arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Classification des variétés approximativement kähleriennes homogènes

Jean-Baptiste Butruille

Centre de Mathématiques, École Polytechnique, UMR 7640 du CNRS, 91128 Palaiseau e-mail :

Résumé – On démontre la conjecture de Gray et Wolf que les seules variétés strictement approximativement kähleriennes homogènes sont les espaces 3-symmétriques. Pour cela on les classifie en dimension 6 puis la démonstration pour les dimensions supérieures provient d’un théorème de Nagy, s’appuyant sur des résulats précédents de Cleyton et Swann. Les espaces homogènes de dimension 6, , , et l’espace des drapeaux portent une unique structure approximativement kählerienne invariante à homotétie près. Pour le premier, cela résulte de la résolution d’une équation différentielle donnée par Reyes Carrión. Pour les deux derniers, il s’agit de leur structure presque hermitienne d’espace de twisteurs sur une variété de dimension 4. Enfin, les structures approximativement kähleriennes sur la spère de dimension 6 correspondent à des 3-formes constantes sur .


1. Introduction

Une variété approximativement kählerienne (ou Nearly Kähler, en anglais : dorénavant on note NK) est une variété presque hermitienne telle que la derivée covariante pour la connexion de Levi-Civitá de la forme de Kähler est antisymétrique.

Les variétés strictement approximativement kähleriennes (SNK) – c’est à dire qui ne sont pas simplement kähleriennes – en dimension 6 sont particulières à plusieurs titres. Notamment elles admettent un spineur de Killing (voir [10]) et sont d’Einstein ([8]). Depuis les travaux de Nagy dans [14] on sait que de leur classification dépend beaucoup celle des variétés NK en toute dimension.

Une voie privilégiée de construction des variétés NK est celle des espaces 3-symétriques. A. Gray a montré en 1972 que tout espace homogène 3-symétrique naturellement réductif est muni canoniquement d’une structure NK (voir [9]). Auparavant A. Gray et J.A. Wolf avaient conjecturé en 1968 dans [17] que tout espace homogène SNK est 3-symétrique. Retournant a l’intérêt manifesté dans les années 70 pour ces variétés, P.A. Nagy ([15]) a décomposé les variétés SNK de dimension quelconque en produits riemanniens d’espaces de twisteurs au-dessus de variétés Kähler-quaternioniques, d’espaces homogènes et de variétés SNK de dimension 6. Si la variété est de plus homogène, il ne reste que des espaces homogènes, de divers types mais tous 3-symétriques et des variétés SNK homogènes de dimension 6 de telle sorte qu’il suffit pour que la conjecture soit vraie qu’elle le soit en dimension 6.

Dans cet article on prouve la conjecture en classifiant totalement les variétés SNK homogènes simplement connexes de dimension 6.

Theorème 1.1.

Tous les espaces homogènes strictement NK de dimension 6 sont des espaces 3-symétriques munis de leur structure presque complexe canonique.

Theorème 1.2.

Les seuls espaces homogènes strictement NK simplement connexes de dimension 6 sont isomorphes à et sont les groupes de Lie donnés dans la liste :

  • et

  • et est (dans ce cas est la sphère de dimension 6) ou un de ses sous-groupes finis

  • et (alors est l’espace projectif complexe ) ou un de ses sous-groupes finis

  • , et est l’espace de drapeaux

De plus sur chacun de ces espaces homogènes il y a une seule structure presque complexe NK invariante à isomorphisme près.

Pour achever la classification il faudra examiner les quotients finis des espaces homogènes dont la liste est dans le théorème 1.2. En effet les variétés SNK sont compactes, de groupe fondamental fini d’après Nagy ([14]). En dimension 6 cela résultait déjà de la démonstration par Gray dans [8] qu’elles sont d’Einstein, à courbure scalaire strictement positive.

