arXiv Vanity renders academic papers from arXiv as responsive web pages so you don’t have to squint at a PDF. Read this paper on arXiv.org.

Sur les exposants de Lyapounov des applications méromorphes

Henry de Thélin
Résumé

Soit une application méromorphe dominante d’une variété Kählérienne compacte. Nous donnons une inégalité pour les exposants de Lyapounov d’une classe de mesures ergodiques de en utilisant l’entropie métrique et les degrés dynamiques de . Nous en déduisons l’hyperbolicité de certaines mesures.

Abstract

Let be a dominating meromorphic self-map of a compact Kähler manifold. We give an inequality for the Lyapounov exponents of some ergodic measures of using the metric entropy and the dynamical degrees of . We deduce the hyperbolicity of some measures.

Mots-clefs: applications méromorphes, exposants de Lyapounov, entropie.

Classification: 37Fxx, 32H50, 58F15.

Introduction

Soit une variété Kählérienne compacte de dimension et une application méromorphe dominante.

Nous désignerons par l’ensemble critique de et par son ensemble d’indétermination.

L’objet de cet article est de donner des formules générales pour les exposants de Lyapounov des mesures invariantes qui intègrent la fonction est la distance dans et . Remarquons que lorsqu’une mesure intègre la fonction précédente, elle ne charge pas l’ensemble : on peut donc définir et parler de mesure invariante. Par ailleurs, l’hypothèse d’intégrabilité de est vérifiée dès que intègre les fonctions quasi-psh. Les formules dépendront d’une part de l’entropie métrique de et d’autre part des degrés dynamiques de (voir le paragraphe 1 pour leur définition).

Dans ce contexte nous avons le

Théorème 1.

Soient une mesure invariante, ergodique telle que et les exposants de Lyapounov de (ils sont bien définis).

Fixons . On définit et par les formules suivantes:

est égal à si et est égal à lorsque .

Alors, on a les inégalités suivantes:

avec et .

Signalons la ressemblance entre ces formules et celles de J. Buzzi pour les applications (voir [5]).

Maintenant, à l’aide de notre théorème, on a:

Corollaire 2.

Supposons que les degrés dynamiques vérifient . Soit une mesure invariante, ergodique telle que et (ou si ). Alors

et

En particulier la mesure est hyperbolique.

Lorsque dans le corollaire précédent la mesure est d’entropie (i.e. est d’entropie maximale par [8] et [7]), on obtient le:

Corollaire 3.

Soit une mesure invariante, ergodique telle que . Alors, si avec on a:

et

En particulier la mesure est hyperbolique.

Notons que les inégalités obtenues dans ce corollaire sont celles qui étaient conjecturées (voir [17] Conjecture 3.2).

Les hypothèses de ce corollaire sont vérifiées dans de nombreuses situations. En voici certaines.

Tout d’abord pour les endomorphismes holomorphes de avec la mesure de Green (voir [12] et [13] pour sa définition). En effet, la mesure est mélangeante et intègre grâce à l’inégalité de Chern-Levine-Nirenberg. Pour ces endomorphismes, l’entropie métrique de vaut et les valent . En appliquant notre inégalité avec , on a alors la minoration du plus petit exposant de par et on retrouve ainsi un résultat de J.-Y. Briend et J. Duval (voir [2]).

De la même façon, lorsque est une application méromorphe sur une variété projective, avec son degré topologique strictement plus grand que les autres (i.e. dans le corollaire précédent), V. Guedj a construit une mesure mélangeante, d’entropie et qui intègre les fonctions quasi-psh (voir [16] et [8]). En utilisant notre formule, on retrouve alors la minoration du plus petit exposant de Lyapounov de par qu’il avait démontrée.

Lorsque est un automorphisme holomorphe d’une variété Kählérienne qui possède un degré dynamique strictement plus grand que les autres, T.-C. Dinh et N. Sibony ont construit une mesure de Green mélangeante qui intègre les fonctions quasi-psh et d’entropie (voir [10]). Notre corollaire s’applique donc et on obtient ainsi un nouveau résultat pour ces automorphismes.

De la même façon, lorsque est une application birationnelle régulière de (voir [9]), T.-C. Dinh et N. Sibony ont construit une mesure de Green mélangeante et qui intègre la fonction (ici et ). On peut donc lui appliquer le corollaire.

Donnons une autre conséquence de notre théorème. Lorsque l’on applique la première formule du théorème avec on en déduit une formule de Ruelle ([22]) pour les applications méromorphes:

Corollaire 4.

