\[email protected]

\@unused\[email protected]0\@tempcnta\[email protected]0\@tempcntb\[email protected]1\@tempdima\[email protected]1\@tempdimb

\[email protected]

1\@wholewidth\[email protected]1\@halfwidth\[email protected]1\unitlength

\unitlength

=1pt

\@wholewidth\@halfwidth

.5\@wholewidth

\[email protected] \unitlength

=1mm

\[email protected]

Groupe de Picard et groupe de Brauer des compactifications lisses d’espaces homogènes


Jean-Louis Colliot-Thélène et Boris È. Kunyavskiĭ


Introduction

Soient un corps de caractéristique nulle, une clôture algébrique. Soit le groupe de Galois de sur . Etant donnée une -variété algébrique , on note . À toute -variété projective, lisse et géométriquement connexe , on associe le -module (module galoisien) défini par le groupe de Picard . Si la variété est unirationnelle, le groupe est un groupe abélien libre de type fini. Si et sont deux -variétés projectives, lisses et géométriquement connexes -birationnellement équivalentes, les modules galoisiens et sont isomorphes à addition près de -modules de permutation (de type fini) ([CT/San2, Prop. 2.A.1]). Le groupe de cohomologie est un invariant -birationnel étroitement lié au groupe , qui est le groupe de Brauer cohomologique de , noté (voir la proposition 1.1 ci-dessous).

Voskresenskiĭ (1974) montra que pour tout -tore et toute -compactification lisse de , le module galoisien possède la propriété remarquable suivante : pour tout sous-groupe fermé , on a ([Vos1]; [Vos2], IV.4.49; voir aussi [CT/San1], §2 et [Vos3], §4.6). Dans la terminologie introduite dans [CT/San1], le module galoisien est un module flasque. Un argument simple donné dans un article récent ([B/K2], 2004) montre que ce résultat s’étend aux groupes linéaires connexes : pour toute -compactification lisse d’un -groupe linéaire connexe , le module galoisien est flasque.

Le fait que le module galoisien est flasque permet de calculer ce module, à addition près d’un -module de permutation, et de donner une formule simple pour le groupe de Brauer de , ceci purement en termes du groupe , sans avoir à en exhiber une compactification lisse ([CT/San1] dans le cas des tores; [B/K2], [CT] pour les groupes linéaires connexes).

Dans cet article, nous montrons que des résultats analogues valent plus généralement pour les compactifications lisses d’espaces homogènes de groupes linéaires connexes, quand le stabilisateur géométrique est connexe.

Soient un -groupe connexe et un espace homogène de . Le stabilisateur géométrique, c’est-à-dire le groupe d’isotropie d’un -point de est bien défini à -isomorphisme non unique près. On note ce groupe. Supposons le groupe connexe. Il y a alors un -tore naturellement associé au -espace homogène , tel que soit le plus grand quotient torique de . Une définition de ce -tore associé est donnée par Borovoi dans [Bo2, 4.1]. On en trouvera une autre au §1.

Soit une -compactification lisse de . La -variété est unirationnelle, le groupe de Picard est un -module continu discret -libre de type fini et le groupe est fini. On note le noyau de l’application de restriction . Le quotient du groupe de Brauer par l’image du groupe est un sous-groupe du groupe fini (Prop. 1.1).

À tout -module continu discret et tout entier naturel on associe le groupe

parcourt les sous-groupes fermés procycliques de .


Le but principal de l’article est d’établir le théorème suivant (Théorème 5.1).

Théorème A Soient un corps de caractéristique nulle, un -groupe linéaire connexe, une -variété espace homogène de , de stabilisateur géométrique connexe. Soit une -compactification lisse de .

(i) Le -module est un -module flasque, c’est-à-dire que pour tout sous-groupe fermé , on a , soit encore .

(ii) Pour tout sous-groupe fermé procyclique , on a .

(iii) Soit le -tore associé au -espace homogène , et soit son groupe des caractères. Si est un groupe linéaire quasitrivial, i.e. extension d’un -tore quasitrivial par un -groupe simplement connexe, alors le quotient du groupe par l’image du groupe s’injecte dans le groupe , et est isomorphe à ce dernier groupe si ou si est un corps de nombres.