Dans la section 2, des préliminaires algébriques à la classification permettent d’établir une première liste des groupes et tels que leur quotient est suceptible d’admettre une structure SNK invariante. Dans la section 3, on traite le cas jugé le plus difficile du produit de sphères . En résolvant l’équation différentielle de Reyes Carrión [16], qui caractérise les variétés SNK en dimension 6, sur l’espace des 2-formes invariantes, on montre que admet une seule structure homogène SNK correspondant à la construction de Ledger et Obata dans [13] d’un espace 3-symétrique. Dans la section 4 on traite plusieurs cas qui se ramènent au précédent. Dans la section 5 et la section 6, le moyen de déterminer les structures presques hermitiennes invariantes de et est de décomposer la représentation linéaire isotropique en représentations irréductibles. Cette recherche apparaît liée à la théorie des espaces de twisteurs des variétés de dimension 4 (ici et respectivement.) Il faut alors calculer quelles sont NK. Enfin dans la section 7, la donnée d’une structure NK de la sphère est rappelée être équivalente à la donnée d’une 3-forme générique constante sur l’espace euclidien et cela termine notre étude.

2. Préliminaires

Une variété riemannienne est dite presque hermitienne si la métrique et la structure presque complexe vérifient quels que soient les champs de vecteurs et , donnant une reduction du fibré principal à , notée . Soit la connexion de Levi-Civitá de , la forme de Kähler. Soit le sous-fibré des 2-formes de vérifiant . Le tenseur est une section de . Il s’agit d’un fibré associé de et on peut voir alternativement comme une fonction équivariante de dans est un espace vectoriel hermitien avec . Or il se décompose, comme espace de représentation de , en quatre sous-espaces irréductibles non isomorphes, notés . Selon que prend ses valeurs dans un des 16 sous-espaces invariants , on définit, après Gray et Hervella [9], 16 classes naturelles de variétés presque hermitiennes. En reprenant leurs notations, les variétés NK sont définies par . Autrement dit le tenseur de type (2,1) est totalement antisymétrique. Maintenant, par l’intermédiaire de fonctions -équivariantes liant à d’autres tenseurs géométriquement significatifs de la variété, on se rend compte que, par exemple, la composante sur est donnée par le tenseur de Nijenhuis ou la composante sur par la partie de type (2,1)+(1,2) de . On démontre de cette façon que la structure presque complexe d’une variété NK n’est jamais intégrable à moins qu’elle soit kählerienne (i.e. avec ) et que la différentielle de la forme de Kähler est de type (3,0)+(0,3).


Soit un espace homogène réductif c’est à dire qu’il existe une décomposition , -invariante. La projection naturelle est une fibration principale de groupe . La restriction de la différentielle de la projection en est un isomorphisme . Cette identification est de plus -équivariante : (en notant encore le difféomorphisme de induit par la multiplication dans le groupe à gauche par .) Ainsi la représentation linéaire isotropique est vue comme la représentation sur . Autrement dit le fibré associé est canoniquement isomorphe au fibré tangent par l’application

Une section d’un espace de tenseurs de est identifiée à une fonction -équivariante de sur l’espace de tenseurs correspondant de , c’est à dire d’un espace vectoriel fixe. Si cette section est de plus invariante pour l’action de sur induite par la multiplication à gauche, la fonction est constante égale à un tenseur -invariant.


A l’intersection de ces deux notions, un espace homogène presque hermitien est un espace homogène dont la métrique et la structure presque complexe sont invariantes pour l’action de et en font une variété presque hermitienne.

Elles sont donc identifiées à un produit scalaire et un endomorphisme de carré de , -invariants. La dérivée covariante d’une connexion n’est pas un tenseur, en revanche défini par , si. Il y a donc une correspondance bijective entre les connexions -invariantes et les applications , c’est à dire vérifiant

(1)

donnée par , en identifiant et . Il s’agit du théorème de Wang spécialisé aux espaces homogènes réductifs (théorème 2.1, p191 de [12]). Si , la dérivée covariante de la connexion de Levi-Civitá, qui est sans torsion, on a de plus

(2)

La notation en indice signifie la projection sur ce sous-espace du vecteur indicé. Les équations (1) et (2) définissent une unique application donnée par la formule du théorème 3.3, p201 [12]

(3)
(4)

Si est muni d’un endomorphisme d’ordre 3 dont est l’ensemble des points fixes et que le produit scalaire -invariant sur représentant la métrique est de plus -invariant, en passant au quotient on obtient une isométrie vérifiant dont est un point fixe isolé. En effet implique est une racine cubique de l’unité. Par conséquent si on est assez proche de , et doit appartenir à . En conjuguant par l’action du groupe, transitive, chaque point de est rapporté à une telle application. Cela signifie que est un espace 3-symétrique au sens de la

Définition 2.1.

