Quasi-morphismes et invariant de Calabi

Pierre Py
Juin 2005
Abstract.

In this paper, we give two elementary constructions of homogeneous quasi-morphisms defined on the group of Hamiltonian diffeomorphisms of certain closed connected symplectic manifolds (or on its universal cover). The first quasi-morphism, denoted by , is defined on the group of Hamiltonian diffeomorphisms of a closed oriented surface of genus greater than . This construction is motivated by a question of M. Entov and L. Polterovich [13]. If is a disk or an annulus, the restriction of to the subgroup of diffeomorphisms which are the time one map of a Hamiltonian isotopy in equals Calabi’s homomorphism. The second quasi-morphism is defined on the universal cover of the group of Hamiltonian diffeomorphisms of a symplectic manifold for which the cohomology class of the symplectic form is a multiple of the first Chern class.

Résumé.

Dans ce texte, nous donnons deux constructions élémentaires de quasi-morphismes homogènes définis sur le groupe des difféomorphismes hamiltoniens d’une variété symplectique connexe fermée (ou sur son revêtement universel). Le premier quasi-morphisme, noté , est défini sur le groupe des difféomorphismes hamiltoniens d’une surface fermée orientée de genre supérieur ou égal à . Cette construction est motivée par une question de M. Entov et L. Polterovich [13]. Si est un disque ou un anneau, la restriction de au groupe des difféomorphismes qui sont le temps d’une isotopie hamiltonienne dans est égale au morphisme de Calabi. Le second quasi-morphisme est défini sur le revêtement universel du groupe des difféomorphismes hamiltoniens d’une variété symplectique pour laquelle la classe de cohomologie de la forme symplectique est un multiple de la première classe de Chern.

Key words and phrases:
Hamiltonian diffeomorphism, quasi-morphism, bounded cohomology
1991 Mathematics Subject Classification:

1. Introduction

Un quasi-morphisme sur un groupe est une fonction telle que les quantités

soient bornées lorsque décrivent . On appellera parfois défaut de la quantité

Un quasi-morphisme est homogène s’il satisfait en outre pour et . Nous dirons que deux quasi-morphismes sont équivalents si leur différence est bornée. Il n’est pas difficile de vérifier que si est un quasi-morphisme quelconque, la formule

définit l’unique quasi-morphisme homogène à distance bornée de . Il satisfait

On pourra consulter (par exemple) [6, 8] pour une introduction à ce sujet. Nous noterons l’espace des quasi-morphismes homogènes sur le groupe .

Si est une variété symplectique connexe fermée, le groupe de ses difféomorphismes hamiltoniens est simple d’après un théorème de A. Banyaga [4]. Il n’admet donc pas de morphisme non-trivial vers . Si est une variété symplectique connexe ouverte, sur laquelle est exacte, E. Calabi a introduit dans [9] un morphisme

Le noyau de ce morphisme est simple d’après un autre théorème de Banyaga [4]. Si est une primitive de sur et une isotopie hamiltonienne dans , engendrée par le champ de vecteurs , on a :

Supposons maintenant que est fermée. A chaque ouvert connexe , on associe le sous-groupe de formé des difféomorphismes qui sont le temps d’une isotopie hamiltonienne dans . Si est exacte sur , on dispose alors du morphisme de Calabi : . On notera la famille des ouverts connexes de tels que est exacte sur et tels qu’il existe avec . Dans [13], M. Entov et L. Polterovich posent la question suivante :

Peut-on construire un quasi-morphisme homogène dont les restrictions aux sous-groupes soient égales aux morphismes de Calabi ?

Plus généralement, peut-on construire un tel quasi-morphisme sur le revêtement universel du groupe des difféomorphismes hamiltoniens ? Dans [13] (voir aussi [7]), ils répondent positivement à cette question pour une certaine classe de variétés symplectiques, qui inclut notamment les espaces projectifs complexes, en particulier la sphère . Leur méthode utilise des outils sophistiqués de topologie symplectique.

