénombrable d’ensembles analytiques, voir Lyubich [21], Briend-Duval [4, 3], Guedj [19] et [9, 8, 10]. De plus, converge vers la mesure d’équilibre de . Cette mesure reflète aussi la distribution des points fixes répulsifs de ().

Nous cherchons des conditions plus générales sur la suite pour que soit contenu dans une réunion dénombrable d’ensembles analytiques. Nous montrons que c’est le cas si la suite des courants postcritiques de ( fois le courant d’intégration sur les valeurs critiques de ) converge vers un courant . L’ensemble est alors essentiellement contenu dans désigne le nombre de Lelong de en . Un théorème de Siu [27] implique que ce dernier ensemble est une réunion finie ou dénombrable d’ensembles analytiques.

Nous étudions aussi la distribution des points fixes répulsifs dans le cas où et sont égales à une surface de Riemann compacte . Supposons de plus que, pour tout , tend faiblement vers une mesure qui est singulière par rapport à . Nous montrons que la mesure, équidistribuée aux points fixes répulsifs de , tend faiblement vers . Ce résultat éclaire le lien entre les ensembles postcritiques et l’équidistribution des points fixes répulsifs. En donnant un exemple, nous montrons que l’hypothèse sur le rapport entre et est nécessaire.

La démonstration des résultats ci-dessus utilise une méthode développée dans Lyubich [21], Briend-Duval [4] et [9, 8]. Il s’agit de construire, pour des petites boules centrées en un point générique , un bon nombre de -branches inverses dont on contrôle la taille. Plus précisément, nous construisons des applications inverses locales de qui sont définies sur les petites boules et qui admettent, comme images, des ensembles de petit diamètre. L’équidistribution des préimages s’en découle. Pour construire les points fixes répulsifs de , nous utilisons une idée de Lyubich [21]. Si est un ouvert connexe et simplement connexe tel que et , nous construisons -branches inverses de dont les images sont strictement contenues dans . Une telle -branche inverse est contractible pour la métrique de Kobayashi sur et, par conséquent, crée un point fixe répulsif pour .

Dans la deuxième partie de l’article, nous étudions la laminarité de certains courants positifs fermés. Soit une suite d’images de dans une variété projective de dimension . Supposons que la suite des courants d’intégration sur , proprement normalisés, converge vers un courant . Nous montrons que est faiblement laminaire et est laminaire si et si les singularités de sont raisonnables. Rappelons la notion de laminarité introduite par Bedford-Lyubich-Smillie [2, 12, 6]. On dit qu’un courant positif de bidimension est faiblement laminaire s’il est localement écrit comme une intégrale de courants d’intégration sur des variétés complexes de dimension . Si ces variétés sont des graphes disjoints, est dit laminaire (voir paragraphe 5 pour les détails).

Nous utilisons aussi la construction de branches inverses pour prouver ce résultat. Plus précisément, nous considérons des projections de sur un espace projectif . Les -branches inverses des ouverts de , avec taille contrôlée, forment des familles normales de variétés complexes dans . En passant à la limite, on obtient des variétés complexes qui constituent le courant .

Comme application, nous montrons que les courants de Green, de certaines bidimensions, d’un automorphisme polynomial régulier, est laminaire ou faiblement laminaire. Nos résultats généralisent des théorèmes de Bedford-Lyubich-Smillie [2] et de Dujardin [12] qui ont étudié le cas des courants de bidimension . La laminarité de courants de Green est aussi valable pour les automorphismes d’une variété projective quelconque. Notons que dans le cas des automorphismes du type Hénon, la laminarité de courants de Green a permis de démontrer de nombreuses propriétés dynamiques importantes (voir aussi [5, 7, 22, 14] pour le cas des applications biméromorphes sur les surfaces). Nous voulons enfin signaler que dans un travail récent [6], de Thélin a montré que les limites de surfaces de Riemann ouvertes, de genres contrôlés, sont aussi des courants laminaires.

2 Quelques définitions

Nous allons introduire dans ce paragraphe quelques notions sur les (semi)-transformations méromorphes entre variétés kählériennes compactes. La notion de transformations méromorphes que nous utilisons ici correspond aux transformations de codimension 0 de [10].

Le lecteur trouvera aussi dans ce paragraphe les principales notations utilisées dans tout l’article. Les variétés kählériennes compactes , et sont de dimensions respectives , et . Leurs formes de Kähler sont normalisées par . et sont les projections canoniques de ou de sur le premier et le second facteur. Les espaces projectifs complexes sont muni de la forme de Fubini-Study normalisée . Les notations , , , désignent la masse de Dirac, l’aire, le diamètre et la trace. La notation désigne la masse d’un courant, la norme d’un vecteur ou d’un opérateur linéaire.
 