Un espace 3-symétrique est une variété munie d’une famille d’isométries globales , telles que est un point fixe isolé de et , .

Comme on écrit dans le plan complexe une racine cubique de l’unité, on associe à tout espace 3-symétrique une structure presque complexe dite canonique en posant

En notant encore l’endomorphisme de carré -1 de associé, Gray a calculé dans [7] que

(5)

Il en a déduit

Theorème 2.2.

Soit un espace homogène 3-symétrique. Les propositions suivantes sont équivalentes.
(i) la structure presque complexe canonique de est NK
(ii) est naturellement réductif

Démonstration. Par naturellement réductif on entend que la métrique satisfait

(6)

C’est le cas en particulier si est la restriction à d’une métrique biinvariante de . A l’aide de et on peut calculer que pour tous . Par conséquent et sont équivalents à .  

Réciproquement on reformule géométriquement la conjecture de Gray et Wolf, énoncée dans [17] (à la fin, p113 ou dans l’introduction, p79) dans le langage de la théorie des groupes de Lie :

Conjecture 2.3.

Tout espace homogène SNK est un espace 3-symétrique naturellement réductif muni de sa structure presque complexe canonique.


Désormais désigne un espace homogène réductif simplement connexe de dimension 6. On cherche à quelles conditions il admet une structure presque hermitienne NK. Or

Proposition 2.4.

Soit un espace homogène riemannien de dimension 6, non isométrique à la sphère standard . S’il admet une structure presque complexe NK, elle est unique et invariante pour l’action du groupe .

Démonstration.

L’exposé ci-dessous suit le livre [3], surtout les section 5.2 et 5.3.

En dimension 6, les variétés NK ont sont caractérisées par l’existence d’un spineur de Killing : si on note le fibré des spineurs complexes, il existe , tel que

en notant encore la connexion induite sur par la connexion de Levi-Civitá. Quant au point, il désigne la multiplication de Clifford. Comme on est en dimension paire on peut scinder en une part négative et une part positive suivant la décomposition en sous-espaces irréductibles de la représentation de Spin(6). Alors

si bien que le conjugué de , est encore un spineur de Killing :

De plus et sont les seules valeurs possibles car il faut que la courbure scalaire vaille , où est la dimension de . On définit alors la structure presque complexe associée à par

(7)

après avoir vérifié que l’ensemble est un sous-espace complexe de en tout point . A présent si n’est pas la sphère , l’ensemble des spineurs de Killing pour la valeur est de dimension 1 (proposition 1, p126) et la structure presque complexe associée est NK. Inversement si on se donne une structure presque complexe NK, sur , il existe un spineur de Killing tel qu’elle en soit la structure presque complexe associée (voir [10]). On en déduit qu’il y a une seule structure presque complexe NK sur . De plus on peut définir une action du groupe d’isométrie sur les spineurs. Pour un espace homogène, les spineurs de Killing sont invariants et par conséquent aussi, par (7). ∎

Ainsi, tout espace homogène riemannien de dimension 6 hormis la sphère , muni d’une structure presque complexe NK est un espace homogène presque hermitien.

Dans l’examen de la conjecture en dimension 6 on distingue deux types d’espaces homogènes. Les cas où et sont des groupes produits des sphères et . On veut démontrer qu’ils se ramènent tous au cas de c’est à dire, comme on le verra à la section suivante, que la variété admet au plus une structure SNK homogène qui est de plus 3-symétrique comme on souhaite. Et les cas exceptionnels de l’espace des drapeaux , de l’espace projectif et de la sphère qu’on sait admettre eux aussi une telle structure et on voudrait démontrer en examinant la représentation linéaire isotropique de qu’il n’y en n’a pas d’autre.

Une telle démarche est systématique :

Proposition 2.5.

Soit un espace homogène SNK de dimension 6. Le groupe est contenu dans .

Démonstration.

D’abord est un espace homogène presque hermitien, est muni d’un endomorphisme de carré et on le voit comme un espace vectoriel complexe de dimension 3. Alors , le groupe des transformations unitaires de , exprimant que la métrique et la structure presque complexe sont invariantes, ce qui s’écrit encore , où est la forme de Kähler. Puis

Or pour une variété SNK de dimension 6, est non nulle, de type , préserve aussi dans ce cas une 3-forme complexe sur et doit finalement être contenu dans . ∎

Celui-ci étant compact, de dimension 8, les seuls groupes qui conviennent, hormis lui-même, sont , et leurs produits directs et leurs quotients finis.

