Équations différentielles -adiques et -modules filtrés

Laurent Berger 52 Rue de Nanterre
92600 Asnières
France
Juin 2004
Résumé

L’objet de cet article est de montrer que les deux catégories suivantes sont équivalentes (1) la catégorie des -modules filtrés (2) la catégorie des -modules sur l’anneau de Robba tels que l’algèbre de Lie de agit localement trivialement.

De plus, on montre que sous cette équivalence, les -modules filtrés admissibles correspondent aux -modules étales, ce qui nous permet de donner une nouvelle démonstration du théorème de Colmez-Fontaine.

représentations -adiques, de de Rham, -modules filtrés, équations différentielles -adiques
\alttitle

-adic differential equations and filtered -modules \urladdrwww.math.harvard.edu/~laurent \subjclass11F80, 12H25, 13K05, 14F30. \NumberTheoremsInsubsection

{altabstract}

The goal of this article is to show that the following two categories are equivalent (1) the category of filtered -modules (2) the category of -modules over the Robba ring such that the Lie algebra of acts locally trivially.

Furthermore, we show that under this equivalence, the admissible filtered -modules correspond to the étale -modules, which gives a new proof of Colmez-Fontaine’s theorem.

Introduction

Dans tout cet article, est un corps local qui contient et qui est muni d’une valuation discrète étendant la valuation -adique et pour laquelle est complet et de corps résiduel parfait . Pour , on pose et .

-modules filtrés et -modules

L’objet de cet article est de construire une équivalence de catégories entre deux catégories utilisées dans la théorie des représentations -adiques et des équations différentielles -adiques (on se reportera au chapitre I pour des rappels sur ces catégories). Il s’agit de:

  1. la catégorie des -modules filtrés, dont la sous-catégorie des objets admissibles paramétrise les représentations -adiques potentiellement semi-stables du groupe de Galois absolu du corps ;

  2. la catégorie des -modules sur l’anneau de Robba tels que l’algèbre de Lie de agit localement trivialement, qui généralise la notion d’équation différentielle -adique munie d’une structure de Frobenius.

On construit un foncteur qui à un -module filtré associe un -module sur l’anneau de Robba et le résultat principal de cet article est le suivant:

{enonce*}

Théorème A Le -foncteur exact , de la catégorie des -modules filtrés, dans la catégorie des -modules sur dont la connexion associée est localement triviale, est une équivalence de catégories.

Étant donné un -module filtré , le -module admet (par le théorème [Ked04, théorème 6.10] de Kedlaya) une filtration canonique par les «  pentes de Frobenius   ». Nous calculons ces pentes en terme des invariants et de et de ses sous-objets. Comme corollaire de ces calculs, nous obtenons le résultat suivant:

{enonce*}

Théorème B Le -module filtré est admissible si et seulement si est étale.

Application aux représentations -adiques

Comme application du théorème B, on obtient une nouvelle démonstration du théorème [CF00, théorème A] de Colmez-Fontaine:

{enonce*}

Théorème Si est un -module filtré admissible, alors il existe une représentation -adique potentiellement semi-stable telle que .

Enfin, les constructions précédentes nous permettent de préciser les liens entre les divers invariants que l’on peut associer à une représentation -adique potentiellement semi-stable (qui devient semi-stable sur une extension galoisienne finie de ). Ces invariants sont:

  1. le -module filtré ;

  2. l’équation différentielle -adique ;

  3. le -module étale sur l’anneau de Robba .

À l’équation différentielle -adique , on associe (cf définition III.2) son espace de -solutions, qui est un -module, et on montre dans le théorème III.2 comment la donnée de détermine une filtration sur , ce qui en fait un -module filtré. On a alors (les notations restantes sont définies dans le corps du texte):

{enonce*}

Théorème C Si est une représentation -adique de semi-stable quand on la restreint à , alors:

  1. ;

  2. ;

  3. .

Ces identifications sont compatibles à toutes les structures en présence.

Cela permet notamment de «  retrouver la filtration   » sur quand on le construit à partir de (cf [Col01, proposition 5.6] pour une construction similaire).

Enfin, nous montrons comment reconstruire, pour une représentation semi-stable , le -module sur à partir de (comme dans [Col04, §4.3.1]).

{enonce*}

Théorème D Si est une représentation semi-stable de et si

  • est une base de adaptée à la décomposition par les pentes de Frobenius;

  • ;

  • est une base de adaptée à la filtration et ,

alors appartient à si et seulement si:

  1. pour ;

  2. pour et ;

  3. pour .

Ceci permet de construire «  explicitement   » les éléments de ce qui a des applications directes à la théorie des représentations de de Breuil.

Remerciements: Je remercie Pierre Colmez, Jean-Marc Fontaine et Kiran Kedlaya pour des discussions éclairantes sur certains points de cet article.

I Rappels et compléments

Dans tout cet article, est un corps local qui contient et qui est muni d’une valuation discrète étendant la valuation -adique et pour laquelle est complet et de corps résiduel parfait .