Sous l’hypothèse de (iii), nous montrons comment le -module -libre de type fini est déterminé, à addition près d’un -module de permutation, par le -tore – en particulier il ne dépend pas du groupe quasi-trivial . Ce théorème est une extension naturelle de résultats bien connus dans le cas où est un tore algébrique (§2).

Pour semi-simple simplement connexe, l’énoncé (iii) combiné avec un théorème de Bogomolov (Théorème 1.4 ci-dessous) établit une conjecture proposée au §5 de [CT/K]. Cette conjecture était motivée par les résultats de Borovoi [Bo2] sur le principe de Hasse et l’approximation faible pour les espaces homogènes définis sur un corps de nombres.


Un ingrédient important de la démonstration est le théorème suivant (Théorème 4.2).

Théorème B Soit un anneau de valuation discrète de corps des fractions , de corps résiduel de caractéristique nulle. Soit un -groupe quasitrivial et soit un -espace homogène de stabilisateur géométrique connexe et de tore associé trivial. Soit un -schéma propre, régulier, intègre, dont la fibre générique contient comme ouvert dense. Alors il existe une composante de multiplicité 1 de la fibre spéciale de qui est géométriquement intègre sur son corps de base .

L’hypothèse que le tore associé est trivial () équivaut au fait que le quotient du stabilisateur géométrique par son radical unipotent est un groupe semi-simple (connexe).

Nous discutons aussi un autre invariant, à savoir l’ensemble des classes de -équivalence sur les -points de . C’est l’objet du §6, où l’on obtient une minoration de l’ensemble lorsque le corps est un “bon” corps de dimension cohomologique 2 (par exemple un corps -adique).

Dans une première mouture du présent article, sous l’hypothèse que est semi-simple simplement connexe, nous avions établi les points (ii) et (iii) du Théorème A, et prouvé des cas particuliers du théorème B, dont nous avions montré qu’il implique le théorème A. Nos preuves passaient par un long détour arithmétique (réduction au cas des corps de nombres et de leurs complétés). Dans cette version primitive de l’article, un outil de base était un théorème de Borovoi [Bo1] : si est un corps -adique, un -groupe semi-simple simplement connexe et un espace homogène de de stabilisateur géométrique connexe sans quotient torique, alors . Lors d’une discussion où nous mentionnions l’énoncé du Théorème B, Ofer Gabber nous a suggéré d’utiliser une variante purement algébrique du théorème de Borovoi pour établir le Théorème B, en utilisant une réduction toute différente de celle mentionnée ci-dessus.

Nous remercions vivement O. Gabber pour son importante suggestion, et P. Gille et M. Borovoi pour diverses remarques. M. Borovoi a en particulier indépendamment remarqué que l’hypothèse semi-simple simplement connexe, que nous avions imposée dans la version précédente, peut être omise de la plupart de nos énoncés.


Ce travail a été commencé lors d’un séjour de B. Kunyavskiĭ à l’Université Paris-Sud en septembre 2004. Les résultats finaux ont été exposés à la conférence “Applications of torsors to Galois cohomology and Lie theory” qui s’est tenue au BIRS, à Banff (Alberta, Canada) en avril 2005. Pour sa recherche, B. Kunyavskiĭ a aussi bénéficié du soutien partiel du Ministère de l’Absorption (Israël), de l’Institut Emmy Noether (Fondation Minerva), de la Fondation Israélienne des Sciences (ISF) fondée par l’Académie Israélienne des Sciences et des Lettres (le programme Centre d’Excellence “Group-theoretic Methods in the Study of Algebraic Varieties”) et du réseau européen HPRN-CT-2002-00287.