Pour un espace homogène on a la suite d’homotopie

(8)

Cela implique que le rang du groupe fondamental de doit être inférieur ou égal à celui du groupe fondamental de . Et si on suppose connexe, l’est aussi.

A partir de ces considérations on peut établir une liste des groupes possibles et la liste, en regard, des couples , compatible avec ces faits. Il nous reviendra d’examiner cas par cas à partir de cette liste ce que l’existence de cette application surjective

(9)

impose plus précisement au plongement de dans . Pour éviter de citer tous les quotients finis d’un groupe on écrit seulement la liste des algèbres de Lie :

Lemme 2.6.

Soient un espace homogène SNK simplement connexe de dimension 6 et soient et les algèbres de Lie de et , respectivement. Elles apparaissent à la même ligne du tableau ci-dessous :

Démonstration. Cette liste est établie, en commençant par jusqu’à qui doit la contenir à cause de la proposition 2.5, à partir de la liste par ordre de dimension croissante des groupes simples, compacts, connexes : Le dernier groupe cité est de dimension 14 car est de dimension 8 et de dimension 6.

Outre les raisons de dimension qui peuvent l’empêcher, on se demande quelles sont vraiment des sous-algèbres de Lie de . C’est bien sûr le cas de , et . C’est encore le cas de via le plongement

est une matrice antihermitienne à trace nulle. En revanche ce n’est plus le cas de . En effet à partir d’une application , non identiquement nulle, en restreignant à chaque facteur on obtient deux représentations complexes de de dimension 3 qui commutent. Alors de deux choses l’une : ou bien une représentation est irréductible et la seconde est triviale, par le lemme de Schur. Ou bien il existe pour chacune un sous-espace de de dimension 1 et un sous-espace de dimension 2 invariants, orthogonaux. Cette décomposition est la même pour et car elles commutent et les deux représentations sont nulles sur le premier espace car n’admet pas de représentation autre que triviale avant la dimension 2. Par conséquent est le prolongement par zéro d’une application . Dans ce cas, comme dans le précédent, elle ne saurait être un plongement. Enfin et toutes les algèbres qui le contiennent (en premier ) ne peuvent pas être plongées dans car les sous-algèbres de Cartan de celle-ci sont de dimension 2.  

Si n’est pas simplement connexe, soit son revêtement universel et le sous-groupe de , . Alors

Lemme 2.7.

Les deux espaces homogènes et sont isomorphes.

Démonstration.

L’isomorphisme est donné par

qui est bien définie et injective car et définissent la même classe, , si et seulement si , c’est à dire , définissent la même classe de . Elle est aussi surjective car l’est. ∎

Si le groupe fondamental de est fini, et sont encore compactes, l’algèbre de Lie de , est encore incluse dans et bien sûr l’algèbre de Lie de est . Dans la suite on supposera donc que est simplement connexe (sections 3, 5, 6, 7) ou et sont des produits finis des groupes et ou des quotients finis de ces produits (section 4). Dans le premier cas, comme les groupes sont connexes, la représentation linéaire isotropique de , , est donnée par la représentation de l’algèbre de Lie, , sur le supplémentaire invariant choisi. On peut donc finalement se contenter de chercher les structures presque hermitiennes invariantes des espaces et sont les groupes simples, compacts, connexes, dont les algèbres de Lie apparaissent à une même ligne du tableau 2.6.

3. Le groupe de Lie

On se propose ici de chercher toutes les structures NK sur le groupe de Lie , invariantes à gauche. On en connait d’avance une, correspondant à la construction de Ledger et Obata (voir [13]).

Si est un groupe de Lie compact, son algèbre de Lie, une métrique biinvariante sur , on appelle le sous-groupe diagonal, isomorphe a G, de de . L’espace homogène est isomorphe à et on choisit l’identification concrète

désigne la classe de . Toute classe contient un triplet de cette forme donc l’application est bien définie. On choisit alors pour supplémentaire -invariant de l’algèbre de Lie de dans , le sous-espace vectoriel formé des vecteurs à composante tangente au premier facteur nulle de telle sorte que la restriction de à donne une métrique sur qui n’est pas la métrique produit de mais le rend naturellement réductif. Maintenant la permutation circulaire de est un automorphisme d’ordre 3 qui induit une structure d’espace 3-symétrique sur et, finalement, une structure NK.

