Sur les triples de Manin pour les algèbres de Lie réductives complexes

Patrick Delorme

Abstract We study Manin triples for a reductive Lie algebra, . First, we generalize results of E. Karolinsky, on the classification of Lagrangian subalgebras (cf. KAROLINSKY E., A Classification of Poisson homogeneous spaces of a compact Poisson Lie group, Dokl. Ak. Nauk, 359 (1998), 13-15). Then we show that, if is non commutative, one can attach , to each Manin triple in , another one for a strictly smaller reductive complex Lie subalgebra of . We study also the inverse process.

0 Introduction

Let be a finite dimensional, complex, reductive Lie algebra. One says that a symmetric, -invariant, -bilinear form on is a Manin form if and only if its signature is . A Manin form is called special, if its restriction to any complex semisimple Lie algebra is non zero. It is easily seen that for a complex semisimple (resp. simple) Lie algebra, every non degenerate (resp. non zero) symmetric, invariant, -bilinear form on is a Manin form (resp. special). Recall that a Manin-triple in is a triple , where is a Manin form and where are real Lie subalgebras of , isotropic for , and such that . Then this is a direct sum and are of real dimension equal to the complex dimension of . Our goal is to construct all Manin-triples of , up to conjugacy under the action on of the connected, simply connected Lie group with Lie algebra , by induction on the rank of the derived algebra of . One calls af-involution of a complex semi-simple Lie algebra , any involutive automorphism of , such that there exists : 1) an ideal of , and a real form of 2) simple ideals of , , , , 3) an isomorphism of complex Lie algebras, , between and , , such that, denoting by , and by the fixed point set of , one has :