Dans l’esprit de constructions précédentes de J.-M. Gambaudo et É. Ghys, nous construisons un quasi-morphisme ayant une propriété comparable à celle énoncée dans la question ci-dessus, sur le groupe des difféomorphismes hamiltoniens d’une surface de genre supérieur ou égal à . Dans [14], on pourra trouver de nombreuses constructions de quasi-morphismes sur les groupes , pour toute surface fermée orientée (les quasi-morphismes de Gambaudo et Ghys sont en fait définis sur le groupe ). Cependant les restrictions de ces quasi-morphismes aux sous-groupes ne sont pas des homomorphismes. Les constructions de Gambaudo et Ghys peuvent être vues comme de possibles généralisations du nombre de translation sur le groupe des homéomorphismes de la droite réelle qui commutent aux translations entières. Elles sont dans l’esprit de constructions précédentes par V.I. Arnold [2] , D. Ruelle [23], S. Schwartzman [24].

Théorème 1.

Soit une surface fermée orientée de genre supérieur ou égal à , munie d’une forme symplectique . Il existe un quasi-morphisme homogène

dont la restriction aux sous-groupes est égale au morphisme de Calabi, dès que est difféomorphe à un disque ou à un anneau. Le quasi-morphisme est invariant par conjugaison par tout difféomorphisme symplectique.

Nous pouvons faire deux remarques concernant ce théorème. D’une part, en utilisant des constructions de Gambaudo et Ghys, on peut le renforcer en l’énoncé :

l’espace (affine) des quasi-morphismes homogènes sur ayant la propriété du théorème est de dimension infinie.

Cela résultera simplement du fait que l’espace des quasi-morphismes homogènes sur dont les restrictions aux groupes (où est difféomorphe à un disque ou à un anneau) sont nulles, est un espace de dimension infinie. D’autre part, la nature de ce quasi-morphisme est certainement très différente de celle du quasi-morphisme construit par Entov et Polterovich dans [13]. En effet, parmi les deux conditions qui définissent la famille d’ouverts , la première est vide en dimension , en revanche la seconde n’apparaît pas du tout dans notre travail. Il existe d’ailleurs des disques (ou des anneaux) ne la satisfaisant pas.

L’énoncé du théorème suivant est inspiré du théorème de [13], où un calcul similaire est fait sur le groupe . Notre méthode est cependant différente. Considérons donc une fonction de Morse , dont les valeurs critiques sont toutes distinctes. Notons ses points critiques, ses valeurs critiques, avec . On a classiquement :

est le genre de . Considérons l’espace

des fonctions sur la surface qui commutent avec au sens de Poisson, c’est-à-dire telles que , où désigne le gradient symplectique d’une fonction . L’ensemble

est un sous-groupe abélien de (où désigne le flot de ). La restriction de à est donc un homomorphisme, que nous calculons dans le théorème suivant. La donnée de la fonction permet de construire un graphe fini appelé graphe de Reeb [22], de la manière suivante. Parmi les composantes connexes des niveaux on trouve :

  1. les points critiques de d’indice ou ,

  2. des courbes simples plongées,

  3. des courbes immergées ayant un unique point double (correspondant à un point critique d’indice de ).

A chaque composante de type ou on associe un sommet de . Notons la réunion des composantes de type ou . L’ouvert est une réunion finie de cylindres difféomorphes à . A chaque cylindre on associe une arête dont les extrémités sont les sommets associés aux composantes de niveaux de qui contiennent . Nous avons une application naturelle , et, si , on peut écrire , où est définie sur .

Nous pouvons élaguer le graphe pour obtenir un graphe , de la manière suivante. Le graphe possède des sommets de degré ou . Si est un sommet de degré de , nous retirons ainsi que l’arête à laquelle il était relié, pour obtenir un nouveau graphe. Ce faisant, nous pouvons créer un sommet de degré (ou un autre sommet de degré à partir de la seconde itération de ce procédé). Répétons ce procédé jusqu’à obtenir un graphe qui ne possède plus que des points de degré ou . Les sommets de degré de sont en nombre . En effet la quantité

où la somme porte sur tous les sommets de , est égale à la caractéristique d’Euler de la surface, et reste constante au cours de l’élagage. On note l’ensemble de ces sommets. Nous supposons dans le théorème suivant que l’aire totale de la forme est égale à .

