Borne sur le degré des polynômes
presque parfaitement non-linéaires

François Rodier Institut de Mathématiques de Luminy – C.N.R.S. – e-mail:
Résumé

Nyberg a défini la notion de la non-linéarité presque parfaite (APN) pour caractériser les fonctions qui ont la meilleure résistance aux attaques différentielles. Nous montrons ici que pour beaucoup de fonctions booléennes APN, le nombre de ses variables est borné par une expression dépendant du degré de cette fonction.

English extended abstract

The vectorial Boolean functions are employed in cryptography to build block coding algorithms. An important criterion on these functions is their resistance to the differential cryptanalysis. Nyberg defined the notion of almost perfect non-linearity (APN) to study resistance to the differential attacks. Up to now, the study of functions APN was especially devoted to the function powers. Recently some people showed that certain quadratic polynomials were APN.

Here, we will give a criterion so that a function is not almost perfectly non-linear.

H. Janwa showed, by using Weil’s bound, that certain cyclic codes could not correct two errors. A. Canteaut showed by using the same method that the functions powers were not APN for a too large value of the exponent. We use Lang and Weil’s bound and a result of P. Deligne (or more exactly an improvement given by Ghorpade and Lachaud) on the Weil’s conjectures about surfaces on finite fields to generalize this result to many polynomials. We show therefore that these polynomials cannot be APN if their degrees are too large. We study many examples, and make some computation, showing that one does not get any new APN function for a polynomial on a field with at most 512 elements.

1 Introduction

Les fonctions booléennes vectorielles sont employées dans la cryptographie pour construire des algorithmes de chiffrement par bloc. Un critère important sur ces fonctions est une résistance élevée à la cryptanalyse différentielle. Nyberg [20] a défini la notion de la non-linéarité presque parfaite (APN) qui caractérise les fonctions qui ont la meilleure résistance aux attaques différentielles.

Une fonction booléenne à variables est d’autant plus résistante aux attaques différentielles que la valeur de est plus petite où

Les fonctions APN sont celles qui atteignent la plus petite valeur de , c’est-à-dire 2.

Jusqu’ici, l’étude des fonctions APN a surtout été consacrée aux fonctions puissances (voir par exemple [6, 11, 12, 13]). Récemment l’étude s’est élargie à d’autres fonctions, en particulier aux polynômes quadratiques (Pott, Carlet et al.[14, 2]) ou à des polynômes sur des petits corps (Dillon [10]).

Divers auteurs (Berger, Canteaut, Charpin, Laigle-Chapuy [1], Byrne et McGuire [3], Jedlicka [16] ou Voloch [22]) ont démontré l’impossibilité de la propriété pour une fonction d’être APN dans certains cas.

Nous montrons ici que pour beaucoup de fonctions polynomiales APN sur  , le nombre est borné par une expression dépendant du degré de .

Nous utilisons pour cela une méthode déjà initiée par H. Janwa qui a montré, en utilisant la borne de Weil, que certains codes cycliques ne pouvaient pas corriger deux erreurs [18]. A. Canteaut a montré en utilisant la même méthode que certaines fonctions puissances n’étaient pas APN pour une valeur trop grande de l’exposant [5]. Nous avons pu généraliser ce résultat à tous les polynômes en utilisant des résultats de Lang-Weil et de P. Deligne (ou plus exactement des améliorations, due à Ghorpade et Lachaud) sur les conjectures de Weil.

Nous terminons cette article par l’étude des polynômes de petit degré.

Une partie de ces résultats a fait l’objet d’une publication partielle pour le colloque BFCA08.

2 Préliminaires

Pour , l’équation a évidemment un nombre pair de solutions, et en a au moins une pour un dans . D’où la définition suivante.

Définition 2.1

Une fonction est APN si et seulement si pour tout et tout , l’équation

n’a au plus que 2 solutions.

2.1 Polynômes équivalents

Posons . Au lieu de fonctions dans , on parlera de polynômes dans , ce qui est équivalent pour les polynômes de degré au plus .

Un polynôme -affine est un polynôme dont les monômes sont de degré 0 ou une puissance de 2. Les propositions suivantes sont claires.

Proposition 2.1

La classe des fonctions APN est invariante par addition d’un polynôme -affine.

Nous prendrons désormais pour une application polynomiale de dans lui même qui n’ait pas de termes de degré une puissance de 2 ni de terme constant.

Proposition 2.2

Pour tout , et dans le polynôme est APN si et seulement si le polynôme l’est.