Notice that an -linear involutive automorphism of is determined by its fixed point set, as the set of antiinvariant points is just the orhogonal of the fixed point set, for the Killing form of , viewed as a real Lie algebra. The following Theorem generalize previous results of E.Karolinsky (cf [K2], Theorem 1 (i) and [K1] for the proof, see also [K3] Proposition 3.1), as we do not make any restriction on the Manin form. Theorem 1 Let be a Manin form and let be a Lagrangian subalgebra of for , i.e. a real Lie subalgebra of of dimension the complex dimension of and isotropic for . Then : a) If we denote by the normalizer in of the nilpotent radical, , of , then is a parabolic subalgebra of , with nilpotent radical equals to . b) Let be a Levi subalgebra of (i.e. is a reductive Lie subalgebra of with ), and denote by its derived ideal and its center,then the intersection, , of and is the fixed point set of an af-involution of , which is isotropic for . Moreover, if is special is a real form of c) The intersection, , of and , is isotropic for , and its real dimension equals the complex dimension of . d) One has . Reciprocally, any real Lie subalgebra, , of , which is of this form is Lagrangian for . Then, one says that is under One chooses a Cartan subalgebra of , and a Borel subalgebra of containing , . Then, from Theorem 1 and the Bruhat decomposition, one sees (cf. Proposition 1) that every Manin triple is conjugated, under , to a Manin triple such that is under and is under , with containing and containing the opposite Borel subalgebra to , with respect to . A Manin triple satisfying these conditions will be called standard, under . If is a real subalgebra of , we denote by the analytic subgroup of with with Lie algebra . If is an abelian real subalgebra of , is an -invariant subspace of , let the set of weights of in , which is the subset of whose elements are joint eigenvalues of elements in acting on .The weight space of in is denoted by . Let , be given as above, and let be a Manin form on . Theorem 2 If there exists a standard Manin triple under , then or is different from . Theorem 3 Suppose that is a standard Manin triple under ). Let be the projection of on the -invariant supplementary subspace of the nilpotent radical of , with kernel . Let the Langlands decomposition of , such that contains . Set , where . One defines similarly . Then are contained in . Moreover, if denotes the restriction of to , is a Manin triple for . We set . We will use freely the notation of Theorem 1 for , which is called the predecessor of the standard Manin triple . Theorem 4 (i) Every Manin triple under is conjugate to a standard Manin triple as above, , with predecessor , for which there exists a fundamental Cartan subalgebra (resp. ) of (resp.), included in (resp. ), such that, if we denote by (resp. ) the af-involution of (resp. ), with fixed point set (resp. ), then the pair satisfies the following properties (the pair satisfying similar properties with the obvious changes) : 1) The map is an af-involution of with fixed point set , and is a fundamental Cartan subalgebra of such that , where is a fundamental Cartan subalgebra of and . Moreover is Lagrangian for restricted to , and is isotropic for . Let us denote by the centralizer of in . This is a Cartan subalgebra of , contained in . 2) The intersection of with is reduced to zero. 3)There exists a Borel subalgebra, , of , containing and included in , such that . 4) There exists a unique Langlands decomposition of (where is under ), , with containing . Then is equal to the derived ideal of . 5) If , one can define by the condition : . One has : . 6) The restriction of to is equal to the af-involution of having as fixed point set. One says that the standard Manin triple is linked , or linked to its predecessor , with link . (ii) Reciprocally, if is a Manin form, if is a Manin triple for , and if (resp. ) satisfies the conditions 1) to 6) (resp. the conditions 1) to 6) with the obvious changes), then the triple , where , and is defined similarly, is a standard Manin triple , under , linked to with link . One shows easily that every Manin triple for is conjugated under to a standard linked Manin triple having a sequence of predecessors which are standard and linked (cf. Proposition 5). We say that such a Manin triple is strongly standard. Then the sequence is stationnary and its ending element,denoted by (where denotes the first index for which ) is a Manin triple in , where is the restriction of to . It depends only on the conjugacy class under of the original Manin triple and it is called the bottom of this conjugacy class. Then, if is as in Theorem 3 (ii), and moreover strongly standard, the existence of a fundamental Cartan subalgebra of with is equal to the sum of its intersections with and (as in condition 1) of the Theorem 4) is equivalent to the fact that satisfies the same property. Moreover, in this case and are conjugate by an element of . More precisely , where the are elements of such that for all , one has This allows us to partly reduce the construction of an af-involution, for which the fixed point set has as fundamental Cartan subalgebra, and satisfying the properties 1) to 5), to a similar problem with replaced by , , by , where contains , and is a Langlands decomposition of (cf. Lemme 13). The correspondance between the solutions of the two problems is given by conjugacy under . In principle, this problem can be solved explicitely , the possibilities for being finite . Up to conjugacy by , there are only finetely many solutions (Propositions 6, 7). The condition 6) adds an extra restriction. One wants also to decide when the Manin triples that are built with the help of Theorem 4 (ii) are conjugate under . This question reduces, by induction, to determining when strongly standard Manin triples, with a given predecessor , and which are under are conjugate. Let be the normalizer of in . It is equal to , where

Aknowledgment : I thank very much C. Klimcik for suggesting me this work, and for many interesting discussions. I thank also J.L. Brylinski for pointing out to me the work of E. Karolinsky.

1 Sous-algèbres de Lie Lagrangiennes

Dans tout l’article, algèbre de Lie voudra dire algèbre de Lie de dimension finie. Si est une algèbre de Lie on notera souvent son idéal dérivé. Soit est une algèbre de Lie abélienne sur ou , un -module complexe. Pour , on note , qui est appelé le sous-espace de poids de . On dit que est un poids de dans si est non nul et on note l’ensemble des poids non nuls de dans . Si est un groupe de Lie, on notera sa composante neutre.

Lemme 1

(i)Soit une algèbre de Lie semi-simple complexe, ses idéaux simples. Toute forme -bilinéaire -invariante sur est du type (ou ), où et :

si les sont des éléments de . Ici désigne la forme de Killing de . En particulier, une telle forme est symétrique et les idéaux simples sont deux à deux orthogonaux pour une telle forme. (ii) La forme est non dégénérée si et seulement si chacun des est non nul. Elle est alors de signature . (iii) La restriction de à une sous-algèbre complexe et simple, , de , est de la forme , où et pour chaque , est un nombre rationnel positif. De plus est non nul si et seulement si a un crochet non nul avec .