On écrit (la clôture algébrique de ) pour désigner l’ensemble des racines -ièmes de l’unité, et pour , on définit ainsi que . Si , on pose ce qui fait que est totalement ramifiée. Les notations ne sont donc pas vraiment compatibles, mais elles sont usuelles. Finalement, désigne l’extension maximale non-ramifiée de contenue dans .

Soient et le noyau du caractère cyclotomique et le groupe de Galois de , qui s’identifie via le caractère cyclotomique à un sous-groupe ouvert de . On note le Frobenius absolu (qui relève sur ).

i.1 Les -modules filtrés

Le corps désigne une extension galoisienne finie de , et le groupe de Galois de . La catégorie des -modules filtrés et sa sous-catégorie pleine de -modules filtrés admissibles sont étudiées en détail dans [Fo94b, §4]. Nous nous contentons donc de rappeler les définitions et quelques résultats dont nous aurons besoin par la suite.

Un -module est un -espace vectoriel de dimension finie et muni d’une application -semi-linéaire bijective , d’une application linéaire qui vérifie et d’une action semi-linéaire de qui commute à et . Si , on parle tout simplement de -module (relatif à ).

Un -module filtré est la donnée d’un -module et d’une filtration décroissante exhaustive et separée sur , par des sous -espaces vectoriels stables par . Il est équivalent de se donner une filtration sur .

La catégorie des -modules filtrés est une catégorie additive -linéaire qui admet des noyaux et des conoyaux (mais qui n’est pas abélienne), ainsi que des produits tensoriels et des internes.

Par abus de langage, on dira que est un -module filtré s’il existe une extension finie galoisienne telle que est un -module filtré.

Si est un -module filtré de dimension , on définit comme le plus grand entier tel que et si avec , alors ne dépend pas du choix de et on définit . Si est un -module filtré de dimension , on définit et . Si , on pose .

On dit qu’un -module filtré est admissible si et si pour tout sous-objet de , on a . La catégorie des -modules filtrés admissibles est une sous-catégorie pleine de la catégorie des -modules filtrés et elle est de plus abélienne.

Rappelons que la principale source de -modules filtrés admissibles est la suivante: si est une représentation -adique de dont la restriction à est semi-stable, alors est un -module filtré admissible.

i.2 L’anneau de Robba

Définissons ici quelques anneaux de séries formelles (ces constructions sont faites en détail dans [Col03]). Si est un réel positif et (pour alléger un peu les notations), soit l’anneau des séries formelles est une suite bornée telle que converge sur la couronne . Cet anneau est muni d’une action de , qui est triviale sur les coefficients et donnée par et on peut définir un Frobenius qui est -semi-linéaire sur les coefficients et tel que . Le «  théorème de préparation de Weierstrass   » montre que est un corps. Ce corps n’est pas complet pour la norme de Gauss et on appelle son complété qui est un corps local de dimension dont le corps résiduel s’identifie à .

L’extension est une extension finie de degré de ramification et par la théorie du corps de normes de [FW79, Win83] il lui correspond une extension séparable de degré qui nous permet de définir des extensions non-ramifiées et de degré . On peut montrer que et qu’il existe tel que si , alors est un -module libre de rang qui s’identifie à un anneau de séries formelles est une suite bornée telle que converge sur la couronne . L’élément vérifie une équation d’Eisenstein sur qu’on peut relever en une équation sur ; l’action de s’étend naturellement à de même que le Frobenius .

L’anneau s’identifiant à un anneau de séries formelles convergeant sur une couronne, il est naturellement muni d’une topologie de Fréchet, la topologie de la «  convergence compacte   » sur les couronnes pour , et son complété pour cette topologie s’identifie à l’anneau de séries formelles est une suite non nécessairement bornée telle que converge sur la couronne . Par exemple, si on pose , alors pour tout . L’anneau est «  l’anneau de Robba   ». Nous allons rappeler quelques-uns des résultats de [Ber02, §4] qui nous seront utiles dans la suite.

Il existe que l’on peut supposer tel que si , alors on a une application injective (c’est l’application de [CC99, §III.2]). Par exemple si , alors est une racine primitive -ième de et agit par sur les coefficients. On définit comme étant le plus petit entier tel que ce qui fait que est définie dès que .

L’application se prolonge en une application injective . L’action de sur s’étend en une action de l’algèbre de Lie de donnée par pour assez proche de . Si alors . Si alors on pose ce qui fait que si alors et que si vérifie une équation algébrique sur telle que , alors on peut aussi calculer par la formule . En particulier si et seulement si .

{lemm}

Si alors il existe tel que

Démonstration.

C’est une conséquence immédiate de la solution du problème des «  parties principales   » (voir [Laz62, §8]). ∎

Rappelons que les anneaux et donc aussi sont des anneaux de Bézout, c’est-à-dire que tout idéal de type fini en est principal. Ceci a un certain nombre de conséquences pour lesquelles on se reportera par exemple à [Ked04, §2]. Dans la suite, on pose , ce qui fait que est une uniformisante de .

{prop}

Si est un idéal principal de , qui divise pour , alors est engendré par un élément de la forme avec .

Démonstration.