§1. Rappels et préliminaires


La cohomologie employée est la cohomologie étale, qui, sur un corps, donne la cohomologie galoisienne. On supposera le lecteur familier avec la théorie fine des tores algébriques ([CT/San1], [Vos2], [Vos3]), en particulier avec les notions de tore quasitrivial, de tore flasque, et avec les divers types de résolutions flasques (voir aussi [CT/San3]). On utilisera librement des résultats sur les groupes linéaires connexes quelconques que l’on peut trouver dans [San]. On utilisera librement la notion de -équivalence sur les points -rationnels d’une variété algébrique définie sur un corps (voir [CT/San1], [Vos3]). Enfin on utilisera librement la conséquence suivante du théorème d’Hironaka : si est un corps de caractéristique zéro et est un morphisme de -variétés quasiprojectives lisses intègres, il existe un morphisme de -variétés projectives lisses intègres étendant (cf. [B/K1], 1.2.2).

Proposition 1.1 Soient un corps, une clôture séparable de et . Soit une -variété géométriquement intègre telle que , où est le groupe des fonctions inversibles sur . La suite spectrale de Leray pour le faisceau et la projection donne naissance à une suite exacte naturelle

. La flèche est nulle dans chacun des cas suivants : ; est un corps -adique ou réel; est un corps de nombres.

Démonstration C’est une conséquence bien connue de la suite spectrale de Leray pour la topologie étale, le morphisme et le faisceau , et de la nullité de pour chacun des corps cités.       

Soient un corps et un -groupe linéaire. On note le groupe des caractères de . C’est un -module continu discret de type fini; si est connexe, ce module n’a pas de -torsion.

Soient un corps, un -groupe algébrique et une -variété algébrique. Un torseur (à gauche) sur sous est une -variété équipée d’un morphisme fidèlement plat et d’une action du groupe sur , respectant le morphisme , et telle que le morphisme donné par soit un isomorphisme. On a la définition analogue pour un torseur à droite. On dit parfois espace principal homogène au lieu de torseur.

Proposition 1.2 (Sansuc [San], Prop. 6.10) Soient un corps de caractéristique zéro, un -groupe linéaire connexe, une -variété lisse géométriquement connexe et un torseur sur sous . On a alors une suite exacte

Rappelons ici que le groupe des caractères du groupe connexe s’identifie au module galoisien (lemme de Rosenlicht). Proposition 1.3 Soient un corps de caractéristique zéro et une -variété projective, lisse, géométriquement connexe. Soit une extension de corps, avec algébriquement fermé dans . Soient des clôtures algébriques de et . Soient et . Supposons en outre que le groupe est un groupe abélien de type fini sans torsion. Alors :

(i) Le groupe de Galois de sur le corps composé agit trivialement sur le -module , qui est donc un -module. La flèche naturelle est un isomorphisme de -modules.

(ii) Chacune des propriétés suivantes vaut pour le -module si et seulement si elle vaut pour le -module : être un module de permutation, être un facteur direct d’un module de permutation, être un module flasque, être égal à un -réseau donné à addition près de modules de permutation.

(iii) Les groupes et sont isomorphes.

(iv) Le quotient de par l’image de s’injecte dans le quotient de par l’image de .

Démonstration L’hypothèse que est un groupe de type fini sans torsion équivaut à la combinaison de deux faits : le groupe de cohomologie cohérente est nul et le groupe de Néron-Severi de est sans torsion. La nullité de équivaut au fait que la variété de Picard de est triviale. Le groupe de Picard de coïncide donc avec le groupe de Néron-Severi de , de même pour , et il est bien connu que le groupe de Néron-Severi ne change pas par extension de corps de base algébriquement clos (ceci se déduit facilement du théorème analogue pour la cohomologie étale à coefficients de torsion). Ainsi les injections naturelles

sont des isomorphismes. Ceci établit l’énoncé (i), qui implique immédiatement l’énoncé (ii) (si est un -module de permutation, alors le groupe des points fixes de sous est un -module de permutation, c’est-à-dire un -module de permutation). L’énoncé (iii) résulte de la suite de restriction-inflation et de la nullité de pour un groupe abélien sans torsion équipé d’une action triviale d’un groupe (profini). L’énoncé (iv) résulte de (iii) et de la proposition 1.1.       


