[

[ CNRS & IHÉS
Le Bois-Marie
35 route de Chartres
91440 Bures-sur-Yvette
France
   [ CNRS & IHÉS
Le Bois-Marie
35 route de Chartres
91440 Bures-sur-Yvette
France
janvier 2006
Résumé

On associe aux représentations -adiques irréductibles de de dimension devenant cristallines sur une extension abélienne de des espaces de Banach -adiques munis d’une action linéaire continue unitaire de . Lorsque est de plus -semi-simple, on utilise le -module et le module de Wach de pour montrer que la représentation est non nulle, topologiquement irréductible et admissible.

L. Berger]Laurent Berger \urladdrwww.ihes.fr/~lberger/ C. Breuil]Christophe Breuil \urladdrwww.ihes.fr/~breuil/ Représentations potentiellement cristallines de ]Sur quelques représentations potentiellement cristallines de \alttitleOn some potentially crystalline representations of \subjclass11F \NumberTheoremsInsubsection

{altabstract}

To each -dimensional irreducible -adic representation of which becomes crystalline over an abelian extension of , we associate a Banach space endowed with a linear continuous unitary action of . When is moreover -semi-simple, we use the -module and the Wach module associated to to show that the representation is nonzero, topologically irreducible and admissible.

1 Introduction

1.1 Introduction

Soit un nombre premier et . Dans la recherche d’une correspondance éventuelle entre (certaines) représentations -adiques de de dimension et (certaines) représentations -adiques de , un des cas importants à regarder est certainement celui où , est absolument irréductible, devient cristalline sur une extension abélienne de et est -semi-simple. Cette dernière condition signifie que le Frobenius sur le -module filtré associé par Fontaine à est semi-simple. La représentation a des poids de Hodge-Tate distincts et, si l’on note la représentation algébrique de de plus haut poids et la représentation lisse irréductible de associée par la correspondance locale de Hecke à la représentation de Weil déduite de par [Fon94c], la représentation est simplement le complété -adique de la représentation localement algébrique par rapport à un réseau stable par et de type fini sous l’action de . Notons que est toujours ici une représentation de la série principale. Ainsi, est un espace de Banach -adique muni d’une action continue unitaire de (i.e. laissant une norme invariante). Notons que, lorsque est de dimension , cette définition de doit être modifiée.

Le problème est qu’il n’est pas du tout évident qu’un tel réseau existe, ou, de manière équivalente, que soit non nul. Dans [Bre03a, théorème 1.3], la non nullité de est démontrée lorsque est cristalline et (essentiellement), et dans [Bre03b, théorème 1.3.3], son admissibilité (au sens de [ST02b]) et son irréductibilité topologique (avec une condition supplémentaire pour cette dernière). La méthode repose sur le calcul de la réduction d’une boule unité de modulo l’idéal maximal des coefficients.

Lorsque est de dimension , absolument irréductible mais cette fois semi-stable non cristalline, est défini dans [Bre03b] et [Bre03c] et des conjectures analogues (non nullité, admissibilité, etc.) formulées et très partiellement démontrées. P. Colmez dans [Col04a] a vu que la théorie des -modules de Fontaine permettait de démontrer élégamment ces conjectures dans le cas semi-stable en construisant un modèle de la restriction au Borel supérieur de la représentation duale à partir du -module de .

Il était donc naturel de regarder si un tel modèle existait aussi dans le cas des représentations potentiellement cristallines ci-dessus et s’il permettait de démontrer les conjectures de non nullité, d’irréductibilité et d’admissibilité. La réponse est affirmative et fait l’objet du présent article. Comme dans [Col04a], on démontre donc un isomorphisme Borel-équivariant entre et (théorème 5.2) où est le -module associé à la représentation potentiellement cristalline et où la limite projective consiste en les suites -compatibles bornées d’éléments de . Pour montrer cet isomorphisme, il est nécessaire d’une part d’étendre au cas potentiellement cristallin considéré la théorie des modules de Wach de [Ber04a] et [Wa96], d’autre part de passer par une description intermédiaire de comme espace de fonctions continues sur d’un certain type (théorème 4.3). Les résultats côté -modules permettent alors de déduire le résultat principal de cet article (§5.3) :

{enonce*}

Théorème Si est une représentation -adique absolument irréductible de dimension de , qui devient cristalline sur une extension abélienne de et qui est -semi-simple, alors est non nul, topologiquement irréductible et admissible.