2.1. (Semi)-transformations méromorphes
 
On appelle -chaîne holomorphe de toute combinaison linéaire où les sont des sous-ensembles analytiques irréductibles de dimension de . On ne suppose pas que les sont distincts. Notons le support de et le courant d’intégration sur . La multiplicité de en un point est le nombre de qui contiennent .

On appelle semi-transformation méromorphe (STM) de dans la donnée d’une -chaîne holomorphe de telle que la restriction de à chaque composante irréductible de soit surjective. On identifie cette STM à “l’application multivaluée” et on dira que est le graphe de . Lorsque la restriction de à chaque composante irréductible de est surjective, est une transformation méromorphe (TM). La TM de graphe est appelée TM adjointe de . Une TM entre variétés de même dimension est appelée correspondance méromorphe (CM). Si est une CM telle que le degré de soit égal à 1, est une application méromorphe surjective de dans .

Soit une STM. Notons l’ensemble des points tels que . C’est un sous-ensemble analytique de codimension au moins 2 de . Il est appelé deuxième ensemble d’indétermination de . On appelle degré topologique de le nombre de points de , compté avec multiplicité, pour . Ce nombre ne dépend pas de . Il est aussi égal au nombre de points de compté avec multiplicité où .

Posons et . L’opérateur (resp. ) agit sur l’espace des formes lisses sur (resp. sur ) à valeurs dans l’espace des courants sur (resp. sur ). L’opérateur agit aussi sur les mesures positives qui ne chargent pas . La masse de est fois celle de . On appelle degré intermédiaire d’ordre de le nombre

On a

Observons que les degrés intermédiaires se calculent cohomologiquement.

Pour chaque point , notons les germes d’ensemble analytique irréductible de en . Soit le degré topologique de . Posons . L’ensemble est une hypersurface de . Soit la -chaîne holomorphe portée par cette hypersurface dont les multiplicités sont données par la fonction . Posons . On appelle courant postcritique de le courant .

Soit un sous-ensemble connexe de . On appelle branche inverse de toute suite

avec un sous-ensemble connexe de , telle que définisse une bijection entre et . Si n’est pas un ouvert de , on exige que l’inverse de l’application se prolonge en application holomorphe d’un voisinage de dans . Si est un ouvert de , on exige bien sûr que est holomorphe. On dira que (resp. ) est l’application semi-inverse (resp. inverse) associée à la branche . On dira que est de taille si . L’ensemble est appelé l’image de . Considérons une branche inverse d’un point :

On dira que est accrochée à si , et . Etant donnée une branche inverse de , par prolongement analytique, il y a au plus une branche inverse de qui est accrochée à . En particulier, admet au plus branches inverses. Observons que et sont des obstructions pour construire les branches inverses des ensembles simplement connexes. Par contre, les points singuliers de , dont les composantes irréductibles locales sont lisses, ne le sont pas.

Considérons maintenant le cas où et où est une CM de degré topologique de dans . On définit l’itéré d’ordre de par ( fois) où la composition considérée est celle des applications multivaluées. On appelle degré dynamique d’ordre de le nombre

Les degrés dynamiques de ne dépendent pas de la forme de Kähler fixée pour et on a .

Les points fixes de sont déterminés par l’intersection de son graphe avec la diagonale de . Soit une branche inverse d’un point et soit l’application inverse associée. Lorsque on dit que définit un point fixe régulier de . Si, de plus, les valeurs propres de en sont de module strictement inférieur à 1, on dit que ce point fixe est répulsif. Quand il n’y a pas de confusion, on note simplement pour le point fixe. Les points périodiques réguliers (répulsifs) d’ordre de sont les points fixes réguliers (répulsifs) de .
 
2.2. Suites de (semi)-transformations méromorphes
 
Considérons une suite de STM . Soient le degré topologique et le degré intermédiaire d’ordre de . Notons le courant postcritique et le deuxième ensemble d’indétermination de .

Nous allons considérer les suites vérifiant une ou plusieurs des propriétiés suivantes.