Démonstration : Traitons d’abord le cas où est simple, auquel cas . La donnée d’une forme -bilinéaire -invariante sur , équivaut à celle d’une application -linéaire entre et , qui commute à l’action de , regardée comme algèbre de Lie réelle. Mais la partie imaginaire de la forme de Killing de (regardée comme complexe) détermine un isomorphisme de -modules entre et . Finalement, la donnée de notre forme équivaut à la donnée d’un endomorphisme, , -linéaire de , commutant à l’action de . Soit une forme rélle compacte de . On écrit :

. Alors , sont des éléments de . Comme est simple, il résulte du lemme de Schur que cet espace est égal à . Donc, il existe tel que :

Maintenant, si , on a :

la dernière égalité résultant du fait que commute à l’action de . Joint à ce qui précède, cela donne :

Comme , on conclut que est la multiplication par . D’où (i) dans le cas où est simple. Supposons maintenant que soit la somme directe de deux idéaux , . Soit une forme -bilinéaire -invariante sur . On a :

la dernière égalité résultant du fait que , commutent entre eux. Comme , on a aussi . Finalement et sont orthogonaux. Alors, on déduit (i) pour semi-simple du cas où est simple. (ii) L’assertion sur la non nullité des est claire. Pour l’étude de la signature, on se ramène au cas où est simple. Supposons , non nul. Soit une forme réelle compacte de . On fixe une base de . On choisit une racine carrée de .On pose , . Alors , , . D’où l’on déduit l’assertion voulue sur la signature. (iii) On utilisera le fait suivant : Si est une représentation complexe d’une algèbre de Lie simple complexe dans un espace de dimension finie , on a :

est un nombre rationel positif. De plus est nul si et seulement si est triviale. L’existence d’un coefficient de proportionnalité est claire , car la forme de Killing est la seule forme -bilinéaire sur , à un scalaire multiplicatif près. On se ramène, pour l’étude de , au cas où est simple. On considère, sur , un produit scalaire invariant par une forme réelle compacte, , de . Si , est antihermitien et :

cette trace étant nulle seulement si est nul. On en déduit que si est non triviale. Puis on prend un élément non nul d’une sous-algèbre de Cartan de , sur lequel tous les poids entiers de sont entiers. On en déduit que et sont des entiers, le premier nombre étant non nul car égal à la somme sur toutes les racines, , de . La rationalité de en résulte.  

Définition 1

Si est une algèbre de Lie réductive complexe, une forme -bilinéaire symétrique sur et invariante par est dite forme de Manin si et seulement si elle est de signature . Une forme de Manin est dite forme spéciale si sa restriction à toute sous-algèbre de Lie complexe semi-simple est non dégénérée.

Lemme 2

(i) Une forme -bilinéaire symétrique -invariante sur est spéciale si et seulement si sa restriction à est spéciale et si sa restriction au centre, , de est de signature . (ii) La restriction d’une forme spéciale à une sous-algèbre de Lie semisimple complexe de est spéciale. (iii) La restriction d’une forme spéciale au centralisateur d’un élément semi-simple de , dont l’image par la représentation adjointe de n’a que des valeurs propres réelles, est spéciale. (iv) Si est semi-simple, et , où vérifie :

(1.1)

alors est spéciale. On note que (1.1) est satisfait dès que les sont indépendants sur , ou bien tous strictement positifs. (v) Si est simple, toute forme -bilinéaire symétrique -invariante sur est spéciale.

Démonstration : (i) résulte du fait que toute sous-algèbre semi-simple de est contenue dans et que, pour toute forme -bilinéaire symétrique -invariante sur , le centre de et sont orthogonaux. (ii) est clair. Montrons (iii). Comme le centralisateur d’un élément de est la somme de son intersection avec et de celle avec le centre, on se réduit aisément, grâce à (i) au cas où est semi-simple, ce que l’on suppose dans la suite. Soit un élément semi-simple de tel que n’a que des valeurs propres réelles, soit son centralisateur et le centre de . D’après (i) et (ii), il suffit de voir que la restriction d’une forme spéciale à est de signature . Soit une sous-algèbre de Cartan de contenant . Alors est égal à l’intersection des noyaux des racines de dans s’annulant sur . Cela montre que est la somme de ses intersections avec les idéaux simples de . Il suffit alors de prouver notre assertion sur la signature dans le cas où est simple. Alors , avec non nul. Soit l’espace formé des éléments de sur lesquels toutes les racines de dans sont réelles, qui est une forme réelle de . Il est clair que est la somme directe de avec . On fixe une base orthonormée, , de , pour la forme de Killing de . Celle-ci existe car la forme de Killing est définie positive sur . On choisit une racine carrée de . Onpose , . Alors , , . D’où l’on déduit l’assertion voulue sur la signature, ce qui prouve (iii). (iv) est une conséquence immédiate du Lemme 1 et (v) est un cas particulier de (iv)  