2.2 L’équivalence au sens de Carlet-Charpin-Zinoviev

Carlet, Charpin et Zinoviev ont définit une relation d’équivalence entre fonctions booléennes [8]. Pour une fonction de dans lui-même on note le graphe de la fonction :

Définition 2.2

On dit que les fonctions sont équivalentes au sens de Carlet- Charpin-Zinoviev (on parle aussi de CCZ équivalence) s’il existe une permutation linéaire telle que .

D’après [8] si et sont CCZ équivalentes, alors est APN si et seulement si l’est.

2.3 Les monômes APN connus

Il sont décrits dans la monographie de Carlet [7] où on trouvera les références des démonstrations.

Les fonctions suivantes sont APN sur , où est donné par:

  • (fonctions de Gold).

  • (fonctions de Kasami).

  • avec impair (fonctions de Welch).

  • , où ,

    , où (fonctions de Niho)

  • , pour impair;

  • , où est divisible par 5 (fonctions de Dobbertin).

Les fonctions de Gold et de Kasami sont les seules connues où est indépendant de et qui donnent des fonctions APN pour une infinité de valeurs de .

3 Caractérisation des fonctions APN

Proposition 3.1

La fonction est APN si et seulement si la surface affine

a tous ses points rationnels contenus dans la surface .

Démonstration. –

Pour que la fonction soit APN il faut et il suffit que pour tout , et pour tout ,

c’est-à-dire que pour tout , et pour tout , il n’ y ait pas 4 éléments distincts , , , de qui vérifient

Cela revient à dire qu’il n’y a pas 3 éléments distincts , , de qui vérifient

autrement dit que la surface affine

a tous ses points rationnels contenus dans la surface .

Avant d’énoncer un corollaire, remarquons que le polynôme est divisible par , par conséquent le quotient

définit bien un polynôme de degré est le degré de . On vérifie facilement que ce polynôme est nul si et seulement si est un polynôme -affine.

Corollaire 3.1

Si l’application polynomiale (de degré ) est APN et si la surface affine

est absolument irréductible, alors la surface projective correspondante admet au plus point rationnels, où est le degré de et .

Démonstration. –

Si est APN, alors n’est pas un polynôme -affine et l’équation ci-dessus définit bien une surface de degré plus grand que 2. Si la surface contenait le plan , elle serait égale à ce plan puisque la surface est irréductible et serait de degré 1, ce qui est contraire à l’hypothèse. Par conséquent, elle coupe le plan suivant une courbe de degré . Cette courbe admet au plus points rationnels d’après Serre [21]. De même pour le plan à l’infini.

Si est APN, la surface n’a pas d’autre points rationnels que ceux de la surface , qui est réunion du plan et de ses symétriques, ou du plan à l’infini. Donc elle admet au plus point rationnels.

4 Borne inférieure pour le degré d’un polynôme APN

4.1 Une première borne

Théorème 4.1

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la surface d’équation affine

(1)

soit absolument irréductible. Alors, si et  , n’est pas APN.

Démonstration. –

D’une amélioration d’un résultat de Lang-Weil [19] par Ghorpade-Lachaud ([15, section 11]), on déduit

D’où

Par conséquent, si , alors , et donc n’est pas APN.

Cette condition s’écrit

La condition est vérifiée pour si . Ou encore pour et .

4.1.1 Irréductibilité de

La proposition suivante donne un critère pour que la surface soit irréductible.

Proposition 4.1

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la courbe d’équation

soit absolument irréductible. Alors la surface d’équation (1) est absolument irréductible.

Démonstration. –

L’intersection de la surface avec le plan à l’infini a comme équation

puisque est la composante de degré du polynôme . Puisque la courbe est absolument irréductible il en va de même de la surface donc de .

Janwa, McGuire et Wilson [17] ont étudié la courbe et ont déduit un certain nombre de cas où elle est absolument irréductible.

Proposition 4.2

La courbe est absolument irréductible pour les valeurs de et pour les valeurs de et .

Remarque 4.1

La proposition 4.1 donne une condition suffisante mais pas nécessaire. Voir la section 5.

On peut aussi regarder l’intersection de avec le plan ou avec le plan .

Proposition 4.3

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la courbe d’équation

soit absolument irréductible. Alors la surface d’équation (1) est absolument irréductible.

Proposition 4.4

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la courbe d’équation

soit absolument irréductible. Alors la surface d’équation (1) est absolument irréductible.

C’est la même courbe que Voloch considère dans [22].

4.2 Une deuxième borne

Sons certaines conditions, on peut obtenir une borne meilleure pour la dimension.

Théorème 4.2

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la surface projective associée à la surface d’équation affine

n’ait que des points singuliers isolés. Alors, si et  , n’est pas APN.