Théorème 2.

Si est dans , nous avons :

Dans la dernière partie, nous proposons une construction élémentaire d’un quasi-morphisme homogène défini sur le revêtement universel du groupe des difféomorphismes hamiltoniens d’une variété symplectique connexe fermée pour laquelle . Ici, désigne la classe de cohomologie de la forme symplectique et la première classe de Chern de . Pour les besoins de la cause, nous écrivons notre hypothèse sous la forme :

est un réel non-nul. Nous calculons la restriction de ce quasi-morphisme sur les isotopies hamiltoniennes supportées dans une boule ; son expression fait alors intervenir un quasi-morphisme introduit par J. Barge et É. Ghys, dont la construction est rappelée dans le texte. Si est une isotopie hamiltonienne dans , on note l’élément du revêtement universel du groupe qu’elle définit.

Théorème 3.

Si vérifie l’hypothèse ci-dessus, il existe un quasi-morphisme homogène

tel que, pour toute isotopie hamiltonienne supportée dans une boule , on ait :

Le texte est organisé comme suit. Dans la seconde partie, nous prouvons les théorèmes et , après avoir rappelé des résultats de Banyaga. Dans la troisième partie, nous rappelons des constructions de Barge et Ghys, puis nous prouvons le théorème . Exception faite des résultats mentionnés dans le paragraphe , qui sont utilisés dans la troisième partie, les parties et sont indépendantes.

Une annonce des théorèmes et est contenue dans [21].

2. Surfaces de genre supérieur

2.1. Extension du groupe des difféomorphismes hamiltoniens

Les résultats de ce paragraphe sont dus à Banyaga [3] ; nous les rappelons succinctement.

Considérons une variété (fermée, connexe) munie d’une forme de contact dont le champ de Reeb est induit par une action libre du cercle . La variété , quotient de par l’action du cercle, porte une forme symplectique telle que , où est la projection canonique.

Dans cette situation nous avons une extension centrale par du groupe des difféomorphismes hamiltoniens de . Décrivons d’abord cette extension au niveau des algèbres de Lie de champs de vecteurs. Un élément de l’algèbre des champs de vecteurs sur qui préservent est invariant par l’action du cercle , il définit un champ de vecteurs hamiltonien sur . L’algèbre est donc une extension centrale par de l’algèbre des champs de vecteurs hamiltoniens sur . Si (avec , , ), le champ de vecteurs (où est le relevé horizontal de : ) préserve . L’application est un morphisme d’algèbres de Lie qui scinde l’extension.

Notons le groupe des difféomorphismes de qui préservent , isotopes à l’identité via une isotopie qui préserve . On a alors une extension centrale :

\xymatrix 0 \ar[r] & R/Z \ar[r] & G_α(M)_0 \ar[r] & Ham(V,ω) \ar[r] & 0.

Si est une isotopie hamiltonienne on note l’isotopie de obtenue en “intégrant” . Sa classe d’homotopie ne dépend que de celle de . Ainsi, si le groupe est simplement connexe, l’extension précédente est scindée. Grâce au théorème de Banyaga qui assure que le groupe est simple, la section qui scinde l’extension est unique. Si est une surface de genre supérieur, le groupe est simplement connexe [11, 19], et l’extension ci-dessus est canoniquement scindée.

2.2. Construction du quasi-morphisme

On suppose donc que est une surface fermée orientée, de genre supérieur ou égal à , munie d’une forme symplectique d’aire totale (d’après un théorème de Moser deux telles formes sont l’image l’une de l’autre par un difféomorphisme isotope à l’identité, le choix de est donc sans importance).

Nous noterons la variété des droites orientées tangentes à , le revêtement universel de , et la variété des droites orientées tangentes à . Le choix d’une métrique à courbure constante sur , de forme d’aire égale à , fournit une structure de -fibré principal sur et . Nous noterons le champ de vecteurs sur tangent aux fibres de l’application engendré par cette action du cercle. On note également le cercle à l’infini de déterminé par cette métrique, et la projection. La variété est difféomorphe à et le feuilletage descend en un feuilletage sur appelé feuilletage horocyclique. Nous noterons une -forme sur telle que et . La forme est une forme de contact de champ de Reeb égal à . On notera encore le relevé à de ce champ. Enfin, si est un chemin continu, nous noterons l’entier défini comme suit. Si un paramétrage de par est donné, notons un relevé de à . On pose :

cet entier ne dépend pas du choix du paramétrage. Si et sont deux chemins dans avec nous avons :

Observations. Avant de construire le quasi-morphisme annoncé dans le théorème , nous commençons par quelques remarques. A chaque ouvert connexe , distinct de , nous allons associer un élément canonique de l’espace

Puisqu’un quasi-morphisme homogène est invariant par conjugaison, nous oublierons parfois de choisir un point base pour le groupe . Soit une trivialisation du fibré au-dessus de . Si est un point sur et si est un lacet dans , basé en , on pose :

est un relevé à du chemin . Vu la propriété , l’application est un quasi-morphisme sur le groupe . Son homogénéisé ne dépend pas du point . Si deux métriques à courbure constante sur sont données, on peut identifier par un homéomorphisme les bords à l’infini de associés, l’indice ne dépend donc pas de la métrique. A l’addition d’un homomorphisme près, il ne dépend pas de la trivialisation , la classe

est donc canonique. Une autre manière de la décrire serait la suivante. On fixe un point au-dessus de . Si , on note son relevé issu de tangent au feuilletage horocyclique. On peut écrire . Notons la variation de l’argument de comptée en tours. Alors est un quasi-morphisme dont l’homogénéisé est égal à . On peut en quelque sorte penser à un feuilletage transverse aux fibres du fibré comme à une “quasi-trivialisation” du fibré. Alors que la comparaison de deux trivialisations du fibré au-dessus de l’ouvert fournit un homomorphisme , la comparaison du feuilletage avec une trivialisation fournit un quasi-morphisme homogène sur le groupe . Si le groupe est abélien, il n’admet pas de quasi-morphisme homogène non-trivial (c’est-à-dire autre que les homomorphismes). En revanche si le groupe est libre non-abélien, la classe va apparaître comme une obstruction à ce que le quasi-morphisme que nous allons définir se restreigne en le morphisme de Calabi sur le groupe .

Donnons enfin une dernière interprétation de la classe . Rappelons qu’à toute représentation d’un groupe discret dans le groupe des homéomorphismes du cercle qui préservent l’orientation, on peut associer une classe de cohomologie bornée , appelée classe d’Euler bornée, voir [15]. La représentation associée à une métrique à courbure constante sur fournit donc une classe , qui ne dépend pas de la métrique. Pour tout groupe discret , le noyau de l’application est isomorphe à l’espace

Si est un ouvert connexe distinct de , on note le morphisme naturel. Puisque le groupe est trivial, la classe (que nous considérons comme une classe réelle) est dans le noyau

C’est la classe précédemment décrite.

Nous pouvons maintenant construire le quasi-morphisme . Soit une isotopie hamiltonienne dans . Notons l’isotopie qui relève précédemment construite, et l’isotopie de qui relève . Si et sont deux points de tels que (où est la projection ), on écrit avec , où est le flot de . Notons . Le lacet lu sur le “bord” de a un indice égal à . Puisque les chemins et ont un indice borné par , on a . On définit alors, pour , . La fonction est invariante sous l’action du groupe fondamental de et définit une fonction mesurable bornée sur . Elle vérifie :

Ainsi l’application qui, au difféomorphisme hamiltonien associe l’intégrale

est un quasi-morphisme. Nous pouvons l’homogénéiser pour définir :

D’après le théorème ergodique sous-additif [18, 20], la suite de fonctions

converge -presque partout quand tend vers l’infini, vers une fonction mesurable . Il n’est pas difficile de vérifier que cette fonction est bornée et satisfait :

Discutons maintenant des différents choix effectués pour notre construction. Nous avons déjà indiqué pourquoi l’indice d’une courbe ne dépend pas du choix de la métrique. Par ailleurs :

  • Si l’on change de métrique, l’action du cercle sur (i.e. le champ ) change, mais la classe d’Euler du fibré n’étant pas modifiée, on peut trouver un difféomorphisme de , induisant l’identité sur , qui entrelace les deux actions. On en déduit aisément l’invariance du quasi-morphisme.