  1. La suite tend vers ;

  2. La série est convergente;

  3. La suite de mesures tend faiblement vers une mesure ; on dira qu’alors est la mesure d’équilibre de la suite ;

  4. La suite tend faiblement vers un courant ; on dira qu’alors est le courant postcritique de la suite ;

Notons l’ensemble des points qui appartiennent à pour une infinité de et l’ensemble des points tels que la mesure ne tende pas vers quand . L’ensemble (resp. ) est appelé premier (resp. deuxième) ensemble exceptionnel de . On dira aussi que est l’ensemble exceptionnel de . Posons . C’est une réunion finie ou dénombrable d’ensembles analytiques de codimension au moins 2 de . On a . Dans [10], en généralisant des résultats de Sodin, Russakovskii-Shiffman [24], nous avons montré, pour toute suite de TM vérifiant (H1’) et (H2), que l’ensemble exceptionnel est pluripolaire.

3 Ensemble exceptionnel

Dans ce paragraphe, nous démontrons que si une suite de TM vérifie (H1), (H2), (H3), alors son ensemble exceptionnel est contenu dans une réunion finie ou dénombrable d’ensembles analytiques. Nous avons le résultat suivant.

Théorème 3.1

Soit une suite de TM entre variétés kählériennes compactes et . Supposons que vérifie (H1), (H2), (H3). Soient le courant postcritique et le deuxième ensemble exceptionnel de . Alors est contenu dans l’ensemble désigne le nombre de Lelong de en .

Observons que pour toute suite vérifiant (H1), (H3), on peut extraire des sous-suites vérifiant (H2). Par conséquent, pour une telle suite, lorsque .

Soit une CM d’une variété comme au paragraphe 2.1. Si son degré topologique est strictement plus grand que son degré dynamique d’ordre , on peut appliquer le théorème 3.1 à la suite des itérés de . Dans ce cas, la suite est croissante, bornée en masse. Donc elle converge vers un courant . On obtient alors des résultats de Lyubich [21], Freire-Lopes-Mañé [16], Briend-Duval [4] et [9, 19, 8, 10].

Dans la démonstration du théorème 3.1, nous construisons, pour chaque , un bon nombre de branches inverses sur des petites boules centrées en un point . La taille de ces -branches inverses tend vers 0 quand tend vers l’infini et le théorème 3.1 s’en découle. Nous commençons par la construction de branches inverses pour une STM générale . Notons , et le graphe, le degré topologique et le degré intermédiaire d’ordre de . Notons le deuxième ensemble d’indétermination et le courant postcritique de . Posons . Fixons un point . Pour simplifier les notations et les calculs, nous allons considérer une carte de contenant . Dans cette carte, les boules et la masse de courant seront définies ou mesurées avec la métrique euclidienne. Ceci ne changera pas le résultat.

Soit une constante assez petite, que nous préciserons plus loin. Elle ne dépend que de la géométrie de . Soit la boule de centre et de rayon . Fixons des constantes et telles que la masse de et de dans soient majorées par et par . La constante , que nous utilisons dans la proposition suivante, sera donnée au lemme 3.3.

Proposition 3.2

Soit une STM comme ci-dessus. Soit une constante, . Supposons que et . Alors il existe , , indépendant de tel que la boule admette au moins branches inverses de taille .

Démonstration du théorème 3.1. Soit . On a . Il faut montrer que tend faiblement vers . Quitte à extraire une sous-suite, on peut supposer que vérifie (H1’), et que converge vers une mesure .

Fixons des constantes et vérifiant l’hypothèse de la proposition 3.2. D’après la définition du nombre de Lelong [28] et puisque , on peut choisir assez petit tel que, pour assez grand, la masse de dans soit majorée par . Posons . La masse de ce courant est d’ordre . Puisque vérifie (H1), on peut appliquer la proposition 3.2 pour assez grand. Notons les -branches inverses de fournies par la proposition 3.2 et les applications inverses associées. La condition (H1) implique que la taille de tend vers 0 quand tend vers l’infini.

D’après [10], puisque vérifie (H1’) et (H2), est pluripolaire. On peut donc choisir un point tel que . Posons

Quitte à extraire des sous-suites, on peut supposer que et sont convergentes. Le fait que la taille de tend vers 0 implique que ces deux suites ont une même limite. D’autre part, pour chaque assez grand, le nombre des branches est au moins égal à . Les masses des mesures positives et sont donc au plus égales à . On en déduit que la masse de est majorée par pour tout . D’où .


Dans la suite, nous démontrons la proposition 3.2. Pour simplifier la construction des branches inverses, on suppose que est localement irréductible en tout point. Pour le cas contraire, il suffit d’utiliser une application afin de séparer les composantes irréductibles locales de et on remplace , par et .

Soit la famille des droites complexes passant par . On munit de la structure de variété complexe naturelle. Puisque , on munit de la mesure de probabilité invariante naturelle . Notons le disque de rayon centré en et contenu dans la droite , . Notons aussi le courant d’intégration sur .