Démonstration. –

Notons le nombre de Betti de , c’est-à-dire la dimension de l’espace de cohomologie -adique de à support compact, et le nombre de Betti primitif, égal à pour impair et à pour pair.

D’après une amélioration d’un résultat de Deligne [9] par Ghorpade-Lachaud ([15], corollaire 7.2), on en déduit

D’où

Par conséquent, si

alors , et donc n’est pas APN. Cette condition s’écrit

La condition est vérifiée pour dès que . Ou encore pour dès que .

4.2.1 Non-singularité de

Théorème 4.3

Soit une application polynomiale de dans lui même, son degré. Supposons que la courbe d’équation

soit lisse. Alors la surface n’a que des points singuliers isolés.

Demonstration

La démonstration du théorème 4.1 montre que est l’intersection de avec l’hyperplan à l’infini. Puisque la courbe est absolument irréductible il en va de même de la surface .

On peut déduire que la surface est régulière en codimension 1 (c’est-à-dire n’a que des points singuliers isolés) si la courbe est non-singulière (cf. Ghorpade-Lachaud [15], corollaire 1.4).

Janwa, et Wilson [18] ont étudié la courbe et ont déduit un certain nombre de cas où elle est non singulière.

Proposition 4.5

La courbe est non singulière pour les valeurs de

  • est un entier impair tel qu’il existe un entier avec .

  • est un nombre premier plus grand que 17 tel que l’ordre de 2 modulo soit .

En particulier la première condition est satisfaite si est un nombre premier congru à modulo 8. Parmi les degrés inférieurs à 100, on trouve 7, 11, 19, 23, 27, 35, 39, 47, 51, 55, 59, 67, 75, 83, 95.

4.3 La surface ne peut pas être lisse

On pourrait se poser la question de savoir si la surface peut être lisse, ce qui améliorerait encore les bornes sur le degré des fonctions APN. Ce ne peut être le cas. Soit en effet

l’équation affine de la surface . Les points singuliers de cette surface sont sur les surfaces d’équation où on note la dérivée de par rapport à .

Lemme 4.1

Le polynôme divise .

Démonstration

Il suffit de montrer le lemme pour chaque monôme de . Si on fait le changement de variable , le polynôme devient, pour un monôme de degré

est un polynôme. En dérivant par rapport à , cela donne

est un polynôme. Cela montre le lemme car .

Par conséquent l’intersection de la droite avec la surface affine est formé de points singuliers de .

Si la surface projective ne rencontre pas la droite en des points à distance finie, elle ont un point commun d’ordre à l’infini. L’équation n’a pas de solution, donc est une constante non-nulle . Soit l’équation projective de la surface . Elle est égale à

restreinte à la droite devient donc , d’où sur cette droite. Par conséquent et le point est bien singulier si .

5 Autres exemples

5.1 Binômes

Proposition 5.1

Soient et deux entiers tels que , et soit , avec . Soit le polynôme

pour ou . Supposons que et que

  • ou bien se décompose en facteurs distincts sur et ;

  • ou bien se décompose en facteurs distincts sur .

Alors, si et  , n’est pas APN.

Démonstration

L’équation de la surface associée à est . Le lemme suivant montre que cette surface est irréductible sous les hypothèses faites.

Lemme 5.1

Soit la somme de deux polynômes homogènes, c’est-à-dire est homogène de degré , et . Supposons que et que

  • ou bien se décompose en facteurs distincts sur et ;

  • ou bien se décompose en facteurs distincts sur et .

Alors est absolument irréductible sur .

Démonstration

On fait le même raisonnement que Byrne et McGuire dans l’article [3, lemme 2]. La preuve fonctionne aussi dans le cas des polynômes à trois variables. Elle fonctionne aussi dans le deuxième cas du lemme ( se décompose en facteurs distincts sur et ).

Par exemple, la proposition 5.1 montre que le polynôme avec ne peut être APN que si , car le polynôme est irréductible et ne divise pas d’après [18].

On a aussi la proposition suivante due pour l’essentiel à F. Voloch.

Proposition 5.2

Soit , où , sont des entiers, non tous les deux pairs, et non plus une puissance de 2 et tels que soit une puissance de 2. Alors, si et  , n’est pas APN.

Démonstration

F. Voloch a montré dans [22] que ces hypothèses impliquaient que la courbe

est irréductible dans .

Remarque 5.1

L’énoncé de cette proposition [22, Theorem 3] supposait que et étaient premiers entre eux. F. Voloch m’a communiqué que ce n’était pas nécessaire.