Soit une mesure invariante, ergodique telle que . Alors:

Voici le plan de ce texte. Dans un premier paragraphe nous ferons des rappels sur les applications méromorphes et dans le second nous démontrerons les corollaires 2 et 3. Dans le troisième nous parlerons de théorie de Pesin pour les applications méromorphes et dans le quatrième, nous ferons des rappels sur la transformée de graphe. Enfin, le cinquième paragraphe sera consacré à la démonstration de la première inégalité du théorème et le sixième à celle de la deuxième inégalité. Dans le dernier paragraphe nous donnerons un analogue de notre théorème pour les difféomorphismes de classe dans les variétés Riemanniennes compactes.

1 Rappels sur les applications méromorphes

Commençons par rappeler la définition des degrés dynamiques de (voir [23] et [7]).

On définit la forme comme l’extension triviale de .

On pose pour . Le degré dynamique d’ordre est alors:

Notons que et que la limite ci-dessus existe grâce à [7].

Dans [8] et [7], T.-C. Dinh et N. Sibony ont défini, via un procédé de régularisation de courant, le pull-back par des courants positifs fermés de bidimension quelconque. En voici le procédé. Tout d’abord est une submersion sur un ouvert de Zariski de . Si est un courant positif fermé de bidegré sur , alors, on peut définir sur . C’est un courant positif fermé dont la masse est majorée par (voir le lemme 4 de [8] et le corollaire 1.3 de [7], ici est une constante qui ne dépend que de ). Ce courant admet donc un prolongement trivial à tout entier d’après un théorème de H. Skoda ([24]). De plus est un courant positif fermé de masse majorée par . Ce courant sera appelé le pull-back de par .

Nous allons maintenant donner deux lemmes qui serons utilisés dans la démonstration du théorème. Le premier est quasiment le même que le Lemme 5 de [8]. On notera .

Lemme 5.

Soit . Il existe une constante telle que pour tout on ait:

pour tous les entiers naturels .

Proof.

La démonstration est la même que dans [8]. Nous la donnons par confort pour le lecteur.

Soit une constante telle que pour tout et tout .

Soit . On va montrer par récurrence sur , avec que pour tous , on a

et .

C’est vrai pour . Supposons la propriété vraie au rang . Cela implique que avec

Le courant est donc de masse finie sur . Il admet donc une extension triviale dans qui est un courant positif fermé de masse majorée par . En utilisant la propriété du pull-back de T.-C. Dinh et N. Sibony énoncée avant le lemme avec , on obtient:

Cela démontre bien le lemme.

On utilisera aussi le lemme suivant:

Lemme 6.

Soit . Il existe une constante telle que pour tout on ait:

pour tous les entiers naturels .

Proof.

Soit une constante telle que pour tout et tout . Fixons entre et . On peut supposer sinon on a le résultat par le lemme précédent.

On va montrer par récurrence sur , avec que pour tous , on a

et .

C’est vrai pour par définition du -ème degré dynamique. Supposons la propriété vraie au rang . Cela implique que

Le courant est donc de masse finie sur . Il admet donc une extension triviale dans qui est un courant positif fermé de masse majorée par . En utilisant encore la propriété du pull-back de T.-C. Dinh et N. Sibony avec , on obtient:

Cela démontre la récurrence et quand on prend , on obtient le lemme.

2 Démonstration des corollaires 2 et 3

On suppose ici que les degrés dynamiques de vérifient . Soit une mesure invariante, ergodique telle que et (ou si ). Montrons par l’absurde que et .

Si alors et la première formule du théorème donnerait qui est absurde. De même si , on applique la deuxième formule avec et on obtient qui est une contradiction (ici ).

Passons à la minoration de . Par la première formule du théorème et on a:

car par ce que l’on a fait précédemment on a et . On obtient . La concavité de la fonction (voir [16] et [14]) implique . On a donc

Mais comme (voir [8] et [7]), cette dernière quantité est supérieure à , ce qui nous donne la minoration de que l’on cherche.

Pour la majoration de la méthode est exactement la même à condition d’utiliser la deuxième formule avec .

3 Théorie de Pesin et applications

Dans ce paragraphe, on considère une mesure de probabilité invariante, ergodique telle que (avec ). On va voir que cette hypothèse permet de définir les exposants de Lyapounov pour et de faire de la théorie de Pesin.

Tout d’abord, on définit l’extension naturelle de par:

C’est l’ensemble des histoires des points de . Dans cet espace induit une application qui est le décalage à droite et si on note la projection canonique , alors se relève en une unique probabilité invariante par qui vérifie .

Dans l’espace , on ne gardera que les orbites qui ne visitent pas l’ensemble . On considère donc:

Cet ensemble est invariant par et car .

Maintenant, on peut munir d’une famille de cartes telles que , est définie sur une boule avec indépendant de et la norme de la dérivée première et seconde de sur est majorée par une constante indépendante de . Pour construire ces cartes il suffit de partir d’une famille finie de cartes de et de les composer par des translations.