On obtient aussi deux autres corollaires, l’un concernant tous les réseaux possibles stables par dans (corollaire 5.3), l’autre concernant les vecteurs localement analytiques dans (corollaires 5.3 et 5.4).

D’autres isomorphismes sont démontrés lorsque est trianguline non de Rham dans [Col04b], mais les méthodes d’analyse -adique côté y sont sensiblement différentes. Ici, on utilise de manière essentielle l’existence d’un entrelacement entre deux façons d’écrire la série principale (correspondant essentiellement aux deux façons d’ordonner les caractères que l’on induit), entrelacement qui «  passe à la complétion -adique   » et permet de définir un entrelacement -adique entre deux façons d’écrire le Banach . On s’aperçoit alors que cet entrelacement -adique a une interprétation en théorie de Hodge -adique : si deux distributions de se correspondent par cet entrelacement (on ne distingue pas ici les deux manières d’écrire ), alors les deux éléments qu’on leur associe dans sont reliés par une condition équivalente à la donnée de la filtration de Hodge sur (voir §5.1 et lemme 5.2).

Lorsque n’est pas -semi-simple, signalons que et sont toujours définis mais que l’on ignore s’ils sont naturellement isomorphes (l’entrelacement ci-dessus est dans ce cas l’identité).

Une première version de cet article (octobre 2004), dont une version préliminaire avait fait l’objet d’un cours au C.M.S. de Hangzhou en août 2004 ([BB04]), ne traitait que le cas des représentations cristallines.

1.2 Notations

On fixe une clôture algébrique de , on note «     » la valuation sur telle que , la norme -adique et le complété de pour . On normalise l’isomorphisme de la théorie du corps de classes local en envoyant les uniformisantes sur les Frobenius géométriques. On note le caractère cyclotomique -adique de vu aussi comme caractère de . En particulier, et est l’identité. On note le caractère non ramifié de envoyant sur . On désigne par une extension finie de , son anneau d’entiers, son corps résiduel et une uniformisante. On note une représentation -adique de , c’est-à-dire un -espace vectoriel de dimension finie muni d’une action linéaire et continue de , et un -réseau de stable par . Enfin, désigne les matrices triangulaires supérieures dans et le sous-groupe de ces matrices qui sont dans .

On note l’extension finie de dans engendrée par les racines -ièmes de l’unité et . On fixe dans tout cet article le choix d’une suite compatible de racines primitives -ièmes de l’unité. Le groupe de Galois est isomorphe à via le caractère cyclotomique et si , alors s’identifie au groupe de Galois . On note , ce qui fait que est un produit de corps et un -module simple. Si est un caractère fini à valeurs dans , on note la somme de Gauss associée à : si , alors et si est de conducteur , alors . On vérifie facilement les propriétés suivantes des sommes de Gauss :

  • si , alors ( agissant linéairement sur );

  • on a et en particulier .

Tous les espaces de Banach de ce texte sont -adiques et tels que . On appelle -Banach unitaire un espace de Banach muni d’une action à gauche -linéaire de telle que les applications , sont continues pour tout et telle que, pour un choix de norme sur , on a pour tout et tout . Un -Banach unitaire est dit admissible (suivant [ST02b]) si le Banach dual est de type fini sur , la limite projective étant prise sur les sous-groupes de congruences principaux de .

2 Représentations -adiques

2.1 Quelques anneaux de séries formelles

Le but de ce paragraphe est d’introduire certains anneaux de séries formelles (, , , , et ), ainsi que certaines des structures dont ils sont munis et dont nous avons besoin dans la suite de cet article. On commence par rappeler succintement les définitions de ces divers anneaux.

  • On note l’anneau formé des séries telles que et quand . C’est un anneau local de corps résiduel .

  • On note , c’est un corps local de dimension .

  • On note .

  • On note l’anneau des séries formelles qui convergent sur le disque unité, ce qui fait que s’identifie au sous-anneau de constitué des séries formelles à coefficients bornés.

  • On note le sous-corps de constitué des séries telles qu’il existe pour lequel quand .

  • On note l’anneau formé des séries telles que , telles qu’il existe pour lequel quand , et telles que pour tout , on ait quand . Le corps s’identifie alors au sous-anneau de constitué des séries formelles à coefficients bornés.