Lorsque , si on joint deux bases orthonormées de et qu’on prolonge par invariance à gauche, on obtient un repère sur non orthonormé mais dans le co-repère associé duquel la forme de Kähler s’écrit

(10)

Notre but est de démontrer que la structure SNK ainsi décrite sur est la seule (bien sûr cela dépend de la métrique biinvariante choisie, mais comme est simple elles sont toutes proportionnelles):

Proposition 3.1.

Soit une structure presque hermitienne invariante telle que est SNK. Elle est isomorphe, en tant qu’espace homogène presque hermitien, à la construction de Ledger et Obata. En particulier elle est 3-symétrique.

Définition 3.2.

Étant donné un co-repère de , on appelle 2-forme canonique, la forme donnée en (10).

Les variétés SNK de dimension 6 sont caracterisées par la vérification par la forme de Kähler d’une équation différentielle donnée par Reyes Carrión au théorème 4.9 page 48 de [16] (pour une présentation et une demonstration différentes du même fait voir aussi [11].)

(11)

est une constante réelle, est proportionnelle à la différentielle de et quelle que soit la 3-forme de type , est l’unique 3-forme telle que est une 3-forme volume complexe. Plus précisement on notera

(12)

Dès lors on cherche des 2-formes invariantes sur vérifiant (11) ou encore des triplets vérifiant (11) et (12).


Pour faciliter les calculs on introduit un repère approprié dans lequel l’expression de la forme de Kähler est proche de celle de la 2-forme canonique.

Sur la sphère il existe un repère global privilégié, invariant à gauche et vérifiant

En prenant la base duale de l’espace cotangent en chaque point on obtient un repère des 1-formes tel que

(13)

en notant les indices dans . On remarque que n’importe quel co-repère obtenu a partir d’un tel repère par une isométrie directe a encore la propriété (13).

Définition 3.3.

On appelle co-repère circulaire un co-repère de tel que les trois premières (resp. les trois dernières) formes sont nulles en chaque point sur l’espace tangent a la fibre du second (resp. du premier) facteur passant par ce point et vérifient (13).

C’est dans un tel repère que les calculs seront faits.

Lemme 3.4.

Dans un co-repère circulaire , la forme de Kälher d’une variéte NK s’écrit seulement comme combinaison linéaire de termes «  mixtes   » 

Démonstration.

On écrit pour l’instant en toute généralité

Que les coefficients soient des constantes, non des fonctions sur la variété, traduit l’invariance de . Puis, en exprimant seulement que la forme est non dégénerée, soit , on obtient d’abord

est le vecteur colonne des , le vecteur colonne des et la matrice des . Mais pour une variété NK, est une 3-forme de type . Comme est elle-même de type , on ne peut qu’avoir que

(14)

c’est à dire que est fermée. En fait elle est même exacte par (11). Cela conduit à

puis à

Finalement , c’est à dire et sont inversibles et il faut . ∎

Remarquons que l’énoncé est toujours valide si on remplace “NK” par “semi-kählerienne”.

On peut même mieux choisir sa base pour que soit diagonale :

Lemme 3.5.

Il existe un co-repère circulaire tel que

(15)

où les sont des constantes réelles non nulles.

Démonstration.

Soient , deux matrices de . Partant d’un co-repère circulaire on lui associe le co-repère obtenu en appliquant sur chaque espace tangent aux 3 premières formes la matrice de changement de base et aux 3 dernières la matrice . Comme remarqué précédemment, c’est encore un co-repère circulaire (cela revient à appliquer sur chaque facteur du produit une isométrie directe de la métrique biinvariante de .) Alors si s’écrivait dans l’ancien co-repère grâce à la matrice , son expression dans le nouveau fait intervenir la matrice . En écrivant comme produit d’une matrice symétrique (donc diagonalisable par un changement de base orthonormée) et d’une matrice orthogonale on voit qu’on peut choisir et telles qu’elle soit diagonale. ∎


A partir seulement de la forme de Kähler d’une variété SNK, on peut retrouver la structure presque complexe, puis la métrique.

Proposition 3.6.