5.2 Polynômes de degré 3 ou 5

D’après la proposition 2.1, il suffit de regarder les polynômes de la forme . Ces polynômes sont combinaison linéaires de plusieurs monômes de la forme et ils ne peuvent pas être APN d’après [1] sauf si ou est nul, auquel cas ce sont des fonctions de Gold.

5.3 Polynômes de degré 6

Proposition 5.3

Soit un polynôme de degré 6. Le polynôme est APN si et seulement si . Il est alors équivalent à un fonction de Gold.

Démonstration

Il est facile de vérifier que la surface associée ne contient un hyperplan que si . Donc elle est absolument irréductible, sauf si . Dans ce cas-ci, on vérifie que la surface se décompose en 3 hyperplans d’équation , , et la fonction n’est pas APN si , d’après la proposition 3.1.

Si et , on a donc . Comme , on se ramène par une transformation affine (cf. proposition 2.2) à . Des points de la surface affine sont alors

avec . Si , ils ne sont pas sur la surface d’équation donc la fonction avec n’est jamais APN, d’après la proposition 3.1.

Si et si, de plus, , alors la surface n’a que des singularités isolées et la fonction ne peut être APN que si d’après la démonstration du théorème 4.2. D’après [4], ces fonctions ne peuvent pas être APN.

5.4 Polynômes de degré 7

Proposition 5.4

Soit un polynôme de degré 7. Pour , le polynôme ne peut être APN que s’il est CCZ-équivalent au polynôme sur . Il est alors équivalent à un fonction de Welsh.

Démonstration

Le théorème 4.3 et la proposition 4.5 montrent que la surface n’a que des points singuliers isolés. D’après la démonstration du théorème 4.2 on en déduit que ne peut être APN que si . La proposition s’ensuit, d’après [4] et avec une recherche exhaustive pour .

5.5 Polynômes de degré 9

Proposition 5.5

Soit un polynôme de degré 9. Le polynôme ne peut être APN pour une infinité de que s’il est équivalent au polynôme . Il est alors CCZ-équivalent à un fonction de Gold. Autrement le polynôme ne peut être APN que pour et il est égal à une fonction ou à une fonction CCZ-équivalente.

Démonstration

On peut se limiter gr ce aux proposition 2.1 et 2.2 aux polynômes

Si , on obtient

Si, de plus, , on obtient un polynôme dont tous les degrés des monômes sont de la forme . D’après [1] il ne peut par être APN, sauf si c’est un monôme. Si , on peut réduire l’étude, gr ce à la proposition 2.2, aux polynômes et .

Si on obtient, d’après les mêmes propositions le polynôme

Pour , on vérifie aisément que la surface n’a que des singularités isolées (voir ci-dessous). La fonction ne peut être APN que si , d’après la démonstration du théorème 4.2. La fonction est un fonction de Gold. Pour avec la fonction ne peut être APN; pour avec , ou non nuls, la fonction ne peut être APN que si (voir 5.5.2). Un examen exhaustif des cas restant montre la proposition. La seule fonction APN supplémentaire que l’on trouve est une fonction pour déjà obtenue par Dillon [10].

5.5.1 Points singuliers de associé à

La surface a pour équation projective où les sont des polynômes homogènes de degré en et ce sont les équations des courbes correspondantes aux degrés . Par [18], les polynômes et sont des équations de réunions de droites passant par le point , définies sur et et le polynôme est l’équation d’une courbe irréductible. D’après le calcul des dérivées de , on étudie plusieurs cas.

Cas n 1: . Les points de la surface qui sont sur cette droite sont ceux qui vérifient ou .

Cas n 2: . Les points singuliers de la surface qui sont sur ce plan sont ceux qui vérifient et qui est 2 fois la courbe . Un changement de variable donne, pour : et qui sont deux courbes elliptiques distinctes. Les deux courbes ne se coupent qu’en un nombre fini de points.

Cas n 3: .

Les points singuliers de la surface sont ceux qui vérifient

donc, par soustraction, qui vérifient

D’après l’hypothèse, on a donc , donc on n’a rien de mieux.

5.5.2 Surface associée à .

Si , la fonction est une fonction de Gold. Supposons que l’un de ces coefficient soit non nul.

La surface a pour équation projective où les sont comme plus haut. L’intersection de la surface avec le plan est la courbe d’équation affine

avec , et .

Les raisonnements de Byrne et McGuire pour prouver le lemme 2 dans [3] peuvent s’appliquer. On trouve ainsi que le seul cas où pourrait être réductible est:

où les et les soient des polynômes homogènes de degré . De plus le fait que implique que , , et que . Cela implique déjà que si , la courbe est indécomposable.

On trouve donc que le seul cas où la courbe est réductible est le cas où et . Dans ce cas, la surface se décompose en