Corollaire 1

(i) La restriction, d’une forme -bilinéaire, symétrique, -invariante sur , et non dégénérée, , au centralisateur, d’un élément semi-simple de , dont l’image par la représentation adjointe de n’a que des valeurs propres réelles, est non dégénérée. Il en va de même de sa restriction à et au centre de . (ii) Si est une forme de Manin sur , sa restriction à (resp. , ) est une forme de Manin sur (resp. , ). (iii) Une forme bilinéaire symétrique, -invariante est une forme de Manin si et seulement si sa restriction à et sa restriction au centre de sont des formes de Manin.

Démonstration : L’algèbre de Lie est la somme du centre de avec la somme de ses intersections avec les idéaux simples de . Ces sous-algèbres sont deux à deux orthogonales pour , d’après le Lemme 1. La restriction de à est non dégénérée, car et sont orthogonaux. De plus la restriction de à l’intersection de avec un idéal simple de est non dégénérée, d’après le Lemme 2 (iii), appliqué à cet idéal simple. D’où l’on déduit que la restriction de à est non dégénérée, ce qui implique le même fait pour sa restriction à et . Si est de signature , sa restriction à est de signature . Alors, les assertions sur la signature se démontre comme ci-dessus, grâce au Lemme 2 (ii), (v), apliqué aux idéaux simples de . D’où (ii). La partie si de (iii) est claire. La partie seulement si résulte de (ii)   On rappelle que le radical d’une algèbre de Lie, est son plus grand idéal résoluble, et que son radical nilpotent, est le plus grand idéal, dont les éléments sont représentés par des endomorphismes nilpotents dans chaque représentation de dimension finie de . Suivant Bourbaki, on appelle sous-algèbre de Levi d’une algèbre de Lie, toute sous-algèbre semi-simple supplé- mentaire du radical. Si est une algèbre de Lie semi-simple complexe on appelle décomposition de Langlands d’une sous-algèbre parabolique de une décomposition de la forme , où est le radical nilpotent et est une sous-algèbre de Lie complexe de , réductive dans . Rassemblons dans un Lemme quelques propriétés des décompositions de Langlands d’une sous-algèbre parabolique.

Lemme 3

Soit une sous-algèbre parabolique de , son radical nilpotent. (i) Si est une sous-algèbre de Cartan de , c’est une sous-algèbre de Cartan de , et il existe une seule décomposition de Langlands de , , telle que soit contenue dans . (ii) Si , sont deux sous-algèbres de Cartan de , contenues dans , elles sont conjuguées par un élément de , qui conjugue les algèbres et correspondantes. (iii) Si est une décomposition de Langlands de , toute sous-algèbre de Cartan de est une sous-algèbre de Cartan de .

Démonstration : Revenant à la définition des sous-algèbres paraboliques (cf [Bou], Ch. VIII, Paragraphe 3.4, Définition 2, par exemple), on voit qu’il existe une sous-algèbre de Cartan de , , et une décomposition de Langlands de , , avec contenue dans , telle que soit la somme des sous-espaces poids de dans , qui ne rencontre pas . En particulier les poids de dans sont distincts de ceux dans . Si est une décomposition de Langlands de , avec contenue dans , est somme des sous-espaces poids de dans . D’où l’égalité de et . Ceci assure l’unicité de pour . Maintenant toutes les sous-algèbres de Cartan de sont conjuguées à , par un élément de (cf. [Bour], Paragraphe 3.3, Théorème 1). On en déduit (i) par transport de structure, et (ii) résulte de la preuve de (i). Montrons (iii). Si est une décomposition de Langlands de , l’action du centre de sur est semi-simple, puisque est réductive dans . Cela implique que, si une une sous-algèbre de Cartan de , est abélienne et formée d’éléments semi-simples de . Mais est isomorphe à , qui est une algèbre réductive de même rang que . Pour des raisons de dimension, on voit que est une sous-algèbre de Cartan de .  