Le corps est muni de la norme de Gauss définie par si . L’anneau des entiers de pour cette norme est , et la norme de Gauss induit sur la topologie -adique. L’application naturelle est alors continue si l’on donne à la topologie -adique et à la topologie discrète.

On peut définir une topologie moins fine sur , la topologie faible, définie par le fait que les forment une base de voisinages de zéro, et la topologie faible sur qui est la topologie de la limite inductive. Cette topologie induit la topologie -adique sur , et l’application naturelle est alors continue si l’on donne à la topologie faible et à la topologie -adique.

Si , alors on peut définir une norme sur par la formule :

(1)

si . L’ensemble des normes définit une topologie sur qui en fait un espace de Fréchet.

{defi}

Si et , on dit que est d’ordre (il serait plus correct de dire «  d’ordre   ») si pour un tel que , la suite est bornée.

Il est facile de voir que si c’est vrai pour un choix de , alors c’est vrai pour tout choix de . Un exemple de série d’ordre est donné par .

Nous allons maintenant rappeler les formules qui définissent l’action de , le frobenius et l’opérateur sur ces anneaux. Soit l’un des anneaux , , , , ou .

Commençons par l’action de ; le caractère cyclotomique est un isomorphisme. L’anneau est alors muni d’une action de , telle que si , alors agit par un morphisme de -algèbres, et . On vérifie facilement que agit par des isométries, pour toutes les normes et topologies définies ci-dessus. Les idéaux de ou de qui sont stables sous l’action de sont d’une forme très particulière. Pour , on note :

ce qui fait par exemple que et que . Le polynôme est le polynôme minimal sur de et l’idéal de qu’il engendre est donc stable sous l’action de .

{lemm}

Si est un idéal principal de , qui est stable par , alors il existe une suite d’entiers telle que est engendré par un élément de la forme .

Si est un idéal de , qui est stable par , alors il existe une suite finie d’entiers telle que est engendré par un élément de la forme .

Pour ce lemme fait l’objet de [Ber04a, lemme I.3.2] et la démonstration s’adapte sans problème. Signalons tout de même que les polynômes ne sont plus nécessairement irréductibles dans , et que leurs diviseurs éventuels engendrent des idéaux de stables par des sous-groupes ouverts de .

L’anneau est aussi muni d’un morphisme de Frobenius , qui est lui-aussi un morphisme de -algèbres, tel que . Cette application est continue pour toutes les topologies ci-dessus et commute à l’action de .

Passons maintenant à l’opérateur . L’anneau est un -module libre de rang , dont une base est donnée par . Si , on peut donc écrire .

{defi}

Si est l’un des anneaux , , , , ou , alors on définit un opérateur par la formule si .

Cet opérateur vérifie alors et commute à l’action de . Il ne commute pas à et n’est pas -linéaire.

2.2 Représentations -adiques et -modules

Rappelons qu’une représentation -linéaire de est un -espace vectoriel de dimension finie muni d’une action linéaire et continue de . Il est assez difficile de décrire un tel objet, et nous allons voir dans ce paragraphe qu’une certaine classe de «  -modules   » permet d’en donner une description explicite.

Un -module sur est un -module de type fini muni d’un morphisme -semi-linéaire . On écrit pour le -module engendré par dans et on dit que est étale si . Un -module sur est un -espace vectoriel de dimension finie muni d’un morphsime -semi-linéaire . On dit que est étale si a un -réseau stable par et étale. Un -module est un -module muni d’une action continue de par des morphismes semi-linéaires (par rapport à l’action de sur les coefficients) et commutant à .

Si est un -module étale sur , et si est l’anneau construit par Fontaine dans [Fon90, §A1.2], alors est un -espace vectoriel de dimension muni d’une action linéaire et continue de : c’est une représentation -linéaire de . On a alors le résultat suivant (cf. [Fon90, §A3.4]) :

{theo}

Le foncteur est une équivalence de catégories :

  • de la catégorie des -modules étales sur vers la catégorie des représentations -linéaires de ;

  • de la catégorie des -modules étales sur vers la catégorie des -représentations de .

L’inverse de ce foncteur est noté , et on peut montrer que . Les -modules étales nous donnent donc un moyen commode de travailler avec les représentations -linéaires. En théorie, les -modules permettent de retrouver tous les objets que l’on peut associer aux représentations -linéaires (et en pratique, c’est souvent le cas). Dans ce paragraphe et les suivants, nous allons rappeler quelques unes de ces constructions.