Lemme 3.3

Soit un courant positif fermé de bidegré , de masse dans la boule . Notons la famille des droites telles que la masse de la mesure soit majorée par . Alors il existe une constante indépendante de , , , telle que .

  • Démonstration. Par homothétie, on peut supposer que . Soient l’éclatement de en et . Fixons une métrique kählérienne sur . Dans , on peut écrire est une fonction p.s.h. Définissons . Ce courant ne dépend pas du choix du potentiel et l’opérateur est continu sur l’ensemble des courants [23]. Par conséquent, la masse de est bornée par est une constante indépendante de .

    Notons l’adhérence de . La masse de est égale à celle de . Puisque la fibration de , formée par les disques , n’a pas de singularité, on peut appliquer la théorie de tranchage classique pour conclure [15, 4.3.2].

D’après le lemme 3.3, il existe une famille avec telle que pour tout la masse de la mesure soit majorée par et celle de soit majorée par . Pour construire les branches inverses de , on a besoin du lemme suivant.

Lemme 3.4

Soient une surface de Riemann à bord lisse et le disque unité. Soit une application holomorphe lisse jusqu’au bord. Supposons que définisse un revêtement de degré sans points de ramification au bord. Soit le nombre de points de ramification de comptés avec multiplicité. Alors admet au moins composantes connexes, irréductibles, sur lesquelles est de degré .

  • Démonstration. Notons que tout point singulier de est un point de ramification dans notre sens. Soient les composantes connexes de et la restriction de à . Soient la caractéristique d’Euler de , le degré de et le nombre de points de ramification de compté avec multiplicité. On a et . D’après la formule de Riemann-Hurwitz [20, p.105], on a et donc . Puisque , on a pour au moins indices . On en déduit que et pour au moins indices . Pour un tel indice , on a .

Lemme 3.5

Il existe indépendant de tel que pour tout , admette au moins branches inverses de taille .

  • Démonstration. Soit l’image réciproque de par . Quitte à perturber légèrement , on peut supposer que le bord de est lisse et ne contient pas de point de ramification de . Soit le nombre de points de ramification de . La somme est égale à fois la masse de . Donc . Le lemme 3.4, appliqué aux , implique que admet au moins branches inverses.

    L’aire totale de ces branches inverses est majorée par fois la masse de la mesure . Elle est donc majorée par . On en déduit que pour au moins branches inverses de , l’aire est majorée par . La preuve est complétée par le lemme 3.6.

Lemme 3.6

Soient une constante assez petite et le disque de rayon centré en . Alors, si est une application holomorphe vérifiant , on a

  1. Pour tout , il existe , , indépendant de , tel que ;

  2. Pour tout , , il existe , indépendant de , tel que ;

où l’aire de est calculée en tenant compte les multiplicités des points.

Ce lemme est dû à Briend-Duval. La preuve est donnée pour le cas de l’espace projectif, elle est aussi valable pour le cas général [4]. On peut également montrer ce lemme en considérant une suite générale d’applications avec . On montre que les valeurs adhérentes de cette suite sont des applications constantes. Ceci permet d’appliquer la formule de Cauchy dans des cartes convenables pour conclure.

Nous recouvrons par un nombre fini de cartes biholomorphes à la boule unité de . Fixons la constante telle que tout ensemble de diamètre soit contenu dans l’une des cartes. Dans la suite, nous allons travailler avec des sous-ensembles de de diamètre plus petit que . Nous pouvons donc utiliser les métriques euclidiennes sur ces cartes pour simplifier les notations et les calculs.

Notons la famille des branches inverses de . Pour chaque , notons la famille des branches qui accrochent une branche inverse de taille de . D’après le lemme 3.5, on a . Notons la famille des tels que admette une branche inverse accrochée à . On a

Soit le nombre d’éléments tels que . Puisque pour tout , on a

D’où .

Fixons une branche parmi les branches qui vérifient . Soient et les applications semi-inverse et inverse associées à . Ce sont des applications holomorphes au voisinage de . Pour terminer la preuve de la proposition 3.2, il suffit d’appliquer le lemme 3.7 afin de prolonger et en applications holomorphes sur avec . Les applications prolongées définissent alors une branche inverse pour qui est de taille .

Lemme 3.7

[1, 26] Soit une famille de droites passant par telle que . Notons l’intersection de ces droites avec la boule . Soit une application holomorphe d’un voisinage de dans . Supposons que se prolonge holomorphiquement sur pour tout . Alors il existe , dépendant de , mais indépendant de et de , tel que se prolonge holomorphiquement sur . De plus, si on note encore les prolongements holomorphes, on a

En particulier, on a .