Définition 2

On appelle af-involution (a pour antilinéaire, f pour flip) d’une algèbre de Lie semi-simple complexe , tout automorphisme involutif, -linéaire, , de , pour lequel il existe : 1) un idéal de , et une forme réelle, of 2) des idéaux simples de , , , . 3) un isomorphisme d’algèbres de Lie complexes, , entre et , , tel que, notant , et notant , l’ensemble des points fixes de , on ait :

Il est bon de remarquer qu’un automorphisme involutif de est caractérisé par son espace de points fixes, car l’espace des éléments anti-invariants est juste l’orthogonal de celui-ci, pour la forme de Killing de regardée comme réelle. Débutons par quelques propriétés élémentaires.

Lemme 4

Soit une forme réelle simple d’une algèbre de Lie semi-simple complexe . (i) L’algèbre n’est pas simple, si et seulement si admet une structure complexe (ii) Dans ce cas, est le produit de deux idéaux simples, , , isomorphes à . (iii) Toujours dans ce cas, il existe un isomorphisme antilinéaire, , entre les algèbres de Lie , , regardées comme réelles, tel que :

Démonstration : Les points (i) et (ii) sont bien connus. Montons (iii). Comme est une forme réelle de , la projection de sur chacun des deux facteurs est non nulle, donc induit un isomorphisme -linéaire de avec chacun de ces facteurs. Il en résulte que a la forme indiquée, mais on sait seulement que est -linéaire. Mais alors apparaît comme l’ensemble des points fixes de l’automorphisme involutif -linéaire de défini par :

D’après la remarque qui précède le Lemme, cette involution doit être égale à la conjugaison par rapport à , donc elle est antilinéaire. Ceci implique l’antilinéarité de .  

Lemme 5

On se donne une af-involution, , d’une algèbre de Lie semi-simple de . Les idéaux simples de sont permutés par . On note , , les idéaux simples de . On définit une involution de caractérisée par : . Pour , l’une des propriétés suivantes est vérifiée : 1) et la restriction de à est un automorphisme antilinéaire de . 2) et la restriction de à est un isomorphisme antilinéaire de sur . 3) et la restriction de à est un isomorphisme -linéaire de sur . On est dans le cas 1) ou 2) si et seulement si est contenu dans l’idéal de la définition des af-involutions.

Démonstration : En effet, soit , , les idéaux simples de . Comme est une forme réelle de , est la somme directe des , qui sont en outre des idéaux. Si est simple, c’est un idéal simple de et on est dans le cas 1). Sinon est le produit de deux idéaux simples et l’on est dans le cas 2). On traite de même le cas où est égal à l’un des , , , en remarquant que est l’ensemble des points fixes de l’involution -linéaire de donnée par :

(1.2)

 

Lemme 6

Tout isomorphisme -linéaire entre deux algèbres de Lie simples complexes est soit -linéaire, soit antilinéaire.

Démonstration : Deux algèbres de Lie semi-simples complexes qui sont isomorphes comme algèbres réelles, sont isomorphes comme algèbre de Lie complexes. En effet, leurs systèmes de racines restreintes sont alors isomorphes. Mais chacun de ceux-ci est isomorphe au système de racine associé à une sous-algèbre de Cartan . D’où l’assertion. Ceci implique que l’on peut se limiter, pour prouver le Lemme, aux automorphismes -linéaire d’une algèbre de Lie simple complexe, . Considérant la conjugaison par rapport à une forme réelle de , , l’algèbre de Lie est une forme réelle de isomorphe à . Alors tout automorphisme, , -linéaire de , définit, par transport de structure, un automorphisme de , , qui possède un unique prolongement -linéaire à , . Il existe deux automorphismes -linéaires de , et , tels que vérifie :