  • Lorsque la métrique est fixée, le choix de la forme est sans importance. Une autre primitive de valant sur serait de la forme , où est une -forme fermée sur la surface. En utilisant la nullité du flux d’une isotopie hamiltonienne, on voit que le quasi-morphisme final est inchangé. Notons que, lorsque est identifié au fibré unitaire tangent à , la forme peut-être prise nulle dans la direction du flot géodésique.

  • Une fois acquise l’indépendance de vis-à-vis de la métrique, l’invariance par conjugaison dans est claire. Il suffit de considérer une métrique (à courbure constante, de forme d’aire ) et de la transporter par le difféomorphisme symplectique considéré.

Supposons que soit un ouvert connexe distinct de et une isotopie hamiltonienne dans . Nous allons calculer .

Choisissons une trivialisation du fibré au-dessus de , telle que (où est la coordonnée angulaire sur le cercle). On a alors , où est une primitive de sur . Notons également le quasi-morphisme homogène sur associé à cette trivialisation. Enfin, on note le champ de vecteurs qui engendre l’isotopie, un hamiltonien pour avec et la fonction d’intégrale nulle sur qui diffère de par une constante.

Fixons un point dans et un compact tel que . Pour tout point de , on choisit un chemin de classe par morceaux de à , contenu dans , de dérivée bornée indépendamment de . On note le lacet et la limite de la suite (pour relier à l’identité on utilise bien sûr l’isotopie concaténée fois).

Proposition 2.1.

Pour presque tout de nous avons :

Dans cette proposition, et dans la suite, désignera la limite des moyennes de Birkhoff d’une fonction (intégrable) relativement à la transformation .

Preuve : Notons l’isotopie obtenue en concaténant fois . Si est dans et dans nous avons :

Notons , , les courbes

respectivement. On choisit deux relevés et à tels que , et l’on note . Dans la suite d’égalités ci-dessous, le symbole voudra dire que les deux membres de l’égalité diffèrent d’une quantité bornée, la valeur exacte de la borne important peu (mais pouvant cependant aisément être déterminée).

Nous obtenons au total l’existence d’une constante telle que :

Le résultat suit.

Une fois la proposition précédente acquise, nous pouvons conclure la preuve du théorème . Hors de , la fonction est égale à . Nous obtenons donc :

(la fonction est bien sûr nulle hors de l’ouvert ). Si est simplement connexe, le terme est identiquement nul. Si est un anneau, le quasi-morphisme homogène est un morphisme qui se représente par une -forme fermée . Dans ce cas, on vérifie sans peine que

On en déduit :

Mais cette dernière intégrale est nulle pour une isotopie hamiltonienne. Dans le cas d’un flot hamiltonien, cela traduit simplement le fait que le cycle asymptotique de Schwartzman pour la mesure est nul. On a donc bien dans ce cas. Si le groupe est libre non-abélien, l’espace

n’est pas trivial [6, 8], et l’intégrale peut ne pas s’annuler. Nous avons achevé la preuve du théorème .

Décrivons maintenant les constructions de Gambaudo et Ghys qui permettent de prouver que l’espace des quasi-morphismes homogènes sur nuls en restriction aux sous-groupes est un disque ou un anneau, est de dimension infinie. Considérons une -forme , non nécessairement fermée, sur la surface , et notons son relèvement à . On suppose toujours qu’une métrique à courbure constante de forme d’aire est fixée. Nous allons construire un quasi-morphisme homogène

Un élément de admet un relevé canonique à : puisque le groupe est simplement connexe nous choisissons une isotopie reliant l’identité à , et nous considérons son relevé à . On pose alors . Si est dans nous noterons l’unique géodésique (pour la métrique fixée) qui relie à . La fonction

est -invariante et définit donc une fonction sur la surface . En utilisant le fait que la -forme vérifie une inégalité de la forme sur , et le fait que les triangles géodésiques de sont d’aire bornée, nous obtenons aisément :

Ainsi définit un quasi-morphisme sur , son homogénéisé sera noté (contrairement à , il dépend de la métrique).