Si est l’un des anneaux ou , alors on définit de la même manière la notion de -module et de -module sur .

Si est un -module sur , alors est un -module sur et on dit que est étale si l’est. Le résultat ci-dessous (dont l’analogue pour des -modules sans action de est faux) est dû à Cherbonnier et Colmez (cf. [CC98, §III.5]).

{theo}

Le foncteur , de la catégorie des -modules étales sur vers la catégorie des -modules étales sur , est une équivalence de catégories.

En particulier, si est une représentation -adique de , alors on peut lui associer, grâce au théorème ci-dessus, un -module sur noté . Il existe d’ailleurs un anneau tel que .

Si est un -module sur , alors est un -module sur et est étale si et seulement si est «  pur de pente nulle   » au sens de [Ked04]. Nous donnons pour référence le résultat ci-dessous (cf. [Ked04]) qui ne nous servira pas dans le reste de cet article :

{theo}

Le foncteur , de la catégorie des -modules étales sur vers la catégorie des -modules de pente nulle sur , est une équivalence de catégories.

Pour terminer, donnons dès à présent la définition ci-dessous, qui joue un rôle important pour les représentations que nous considérons dans cet article.

{defi}

Si est une représentation -linéaire de , on dit que est de hauteur finie s’il existe un sous--module de qui est stable par et et tel que l’application naturelle est un isomorphisme.

On peut montrer (cf. [Fon90, §B1.8]) que si est l’anneau construit dans [Fon90, §B1.8], et que l’on pose , alors tout -module satisfaisant les conditions de la définition ci-dessus est contenu dans et donc que est de hauteur finie si et seulement si a une base constituée d’éléments de . Les représentations de hauteur finie sont étudiées dans [Fon90, §B] et dans [Col99].

Passons maintenant à la définition de l’opérateur sur les -modules. Si est un -module étale (sur ou sur ) et si , alors on peut écrire où les sont bien déterminés.

{defi}

Si est un -module étale sur ou sur , alors on définit un opérateur par la formule si .

Cet opérateur vérifie alors et si (ou ) et , et commute à l’action de si est un -module. C’est cet opérateur qui permet de faire le lien entre les représentations -linéaires de et les représentations de (ce qui est l’objet de cet article), et aussi le lien entre les -modules et la cohomologie d’Iwasawa des représentations de , ce que nous rappelons ci-dessous.

Si est une représentation -linéaire, alors les invariants de sous l’action de jouent un rôle important. Nous commençons par rappeler ci-dessous deux propriétés importantes de ce module.

{prop}

On a et le -espace vectoriel a une base constituée d’éléments de .

Démonstration.

Le fait que est un résultat de Cherbonnier dont on trouvera une démonstration dans [CC99, §III.3] et la deuxième assertion est démontrée dans [CC99, §I.7]. ∎

{coro}

Si est une représentation -linéaire de , alors .

Rappelons brièvement la définition de la cohomologie d’Iwasawa. Si est une représentation -linéaire de , si est un -réseau -stable de , et si , alors on définit :

Le groupe ne dépend alors pas du choix de . Les -modules ont été étudiés en détail par Perrin-Riou, qui a notamment montré (cf. [Per94, §3.2]) :

{prop}

Si est une représentation -adique de , alors on a si . De plus :

  • le sous-module de -torsion de est isomorphe à et est un -module libre de rang ;

  • .

Les espaces et sont eux aussi des -modules et on a le résultat suivant (cf. [CC99, §II.1]) :

{prop}

On a des isomorphismes canoniques de -modules et .

Terminons ce paragraphe avec un lemme technique concernant l’action de sur les -modules.

{lemm}

Si est une -représentation sans torsion ou une -représentation et si est un -module de type fini et stable par tel que , alors .

Démonstration.

Montrons tout d’abord le lemme pour les -représentations. Le module n’est pas nécessairement stable par , mais il existe tel que et alors ce qui fait que et donc que :

ce qui fait que et donc que .