Ecrivant la définition de , la stabilité de , par implique que est -linéaire dans le premier cas et antilinéaire dans le second.   Corollaire Une involution d’une algèbre de Lie semi-simple complexe est une af-involution si et seulement si sa restriction à tout idéal simple qu’elle laisse invariant est antilinéaire. Démonstration : En effet, d’après le Lemme 5, il suffit de voir que tout automorphisme du produit de deux algèbres de Lie simples complexes , , permutant les facteurs, est soit -linéaire, soit antilinéaire. Mais un tel automorphisme est de la forme :

est un isomorphisme -linéaire entre , . On conclut grâce au Lemme précédent.  Comme on l’a indiqué dans l’introduction, le Théorème suivant généralise des résultats d’E. Karolinsky (cf. [K1], Théorème 3 (i) et [K3] Proposition 3.1)

Théorème 1

Soit une algèbre de Lie réductive complexe et une forme de Manin. Soit une sous-algèbre de Lie réelle de , Lagrangienne pour . On a les propriétés suivantes : (i) Si l’on note le normalisateur dans du radical nilpotent, , de , est une sous-algèbre parabolique de , contenant , de radical nilpotent . (ii) Soit une décomposition de Langlands de , le centre de et son idéal dérivé. On note l’intersection de et . Elle est isotrope pour . De plus est l’espace des points fixes d’une af-involution de . Si est spéciale, celle-ci est antilinéaire et est une forme réelle de . (iii) L’intersection de et est Lagrangienne pour la restriction de à . (iv) On a . Réciproquement si une sous-algèbre de Lie réelle, , de est de la forme ci-dessus, elle est Lagrangienne pour . On dit alors que est sous .

Début de la démonstration du Théorème 1 : Soit une sous-algèbre de Lie réelle de , isotrope pour , dont la dimension est égale à la dimension complexe de . On note son radical et on pose :

(1.3)

Soit une sous-algèbre de Levi de .

Lemme 7

L’ensemble est un idéal de et est contenu dans .

Démonstration : Montrons que est un idéal de contenant . En effet, comme est résoluble, dans une base, sur , bien choisie de , les , s’écrivent sous forme de matrices triangulaires supérieures. Pour , les entrées de la diagonale de cette matrice sont notées , où les sont des caractères de . Alors est l’intersection des noyaux de ces caractères avec . Donc est un idéal de contenant . Si est une sous-algèbre de Cartan de , est encore une algèbre de Lie résoluble car et . Un argument similaire à celui ci-dessus montre que est contenu dans . La réunion de toutes les sous-algèbres de Cartan de est dense dans , d’après la densité des éléments réguliers (cf.[Bou], Ch. VII, Paragraphe 2.2 et Paragraphe 2.3, Théorème 1). Par continuité et densité, on en déduit que .  

Lemme 8

Soit un entier compris entre 0 et la dimension réelle de . Il existe un sous-espace réel, abélien, , de , de dimension , tel que : (i) (ii) est formé d’éléments semi-simples de . (iii) et commutent.

Démonstration : On procède par récurrence sur . Si , le Lemme est clair. Supposons le démontré pour et montrons le au rang . Alors est une algèbre de Lie réductive dans , regardée comme réelle. D’autre part, comme contient d’après le Lemme précédent, on voit que et donc agit trivialement sur . Ceci implique que :

Donc, est un -sous-module de , qui admet un supplémentaire dans commutant à , puisque est réductive dans et que le quotient est un -module trivial. On choisit un élément non nul de ce supplémentaire, . Alors :

(1.4)

On écrit , où est un élément de , est un élément de commutant à tels que est semi-simple et est nilpotent. On sait qu’alors , sont des polynômes en . Joint à (1.2), cela implique :

(1.5)