Remarque 1.3.1 Par un résultat de Serre, l’hypothèse que est un groupe de type fini sans torsion est satisfaite si la -variété est unirationnelle, ce qui est certainement le cas pour une compactification lisse d’un espace homogène d’un groupe linéaire connexe.


Remarque 1.3.2 L’intérêt de la proposition 1.3 est que, pour établir l’une des propriétés voulues pour , on peut supposer . Par la proposition ci-dessus, il suffit en effet d’étudier , où est le corps des fonctions de . La -variété possède un point -rationnel, donné par le point générique de . C’est “l’astuce du passage au point générique”. Il existe d’autres variantes. Par exemple dans [B/K2], on considère une compactification lisse d’un groupe algébrique réductif connexe non nécessairement quasidéployé, et l’on passe au corps des fonctions de la variété des sous-groupes de Borel de , ce qui a pour effet de quasidéployer .

Pour le théorème suivant, on renvoie à [Bog] et [CT/San4] (Thm. 9.13).

Théorème 1.4 (Bogomolov) Soient un corps algébriquement clos de caractéristique zéro, un -groupe semi-simple simplement connexe et un sous-groupe fermé connexe. Soit une compactification lisse du quotient . Alors .       

On peut se demander si ce théorème vaut encore si est une extension d’un tore par un groupe semi-simple simplement connexe. Si tel était le cas, on pourrait dans le théorème A remplacer par .


Nous donnons maintenant une définition du -tore associé à un espace homogène du type considéré dans cet article. Soient un -groupe linéaire connexe et un espace homogène de de stabilisateur géométrique connexe. Comme est géométriquement intègre, le corps est algébriquement fermé dans le corps des fonctions de , donc est le corps des fonctions de , et le groupe de Galois de sur s’identifie au groupe de Galois de sur . Si l’on étend le corps de base de à , le point générique de permet d’identifier au quotient de par un -sous-groupe fermé connexe , groupe qui sur est isomorphe à . Si l’on prend le quotient du -groupe par son radical unipotent, puis le quotient du groupe obtenu par son groupe dérivé, on obtient un -tore qui sur vient de , et qui est donc déployé par l’extension sur . Le groupe des caractères de est donc de façon naturelle un -réseau, donc le dual définit un unique -tore tel que . On dira que est le -tore associé au -espace homogène . Le -module des caractères de est aussi le groupe des caractères de . Lorsque possède un point -rationnel, le choix d’un -point détermine un -groupe algébrique , le fixateur de , satisfaisant . Si l’on quotiente par son radical unipotent, puis le quotient obtenu par son groupe dérivé, on obtient un -tore , le plus grand quotient torique de , qui est isomorphe au -tore associé au -espace homogène .


Terminons ce paragraphe en rappelant la définition et quelques propriétés des groupes quasitriviaux ([CT]). Les résultats annoncés dans [CT] le sont pour les groupes réductifs connexes, le cas des groupes linéaires connexes quelconques s’en déduit aisément, en caractéristique nulle. Soit un corps de caractéristique nulle, une clôture algébrique, . Soit un -groupe linéaire connexe. Le quotient de par son radical unipotent est un -groupe réductif connexe . Le groupe est une extension d’un -tore par le groupe dérivé de , qui est un -groupe semi-simple connexe. Le -groupe est dit quasitrivial si les deux propriétés suivantes sont satisfaites :

(i) Le -tore est quasitrivial (son groupe des caractères est un -module de permutation).

(ii) Le groupe semi-simple est simplement connexe.

Ceci équivaut ([CT], Prop. 1.11) à la combinaison des deux propriétés suivantes :

(iii) est un -module de permutation.

(iv)

Pour tout -groupe linéaire connexe , il existe une suite exacte

est un -groupe linéaire connexe quasitrivial et est un -tore flasque (de groupe des caractères un -module flasque) central dans .

Lemme 1.5 Soit un corps de caractéristique nulle. Soit un -groupe linéaire connexe et une -variété qui est un espace homogène de à stabilisateur géométrique connexe. Il existe un -groupe algébrique linéaire connexe quasitrivial tel que est un espace homogène de à stabilisateur connexe. Démonstration Soit le stabilisateur géométrique pour l’action de sur . Soit

une suite exacte comme ci-dessus. La -variété est un espace homogène de . Le stabilisateur géométrique pour l’action de sur est une extension (centrale) de par le -tore . C’est un groupe connexe.       