Rappelons que l’on a une décomposition . Le lemme [Ber02, lemme 4.9] montre que et donc que les idéaux sont premiers (et même maximaux) dans . Ceci montre que si divise , alors est le produit d’une unité par un élément de la forme et il reste à appliquer cela à un générateur de l’idéal . ∎

i.3 Les -modules sur l’anneau de Robba

Dans ce paragraphe, nous rappelons la définition des -modules et des -modules sur l’anneau de Robba ainsi que quelques résultats techniques concernant ces objets. Pour des définitions d’ordre plus général, on peut voir [Ked04, §2.5]. Un -module sur est un -module libre de rang fini (noté ) et muni d’une application -semi-linéaire toujours notée telle que (on note le -module engendré par ). Un -module sur est un -module muni en plus d’une action de semi-linéaire par rapport l’action de ce groupe sur et commutant à . On a un résultat de descente galoisienne (voir aussi [Ked04, §2.5]) pour les -modules.

{defi}

Si est une extension galoisienne finie, et si est un -module sur , on dit que est muni d’une action de si le groupe agit sur et si de plus:

  1. agit trivialement sur ;

  2. l’action de induite coïncide avec celle de .

La proposition suivante se trouve essentiellement dans [Ked04, corollary 2.7]:

{prop}

Si est une extension galoisienne finie et si est un -module sur muni d’une action de , alors est un -module et .

Démonstration.

L’action de sur est donnée par l’isomorphisme . Le fait que suit de [Ked04, lemma 2.6] (par exemple). Montrons que . Si , et si est une base de sur contenue dans , alors on peut écrire avec et comme et les sont fixes par , on a aussi ce qui fait que . ∎

Le théorème suivant est une variante d’un résultat de Cherbonnier (voir [Che96]).

{theo}

Si est un -module sur alors il existe tel que pour tout , il existe un unique sous -module de vérifiant les propriétés suivantes:

  1. ;

  2. le -module a une base contenue dans .

En particulier, on a pour tous et si est un -module, alors pour tout .

Démonstration.

Comme est un -module libre de rang , il en existe une base . Il existe alors tel que la matrice de dans cette base est dans et si l’on pose , alors les deux conditions du théorème sont remplies. Si et sont deux -modules satisfaisant les deux conditions ci-dessus, et qu’on en choisit des bases, alors la matrice de passage d’une base à l’autre et les matrices et de dans ces deux bases vont satisfaire la relation avec et ce qui implique que . En effet, si avec , alors et donc est dans . Mais ce qui fait que si , alors on peut remplacer par et donc finalement que . Comme on peut en dire autant de , c’est que et donc finalement que . ∎

Étant donné un -module sur l’anneau de Robba, et avec , l’application donne une structure de -module à et la formule donne une structure de -module à que l’on note alors , ce qui nous permet de définir . Pour alléger les notations, on écrit plutôt: .

{prop}

Si est un -module de rang sur et si et sont deux sous--modules libres de rang de tels que:

  1. si ;

  2. pour tout ,

alors .

Démonstration.

Comme , il existe tel que . Choisissons tel que et tel qu’en plus

pour tout . Les diviseurs élémentaires de sont des idéaux de qui divisent et donc de la forme pour par la proposition I.2. Comme le calcul des diviseurs élémentaires commute à la localisation, on voit que ceux de l’inclusion sont donnés par les idéaux ce qui fait que pour tous et donc finalement que . ∎

Ii Construction de -modules

L’objet de ce chapitre est de montrer comment construire un -module sur , c’est-à-dire un objet «  global   », à partir de conditions locales. Comme application, on donne la construction d’un -module sur à partir d’un -module filtré.

ii.1 Recollement de réseaux locaux

Si est un -module sur alors on a une application naturelle:

définie par en utilisant le fait que , que et que .

{defi}

Si est un -module sur et si et est une suite de -réseaux de , alors on dit que est une suite -compatible si .

On vérifie sans mal que la donnée d’un sous--module de rang maximal d’un -module détermine une suite -compatible de -réseaux de en posant . Le théorème suivant donne la réciproque de cette construction.

{theo}

Si est un -module sur et si est une suite -compatible de réseaux de , alors il existe un unique sous -module de tel que pour tout . Enfin, on a .

Si est un -module et si les sont stables sous l’action induite de , alors est lui aussi un -module.

L’unicité de résulte immédiatement de la proposition I.3 et le reste de ce paragraphe est consacré à la démonstration de l’existence d’un tel .

{lemm}

Il existe un entier tel que pour tout on ait

Démonstration.

Comme est un réseau de , il existe tel que l’inclusion ci-dessus est vraie pour . Le fait que

et que montrent que si l’inclusion est vraie pour elle est aussi vraie pour , ce qui montre le lemme par récurrence. ∎

{lemm}

Si on pose tels que pour tout , alors est un -module libre de rang .

Démonstration.

Comme les applications sont continues, est fermé dans . D’autre part, le lemme II.1 montre que et le théorème de Forster (cf [Ber02, théorème 4.10] pour une démonstration) montre alors que est un -module libre de rang . ∎

{lemm}

On a pour tout .

Démonstration.

Comme et sont complets pour la topologie -adique, il suffit de montrer que l’application naturelle