Dans [14], il est montré que la famille , restreinte au groupe , engendre un espace de dimension infinie dans l’espace . Les auteurs utilisent pour cela des “twists” supportés au voisinage d’une géodésique fermée simple. Notons que, pour que ceux-ci soient hamiltoniens, cette géodésique doit être homologue à .

Supposons que est une isotopie symplectique supportée dans le compact contenu dans l’ouvert simplement connexe de . Notons des relevés à . Le compact est stable par et de diamètre fini. On a donc pour tout . Ceci assure que . Soit maintenant une isotopie hamiltonienne (engendrée par le champ ) supportée dans l’anneau . On suppose bien sûr ce plongement injectif au niveau du groupe fondamental, sans quoi on serait ramené au cas précédent. On vérifie alors que

vaut , où la classe de la -forme fermée sur engendre et est l’intégrale de la -forme sur la géodésique fermée librement homotope dans au générateur de . On en déduit .

2.3. Calcul sur des hamiltoniens autonomes

Nous prouvons ici le théorème . Notons l’ouvert et fixons une trivialisation du fibré au-dessus de . Celle-ci fournit une primitive de sur et un quasi-morphisme homogène sur le groupe , comme précédemment. Si est une arête du graphe nous noterons et les sommets à ses extrémités (avec la convention ). Pour chaque arête , nous fixons un paramétrage de par , avec des coordonnées telles que et . Si est une fonction dans , le champ hamiltonien s’écrit sur :

où la fonction satisfait :

Pour un domaine à bord lisse nous noterons la somme des valeurs de sur les classes de conjugaison déterminées par chacune des composantes du bord de . Cette valeur ne dépend que de la classe .

Proposition 2.2.

Si est à bord géodésique, pour une métrique à courbure constante quelconque sur , on a .

Preuve : on peut supposer que est la forme d’aire associée à la métrique qui rend le bord de géodésique (car le quasi-morphisme est indépendant de ). On a vu que la -forme peut alors être choisie nulle dans la direction du flot géodésique. Au-dessus de , dans une trivialisation dans laquelle , on a . Soit une orbite périodique du flot géodésique telle que est une composante du bord de . Puisque est fermée on a : . En sommant sur les différentes composantes de bord, on obtient : .

Si est dans , bien que l’isotopie ne soit pas nécessairement à support dans , on peut répéter le raisonnement qui a servi à établir la proposition . Si est dans et n’est pas un sommet de , on notera la classe d’homotopie libre du cercle , orienté par . Notant la fonction d’intégrale nulle sur qui diffère de par une constante, on a, presque partout sur :

La fonction a pour intégrale . Si est une arête de , nous noterons la valeur commune des classes pour . La somme des intégrales de sur les différentes arêtes vaut :

On peut écrire la somme sous la forme

où la somme porte cette fois sur les sommets de . Il faut calculer les constantes . Au préalable, notons le fait suivant :

Observation. Si et sont deux lacets dans , tangents au feuilletage horocyclique de , ayant même point base, alors .

On peut alors commencer le calcul des constantes :

  • Si correspond à un extremum local autre que le maximum global, la constante est nulle. En effet, elle est égale à la valeur de sur un petit lacet qui entoure l’extremum. Comme celui-ci est dans le lacet est nul dans .

  • Si , la constante est égale à la valeur de sur la classe d’homotopie dans d’un petit lacet qui entoure (avec l’orientation opposée à celle du bord de ). Si ce lacet est assez petit, il admet un relevé tangent au feuilletage horocyclique qui est fermé. On constate alors que (la classe d’Euler du fibré en cercles au-dessus de ).

Il reste alors à calculer les constantes pour les sommets correspondant à des points critiques d’indice . Il n’est pas difficile de vérifier que

(pour assez petit). Le domaine est constitué d’un nombre fini de cylindres sur le bord desquels est nul et d’un pantalon . Il faut évaluer le terme .