§2 Quotients de tores


Proposition 2.1 Soit un corps de caractéristique zéro. Soit une suite exacte de -tores, avec quasitrivial. Soit une -compactification lisse du -tore . Soit une suite exacte de -tores avec flasque et quasitrivial.

(i) Les -modules -libres de type fini et sont isomorphes à addition près de modules de permutation, en particulier est un -module flasque.

(ii) On a

(iii) .

Démonstration D’après ([CT/San3], (1.3.2)), pour tout -tore il existe une suite exacte du type indiqué, et le -tore flasque est bien déterminé à multiplication par un -tore quasitrivial près. Formons l’expulsé (en anglais : “push-out”) de et . Ceci donne naissance à un diagramme commutatif de suites exactes de -tores :

Comme les tores et sont quasitriviaux, la suite médiane verticale est scindée, d’où une suite exacte

Cette dernière suite est une résolution flasque du tore . Un résultat de Voskresenskiĭ (cf. [CT/San1], Prop. 6) donne alors (i). La proposition 1.1 donne la première égalité dans (ii). La seconde résulte de (i) et de l’annulation de pour un -module de permutation . Les deux dernières égalités de (ii) s’établissent en considérant les suites exactes de caractères associées aux suites exactes de tores de l’énoncé, et en utilisant l’annulation mentionnée à l’instant, l’annulation de pour un -module flasque et un sous-groupe fermé procyclique de , et l’annulation de pour un -module de permutation. Quant à (iii), c’est une application du Théorème 2 p. 199 et de la Proposition 13 p. 203 de [CT/San1].       


§3. Espaces homogènes de groupes linéaires connexes dont le stabilisateur géométrique n’a pas de quotient torique


Proposition 3.1 Soient un corps de caractéristique zéro, une clôture algébrique, , un -groupe quasitrivial, un -espace homogène sous à stabilisateur géométrique connexe. Supposons . Soit une -compactification lisse de . Alors :

(i) Le -module est stablement de permutation.

(ii) La flèche naturelle est un isomorphisme.

Démonstration Pour établir le point (i), on peut, d’après la proposition 1.3 et la remarque 1.3.2, supposer , et donc avec un -groupe linéaire connexe tel que . D’après le théorème de Hironaka, il existe une -compactification lisse de et un -morphisme étendant le -morphisme naturel . Comme est quasitrivial, , et est un -module de permutation. Sous l’hypothèse , on déduit alors de la proposition 1.2 l’égalité et le fait que la flèche naturelle est un isomorphisme. Le -module est en particulier un -module de permutation. On dispose alors du diagramme commutatif de suites exactes courtes

Dans ce diagramme, la flèche verticale de gauche est ici un isomorphisme. C’est un théorème général de [B/K2] que le -module est un -module flasque. Comme est ici un -module de permutation, la suite horizontale supérieure est donc scindée. La suite exacte inférieure est la rétrotirette (en anglais : “pull-back”) de la suite supérieure par l’application . Elle est donc aussi scindée. Comme et sont tous deux des -modules de permutation, ceci établit le point (i).

Etablissons le point (ii). Lorsque , on a vu ci-dessus que les modules galoisiens et sont isomorphes. Montrons comment l’astuce du passage au point générique permet de montrer qu’il en est encore ainsi sans supposer . Soit le corps des fonctions de et le corps des fonctions de . L’extension est galoisienne de groupe . C’est un fait général que pour tout corps algébriquement clos , toute extension de corps et toute -variété lisse connexe , la flèche naturelle est un isomorphisme. Les flèches et , qui sont des homomorphismes de -modules, sont donc des isomorphismes. La -variété possède un point rationnel, correspondant au point générique de . L’argument donné au point (i) montre alors que l’on dispose d’un -isomorphisme . Ainsi les -modules et sont isomorphes. En particulier est un -module de permutation. Le théorème 90 de Hilbert assure alors que la suite exacte évidente

est scindée. L’application naturelle est donc injective. Comme on a , la suite spectrale de Leray pour le morphisme et le faisceau étale donne Ainsi l’application naturelle est injective, a fortiori en est-il de même de l’application . D’après le point (i), le -module est stablement de permutation, en particulier . Une application de la proposition 1.1 à donne alors le point (ii).