Soit une variété presque hermitienne de dimension 6, munie d’une d’une 3-forme de type . Il existe une constante positive telle que

(16)

désigne la forme volume de .

Démonstration.

Soit un repère de adapté à sa structure presque hermitienne : orthonormé et tel que pour tout . Autrement dit si est le repère «  dual   »  des 1-formes, la forme de Kähler est

La forme volume est . Maintenant est de dimension complexe 1 donc il existe tel que est la partie réelle de :

Le stabilisateur en chaque point d’une telle 3-forme est . Il agit transitivement sur les vecteurs et préserve (16). Il suffit alors de vérifier

puis

Cette expression intrinsèque de permet de le calculer dans n’importe quel repère : soit le repère associé à un co-repère circulaire dans lequel la forme de Kähler s’écrit (15). Appelons, en reprenant les notations de Hitchin dans l’article [11], l’application linéaire de dans définie par

en identifiant et , par l’intermédiaire du produit extérieur. On différentie l’expression (15) de grâce aux formules (13). On trouve

(17)

. Pour calculer la constante on se sert du fait que . En appliquant une nouvelle fois à la partie vectorielle de l’expression (17) ci-dessus, on trouve

Dans cette base, admet donc la matrice

avec

et


On progresse : il est maintenant possible de calculer sans passer par la métrique, ce qui va nous permettre de résoudre l’équation différentielle (11). Quels que soient les champs de vecteurs sur on a

Lemme 3.7.

Soit une variété NK et soit un co-repère circulaire tel que s’écrit (15). Alors (11) est équivalente à

(18)

avec

(19)
Démonstration.

Soit un co-repère circulaire dans lequel s’écrit, comme démontré au lemme 3.4, et tel que est représenté dans le repère associé par la matrice

On a

puis

Quant au calcul de il fait apparaître les mineurs d’ordre 2 de , c’est à dire son inverse. L’équation caractéristique (11) s’écrit alors

avec

(20)

Ce n’est rien d’autre que (18), en tenant compte de nos simplifications successives. ∎

On résoud facilement (18). Premièrement notons que si tous les sont égaux ou même seulement de signes différents les trois équations sont vérifiées à la fois pour . Autrement si on note   les doivent d’abord tous vérifier la même équation du second ordre

Puis supposons que et soient deux racines distinctes et, par exemple, . Alors vaut le produit des racines : et l’équation (18), implique , ce qui signifierait que est dégénérée. Par conséquent toutes les valeurs diagonales sont égales au signe près.


Il reste à trancher cette ambiguïté. On le fait en introduisant pour la première fois la métrique, en demandant qu’elle soit positive.

Remarquons premièrement que les cas où les trois signes sont positifs ou où seulement un signe sur trois l’est sont identiques, à une rotation d’angle près. De même les deux cas restant.

Effectivement, si on étudie la forme quadratique , on voit qu’elle est soit définie positive si le déterminant de est positif, soit définie négative dans le cas contraire.

Proposition 3.8.

Soit une 2-forme différentielle sur vérifiant l’équation différentielle (11). Il existe un co-repère circulaire tel que est un multiple de la 2-forme canonique. Il est strictement positif si et seulement si représente une variété riemannienne NK.

Démonstration.

Pour tout dans

La forme quadratique est la somme de trois formes quadratiques de degré 2,

dont le discriminant est , positif, et les coefficients des termes carrés ont le signe de . ∎

Ceci achève en même temps la preuve de la proposition 3.1.

4. Espaces homogènes quotients de groupes produits des sphères

Soit un couple d’algèbres de Lie admis dans la liste du lemme 2.6. On cherche les plongements de dans . En travaillant avec les algèbres de Lie on écarte provisoirement la question des quotients finis des groupes. Cependant si est de la forme et et sont des groupes finis et et sont simplement connexes, on retient que la surjectivité de vue en (9) implique premièrement , deuxièmement que le morphisme de groupe obtenu en restreignant au facteur de et en projetant dans sur le facteur est lui-même surjectif. Au niveau des algèbres de Lie cela se traduit, en notant la projection sur , parallèlement à , par

(21)

Dans cette section on s’intéresse aux espaces homogènes et sont des produits directs de et ou des quotients finis de ces produits. Par conséquent doit être , , ou et d’après le lemme 2.6 on a toujours . Cependant on ignore encore si aparaissant dans cette décomposition est -invariant.