Passons à présent au cas des -représentations. Dans ce cas, en considérant l’image de dans , et en utilisant le lemme pour la -représentation , on voit qu’un qui satisfait les hypothèses du lemme est inclus dans et en itérant ce procédé, on trouve que . ∎

2.3 Topologie faible et treillis

Nous allons maintenant nous intéresser à la topologie des -modules sur et . Si est un -module libre de rang , alors le choix d’une base de donne un isomorphisme et on peut munir de la topologie faible induite par cet isomorphisme. Un petit calcul montre qu’une application -linéaire est nécessairement continue et donc que la topologie définie sur par ne dépend pas du choix d’une base de .

{lemm}

Si est une partie d’un -module libre , et est le -module engendré par , alors les propriétés suivantes sont équivalentes:

  • est bornée pour la topologie faible;

  • est borné pour la topologie faible;

  • pour tout , l’image de dans est un -module de type fini.

Démonstration.

Choisissons une base de , et notons le -module engendré par cette base. Ainsi, la topologie faible sur est définie par le fait que les forment une base de voisinages de zéro. En particulier, une partie de est bornée si et seulement si pour tout , il existe tel que . Comme le -module engendré par est lui-même, on voit que les propriétés (i) et (ii) sont équivalentes. Il reste donc à montrer que les -modules bornés sont ceux qui satisfont (iii), c’est-à-dire qu’un -module est borné si et seulement si pour tout , l’image de dans est un -module de type fini. Si est borné, alors par définition, pour tout , il existe tel que ce qui fait que l’image de dans est contenue dans celle de et est de type fini puisque est un anneau noetherien. Réciproquement, si satisfait (iii), alors pour tout l’image de dans est un -module de type fini et est donc contenue dans pour un , ce qui fait que et donc que est borné pour la topologie faible. ∎

{defi}

Un treillis de est un -module borné tel que l’image de dans en est un -réseau. Un treillis d’un -module est un treillis d’un -réseau de .

Les treillis font l’objet d’une étude détaillée dans [Col04a, §4]. Rappelons le résultat de base sur les treillis stables par d’un -module (c’est la proposition 4.29 de [Col04a]):

{prop}

Si est un -module étale sur , il existe un unique treillis de vérifiant les propriétés suivantes :

  • quels que soient et , il existe tel que si ;

  • l’opérateur induit une surjection de sur lui-même.

De plus :

  • si est un sous- module borné de et , il existe tel que si ;

  • si est un treillis de stable par tel que induise une surjection de sur lui-même, alors et est annulé par .

Si est une représentation -linéaire de , on note le treillis associé à dans la proposition ci-dessus. Le lemme ci-dessous précise le (iv) de cette proposition.

{lemm}

Si est irréductible et de dimension , et si est un treillis de stable par et tel que induise une surjection de sur lui-même, alors .

Démonstration.

Si est irréductible et de dimension , alors et le lemme suit alors du (iii) de la remarque 5.5 de [Col04a] et de la démonstration de la proposition 4.47 de [Col04a]. ∎

Le reste de ce paragraphe est consacré au début de l’étude des limites projectives définies ci-dessous.

{defi}
  • On note le -espace vectoriel des suites d’éléments de telles que l’ensemble est borné (d’où le «  b   ») pour la topologie faible et telles que .

  • On note le -espace vectoriel des suites d’éléments de telles que l’ensemble est borné pour la topologie faible et telles que .

  • Si est un -réseau de stable par , on note le -module des suites -compatibles et bornées pour la topologie faible d’éléments de .

Ces trois espaces sont munis de la topologie de la limite projective.

{prop}

L’injection induit un isomorphisme topologique et si est un -réseau de stable par , alors .

Démonstration.

Il est clair que l’application est injective. Fixons un -réseau de stable par . Si , alors par définition l’ensemble est borné pour la topologie faible et par le lemme 2.3, le -module engendré par est borné (pour la topologie faible). Quitte à multiplier par une puissance de , on peut d’ailleurs supposer que pour tout . Si , alors la proposition 2.3 appliquée à montre que si est assez grand. Comme c’est vrai pour tout , on en déduit que pour tout et donc que l’application est une bijection. C’est un homéomorphisme car la topologie de est la topologie induite par la topologie faible de via l’inclusion . On en déduit les deux points de la proposition. ∎

Rappelons que est surjective, ce qui fait que les applications de transition dans le sont. Le lemme ci-dessous et son corollaire seront utilisés dans le paragraphe §5.2. Nous verrons en effet plus bas que, pour les représentations que nous considérons, on a