§4. Le théorème B


L’énoncé suivant rassemble des propriétés connues.

Théorème 4.1 Soit un corps de caractéristique zéro, de dimension cohomologique 1. Le corps des séries formelles en une variable sur satisfait les propriétés suivantes.

(i) Sa dimension cohomologique est 2.

(ii) Sur toute extension finie de , indice et exposant des algèbres simples centrales coïncident.

(iii) Pour tout -groupe quasitrivial sur , on a .

(iv) Soient un -groupe semi-simple simplement connexe, son centre et

l’isogénie associée. Alors la flèche de bord est une bijection.

(v) Soient un -groupe linéaire connexe et un -lien. Soit le -tore associé à . On dispose d’une application naturelle d’ensembles . Un élément est neutre si et seulement si son image dans est triviale.

(vi) Soient un -groupe quasitrivial et un espace homogène de . Si le stabilisateur géométrique est connexe et n’a pas de quotient torique, alors .

Indications Les énoncés (i), (ii) et (iii) sont bien connus. On trouvera des références précises dans [CTGiPa] (Thm. 1.5). L’énoncé (iii) est dû à Bruhat et Tits lorsque est un -groupe semi-simple simplement connexe, et le cas général résulte du théorème 90 de Hilbert et de la cohomologie galoisienne de la suite exacte Les énoncés (iv) et (v) sont dans la thèse de Douai, lequel s’appuie sur les résultats de Bruhat et Tits. Comme établi dans [CTGiPa] (Thm. 2.1 (a)), l’énoncé (iv) vaut pour tout corps de caractéristique nulle satisfaisant les énoncés (i), (ii) et (iii). De même, l’énoncé (v) vaut pour tout tel corps : c’est le Théorème 5.4 de [CTGiPa], dont la démonstration combine la méthode de Borovoi ([Bo1], cas des corps -adiques et des corps globaux) et l’énoncé (iv). Comme rappelé par Borovoi [Bo1], la donnée de dans (vi) définit un -lien et le -tore associé est par hypothèse trivial. L’énoncé (vi) résulte alors de (v).       


Remarque 4.1.1 Les indications données montrent que le théorème 4.1 vaut plus généralement sur un corps de caractéristique nulle satisfaisant les conditions (i), (ii) et (iii).

On appellera ici bon corps de dimension cohomologique un corps de caractéristique nulle satisfaisant ces trois conditions. Des exemples de tels corps sont les corps de nombres totalement imaginaires, les corps -adiques, les corps de fractions d’anneaux locaux henséliens de dimension 2 à corps résiduel algébriquement clos, les corps de fonctions de deux variables sur les complexes. Pour ces derniers corps l’énoncé (ii) est un résultat de de Jong et l’énoncé (iii) vaut en l’absence de type . On trouvera des références dans [CTGiPa].

Comme indiqué dans l’introduction, nous devons à O. Gabber l’idée de la démonstration du théorème suivant.

Théorème 4.2 (Théorème B) Soit un anneau de valuation discrète de corps des fractions , de corps résiduel de caractéristique nulle. Soient un -groupe quasitrivial et un espace homogène sous de stabilisateur géométrique un groupe connexe sans quotient torique. Soit un -schéma propre, régulier, intègre, dont la fibre générique contient comme ouvert dense. Alors il existe une composante de multiplicité 1 de la fibre spéciale de qui est géométriquement intègre sur son corps de base .

Démonstration Un procédé classique, qui apparaît dans la démonstration du théorème de Merkur’ev et Suslin, permet de construire une extension avec algébriquement fermé dans et de dimension cohomologique 1. Indiquons le principe. S’il existe une extension finie de et une variété de Severi-Brauer non triviale sur , on plonge dans le corps des fonctions de la descendue à la Weil . On itère à l’infini le procédé. Pour plus de détails, voir la note de Ducros [D].