  • Si l’une des composantes du bord de est homotope à dans , est nul évalué contre celle-ci. Les deux autres composantes sont alors librement homotopes dans , et les deux valeurs de correspondantes sont opposées. On peut donc supposer les trois composantes de essentielles dans sans quoi .

  • Si en outre ces trois composantes sont essentielles dans , on peut trouver une métrique à courbure constante (de forme d’aire égale à ) qui rend le bord de géodésique (ou seulement deux composantes sur trois de si deux d’entre elles sont librement homotopes). Une généralisation immédiate de la proposition permet alors de montrer que la constante vaut .

  • Il reste à traiter le cas où l’une des composantes, disons , de est contractile dans . Dans ce cas elle borde un disque plongé qui contient le point (puisque l’on a supposé cette même courbe essentielle dans ). Les deux autres composantes et de sont alors essentielles dans . Modifions le pantalon en un pantalon de composantes de bord telles que est homotope à , et et ont même point base. Le lacet peut être choisi contenu dans un disque arbitrairement petit au voisinage de . On peut alors trouver une métrique à courbure constante qui rend géodésique. Notant l’orbite périodique du flot géodésique telle que , on peut trouver un relevé, tangent au feuilletage horocyclique et fermé, de , issu du même point que l’orbite . Dans ce cas l’observation ci-dessus assure que . Puisque la dernière composante de bord de définit la classe de conjugaison de , on a .

Il n’est pas difficile de vérifier que l’ensemble des sommets pour lesquels correspond à l’ensemble défini dans l’introduction. Une autre manière de décrire cet ensemble serait la suivante. Les éléments de sont les sommets correspondant à des points critiques d’indice pour lesquels les trois composantes du bord du pantalon décrit précédemment sont essentielles dans . En résumé, la constante vaut , les autres constantes sont égales à pour les éléments de et sinon. Finalement, la somme initiale est égale à :

Nous obtenons ainsi :

3. Quasi-morphisme sur certaines variétés symplectiques de première classe de Chern non-nulle

3.1. Exposant de Lyapunov symplectique

Notons une boule de , munie d’une forme symplectique de volume fini. Nous rappelons ici une construction due à Barge et Ghys [5], d’un quasi-morphisme homogène sur le groupe des difféomorphismes symplectiques de à support compact. Cette construction apparaît déjà implicitement dans [23]. Nous renvoyons à [5] pour plus de détails.

On commence par construire un quasi-morphisme sur le revêtement universel du groupe symplectique d’un espace vectoriel symplectique . Cette construction est bien connue [5, 10, 17] ; nous la rappelons cependant, dans un souci de complétude. Supposons que soit une structure presque-complexe sur compatible avec : est un endomorphisme de , de carré , qui préserve , avec pour tout vecteur non-nul de . Muni de la forme , devient un espace vectoriel hermitien. Nous noterons la grassmannienne lagrangienne de . Si et sont deux lagrangiens, il existe un endomorphisme unitaire de tel que . Le nombre complexe

ne dépend pas du choix de . On le note . Il vérifie la relation (de cocycle) :

En particulier, si est une courbe dans la variation de l’argument du nombre complexe (comptée en tours) ne dépend pas du choix de . On note ce nombre.

Proposition 3.1.

Si est une courbe dans qui reste toujours transverse à un lagrangien donné , on a .

Il est classique que l’application

induit un isomorphisme entre les groupes fondamentaux. Par ailleurs, il est également bien connu que, pour tout lagrangien , l’intersection avec l’hypersurface

engendre le groupe . Il n’est donc pas surprenant que le fait de rester transverse à un lagrangien donné, empêche une courbe de de“trop tourner” (voir [1]). Prouvons maintenant la proposition.

Preuve : L’application qui a un endomorphisme de , symétrique pour le produit scalaire , associe le graphe est un difféomorphisme sur l’ouvert des lagrangiens transverses à . On a :

où les sont les valeurs propres de . Si est un chemin d’endomorphismes symétriques de , de valeurs propres , la variation de l’argument du nombre complexe

est inférieure à .

Un élément du revêtement universel du groupe symplectique est la donnée d’un chemin