Soient une -chaîne holomorphe, , à support dans . Notons l’ensemble des points tels que la multiplicité de en est plus grande ou égale au nombre de composantes irréductibles lisses de en . Posons .

Proposition 3.8

Sous l’hypothèse de la proposition 3.2, il existe une constante indépendante de telle que si la masse du courant dans est majorée par , admette au plus branches inverses

(avec ) qui vérifient .

  • Démonstration. D’après une inégalité du type Jensen [28], la masse de dans est majorée par . D’après une inégalité de Lelong, lorsque est assez petit, tout sous-ensemble analytique de dimension de qui rencontre , a un volume supérieur à . Soit une branche inverse de donnée par la Proposition 3.2. Notons la branche inverse

    de () induite par . Si la branche inverse vérifie , la masse de est minorée par . Puisque la masse totale des est minorée par , il y a au plus branches inverses vérifiant cette propriété. La proposition en découle.

4 Distribution de points périodiques

Considérons une suite de CM de dans lui-même. Supposons que vérifie (H2). Notons la famille des points fixes réguliers répulsifs de . Dans cette famille, on répète chaque point un nombre de fois égal à sa multiplicité. Posons

Nous cherchons des conditions suffisantes pour que tende faiblement vers la mesure d’équilibre de . Nous donnons dans le cas de dimension 1 un critère satisfaisant.

Théorème 4.1

Soit une surface de Riemann compacte lisse. Soit une suite de correspondances de dans . Supposons que vérifie (H1), (H2), (H3) et

Alors tend faiblement vers .

Le cas de dimension supérieure nous semble beaucoup plus compliqué. Lorsque est la suite des itérés d’une CM sur une variété de grande dimension, pour démontrer un résultat analogue, on fait appel à une propriété de mélange de [3, 8]. Dans le théorème 4.1, l’hypothèse (H4) est nécessaire comme le montre l’example suivant.

Exemple 4.2

Notons une coordonnée affine de . Soient , . La suite vérifie (H1), (H2), (H3). La mesure est égale à la mesure de probabilité invariante sur le cercle unité. La mesure est égale à la masse de Dirac en . L’hypothèse (H4) n’est pas satisfaite. On vérifie que ces applications n’admettent aucun point fixe régulier répulsif.

Le lemme suivant donne une majoration de nombre de points fixes au cas de dimension 1. Pour le cas de dimension supérieure, on peut utiliser les arguments de la proposition 5.7.

Lemme 4.3

Soit une correspondance de graphe sur une surface de Riemann compacte . Soient le degré topologique et le degré intermédiaire d’ordre de . Supposons que la diagonale de ne soit pas composante de . Alors admet au plus points fixes, comptés avec multiplicités, où est le genre de .

  • Démonstration. Observons que et sont les degrés de et . L’opérateur agit sur les groupes de Dolbeault de (on identifiera avec l’espace des -formes holomorphes sur ). D’après la formule de Lefschetz [17, p.314], le nombre de points fixes de est égal à

    Soit une -forme holomorphe non-nulle qui est un vecteur propre de . Soit la valeur propre associée à . Puisque , on a

    Or la masse de la mesure est égale à fois celle de . On en déduit que . Donc car .

Démonstration du théorème 4.1. L’hypothèse (H1) implique que la multiplicité de la diagonale de dans le graphe de est de l’ordre . On peut donc supprimer dans les pour simplifier la preuve.

D’après le lemme 4.3, l’hypothèse (H1) implique que . Par conséquent, quitte à extraire une sous-suite, on peut supposer que converge vers une mesure de masse au plus égale à 1. Fixons un , . Il suffit de montrer que la masse de est plus petite que .

Soit assez petit. Puisque est singulière par rapport à , on peut trouver un ouvert tel que , , et . En modifiant un peu l’ouvert , on peut suposer qu’il est connexe et simplement connexe. Il est donc biholomorphe au disque unité de . Choisissons aussi un ouvert tel que .

Quitte à diminuer légèrement la taille de (lemme 3.6), on peut construire, comme au paragraphe 3, pour assez grand, -branches inverses de , qui sont de taille . Notons ces branches inverses et les applications inverses associées.

Fixons un point . On a . Notons la famille des telles que . Puisque , on a pour assez grand. De plus, comme est de taille , on a pour grand. La dernière relation implique que admet un point fixe unique et sa dérivée en est strictement inférieure à 1 en module. C’est donc un point fixe répulsif de .

Posons . Quitte à extraire une sous-suite, on peut supposer que converge vers une mesure . Puisque et , la masse de la mesure positive est inférieure à . D’autre part, comme la taille de