Soit une uniformisante de . Comme le corps résiduel est de caractéristique zéro, le complété de est isomorphe à ([S], Chap. II, §4, Théorème 2), et l’on peut supposer que l’inclusion envoie sur . D’après le théorème 4.1, . Donc et comme est propre, , c’est-à-dire qu’il existe un morphisme tel que le composé est la flèche déduite de .

On considère le point (schématique) image du point fermé de . C’est un point de la fibre spéciale de . Soit l’anneau local de en . Comme est régulier, est un anneau local régulier, en particulier factoriel (Auslander-Buchsbaum, Serre). On a alors des homomorphismes d’anneaux locaux , l’homomorphisme composé n’étant autre que l’inclusion évidente .

Soit , avec les , une décomposition de l’image de dans : ici est une unité de , chaque appartient à l’idéal maximal de et est irréductible. Cette décomposition correspond à la description de la fibre spéciale de au voisinage du point . On a alors l’égalité

et l’image de dans appartient à l’idéal maximal de . Ainsi et , c’est-à-dire que est un élément irréductible de l’anneau local régulier . Ainsi la fibre spéciale de au voisinage du point n’a qu’une composante, de multiplicité 1, soit . Son corps résiduel est le corps des fractions de . L’homomorphisme composé induit un homomorphisme composé , soit encore . Comme est régulier et en particulier normal, la fermeture algébrique de dans le corps est un corps contenu dans . On a donc les inclusions de corps . Comme est algébriquement fermé dans , on a et est algébriquement fermé dans .       


§5. Le théorème A


Théorème 5.1 (Théorème A) Soient un corps de caractéristique nulle, un -groupe linéaire connexe, une -variété espace homogène de , de stabilisateur géométrique connexe. Soit une -compactification lisse de .

(i) Le -module est un -module flasque, c’est-à-dire que pour tout sous-groupe fermé , on a , soit encore .

(ii) Pour tout sous-groupe fermé procyclique , on a .

Supposons de plus quasitrivial, i.e. extension d’un -tore quasitrivial par un -groupe simplement connexe.

(iii) Soit le -tore associé au -espace homogène . Soit une suite exacte de -tores, avec flasque et quasitrivial. Les modules galoisiens et sont égaux à addition près de modules de permutation.

(iv) Le quotient de par l’image du groupe s’injecte dans le groupe , et est isomorphe à ce dernier groupe si ou si est un corps de nombres.


Démonstration D’après le lemme 1.5, pour établir ce théorème, on peut supposer d’emblée le groupe quasitrivial.

D’après la proposition 1.3 et les remarques subséquentes, le changement de base de au corps des fonctions de permet de se ramener au cas où , i.e. avec un -sous-groupe fermé connexe de . Soit et notons le noyau de . C’est un -groupe connexe extension d’un -groupe semi-simple par un -groupe unipotent. Rappelons une construction géométrique utilisée par Borovoi (§4.2 de [Bo2]). Soit

une suite exacte de -tores, avec quasitrivial. Soit une -compactification lisse du -tore . Le groupe agit sur via l’homomorphisme . On définit une action à droite de sur par la formule . Soit le quotient de par cette action.

D’un côté est un torseur sur sous le -tore quasitrivial , via l’action à droite de sur le second facteur de . D’un autre côté est un -espace homogène à gauche sur , via l’action à gauche de sur le premier facteur de ; un calcul simple montre que les stabilisateurs géométriques pour cette action sont isomorphes au groupe connexe , qui vérifie .

Le théorème d’Hironaka assure l’existence d’une -compactification lisse de , d’un -morphisme projectif étendant et d’un -morphisme projectif étendant . Comme est un torseur sur sous le -tore quasitrivial , le théorème 90 sous la forme de Grothendieck implique que est -birationnel au produit de et de la -variété -rationnelle . Les modules galoisiens et sont donc égaux à addition près de modules de permutation, et