Proposition 4.1.

Soit un espace homogène NK simplement connexe de dimension 6 avec et sommes directes d’algèbres de Lie isomorphes à ou . Alors admet pour supplémentaire dans un idéal isomorphe à et est isomorphe à muni de son unique structure NK 3-symétrique invariante.

Démonstration.

Un idéal est bien sûr en particulier -invariant et même -invariant puisque est connexe. Considérons chaque cas :


D’après (21), est surjectif, c’est à dire dans ce cas bijectif. L’intersection du plongement de avec le noyau de la projection est et ce dernier est par conséquent toujours un supplémentaire de dans , quel que soit précisément le plongement.


De même ici convient.


En projetant sur chaque facteur de on obtient un endomorphisme de , soit une représentation unitaire de dimension 2 de . Or n’a qu’une seule représentation irréductible complexe en chaque dimension. En dimension 2 on ne peut donc avoir que l’identité de ou la représentation triviale. Si les trois représentations étaient triviales ce ne serait pas un plongement. Il y a donc au moins un facteur tel que la projection vérifie comme plus haut : est surjectif et on prend égal au noyau de : la somme des deux autres. C’est encore un idéal.


Cela résulte de la combinaison des deux arguments précédents pour les facteurs et , respectivement, de .


Un idéal est même une sous-algèbre de Lie. La variété étant simplement connexe est isomorphe à . De plus puisque , on peut toujours le munir de l’unique (à multiple près) 2-forme susceptible de représenter une structure NK invariante d’après les résultats de la section 3. Mais ici n’est plus trivial et il faut que soit -invariante pour le plongement précis de choisi. Par construction, c’est le cas dès que est inclus dans le sous-groupe diagonal. C’est de plus une condition nécéssaire, agissant séparément sur chaque facteur de la somme. Les seules possibilités pour sont finalement les sous-groupes de : , et les quotients finis de . En effet un espace homogène qu’on écrit peut toujours s’écrire différemment est un sous-groupe d’isométries plus petit que mais agissant toujours transitivement et le sous-groupe d’isotropie dans .

5. L’espace des drapeaux

L’espace des drapeaux d’un espace vectoriel hermitien de dimension est l’espace des couples est une droite de et un plan contenant cette droite. Il apparaît naturellement dans notre liste comme mais on peut aussi l’écrire : un point est autrement défini par une base orthonormée telle que et est une base orthonormée de ; l’action naturelle de sur induit une action sur les drapeaux dont le groupe d’isotropie en un point est formé d’endomorphismes qui préservent les trois droites complexes , c’est à dire d’endorphismes diagonaux dans la base . De façon équivalente il existe trois fibrations à fibres isométriques à . Sur la fibre de la première c’est la droite qui varie dans le plan, sur celle de la seconde c’est le plan autour de la droite et sur la fibre de la troisième, la deuxième droite du plan, , est fixe et la droite varie dans le plan orthogonal et le plan avec elle autour de . En fait chacune de ces fibrations est la fibration d’un espace de twisteurs au-dessus d’une variété de dimension 4. Cela permet que soit muni naturellement de trois structures kähleriennes puis, par variation canonique de la submersion riemannienne, d’une structure NK (voir [15] pour la construction d’une variété NK à partir d’une submersion kählerienne générale, [3] pour les espaces de twisteurs NK.) Pour chercher toutes les structures NK de on ne privilégie aucune fibration ou aucune direction complexe associée à un point de l’espace de drapeaux, on regarde la représentation complexe de associée au plongement naturel dans . Tous les plongements de dans sont conjugués et induisent le même espace homogène en fin de compte car leur image est un tore maximal. On choisit un supplémentaire , invariant.

Lemme 5.1.

L’espace des métriques invariantes presque hermitiennes de est de dimension 3

Démonstration.

La représentation complexe sur (ou la représentation linéaire isotropique) est réductible : elle se décompose en une somme de trois représentations irréductibles. En effet si on représente habituellement par les matrices unitaires et le sous-groupe par les matrices diagonales, est l’ensemble des matrices anti-hermitiennes et l’ensemble des matrices avec des zéros sur la diagonale est un supplémentaire évident de . Or il est -invariant. En fait si on note

(22)

On le scinde en trois sous-espaces invariants :