Montrons que appartient à . Soit une sous-algèbre de Cartan de . Alors est résoluble. On peut donc choisir une base de dans laquelle les , , sont représentés par des matrices triangulaires supérieures. On peut choisir cette base de sorte qu’elle soit la réunion de bases des idéaux simples de avec une base du centre de , ce que l’on fait dans la suite. Comme est un polynôme en , et que , il est représenté dans cette base par une matrice triangulaire supérieure. Comme cet endomorphisme est nilpotent, sa diagonale est nulle. On en déduit que, pour tout , les composantes de et dans les idéaux simples de sont deux à deux orthogonales pour la forme de Killing de . Alors, il résulte de l’orthogonalité, pour , du centre de à et du Lemme 1 (i), que :

En utilisant la densité dans de la réunion de ses sous-algèbres de Cartan, on en déduit que est orthogonal à pour . Mais est un sous-espace isotrope pour de dimension maximale, d’après la définition des formes de Manin. Donc est élément de comme désiré. Ecrivons avec , . Comme commute à , d’après (1.3) et que , on voit que commute à . Donc est nul puisque est semi-simple. Finalement , et en fait , d’après la définition de . Comme appartient à un supplémentaire de dans et que , on a :

On pose . D’après (1.3) et la semi-simplicité de , vérifie les propriétés voulues.   Suite de la démonstration du Théorème 1: On pose , avec , de sorte que , où est formé d’éléments semi-simples de avec :

Comme est résoluble, il existe une sous-algèbre de Borel, , de , contenant . A noter que est contenue dans le radical nilpotent, , de , d’après la définition de et les propriétés du radical nilpotent d’une sous-algèbre de Borel. Montrons que est contenue dans une sous-algèbre de Cartan de , contenue dans . En effet, d’après [Bor], Proposition 11.15, la sous-algèbre de Borel contenant , elle contient une sous-algèbre de Borel du centralisateur de dans . Celle-ci contient une sous-algèbre de Cartan de . Celle-ci est aussi une sous-algèbre de Cartan de contenant (cf. [Bou], Ch. VII, Paragraphe 2.3, Proposition 10). Soit la somme des sous espaces poids de , dans , , pour des poids non nuls. Alors est une sous algèbre parabolique de , contenant . Comme est réductive, est semi-simple et le radical de est égal à la somme du centre de avec . La définition de montre que , donc le radical nilpotent de est égal à (cf. [Bou], Ch. I, Paragraphe 5.3, Théorème 1). Comme , que est contenu dans et que est contenu dans , on a :

Or (resp. ) est la somme de ses intersections (resp. ) avec les idéaux simples de . Comme est orthogonal à pour la forme de Killing de , on en déduit que est orthogonal à pour (cf. Lemme 1 (i)). Comme est un sous-espace isotrope pour , de dimension maximale et contenu dans , est inclus dans . Il résulte alors de la définition de , que est contenu dans . Par suite, on a :

(1.6)

Remarquons que contient . On a . Comme et , on en déduit que . On déduit alors de (1.6) que : . Finalement, on a :

Alors est égal à . C’ est une sous-algèbre isotrope de pour la restriction de à , donc, d’après le Corollaire du Lemme 2 (ii), de dimension réelle inférieure ou égale à la dimension complexe de . De même, est un sous espace isotrope de pour la restriction de à . D’après le Corollaire du Lemme 2, la restriction de à est de signature . Il en résulte que la dimension de est inférieure ou égale à . Mais . Comme , on déduit de ce qui précède que l’on a :

(1.7)
Lemme 9

L’algèbre de Lie est réduite à zéro et à la forme indiquée dans le Théorème.

Démonstration : Si est une sous-algèbre de Cartan de , est une sous-algèbre de Lie réelle et résoluble de . On peut donc choisir une base de , réunion de bases des idéaux simples de , telle que, pour tout , soit représenté, dans cette base, par une matrice triangulaire supérieure. De plus, si est élément de , les éléments diagonaux de cette matrice sont nulles. On voit, grâce au Lemme 1 (i), que est orthogonal à , pour la restriction, , de à . Ceci étant vrai pour tout , est orthogonal à (), pour . Mais est non dégénérée, d’après le Corollaire du Lemme 2, donc, d’après le Lemme 1 (ii) et (1.7), est un sous-espace isotrope, pour , de dimension maximale de . Il en résulte que est contenu dans . Mais est aussi contenu dans . Finalement