Dans toute la suite, on notera qui est définie au voisinage de quand n’est pas dans et on posera aussi:

où dans on a pris la bonne branche inverse de par rapport à : celle qui envoie sur .

Pour on définit (où ). L’application va de dans et c’est à ce cocycle que nous allons appliquer la théorie de Pesin. Tout d’abord, nous avons le:

Lemme 7.

Les fonctions et sont dans .

Proof.

Commençons par montrer que est dans .

Si on applique le lemme 2.1 de l’article [6] de T.-C. Dinh et C. Dupont à , on obtient:

Il existe et tels que pour tout hors de :

On en déduit:

d’où

car on peut supposer et que le diamètre de est inférieur à . Mais

qui est égal à

Comme par hypothèse sur , la fonction est dans , on en déduit que la dernière intégrale ci-dessus est finie. Autrement dit, la fonction est bien dans .

Passons maintenant à . Comme dans le lemme 2.1 de [6], nous allons utiliser l’inégalité de Lojasiewicz (voir [20], IV.7.2 ). En effet cette inégalité nous donne:

Il existe et tels que pour tout hors de :

Ensuite, grâce à l’estimée du lemme 2.1 de [6] donnée plus haut, on sait que les modules des valeurs propres de sont majorés par (ici la matrice est la transposée-conjuguée de ). Le minimum des modules des valeurs propres de la matrice est donc minoré par . Cela implique que est majorée par pour certains et .

On a donc:

qui est une fonction intégrable pour .

Comme précédemment on en déduit que est dans .

Grâce à ce lemme on peut appliquer le théorème d’Oseledec et le théorie de Pesin au cocycle . On a (voir [18]):

Théorème.

(Oseledec)

Il existe un ensemble invariant avec tel que pour tout on ait:

1) L’existence d’une décomposition de :

où les vérifient .

2) L’existence de fonctions (exposants de Lyapounov de ):

avec

pour tout . Ici les sont definis par:

De plus, nous avons le:

Théorème.

(-réduction de Pesin)

Pour tout il existe une fonction telle que:

1) (on parle de fonction tempérée).

2) Pour presque tout , la matrice a la forme suivante:

où chaque est une matrice carrée de taille et on a:

3) Enfin, pour presque tout l’application envoie la décomposition standard sur .

Dans toute la suite nous noterons l’ensemble des points de qui vérifient les conclusions de ces deux théorèmes. De plus, pour , nous appellerons les exposants de Lyapounov de notés avec répétition (contrairement aux du théorème précédent).

Notons maintenant la lecture de dans ces cartes (i.e. avec ).

Nous allons donner quelques propriétés de (avec ) qui nous seront utiles pour la suite.

Proposition 8.

Il existe des constantes , et qui ne dépendent que de et telles que:

1)

2)

3) Si on note , on a:

pour .

Proof.

Le premier point est évident. Le second provient immédiatement du théorème précédent. Il reste à prouver la troisième propriété.

On a , d’où:

Par l’estimée sur de T.-C. Dinh et C. Dupont qui se trouve au début de la démonstration du lemme précédent, on a:

pour . L’image par du segment vit dans la boule est une constante qui ne dépend que de . On en déduit que pour , on a:

Quitte à prendre petit, on peut supposer que est inférieur à et donc modulo un changement de la constante on a la majoration voulue de .

Dans la démonstration des formules du théorème nous utiliserons aussi et des estimées sur cette application qui sont données par la:

Proposition 9.

Il existe des constantes , et qui ne dépendent que de et telles que:

1) est bien définie pour .

2)

3)

4) Si on note , on a:

pour .

Proof.

Commençons par démontrer que est bien défini pour

Cela va reposer sur le lemme 2 de [2] (construction de branches inverses).

Rappelons que grâce à l’estimée de T.-C. Dinh et C. Dupont qui se trouve au début de la démonstration du lemme précédent on a l’existence de et tels que pour tout hors de :

D’autre part, dans la preuve de ce lemme, on a obtenu aussi l’existence de et avec pour hors de .

Quitte à remplacer et par le maximum des deux, on pourra supposer dans la suite que et de même . Ce sont des constantes qui ne dépendent que de et .

Soit tel que . On a (où ne dépend que de ) et alors:

si on prend petit et quitte à renommer .

L’inégalité ci-dessus combinée avec le lemme 2 de [2] implique que est définie sur une boule . En particulier, est bien défini pour .

Passons maintenant à la majoration de . Pour cela, comme dans la proposition précédente, il faut contrôler .

L’image de par est incluse dans (toujours par le lemme 2 de [2]). La formule de Cauchy nous donne donc: